Nantilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nantilly
Nantilly
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Gray
Intercommunalité Communauté de communes Val de Gray
Maire
Mandat
Joseph Chaveca
2014-2020
Code postal 70100
Code commune 70376
Démographie
Population
municipale
487 hab. (2015 en diminution de 7,24 % par rapport à 2010)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 27′ 35″ nord, 5° 31′ 40″ est
Altitude Min. 192 m
Max. 243 m
Superficie 10 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Nantilly

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Nantilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nantilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nantilly

Nantilly est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont les Nantillais.

Étymologie du nom Nantilly[modifier | modifier le code]

Du celtique : Nant = ruisseau ; el, (il) = colline ; I (i) = près : ruisseau près d'une colline.
Du latin : Lanticula = lentille.

Géographie[modifier | modifier le code]

Nantilly est un petit village franc-comtois du département de la Haute-Saône situé en limite de la Bourgogne de la Franche-Comté ainsi que de la Champagne-Ardenne.

Au centre d'un polygone dont les angles sont marqués par Besançon, Dijon, Dole et Langres équidistants de 50 kilomètres, le village se situe en fond de la petite vallée de la Soufroide et sur ses deux flancs. La Saône coule à 5 km.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Nantilly
Bouhans-et-Feurg Chargey-lès-Gray
Poyans Nantilly Arc-lès-Gray
Mantoche

Historique[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Des restes de constructions de l’époque gallo-romaine ont été trouvés au lieu-dit Champ de Messe. Au Moyen Âge, Nantilly ne possède pas de seigneur, seules quelques habitations paysannes existaient. Le premier seigneur de Nantilly est le seigneur de Beaumont et d’Autrey qui vivait en 926. Le village de Nantilly est mentionné en 1055 lors de sa donation à l'abbaye de Bèze. Le village est complètement pillé puis brûlé en 1569 par les reîtres du duc de Deux-Ponts. Les habitants de Nantilly présentent une requête touchant leur affranchissement en 1526 mais ils n’obtiennent gain de cause qu’en 1622.

En 1595, le connétable de Castille Juan Fernández de Velasco y Tovar, gouverneur du duché de Milan, prend le chemin du duché de Bourgogne par Nantilly où il campe sur le monticule du Bouchot (ancienne carrière de Nantilly remarquable par l'originalité de sa flore actuelle).

Il se fait battre par Henri IV le 5 juin lors de la bataille de Fontaine-Française. Il existe encore une inscription gravée sur le fronton d'un lavoir de Fontaine-Française qui rappelle le passage d'Henri IV.

En 1807, un incendie important détruisit avec une effrayante rapidité toutes les habitations du nord du village.

Historiquement, la vigne était cultivée à Nantilly pour le compte de l'hospice du Saint-Esprit.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton d'Autrey-lès-Gray[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Gray.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune a adhéré le à l'ancienne communauté de communes Val de Gray.

L'article 35 de la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010[2] « de réforme des collectivités territoriales » prévoyait d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre, dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants.

Dans ce cadre, le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) approuvé par le préfet de la Haute-Saône le [3] a prévu la fusion de cette intercommunalité avec la petite communauté de communes du Pays d'Autrey, auxquelles plusieurs communes jusqu'alors isolées devraient se joindre.

La commune est donc membre depuis le de la nouvelle communauté de communes Val de Gray[4].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1801 M. Jean Baptiste BORNE    
1801 1807 M. Pierre SIMONET    
1808 1808 M. Etienne CHAMBELLAUD & Charles Jean Baptiste Antoine PAGUELLE de LARRET    
1809 1814 M. Charles Jean Baptiste Antoine PAGUELLE de LARRET    
1815 1815 M. Pierre SIMONET    
1816 1816 M. Charles Jean Baptiste Antoine PAGUELLE de LARRET    
1819 1829 M. Pierre SIMONET    
1830 1831 M. Jean Baptiste DEBELFORT    
1832 1835 M. Pierre Joseph SIMONET    
1836 1837 M. Philippe HUGOT    
1838 1840 M. Antoine Félix REYS    
1841 1843 M. Philippe HUGOT    
1844 1848 M. Pierre Joseph SIMONET    
1849 1852 M. Philippe HUGOT    
1853 1854 M. Marie Joseph DEBELFORT    
1857 1862 M. Louis PAGUELLE de LARRET    
1863 1870 M. Pierre Antoine SIMONET    
1871 1872 M. Pierre HUGOT    
1873 1878 M. Nicolas MOUSSARD    
1879 1881 M. Pierre HUGOT    
1882 1893 M. Pierre Antoine BLANCHOT    
1884 1891 M. Anne Marie François SIMONET    
1892 1892 M. Pierre HUGOT    
1893 1899 M. Louis PERCHET    
1900 1902 M. Alexandre ARNOUX    
Les données manquantes sont à compléter.
1977   M. Claude LONCHAMPT    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 2014[5],[6] M. Claude LONCHAMPT    
avril 2014[7] en cours
(au 27 août 2016)
Joseph CHAVECA    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2015, la commune comptait 487 habitants[Note 1], en diminution de 7,24 % par rapport à 2010 (Haute-Saône : -0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
398478479491540532500504487
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
426432456426407390411363333
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
311305296267263245253234229
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
257251330422456452511518488
2015 - - - - - - - -
487--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population est composée principalement de famille ayant leurs activités professionnelles à Gray et Arc-lès-Gray.

Services publics[modifier | modifier le code]

Le village dispose d'une caserne de pompiers (centre de première intervention), d'une agence postale ainsi que d'une école maternelle comme bâtiment public.

La commune est associée aux villages de Mantoche, Poyans, et Essertenne dans un regroupement scolaire.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Tous les ans un repas du 14-Juillet est offert aux habitants de la commune avec bal et feux d'artifice.

Equipements[modifier | modifier le code]

La mairie met à disposition :

  • Salle Georges-Thevenot (salle polyvalente) ;
  • une salle d'exposition (salle René-Nuffer) pour les artistes locaux .

Économie[modifier | modifier le code]

Il ne reste au village que deux exploitations agricoles, principalement des céréaliers même si les exploitations laitières ont de l'importance dans la région.

Un hôtel-restaurant gastronomique complété par un spa entièrement rénové en 2009 est installé dans le château du village construit en 1830. Il a fermé ses portes début 2011 et a rouvert en 2016 comme résidence pour séniors valides[11].

Il existe également des artisans comme carreleur, électricité générale, chauffagistes, chauffagiste par géothermie, entreprise générale du bâtiment, auto-école, etc.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Divers éléments d'architectures sont classés comme les fers forgés de la table de communion de l’église ainsi que ceux de la porte de la nef. Le lavoir situé route de Poyans récemment rénové a été remarqué par l’architecte des Bâtiments de France.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason De gueules à la coque de navire sommé de trois tours, une carré accostée de deux rondes le tout d’or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  3. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011 portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 23 juillet 2016), p. 4.
  4. « CC Val de Gray (N° SIREN : 200036549) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 15 septembre 2016).
  5. « La der de Claude LONCHAMPT », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  6. Maxime Chevrier, « Politique - A Nantilly, la succession de Claude LONCHAMPT ne se fera pas sans heurt. Marie-France Murat et Joseph Chaveca, tous les deux conseillers sortants, partiront chacun de leur côté », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  7. « Joseph CHAVECA élu maire », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. Maxime Chevrier, « Originaire du Doubs, un couple de quinquagénaires a redonné vie au château de Nantilly, en Haute-Saône », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).