Racing Club de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RCF.
Racing Club de France Sport3 icone.svg
Logo
Généralités
Type Club omnisports
Date de fondation 20 avril 1882
Autre(s) nom(s) Racing Club (1882-1885)
Couleurs Ciel et blanc
Siège 5 rue Eblé, 75007 Paris
Sections sportives
Sections actuelles 18
Sections anciennes 1

Le Racing Club de France, également connu sous le sigle RCF, est un club omnisports parisien fondé le 20 avril 1882 sous le nom de « Racing Club ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Équipe de rugby du Racing en 1899.
Match de rugby de l'Olympique de Paris affrontant le Racing Club de France, le 18 janvier 1920.

C'est à l'origine un club d'athlétisme, imaginé par des élèves du lycée Condorcet, qui s’entraînaient à la course à pieds, faute de mieux, sous le hall de la gare Saint Lazare, et c’est là que fut fondé officiellement le club[1].

Le Racing Club change de nom pour adopter celui de Racing club de France (RCF) le 21 novembre 1885. Le RCF obtient la concession par le Conseil Municipal de Paris d'une grande plaine au sein du bois de Boulogne : le parc aux Biches. Une piste en herbe d'un peu moins de 500 mètres, un chalet servant de vestiaire et le centre de la Croix Catelan est né le 26 février 1886, accueillant déjà un millier d'adhérents, essentiellement issus des lycées bourgeois de l’Ouest parisien (Condorcet, Janson-de-Sailly) et des quartiers bourgeois de Paris (XVIe, XVIIe, VIIIe arrondissements)[2]. Ce lieu deviendra un des rendez-vous les plus huppés de Paris.

Direction[modifier | modifier le code]

Le club aux couleurs ciel et blanc fut dirigé par des présidents renommés, ce titre étant très honorifique et recherché (le premier fut Ferdinand de Lesseps), mais surtout par des secrétaires généraux, chargés de la politique sportive. Le plus célèbre des secrétaires généraux du RCF fut Georges de Saint-Clair (1884), fondateur en compagnie de Pierre de Coubertin et de Jules Marcadet de l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA). Il écrivit en 1887 Les sports athlétiques et les exercices de plein air. Il fut l’un des théoriciens du mouvement sportif en France. De la rencontre du RCF et du Stade Français, naquit la première Union, puis Fédération d'Athlétisme en 1887[3].

Un palmarès riche[modifier | modifier le code]

Précurseur dans de nombreux domaines, le Racing peut s'enorgueillir d'avoir été le premier club vainqueur d'une coupe d'Europe. En 1963, la section escrime du club offre la première coupe d'Europe, tous sports confondus à la France. Emmenés par Jean-Claude Magnan et Jack Guittet, l'équipe d'épée du RCF s'octroie la coupe d'Europe des clubs champions d'escrime[4]. À Heidenheim (Allemagne de l'Ouest), elle dispose, en finale, du champion suédois, pourtant favori[5].

Le 17 septembre 1967, à Bruxelles, la section tennis du Racing, avec dans ses rangs des joueurs comme Pierre Darmon ou François Jauffret, remporte la première Coupe du Marché commun[6] (qui deviendra très vite la Coupe d'Europe des clubs champions), face aux Italiens de Canottieri-Oriola. Plus tard, cette équipe va s'adjuger la Coupe Intercontinentale, en allant battre Porto Alegre au Brésil[5].

Au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le RCF a été le premier club européen en termes d'effectif et de palmarès : plus de 20 000 membres actifs, 93 médailles olympiques, 53 titres de champion du monde, 30 coupes d'Europe, 115 titres de champion d'Europe et plus de 1000 titres de champion de France.

En 2006 le Racing Club de France vit un tournant considérable lié à la perte de la concession de la Croix Catelan, accordée depuis 120 ans par la Mairie de Paris, contre une redevance symbolique, en échange d'une politique sportive ambitieuse. La perte de ce centre qui générait les seuls excédents de recettes du club a provoqué la quasi faillite du RCF qui a dû se replier sur ses sites de Versailles, le golf de La Boulie, et de la rue de Saussure (Paris 17e). Le site de la Croix Catelan, anciennement appelé Racing Club de France, se nomme désormais le Lagardère Paris Racing. Douze des sections sportives ont été reprises par le nouveau concessionnaire, le Groupe Lagardère (athlétisme, badminton, basket ball, décathlon moderne, escrime, judo, natation, pentahlon moderne, ski, tennis, tir, triathlon volley ball). Les sections football, golf, hockey sur gazon, rugby sont restées au Racing Club de France, football et rugby devant être reprises sous ce nom par des sociétés privées pour survivre.

Cette situation est en voie d'évolution, certaines sections (tennis, ski, tir, water polo, judo) ayant d'ores et déjà été relancées ou reprises par le Racing et le site de la rue Eblé dans le 7e arrondissement, ancien siège historique du RCF loué au Lagardère Paris Racing, a fait l'objet en 2014 d'un accord de restitution au RCF[réf. nécessaire].

Sections[modifier | modifier le code]

8 sections :

Sections du RCF jusqu'en 2006[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Racing Club de France Football.
Article détaillé : Racing club de France (natation).
Article détaillé : Racing Métro 92.

pour l'équipe pro senior

Anciennes sections[modifier | modifier le code]

  • Le Racing Club de France a disposé durant plusieurs périodes distinctes de son histoire (années 1930, après-guerre et années 1960) d'une section hockey sur glace. Au tout début des années 1950, celle-ci a glané deux titres de champion de France avant de suspendre ses activités[7]. L'histoire de cette section est toutefois très liée à celle de l'actuel Club des Français Volants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Prêtet, Le monde sportif parisien : 1940 –1944, in Pierre Arnaud et col, Le Sport et les Français pendant l’Occupation : 1940–1944, t. 1, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 105-118
  2. Pierre Bourdieu, Monique de Saint Martin, Le patronat, Actes de la recherche en sciences sociales, 20-21, 1978, p. 31
  3. O Arvin Berod, Les enfants d'Olympie, CERF.
  4. « Le palmarès de la section escrime du RCF », sur www.lagardereparisracing.com (consulté le 25 août 2013)
  5. a et b « Le Racing CF toucha avant Limoges et l'OM... », article de Bernard Dolet, publié dans le quotidien L'Équipe du mardi 13 août 2013.
  6. « Le palmarès de la section tennis du RCF », sur www.lagardereparisracing.com (consulté le 25 août 2013)
  7. Championnat de France de hockey sur glace 1951/52
  8. Championnats de France, document de travail de Patrick Tugault, le 17 janvier 2011, sur le site officiel de la Fédération française de baseball.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Navigation[modifier | modifier le code]