Poyans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Poyans
Poyans
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Dampierre-sur-Salon
Intercommunalité Communauté de communes Val de Gray
Maire
Mandat
Emmanuel Mandigon
2014-2020
Code postal 70100
Code commune 70422
Démographie
Population
municipale
143 hab. (2016 en augmentation de 2,14 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 26′ 50″ nord, 5° 28′ 16″ est
Altitude Min. 194 m
Max. 248 m
Superficie 12,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Poyans

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Poyans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Poyans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Poyans

Poyans est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Poyannais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans l'ouest du département de la Haute-Saône, à 35 km de Dijon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Poyans
Autrey-lès-Gray Bouhans-et-Feurg
Autrey-lès-Gray Poyans Nantilly
Autrey-lès-Gray Mantoche

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Traces d'occupation gallo-romaine, présence d'un cimetière burgonde.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton d'Autrey-lès-Gray[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Dampierre-sur-Salon.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Poyans était membre depuis 2008 de la petite communauté de communes du Pays d'Autrey, créée le , et qui regroupait environ 3 800 habitants[2].

L'article 35 de la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010[3] « de réforme des collectivités territoriales » prévoyait d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre, dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants.

Dans ce cadre, le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) approuvé par le préfet de Haute-Saône le [4] a prévu la fusion de cette petite intercommunalité avec l'ancienne communauté de communes du Pays de Gray et le rattachement à cette structure des communes isolées de Chargey-lès-Gray, Onay, Velesmes-Échevanney.

La commune est donc membre depuis le de la nouvelle communauté de communes Val de Gray[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant août 1840   François Mandigon    
avant mai 1858 après déc. 1867 Charles Emmanuel Robelet    
avant février 1873 après juin 1878 Joseph Favet    
avant sept. 1886 après mai 1901 Henri Favet    
avant oct. 1898   Étienne Pierre François Vazille    
avant avril 1912 après sept. 1920 M. Claude Tupin    
avant dec. 1924   Joseph Crussard    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Marie-Thérèse Carteret    
mars 2008[7] En cours Emmanuel Mandigon   Réélu pour le mandat 2014-2020[8]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2016, la commune comptait 143 habitants[Note 1], en augmentation de 2,14 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
375436432420390407420409392
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
371378372376357349327303302
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
312311293284202211205205192
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
182143145134123138133132141
2016 - - - - - - - -
143--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de l'Exaltation-de-la-Sainte-Croix (avec ses fresques du XVe siècle) fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1960[12].

La croix du cimetière (1605) fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1959[13].

Érigée en 1605, après la mort de Claude de Vergy, dernier seigneur de cette famille pour Autrey, la croix semble rappeler les écussons des seigneurs de nos pays, depuis au moins le Xe siècle, jusqu'en 1602, et représenter les signes de hautes fonctions remplies par ces personnages, ainsi que les symboles de leur foi chrétienne. Elle est le seul souvenir qui nous reste de ce qu'ils ont été : duc, cardinal, évêque, seigneur croisé de Terre-Sainte, chevaliers de différents ordres ; en un mot, cette croix est l'histoire abrégée des seigneurs de Beaumont et d'Autrey.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'abbé Mouton, curé de Poyans, membre de la société archéologique de Vesoul, a publié en 1968 l'histoire d'Autrey, de sa seigneurie et de ses dépendances[14].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. D. Mouton, Histoire d'Autrey, de sa seigneurie et de ses dépendances, Langres, D. Guéniot éditeur, (1re éd. 1868), 383 p..

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « CC du Pays d'Autrey (N° SIREN : 247000318) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 15 septembre 2016).
  3. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  4. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011 portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 23 juillet 2016), p. 4.
  5. « CC Val de Gray (N° SIREN : 200036549) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 15 septembre 2016).
  6. « Les maires de Poyans », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 16 septembre 2016).
  7. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, publiée le 23 janvier 2013, consultée le 18 juillet 2013
  8. « Emmanuel Mandigon réélu », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 1999, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2015 et 2016.
  12. Notice no PA00102255, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Notice no PA00102256, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Livre décrit en bibliographie
  15. « Héros du maquis à l’honneur », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Apprenti menuisier, il refuse de répondre au service du travail obligatoire en Allemagne et se fait reclasser agriculteur. Dès 1943, il s’engage dans la lutte contre l’occupant nazi, d’abord dans le Vercors, puis dans le Haut-Jura. Le 17 avril 1944, il perd la vie dans une embuscade avec 10 de ses compagnons près du village de Chevry (39) au lieu-dit Sous la Roche ».