Chevigney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chevigney
Chevigney
Maison de vigneron.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Marnay
Intercommunalité Communauté de communes Val de Gray
Maire
Mandat
Régis Bressand
2014-2020
Code postal 70140
Code commune 70151
Démographie
Population
municipale
36 hab. (2016 en augmentation de 5,88 % par rapport à 2011)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 20′ 07″ nord, 5° 35′ 26″ est
Altitude Min. 195 m
Max. 241 m
Superficie 5,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Chevigney

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Chevigney

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chevigney

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chevigney

Chevigney est une commune française rurale située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle appartient à l'arrondissement de Vesoul[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville la plus proche est Gray, située à 15 km du village.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vadans Rose des vents
La Grande-Résie
Broye-Aubigney-Montseugny
N Valay
O    Chevigney    E
S
Sauvigney-lès-Pesmes Pesmes

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les principaux cours d'eau qui arrosent la commune sont le ruisseau de Sainte-Cécile et le ruisseau de Cuve, qui se trouvent à une altitude d'environ 205 mètres[2].

Catastrophes naturelles[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le village a souffert d'inondations et coulées de boue en octobre, novembre et décembre 1982 et en décembre 1999.

En juin 2012, la commune a subi un gros orage de grêle (grêlons de la taille d'un œuf) occasionnant d'importants dégâts aux habitations.

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les terres du village ont appartenu respectivement aux familles de Belot, Tricornot, Montureux et Aubert de Résie au moment de la Révolution.

Des ruines à l'extérieur du village témoignent d'une ancienne maison de Templiers. Un puits a également été découvert.

Des fouilles ont également permis de mettre au jour des cercueils de pierre, des urnes cinéraires, des lames d'épée, des agrafes de ceinturon parées de filets d'argent et des anneaux.

En outre, les restes d'une chapelle sont également présents au hameau de Sainte-Cécile[3].

Au XIXe siècle Chevigney vivait de l'exploitation de carrières de minerai de fer, qui alimentaient les fourneaux de Pesmes et de Valay, et du vignoble.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Pesmes[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Marnay.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la petite communauté de communes du val de Pesmes, créée par un arrêté préfectoral du , et qui prenait la suite du Syndicat intercommunal de développement et d’aménagement du canton de Pesmes[5].

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), le préfet de la Haute-Saône a présenté en octobre 2015 un projet de révision du Schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit notamment la scission de cette communauté de communes et le rattachement de certaines de ses communes à la communauté de communes du Val marnaysien et les autres communes à celle du Val de Gray[6],[7].

Malgré l'opposition du Val de Pesmes[8], le SDCI définitif, approuvé par le préfet le 30 mars 2016, a prévu l'extension :

  • du Val Marnaysien aux communes de Bard-lès-Pesmes, Berthelange, Brésilley, Chancey, Chaumercenne, Courcelles-Ferrières, Corcondray, Etrabonne, Ferrières-les-Bois, Malans, Mercey-le-Grand, Montagney, Motey-Besuche, Villers-Buzon, portant le nouvel ensemble à 13 784 habitants, selon le recensement de 2013 ;
  • Val de Gray aux communes d'Arsans, Broye-Aubigney-Montseugny, Chevigney, La Grande-Résie, La Résie-Saint-Martin, Lieucourt, Pesmes, Sauvigney-lès-Permes, Vadans, Valay et Venère, portant le nouvel ensemble à 20 807 habitants [9].

C'est ainsi que la commune est désormais membre depuis le de la Communauté de communes Val de Gray.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[10]
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Régis Bressand    
2008[11] 2014 Denis Martini    
2014[12] En cours Régis Bressand    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2016, la commune comptait 36 habitants[Note 1], en augmentation de 5,88 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
204233210209210209240256238
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
213207186164147159143138136
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
129128104818988877367
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
726353393939323137
2016 - - - - - - - -
36--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune travaillent dans l'agriculture, le BTP, transport, services, fabrication.

Appellation d'origine contrôlée[modifier | modifier le code]

La commune se trouve sur le territoire de l'appellation d'origine contrôlée (AOC) du gruyère français.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de la Nativité-de-la-Vierge, qui date à l'origine du XIIe siècle, a été reconstruite au XVIIIe siècle[16]. Le clocher a notamment été exhaussé en 1772. À l'intérieur de l’église se trouvent les tableaux de la Nativité de Notre-Seigneur et la Fuite en Égypte. Elle comprend aussi une petite cloche mentionnant le millésime 1686.
  • Une maison de vigneron, datant du XVIe siècle, a été inscrite au titre des monuments historiques en 1986[17]. Il s'agit d'une propriété privée[18].
  • Fontaine-lavoir construite sur les plans de Christophe Colard en 1864, avec une couverture conçue par Bassot en 1894[19].
  • École, construite en 1898-1899 d'après les plans d'Auguste Courvoisier, par l'entrepreneur Alexandre Jardel[20].
  • Petit pont sur le ruisseau de Sainte-Cécile, construit en 1860 par l'agent voyer Degoix[21].
  • Maisons et fermes des XVIe au XIXe siècle[22].
  • Les forêts de Bois la Dame et de Gray sont proches du village : elles se situent à respectivement 2,5 km et 8 km.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.cartesfrance.fr/carte-france-ville/70151_Chevigney.html
  2. http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-chevigney.html
  3. http://www.templiers.net/departements/index.php?page=70
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. « C.C.V.P., E.P.C.I. et autres sigles », Vie communautaire, sur http://www.ccvaldepesmes.fr (consulté le 28 juillet 2016).
  6. « Présentation du projet de SDCI révisé » [PDF], Intercommunalité, Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le 23 juillet 2016).
  7. Guillaume Minaux, « Haute-Saône : le projet de redécoupage », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  8. Maxime Chevrier, « Fusion : les élus du Val de Pesmes sonnent la charge : Les élus de la Communauté de communes du Val de Pesmes avaient préparé leur affaire. Hier après-midi, ils ont débarqué devant la préfecture pour acter le refus de voir leurs intérêts bafoués, dans un principe d’éclatement de ce territoire », L'Est républicain, édition de Vesoul,‎ (lire en ligne).
  9. « Arrêté préfectoral du 30 mars 2016 portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Intercommunalité, Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 23 juillet 2016), p. 3.
  10. « Les maires de Chevigney », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 11 novembre 2016).
  11. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  12. « Liste des maires de la Haute-Saône » [PDF], Liste des maires de la Haute-Saône et des présidents de communautés de communes, Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le 4 novembre 2016).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  16. « L'église paroissiale de la Nativité-de-la-Vierge », notice no IA00016464, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. Notice no PA00102136, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. http://www.annuaire-mairie.fr/monument-historique-chevigney.html
  19. « La fontaine-lavoir », notice no IA00016465, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « L'école », notice no IA00016462, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Le pont », notice no IA00016463, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Maisons et fermes », notice no IA00016452, base Mérimée, ministère français de la Culture.