Étienne Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanc.
Étienne Blanc
Image illustrative de l'article Étienne Blanc
Fonctions
Maire de Divonne-les-Bains
En fonction depuis le
(26 ans, 5 mois et 27 jours)
Prédécesseur Jean-Claude Pruvost
1er vice-président du Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes
délégué aux finances et à l'administration générale
En fonction depuis le
(1 an, 6 mois et 13 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Laurent Wauquiez
Député de la 3e circonscription de l'Ain

(13 ans, 8 mois et 20 jours)
Élection
Prédécesseur Charles Millon
Successeur Stéphanie Pernod-Beaudon
Conseiller régional de Rhône-Alpes

(10 ans, 3 mois et 8 jours)
Élection 22 mars 1992
Biographie
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Givors (France)
Nationalité Française
Parti politique UMP puis Les Républicains

Étienne Blanc est un homme politique français, né le à Givors (France). Il est membre de la nouvelle formation Les Républicains (ex-UMP).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est élu député le , dans la 3e circonscription de l'Ain. Membre du groupe UMP, il a rapporté trois lois depuis le début de son mandat, dont deux lois sur la simplification administrative et une loi sur le statut des membres de la Cour des comptes. Il a de plus été membre de la commission d'enquête sur l'affaire dite d'Outreau. Le 17 juin 2007, il est réélu député dans la 3e circonscription de l'Ain au second tour après avoir manqué sa réélection dès le premier tour pour 3 voix. Dans le cadre de son deuxième mandat, il a été nommé rapporteur de la mission d'information sur l'exécution des décisions de justice pénale concernant les personnes majeures, rapporteur de la proposition de loi créant de nouveaux droits pour les victimes et améliorant l'exécution des peines et rapporteur de la loi de protection des sources journalistiques. Il obtient un troisième mandat de député en étant élu lors des élections législatives de 2012. Il obtient 55,17 % des voix au second tour face au socialiste Jean-Marc Fognini[1]. Il était membre du groupe d'études sur le problème du Tibet de Assemblée nationale[2]. Il démissionne de son mandat de député le 10 mars 2016[3].

Il a été candidat aux primaires de l'UMP pour la désignation de la tête de liste pour les régionales 2010 en Rhône-Alpes, mais est largement dépassé par ses concurrents Jean-Claude Carle et Françoise Grossetête. Finalement, c'est cette dernière qui remporte l'élection interne.

En 2013, il décide de poursuivre en justice le Syndicat de la magistrature après avoir été épinglé sur le « mur des cons »[4].

Mandats[modifier | modifier le code]

Autres mandats locaux au 27 juin 2015
  • 1er vice-Président de l'Assemblée régionale de coopération du Genevois français (ARC);
  • Président du Comité départemental de l'UMP de l'Ain ;
  • Président de l'association des maires de l'Ain.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]