Gare de Dole-Ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dole.

Dole-Ville
Image illustrative de l’article Gare de Dole-Ville
Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Dole
Adresse Rue Aristide-Briand
39100 Dole
Coordonnées géographiques 47° 05′ 46″ nord, 5° 29′ 17″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV (dont Lyria)
TER Bourgogne-Franche-Comté
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Dijon-Ville à Vallorbe (frontière)
Dole-Ville à Belfort
Chagny à Dole-Ville
Dole-Ville à Poligny
Voies 4
Quais 3 (+ voies de service)
Transit annuel 794 083 voyageurs (2016)[1]
Altitude 231 m
Historique
Mise en service
Architecte Alfred Ducat
Correspondances
Bus et cars voir à Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Dole-Ville

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

(Voir situation sur carte : Bourgogne-Franche-Comté)
Dole-Ville

Géolocalisation sur la carte : Jura

(Voir situation sur carte : Jura)
Dole-Ville

La gare de Dole-Ville est une gare ferroviaire française, située sur le territoire de la commune de Dole, sous-préfecture du Jura, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de bifurcation de Dole-Ville, est située au point kilométrique (PK) 360,535[2] de la ligne de Dijon-Ville à Vallorbe (frontière) et au PK 81,835 de la ligne de Chagny à Dole-Ville partiellement exploitée en trafic fret. Elle est également l'origine de la ligne de Dole-Ville à Belfort et de l'ancienne ligne de Dole-Ville à Poligny non exploitée. Son altitude est de 231 mètres.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare de Dole-ville, a été construite par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon (PLM) d'après les plans de l'architecte Alfred Ducat. Elle a été mise en service le 25 juin 1855.

Les premiers TGV, suivant l'itinéraire Paris Gare de Lyon-Lausanne-Berne, s'y arrêtent en 1993[3].

La gare[modifier | modifier le code]

Deux postes d'aiguillage de type électromécanique type EMU 45 commandent les extrémités côtés Dijon et Dole de la gare. Le poste 1, situé côté Dijon, a la particularité de commander, en plus, les points de changement de voie d'IPCS, situés de part et d'autre du tunnel de Champvans ainsi que la bifurcation vers l'usineTavaux.

Au moment de l'électrification en courant alternatif 25 kV 50 Hz de la ligne Dole-Belfort, les machines bi-courant 1,5 kV/25 kV n'existant pas encore, ou étant en nombre insuffisant, la gare est équipée en gare commutable (c'est-à-dire que certaines sections de la caténaire, dites commutables, pouvaient être indifféremment alimentées en courant continu 1,5kV ou en courant alternatif 25kV 50Hz ; les sectionneurs étant commandés par des leviers dans chacun des postes), afin de donner la possibilité de réaliser les échanges de machines. La gare est alors dite « d'arrêt général ». Tous les trains s'y arrêtent[4]. Ce dispositif demeure en service jusqu'au début des années 1990 ; date de l'électrification de la section de Dole-Tavaux. La section de séparation 1,5 kV/25 kV est alors créée à proximité de la tête côté Dole du tunnel de Champvans, avant la bifurcation de la ligne de Tavaux.

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

La gare, accessible aux personnes à mobilité réduite, dispose d'un bâtiment voyageurs avec guichets, traditionnel et numérique, composteur, toilettes, point-Presse, téléphone, photomaton, photocopieur, services des objets trouvés et de restauration rapide[5].

Desserte[modifier | modifier le code]

Le train spécial TER Franche-Comté La Gentiane Bleue[7] est un train touristique pour les skieurs désirant rejoindre la station de ski de Métabief. Cette desserte fonctionne uniquement des dimanches ou des week-ends durant la saison d'hiver, lorsque l'enneigement du domaine skiable est suffisant à la pratique des sports d'hiver.

Les matériels TER utilisés sur ces lignes sont composés de X 73500 (A TER), Z 9500 et Z 9500 (Z2 (automotrice)), X76500 (AGC), Z 27500 (ZGC), trains Intercités réversibles TER avec locomotives BB 22200, rames réversibles régionales avec locomotives BB 25500 (c.f. TER Franche-Comté).

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un bus du réseau TGD à la gare routière.

Dole ayant considérablement amélioré son pôle d'échanges en 2012, avec le concours de la communauté d'agglomération du Grand Dole, du conseil général du Jura, du conseil régional de Franche-Comté, de l'État, de la SNCF et du RFF[9], il est désormais possible au voyageur d'arriver ou de partir de la gare à vélo (location et parking), en bus (à destination de Dole-ville, l'aéroport de Dole-Jura, ou certains établissements scolaires), en car (à destination de la gare de Lons-le-Saunier), en taxi, ou en voiture (dépose-minute, parkings payant de la gare et gratuit de la ville)[10].

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Cette gare est ouverte au service du fret[11] y compris pour le service des wagons isolés.

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fréquentation de la gare de Dole, sur SNCF Open Data (consulté le ).
  2. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-44-0), volume 2, page 155.
  3. BÉCU Joseph, De la montagne du Jura à la plaine de Saône, Bécu, Besançon, 2006, 469 p, (ISBN 2-9514790-3-4).
  4. À l'exception toutefois des trains TEE quadricourants, Le Cisalpin, Paris-Milan — Milan-Paris qui étaient autorisés, moyennant l'applications de prescriptions spéciales à franchir la gare sans arrêt à vitesse réduite.
  5. Services en gare de Dole, sur le site ter-sncf.com
  6. Lignes TER s'arrêtant à Dole, sur le site ter-sncf.com
  7. Site TER ligne Dijon-Belfort, Evadez-vous à Métabief avec la Gentiane Bleue ! lire en ligne (consulté le 31 août 2010).
  8. Liaison Dole-Lons/Lons-Dole sur le site montsjura-autocars.fr
  9. Pôle d'échanges de la gare de Dole sur DoleMag, n°191, de février 2012
  10. Intermodalité en gare de Dole, sur le site ter-sncf.com
  11. Site Fret SNCF : la gare de Dole-Ville.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Paris-Gare-de-Lyon Dijon-Ville TGV Lyria Mouchard
ou Frasne
Lausanne
Paris-Gare-de-Lyon Dijon-Ville TGV Besançon-Viotte Besançon-Viotte
Dijon-Ville Auxonne TER Bourgogne-Franche-Comté Orchamps
ou Saint-Vit
Besançon-Viotte
Terminus
ou Dijon-Ville
Terminus
ou Auxonne
TER Bourgogne-Franche-Comté Montbarrey
ou Mouchard
Pontarlier
Dijon-Ville Auxonne TER Bourgogne-Franche-Comté
(saisonnier : l'hiver)
Les Longevilles - Rochejean Les Longevilles - Rochejean