Romanèche-Thorins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Romanèche (homonymie).

Romanèche-Thorins
Romanèche-Thorins
Le vignoble de Romanèche-Thorins.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Canton La Chapelle-de-Guinchay
Intercommunalité Mâconnais Beaujolais Agglomération
Maire
Mandat
Maurice Cochet
2014-2020
Code postal 71570
Code commune 71372
Démographie
Population
municipale
1 993 hab. (2016 en augmentation de 4,62 % par rapport à 2011)
Densité 204 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 26″ nord, 4° 44′ 13″ est
Altitude Min. 168 m
Max. 262 m
Superficie 9,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Romanèche-Thorins

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte topographique de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Romanèche-Thorins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Romanèche-Thorins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Romanèche-Thorins
Liens
Site web romaneche-thorins.fr

Romanèche-Thorins est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à la limite de l'Auvergne-Rhône-Alpes et de la Bourgogne-Franche-Comté, Romanèche-Thorins fait partie du Beaujolais et du vignoble du Mâconnais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Chapelle-de-Guinchay Rose des vents
Chénas
(Rhône)
Fleurie
(Rhône)
N Saint-Symphorien-d'Ancelles
O    Romanèche-Thorins    E
S
Lancié (Rhône) Dracé
(Rhône)

Transport[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Romanèche-Thorins.

La commune possède une gare desservie par les trains TER Rhône-Alpes assurant la relation de Mâcon-Ville à Valence-Ville via Lyon-Perrache.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cuve à vin médiévale au Hameau du vin.

En 1766, un litige entre les paroissiens et le curé se produit, ceux-ci lui reprochant d'abuser de sa position et de ne pas être digne de ses fonctions de prêtre[1].

Le 1er janvier 2014, elle rejoint la communauté de communes du Mâconnais Beaujolais.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1823 1826 Dr Foillard    
1826 1828 ?    
1828 1841 Dr Foillard    
1841 1843 ?    
1843 1852 Dr Foillard   Conseiller général
1852 1864 Jean-François Delore    
1864 1870 Ambroise Lapierre    
1870 1871 Charles Roland   Député
1871 1874 Jean Cotillon  
1874 1876 Bernard Tagent    
1876 1878 Jean-Marie Sambin    
1878 1881 Claude-Ambroise Lapierre    
1881 1888 Fernand Dubief Rad. fils d'un proscrit de 1848, puis député et ministre
1888 1898 Pierre Crozet    
1898 1919 Pierre-François Guillon   Fondateur de l'école du trait
1919 1925 Jacques Chervet    
1925 1931 Vincent Jacoulot Rad. ind député, conseiller général
1931 ???? Jean Cahuet    
1944 1947 Nicolas Bas    
1947 1968 Joanès Chanut    
1968 1977 Aimé Ferrier    
1977 1983 Madeleine Combier    
1983 1993 Raymond Colin    
1993 En cours Maurice Cochet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2016, la commune comptait 1 993 habitants[Note 1], en augmentation de 4,62 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8811 9102 1832 2782 3422 3432 2882 4832 482
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5122 6782 7472 6982 6842 5262 2542 2972 406
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 3952 4442 3071 8331 7131 6611 6951 6141 728
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 8251 9151 8011 6991 7101 7171 7671 9051 993
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
La vinothèque du Hameau du vin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts et l'église.
Le moulin à vent en fête a mis ses ailes rouges.
Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Patrie de Benoît Raclet (1780-1844), inventeur d'un procédé qui permit de sauver la vigne de la pyrale, chenille parasite. Tous les ans est célébrée la fête Benoît Raclet. Depuis 1980, la place de Romanèche porte officiellement le nom de place Benoît-Raclet[8].

Culte[modifier | modifier le code]

Romanèche-Thorins appartient à l'une des sept paroisses composant le doyenné de Mâcon (doyenné relevant du diocèse d'Autun) : la paroisse Notre-Dame-des-Vignes en Sud-Mâconnais, paroisse qui a son siège à La Chapelle-de-Guinchay et qui regroupe quatorze villages du Mâconnais.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Un curé pas très catholique au XVIIIe siècle », sur fr.geneawiki.com (consulté le 6 octobre 2018)
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Site du musée.
  7. Pierre-François Guillon, né à Romanèche-Thorins le 13 juin 1848, fut compagnon du Tour de France et fonda en 1871 dans sa commune natale une École pratique de stéréotomie appliquée à la construction. Source : Pierre-François Guillon et le musée du compagnonnage à Romanèche-Thorins, article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 41 (printemps 1979), pp. 3-8.
  8. Fernand Nicolas, À la mémoire de Benoît Raclet, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 55 (automne 1983), pp. 19-23.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]