Battrans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Bartherans.

Battrans
Battrans
L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul
et son clocher pyramidal.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Gray
Intercommunalité Communauté de communes Val de Gray
Maire
Mandat
André Jeudy
2014-2020
Code postal 70100
Code commune 70054
Démographie
Population
municipale
230 hab. (2016 en augmentation de 1,32 % par rapport à 2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 25′ 46″ nord, 5° 38′ 16″ est
Altitude Min. 194 m
Max. 239 m
Superficie 5,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Battrans

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Battrans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Battrans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Battrans

Battrans est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 751 hectares, les forêts représentent 148 hectares (dont 143 de bois communaux). Dans une région essentiellement agricole, Battrans se situe sur un plateau vallonné en bordure de la vallée de la Saône, distante de 4 km, à une altitude de 201 m. Le village s'étend sur deux vallons entre lesquels coule un ruisseau (dénommé ruisseau de la grande fontaine sur le cadastre napoléonien) qui se jette dans une rivière, la Dhuys.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Ancier Rose des vents
Gray N Velesmes-Échevanne
O    Battrans    E
S
Cresancey

Toponymie[modifier | modifier le code]

Toponymie : En 1133, Balterens – ce pourrait être le lieu ou vivent les descendants de Balterius, on peut très certainement penser à une racine germanique Balda, « fort, courageux » [1] et[2]. L’orthographe du nom de la commune a évolué au fil du temps : Bapterans[3], Basterans puis "Batterans" sous l'ancien régime, an II (1793) toujours "Batterans" ; dans le Bulletin des Lois de 1801 on peut voir l’orthographe "Bathrans"[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La terre de Battrans aurait été acquise en 1360 par les moines de l’abbaye de Corneux (fondée en 1131)[5] de l'ordre des Prémontrés qui y établirent un prieuré. Toutefois une autre source indique une fondation en 1143 « S'il n'est pas prouvé que, de sa grange de Battrans, fondée vers 1143 et fort prospère, sortit un prieuré... » [6]. Battrans a pu être un bourg fortifié qui fut brûlé par les Routiers en 1361-1363[7].

La peste a sévi en 1630 à Battrans, une épidémie de peste noire avait déjà ravagé la Comté en 1348 et 1349[7] : « La peste avait commencé dans Frasne en décembre 1629, en décembre 1630 elle y sévissait encore... la fin de juillet, différents lieux du ressort de Gray sont atteints et barrés incontinent, Rigny, Ancier, Batterans ; puis, le 22 août, Gray lui-même où le premier cas de peste se déclare sur un tanneur de la rue de la Vannoise. La maladie resta quelque temps sans faire de grands progrès, et les Graylois s'étonnaient que pour quelques accidents survenus dans leur ville, on leur eut interdit l'entrée des simples bourgs et villages… ».

Vestiges de l'ancien haut-fourneau à la limite de la commune d'Ancier.

Minerai de fer : au XIXe siècle le minerai de fer est exploité à Battrans qui comporte notamment un atelier de lavage, un haut-fourneau dont on peut voir des vestiges au nord du village en limite de la commune d’Ancier, d'un patouillet et de quatre lavoirs à bras au lieudit le Moulin du Comte qui aurait pu se situer dans un coude la rivière la Dhuys en aval du pont[8]. La guerre franco-prussienne de 1870 voit se dérouler sur le territoire de la commune le «combat de Battrans » entre Français et Prussiens[9].

La Première Guerre mondiale coutât la vie à sept combattants originaires de Battrans ; dans l'église une plaque commémorative honore leur mémoire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Gray[10] (dont la composition a été modifiée dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, passant de 21 à 24 communes).

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune a adhéré le à l'ancienne communauté de communes Val de Gray.

L'article 35 de la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010[11] « de réforme des collectivités territoriales » prévoyait d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre, dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants.

Dans ce cadre, le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) approuvé par le préfet de Haute-Saône le [12] a prévu la fusion de cette intercommunalité avec la petite communauté de communes du Pays d'Autrey, auxquelles plusieurs communes jusqu'alors isolées devraient se joindre.

La commune est donc membre depuis le de la nouvelle communauté de communes Val de Gray[13].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[14]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1837   François Goiset    
Les données manquantes sont à compléter.
    Ernest Renard    
Les données manquantes sont à compléter.
1953(?) 1965 Emile Roux    
1965 1971 Jean Chamblanc    
1971 1983 Paul Renard    
1983 1995 Jean-Marie Gay    
mars 1995 mars 2008 Gilbert Jeanguyot    
mars 2008[15] En cours
(au 7 décembre 2015)
André Jeudy   Retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[16]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[18].

En 2016, la commune comptait 230 habitants[Note 1], en augmentation de 1,32 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
319295330288303297319307304
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
265268235233216214196207188
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
172151134135138138136111117
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1169392154189204228231226
2016 - - - - - - - -
230--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

D'après les recensements nominatifs de 1654, 1657 et 1666, après la guerre de Dix Ans, l'épisode comtois de la guerre de Trente Ans, la population du village n'était que de 96 personnes (21 ménages)[20].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La vie de saint Paul (Bernadette Gay-Jeanguyot).
Saint Pierre peint par Claude-François Devosge.

L'église située sur le versant est du village, appelé autrefois « Toutun » (tout-un), a été édifiée au XIIIe siècle et restaurée en 1833. Elle possédait une cloche célèbre donnée par les moines de Corneux ; à l'origine de l'expression que l'on peut encore entendre aujourd'hui : « C'est la cloche de Battrans, qui ne la voit l'entend ! » (se dit d’une femme acariâtre qui crie toujours)[21],[22].

Le grand retable à colonnes et pilastres avec des angelots et des têtes dans un nuage en bois et stuc peint à l'imitation du marbre de l'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul date de 1786. On le doit au dessinateur Anatole Amoudru. En son centre, une peinture de saint Pierre d’époque Louis XVI. Cité parmi les œuvres de Claude-François III Devosge, ami de Prud'hon, né à Gray en 1732, mort à Dijon en 1811. En 2009 un couple d’habitants du village a voulu que l’autre saint patron du village soit aussi représenté : ils ont confié à une artiste locale (Bernadette Gay-Jeanguyot) le soin de réaliser une œuvre plus contemporaine représentant la vie de saint Paul. Huile sur bois visible en réplique sur le mur ouest. De part et d’autre du retable deux médaillons dans des niches encadrements en bois peint avec des nœuds de rubans en bois doré[23].

La présence de l'eau favorise calme et sérénité : traces du passé avec les zones humides des anciens étangs, les pompes, le lavoir restauré. Un superbe étang privé avec parc créé en 1970, véritable arboretum riche de trois-cents variétés d'une centaine d'espèces différentes.

La vigne a été exploitée jusqu'à l'épidémie de phylloxéra. Dans les années 1960 il restait deux « vestiges » des plantations à l'est de l'église « la vigne du Marcel » ainsi qu'à l'emplacement du lotissement au lieudit la Vigne . Le cadastre napoléonien mentionne quatre sites de vignes situés au nord-est du village : sur les vignes, Au-dessus des vignes, Vignes blanches et Vignes Claude Humbert.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Claude Boutechoux, chevalier mort en 1579, de Battrans, né à Gray au début du XVIe siècle, qui dut à ses nombreuses qualités de présider deux fois les États de la Franche-Comté, en 1579 et 1585[24].
  • M. Humbert né en 1849, à Battrans, colonel d’artillerie de marine qui participa à diverses campagnes notamment au Soudan et au Niger en 1891-92. On lui doit plusieurs publications sur l’art de la guerre[25]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Battrans.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : d’argent aux trois chevrons de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Taverdet, Les noms de lieux de la H. Saône
  2. Albert Dauzat Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de mieux en France 1963 Larousse page 58
  3. Essai sur l'histoire de la Franche-Comte PAR M. EDOUARD CLERC, TOME SECOND. (depuis L'année 1307 A L'année 1467.) Besançon Bintot imprimeur 1846
  4. Louis Suchaux, La Haute-Saône, nouveau dictionnaire des communes - Haute-Saône (France), 1969
  5. Circaria Burgundia
  6. Bernard Bligny, L'Église et les ordres religieux dans le royaume de Bourgogne au XIe et XIIe, p. 209
  7. a et b Louis Suchaux, La Haute-Saône, nouveau dictionnaire des communes - Haute-Saône (France), 1969, p. 251
  8. Annales des mines, ou recueil de mémoires sur lexploitation des mines, Paris, chez Carillian-Goeury et V Dalmont, Quai des Augustins, 1839
  9. Eugène Désiré Édouard, L'Armée de l'Est relation anecdotique de la campagne de 1870-71, p. 323
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  12. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011 portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 23 juillet 2016), p. 4.
  13. « CC Val de Gray (N° SIREN : 200036549) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 15 septembre 2016).
  14. « Les maires de Battrans », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 23 septembre 2016).
  15. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  16. « Liste des maires de la Haute-Saône » [PDF], Liste des maires de la Haute-Saône et des présidents de communautés de communes, Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le 20 septembre 2016).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  20. François Lassus, La Population de la Franche-Comté au lendemain de la guerre de Dix Ans, Institut d'études comtoises et jurassiennes - 1995 - 512 pages
  21. Charles Alexandre Perron, Proverbes de la Franche-Comté études historiques et critiques
  22. « Battrans : appel aux dons pour rénover l’église », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  23. Patrimoine de la France
  24. Louis Suchaux, Haute-Saône, Les hommes remarquables de la -), Galerie biographique du département, Édition Le livre d'histoire - Lorisse Collection
  25. Nicolas François Louis Besson, Annales franc-comtoises, Franche-Comté (France), 1896, p. 449