La Grande-Résie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Grande-Résie
La Grande-Résie
Le château
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Marnay
Intercommunalité Val de Gray
Maire
Mandat
Maryse Boulogne-Colliard
2014-2020
Code postal 70140
Code commune 70443
Démographie
Gentilé Grands Résois
Population
municipale
83 hab. (2016 en stagnation par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 20′ 10″ nord, 5° 34′ 23″ est
Altitude Min. 192 m
Max. 222 m
Superficie 4,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
La Grande-Résie

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
La Grande-Résie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Grande-Résie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Grande-Résie

La Grande-Résie est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vadans Rose des vents
N
O    La Grande-Résie    E
S
Broye-Aubigney-Montseugny Chevigney

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par un petit cours d'eau appelé La Rèsie qui donne son nom à la commune et va se jeter dans la rivière l'Ognon en amont du bourg de Broye-lès-Pesmes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune porta en 1801 le nom de La René-Grande avant de reprendre sa dénomination actuelle[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La chapelle, qui a été construite en 1896, était propriété de l'archevêché, qui l'a donné à l’État en 1995[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Pesmes[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Marnay.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la petite communauté de communes du val de Pesmes, créée par un arrêté préfectoral du , et qui prenait la suite du Syndicat intercommunal de développement et d’aménagement du canton de Pesmes[2].

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), le préfet de la Haute-Saône a présenté en octobre 2015 un projet de révision du Schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit notamment la scission de cette communauté de communes et le rattachement de certaines de ses communes à la communauté de communes du Val marnaysien et les autres communes à celle du Val de Gray[3],[4].

Malgré l'opposition du Val de Pesmes[5], le SDCI définitif, approuvé par le préfet le 30 mars 2016, a prévu l'extension :

  • du Val Marnaysien aux communes de Bard-lès-Pesmes, Berthelange, Brésilley, Chancey, Chaumercenne, Courcelles-Ferrières, Corcondray, Etrabonne, Ferrières-les-Bois, Malans, Mercey-le-Grand, Montagney, Motey-Besuche, Villers-Buzon, portant le nouvel ensemble à 13 784 habitants, selon le recensement de 2013 ;
  • Val de Gray aux communes d'Arsans, Broye-Aubigney-Montseugny, Chevigney, La Grande-Résie, La Résie-Saint-Martin, Lieucourt, Pesmes, Sauvigney-lès-Permes, Vadans, Valay et Venère, portant le nouvel ensemble à 20 807 habitants [6].

C'est ainsi que la commune est désormais membre depuis le de la Communauté de communes Val de Gray.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 juin 2006 Philippe de Sainte-Marie d'Agneaux   Médecin
septembre 2006 En cours Maryse Boulogne-Colliard   Professeur
Réélue pour le mandat 2014-2020[7],[8]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2016, la commune comptait 83 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
194198193181192193178176177
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
170170164154160133160152166
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1461551451061211081049493
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1059385879290898989
2013 2016 - - - - - - -
8283-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de La Grande-Résie
L'édifice actuel a été construit au XVIIIe siècle, non loin de l'ancienne motte féodale, située dans le parc de la propriété ; on ne connaît pas la date de construction de la motte, mais une maison forte est attestée en 1386 ; au XIXe siècle, après le premier cadastre, l'édifice du XVIIIe siècle subit des transformations : l'aile est supprimée, les ouvertures sont refaites, et on adjoint une chapelle et une demi rotonde de part et d'autre du corps principal ; de cette époque datent également les communs et les parties agricoles[12]. Cette propriété de la famille de Sainte-Marie d'Agneaux est un monument privé.
  • Mairie-école[13]
  • École privée.
Construction postérieure au premier cadastre, édifiée par la famille de Sainte-Marie d'Agneaux : cette école libre faisait également office de garderie pour les enfants en bas âge. Cette école est à présent une habitation privée[réf. nécessaire].
  • Chapelle de la Sainte-Trinité, construite en 1896 par la famille de Sainte-Marie d'Agneaux[14].
  • Croix de chemin du XIXe siècle[15].
  • Moulin de Résie, sans doute du XVIIIe siècle[16].
  • Maisons et fermes des XVIIe au XIXe siècle[17]
  • Pont de pierre traversant la Résie

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « C.C.V.P., E.P.C.I. et autres sigles », Vie communautaire, sur http://www.ccvaldepesmes.fr (consulté le 28 juillet 2016).
  3. « Présentation du projet de SDCI révisé » [PDF], Intercommunalité, Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le 23 juillet 2016).
  4. Guillaume Minaux, « Haute-Saône : le projet de redécoupage », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  5. Maxime Chevrier, « Fusion : les élus du Val de Pesmes sonnent la charge : Les élus de la Communauté de communes du Val de Pesmes avaient préparé leur affaire. Hier après-midi, ils ont débarqué devant la préfecture pour acter le refus de voir leurs intérêts bafoués, dans un principe d’éclatement de ce territoire », L'Est républicain, édition de Vesoul,‎ (lire en ligne).
  6. « Arrêté préfectoral du 30 mars 2016 portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Intercommunalité, Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 23 juillet 2016), p. 3.
  7. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  8. « Liste des maires de la Haute-Saône » [PDF], Liste des maires de la Haute-Saône et des présidents de communautés de communes, Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le 4 novembre 2016).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. « Le château de la Résie. », notice no IA00016473, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Mairie-école », notice no IA00016474, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « La chapelle de la Sainte-Trinité. », notice no IA00016471, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Croix de chemin », notice no IA00016475, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Le moulin de Résie », notice no IA00016472, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Maisons et fermes », notice no IA00016466, base Mérimée, ministère français de la Culture.