15e arrondissement de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 15e arrondissement.
15e arrondissement de Paris
« arrondissement de Vaugirard »
Front de Seine 2012-11-08.jpg
Administration
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Quartiers
administratifs
Saint-Lambert (n° 57)
Necker (n°58)
Grenelle (n°59)
Javel (n°60)
Maire
Mandat
Philippe Goujon (UMP)
2014 - 2020
Code postal 75015
Code Insee 75115
Démographie
Population 238 190 hab. (2012[1])
Densité 28 088 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 29″ N 2° 18′ 01″ E / 48.84132, 2.30023648° 50′ 29″ Nord 2° 18′ 01″ Est / 48.84132, 2.300236  
Altitude Min. 28 m – Max. 67 m
Superficie 8,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte France administrative
City locator 14.svg
15e arrondissement de Paris

Géolocalisation sur la carte : Paris

Voir sur la carte Paris administrative
City locator 14.svg
15e arrondissement de Paris

Le 15e arrondissement de Paris est l’un des vingt arrondissements de la capitale. Il est situé sur la rive gauche de la Seine, dans le sud-ouest de la ville, et est le résultat de l’annexion des communes de Vaugirard et de Grenelle en 1860. Il s’agit du plus peuplé des arrondissements avec 238 190 habitants en 2012[1].

Aux termes de l'article R2512-1 du Code général des collectivités territoriales (partie réglementaire), il porte également le nom d'« arrondissement de Vaugirard » (ou Val Gérard en mémoire de l'abbé Gérard de Moret, prieur de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés sous Saint Louis, l' endroit jusqu'alors dénommé Vallée des étables devient le Val Gérard puis Vaugirard)[2], mais cette appellation est rarement employée dans la vie courante.

Sommaire

Historique[modifier | modifier le code]

Avant 1860, seule une petite partie nord de la zone aujourd'hui couverte par le 15e arrondissement était située dans Paris, dont la limite se trouvait depuis 1790 à l'emplacement du mur des Fermiers généraux (construit entre 1785 et 1788, juste avant la Révolution, architecte: Claude-Nicolas Ledoux), c'est-à-dire des actuels boulevards de Grenelle, Garibaldi et Pasteur. Le reste de l'actuel 15e se trouvait à l’extérieur de Paris, essentiellement sur les communes aujourd’hui disparues de Grenelle et de Vaugirard.

Entre 1841 et 1844, l’enceinte de Thiers fut construite bien au-delà du mur des Fermiers généraux[n 1]. Le , une loi (s'inscrivant dans le programme de transformations de Paris sous le Second Empire mis en œuvre par Haussmann), fut votée, qui conduisit le au rattachement à Paris du territoire situé entre ces deux lignes. Les communes de Grenelle et de Vaugirard développées par Violet et Letellier furent totalement annexées et, avec une partie de la commune d’Issy (actuel quartier de Javel), la partie sud de l'ancien 10e arrondissement et quelques pâtés de maisons du sud de l'ancien 11e arrondissement, furent réunies pour former le 15e arrondissement[3].
En 1859 la première Gare de Paris-Montparnasse de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest est inaugurée.
En 1885, sous la Troisième République, c'est la construction d'un lycée pour la "rive gauche", le Lycée Buffon, et en 1888, grâce à une souscription internationale, l'Institut Pasteur dédié à la recherche, la santé et l'enseignement est fondé par Pasteur.

En 1900 est inaugurée la première ligne de métro selon les propositions de l'ingénieur Fulgence Bienvenüe ; le réseau se densifiera progressivement pour desservir tous les arrondissements.

Après la Première Guerre mondiale l'enceinte de Thiers est progressivement démantelée et la rue militaire élargie pour former le boulevard des Maréchaux. Dans le 15e, plus précisément les boulevards du Général Martial-Valin, Lefebvre et Victor où sera inaugurée en 1934 la Cité de l'Air, bâtiment remarquable conçu par les architectes Auguste Perret et Gustave Perret[4]; les façades et toitures de l'édifice sont inscrites à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 7 décembre 1965[5].
Le démantèlement de l'usine à gaz de Vaugirard[6] dégagera des terrains pour la construction, du square Saint-Lambert et en 1934 du Lycée Camille Sée, à l'origine destiné à l'enseignement des jeunes filles [7].

Après la Deuxième Guerre mondiale, le visage actuel de l'arrondissement s'affirme ; le développement de la circulation automobile entraine des réflexions qui mèneront au Plan d'aménagement de Paris de 1954 et aboutiront à la construction du Boulevard périphérique qui durera de 1956 à 1973. Les bretelles desservant le 15e arrondissement sont: Pont du Garigliano, Quai d'Issy, Porte de Versailles, de Sèvres et Brancion. Par ailleurs, le besoin en logements est aigu, le gouvernement met en place des mesures de déblocage du crédit pour la construction selon deux axes de rénovation et construction. Le recours à la vente par lots en copropriété, les techniques modernes de construction, la fermeture des abattoirs de Vaugirard, la délocalisation des usines Citroën (bombardées pendant la guerre) vers Rennes, la rénovation d'îlots insalubres accélèrent le mouvement ; dans les années 1970, un immeuble de bureaux de type gratte-ciel apparait : la Tour Montparnasse avec son restaurant panoramique Le Ciel de Paris ainsi qu'un quartier moderne le Front de Seine[8].

En 2013, l'ancienne ligne de chemin de fer de la petite ceinture longeant au sud-ouest toute la limite de l’arrondissement, en remblai, en tranchée ou en souterrain en fonction du relief sur les différentes parties du parcours, n'étant plus que très rarement utilisée, a été partiellement aménagée en coulée verte . L'arrondissement héberge trois gares de l'ancienne ligne :

Article détaillé : Ligne de Petite Ceinture.

Géographie[modifier | modifier le code]

Paris 15e arr. jms

Le 15e arrondissement est situé dans la partie sud-ouest de Paris, sur la rive gauche de la Seine, et comprend également l'une des trois îles parisiennes de la Seine, l'île aux Cygnes.

Avec 8,48 km2, le 15e est le troisième plus grand arrondissement de Paris, et même le plus grand si les bois de Boulogne et de Vincennes n'étaient pas comptés dans le 16e et le 12e. Il compte pour 8 % de la superficie de la capitale (9,7 % sans les bois).

L’arrondissement est délimité :

Rose des vents Paris 16e, La Seine Paris 7e Paris 6e Rose des vents
Paris 16e, La Seine N Paris 14e
O    Paris 15e    E
S
Boulogne-Billancourt Issy-les-Moulineaux, Vanves Malakoff

Le 15e arrondissement est une zone au relief peu marqué : il comprend le point le plus bas de Paris (28 m) et son altitude maximale ne dépasse pas une soixantaine de mètres au-dessus du niveau de la mer.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, l’arrondissement compte 238 190 habitants[9] (les Valgirardins). Le 15e est l’arrondissement le plus peuplé de Paris (devant le 18earrondissement, 200 631 habitants)[9] et regroupe 10,7 % de la population de la ville. Il est plus peuplé que Bordeaux et serait donc, si c'était une commune, la 9e par sa population.

Avec 8,48 km2, la densité de population atteint 28 174 hab./km2, légèrement plus que la moyenne de la capitale (environ 20 000 hab./km2) : le 15e est donc le sixième arrondissement le plus dense de Paris, après les 11e (41 536 hab./km2), 20e (32 309 hab./km2), 18e (31 756 hab./km2), 3e (29 676 hab./km2) et 17e (28 453 hab./km2) arrondissements.

Le tableau suivant donne l’évolution de la population de l’arrondissement et de ses quartiers (Saint-Lambert, Necker, Grenelle et Javel) lors de divers recensements nationaux[10],[11],[12],[13],[14] :

Date 15e arrondissement Saint-Lambert Necker Grenelle Javel
1861 56 041 12 867 20 221 16 064 6 889
1866 69 340 16 633 24 438 19 706 8 563
1872 75 449 16 571 26 131 23 216 9 531
1876 78 579 17 470 27 982 23 340 9 787
1881 102 187 24 030 34 401 30 524 13 232
1886 111 212 26 389 35 887 32 782 16 154
1891 119 307 28 585 37 971 35 586 17 165
1926 232 329 74 652 60 903 57 561 39 213
1931 238 797 79 296 60 403 57 717 41 381
1954 249 795 87 707 58 418 60 190 43 480
1962 251 765 92 906 56 173 56 363 46 323
1968 242 506 90 051 52 319 54 230 45 906
1975 230 835 89 560 47 455 48 765 45 055
1982 225 628 85 380 47 948 47 256 44 776
1990 224 205 82 880 47 940 46 033 47 352
1999 225 467 82 032 46 932 47 411 49 092
2006 232 949
2009 238 914
2010 236 715 86 312 48 438 49 684 52 281

Politique[modifier | modifier le code]

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire du 15e arrondissement de Paris sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Tendance politique Début de mandat Fin de mandat
Municipales 15e arrdt de Paris Maire du 15e arrdt Philippe Goujon UMP Mars 2014 Mars 2020
Municipales Ville de Paris Maire de Paris Anne Hidalgo PS Mars 2014 Mars 2020
Législatives 12e circonscription - 15e nord Député Philippe Goujon UMP
Législatives 13e circonscription - 15e sud Député Jean-François Lamour UMP
Régionales Île-de-France Président du conseil régional Jean-Paul Huchon PS 2015
Présidentielle France Président de la République François Hollande PS

Circonscriptions[modifier | modifier le code]

Le 15e arrondissement de Paris est constitué actuellement de deux circonscriptions législatives.

Élus nationaux[modifier | modifier le code]

Entre 1893 et 1910, le blanquiste Emmanuel Chauvière représenta la circonscription du quartier de Javel à la chambre des députés. De 1928 à 1940, l’arrondissement fut divisé en 3 circonscriptions. Georges Boucheron, affilié aux Radicaux indépendants, et Lionel de Tastes, de l’Alliance démocratique, sont élus de Javel entre 1928 et 1936. Entre 1936 et 1940, le communiste Charles Michels était l’un des trois parlementaires représentant l’arrondissement, aux côtés de Jules Fourrier (PCF) et de Bertrand de Sauvan d'Aramon (Fédération républicaine de France).

L’actuelle douzième circonscription de Paris (quartier de Grenelle, quartier Necker et une partie du quartier de Javel) est détenue par la droite depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale tandis que l’actuelle treizième circonscription de Paris (quartier Saint-Lambert et une partie du quartier de Javel) est détenue par la droite depuis 1928.

Lors de la législature 2002-2007, le député de la 12e circonscription de Paris est Édouard Balladur (Union pour un mouvement populaire, UMP) tandis que celui de la 13e circonscription est René Galy-Dejean.

Lors des élections législatives de 2007, Philippe Goujon est élu député de la 12e circonscription (nord du 15e) et Jean-François Lamour (UMP) est élu député de la 13e circonscription (sud du 15e). L’ancien acteur et chanteur Bernard Menez s’est présenté à cette élection, sans étiquette ; 367 personnes lui ont accordé leur vote.

Mairie d'arrondissement[modifier | modifier le code]

La mairie du 15e arrondissement.

Philippe Goujon (UMP) est le maire du 15e arrondissement de Paris depuis le . Il a succédé à René Galy-Dejean, maire RPR puis UMP de 1983 à 2008.

Liste des maires successifs depuis 1983
Élection Identité Parti Notes
1983 René Galy-Dejean RPR/UMP Élu en 1983, 1989, 1995 et 2001.
2008 Philippe Goujon UMP Élu en 2008 et 2014.

Lors des élections municipales des 23 et , la liste UMP/UDI/MoDem, menée par Philippe Goujon, l’a remportée avec 63,37 % des suffrages exprimés contre 36,62 % à celle d’Anne Hidalgo (PS/PRG/PCF/EELV).

Conseil du 15e arrondissement de Paris 2014-2020

Groupe Effectif Statut
UMP, UDI, MoDem et Apparentés 30 majorité
PS, EÉLV, PCF et Apparentés 6 opposition

Conseillers de Paris au titre du 15e arrondissement[modifier | modifier le code]

Depuis le , les conseillers de Paris élus dans le 15e arrondissement sont :

Élections nationales[modifier | modifier le code]

Lors de l'élection présidentielle de 2007, les électeurs de l’arrondissement votent en majorité pour Nicolas Sarkozy (59,82 %) lors du second tour (50,19 % en moyenne à Paris).

En 2012, les électeurs de l’arrondissement votent toujours en majorité pour Nicolas Sarkozy (54,50 %) lors du second tour (44,40 % en moyenne à Paris).

Quartiers administratifs[modifier | modifier le code]

Quartiers administratifs du 15e arr.

Le 15e arrondissement, dit « arrondissement de Vaugirard » est subdivisé en quatre quartiers administratifs :

Note: Les quartiers administratifs ne correspondent pas à la notion de Quartier de Paris.

Transports[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Métro[modifier | modifier le code]

Édicule Guimard, Métro Pasteur

Le 15e arrondissement est desservi par les lignes de métro 4, 6, 8, 10, 12 et 13. Mise à part la ligne 6, en aérien du pont de Bir-Hakeim jusqu’à Pasteur, elles sont toutes souterraines. Le terminus de la ligne 8, Balard, est situé à la limite sud-ouest de l’arrondissement. Les principales correspondances sont La Motte-Picquet - Grenelle (3 lignes) et Montparnasse - Bienvenüe (4 lignes). Au total, l’arrondissement est desservi par 22 stations.

Autobus[modifier | modifier le code]

Les lignes, 39, 62, 42, 88, 80, 70 et 89 principalement[15].

L'arrondissement dispose également d'une Traverse : Brancion-Commerce, dont le trajet circulaire serpente dans les limites de l'arrondissement avec des bus de petite capacité. À l'encontre des 4 autres lignes similaires à Paris, c'est la seule qui n'est pas exploitée par la RATP[16] mais par la société b-e-green[17].

Tramway[modifier | modifier le code]

Le sud de l’arrondissement est desservi par les T2 et T3.

Réseau Express Régional[modifier | modifier le code]

La branche C5 du RER C longe le côté nord-ouest du 15e arrondissement, le long de la Seine et dessert les gares de Pont du Garigliano, Javel et Champ de Mars - Tour Eiffel. Cette dernière gare est le lieu de bifurcation, vers l’ouest, entre les branches C5 et C7 (qui remonte vers le nord) et vers l’est, de la branche C1.

Transilien, grandes lignes et TGV[modifier | modifier le code]

La gare de Paris-Montparnasse occupe le coin est de l’arrondissement ; ses lignes de chemin de fer séparent le 15e du 14e.

Vélib' Sèvres-Lecourbe

Velib' et Autolib'[modifier | modifier le code]

Velib[18], environ 90 stations dans l'arrondissement en 2015[19], Autolib' (Paris)[20], environ 55 stations dans l'arrondissement en 2015[21].

Transport fluvial : ponts et ports[modifier | modifier le code]

Paris - Pont Mirabeau - détail

Tous les ponts du 15e arrondissement le relient au 16e. Ce sont, de l’amont vers l’aval :

Le 15e arrondissement comporte aussi 3 ports fluviaux gérés par Ports de Paris :

  • Port de Suffren (croisières sur la Seine)
  • Port de Grenelle, avec sa base nautique et son école de préparation au permis bateaux[23].
  • Port de Javel :
    • Port de Javel-Haut, avec escale et amarrage de bateaux à roue[24] et bateaux de croisières parisiennes[25],[26].
    • Port de Javel-Bas où est amarré le bateau Thalassa, une péniche évènementielle et où, en été, la nouvelle ginguette "La Javelle"[27]se réveille. Il sert de terminus aux bateaux de croisière fluviale de et vers la Baie de Seine.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Ancien aérodrome privé, puis militaire, l'ancien champ de manœuvres d'Issy est depuis 1953 réservé à la giraviation (tourisme, Sécurité civile et Samu).

Principaux lieux, monuments et services[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Immeuble Art nouveau, Alfred Wagon, détail 1



Bustes et monuments[modifier | modifier le code]

Mémorial Henri Farman face à l'Héliport

Ateliers d’artistes[modifier | modifier le code]

L’arrondissement contient un nombre significatif d’ateliers d’artistes. Selon leur époque de construction, ceux-ci sont de deux types :

  • Un atelier dans une maison individuelle ou une villa
  • Un ou plusieurs ateliers dans des immeubles collectifs. De nombreux ateliers ont ainsi été construits dans les années 1930.

Quelques exemples :

  • Boulevard Victor, en face de l’immeuble des Frères Perret et à l’aplomb de la station de métro Balard, un atelier
  • Boulevard Lefebvre, trois ateliers
  • Rue Lecourbe, au 48, deux ateliers, au 251, trois ateliers
  • Rue de l'Abbé-Groult, un atelier au 48
  • Rue Blomet, au 55, un atelier et au 125, un atelier
  • Rue des Entrepreneurs, au 86, deux ateliers,
  • Rue Pierre-Mille, un atelier au 10 et un au 12
  • Rue Dombasle, un atelier
  • Rue Copreaux, au 21, un atelier en rez-de-chaussée
  • Square Desnouettes, au 4 et 4bis, 25 ateliers dans deux immeubles 1930
  • Villa Santos-Dumont

La plupart de ces ateliers ont perdu leur vocation d’origine et sont convertis en logements ou en commerces.

Il faut bien évidemment également citer la Ruche rassemblant une vingtaine d'ateliers encore actifs.

Espaces verts[modifier | modifier le code]

Les parcs[modifier | modifier le code]

Les jardins[modifier | modifier le code]

Jardins publics
Jardins partagés
  • Jardin "Aux p'tits oignons" (square des Cévennes)
  • Jardi'âges (rue des Périchaux)
  • Maison violette (rue Violet) et son AMAP
  • Jardin "Fleurs de bitume" (square Pierre-Adrien Dalpayrat)
  • Jardin de la Félicité (rue Paul Barruel)
  • Jardins de Beaugrenelle (toit du centre commercial)[43]

Les squares[modifier | modifier le code]

Les promenades[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

La musique, (Musée Bourdelle)

Cinémas[modifier | modifier le code]

  • Chaplin Saint-Lambert (3 salles)
  • Gaumont Aquaboulevard (14 salles)
  • Gaumont Convention (en travaux, réouverture annoncée pour 15 septembre 2015)
  • Pathé Beaugrenelle (10 salles), design Ora-ïto

Parmi les salles dorénavant fermées :

  • L'Arc en ciel, ancien Palace du Rond Point, au 154 rue Saint Charles [48]
  • Bienvenuë Montparnasse, devenu le Grand Point Virgule en 2010.
  • Le Grand Pavois, fermé en 2007, devenu un studio de synchronisation.
  • Kinopanorama, fermé en 2002, devenu un centre de bien-être.
  • MK2 Beaugrenelle, fermé en 2007 et détruit dans le cadre de la rénovation du centre commercial Beaugrenelle.
  • Palace Croix-Nivert, fermé en 1983, mais toujours utilisé pour des manifestations privées.
  • Studio Bertrand, fermé en 1986, toujours visible 29 rue du Général Bertrand, près de la rue de Sèvres.
  • UGC Convention, fermé en 2005, détruit dans le cadre d'une opération immobilière.

Salles de spectacles et théâtres[modifier | modifier le code]

Hormis le Palais des sports, les théâtres de l'arrondissement restent dans la tradition des théâtres de poche, avec des salles de moins de 300 places.

Guignol et gendarme

Autres spectacles[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Le 15e arrondissement est bien doté en crèches[58], maternelles[59] et établissements d'enseignement primaire, secondaire, professionnel et adapté, tant publics que privés sous contrat ou hors contrat[60]. On trouve aussi des établissements d'enseignement supérieur et/ou professionnel, publics et privés.

Enseignement primaire et secondaire[modifier | modifier le code]

  • Lycée autogéré de Paris (public, expérimental)
  • Lycée Buffon (public, général, plus classes préparatoires)
  • Lycée Camille-Sée (public, général)
  • Lycée Blomet, École Normale Catholique (privé sous contrat, plus classes préparatoires)
  • Lycée Sainte Elizabeth (privé sous contrat)
  • Lycée Régional du Bâtiment et des Travaux Publics Saint-Lambert (public)
  • Lycée Louis Armand (public, polyvalent)
  • Lycée Brassai (public, polyvalent)
  • Lycée Fresnel (public, général et technologique, préparation BTS)
  • Lycée Roger Verlomme (public, technique)
  • Lycée professionnel Claude Anthime Corbon (public)
  • Lycée Beaugrenelle (public, professionnel)
  • Lycée Léonard de Vinci (public, polyvalent)
  • Établissement régional d'enseignement adapté Alexandre Dumas (public)
  • Collège Guillaume Apollinaire (public, général et section enseignement adapté)
  • École Internationale EIB (Victor Hugo School)
  • École et internat primaire Saint Charles (privé sous contrat)
  • École active bilingue Jeannine-Manuel (privé sous contrat)
  • École Diwan - bilingue breton (privé sous contrat)
  • École Georges Gusdorf (privé hors contrat)

(liste non exhaustive)

Enseignement supérieur et/ou professionnel[modifier | modifier le code]

Musée et Institut Pasteur

Bibliothèques, librairies, conservatoires de musique et patronage[modifier | modifier le code]

Marchés et commerces[modifier | modifier le code]

Marché Convention

Les rues commerçantes sont principalement les rues du Commerce (avec son Café du Commerce), Saint Charles (village Saint Charles), Lecourbe[83] ainsi que la rue des Entrepreneurs[84].

L'arrondissement dispose aussi du centre commercial Montparnasse Rive gauche avec ses Galeries Lafayette Montparnasse et du Centre commercial Beaugrenelle.

Santé[modifier | modifier le code]

Pour les pharmacies, les dentistes ou vétérinaires voir le guide G15[88].

Cimetières[modifier | modifier le code]


Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Piscine keller
Skateboarding
  • Piscines publiques :
    • Piscine Émile Anthoine (9 rue Jean Rey, métro Bir-Hakeim) : piscine fermée jusqu'en janvier 2017 ;
    • Piscine Armand-Massard (66 boulevard du Montparnasse, métro Montparnasse-Bienvenüe) ;
    • Piscine Blomet (17 rue Blomet, métro Volontaires) ;
    • Piscine Keller, traitée à l'ozone, (14 rue de l'ingénieur Robert Keller, métro Charles-Michels) ;
    • Piscine René et André Mourlon (19 rue Gaston de Cavaillet, métro Charles-Michels ;
    • Piscine de la Plaine (13 rue du Général Guillaumat, métro Porte de Versailles);
    • Piscine Balard (5bis avenue de la Porte de Sèvres) ;
  • Aquaboulevard (centre ludique et sportif)
  • Gymnases : Vaugirard, Cévennes, Saint-Lambert - Croix-Nivert - Falguière
  • Courts de tennis : 7 centres municipaux ; Atlantique, La Plaine, Suzanne Lenglen, Croix Nivert, Charles Rigoulot, La Sablonière et René et André Mourlon[89] et clubs privés tels Tennis de la cavalerie [90] et Cheminot Vaugirard[91],[92]
  • Bowling Front de Seine
  • Boules et pétanque: Charles Rigoulot et Suzanne Lenglen ainsi que dans le square de la place du Commerce
  • Escalade: ESC 15 [93]
  • "Skateboarding": Beaugrenelle et gare Montparnasse[94]
  • Escrime[95] et Boxe[96]
  • Squash [97]
  • Arts martiaux: le dojo de Grenelle[98]
  • Clubs et salles de sports[99]

Stades[modifier | modifier le code]

Lors des Jeux olympiques d'été de 1924, les épreuves de lutte, de boxe et d'haltérophilie se sont déroulées dans le 15e.

Institutions caritatives, lieux de culte et congrégations[modifier | modifier le code]

Lieux de culte chrétien 
rue Gerbert
Lieux de culte judaïque 
Lieux de culte musulman 

-Le Conseil français du culte musulman, CFCM est situé rue Lecourbe-

Congrégations 
    • Congrégation des Soeurs du Christ, rues Mathurin Régnier et des Volontaires
    • Congrégation de Notre-Dame, rue de la Croix-Nivert
    • Congrégation des Petites Soeurs de l'Assomption, rue Violet
    • Congrégation Notre Dame des Anges, rue de Vaugirard
    • Franciscaines Missionnaires de Notre Dame, rues Dombasle et de la Convention
    • Soeurs de Saint Paul de Chartres, rue Violet
    • Oblates de l'Assomption, rue Lecourbe
    • Centre Jésuite Pierre Fabre, rue Blomet
    • Congrégation des Religieux de Saint Vincent de Paul, rue Lecourbe

Économie, administrations et équipements divers[modifier | modifier le code]

Fontaine Wallace, rue Alain Chartier
Kiosque à musique, square Violet



Hôtel Novotel, crédit Rémi Jouan

Tourisme[modifier | modifier le code]

L'arrondissement est d'une part le lieu d'un tourisme d'affaires, drainé d'abord par Paris Expo, porte de Versailles, qui attire environ 6 millions de visiteurs par an, tous salons confondus[114] et ensuite, par la présence de salles de congrès et conférences telles "Planète Equinoxe"[115], "Paris IUC espace congrès" [116] ou "CAP 15" (Centre international d'affaires, de congrès et de réception).

Par ailleurs, les pôles d'attraction comme le belvédère sur la Seine[117] que constituent le quartier du Front de Seine, son centre commercial Beaugrenelle, ses vues sur la statue de la Liberté et la tour Eiffel (toute proche), le développement progressif des escales et croisières privées ou collectives au port de Javel-Haut, le passé historique de l'arrondissement avec son musée de la Résistance nationale[118], son passé artistique du côté de Montparnasse et ses musées Bourdelle et Mendjisky, le rayonnement mondial de l'Institut Pasteur, l'intérêt architectural de certains immeubles discrets[119], ses infrastructures hôtelières diversifiées (Novotel, Pullman[120], Mercure ou de charme)[121] mais offrant souvent des vues dégagées sur la capitale ; tous ces atouts font que le 15e participe, à l'économie touristique de Paris.


Le 15e arrondissement au cinéma[modifier | modifier le code]

La majorité de ces informations provient de la section des lieux de tournages sur le site de la région Île-de-France[122].

La fontaine des Polypores par Jean-Yves Lechevallier

Le 15e arrondissement fut le lieu de la première projection publique du cinéma numérique en Europe, réalisée par Philippe Binant, le 2 février 2000 au Gaumont Aquaboulevard, 4-6 rue Louis-Armand[123].

Personnalités liées au quartier[modifier | modifier le code]

Les hommes et femmes politiques[modifier | modifier le code]

Claude Anthime Corbon, homme politique et penseur, maire du 15e en 1870, auteur de De l'enseignement professionnel.

Les personnalités du spectacle[modifier | modifier le code]

Brigitte Bardot - 1962

Les philosophes[modifier | modifier le code]

Les écrivains[modifier | modifier le code]

Et plus spécifiquement, les écrivains surréalistes tels :

Les ingénieurs, hommes d'affaires et scientifiques[modifier | modifier le code]

Louis Pasteur par le photographe Félix Nadar en 1878.
Modèles Citroën

Les chanteurs[modifier | modifier le code]

Les peintres et les sculpteurs[modifier | modifier le code]

Villa Santos-Dumont
L'oiseau Lunaire de Joan Miro, photographié ici à Madrid

La présence d'ateliers et cités d'artistes (Blomet, Falguière (du nom du sculpteur), La Ruche, Santos Dumont)[134], les attira en nombre, de tous bords et tous horizons, (Europe centrale entre autres), au début du XXe siècle, notamment:

Miró fit don de l'oiseau lunaire à la ville de Paris, cette sculpture est aujourd'hui placée dans le square du même nom, situé à l'emplacement de l'ancienne cité d'artistes Blomet. Tous ces gens allaient se retrouver au Bal Nègre pour écouter de la musique antillaise, 33 rue Blomet. Nombre d'entre eux appartiennent aujourd'hui à l'École de Paris. C'est le Paris des Années folles en France, celui qui inspira Jacques Réda pour Le Quinzième Magique dans Châteaux des Courants d'Air [137].

Les ateliers d'artiste sont encore nombreux dans l'arrondissement et certains ouvrent leur porte à l'occasion de journées portes ouvertes[138].

Les Maîtres Verriers et Grands Artisans[modifier | modifier le code]

Les philanthropes[modifier | modifier le code]

La gastronomie[modifier | modifier le code]

L'arrondissement offre un choix étendu et respecté de restaurants[139]

Les médias[modifier | modifier le code]

Les militaires[modifier | modifier le code]

  • Toussaint-Guillaume Picquet de La Motte, comte de la Motte, militaire.
  • Dietrich von Choltitz, Général allemand qui refuse de détruire Paris (guerre 39-45) fait sauter le central téléphonique du 10 rue Saint-Amand réquisitionné par des nazis qui n'acceptaient pas la capitulation, seul bâtiment détruit sur son ordre.

Les personnages de fiction[modifier | modifier le code]

Le 15e arrondissement et la Résistance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Résistance intérieure française.

Clandestinité, double jeux, noms de code....Peur, risque, courage, intelligence..... Torture et assassinats; quelques hommes, femmes et lieux.

Journaux clandestins, fabrication de faux papiers[modifier | modifier le code]

  • Journaux clandestins :

Défense de la France, avec Charlotte Nadel[141] et Jacques Grou-Radenez [142], rue de la Convention, L'Aurore, rue Falguière, Libération-Nord, rue Félix Faure, Valmy, conçu, rédigé et fabriqué par Raymond Burgard et ses amis, rue Gramme, Le Gaulliste, rue Ginoux, lié au Réseau Hector d'Alfred Heurtaux, Témoignage chrétien, dépôt et centre de diffusion, 216 rue Lecourbe.

  • Faux papiers :

L'Imprimerie nationale, au 27 rue de la Convention est placée sous direction allemande, mais les résistants récupèrent des timbres et collections typographiques pour la fabrication de faux papiers ; (plusieurs ateliers chez des imprimeurs et libraires de l'arrondissement, tel Michel Bernstein[143]).

Caches, planques, filières d'évasion (aviateurs et fugitifs évadés)[modifier | modifier le code]

Résistants, Paris

Renseignement, boites aux lettres, trahisons et arrestations[modifier | modifier le code]

Dépôts médicaux et de vivres, laboratoires clandestins[modifier | modifier le code]

  • Dans les caves de l'Institut Pasteur, dirigé par Paul Milliez et Jacques Tréfouël, dépôt du Comité médical de la Résistance[151], (comprenant peut être aussi les ampoules de cyanure que des résistants portaient sur eux pour les avaler en cas de capture afin de ne pas trahir sous la torture).
  • Dépôt du comité des œuvres sociales des organisations de Résistance (COSOR)[152] (mars 1944), 310 rue de Vaugirard, assistance aux familles des résistants tombés.
  • Laboratoire clandestin de fabrication d'explosifs (FTP-MOI), 239 rue Saint Charles.

Manifestations, attentats et combats de rue[modifier | modifier le code]

La fin des hostilités[modifier | modifier le code]

Blason[modifier | modifier le code]

Blason de Paris XV

Les armes de Paris XVe se blasonnent ainsi: "De gueules à la bande d'or, chargée de trois roues dentées de sable et accompagnée en chef d'un flambeau d'argent enflammé d'or et en pointe d'un microscope d'argent." [155]

  • Ce blason n'est pas officiellement utilisé.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Florence Claval, Le guide du promeneur 15e arrondissement, Parigramme, Paris, 1994 (ISBN 2-84096-041-9)
  • Xavier Joubert, Vaugirard et Grenelle au fil des siècles, Histoire du quinzième arrondissement, S.P.I.G. imprimeur, Paris, 1960.
  • Marie-Claude Dane, L'École de Paris dans le XVe arrondissement: 1885-1940 , Délégation à l'action artistique de la ville de Paris, 1979.
  • Patrick de Gmeline, Histoire de la brique de Vaugirard, Editions Gérard Vince, 1987.
  • Roger Caillois, Petit guide du XVe à l'usage des fantômes, Fata Morgana, (ISBN 978-2-85194-795-6), récit, Paris, 1995
  • Gilles-Antoine Langlois, Le XVe arrondissement: l'étendue de la réussite, Délégation à l'action artistique de la Ville de Paris, 1996. (ISBN 2-90511-885-7)
  • D. Leborgne, Vie et histoire du XVe arrondissement de Paris, Éditions Hervas, (ISBN 978-2-90311-821-1), (15 janvier 1999).
  • Béatrice Brasseur, Je me souviens du 15e arrondissement, Parigramme, (ISBN 978-2-84096-231-1), (11/10/2001).
  • René Minoli, Mémoire Des Rues, Paris 15e arrondissement, 1900-1940, Parimagine, (ISBN 978-2-91619-516-2), (01/10/2012).
  • Nadia Khouri-Dagher, Paris 15ème, le bonheur à ma porte, Au coeur du monde. (ISBN 978-2-9545024-0-3)[156].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son emplacement se situant entre les actuels boulevards des Maréchaux et boulevard périphérique
  2. Souvent surnommé le "Balardgone" par rapprochement onomastique avec le Pentagone
  3. Écriteau de l'entrée de la Halle aux Chevaux

Pour les télécommunications et la fibre optique dans le 15e arrondissement voir l'information sur ariase[157].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Population légale Insee au 1er janvier 2012 sur les limites territoriales du 1er janvier 2014, consulté le 8 février 2015.
  2. Source : article R. 2512-1 du Code général des collectivités territoriales (partie réglementaire), sur Légifrance.
  3. L'annexion de 1860. Naissance du XVe arrondissement". Résumé d'un article de Jacques Couvreur in Bull. Soc. hist. & arch. du XVe arrondt de Paris – no 25"
  4. Balard, historique du site[1]
  5. Ministère de la culture[2]
  6. Société historique et archéologique du XVe[3]
  7. Académie de Paris[4]
  8. apur.org 15e arrondissement pdf
  9. a et b « Nombre d'habitants de chaque commune du département de Paris - Guide des démarches »
  10. Chiffres 1861 à 1891 : Résultats statistiques du dénombrement de 1891 pour la ville de Paris et le département de la Seine, et renseignements relatifs aux recensements antérieurs, Préfecture de la Seine, Service de la statistique municipale, 1894. Les résultats de 1891 par quartier sont données p. 597-758, voir en particulier le tableau de la p. 625. Résultats antérieurs, voir tableau p. 829.
  11. Chiffres 1926 et 1931 : René Mossé, « La population de Paris d'après le recensement de 1931 », Journal de la société de statistique de Paris, no 75 (1934), p. 152-168.
  12. Chiffres 1954-1999 : [PDF] « Paris 1954-1999 - Données statistiques - 15e arrondissement », Atelier parisien d'urbanisme,‎ (consulté le 20 janvier 2009)
  13. Chiffres 2010 : Population des IRIS des 4 quartiers administratifs du 15e arrondissement (« grands quartiers » no 7511557, 7511558, 7511559 et 7511560) dans la Table de référence des IRIS 2012 téléchargeable depuis la page Découpage infracommunal en IRIS du site de l'Insee.
  14. Voir aussi Paris, une population toujours en hausse, Résultats du recensement au 1er janvier 2010, Apur
  15. Ratp.fr[5]
  16. |Le dossier sur le site de la mairie de Paris, consulté le 8 février 2015
  17. http://b-e-green.com/, consulté le 8 février 2015.
  18. Velib.paris[6]
  19. Vélos-Paris[7]
  20. Autolib-Paris[8]
  21. Autolib-stations-Paris[9]
  22. paris1900.com
  23. defim.fr
  24. bateaux-a-roue.fr
  25. yachtsdeparis.fr
  26. parispeniches.fr
  27. lajavelle.com
  28. Equipement.paris.fr
  29. parisbalades.com
  30. lepaquebot.blogspot.fr /
  31. Ministère de la culture
  32. petit-patriloine.com
  33. pavillon-arsenal.com (Pdf)
  34. Nouveau ministère [10]
  35. Ateliers Vaugirard avril 2015, Groupe RATP[11]
  36. culturevisuelle.org
  37. lartnouveau.com
  38. lartnouveau.com
  39. promenades-urbaines.com
  40. Paris inconnu[12]
  41. Les deux taureaux du parc Brassens". Résumé d'un article de Michel Périn in Bull. Soc. hist. & arch. du XVe arrondt de Paris – no 40
  42. Metronews.fr
  43. paris.fr
  44. Musée Mendjisky-Écoles de Paris
  45. museesleclercmoulin.paris.fr
  46. Musée des objets trouvés
  47. Paris à nu
  48. paris-louxor.fr
  49. brancion-paris15.asso.fr, consulté le 17 février 2015
  50. legrandpointvirgule.com, consulté le 17 février 2015
  51. theotheatre.com, consulté le 17 février 2015
  52. aire-falguiere.com, consulté le 17 février 2015
  53. craccoyer.free.fr, consulté le 17 février 2015
  54. theatreduriscochet.com
  55. marionnettes-parc-brassens.fr
  56. theatresparisiensassocies.com
  57. kiosquetheatre.com
  58. Mairie du 15e [13]
  59. Mairie du 15e[14]
  60. Académie de Paris[15]
  61. Institut Pasteur [16]
  62. Université Panthéon-Sorbonne[17]/
  63. Université Panthéon-Assas[18]
  64. Paris-Schiller.com [19]/
  65. Boston University[20]
  66. Ecole du Cordon Bleu Paris[21]
  67. « Bibilothèque Andrée-Chédid », sur paris.fr (consulté le 8 mars 2015)
  68. « Bibliothèque Gutenberg », sur paris.fr (consulté le 8 mars 2015)
  69. « Médiathèque Marguerite-Yourcenar », sur paris.fr (consulté le 8 mars 2015)
  70. « Bibliothèque Vaugirard », sur paris.fr (consulté le 8 mars 2015)
  71. « Bibliothèque sonore de Paris » (consulté le 8 mars 2015)
  72. http://www.mairie15.paris.fr/mairie15/jsp/site/Portal.jsp?page_id=237
  73. [22]
  74. [23]
  75. « Marché Cervantès », sur paris.fr (consulté le 8 mars 2015)
  76. « Marché Convention », sur paris.fr (consulté le 8 mars 2015)
  77. « Marché Georges-Brassens », sur paris.fr (consulté le 8 mars 2015)
  78. « Marché de Grenelle », sur paris.fr (consulté le 8 mars 2015)
  79. « Marché Lecourbe Vasco-de-Gama », sur paris.fr (consulté le 8 mars 2015)
  80. « Marché Lefèbvre », sur paris.fr (consulté le 8 mars 2015)
  81. « Marché Saint-Charles », sur paris.fr (consulté le 8 mars 2015)
  82. « Marché du livre ancien et d'occasion », sur paris.fr (consulté le 8 mars 2015)
  83. « le-xve-geant-aux-pieds-agiles », sur lefigaro.fr,‎ 2011/09/20/ (consulté le 8 mars 2015)
  84. Gavroche père et fils[24]
  85. De la maison de santé des sœurs de Sainte-Marie de la Famille à la clinique Blomet". Résumé d'un article de François de Béru in Bull. Soc. hist. & arch. du XVe arrondt de Paris – no 39
  86. Centre Françoise Gremy[25]
  87. Maison-medicale-jeanne-garnier[26], consulté le 9 mars 2015.
  88. G15[27]
  89. tout-paris.org
  90. http://www.tennisdelacavalerie.fr/
  91. http://www.le-tennis-club.fr/paris-15/cheminot-vaugirard-tc/
  92. (en) « the-unusual-hidden-tennis-courts-of-paris » New York Time
  93. « Escalade - Paris 15 », sur esc 15.fr
  94. Mairie de Paris [28], consulté le 21 mars 2015
  95. Salles d'escrime[29]
  96. [30]
  97. Squash-front de seine[31]
  98. Dojo de Grenelle[32]
  99. Salles de sport, Paris 15[33]
  100. ordredemaltefrance.org
  101. saintjeandedieu.com
  102. lefigaro.fr
  103. « patrimoine-religieux », sur patrimoine-religieux.fr (consulté le 8 mars 2015)
  104. Salamnews[34]
  105. Patrimoine religieux[35]
  106. Chambre francoallemande de Commerce et d'Industrie[36]
  107. fr.unesco.org
  108. « Le fief discret des puissants », sur lepoint.fr (consulté le 8 mars 2015)
  109. cartegrise-paris.com
  110. « Réseau-information-jeunesse », sur Ministère de la jeunesse-jeunes.gouv.fr (consulté le 8 mars 2015)
  111. CCA[37]
  112. Maison de la Bretagne[38]
  113. Boucicaut pépinière accueillante[39]
  114. « Parc des expositions Porte de Versailles », sur transilien.com (consulté le 8 mars 2015)
  115. bedouk.fr
  116. bedouk.fr
  117. sempariseine.fr
  118. musee-resistance.com
  119. paris1900.blogspot.fr
  120. Pullman hotels
  121. Chateauxhotels.com Châteaux hôtels
  122. ïle de France.fr
  123. Voir Laurent Creton, Kira Kitsopanidou (dir.), Les salles de cinéma. Enjeux, défis et perspectives, Armand Colin / Recherches, Paris, 2013, p. 116.
  124. Sénat.fr
  125. paris15histoire.com
  126. Fontaines-Wallace
  127. Lefigaro.fr
  128. nouvelobs.com
  129. Google books
  130. Ministère de la culture
  131. La revue des montres
  132. Pasteur.fr
  133. idref.fr
  134. nouvelobs.com
  135. Atelier Brancusi[40]
  136. conrad-kickert.org
  137. Paris Tales sur Google books
  138. Catalogue portes ouvertes 2013. pdf
  139. Le Figaro
  140. a et b parisrevolutionnaire.com
  141. museedelaresistanceenligne.org
  142. museedelaresistanceenligne.org
  143. museedelaresistanceenligne.org
  144. exarchat.org
  145. ordredelaliberation.fr
  146. a et b http://voyeaud.org/Travaux/Livres/resistance_ptt.htm
  147. worldcat.org
  148. francaislibres.eklablog.com
  149. ordredelaliberation.fr
  150. ordredelaliberation.fr
  151. museedelaresistanceenligne.org
  152. museedelaresistanceenligne.org
  153. resistance-ftpf.net
  154. Armorial de France[41]
  155. Armorial de France [42]
  156. [43]
  157. ariase.com[44]