Cresancey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cresancey
Cresancey
L'église Saint-Étienne de Cresancey.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Intercommunalité Communauté de communes Val de Gray
Maire
Mandat
Marc Lambert
2020-2026
Code postal 70100
Code commune 70185
Démographie
Population
municipale
187 hab. (2019 en diminution de 4,59 % par rapport à 2013)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 37″ nord, 5° 39′ 16″ est
Altitude Min. 202 m
Max. 248 m
Superficie 9,6 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Gray
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gray
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Cresancey
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Cresancey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cresancey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cresancey

Cresancey est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune située dans un vallon est traversée par une rivière la Tenise.

Vieux pont sur la Tenise.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Battrans Velesmes-Échevanne Rose des vents
Gray N Onay
O    Cresancey    E
S
Noiron Champtonnay

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cresancey est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Gray, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 63 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (60,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (60,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (60,6 %), terres arables (31,3 %), prairies (4,3 %), zones urbanisées (3,8 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cresancey pourrait venir du mot « creuse » qui est un terme d’origine prélatine passé en roman et qui a pu désigner la vallée, (comme dans le Creusot en Bourgogne)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

On a prétendu que l'histoire de Cresancey remontait à plusieurs millénaires, puisque des vestiges de l'âge du bronze y ont été retrouvés. Il s’est avéré malheureusement ... que le poignard en bronze « type du Rhône » à manche massif et à trois rivets ainsi que l’épée du type Mörigen trouvés dans une carrière de sable au lieu-dit les Rougeots légués au musée de Besançon étaient des faux[9].

L'existence du village est attestée en 1212, lorsque l'église est apportée à l'abbaye de Corneux.

L’existence du premier seigneur portant le nom de Cresancey est mentionnée en 1274. Le village est affranchi en 1771 par le marquis de Choiseul et l'écuyer Jean Hugues Brulon, les coseigneurs.

Sous l'Ancien régime, la seigneurie était fractionnée en trois parties ou arrière-fiefs :

  • la seigneurie dite de « la Charme » ;
  • la seigneurie dite de « Boignes » ;
  • la seigneurie dite « de Molins »[réf. nécessaire].

À la suite de la baisse démographique, l'école a fermé en 1988[20].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Gray[21] (dont la composition a été modifiée dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, passant de 21 à 24 communes).

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes Val de Gray[22].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1983 Michel Gabiot    
1983 1989 Michel Gete    
1989 1995 Jean-Yves Cousson    
1995 1998 Thierry Hayet    
1998 2008 Marie Françoise Lambert    
2008 En cours
(au 16 septembre 2015)
Marc Lambert[23]   Réélu pour le mandat 2020-2026[24]

Démographie[modifier | modifier le code]


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[26].

En 2019, la commune comptait 187 habitants[Note 3], en diminution de 4,59 % par rapport à 2013 (Haute-Saône : −1,52 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
304387401373437463429418426
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
344355342302316306283263255
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
262239237203202180179195207
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
216203198189178212179192182
2019 - - - - - - - -
187--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

D'après les recensements nominatifs de 1654, 1657 et 1666, après la Guerre de Dix Ans, l'épisode comtois de la Guerre de Trente Ans, la population du village n'était que de 79 personnes (18 ménages)[28]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château

Le château de Cresancey, propriété privée (place forte médiévale ?) a été reconstruit au XIXe siècle. On peut y voir encore une tour médiévale.

Église Saint-Étienne

Elle est sous le patronage de saint Étienne, construite au XVIIIe siècle, avec son clocher comtois à l'impériale, contient un grand retable en bois doré et sculpté du XVIIe siècle, des retables de Notre-Dame du Rosaire et de saint Sébastien, des toiles et notamment un tableau représentant la Sainte Famille et saint Jean-Baptiste et du mobilier du XVIIIe siècle ainsi que de nombreuses pierres tombales anciennes. Devant l'église, la petite croix en fer forgé date elle aussi du XVIIIe siècle.

Fontaine-lavoir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Gray », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. François Lassus et Gérard Taverdet, Noms de lieux de Franche-Comté : introduction à la toponymie, Paris, Éditions Bonneton, , 232 p. (ISBN 2-86253-184-7), p. 139..
  9. La paléométallurgie de la Franche-Comté: âge du Bronze et âge du Fer Par Dominique Vuaillat Presses Univ. Franche-Comté, 1987 (ISBN 2-251-60359-X), 9782251603599
  10. A.D. du Doubs, BTC : B 2580, « Gray », cartulaire des cens et rentes dues au château de Gray, folio 10 verso, cens pour essards de Velesmes dus par Jean d’Esmoulins, seigneur de Cresancey, année 1510.
  11. A.D. du Doubs, BTC : B 635, folio 41, reprise de fief par Jean DE BOIGNE, pour fiefs à Vesoul, Vaivre, Levrecey, Gray et Cresancey, le 1er septembre 1532.
  12. in mémoires de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon, Besançon, 1900, p.46.
  13. A.D. du Doubs, BTC : B 640, folio 96, reprises de fiefs de Cresancey, le 25 juin 1584.
  14. A.D. du Doubs, BTC : B 2445, « CRESANCEY », dénombrement de la seigneurie dite « de Boignes », par Antoinette de Chemilly, veuve de Jean de Boignes, le 22 juillet 1587.
  15. A.D. du Doubs, BTC : B 2445, « Cresancey », dénombrement de la seigneurie dite de « la charme », par François Perrenot de Granvelle, comte de Cantecroix, le 16 octobre 1587.
  16. A.D. du Doubs, BTC : B 2445, « Cresancey », dénombrement de fiefs et seigneuries à Cresancey par Jean de Boignes, le 19 juin 1619.
  17. A.D. du Doubs, BTC : B 2445, « Cresancey », dossier 307, dénombrement de la seigneurie dite « de Boignes », à Cresancey, par noble Hugues Aruisenet, le 14 août 1659.
  18. A.D. de la Haute-Saône, 2 E 8766, 28.06.1735, acensement par Simon Balahu, pour 9 ans, à Claude Guilleminot, demeurant à Cresancey, de la terre et seigneurie de Cresancey dite « seigneuries de Bougne et d’Emoulin ».
  19. .D. du Doubs, BPB : B 2188, folios 129 verso-139 recto, reprise de fief des terres et seigneuries dont Cresancey dépendantes de la succession du comte DE SAINT AMOUR, le 23 mars 1773.
  20. « Souvenirs - L’école de Cresancey a fait le temps d’une journée sa rentrée, 27 ans après sa fermeture », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  21. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. « CC Val de Gray (N° SIREN : 200036549) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le ).
  23. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  24. « Marc Lambert élu pour un second mandat », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  28. La population de la Franche-Comté au lendemain de la guerre de dix ans ... de François Lassus, Université de Franche-Comté Institut d'études comtoises et jurassiennes - 1995