Volapük

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Volapük
Volapük
Auteur Johann Martin Schleyer
Date de création 1879-1880
Nombre de locuteurs 20-30[1]
Nom des locuteurs volapükiste, volapükophone
Typologie SVO libre
Catégorie langue auxiliaire internationale
Classification par famille
Statut officiel
Régi par Kadäm bevünetik Volapüka
Codes de langue
ISO 639-1 vo
ISO 639-2 vol
ISO 639-3 vol
Étendue Individuelle
Type Construite
IETF vo
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme :

Bagaf balid
Valikans pamotons as mens libik e leigiks (tefü ods) demü dinits e demü gitäts. Pebelegivons me tikäl e me konsien e mutons bitön kol ods ön mod svistälik.

Le volapük ([volɑˈpyk], parfois écrit « volapuk » en français) est une langue construite créée en 1879-1880 par Johann Martin Schleyer, un prêtre catholique allemand, qui lors d'une insomnie sentit que Dieu lui commandait de créer une langue auxiliaire internationale. Des congrès de volapük eurent lieu en 1884 (Friedrichshafen), 1887 (Munich) et 1889 (Paris). Après un rapide développement (il y aurait eu un million de volapükistes en 1889), la langue perd rapidement un grand nombre de locuteurs au profit de l'espéranto. Malgré cela, le volapük survit, réformé dans les années 20 sous l'impulsion d'Arie de Jong. On compte aujourd'hui quelques dizaines de volapükistes, actifs surtout sur internet.

On peut définir le volapük comme une langue agglutinante à structure d'actance accusative. Syntaxiquement, elle fait partie du type sujet — verbe — objet, mais la présence de cas morphologiques (nominatif, accusatif, génitif et datif ; un prédicatif, peu usité, existe néanmoins) lui donne une certaine souplesse ; c'est enfin une langue centrifuge (par exemple, l'adjectif viendra immédiatement après le nom qu'il qualifie).

Au niveau de la typologie des langues construites, c'est une langue auxiliaire internationale (à l'origine tout du moins, car aujourd'hui toute prétention politique est abandonnée par les volapükistes), mixte (c'est-à-dire que sa grammaire et son vocabulaire s'inspirent des langues naturelles tout en y intégrant de forts aspects artificiels), à racines naturelles déformées (elle s'oppose donc aux langues qui intègrent des racines telles qu'elles sont dans les langues naturelles, ou presque, et à celles qui les créent ex nihilo), dérivative (d'une racine empruntée elle crée un champ lexical par dérivation) et schématique (elle s'oppose ainsi aux langues naturalistes qui sont beaucoup moins régulières).

Sommaire

Histoire[modifier | modifier le code]

Période classique[modifier | modifier le code]

Naissance du volapük (1878-1880)[modifier | modifier le code]

En 1878, dans le numéro de mars de la revue de poésie catholique allemande Sionsharfe[2], paraissent de petites notes du directeur de la revue, le père Schleyer, sur la nécessité d'un alphabet phonétique international permettant de transcrire et de comprendre les mots de tout langage, aussi bien pour les locuteurs de celui-ci que pour ses non-locuteurs. Selon la légende, Schleyer eut cette idée en entendant les cris d'un paysan de son village se plaignant que la lettre qu'il avait envoyée à son fils, qui vivait en Iowa, lui était retournée, car il s'était trompé en écrivant « Eiauä », selon la prononciation allemande, sur l'adresse. Cela donne au prélat l'idée de construire un alphabet phonétique international, capable de retranscrire les sons de toutes les langues du monde. Dans ce système, le paysan, même en ne connaissant pas la graphie américaine « Iowa », pourrait utiliser la nouvelle graphie internationale « Aioua »[3]. Il réalise donc et publie dans le même numéro de Sionsharfe un projet d'alphabet, fondé sur les langues qu'il connaît (il en aurait pratiqué 40[4]). Schleyer soumet son manuscrit à l'administration postale allemande, qui le publie dans le journal officiel de l'Union postale universelle, sans qu'il y soit donné suite[5].

Puis, une nuit d'insomnie de mars 1879, après un voyage dans la plurilingue Autriche-Hongrie qui avait excité sa réflexion[6], le père Schleyer a une crise mystique, qu'il raconte ultérieurement dans les termes suivants :

« D'une manière à la fois mystérieuse et mystique, lors d'un nuit noire au presbytère de Litzelstetten, près de Constance [...], alors que je pensais profondément aux folies, griefs, afflictions et malheurs de notre temps, tout l'édifice de mon langage international apparut soudainement dans toute sa splendeur devant mes yeux spirituels. Pour rendre tribut à la vérité, et la laisser apporter la sagesse, je dois dire que cette nuit de mars 1879, j'étais très fatigué. Par conséquent, je ne peux que proclamer avec gratitude et humilité que je dois à mon bon génie le système entier de la langue internationale volapük. Le 31 mars 1879, je me mis à compiler et à rédiger pour la première fois les principes de ma grammaire[7]. »

Il met donc de côté (tout en continuant à l'utiliser régulièrement) son idée d'alphabet phonétique pour accomplir ce qu'il croit être un ordre divin : créer entièrement une langue artificielle capable d'unir l'humanité divisée. Durant une nuit et un matin, du 30 au 31 mars 1879, Schleyer écrit la grammaire (ou en tout cas une première ébauche de grammaire) d'une langue complètement nouvelle : le volapük (vol-, dérivé de l'anglais world, pour monde, -a- pour le génitif et -pük, dérivé de l'anglais speak, pik étant déjà pris, pour langue : le volapük est donc la « langue du monde »)[8]. Selon Roberto Garvía, le volapük de Schleyer n'est pas né en tant que langage international pour résoudre des problèmes de communication, mais comme un complément de ses recherches sur l'orthographe phonétique ; il ne s'agit pas de la « solution d'un problème », mais d'une « solution en quête de problème »[9].

Il publie cette grammaire le mois suivant, en mai 1879, comme supplément à Sionsharfe[10]. Des journaux quotidiens rapportent la naissance de ce projet, et, dès cette année-là, on trouve des volapükistes en Allemagne, en Autriche-Hongrie, voire même aux États-Unis. Ces premiers succès conduisent à la publication, en 1880, du premier manuel, en langue allemande, de volapük[11], marquant la véritable publication du volapük au public général, et plus simplement catholique allemand[12].

Éclosion du mouvement jusqu'au premier congrès (1881-1884)[modifier | modifier le code]

Frontispice du troisième numéro de la Volapükabled zenodik
Le frontispice du no 3 de la Volapükabled zenodik

Toutefois, c'est notamment grâce aux liens de son créateur avec le monde catholique, et plus particulièrement avec celui de la presse catholique, que le volapük peut se répandre à travers l'Europe germanique. Le développement est tel que Sionsharfe apparaît bien vite insuffisant, et qu'il faut songer à créer un organe dédié, ce qui est fait dès 1881, avec la première parution du Volapükabled zenodik[13] (Journal central du volapük[note 1]), revue qui ne cesse sa publication qu'en 1908[14].

Dès 1882, le 11 mai très exactement, est fondé le tout premier club de volapük à Alberweiler (Wurtemberg[note 2]). Peu après, le volapük pénètre en Suède, où le deuxième club est fondé[13]. Pendant ce temps, grammaires et dictionnaires de langue allemande s'enchaînent.

C'est donc à un moment où le volapük est parlé presque exclusivement par des germanophones que se tient son premier congrès international, à Friedrichshafen, les 26 et 27 août 1884. Il n'est alors pas étonnant que la langue utilisée pour ses travaux soit l'allemand et non le volapük, vu le public, essentiellement allemand, et la jeunesse de la langue[15],[note 3].

Internationalisation du mouvement et première crises (1885-1887)[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc d'Auguste Kerckhoffs
Auguste Kerckhoffs

Après cette première réussite, le mouvement volapükiste continue sa progression. Journaux et manuels se multiplient et le mouvement néerlandais s'illustre par son activité[15].

1886 est une année charnière, marquant le début de la véritable internationalisation et, paradoxalement, le début des crises qui auront ensuite raison du mouvement. C'est alors qu'entre en scène « le personnage le plus important de l'histoire du volapük, après Schleyer[16] », Auguste Kerckhoffs. Professeur d'allemand français d'origine néerlandaise, le Dr Kerckhoffs (il est docteur en littérature allemande), qui enseigne à l'École des hautes études commerciales de Paris, est surtout connu à l'époque pour son travail en cryptologie ; il est notamment l'auteur d'une série de deux articles titrés La Cryptographie militaire[17] dans lesquels il expose le fameux principe de Kerckhoffs, encore enseigné aujourd'hui[18]. C'est lors de ses recherches en cryptographie qu'il rencontre pour la première fois les langues construites, et notamment le solresol de François Sudre qui était utilisé parfois par les militaires[19].

Volapükiste à partir de 1885, il introduit avec succès le volapük en France. Il en donne des cours et publie, entre autres, un Cours complet[20], qui connaît sept éditions cette année-là (et une huitième en 1887) et est traduit en de multiples langues[note 4], et lance une revue[21], dont il sera rédacteur en chef durant toute son existence. Il crée également l'« Association française pour la propagation du volapük »[note 5] (officiellement fondée 8 avril 1886[22]), dont il devient secrétaire général, laissant la présidence à Ernest Lourdelet[23]. L'année suivante, Kerckhoffs accompagne son Cours complet d'un dictionnaire[24].

Dès 1887, le volapük semble avoir supplanté toute concurrence. Dans un article du Temps de janvier 1887, après s'être moqué des propositions de réforme de l'orthographe française et des projets de langue auxiliaire internationale, un journaliste anonyme écrit :

« Mon avis est qu'elles arrivent trop tard. Le volapük a sur elles une incommensurable avance. [...] Si jamais langue universelle a quelque chance de s'imposer au monde commercial, c'est assurément celle-là. Il n'est plus aujourd'hui un coin du monde civilisé, si reculé soit-il, où elle n'ait des adhérents[25],[note 6]. »

De grands noms de la science de l'époque adhèrent au mouvement, surtout en Allemagne (Alfred Kirchhoff, Max Müller...), et huit nouvelles revues naissent cette année-là[15]. Mais ce qui marque vraiment l'année 1887, c'est la tenue du 2e congrès du volapük, à Munich, du 6 au 9 août. Plus grand et plus international que le congrès de 1884, avec plus de 200 participants[26], il est néanmoins plus allemand que ne l'est en réalité le mouvement, et la majorité des discussions ont à nouveau lieu en langue allemande[15].

Mais si le volapük a indéniablement trouvé son public, la langue ne fait pas que des émules. Comme l'écrit Jean-Paul Lescure à propos de la France :

« Dès sa diffusion en France, le Volapük entraîne des discussions virulentes dans l'espace publique [sic!] : la presse, les maisons d'édition, les scènes de théâtre se font l'écho des arguments échangés. Langue internationale voire universelle pour les uns, vaste fumisterie qui n'est bonne qu'à faire rire pour les autres, le thème ne laisse pas indifférent, et permet même de faire assaut d'arguments nationalistes en s'en prenant à son inventeur [Allemand][27]. »

En plus des antipathies soulevées à l'extérieur du mouvement, des problèmes internes à la langue se font sentir. Le congrès décide donc de créer une académie, la kadem Volapüka[note 7]. Schleyer, en tant que créateur de la langue, en est nommé à vie « grand-maître » (« cifal ») ; Kerckhoffs en est cependant la véritable tête et est nommé directeur « dilekel »)[26].

Si Schleyer perd un peu de contrôle sur la langue, il conserve la mainmise sur le mouvement. En plus de l'académie, le congrès fonde le Volapükaklub valemik, association universelle de volapük[26]. Les dirigeants élus du mouvement doivent impérativement se voir confirmés par le Cifal[28].

Vers le schisme du 3e congrès (1888-1889)[modifier | modifier le code]

Photographie en couleur de la stèle commémorative à Schleyer au rectorat de Litzelstetten
« Menade bal, püki bal » (« Pour une humanité, une langue »). Stèle commémorative à Johann Martin Schleyer au rectorat de Litzelstetten.

L'académie bicéphale va au-devant de grands problèmes, tant Schleyer et Kerckhoffs ont une vision différente de ce que doit être le volapük. Schleyer, en le créant, met un point d'honneur à rendre possible l'expression de toutes les nuances des langues qu'il connaît. Le volapük a donc une grammaire relativement vaste. Mais quand le premier enseignant diplômé de volapük (volapükatidel), Karl Lenze, vante les 505 440 formes possibles du verbe volapük, Kerckhoffs, qui voit dans le volapük une langue commerciale et non littéraire ou philosophique, et cherche donc la plus grande simplicité, répond dans sa revue que cela pourrait mener la langue à sa perte[29]. Dès son Cours complet, il propose quelques réformes qu'il résume ainsi :

« J'ai supprimé la distinction entre of et ji, les doubles formes des pronoms öb, ät, öt, üt etc., la troisième forme de l'impératif, l'accusatif qui accompagne les prépositions de mouvement, et que je n'ai admis qu'une seule et unique règle de composition[30]. »

Mais il ajoute tout de suite après que « vouloir aller au-delà me paraîtrait téméraire et de nature à compromettre l'admirable unité du système[30] ». De plus, Schleyer accepte cela, puisqu'il accepte de faire du manuel de Kerckhoffs le manuel de référence.

Les deux principaux dirigeants du mouvement s'opposent certes, mais semblent tous deux prêts à faire des concessions. Le mouvement n'est pas condamné a priori ; et cependant, tant sur le plan organisationnel que linguistique, il connaît des divisions si grandes qu'elles mettront fin à l'« âge d'or » du volapük.

Sur le plan organisationnel d'abord, Schleyer infirme l'élection de Heinrich Schnepper[31], président du club de Munich et organisateur du congrès de 1887 à la tête du mouvement allemand. Le club de Munich se divise, et le mouvement allemand, le plus important mouvement national, se fractionne en de multiples tendances ; les volapükistes en dehors de l'Allemagne ne ressentent pas ce problème[28].

C'est sur le plan linguistique que le schisme se fait le plus dur, et le plus international aussi. Le conflit s'amplifie entre l'académie de Kerckhoffs, très réformiste (il souhaite aller encore plus loin que ce qu'il avait proposé dans son Cours complet et son Dictionnaire, cf. supra), et Schleyer, qui traite la langue comme sa propriété. Au début, Schleyer reconnaît l'autorité de l'académie. Il est même le premier à lui poser des questions, mais il juge que les réponses qui lui sont faites sont trop novatrices. La dispute se cristallise donc autour de la question du droit de veto réclamé par Schleyer, et refusé par l'académie (qui lui accorde simplement une triple voix)[32].

C'est dans ce contexte d'affaiblissement du mouvement que le club volapükiste de Nuremberg, créé en 1885, sous l'influence de Léopold Einstein, adopte l'espéranto et forme ainsi le premier club espérantiste de l'histoire[28],[note 8].

Tout en continuant à adopter les réformes de Kerckhoffs, et afin de résoudre ces problèmes, l'académie convoque en 1889 à Paris le 3e — et dernier à ce jour — congrès mondial de volapük. Treize pays (dont la Turquie et la Chine) y sont représentés, chaque pays ayant un nombre de délégués proportionnel à sa population. La double tâche de ce congrès est de ratifier les statuts de l'académie, qui ne sont que temporaires, et de valider les réformes votées par elle[32].

Contrairement aux deux autres, cette fois-ci les discussions ont lieu principalement en volapük, ce qui fait écrire à Ernst Drezen que « c'est sous la forme du volapük que le principe d'artificialité de la langue internationale réussit l'examen pratique[33] ».

Ce fait, souvent oublié, relativise un peu le caractère pionnier du premier congrès mondial d'espéranto (qui a lieu en 1905 à Boulogne-sur-Mer). Néanmoins, ce congrès démontre que le volapük souffre de trop de défauts pour être utilisé sans réformes[note 9]. Comme l'écrit, avec un peu trop d'emphase peut-être, un idiste des premiers temps :

« Le destin du volapük fut scellé quand ses partisans, en 1889, firent l'expérience d'organiser un congrès dans lequel le volapük serait parlé. Même si quelques volapükistes réussirent à parler la langue, il n'était que trop douloureusement évident qu'un tel but ne pouvait être atteint avec ce système[34]. »

Les réformes que le congrès a montré nécessaires ne sont pas réalisées par ce dernier : il n'a pas le temps de traiter des questions grammaticales précises. Il se contente de réclamer à Kerckhoffs une grammaire « normale » (glamat nomik) sans aucune règle superflue, ce qui valide la vision « commerciale » de la langue ; et il approuve les décisions de l'académie, ce qui valide l'option plus « a posterioriste » qu'avait prise l'académie[note 10]. Enfin, le congrès vote de nouveaux statuts pour l'académie, renforçant l'indépendance de celle-ci par rapport à Schleyer (l'académie est qualifiée d'« autorité unique dans les questions linguistiques » [§2] ; pour valider une réforme refusée par Schleyer, elle doit la voter à la majorité qualifiée des deux tiers [§15], ce qui de facto rend impossible tout blocage de la part de Schleyer, dans une académie acquise jusque-là à Kerckhoffs)[35].

Schleyer, refusant cette évolution, déclare le congrès et l'académie illégitimes, et réunit ses partisans à Allmendingen, en mai 1889[36]. Il fonde une nouvelle académie, avec à sa tête Karl Zetter, et remplace toute la hiérarchie du mouvement par des personnes acquises à sa cause, du niveau mondial aux niveaux urbains, en passant par les continents et les pays. Le schisme est consommé[28].

État du mouvement au moment du schisme (1889-1890)[modifier | modifier le code]

Au moment où le schisme a lieu, le mouvement volapükiste est au plus haut. 283 clubs sont enregistrés (en Europe certes, mais aussi en Amérique, comme à San Francisco, en Afrique, comme au Cap, ou en Océanie comme à Melbourne ou Sydney) et 25 revues (dont 7 uniquement rédigées en volapük) paraissent régulièrement ; la langue est enseignée par plus de 1600 enseignants diplômés (dont 950 validés par Schleyer et 650 par l'Association française pour la propagation du volapük — donc par Kerckhoffs), qui peuvent se servir de manuels en 25 différentes langues. Apprendre le volapük donne accès à plus de 384 livres ou brochures, et on estime le nombre total de volapükistes à un million[37], jusqu'en Chine et au Japon[note 11]. Ce mouvement est très hiérarchisé, avec 11 grades, du Cifal, Schleyer, aux tidels (professeurs pour les petits clubs)[note 12].

Si l'on prend la typologie des langues construites proposée par D. Blanke[38], qui les classe non par leurs choix linguistiques théoriques mais par leur usage réel, le volapük fait partie de la classe des « semi-langues » (« planned semilanguages »), et une des rares, avec l'occidental et l'interlingua à avoir atteint le stade 9 (utilisation orale internationale)[note 13], c'est donc une des quatre langues construites historiquement les plus avancées.

Sociologiquement, les volapükistes sont presque uniquement des membres de la bourgeoisie. Selon le Yelabuk pedipedelas (Annuaire des diplômés)[39], pas même un ouvrier ne pratique la langue, fait que l'on peut comparer à l'espéranto, qui intéresse le mouvement ouvrier dès le commencement[40]. Les deux tendances principales du mouvement, même antagonistes, s'intéressent dans leur ensemble peu aux ouvriers : Schleyer le conservateur destinae sa langue aux élites du monde, pendant que Kerckhoffs voit dans le volapük la langue du commerce. Donc, même si le congrès de Lausanne de la Ire Internationale (1867) a adopté une motion favorable à l'idée de langue internationale, ce n'est naturellement pas vers le volapük que se tournent les ouvriers ayant des sympathies pour cette idée[41]. Par ailleurs, le volapük n'attire qu'une minorité de femmes, de 10 à 15 % des volapükistes, ce qui représente un taux beaucoup plus faible que celui que l'on rencontrera plus tard chez les esperantistes ; le volapükiste moyen est un mâle catholique, germanophone, issu de la classe moyenne supérieure[42].

Le schisme (1889-1892)[modifier | modifier le code]

La destitution par Schleyer de l'académie de Kerckhoffs est refusée par ce dernier. Conformément aux demandes faites par le troisième congrès, il propose un bloc de réformes[43]. Le mouvement, profondément divisé, s'essouffle : les clubs ferment les uns après les autres, s'ils ne passent pas à l'espéranto ; les revues, dont celle de Kerckhoffs, cessent les unes après les autres de paraître. L'académie parvient cependant à publier une Glamat nomik[44] en 1891. La même année Schleyer raye officiellement le nom de Kerckhoffs de la liste des volapükistes, accélérant l'hémorragie en Europe latine principalement « kerckhoffsienne » que la relative stabilité du mouvement en Amérique, en Asie et en Europe germanophone ne contrebalance pas.

À cette époque, Kerckhoffs réduit de plus en plus sa participation aux travaux de l'académie. En 1892, pensant le volapük mort, fatigué de se battre au sein de l'académie, renvoyé de son poste de professeur d'allemand à cause de critiques trop appuyées faites aux règles du ministère du commerce et à cause de la maladie de sa fille unique Pauline (qui en meurt le 9 janvier 1893 à l'âge de 28 ans), il démissionne[45].

Un comité est nommé pour expédier les affaires courantes de l'académie, qui élit comme directeur le russe Waldemar Rosenberger. Sous sa direction, l'académie abandonne le volapük, crée une toute nouvelle langue, l'idiom neutral, et prend un nouveau nom, « Akademi internasional de lingu universal »[46]. En 1908, le 4e directeur de l'académie, Giuseppe Peano, lui fait abandonner l'idiom neutral et adopter sa propre création, le latino sine flexione, sous le nom de « Academia pro Interlingua »[36]. Kerckhoffs abandonne quant à lui l'idée d'une langue auxiliaire internationale et enseigne dans divers lycées de province jusqu'à ce qu'un accident de train mette fin à ses jours le 9 août 1903 à Därlingen en Suisse ; il est enterré à Paris avec sa fille[47],[note 14].

L'unité retrouvée d'un mouvement très affaibli et mort de Schleyer (1892-1912)[modifier | modifier le code]

Photographie en couleur de la tombe de Schleyer : crucifix surmontant une large base, ornée d'un ciboire et présentant une longue épitaphe en volapük.
La tombe de Mgr Schleyer

Les réformateurs abandonnant l'idée d'une langue auxiliaire internationale ou en créant de nouvelles, le volapük retrouve, très affaibli, son unité autour de Schleyer. Seul maître à bord, il continue à « améliorer » sa langue, la rendant de plus en plus arbitraire. Les derniers fidèles, réunis autour de Volapükabled zenodik jusqu'à ce qu'elle cesse son activité en 1908, publient encore de rares brochures, comme en 1904[48] ou 1916[49]. En 1892 ne restaient plus que 17 périodiques et 90 clubs[50] ; comptant encore 159 correspondants en 1901[51], la société mondiale des volapükistes ferme ses portes en 1912. Pour beaucoup, les espoirs de voir le volapük devenir langue auxiliaire internationale sont bel et bien morts[46].

Le 27 novembre 1894, Schleyer est nommé camérier secret surnuméraire par le pape Léon XIII[52], ce qui lui vaut de recevoir le titre de « monseigneur » sans être évêque. Le 16 août 1912, il décéde, laissant (par testament[53]) à son ami le prêtre Albert Sleumer, qui a appris le volapük en 1892, soit après son déclin (alors qu'il avait pensé à l'origine à Rupert Kniele, grand volapükiste de la première heure, qui avait abandonné le mouvement après le schisme[53]), le rôle de Cifal, commençant ainsi une tradition de succession par nomination (il l'avait nommé en 1910) qui dure jusqu'à aujourd'hui[54].

Rôle de l'espéranto[modifier | modifier le code]

Quel rôle a joué l'espéranto dans la chute du volapük ? L.L. Zamenhof, le créateur de l'espéranto, le décrit lui-même dans une allocution faite le 20 août 1911 pour les 80 ans de Schleyer lors du 7e Congrès mondial d'espéranto à Anvers :

« Le volapük ne fut pas vaincu par l'espéranto, comme beaucoup le pensent tout à fait par erreur ; il périt par lui-même à une époque où l'espéranto, travaillant tranquillement et sans artifices, était encore trop faible pour vaincre qui que ce soit[55]. »

D'autres langues, comme l'idiom neutral, ont pu participer à la marge à cette chute ; mais ce sont bien les dissensions internes qui en sont responsables[56].

L'espéranto, par contre, a profité en partie de l'échec interne du volapük, en attirant ceux de ces anciens soutiens qui, pensant le volapük mort, ne se sont pas dirigés vers la création d'un volapükide (comme l'académie) et n'ont pas abandonné l'idée (comme Kerckhoffs), comme le firent les membres du club de Nuremberg[note 15].

Période réformée[modifier | modifier le code]

Réforme linguistique[modifier | modifier le code]

Arie de Jong
Arie de Jong
Article détaillé : Arie de Jong.

Le mouvement volapükiste, réduit à quelques centaines de personnes, autour notamment de la petite revue néerlandaise Nuns blefik se Volapükavol (Courtes nouvelles sur le monde du volapük), organe de l'association néerlandaise de volapük (Volapükakluba valemik Nedänik), survivait. En 1891, le jeune sous-officier médical de l'armée néerlandaise, le futur docteur Arie de Jong, obtient son premier diplôme de volapük ; il correspondra avec d'autres volapükistes durant son engagement militaire aux Indes néerlandaises, durant lequel il sera nommé à l'académie de volapük, en 1901[57].

Une fois atteinte la retraite, en 1921, Arie de Jong rencontra le Cifal Albert Sleumer, et lui fit part de sa volonté de réformer quelque peu le volapük, afin de lui permettre de revenir à la vie, ce que Sleumer accepta[58]. Arie de Jong décrit ainsi ses motivations en 1931 dans la préface de sa grammaire :

« Schleyer, penseur génial du volapük, pour la formation des mots nouveaux et des mots construits, a utilisé de telles abréviations que ces mots ont vu leur origine devenir difficilement reconnaissable. À cause de cela les mots nouveaux du volapük sont devenus difficilement mémorisables et demandaient à la mémoire un travail très minutieux. En conséquence, si nous voulions que le volapük obtienne à nouveau la place qui était la sienne et qu'il mérite dans la communication internationale, alors en tout premier lieu le vocabulaire du volapük devait être examiné et humanisé, là où ce serait nécessaire. Mais parce que c'est certainement un devoir que soit établie la formation des mots par une norme grammaticale ratifiée au bon moment, aussi il est nécessaire de réviser radicalement la grammaire du volapük. Cette tâche, c'est-à-dire la révision de la grammaire et révision des mots volapüks, je l'ai accomplie[59]. »

En 1929, jugeant sa réforme prête, de Jong se rendit à nouveau chez Sleumer pour lui présenter ses réformes ; les deux volapükistes se rendirent ensuite ensemble en Suisse, chez Jakob Sprenger, un autre académicien, mais surtout le possesseur des droits d'auteur sur les œuvres de Schleyer. Tous trois étudièrent et amendèrent quelque peu le projet, puis finalement l'acceptèrent[58].

Deux ans plus tard parurent chez l'éditeur bien connu Brill la Gramat Volapüka[60] et un dictionnaire volapük-allemand allemand-volapük[61]. Deux ans à nouveau passèrent avant que le Cifal n'officialise les réformes par un décret (büad Cifala) :

« Le nouveau volapük officiel apparaît avec ma connaissance et mon approbation comme le résultat de la révision importante et radicale de l'académicien Arie de Jong [...]. Bien que je regrette que les changements qui sont amenés au volapük soient devenus plus nombreux que je ne l'attendais, j'ai vu avec intérêt et plaisir ces révisions, parce qu'avec ce volapük révisé il sera possible de rendre la vie au mouvement volapükiste, et de permettre à nouveau au volapük de fleurir. Pour cette raison j'exprime ici avec emphase que j'accepte et la Gramat Volapüka et le Wörterbuch der Weltsprache écrits par l'académicien Arie de Jong[62]. »

Cette réforme, seul cas dans l’histoire des langues auxiliaires où une communauté de locuteurs accepte des changements profonds une et une seule fois[63],[note 16], est à l'origine du Volapük nulik[note 17], qui est la seule forme encore utilisée aujourd'hui[note 18].

Relatif renouveau du mouvement[modifier | modifier le code]

Albert Sleumer, après la mort de Schleyer tentait tant bien que mal de garder vivant le volapük, publiant en 1914 une petite biographie de Schleyer qui fait toujours autorité[64] et faisant des conférences là où il le pouvait. Puis vint la première Guerre mondiale, que le mouvement, déjà très affaibli, eût bien du mal à surmonter[65].

Mais aux Pays-Bas, de Jong, qui agissait comme « le pouvoir derrière le trône[66] », tentait de relancer le mouvement, avec un certain succès. Il réussit à reformer l'Association générale néerlandaise de volapük (Volapükaklub valemik Nedänik) en réunissant avec succès son 21e congrès le 21 décembre 1931. L'année suivante, il fonda avec l'académicien J. G. M. Reynders la Volapükagased pro Nedänapükans (Revue volapükiste pour néerlandophones), qui joua en fait le rôle de l'ancienne Volapükabled zenodik, et fonda une association pour les volapükistes qui vivaient en dehors des Pays-Bas. En 1934-1935, il rédigea pour Albert Sleumer des réformes du mouvement, et fut nommé en 1934 directeur de l'académie (kadämal)[67].

La seconde Guerre mondiale et ses suites[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc de Jakob Sprenger en 1949
Jakob Sprenger en 1949

Mais en 1935, le gouvernement Nazi interdisait tous les mouvements pour les langues internationales en Allemagne, où vivait Sleumer et où restait le plus de volapükistes, après les Pays-Bas[68]. Consécutivement à l'occupation des Pays-Bas, cette loi s'y étendit, mettant un terme à l’action de de Jong et de sa revue. Ce n'est qu'en 1948 que la Volapükagased pro Nedänapükans paraît à nouveau, avec un édito titré Finalement après un temps long ! (Fino pos tim lunik!).

Cette même année, à cause de difficultés matérielles évidentes dans une Allemagne détruite par la guerre, Sleumer transmet le rôle de Cifal au Suisse Jakob Sprenger, après que, à partir de 1947, de Jong ait expédié les affaires courantes comme « cifal nelaidüpik », Cifal provisoire[69] ; malade, il transmet dès 1950 le poste à Johann Schmidt, et meurt le 26 octobre 1951[70]. Considérant qu'un Allemand ne pouvait toujours pas diriger le mouvement, notamment à cause de problèmes douaniers, Schmidt transmet ses pouvoirs, tout en conservant sa fonction, à Arie de Jong[71], devenu entre-temps Vicifal (Cifal adjoint). En 1956, de Jong laisse la rédaction de la Volapükagased pro Nedänapükans à Filippus Krüger, qui la renomme simplement Volapükagased en 1958. On ne sait pas exactement quand de Jong cessa d'agir avec les pouvoirs du Cifal mais il meurt le 12 octobre 1957 à Putten[72].

Survie du mouvement après la mort d'Arie de Jong[modifier | modifier le code]

Après la mort d'Arie de Jong, le volapük entre dans sa troisième phase : après celle de la création sous Schleyer, puis celle de la stabilisation avec Arie de Jong, vint celle de la conservation, qui dure jusqu'à aujourd'hui[73]. Dans une lettre envoyée 22 août 1972 à Brian Bishop par Johann Schmidt, ce dernier déclarait :

Photographie en noir et blanc de Johann Schmidt en 1951
Johann Schmidt en 1951

« Le volapük ne mènera plus la bataille pour recevoir une influence et une place au milieu des autres systèmes [de langues auxiliaires internationales]. Je suis le Cifal et je déclare cela. Nous voulons tout organiser dans le grand mouvement volapükiste, nous voulons entretenir cette langue exactement comme on entretient le grec ancien ou le vieux saxon[74]. »

En 1962, la Volapükagased cesse de paraître[75], mais le mouvement continue d'éditer de petits livres et vocabulaires (le plus important de cette période étant peut-être Jenotem valemapüka „Volapük“, Histoire de la langue universelle « volapük », publié par Schmidt en 1964[76].

Le 8 janvier 1977, Schmidt décède subitement[77], laissant le rôle de Cifal au polyglotte néerlandais Filippus Johann Krüger (1911-1992) qui le transmet en 1984 au Britannique Brian Reynold Bishop (°1934), qui avec un autre Britannique, Ralph Midgley (fondateur de la revue Vög Volapüka en 1989), nommé gouverneur (« guvan ») réorganise les activités sur Internet.

Le volapük aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Avec l'arrivée d'Internet, le mouvement volapükiste connaît un nouveau regain d'activité, avec notamment la création d'une page web, d'un groupe de discussion Yahoo et d'une page Facebook. Depuis 2004, Wikipédia propose une version en volapük, qui contient aujourd'hui plus de 120 000 articles, même s'il s'agit en majorité d'ébauches géographiques créées par des bots[78].

Au niveau institutionnel, en 2014, Hermann Philipps remplace Brian Bishop comme Cifal[79], c'est-à-dire dirigeant, successeur de Schleyer, et, depuis 2015, un Cifal adjoint (« vicifal ») est nommé en la personne de Daniel Morosof, de Russie[80].

Aujourd'hui, le volapük n'est plus proposé comme langue auxiliaire internationale, et toute mention politique est absente des nouveaux statuts de la Société internationale du volapük (Sog bevünetik Volapüka) promulgués en 2007 par le Cifal de l'époque, Brian Bishop[81]. Dans une interview publiée en 2015 dans une traduction en espéranto, Hermann Philipps nia la possibilité pour toute langue auxiliaire internationale de réussir. Selon lui, on apprend le volapük surtout par jeu et pour l'intérêt historique ou interlinguistique que présente cette langue[82].

La communauté se réunit surtout autour de Facebook et du groupe Yahoo déjà cités, mais la petite revue Vög Volapüka (La Voix du volapük), fondée en 1989 par Ralph Midgley et éditée aujourd'hui par Hermann Philipps, publie encore chaque mois des nouvelles, des traductions littéraires, des notices historiques ou grammaticales, ... à l'attention des volapükistes. L'éditeur irlandais Evertype[note 19], déjà responsable de la republication en fac-similé du dictionnaire et de la grammaire d'Arie de Jong, a aussi publié un recueil de nouvelles de science-fiction publiées initialement dans Vög Volapüka[83], et travaille sur la publication d'une traduction commentée de la grammaire d'Arie de Jong en anglais et en allemand[84].

En dehors des cercles volapükistes et interlinguistes, le volapük est connu par son acception courante péjorative. Par exemple, le général de Gaulle l'évoqua dans sa conférence de presse du 15 mai 1962 :

« Dante, Goethe, Chateaubriand appartiennent à toute l’Europe dans la mesure même où ils étaient respectivement et éminemment italien, allemand et français. Ils n’auraient pas beaucoup servi l’Europe s’ils avaient été des apatrides et s’ils avaient pensé et écrit en quelque espéranto ou volapük intégré[85]. »

Cette signification de « création artificielle sans âme » n'est pas la seule survivance péjorative du volapük dans le langage courant. Dans certaines langues, « volapük » a pris le sens de charabia, parmi lesquelles le danois, où l'expression « det er det rene volapyk for mig » (littéralement « c'est du pur volapük pour moi ») correspond au « c'est du chinois » français.

Alphabet et phonologie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Chaque lettre du volapük n'est rendu que par un seul phonème, qui peut cependant être rendu par plusieurs sons (par exemple, certaines consonnes peuvent être voisées ou non-voisées, selon la préférence du locuteur[86]), et qui n'est par contre jamais modifié par ses voisins (diphtongues et triphtongues n'existent donc pas). L'accent se met toujours sur la dernière syllabe du mot, quel que soit son rôle par rapport à la racine[87].

Le volapük, dans sa version schleyerienne, avait réduit le plus possible la présence du phonème /r/, à cause de la difficulté qu'auraient les Chinois à le prononcer[88]. Le volapük moderne le réintroduit.

Voyelles[modifier | modifier le code]

Liste des voyelles du volapük
Lettre Prononciation (API) Prononciation (en français)
A, a /ɑ/ a comme dans « pâle »
/a/ a comme dans « la »
Ä, ä /ɛ/ è, comme dans « père »
/æ/ absent en français
E, e /e/ é, comme dans « été »
I, i /i/ i comme dans « machine »
O, o /o/ o, comme dans « monnaie »
/ɔ/ o, comme dans « sort »
Ö, ö /ø/ eu, comme dans « jeu »
U, u /u/ ou, comme dans « loup »
Ü, ü /y/ u, comme dans « rue »

Consonnes[modifier | modifier le code]

Liste des consonnes du volapük
Lettre Prononciation (API) Prononciation (en français)
B, b /b/ comme dans « bateau »
C, c /t͡ʃ/ tch, comme dans « tchao »
/d͡ʒ/ dj, comme dans « adjectif »
D, d /d/ comme dans « drapeau »
F, f /f/ comme dans « fille »
G, g /g/ toujours « dur » comme dans « gare »
H, h /h/ fortement aspiré
J, j /ʃ/ ch, comme dans « chien »
/ʒ/ j, comme dans « jardin »
K, k /k/ comme dans « karaoké »
L, l /l/ comme dans « lumière »
M, m /m/ comme dans « musée »
N, n /n/ comme dans « nourriture »
P, p /p/ comme dans « poulet »
R, r /r/ r roulé
S, s /s/ toujours comme dans « siphon »
/z/ toujours comme dans « zoologie »
T, t /t/ comme dans « tente »
V, v /v/ comme dans « village »
X, x /ks/ toujours comme dans « taxi »
Y, y /j/ toujours comme dans « yo yo »
Z, z /t͡s/ ts, comme dans « mouche tsé-tsé »
/d͡z/ dz, comme dans « pizza »

Ancienne version de l'alphabet[modifier | modifier le code]

Scan d'une page présentant les alternatives proposées par Schleyer aux voyelles avec trémas
Lettres alternatives aux trémas proposées dans Lott 1888.
Scan d'une page présentant les alternatives proposées par Schleyer aux voyelles (uniquement minuscules) avec trémas
Autre forme des lettres alternatives proposée dans Schleyer 1884a, plus proches du rendu Unicode.

Schleyer avait proposé des lettres alternatives aux trémas, directement issues de son alphabet phonétique de 1878, mais ces dernières ne furent que peu utilisées ; si ä, ö et ü étaient sensées être remplacées à terme par les créations de Schleyer, le congrès de Munich adopta définitivement les trémas[89].

Elles connurent plusieurs variantes[90] ; Schleyer les utilisait régulièrement pour l'allemand, même après qu'il eut prit l'habitude d'utiliser les trémas en volapük (par exemple dans son Groſses Wörterbuch de 1888[91], où l'on trouve donc parfois vꞝrterbúh).

Ces lettres sont présentes dans l'Unicode depuis sa version 7.0[92] (latin étendu D) publiée le 16 juin 2014[93], les voici :

Lettres alternatives aux trémas
Tréma Lettre proposée Code Unicode
Ä A79A
ä A79B
Ö A79C
ö A79D
Ü A79E
ü A79F

Dans les premières versions du volapük, Schleyer utilise aussi l'apostrophe pour marquer le phonème /x/. Le congrès de Munich supprime cette lettre et ce phonème, et les remplace par la lettre h (et donc par le phonème /h/)[89].

Grammaire[modifier | modifier le code]

Mappemonde entouré des mots  « menefe bal, püki bal » et inscrite dans un double cercle
Symbole du volapük réformé. Si le volapük classique écrivait « menade bal, püki bal », le moderne écrit « menefe bal, püki bal ». (« Pour une humanité, une langue »)

Nom[modifier | modifier le code]

Le nom volapük possède une déclinaison à deux nombres (singulier et pluriel) et quatre cas principaux :

Principaux cas en volapük
Nom du cas Singulier Pluriel
Nominatif -∅ -s
Génitif -a -as
Datif -e -es
Accusatif -i -is

L'accusatif n'a pas le sens de mouvement avec les noms que l'on retrouve dans d'autres langues, et notamment l'espéranto. Par contre, pour signifier ce mouvement, on doit ajouter un -i (la terminaison de l'accusatif) à la préposition ou à l'adverbe (mais dans ce cas, avant la terminaison de l'adverbe)[94].

Vom binof in dom
La femme est à la maison
Vom golof ini dom
Vom golof domio
La femme va à la maison[note 20]

Parallèlement, avec les adverbes (et avec les adverbes seulement), il est possible d'utiliser le génitif pour marquer l'origine d'un mouvement (vom golof domao, la femme vient de la maison)[95].

Deux cas supplémentaires sont cependant utilisés :

  • Le vocatif, que l'on marque en ajoutant la préposition o au nom au nominatif (o blods, « ô frères »).
  • Le prédicatif, que l'on marque en ajoutant -u (ekölom yani rediku, « il a peint la porte en rouge » ; ekölom yani redik, « il a peint la porte rouge »). Mais ce cas n'est que très rarement utilisé, et il est tout aussi correct de dire ekölom yani redik pour dire « il a peint la porte en rouge », mais dans ce cas la phrase est ambiguë[94].

L'usage de l'accusatif pour marquer le mouvement en modifiant les adverbes et le prédicatif sont absents en volapük classique[96].

Par contre, dès Schleyer, on avait pris l'habitude soit de rajouter un -i à la préposition, soit d'utiliser l'accusatif avec le substantif décliné pour préciser qu'il y avait mouvement[97]. Ici donc, de Jong a sanctionné et clarifié une pratique. L'usage du vocatif existe dès Schleyer, mais il semble discuté, au moins par le très réformiste Kerckhoffs[98].

Pronoms personnels[modifier | modifier le code]

Les principaux pronoms personnels sont les suivants :

Liste des pronoms personnels du volapük
Singulier Pluriel
Volapük Français Volapük Français
ob je obs nous
ol tu ols vous
om il oms ils
of elle ofs elles
on il (neutre) ons ils (neutre)
os il (impersonnel) oy on

Lesquels ont le même pluriel que les noms (-s) et se déclinent pareillement : olas « de vous ». Les pronoms et adjectifs possessifs en dérivent : olik = ola = ton.

Il y a par ailleurs :

  • un pronom réfléchi, ok/oks : ex. Löfons okis « Ils s'aiment [chacun soi-même] ».
  • un pronom réciproque, od/ods : ex. Löfons odis « Ils s'aiment l'un l'autre ».

Il existe encore deux pronoms personnels, mais qui ne sont presque jamais utilisés. Le premier, qui peut se trouver en poésie[99], est la personne de politesse, or/ors[note 21]. Le deuxième est og/ogs, qui signifie « toi ou moi »[95], mais, comme l'a écrit Ed Robertson, « ça n'a pas pris »[63].

L'usage des pronoms a sensiblement évolué avec la réforme d'Arie de Jong. Oy, or, ors et od sont des ajouts purs et simples[100]. Mais certains ont aussi eu un sens légèrement différent : ainsi, on utilisait oms aussi bien pour un groupe d'hommes que pour un groupe mixte ; il faut maintenant utiliser le neutre ons pour les groupes mixtes. Os, qui est un neutre en volapük classique, est devenu impersonnel (il pleut = reinos). Cela fait partie des réformes antisexistes de de Jong[63].

Adjectif et adverbe[modifier | modifier le code]

L'adjectif se forme en ajoutant -ik au radical du nom.

Il ne s'accorde avec son nom correspondant que s'il est placé devant ou s'il en est séparé par tout autre mot :

löfob bukis jönik / löfob jönikis bukis / bukis löfob jönikis
j'aime les beaux livres

L'adverbe dérivé est invariable et s'obtient en suffixant -o à l'adjectif ou nom correspondant :

del = le jour
delik = quotidien
delo = par jour
deliko = quotidiennement

Si l'adverbe est invariable, il est possible, en intercalant une voyelle avant le -o, de préciser s'il y a mouvement :

dom = la maison
binob domo = je suis à la maison (sans mouvement)
golob domao = je pars de la maison (mouvement)
golob domio = je vais à la maison (mouvement)

Un adverbe finissant par -ao porte donc le sens d'origine, et par -io de destination[95].

Comparatif et superlatif[modifier | modifier le code]

Le comparatif d'égalité se forme avec l'adjectif précédé de so et suivi de äs (äsä si suivi d'un verbe). Le comparatif du supériorité se forme avec l'ajout de -um à la terminaison -ik de l'adjectif, suivi de ka (kas avant un verbe)[101].

binol so yunik äs ob = tu es aussi jeune que moi
binol so yunik äsä jinol = tu es aussi jeune que tu en as l'air
binol yunikum ka ob = tu es plus jeune que moi
binol yunikum kas jinol = tu es plus jeune que tu en as l'air

Le superlatif se forme avec l'ajout de -ün à la terminaison -ik de l'adjectif, suivi du génitif[101].

binol yunikün manas = tu es le plus jeune des hommes

Nombres[modifier | modifier le code]

Les nombres ont subi un petit changement entre le système classique et le système moderne. Mais vu le systématisme des nombres, ce petit changement conduit à de grands bouleversements. Voici la version actuelle des nombres en volapük[102] :

Les nombres en volapük
ser 0
bal 1 degbal 11 teldegbal 21 foldeg 40
tel 2 degtel 12 teldegtel 22 luldeg 50
kil 3 degkil 13 teldegkil 23 mäldeg 60
fol 4 degfol 14 teldegfol 24 veldeg 70
lul 5 deglul 15 teldeglul 25 jöldeg 80
mäl 6 degmäl 16 teldegmäl 26 züldeg 90
vel 7 degvel 17 teldegvel 27 tum 100
jöl 8 degjöl 18 teldegjöl 28 mil 1000 (10^3)
zül 9 degzül 19 teldegzül 29 balion 10^6
deg 10 teldeg 20 kildeg 30 telion 10^12
kilion 10^18

Le système est classique et simple. Ainsi, 4 876 329 se dira folbalion jöltumveldegmälmil kiltumteldegzül.

Pour les nombres inférieurs à 1, il faut utiliser ces mots, reconnaissables par l'utilisation du suffixe -im :

0,1 = dim
0,01 = zim
0,001 = mim
0,0001 = dimmim
0,00001 = zimmim
0,000001 = balyim

Pour lire ou écrire ces nombres, il faut les lire comme des nombres entiers, et rajouter un de ces mots, par exemple :

0,345
kiltumfoldeglul mim
0,123456
tumteldegkilmil foltumluldegmäl balyim

Les numéros ordinaux sont marqués par le suffixe -id, les fractions par le suffixe -dil et la répétition ou la multiplication par -na.

Binos düp velid soara
Il est sept heures de l'après-midi
Foldils kil binons veldeglul zim
3/4 vaut 0,75
Ibinos visit folnaik ofa us
Ce fut sa quatrième visite ici
Folna fol binos degmäl
4 x 4 = 16

La petite modification qui a entraîné un chamboulement concerne les dizaines. En effet, pour dire « 20 », plutôt que de dire teldeg, on se contentait de mettre la marque du pluriel (-s) à l'unité ; « 20 » se disait donc tels, et on ajoutait un -e- pour faire la liaison, « 41 » se disait donc folsebal et non foldegbal. Le système fractionnel est aussi moderne.

Système verbal[modifier | modifier le code]

Le système verbal du volapük est plutôt compliqué, et il a été dit que chaque verbe pouvait revêtir 500 000 formes. C'est en effet possible en théorie, mais dans la pratique cela n'arrive jamais[103].

Voici un tableau résumant les différents affixes précisant aspect, mode, temps et personne du verbe volapük :

Le système verbal du volapük
Voix Temps Radical Personne Mode
Active
∅-
Présent
∅-
(= verbe à l'infinitif
moins « -ön »)
P1
-ob
Indicatif
-∅
Parfait
e-
P2
-ol
Imparfait
ä-
P3
-om (m), -of (f), -on (n)
Impératif
-öd
Plus-que-parfait
i-
P4
-obs
Optatif
-ös
Passive
p(a)-[note 22]
Futur
o-
P5
-ols
Conditionnel
-öv
Futur parfait
u-
P6
-oms (m), -ofs (f), -ons (n)
Participe
-öl[note 23]
Futur du passé
ö-
Impersonnel
-os
Subjonctif
--la[note 24]
Futur parfait du passé
ü-
Indeterminé
-oy

Voix[modifier | modifier le code]

Les deux voix du volapük sont les deux voix classiques, l'actif et le passif. La voix active n'est caractérisée par aucune marque, tandis que la voix passive est caractérisée par l'ajout de la lettre p- avant l'augment temporel. Si contrairement aux autres temps, le présent n'a pas d'augment temporel exprimé à la voix active, il en possède bien un, et celui-ci s'exprime toujours à la voix passive : un verbe au présent passif verra donc son radical précédé de pa- (p- pour le passif, et -a- pour le présent).

En volapük, le complément d'agent est fa.

Löfob moti obik
J'aime ma mère
Palöfob fa mot obik
Je suis aimé par ma mère

La voix moyenne n'existe pas en volapük à proprement parler. Les suffixes -ik et -ük peuvent cependant en jouer le rôle (cf. infra).

Temps[modifier | modifier le code]

Le système temporel des verbes en volapük est très riche. Mais nous pouvons[103] séparer les temps en deux catégories, le temps courants, et les temps rares.

Voici les temps courants :

  • Le présent, avec augment « a » (non-marqué avec les verbes à la voix active[note 25]) ;
  • Le futur, avec augment « o » ;
  • L'imparfait, avec augment « ä » (utilisé pour parler du passé révolu) ;
  • Le parfait, avec augment « e » (utilisé pour parler du passé ayant un lien avec le présent).

Et voilà les temps plus rares :

  • Le futur parfait, marqué par l'augment « u » (utilisé pour parler d'un futur ayant déjà eu lieu[104]) ;
  • Le plus-que-parfait, marqué par l'augment « i » (utilisé pour parler d'un passé plus lointain que l'imparfait[105]) ;
  • Le futur du passé, marqué par l'augment « ö » (utilisé pour parler de ce que dans le passé, un personnage pensait être le futur, et qui a pu encore ne pas arriver et donc arriver encore : äkredom, das öreinos, « il croyait qu'il allait pleuvoir »[106]) ;
  • Le futur parfait du passé, marqué par l'augment « ü » (utilisé pour parler de ce que dans le passé, un personnage pensait être le futur, et qui, si ça n'a pas eu lieu, ne peut plus avoir lieu : äcedob, das üfinükol bü mudel, « je pensais que tu aurais fini — complètement — avant lundi »[106]).

Pour mieux comprendre les différents temps et leurs relations, il est possible de les insérer dans un tableau à double entrée[107] :

Les temps du volapük mis en relation
Imparfait
(nefinik)
Parfait
(finik)
Présent
(presenatim)
Présent
vokob
Parfait
evokob
Passé
(pasetatim)
Imparfait
ävokob
Plus-que-parfait
ivokob
Futur
(fütüratim)
Futur
ovokob
Futur parfait
uvokob
Futur du passé
(pasetofütüratim)
Futur du passé
övokob
Futur parfait du passé
üvokob

Personnes[modifier | modifier le code]

Les personnes sont en fait marquées par la suffixation de la majorité des pronoms personnels. Seuls ok(s), od(s), or(s) et og(s) n'existent qu'à la forme pronominale.

Modes[modifier | modifier le code]

Il existe 6 modes en volapük. Il s'agit de :

  • L'indicatif, non-marqué ;
  • L'impératif, marqué par le suffixe -öd ;
  • L'optatif, marqué par le suffixe -ös, est un impératif plus poli, moins rude[103], et peut être traduit en français par « veuillez (+ inf.) » : deükolös nami olik de küid obik = « veuillez ôter votre main de ma cuisse » ;
  • Le conditionnel, marqué par le suffixe -öv ;
  • Le subjonctif, marqué par l'ajout de la, qui est précédé d'un tiret et qui « est seulement utilisé lorsque c'est à quelque chose de ridicule ou d'inimaginablement improbable qu'il est fait référence[108] ».
Vilol-la das ogivob ole dolaris lul! Drimol!
Tu veux que MOI, je te donne cinq dollars ! Tu rêves !

Tous ces modes nécessitent l'usage de la marque de la personne, contrairement aux participes et à l'infinitif.

Le participe, marqué par le préfixe -öl, s'utilise comme un adjectif. Il peut prendre le préfixe de temps et de voix. Comme tout adjectif, il est possible, par l'ajout d'un -o, de l'adverbialiser (gérondif)[109] (comme l'espéranto manĝante, ou le kotava etuson).

Ovisitob oli ün vig okömöl
Je te rendrai visite la semaine prochaine (litt. la semaine « viendrante », c'est-à-dire « venante » au futur)
Ägolölo ve süt, älogob fleni bäldik oba
Allant [ou, moins littéralement, « comme j'allais »] le long de la route, je vis un vieil ami à moi

L'infinitif, marqué par le suffixe -ön, est assimilable à un mode. Lorsque l'infinitif est inséré dans un syntagme signifiant « afin de », il faut utiliser la particule ad[103] :

Fidobs ad lifön
Nous mangeons pour vivre

Autres marques[modifier | modifier le code]

Pour former une question dans une phrase contenant un verbe, il faut lui ajouter la particule -li[103].

Äreidol-li gramati Volapüka?
As-tu lu la grammaire du volapük ?

Comme en espéranto, la transitivité d'un verbe dépend de sa racine, mais il est possible de la modifier par des suffixes : -ik rend un verbe transitif intransitif, et -ük rend un verbe intransitif transitif[103]. Ce suffixe s'insère avant les marques de personne et de mode.

Seadom su stul. Il est assis sur une chaise.
Seadükom cili sui stul. Il assoit l'enfant sur une chaise.
Eperom moni okik. Il a perdu sa monnaie.
Mon omik eperikon. Sa monnaie est perdue.

Comme en espéranto toujours, il est possible d'utiliser -ik avec un verbe déjà intransitif ou -ük avec un verbe déjà transitif. Dans ce cas-là, il en résulte une sorte de voix moyenne ou de causatif[103] :

Äseadikom sui stul.
Il s'assit sur la chaise.
Man päperükom moni oki fa briet.
L'homme a perdu sa monnaie à cause de l'ébriété.
L'ébriété a causé à l'homme la perte de sa monnaie.

Modifications apportées par de Jong[modifier | modifier le code]

C'est peut-être dans le système verbal que de Jong a le plus modifié le volapük[110], en plus des modifications du système des pronoms personnels qui, puisqu'ils sont repris comme marqueurs de personne, modifient aussi le système verbal.

Il a supprimé un aspect, l'aoriste, qui était marqué par l'usage d'un -i- entre la marque de temps et la racine (olödob > oilödob) et un mode, le jussif, marqué par le suffixe -öz, qui était plus fort encore que l'impératif. Auguste Kerckhoffs, à l'époque de Schleyer, avait pour sa part défendu la réduction des impératifs à une seule forme et était opposé à l'aoriste[111].

Sans l'avoir supprimé réellement, de Jong a aussi modifié le subjonctif, qui était beaucoup plus utilisé auparavant. C'est peut-être[112] plus la raison pour laquelle le subjonctif est le seul mode séparé du verbe par un tiret. La plupart des autres changements grammaticaux ont consisté à supprimer ou ajouter des formes. Mais ici, il a modifié le sens du subjonctif ; pour bien différencier le subjonctif schleyerien du subjonctif révisé, de Jong a peut-être décidé d'en modifier la graphie[note 26].

Enfin, il a aussi ajouté deux temps qui n'existaient pas, le futur du passé et le futur parfait du passé.

Détermination[modifier | modifier le code]

Il n'existe normalement pas d'article en volapük[note 27]. Ainsi, pod peut signifier « pomme », « une pomme » ou « la pomme ». Mais, pour décliner les mots non-déclinables, on peut utiliser l'article el[113] :

Kanobs logön eli Sputnik me daleskop.
Nous pouvons voir Spoutnik avec un télescope.

Ici, eli marque le fait que « Spoutnik » devrait être à l'accusatif. En plus des cas, on peut ajouter à el toutes sortes de préfixes et de suffixes (par exemple, si le nom propre est porté par un être de sexe féminin, on peut ajouter le préfixe ji-, pour donner jiel).

Cet usage de el n'existait pas en volapük classique[114], même si ce mot existait déjà du temps de Schleyer, comme le prouve cette citation de la grammaire de Kerckhoffs :

« 3. - M. Schleyer a proposé d'employer un article indéfini el, chaque fois que la clarté du style l'exige impérieusement, p. ex., le moi, el ob ou ob el[115]. »

Lexique[modifier | modifier le code]

Sources et importation[modifier | modifier le code]

Noms communs[modifier | modifier le code]

Le volapük est une langue construite mixte (il est même devenu le paradigme de cette catégorie) dont le vocabulaire est dit « à racines naturelles déformées[note 28] ». Ses racines proviennent selon Smith principalement de l'anglais, et pour le reste de l'allemand et des langues romanes[116] ; selon Blanke, en premier lieu de l'anglais et du latin, et, en second lieu, de l'allemand et du français[117].

Ces déformations obéissent à des règles[118] :

  • Chaque racine (substantif) doit obligatoirement commencer et se terminer par une consonne ;
  • En volapük classique, la lettre « r » était proscrite, remplacée le plus souvent par « l » ;
  • Chaque racine doit être la plus courte possible (ainsi plim vient du français « compliment ») ;
  • Chaque racine doit être unique, les homonymes étant évités.

Certaines racines en deviennent méconnaissables, lorsqu'elles subissent plusieurs transformations. Couturat et Leau donnent l'exemple de jim (ciseaux). Le mot d'origine est l'allemand Schere, qui, en volapük, donnerait *jer ; le « r » étant alors proscrit, il se transforme en jel, qui signifie déjà « protection » ; il devient alors jil qui signifie « femelle » ; il subit alors sa dernière transformation, en devenant jim. Mais de Schere à jim, seul le son /ʃ/ survit[119].

Noms propres[modifier | modifier le code]

Certains noms propres, par exemple ceux de pays, subissent cette assimilation, même si, surtout en volapük moderne, le critère de brièveté est moins respecté. Pour ceux qui n'ont pas de forme assimilée « canonique », il n'y a pas de règle absolue. L'usage veut que le mot soit gardé le plus possible proche de sa forme originelle, mais précédée par l'article el ; c'est sur cet article que sera portée la déclinaison. On caractérise aussi le nom propre en ajoutant des suffixes et des préfixes à l'article ; si un nom commun qualifie le nom propre, el n'est pas obligatoire. On l'utilise enfin avant les titres, même en volapük, et les noms communs étrangers[87].

Ätuvob no traduti elaessen“ in el „Vödabuk Volapüka pro Deutänapükans“ hiela Arie de Jong, kel binon in bukem zifa Strasbourg.
Je n'ai pas trouvé la traduction de « essen » dans le Vödabuk Volapüka pro Deutänapükans de Arie de Jong qui est dans une bibliothèque de Strasbourg.

En volapük classique, les volapükistes allemands avaient l'habitude de rendre la prononciation du nom en volapük dans l'alphabet phonétique de 1878, et Schleyer lui-même signait « Jleyer Yo'ann Martin »[120], ce que les volapükistes suivant Kerckhoffs refusaient de faire[121].

Prépositions, conjonctions et interjections[modifier | modifier le code]

Il existe deux sortes de prépositions, de conjonctions et d'interjections : celles qui le sont primitivement, et qu'aucun marqueur particulier ne précise ; et celles qui le sont par dérivation et qui sont marquées soit par (prépositions), soit par (conjonctions), soit par pour les interjections[122].

Nil Proximité Nilü Près de
Kod Cause Kodä Parce que
Seil Silence Seilö! Silence !

Formation des mots[modifier | modifier le code]

Composition de racines[modifier | modifier le code]

Le volapük utilise beaucoup la composition des racines pour créer de nouveaux mots ; c'est toujours un substantif qui sert de mot-souche[123]. Comme en espéranto, l'élément déterminant vient avant l'élément déterminé : le volapük est à cet égard une langue centripète[note 29].

Pokamon
Argent de poche
Monapok
Poche à argent
(de pok, la poche et mon, l'argent)

Si, la plupart du temps, c'est le génitif qui lie les racines (-a-), il est possible aussi de les lier avec l'accusatif (-i-) ou l'adverbe (-o-) entraînant des nuances de sens :

Motalöf Amour maternel Amour par une mère
Motilöf Amour envers une mère
Motolöf Amour comme une mère

Par contre, aucune voyelle de liaison n'est utilisée lorsque la racine est précédée d'un nombre (foldil, quatrième) ou d'une préposition (lügolön, s'approcher de, litt. vers-aller) ; ou lorsque le lien entre deux racines est le fait d'une conjonction (pluuneplu, plus-ou-moins)[124].


En plus de la composition, le volapük utilise (mais beaucoup moins qu'au XIXe siècle, parce que le nombre de racines disponibles est plus grand[125]) de nombreux affixes. Par exemple le préfixe fi- signifie « jusqu'à la fin » (mekön, faire ; fimekön, terminer) et le suffixe -av qualifie les sciences et les disciplines (god, dieu ; godav, théologie)[126].

Différences entre volapük classique et moderne[modifier | modifier le code]

Arie de Jong modifia les racines du volapük principalement sur trois points[63] :

  • il réintroduisit le « r », donnant à certains mots[note 30] un aspect plus proche de l'étymon (par exemple, pluie se dit « rein » en volapük moderne, ce qui est plus proche de l'étymon, l'anglais rain, que le classique « lilöm ») ;
  • il chercha à supprimer les isométries, nombreuses en volapük classique[127] (par exemple lemel signifiait à la fois « océan », de le-mel, grande mer, et « acheteur », de lem-el, acheter-personne ; aujourd'hui, la nouvelle racine sean a été ajoutée[note 31], et « acheteur » se dirait plutôt reman, le suffixe -el étant dorénavent réservé aux fabricants[63]), par la création de nouvelles racines et la redéfinition de certains affixes ;
  • il créa de nouvelles racines, soit pour rendre compte d'avancées technologiques, soit pour adopter des racines plus internationales.

Les noms propres aussi furent volapükisés avec plus de régularité (Litaliyän à la place de Täl pour Italie) ; et les (rares) exceptions à la règle selon laquelle tout substantif commence et se termine par une consonne, supprimées (Égypte se dit désormais Lägüptän et plus Ägüptän)[63].

Exemples[modifier | modifier le code]

Feuille contenant imprimé l'hymne du volapük, dans sa version réformée
L'hymne du volapük, dans sa version réformée.
Première strophe de l'hymne du volapük (période classique)[128]
Texte original Prononciation (API) Traduction littérale
Sumolsöd stäni blodäla!
Dikodi valik hetobs;
Tönöls jüli baladäla
Volapüke kosyubobs,
Vokobsöz ko datuval:
„Menade bal, püki bal!“
sumolsød stɛni blodɛlɑ
dikodi valik hetobs
tønøls ʃyli bɑlɑdɛlɑ
volɑpyke kosjubobs
vokobsøt͡s ko dɑtuvɑl
menɑde bɑl pyki bɑl
Prenez le drapeau de l'esprit fraternel!
Nous haïssons tout conflit ;
Tenant ferme l'école de l'esprit d'union
Nous jubilons en rencontrant le volapük[note 32],
Nous devons appeler avec l'Inventeur[note 33] :
« Pour une humanité, une langue ! »
Première strophe de l'hymne du volapük (période moderne)[129]
Texte original Prononciation (API) Traduction littérale
Sumobsöd svistama stäni!
Neflenami obs hetobs.
Dakipobsöd ga baläli!
Volapüki beyubobs.
Vokädobsöd ko cifal:
„Menefe bal, püki bal!“
sumobsød svistɑmɑ stɛni
neflenɑmi obs hetobs
dɑkipobsød gɑ bɑlɛli
volɑpyki bejubobs
vokɛdobsød ko t͡ʃifɑl
menefe bɑl pyki bɑl
Prenons le drapeau de la fraternité !
Nous, nous haïssons l'inimitié.
Tenons fermement l'esprit d'unité !
Nous nous réjouissons du volapük.
Écrions-nous avec le Cifal :
« Pour une humanité, une langue ! »


Exemples de mots
Français Volapük Prononciation (API) Étymologie[130]
terre tal (classique)
tail (moderne)
tɑl
tɑil
terra (latin)[note 34]
ciel sil sil ciel (français)
eau vat vɑt water (anglais)
feu fil fil fire (anglais)
homme man[note 35] mɑn Mann (allemand)
femme vom[note 35] vom woman (anglais)
manger fidön fidøn feed (anglais)
boire dlinön (classique)
drinön (moderne)
dlinøn
drinøn
drink (anglais)
grand gletik (classique)
gretik (moderne)
gletik
gretik
great (anglais)
petit smalik smɑlik small (anglais)
nuit neit neit night (anglais)
jour del del day (anglais)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.[note 36]

Volapük classique[modifier | modifier le code]

Sources primaires[modifier | modifier le code]

  • (de+eo) Reinhard Haupenthal (édition et traduction), Unua Volapük-kongreso: Friedrichshafen, Aŭgusto 1884 / Der erste Volapük-Kongreß, Friedrichshafen, August 1884 : Dokumentoj kaj komentoj / Dokumente und Kommentare, Saarbrücken, Iltis,‎ .
  • [Kerckhoffs 1887a] (fr+vo) Auguste Kerckhoffs, Dictionnaire volapük-français et français-volapük précédé d'une grammaire complète de la langue, Paris, Le Soudier,‎ (lire en ligne [PDF]).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Kerckhoffs 1887b] Auguste Kerckhoffs, Cours complet de volapük contenant des thèmes et des versions, avec corrigés et avec un vocabulaire de 2500 mots, Paris, Le Soudier,‎ , 8e éd. (1re éd. 1886) (lire en ligne [PDF]).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (vo) Auguste Kerckhoffs, Yelabuk pedipedelas, Paris, Le Soudier,‎ .
  • (de) Julius Lott, Die Kunst, die internationale Verkehrssprache „Volapük“ schnell zu erlernen., Wien, Pest, Leipzig, A. Hartleben’s Verlag., coll. « Die Kunst der Polyglottie » (no 13),‎ (lire en ligne)
  • (de) Johann M. Schleyer, Volapük. Die Weltsprache : Entwurf einer Universalsprache für alle Gebildete der ganzen Erde, Sigmaringen, Tappen,‎ .
  • (de) Johann M. Schleyer, Meine Biographie, Saarbrücken, Iltis,‎ (1re éd. 1880).
  • [Schleyer 1884a] (de) Johann M. Schleyer, Grammatik der Universàlspràche für alle gebildete Erdbewòner nebst kurzem Wörterbuche, Überlingen ab Bodensè,‎ (lire en ligne [PDF]).
  • [Schleyer 1884b] Johann M. Schleyer, Exposé des principes de la langue universelle ou volapꞟk de J.M. Schleyer, Lizelsteten,‎ (lire en ligne [PDF]).
  • (de+vo) Johann M. Schleyer, Groſses Wörterbuch der Universalsprache volapük, Konstanz am Bodensee, Zentralbüro der Weltsprache,‎ (lire en ligne [PDF]).

Littérature secondaire[modifier | modifier le code]

  • (en) Arden Smith, « A mixed IAL: Volapük », dans Michael Adams, From Elvish to Klingon : Exploring Invented Languages, Oxford, Oxford University Press,‎ (ISBN 9780192807090, lire en ligne [PDF]).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (eo) Jean-Claude Caraco, « Auguste Kerckhoffs (1835-1903) kaj lia rolo en la Volapük-movado », dans Menade bal püki bal : Festschrift zum 50. Geburtstag von Reinhard Haupenthal / Festlibro por la 50a naskiĝtago de Reinhard Haupenthal, Saarbrücken, Iltis,‎ .Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Louis Couturat et Léopold Leau, Histoire de la langue universelle, Paris, Hachette,‎ , 2e éd. (1re éd. 1903) (lire en ligne [PDF]), p. 128-163.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (eo) Ernst Drezen, Historio de la mondolingvo : Tri jarcentoj da serĉado, Leipzig, Ekrelo,‎ , 2e éd. (lire en ligne [PDF]), p. 98-109.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Roberto Garvía, Esperanto and Its Rivals : The Struggle for an International Language, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, coll. « Haney Foundation Series »,‎ (ISBN 9780812247107, lire en ligne [PDF]).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (eo) Neves Gonçalo, Zamenhof kaj Volapük, Bad Bellingen, Iltis,‎ (ISBN 9783932807985).
  • (eo) Reinhard Haupenthal, « Kion Kerckhoffs skribis al Schleyer », Dialogo, vol. 13, no 1,‎ , p. 19-20.
  • (de) Reinhard Haupenthal, « Johann Martin Schleyer (1831-1912) und seine Plansprache Volapük », dans Zwischen Utopie und Wirklichkeit : Konstruierte Sprachen für die globalisierte Welt. Begleitband zur Ausstellung an der Bayerischen Staatbibliothek (14. Juni bis 9. September 2012), Munich, Allitera - Bayerische StaatsBibliothek, coll. « Bayerische Staatsbibliothek. Ausstellungskataloge » (no 85),‎ (ISBN 9783869063102).
  • (de) Reinhard Haupenthal, Über die Startbedingungen zweier Plansprachen : Schleyers Volapük (1879/80) und Zamenhofs Esperanto (1887), Bad Bellingen, Iltis,‎ , 2e éd. (ISBN 9783943341027).
  • (de) Rupert Kniele, Das erste Jahrzehnt der Weltsprache Volapük : Entstehung und Entwicklung von Volapük in den einzelnen Jahren, nebst Uebersicht über den heutigen Stand der Weltsprache, Weltspracheklubs u. s. w., Überlingen, A. Schoy,‎ (lire sur Wikisource) (réédité avec des indices de R. Haupenthal à Sarrebruck chez Iltis en 1989).
  • Jean-Claude Lescure, Un imaginaire transnational ? : Volapük et Espéranto vers 1880-1939 (Habilitation à diriger des recherches en histoire soutenue à l'Institut des études politiques de Paris sous la direction de Pierre Milza),‎ .
  • Jean-Claude Lescure, « Volapük et espéranto à la conquête de l'Asie », dans Paul Servais (éd.), Entre mer de Chine et Europe : Migration des savoirs, transfert des connaissances, transmission des sagesses du 17e au 21e siècle. Actes des Journées de l'Orient 2009, Louvain-la-Neuve, Harmattan - Academia, coll. « Rencontres Orient-Occident » (no 13),‎ (ISBN 9782806100382), p. 95-108.Document utilisé pour la rédaction de l’article

Volapük moderne (ou les deux)[modifier | modifier le code]

Sources primaires[modifier | modifier le code]

  • (eo) Brian Bishop, Gramat smalik Volapüka medü pük Esperanto / Malgranda gramatiko de Volapuko per Esperanto,‎ , 3e éd. (1re éd. 1978) (lire en ligne [PDF]).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (eo) André Cherpillod, Konciza gramatiko de Volapuko / Gramat brefik Volapüka, Courgenard, Chez l'auteur,‎ .
  • (eo+vo) André Cherpillod, Vortaro Volapük-Esperanto kaj Esperanto-Volapük / Vödabuk Volapük-Sperantapük e Sperantapük-Volapük, Courgenard, La Blanchetière,‎ .
  • [de Jong 2012a] (vo) Arie de Jong, Gramat Volapüka, Cathair na Mart, Evertype,‎ (1re éd. 1931) (ISBN 9781904808947, présentation en ligne).
  • [de Jong 2012b] (de+vo) Arie de Jong, Wörterbuch der Weltsprache für Deutschsprechende / Vödabuk Volapüka pro Deutänapükans, Cathair na Mart, Evertype,‎ (1re éd. 1931) (ISBN 9781904808893, présentation en ligne).
  • (en) Ed Robertson, An Introduction to Volapük,‎ (lire en ligne [txt])[note 37].Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Johann Schmidt, Liste der Volapük-Verbände und Vereine, Saarbrücken, Iltis,‎ .
  • (de) Johann Schmidt, Volapük-Bibliographie, Saarbrücken, Iltis,‎ .

Littérature secondaire[modifier | modifier le code]

  • (eo) Brian Bishop, « La ĉifaloj de Volapük », dans Menade bal püki bal : Festschrift zum 50. Geburtstag von Reinhard Haupenthal / Festlibro por la 50a naskiĝtago de Reinhard Haupenthal, Saarbrücken, Iltis,‎ , p. 375-390.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Detlev Blanke, « Planned Languages - A Survey of Some of the Main Problems », dans Klaus Schubert, Interlinguistics : Aspects of the Science of Planned Languages, Berlin-New York, Mouton de Gruyter, coll. « Trends in Linguistics / Studies and Monographhs » (no 42),‎ (ISBN 3110119102).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Bernard Golden, « Conservation of the Heritage of Volapük », Language Problems and Language Planning, vol. 11, no 3,‎ , p. 361-367 (ISSN 0272-2690).
  • Marcel Monnerot-Dumaine, Précis d'interlinguistique générale et spéciale, Paris, Maloine,‎ .Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (io) Robert Pontnau, « Pri la nuna stato dil Volapük-movado », Progreso, vol. 338,‎ , p. 24-25 (ISSN 0048-5489). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Ed Robertson, « Arie de Jong's Revision of Volapük (1931) », Journal of Planned Languages, vol. 21,‎ (ISSN 1066-2545, lire en ligne [html]).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (vo) Johann Schmidt, Jenotem valemapüka „Volapük“, Voorburg, Repko,‎ (lire sur Wikisource) (paru pour la première fois dans la revue Volapükagased pro Nedänapükans d'Amsterdam entre 1961 et 1962).
    • (eo) Johann Schmidt (trad. du volapük par Philippe Combot), Historio de la universala lingvo Volapuko [« Jenotem valemapüka „Volapük“ »], Courgenard, Chez André Cherpillod,‎ .
    • (de) Johann Schmidt (trad. du volapük par Reinhard Haupenthal), Geschichte der Universalsprache Volapük [« Jenotem valemapüka „Volapük“ »], Saarbrücken, Iltis,‎ , 2e éd..
  • (eo) Robert Thomann (trad. du volapük par Tazio Carlevaro), « Origino, starigo kaj hodiaŭa stato de la Volapüka Lingvo-Akademio », Monata cirkulero, vol. 121,‎ , p. 3-7.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En volapük moderne, on écrirait plutôt Volapükabled zänodik.
  2. Aujourd'hui, Alberweiler est un village membre de la commune de Schemmerhofen, dans le land de Bade-Wurtemberg.
  3. Les actes de ce premier congrès sont publiés en allemand et traduits en espéranto dans Haupenthal 1984.
  4. Selon l'article « Auguste Kerckhoffs » de Vükiped, la Wikipédia volapüke, il existe des traductions en danois par Wilhelm Hansen, en allemand par Wilhelm Pflaumer, en anglais par Henry Harrison (anglais britannique) et Louis Lambert (anglais américain), en hongrois par Béla Zsigmondy, en néerlandais par Arthur Heyligers et en suédois par Gustav Liedbeck.
  5. Nommée sur le modèle de l'« Association nationale pour la propagation de la langue française », aujourd'hui Alliance française (Garvía 2015, p. 30).
  6. C'est cependant cette année-là que paraît l'Unua libro, livre fondateur de l'espéranto, qui supplantera le volapük.
  7. Kadäm Volapüka en volapük moderne.
  8. Le Weltspracheverein Nürnberg, après la mort de Léopold Einstein, abandonne l'espéranto pour se consacrer d'abord à l'idiom neutral, puis l'abandonne à son tour pour adhérer à l'ido. Cf. (de) Marcus Sikosek, « Dokumente zum „Weltspracheverein Nürnberg” », Esperantologio / Esperantic Studies, vol. 3,‎ , p. 45-54 (ISSN 1404-4749 et 1311-3496, lire en ligne [PDF])
  9. Alors justement que le premier congrès espérantiste prouva le contraire.
  10. Par exemple, là où Schleyer avait tenté de créer le plus de mots monosyllabiques, le congrès demande à ce que les racines soient le plus possible reconnaissables, et donc forcément plus longues.
  11. Avec une différence notable entre les deux pays, la Chine accueillant deux clubs et une petite trentaine de membres, surtout chinois, le Japon n'ayant aucun club enregistré, et seulement deux membres, dont un Occidental. Cf. Lescure 2011, p. 104-105.
  12. Haupenthal 1984, p. 105 les cite in extenso : 1. cifal ; 2. lecifal (dirigeant continental) ; 3. lecif (dirigeant pour grands mouvements nationaux ; jamais utilisé) ; 4. cifel (dirigeant national) ; 5. xamel (examinateur national, 7 en 1889) ; 6. plofed (professeur national, 6 en 1889) ; 7. stimakopanal (membre d'honneur, 6 en 1889) ; 8. spodal (correspondant diplômé, 47 en 1889) ; 9. löpitidel (professeur pour une grande ville, 237 en 1889) ; 10. cif (directeur de club local, 218 en 1889) ; 11. tidel (1000 en 1889). Tous devaient être confirmés par Schleyer.
  13. Cette classification divise les langues auxiliaires internationales en trois catégories : les projets de langue construite, les semi-langues construites et les langues construites. Selon le linguiste allemand, chaque LAI peut se placer sur un axe divisé en 19 étapes, de la publication de sa structure à la naissance d'enfants ayant cette langue comme langue maternelle. Sur les étapes 1 à 4 sont placés les projets, 5 à 9 les semi-langues et 10 à 19 les langues. Toujours selon lui, seul l'espéranto est devenu une vraie langue ; il n'y a donc à proprement parler qu'une seule langue construite.
  14. Schleyer en fait part dans son journal, mais note par erreur la date du 11 août ; il est donc courant de retrouver cette date dans la littérature secondaire.
  15. Le succès relatif de l'espéranto et sa survie jusqu'à nos jours montre que les trémas du volapük, très critiqués (par exemple dans (en) Mary Jackson, « Volapük - Esperanto for losers », sur New English review,‎ (consulté le 28 janvier 2016)), ne sont pas une raison essentielle de cet échec du volapük, puisque l'alphabet de l'espéranto possède des lettres qui étaient bien plus difficile à imprimer au xixe siècle (ĉ, ĝ, ĥ, ĵ, ŝ et ŭ) que les simples trémas, courants dans les langues européennes et particulièrement l'allemand.
  16. D'autres langues construites, comme le kotava ou l'ido ont connu d'importantes révisions, mais ces dernières font partie du projet de la langue en question ; au contraire le volapük est resté stable depuis.
  17. On parle aussi de Volapük perevidöl (volapük révisé), de Volapük pevotastidöl (volapük réformé), etc., par opposition au volapük original (Volapük rigik) de Schleyer.
  18. Dans la partie grammaticale de cet article, nous traiterons des « deux » volapük, en donnant principalement la forme utilisée aujourd'hui avec, le cas échéant, la forme schleyerienne immédiatement après.
  19. Cet éditeur est connu pour son attention portée aux langues et alphabets construits ou aux langues rares ou mortes ; son catalogue accueille notamment beaucoup de traductions d'Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll dans ces langues (il en existe entre autres en espéranto, en sambahsa-mundialect, en lingwa de planeta, lingua franca nova, ...).
  20. À comparer avec l'espéranto « La homino estas en la domo / La homino iras en la domon / La homino iras domen ». Ici l'espéranto semble bien être plus conséquent.
  21. C'est un peu l'inverse de ce qui s'est passé en espéranto, où c'est la deuxième personne du pluriel, vi, utilisé comme personne de politesse, qui a « mangé » la deuxième personne du singulier, ci, qui n'est quasiment jamais utilisé.
  22. Pa- pour le passif présent, p- + augment temporel, a- étant l'augment temporel du présent non-exprimé à la voix active.
  23. Le participe ne prend pas la marque de la personne.
  24. Avec tiret pour le séparer du verbe.
  25. Mais marqué à la voix passive et avec les autres catégories grammaticales, comme adelo, aujourd'hui, formé du mot del, jour, avec augment temporel du présent.
  26. À noter que Kerckhoffs souhaitait que chaque mode soit séparé du verbe par un tiret. Cf. Kerckhoffs 1887a, p. 24.
  27. Le volapük n'est pas la seule langue, naturelle ou construite, dans laquelle il n'existe pas d'article. Pour les langues naturelles, on peut citer le latin ou la majorité des langues slaves (à l'exception du bulgare et du macédonien) ; pour les langues construites, on peut citer le kotava.
  28. Avec, par exemple, le dil de Julius Fieweger (un volapükide de 1893), et le parla de Carl Louis Spitzer (1907).
  29. Alors que, dans la syntaxe de la phrase, elle aura plutôt une tendance nettement centrifuge, c'est-à-dire que le déterminant viendra après le déterminé
  30. Mais pas à tous ; par exemple le mot déformé donné plus haut, jim pour ciseaux est resté tel quel.
  31. Et non pas ozean comme le dit Robertson 1995, qui contredirait la règle selon laquelle une racine commence et se termine toujours par une consonne. Cf. Cherpillod 2003, p. 85-86.
  32. Ou « pour la langue universelle », Volapük étant à la fois un nom propre et un nom commun.
  33. Il s'agit de Schleyer ; en volapük classique, le suffixe -al a le même sens que -el, mais avec un sens de supériorité. Si datuvön signifie « inventer », datuvel signifie « un inventeur », mais datuval signifie « l'Inventeur ». Cf. Kerckhoffs 1887a, p. 37.
  34. En fait, le volapük classique confondait la Terre et la terre ; de Jong a distingué les deux en ajoutant un i à tal. À proprement parler, l'étymologie de tail est donc le volapük tal.
  35. a et b Il existe aussi un mot pour dire « être humain » : men (de l'allemand Mensch, Cherpillod 2003, p. 62). Grâce au jeu des affixes, il est tout aussi juste de dire himen que man pour homme masculin ou jimen que vom pour femme, qui sont donc synonymes (il est même théoriquement possible de dire *jiman ou *hivom, bien que ces formes ne se rencontrent jamais).
  36. L'éditeur allemand Iltis a beaucoup publié de petits ouvrages, en allemand et en espéranto, sur le volapük et la vie de Schleyer. Nous n'en présentons ici qu'une sélection. Pour voir leur collection, voir cette page.
  37. Aussi disponible en espéranto et en allemand.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Paul Lafarge, « Pük, Memory » [html], sur The Village Voice,‎ (consulté le 12 octobre 2015) donne 20, et Pontnau 2007, p. 24 donne 30.
  2. (de) Johann Martin Schleyer, « Ein Weltalfabet », Sionsharfe. Monatsblätter für katholische Poesi, vol. 3, no 21,‎ , p. 186-188 (lire en ligne).
  3. (de) Johan Martin Schleyer, « Wie kam der Erfinder der Weltsprache zur Idee seiner Erfindung », Rund um die Welt,‎ (lire en ligne).
  4. Drezen 1931, p. 100.
  5. Garvía 2015, p. 22.
  6. Smith 2011, p. 27.
  7. « In a somehow mysterious and mystical way, in a dark night in the rectory of Litzelstetten, near Constance, in the corner room of the second floor overlooking the yard, while I was vividly reflecting on the follies, grievances, afflictions, and woes of our time, the whole edifice of my international language suddenly appeared before my spiritual eyes in all its splendor. To pay tribute to the truth, and let her bear witness, I must say that on the night of March 1879, I was very tired; thus I can only proclaim with all gratitude and humility that I owe to my good genius the whole system of the international language Volapük. In March 31, 1879, I set up to compile and write down for the first time the principles of the grammar », Garvía 2015, p. 21.
  8. Drezen 1931, p. 99.
  9. Garvía 2015, p. 23.
  10. (de) Johann Martin Schleyer, Entwurf einer Weltsprache und Weltgrammatik für die Gebildeten aller Völker der Erde, Singmaringen, Sionsharfe,‎ (lire en ligne).
  11. Schleyer 1880.
  12. Drezen 1931, p. 100-101.
  13. a et b Drezen 1931, p. 101.
  14. Drezen 1931, n. 2, p. 101.
  15. a, b, c et d Drezen 1931, p. 102.
  16. « the most critical character in the history of Volapük, after Schleyer », Garvía 2015, p. 31.
  17. Auguste Kerckhoffs, « La cryptographie militaire (1) », Journal des sciences militaires, vol. 9, no 1,‎ , p. 5-38 ; Auguste Kerckhoffs, « La cryptographie militaire (2) », Journal des sciences militaires, vol. 9, no 2,‎ , p. 161-191.
  18. Garvía 2015, p. 31, qui parle d'un livre sous ce titre, alors qu'il s'agit bien d'articles de revue.
  19. Garvía 2015, p. 31.
  20. Kerckhoffs 1887b.
  21. Le Volapük. Revue publiée sous le patronage de l'Association française pour la propagation du volapük, 1886-1889.
  22. Couturat et Leau 1907, p. 142.
  23. « Association française pour la propagation du volapük », Le Volapük. Revue publiée sous le patronage de l'Association française pour la propagation du volapük, vol. 1, no 1,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  24. Kerckhoffs 1887a.
  25. « Fonétisme et volapük », Le Temps,‎ , p. 2.
  26. a, b et c Couturat et Leau 1907, p. 147.
  27. Lescure 2011, p. 102
  28. a, b, c et d Drezen 1931, p. 103.
  29. Dans Le Volapük d'août 1886, p. 46 ; cité par Couturat et Leau 1907, p. 143.
  30. a et b Kerckhoffs 1887b, p. 5.
  31. Notice sur Vükiped, la Wikipédia volapüke.
  32. a et b Couturat et Leau 1907, p. 149.
  33. « Sub la formo Volapük sukcesis en la praktika ekzameno la principo de artefarebleco de internacia lingvo » (Drezen 1931, p. 103).
  34. « The fate of Volapük was sealed when its supporters, in the year 1889, made the experiment of organising a congress at which Volapük should be spoken. Although a few Volapükists succeeded in speaking the language, it was only too painfully evident that such a goal could not be reached with this system. », (en) R. Lorenz (trad. F. Donnan), « The Délégation pour l'adoption d'une langue auxiliaire internationale », dans International Language and Science : Considerations on the Introduction of International Language into Science, Londres, Constable,‎ (lire en ligne [PDF]), p. 16-17.
  35. Couturat et Leau 1907, p. 149-150.
  36. a et b (eo) Věra Barandovská-Frank, « Akademioj, lingvoj, kaj planlingvoj », dans Amri Wandel, Internacia kongresa universitato : 59a sesio, Florenco, Italio, 29 julio – 5 aŭgusto 2006, Rotterdam, UEA,‎ (lire en ligne [PDF]), p. 26.
  37. Couturat et Leau 1907, p. 142 et Drezen 1931, p. 103 ; une liste très détaillée des éditions sur ou en volapük avant 1889 est publiée dans Kerckhoffs 1889. Il est cependant très difficile de vérifier ce chiffre de 1 million.
  38. Blanke 1989, p. 69-70.
  39. Kerckhoffs 1889 ; cité dans Drezen 1931, p. 104.
  40. Cf. l'article « Laborista Esperanto-movado » (Mouvement espérantiste des travailleurs), sur Vikipedio, la Wikipédia espérantophone.
  41. Couturat et Leau 1907, p. 150-151 ; Drezen 1931, p. 104.
  42. Garvía 2015, p. 26.
  43. La liste des réformes soutenues par Kerckhoffs se trouve dans : Couturat et Leau 1907, p. 143-145 et dans Schmidt 1964.
  44. (vo) Glamat nomik : U noms stabik volapüka pelensumöl fa Kadem, Paris, Kluböp kadema bevünetik Volapüka,‎ .
  45. Caraco 1998, p. 397 et 400.
  46. a et b Drezen 1931, p. 106.
  47. Caraco 1998, p. 391 et 399.
  48. (de) Ludwig Zamponi, Zur Frage der Einführung einer internationalen Verkehrssprache, Graz,‎ (réimprimé en 2012 chez Iltis, (ISBN 9783932807275)).
  49. (de) Die Weltsprache : Ein Ruf an die Gesamtmenschheit, Dresde-Leipzig,‎ .
  50. Smith 2011, p. 31.
  51. Couturat et Leau 1907, n. 2, p. 151.
  52. Annuaire pontifical catholique, Paris, Maison de la bonne presse,‎ (lire en ligne), p. 341.
  53. a et b Haupenthal 1984, p. 107.
  54. Bishop 1998, p. 376.
  55. « Volapük ne estis venkita de Esperanto, kiel multaj personoj pensas tute erare; ĝi pereis per si mem en tiu tempo, kiam la trankvile kaj senartifike laboranta Esperanto estis ankoraŭ tro malforta, por iun venki », (eo) Ludwik Lejzer Zamenhof, Originala Verkaro : Antaŭparoloj — Gazetartikoloj — Traktaĵoj — Paroladoj — Leteroj — Poemoj, Leipzig, Ferdinand Hirt & Sohn,‎ (lire en ligne).
  56. Cf. par exemple cette citation : « Malgré son sensationnel essor initial, la popularité du volapük déclina à grande vitesse. Même si d'autres langues construites globales, comme l'espéranto et l'idiom neutral, peuvent avoir joué un rôle dans cela, au bout du compte ce furent les dissensions internes qui démantelèrent le réseau auparavant substantiel des société de volapük à travers l'Europe occidentale. » (texte original : « Despite its sensational initial rise, Volapük’s popularity declined at a rapid rate. While other global constructed languages, such as Esperanto and Idiom Neutral, may have played a role in this, ultimately, it was internal dissention that dismantled the once-substantial network of Volapük societies across Western Europe. », (en) « Legend Neutral », sur The Global Contemporary Art Worlds After 1989 (consulté le 1er février 2016).
  57. Bishop 1998, p. 379.
  58. a et b de Jong 2012b, p. xiv.
  59. « Pö fomam vödas nulik e pö fomam koboyümavödas el „Schleyer“: datikan letälenik Vpa < sevabo ägebädom brefükamis somik, das vöds at tefü licin okas ivedons fikuliko sevädoviks. Dub atos vöds nulik Vpa ivedons fikuliko memidoviks ed älonülons memäle flagis vemo töbikis. Kludo if ävilobsöv, das Vp. ödageton dönu in kosäd bevünetik pladi, kel duton lü ok, e keli i meriton, täno mu balido vödastok Vpa ömutonöv paxamön e pamenedön utöpo, kö özesüdosöv. Ab bi fomam vödas klülo söton pastabön dub noms gramatik kuratiko pelonöls, i äzesüdos ad revidön staböfo gramati Vpa. Bligädi at, sevabo: e revid gramata e revid vödas Vpik, edunikob » (de Jong 2012a, p. III).
  60. Réédité récemment : de Jong 2012a.
  61. Et lui aussi réédité récemment : de Jong 2012b.
  62. « Volapük calöfik nuik edavedon ko kesev e zep oba sekü revid fefik ä staböfik fa kadäman: ‚Arie de Jong‛ [...] Do pidob, das votükams, kels pelüblinons Volapüke, evedons mödikums, ka ispetob, elogob nitedälo e lobülo revidi at, bi me Volapük perevidöl at omögos ad lifükön Volapükamufi, ed ad koedön dönu florön Volapüki. Sekü kod at notodob is kazetiko, das ezepob ed eli „Gramat Volapüka“ ed eli „Wörterbuch der Weltsprache“ pelautölis fa kadäman: ‚Dr. Arie de Jong‛ », Albert Sleumer, Büad Cifala de 1934, Yanul 1, Texte disponible sur Wikisource.
  63. a, b, c, d, e et f Robertson 1995.
  64. (de) Albert Sleumer, Ein berühmter katholischer Erfinder (Joh. Martin Schleyer, gest. 16 August 1912) : Ein Lebensbild, Klagenfurt, St. Josefs-Vereins-Buchdr., coll. « Volksaufklärung » (no 180),‎ .
  65. Bishop 1998, p. 377-378.
  66. « Post la revivigo de la lingvo li [de Jong] estis la povo malantaŭ la trono », Bishop 1998, p. 381.
  67. Bishop 1998, p. 381.
  68. Bishop 1998, p. 378.
  69. Bishop 1998, p. 378-379.
  70. Bishop 1998, p. 383.
  71. Bishop 1998, p. 384-385.
  72. Bishop 1998, p. 379-381.
  73. Bishop 1998, p. 385.
  74. « Volapük ne plu odunon takomipi ad getön fluni ä pladi bevü sits votik. Binob cifal e lesagob atosi. Vilobs leodükön dinis valik Volapükamufa gretik, vilobs kälön püki at, leigo asä käloy vöno-Grikänapüki u vöno-saxadapüki », cité dans : Bishop 1998, p. 386.
  75. Bishop 1998, p. 390.
  76. Schmidt 1964.
  77. Bishop 1998, p. 384.
  78. (eo) Yves Nevelsteen, « Volapuko jam superas Esperanton en Vikipedio », Libera Folio,‎ (lire en ligne [html]).
  79. (eo) Brian Bishop, « Volapuko havas novan Cifal! », La Ondo de Esperanto, no 6,‎ (lire en ligne [html]).
  80. (vo) Hermann Phillips, « Volapükanef dönu labon vicifali » [html], sur Facebook,‎ (consulté le 12 octobre 2015).
  81. (vo) Brian Bishop, « Statuds Volapükanefa », Vög Volapüka, vol. 17, no 1,‎ , p. 2-8 (lire en ligne).
  82. (eo) Detlev Blanke, « Intervjuo kun la Cifal Volapüka Hermann Philipps », Informilo por Interlingvistoj, 3e série, no 92-93,‎ , p. 19 (ISSN 1385-2191, lire en ligne). Robert Pontnau note pareillement que la plupart des volapükistes est ou a été membre d'un autre mouvement pour une LAI, et que c'est l'intérêt historique qui domine (Pontnau 2007, p. 24-25).
  83. (vo) Frank Roger (trad. de l'anglais par Ralph Midgley), Vom filik e konots votik [« The Burning Woman and Other Stories »], Cathair na Mart, Evertype,‎ (ISBN 9781904808923, présentation en ligne).
  84. (eo) Detlev Blanke, « Intervjuo kun la Cifal Volapüka Hermann Philipps », Informilo por Interlingvistoj, 3e série, no 92-93,‎ , p. 21 (ISSN 1385-2191, lire en ligne).
  85. Voir la vidéo sur le site de l’INA : http://www.ina.fr/video/I00012375 (consulté le 17/06/2015).
  86. Robertson 1994, II, a).
  87. a et b Bishop 2015, p. 5
  88. Monnerot-Dumaine 1960, p. 34.
  89. a et b Smith 2011, p. 27.
  90. À comparer par exemple avec celles que l'on trouve dans : Lott 1888, p. XV.
  91. Schleyer 1888, par exemple p. IX.
  92. Dans ce document : (en) « Latin Extended-D. Range: A720–A7FF » [PDF], sur unicode.org (consulté le 14 janvier 2016), les nouveaux arrivants sont surlignés en jaune ; c'est le cas pour les caractères volapüks.
  93. (en) « Announcing The Unicode Standard, Version 7.0 » [html], sur blog.unicode.org,‎ (consulté le 14 janvier 2016).
  94. a et b Robertson 1994, II, c).
  95. a, b et c (en) Paul Bartlett, « Volapük Grammatical Forms » [html], sur volapük.com (consulté le 12 octobre 2015).
  96. Robertson 1994, III, c).
  97. Kerckhoffs 1887a, p. 29.
  98. Kerckhoffs 1887a, p. 15.
  99. Robertson 1994, II, d).
  100. Robertson 1994, III, d).
  101. a et b Bishop 2015, p. 7.
  102. Tout ce passage est tiré de : Robertson 1994, II, g).
  103. a, b, c, d, e, f et g Robertson 1994, II, e).
  104. Cf. « Volapük vifik. Lärnod mälid (6e leçon du cours Volapük vifik) » [html], sur Chez le glossopoète (consulté le 12 octobre 2015).
  105. Cf. « Volapük vifik. Lärnod lulid (5e leçon du cours Volapük vifik) » [html], sur Chez le glossopoète (consulté le 12 octobre 2015).
  106. a et b Cf. « Volapük vifik. Lärnod jölid (8e leçon du cours Volapük vifik) » [html], sur Chez le glossopoète (consulté le 12 octobre 2015).
  107. Repris à : Bishop 2015, p. 12.
  108. « The subjunctive is only used where something ridiculous or unimaginably unlikely is referred to » (Robertson 1994, II, e)).
  109. Exemples repris à Robertson 1994, II, e).
  110. Robertson 1994, III, e).
  111. Kerckhoffs 1887a, p. 24.
  112. « Volapük », sur Idéopédia (consulté le 12 octobre 2015).
  113. Exemples tirés de Robertson 1994, II, b).
  114. Robertson 1994, III, b).
  115. Kerckhoffs 1887a, p. 15-16.
  116. Smith 2011, p. 29.
  117. Blanke 1989, p. 77.
  118. Monnerot-Dumaine 1960, p. 34-36.
  119. Couturat et Leau 1907, p. 154, où ils expliquent aussi comment « fer » devient lel.
  120. Couturat et Leau 1907, p. 137.
  121. Couturat et Leau 1907, p. 143-144.
  122. Robertson 1994, II, h).
  123. Monnerot-Dumaine 1960, p. 86.
  124. Bishop 2015, p. 6.
  125. Robertson 1994, III, i).
  126. La liste complète des affixes est disponible dans Bishop 2015, p. 14-16 et est en cours de traduction sur cette page web : http://glossopoete.pagesperso-orange.fr/vol/affixes.html.
  127. Monnerot-Dumaine 1960, p. 88.
  128. Écrit par Franz Zorell et publié dans : (de+vo) Sigmund Spielmann, Volapük-Almanach für 1888, Leipzig, Eduard Heinrich Mayer,‎ (lire sur Wikisource), p. 75.
  129. Révision du texte de Franz Zorell par Arie de Jong publiée dans : (vo) Arie de Jong, « Hüm Volapüka », Volapükagased pro Nedänapükans, vol. 2, no 3,‎ , p. 18.
  130. Tirée de Cherpillod 2003.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]