Liste des gares de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'ancienne gare d'Orsay est devenue un musée.
La gare Saint-Lazare, peinte par Claude Monet en 1877. Les gares parisiennes ont inspiré de nombreux artistes.
La gare de Châtelet - Les Halles, ouverte en 1977, est entièrement souterraine. Elle est réservée au trafic de banlieue du réseau express régional (RER).

Paris dispose d'un nombre important de gares, issues à la fois de l'histoire du développement des chemins de fer français et des besoins de desservir finement la ville.

Certaines datent de l'origine du chemin de fer, d'autres sont de constructions plus récentes, notamment dans le cadre de la réalisation du réseau express régional d'Île-de-France. D'autres, enfin, ont perdu leur fonction ferroviaire et ont été soit démolies, soit reconverties pour d'autres usages.

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir des années 1830 puis dans le cadre de la loi relative à l'établissement des grandes lignes de chemin de fer en France de 1842, l'État concède à de grandes compagnies des ensembles cohérents de lignes de chemin de fer, formant ainsi un réseau en « toile d'araignée » dont le centre est Paris.

Les Parisiens découvrent la gare, invention du XIXe siècle, avec l'embarcadère[1] de la promenade pour le Pecq lors de l'ouverture du premier tronçon de voie ferrée créé par la Compagnie du Chemin de fer de Paris à Saint-Germain. Ce premier essai va se poursuivre et Paris voit s'ouvrir six autres embarcadères dans ce qui est alors une périphérie de la ville historique d'avant les grands travaux d'Hausmann. Ils sont tous des têtes de ligne créées par les grandes Compagnies qui vont étendre sur le pays leurs réseaux de voies ferrées[2]:

Ces gares ne sont pas interconnectées, mais sont reliées par la ligne de Petite Ceinture en 1862, afin de permettre les échanges entre les compagnies, notamment pour le trafic de marchandises. Ayant démontré sa capacité limitée pendant la guerre franco-prussienne de 1870, une seconde ligne de liaison est construite de 10 à 20 km autour de Paris, la ligne de Grande Ceinture.

D'autres gares sont créées afin d'assurer la desserte en marchandises de Paris (gare de Paris-Bestiaux, gare de Paris-Gobelins…) ou pour constituer l'origine de lignes isolées (gare de la Bastille, gare des Invalides, gare de Denfert-Rochereau).

Contrairement aux grandes villes de province, Paris n'a pas eu de gares de chemin de fer secondaire. Il faut toutefois rappeler que le métro de Paris et les anciens tramways de Paris ont été réalisés dans le cadre de la réglementation des voies ferrées d'intérêt local ou des chemins de fer secondaires.

Gares en activité[modifier | modifier le code]

Grandes lignes[modifier | modifier le code]

Les différentes zones desservies en fonction de la gare d'origine

Ces gares parisiennes sont les gares terminus des trains de grandes lignes (trains allant au-delà de la région Île-de-France). Elles sont également, sauf pour Bercy et Austerlitz, les gares terminus des lignes de banlieue qui n'appartiennent pas au réseau express régional d'Île-de-France (RER), mais au réseau classique des trains de banlieue dit réseau Transilien dont sept lignes (H, J, K, L, N, P et R) parmi les huit constituant ce réseau ont leur terminus dans Paris. Les gares d'Austerlitz, Saint-Lazare (et Haussmann - Saint-Lazare, gare voisine de la précédente), de Lyon et du Nord sont également des gares du RER ; toutes ces gares sont desservies par le métro.

Les destinations des trains d'où partent ces gares sont indiquées ci-dessous.

En 2005, la SNCF avait proposé de « diamétraliser » les gares du Nord et de Lyon en les reliant par une ligne desservant une nouvelle gare TGV souterraine située sous la place de la République[4].

Lignes de banlieue[modifier | modifier le code]

Gares du réseau express régional d'Île-de-France[modifier | modifier le code]

Les gares de Grandes lignes (sous-section précédente) qui sont également gares du réseau express régional d'Île-de-France ne sont pas listées. Les gares suivantes ne se trouvent que sur des lignes du réseau RER, les lignes concernées étant identifiées par les lettres A, B, C, D et E placées à la suite du nom :

Gare d'autres lignes de banlieue[modifier | modifier le code]

Gares désaffectées[modifier | modifier le code]

Ligne de Petite Ceinture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ligne de Petite Ceinture.

La ligne de Petite Ceinture est une ligne ferroviaire désaffectée qui fait le tour de Paris. La plupart des gares de cette ligne sont à l’abandon, mais certaines ont été réutilisées.

Dans le sens des aiguilles d’une montre, en commençant par l’ouest :

Extérieur de la gare de Belleville-Villette (face à l'angle rue Meynadier-rue de Crimée)
Ouest-Ceinture donnait la correspondance entre la ligne de Petite Ceinture et celle de Montparnasse à Versailles-Rive-Gauche

Autres gares[modifier | modifier le code]

Gares disparues ou inexploitées[modifier | modifier le code]

Façade de la gare de Reuilly, au tout début du XXe siècle
La gare de Denfert, à l'époque où elle était le terminus de la ligne de Sceaux
Conçue du temps de la voie large du Système Arnoux, la forme courbe des bâtiments permettait aux trains de desservir le terminus en tournant le long de la façade intérieure.

Projets de gare[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Terme utilisé avant que le terme gare ne s'impose dans les chemins de fer.
  2. Site AHICF : Stéphanie Sauget, À la recherche des Pas Perdus. Dans la matrice des gares parisiennes, 1837-1914, thèse de doctorat en histoire soutenue le 10 octobre 2005 à l'Université Paris 1. Résumé par Stéphanie Sauget, 2005 lire en ligne (consulté le 13 février 2010).
  3. L'existence de ces deux gares était d'ailleurs imposée par la loi du 24 avril, 3 et 13 mai 1851 ; le chemin de fer de l'Ouest devait pénétrer dans Paris par deux côtés, la rive droite de la Seine et la rive gauche
  4. « Une gare TGV en plein cœur de Paris », sur TourMag.com, 4 décembre 2005.
  5. Histoire de la petite ceinture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]