Attaques du 23 mars 2018 à Carcassonne et Trèbes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Attaques du 23 mars 2018 à Carcassonne et Trèbes

Aude department location map.svg

1
1
2
2
3
3
Première attaque
Localisation Carcassonne (Aude), France
Cible Civils dans une voiture
Coordonnées 43° 12′ 46″ nord, 2° 20′ 57″ est
Deuxième attaque
Localisation Carcassonne (Aude), France
Cible CRS faisant leur footing
Coordonnées 43° 12′ 41″ nord, 2° 21′ 38″ est
Troisième attaque
Localisation Trèbes (Aude), France
Cible Clients et employés d'un supermarché Super U
Coordonnées 43° 12′ 12″ nord, 2° 26′ 28″ est

Date
Type Piraterie routière
Fusillade
Prise d'otages
Armes Pistolet semi-automatique de calibre 7,65 mm, bombes artisanales, couteau
Morts 5 (dont le terroriste)
Blessés 15
Auteurs Radouane Lakdim
Participants 1
Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique
Mouvance Terrorisme islamiste

Les attaques de Carcassonne et Trèbes sont des attaques terroristes islamistes perpétrées le à Carcassonne et dans un supermarché Super U de Trèbes, dans l'Aude, par le Franco-Marocain Radouane Lakdim. Les attentats sont revendiqués par l'État islamique et font cinq morts dont le terroriste abattu par le GIGN et quinze blessés. Le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, qui a été tué alors qu'il avait pris la place d'une otage dans le supermarché, reçoit un hommage national et est célébré comme un héros en France et au niveau international.

Contexte[modifier | modifier le code]

La France est, en , le pays européen le plus touché par des attaques commanditées ou inspirées par l’État islamique avec 11 attentats depuis début 2015, ayant causé 245 morts, auxquelles s’ajoutent, selon un décompte du journal en ligne Mediapart, 17 attentats échoués et 50 attentats déjoués[1]. Selon une étude du Centre d'analyse du terrorisme, l’Hexagone a connu 5 attentats, 6 tentatives et 20 projets pour la seule année 2017[1]. Alors que dans le reste de l’Europe, les terroristes cherchant à tuer indistinctement le plus grand nombre de personnes par exemple avec des véhicules-béliers, les actes commis en France ont la particularité de cibler (dans neuf cas sur onze en 2017) des membres des forces de l’ordre[1]. Le précédent attentat islamiste a eu lieu en à la gare Saint-Charles de Marseille : deux jeunes femmes ont été tuées[2]. En Europe, les attentats terroristes ont causé près de 2 400 morts depuis 2001[3].

Déroulement[modifier | modifier le code]

L'auteur des attaques, Radouane Lakdim, est un Marocain naturalisé français en 2004, âgé de 25 ans et demeurant avec sa famille à la cité Ozanam de Carcassonne[4],[5]. Dans la matinée du , à 10 h 13 au parking des Aigles de la Cité à Carcassonne, il vole une voiture Opel Corsa, tuant le passager, Jean Mazières, 60 ans, un vigneron à la retraite[6], et blessant très grièvement par un tir dans la tête le conducteur, Renato Silva, un jeune portugais de 25 ans, qu’il jette hors du véhicule[6]. Il dit s'être attaqué à eux car il a pensé qu'ils étaient homosexuels[7] . Il patiente à proximité de la caserne de Laperrine du 3e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (3e RPIMa), dans le but de s'en prendre à des militaires mais, n'en voyant pas[1], il se rabat sur un groupe de quatre CRS de la compagnie 53 qui terminent leur footing, avenue du Général-Leclerc[8] et rentrent à la caserne. Il tire à six reprises[9] et blesse grièvement l'un d'entre eux, originaire de Marseille et âgé de 43 ans[10].

Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame en février 2018.

À 10 h 38, Lakdim gare l'Opel Corsa qu'il a dérobée sur le parking du supermarché Super U, situé rond-point de l'Europe à Trèbes, à 8 km du lieu du premier meurtre[11]. Seulement 26 secondes après être entré dans le magasin, il tire par deux fois (le premier coup ne part pas) et tue à bout portant le chef boucher âgé de 50 ans Christian Medvès[12],[13], qui était parti discuter avec une caissière[11]. Sauf deux, les clients s'enfuient. Hervé Sosna, âgé de 65 ans[8] est lui aussi tué d'une balle à bout portant dans la tête[11]. Une vingtaine de personnes parviennent à s'échapper, d'autres à se cacher dans la chambre froide du supermarché[14]. Le terroriste lance dans le magasin une grenade, qui n'explosera pas, et se retranche dans la salle des coffres où s'était cachée l'hôtesse d'accueil du magasin, qui se trouve prise en otage[11] Julie V., ancienne ingénieure de 40 ans devenue caissière l'année passée après la perte de son précédent emploi[15]. Elle parvient à engager un dialogue pour l'apaiser et sur son injonction, elle appelle le commissariat où le terroriste dit être membre de l'EI et exiger la libération de Salah Abdeslam[16],[11]. L'antenne du GIGN installée à Toulouse est alertée à 10 h 56 et demande l'assistance du groupe national dès 10 h 58 et 24 hommes décolleront à 12 h de la base aérienne de Villacoublay[11]. À 11 h 21, un groupe de gendarmes du PSIG de Carcassonne[17] pénètre dans le magasin en compagnie [11] du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame[18], plus haut gradé sur place[17]. Rapidement et malgré les mises en garde des agents du PSIG qui disposent eux de gilets pare-balle, il se propose comme otage en échange de la libération de l'hôtesse de caisse[11],[19]. À 11 h 32, l'otage est libérée[11]. Le PSIG évacue les derniers clients restés dans le magasin[17]. Le GIGN de Toulouse est sur place dès 12 h 25[11] et ils sont rejoints par le RAID et la BRI[8]. Vingt minutes plus tard, Arnaud Beltrame joint le commandant du groupement et répète les revendications de Lakdim[11]. Arnaud Beltrame apparaît une nouvelle fois comme bouclier humain quand la porte s'ouvre à 13 h 10[11]. À 13 h 30, le terroriste est entendu prier[11]. Plus tard, il exige un chargeur de téléphone portable qui lui est remis[11]. À 14 h 13, un contact est noué sur le téléphone portable du gendarme et un négociateur du GIGN basé en région parisienne. Lakdim réitère sa demande de libération de Salah Abdeslam, mais le négociateur lui répond qu'il n'en a pas le pouvoir. Une minute plus tard, il signale la présence de la mère de Lakdim[11]. Beltrame crie : « Attaque ! Assaut ! Assaut ! »[11]. Alors que le terroriste est en train de trancher la gorge et de cribler de balles le corps du gendarme, le GIGN ne semble pas comprendre de suite la scène[11] ni interpréter les râles entendus[17]. L'équipe parisienne n'étant pas encore installée, c'est l'antenne du GIGN de Toulouse qui donne l'assaut à 14 h 24 min 30 s, soit 8 minutes 30 après les cris d'Arnaud Beltrame[11],[20]. Les hommes du GIGN entrent dans la salle des coffres alors que le terroriste, dos à la porte, tente de se relever et crie « allahu akbar » avant d'être abattu[11]. L'assaut est terminé à 14 h 28[11].

Cinq personnes sont grièvement blessées[21], dont le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame. Cet acte de bravoure de l'officier est salué par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. Deux gendarmes du GIGN ont été blessés par le terroriste lors de l'assaut[22]. Arnaud Beltrame succombe à ses blessures à l'hôpital dans la nuit du 23 au [23]. L'autopsie révèle que les lésions par balles étaient non létales[24]. La mort est due à « une plaie gravissime de la trachée et du larynx par arme blanche »[25]. Outre son pistolet, un couteau de chasse et des engins explosifs artisanaux sont retrouvés dans le supermarché[26]. Il est annoncé plus tard que le nombre de blessés s'élève à seize[27]. Quelques minutes après l'assaut, l'État islamique revendique, via son organe de propagande Amaq, les trois attaques du « soldat » et visait à travers cet acte les pays membres de la coalition internationale[28],[29].

Le Système d'alerte et d'information des populations (SAIP) n'a pas émis d'alerte durant cette attaque[30]. En mai 2018, le gouvernement abandonne SAIP pour se reposer sur Google, Facebook et Twitter[31]. Pendant l'attaque de Trèbes, le dispositif de contrôle d'absence de danger Facebook (Facebook Safety Check) a été activé[30].

Réactions[modifier | modifier le code]

Réactions nationales[modifier | modifier le code]

Réactions de présidents[modifier | modifier le code]

Le président de la République Emmanuel Macron via Twitter depuis Bruxelles : « J'assure les habitants de Trèbes de l'entière solidarité et mobilisation des services de l'État et de ses forces de l'ordre. » Il déclare plus tard : « Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame est mort au service de la nation, à laquelle il avait déjà tant apporté. En donnant sa vie pour mettre un terme à l'équipée meurtrière d'un terroriste djihadiste, il est tombé en héros »[32]. Il prononce son éloge funèbre lors d'un hommage national le à l'hôtel des Invalides[24]. Arnaud Beltrame est promu au grade de colonel à titre posthume et fait commandeur de la Légion d'honneur[33]. Il reçoit également les médailles de la sécurité intérieure, de la Gendarmerie nationale et celle pour acte de courage et dévouement[33].

L'ancien président François Hollande déclare via Twitter : « Ces attaques interviennent alors que la France vit sous une constante menace terroriste depuis la vague d’attentats djihadistes sans précédent, parfois de masse, qui ont fait 245 morts depuis 2015. La France est particulièrement visée car elle fait partie de la coalition militaire internationale intervenant en Syrie et Irak contre Daech, qui perd peu à peu tous ses bastions. ».

Messe du 25 mars[modifier | modifier le code]

Le dimanche suivant les attentats, le , est le dimanche des Rameaux. La messe en l'église Saint-Étienne de Trèbes se double d'un hommage aux victimes et l'église est pleine ; en outre une foule de 350 personnes la suit sur le parvis, grâce à des haut-parleurs[34]. L'évêque de Carcassonne et Narbonne, Mgr Alain Planet, préside la célébration eucharistique. Par solidarité avec les victimes et pour se dissocier du terrorisme islamiste, des représentants de la communauté musulmane, surtout de Trèbes et Carcassonne, assistent à la messe, dont Mohamed Belmihoub l'imam de la mosquée du Viguier de Carcassonne[35]. À propos de cette présence œcuménique, Mgr Planet déclare : « Votre présence nous dit que les fauteurs de haine ne gagneront pas », tandis que l'imam Belmihouh affirme à propos des attentats : « La communauté [musulmane a été] poignardée, l'islam lui-même [a été] poignardé par des gens qui utilisent des symboles chers à nos cœurs. « Allahu akbar », c'est un symbole d'adoration de Dieu, ça veut dire Dieu est plus grand que la haine[35]. »

Réaction du quartier de résidence du terroriste[modifier | modifier le code]

Des groupes de journalistes sont violemment pris à partie par plusieurs individus dans la cité Ozanam, un quartier sensible de Carcassonne où résidait Lakdim, et sont contraints de quitter les lieux. Tous les habitants interrogés ont voulu garder l'anonymat[36],[37],[38]. Plusieurs jeunes du quartier ont crié leur soutien au terroriste devant les policiers[39].

Affaires d'apologie du terrorisme[modifier | modifier le code]

Deux affaires d'apologie du terrorisme se produisent peu après les attentats.

  • Affaire Stéphane Poussier
Un ancien candidat de La France insoumise aux élections législatives de 2017 dans le Calvados, Stéphane Poussier, rapidement désavoué par les responsables du parti, est placé en garde à vue le pour apologie du terrorisme au lendemain de tweets qu'il avait publiés pour se réjouir de la mort du gendarme, notamment : « À chaque fois qu'un gendarme se fait buter (...) je pense à mon ami Rémi Fraisse[Note 1] » ou « Là, c'est un colonel, quel pied ! Accessoirement, encore un électeur de Macron en moins »[40]. La classe politique condamne unanimement les propos de Poussier, et le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, porte plainte au nom de son parti pour apologie du terrorisme[41]. Jugé en comparution immédiate, Poussier est condamné le à un an de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Lisieux[42]. Le 27 mars, devant l'Assemblée nationale, Mélenchon rend à Arnaud Beltrame un hommage qui est applaudi unanimement par les députés, y compris ses opposants LR et LREM, afin que l'affaire Poussier ne brise pas l'unité nationale après les attentats[43].
  • Affaire d'une militante végane
Le parquet de Foix, avant de se dessaisir au profit de celui de Saint-Gaudens, a ouvert une enquête pour apologie du terrorisme contre une militante végane et fabricante de fromages, pour avoir publié sur Facebook un message s'attaquant au boucher Christian Medvès, tué dans l'attentat : « Ben quoi, ça vous choque un assassin qui se fait tuer par un terroriste ? Pas moi, j'ai zéro compassion pour lui ; il y a quand même une justice »[44]. Elle est jugée en comparution immédiate le jeudi 29 mars 2018 et condamnée à 7 mois de prison avec sursis[45].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Victimes[modifier | modifier le code]

Hommages au colonel Arnaud Beltrame[modifier | modifier le code]

Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame est promu le 27 mars à titre exceptionnel au grade de colonel[55] à titre posthume[56]. Le 28, il reçoit un hommage national, le cercueil est convoyé devant le Panthéon, d'où part un cortège funèbre jusqu'aux Invalides en passant par les quais de Seine, le corbillard est précédé de motocyclistes de la gendarmerie et entouré de gardes républicains à cheval, première fois, à la connaissance de l'historien Christian Amalvi, qu'un hommage national est précédé d'un tel cortège[57].

Le corps politique tout bords confondus et la presse française unanime qualifient le colonel Beltrame de héros, un hommage inédit depuis la victoire de 1945, « Arnaud Beltrame lui-même, incarne un héros de droite et de gauche, à la fois franc-maçon et catholique » selon l'historien Raphaël Spina[58].

Dans le monde, le sacrifice du lieutenant-colonel de gendarmerie suscite de nombreux hommages où il est qualifié de héros. Il est à la une de nombreux quotidiens étrangers et son histoire est commentée en boucle sur les chaînes de télévision étrangères[59],[60],[61].

Dans un tweet daté du 25 mars [Note 2], le président des États-Unis Donald Trump rend hommage à Arnaud Beltrame : « La France honore un grand héros[62] ». Le , le pape François déclare : « Je salue particulièrement le geste généreux et héroïque du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame qui a donné sa vie en voulant protéger des personnes[63]. »

Blessés[modifier | modifier le code]

Atteint d'une balle dans la tête, Renato Silva, est plongé dans un coma artificiel depuis son admission au centre hospitalier de Perpignan jusque début avril 2018[64]. Fin avril, il vit toujours avec la balle dans le cerveau et a une paralysie faciale du côté gauche[65].

Lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Le , le maire de Trèbes Eric Ménassi annonce le projet d'inaugurer en mars 2019 deux « lieux de mémoire » en hommage à Arnaud Beltrame et à l'ensemble des victimes[66].

Enquête[modifier | modifier le code]

Profil de l'auteur[modifier | modifier le code]

Radouane Lakdim
Terroriste islamiste
Information
Nom de naissance Radouane Lakdim
Naissance
Taza (Maroc)
Décès (à 25 ans)
Trèbes (France)
Cause du décès Abattu par le GIGN
Nationalité Drapeau du Maroc Marocain
Drapeau de la France Français (depuis 2004)
Allégeance Drapeau de l'État islamique État islamique
Idéologie Salafisme djihadiste
Sexe Masculin
Actions criminelles Attentat
Attentats Attaques du 23 mars 2018 à Carcassonne et Trèbes
Victimes 4 morts et 15 blessés

Radouane Lakdim est né le au Maroc[25]. Sa famille s'installe par la suite en France et il obtient la nationalité française en [67],[Note 3],[68]. Il est condamné le à un mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Carcassonne pour port d'arme prohibée[9]. En 2014, la tante de Radouane Lakdim est signalée pour radicalisation. Les services antiterroristes français commencent alors à s’intéresser à cette famille. Son neveu aurait souhaité rejoindre la zone irako-syrienne. Les services turcs sont alors alertés[69] et pendant l'été 2014, il fait l'objet d'une fiche S en raison de ses liens avec la mouvance salafiste[67]. Il est de nouveau condamné à un mois de prison ferme le pour usage de stupéfiants et refus d'obtempérer, ce qui lui vaut d'être incarcéré en à la maison d'arrêt de Carcassonne[9].

Le procureur de la République François Molins déclare que Lakdim s'est défini comme « soldat de l'État islamique » pendant la prise d'otages[70]. Toujours sous surveillance des services de sécurité, ceux-ci estiment en 2017 qu'il n'y a plus lieu de le suivre et cessent de le faire la même année[67]. Selon les premiers éléments de l'enquête, Lakdim ne s'est jamais rendu en zone irako-syrienne et il n'aurait même jamais eu de contact direct avec des membres de l'État islamique[26].

Selon les premières expertises toxicologiques réalisées sur le corps de Radouane Lakdim, le terroriste aurait consommé une importante quantité de cannabis peu avant ses attaques[71].

Ses obsèques sont organisées à Carcassonne le [72].

Déroulement de l'enquête[modifier | modifier le code]

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, arrivé à 14 h 45, déclare ː « C'était un petit délinquant, il était connu pour deal de stupéfiants mais on ne pouvait pas dire qu'il allait être un radical qui allait passer à l'acte. » Pourtant à 18 h 7, il est annoncé que l'auteur de l'attentat était fiché S[73], depuis l'été 2014. Le tueur était en outre inscrit au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), de 2016 jusqu'à l', date à laquelle la surveillance est levée[9].

Le soir du , sa compagne, Marine Péquignot [74], âgée de 18 ans (également fichée S depuis un an[75]) est placée en garde à vue pour « association de malfaiteurs en association avec une entreprise terroriste » afin d'être interrogée[76], celle-ci a crié « Allahou akbar » lors de son interpellation[77]. C'est une Française convertie à l'islam depuis l'âge de 16 ans[77]. Elle apparaît très active sur les réseaux sociaux« elle fait l'apologie des thèses de l'État islamique »[78]. Tout comme Radouane Lakdim, cette convertie est connue par les services de police pour des affaires de droit commun. Lors de sa garde à vue, celle-ci a cautionné les attentats en France, considérant qu'il est normal que l’État islamique attaque en représailles de ses combattants tués par l'armée française, déclarant même « regretter qu’il n’y ait pas eu plus de morts au cours des attaques commises par Lakdim »[79]. Se disant séparée de lui depuis quelques semaines, elle conteste avoir été associée au projet de Lakdim, tout en indiquant qu'elle ne l'aurait pas dénoncé si elle avait connu ses projets[79],[77]. Après sa garde à vue, elle est mise en examen pour « association de malfaiteurs terroristes en vue de préparer des crimes d'atteintes aux personnes » et mise en détention provisoire dans la soirée du 27 mars 2018[80].

Un jeune homme de 17 ans, Sofiane L.[81], né à Carcassonne, est mis en garde à vue dans la nuit du vendredi à samedi pour vérifier son éventuelle complicité[5],[82]. Sa garde à vue est levée dans la soirée du 27 mars 2018[83].

La perquisition réalisée au lendemain de l'attaque au domicile du tueur, Radouane Lakdim, permet de trouver des « notes faisant allusion à l'organisation État islamique »[82]. Pour certains habitants du quartier, la radicalisation de Ladkim était indétectable et il n'allait plus à la mosquée[84].

Au cours d’un conseil restreint de défense à l'Élysée qui s’est tenu le en fin d’après-midi, le président de la République a « demandé la convocation cette semaine par les préfets de l’ensemble des groupes d’évaluation départementale suivant les individus ayant fait l’objet de signalements pour radicalisation »[25].

En octobre 2018, six personnes de l’entourage familial et amical de Radouane Lakdim sont interpellées le 16, dont trois sont ensuite mises en examen et placées en détention provisoire le 19[85].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jeune militant écologiste mort sur le site du barrage de Sivens en octobre 2014 dans des échauffourées avec la police.
  2. En anglais : « France honors a great hero. Officer died after bravely swapping places with hostage in ISIS related terror attack. So much bravery around the world constantly fighting radical Islamic terrorism. Even stronger measures needed, especially at borders! »
  3. Le soir des attentats, la chaîne de télévision BFM TV annonçait qu'il avait été naturalisé en 2015, information largement partagée sur les réseaux sociaux et qui n'est contredite que le lendemain.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Matthieu Suc, « Quatre morts, dont le gendarme Beltrame, dans un attentat dans l'Aude », mediapart.fr, (consulté le 28 mars 2018)
  2. Natacha Couvillers, « Attentat Marseille : deux jeunes femmes ont trouvé la mort », aufeminin,‎ (lire en ligne).
  3. « Les attentats terroristes en Europe ont causé près de 2 400 morts depuis 2001 », sur Le Monde.fr (consulté le 24 mars 2018)
  4. « Redouane Lakdim, le petit délinquant de Carcassonne devenu un soldat de Daech : Attentats de Trèbes et de Carcassonne », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  5. a et b « Attaques dans l’Aude : une deuxième personne a été placée en garde à vue », sur Le Monde.fr (consulté le 24 mars 2018)
  6. a et b «Les visages des victimes des attaques se dévoilent », L’Alsace, 24 mars 2018.
  7. « Attentat de Trèbes : les longues minutes d'angoisse de la caissière du Super U face au terroriste », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)
  8. a b et c L'Indépendant, Ce que l'on sait de l'attaque terroriste de Trèbes
  9. a b c et d « Attaques terroristes dans l'Aude : regardez l'intégralité de la conférence de presse du procureur François Molins », francetvinfo.fr, (consulté le 24 mars 2018)
  10. Nathalie Deumier, « Le CRS blessé à Carcassonne est marseillais », francetvinfo.fr, (consulté le 25 mars 2018).
  11. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t Willy Le Devin, « Attentat de Trèbes : «Plus Beltrame avançait, plus je sentais Lakdim trembler» », sur liberation.fr, (consulté le 23 juillet 2018)
  12. Geoffroy Tomasovitch, « Attaque de Trèbes : Christian, le boucher tué au Super U, était « un cœur énorme, une figure »», Le Parisien, 24 mars 2018
  13. « Attaque terroriste dans l'Aude, les témoins racontent », Ouest-France, 23 mars 2018.
  14. Sylvain Cottin,, « Dans le Super U de Trèbes : "Je me suis plaqué par terre à la troisième détonation" », sur SudOuest.fr, (consulté le 24 mars 2018)
  15. Jean-Claude Soulery, « Qui est Julie, l'otage remplacée par le colonel Beltrame ? », midilibre.fr, (consulté le 3 avril 2018)
  16. La Voix du Nord, « Aude - Quatre morts dans trois attaques terroristes à Carcassonne et Trèbes, ce que l’on sait », sur LA VDN, (consulté le 24 mars 2018)
  17. a b c et d Timothée Boutry, « Attentat de Trèbes : le huis clos glaçant entre le colonel Beltrame et le terroriste », sur leparisien.fr, (consulté le 22 juillet 2018)
  18. La Manche libre, L'héroïque gendarme de l'attaque de Trèbes
  19. Yohan Blavignat, Aude : ce qu'il s'est passé vendredi dans le Super U de Trèbes, Le Figaro, 26 mars 2018
  20. Attentat dans l'Aude: le gendarme "héros" est décédé, le bilan s'alourdit à 4 morts, Challenges, 24 mars 2018
  21. Le Figaro, Prise d'otage près de Carcassonne
  22. « Attaques de Carcassonne et Trèbes : ce que l’on sait », lemonde.fr, (consulté le 30 mars 2018)
  23. « Arnaud Beltrame, le gendarme qui s’est livré en échange des otages du supermarché, est mort », Le Monde, 24 mars 2018.
  24. a et b « Attentats de l’Aude : l’hommage au gendarme Beltrame aura lieu mercredi aux Invalides », sur lemonde.fr, (consulté le 26 mars 2018)
  25. a b et c « La compagne de l’auteur de l’attentat de Trèbes était fichée S et suivie pour radicalisation », lemonde.fr, (consulté le 26 mars 2018)
  26. a et b « L'enquête progresse, deux proches en garde à vue », ladepeche.fr, (consulté le 25 mars 2018)
  27. Le Figaro, Déclaration d'Emmanuel Macron
  28. « Daech revendique les attaques menées à Trèbes et Carcassonne par Redouane Lakdim », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  29. Édouard Le Mareschal, Caroline Piquet, « Attaques dans l'Aude : une proche du suspect placée en garde à vue », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  30. a et b Julien Cadot, « Prise d’otage à Trèbes : l’application SAIP ne s’est pas déclenchée », sur numerama.fr,
  31. William Audureau, Morgane Tual et Perrine Signoret, « Le gouvernement abandonne l’application d’alerte attentat SAIP », sur lemonde.fr, (consulté le 30 mai 2018)
  32. « Macron salue la mémoire d'Arnaud Beltrame, "tombé en héros" », sur Paris-Match,
  33. a et b « Attentat de Trèbes : Arnaud Beltrame sera promu colonel », sur lejdd.fr, (consulté le 27 mars 2018)
  34. « Messe très suivie à Trèbes, en hommage aux victimes des attaques du 23 mars », sur rfi.fr, (consulté le 25 mars 2018)
  35. a et b « A Trèbes, chrétiens et musulmans se sont recueillis côte à côte », sur boursorama.com, (consulté le 25 mars 2018)
  36. Juliette Campion, « Attaques dans l'Aude : des journalistes agressés dans la cité de Carcassonne où vivait Radouane Lakdim », sur francetvinfo.fr, .
  37. « Casse-toi, je vais t’éclater » : des journalistes agressés dans le quartier du terroriste de Carcassonne, France 3, 26/6/2018
  38. À Carcassonne, des journalistes agressés dans la cité Ozanam où vivait Radouane Lakdim, The Huffington Post, 24/3/2018
  39. Aperçu dans sa cité juste avant l’attaque, Lakdim «n’avait pas l’air tranquille…», Le Parisien, 24/3/2018
  40. Pierre Lepelletier, « Un ex-candidat Insoumis placé en garde à vue après s'être réjoui de la mort d'Arnaud Beltrame », lefigaro.fr, (consulté le 25 mars 2018)
  41. « Stéphane Poussier : La France insoumise veut porter plainte pour "apologie du terrorisme" », sur rtl.fr, (consulté le 26 mars 2018)
  42. « Mort d'Arnaud Beltrame : Stéphane Poussier condamné à un an de prison avec sursis », sur nouvelobs.com, (consulté le 27 mars 2018)
  43. « Jean-Luc Mélenchon rend hommage à Arnaud Beltrame et reçoit une rare ovation de LREM et LR à l'Assemblée », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 27 mars 2018)
  44. « La militante végane qui s'est réjouie de la mort du boucher du Super U de Trèbes en garde à vue », La dépêche,‎ (lire en ligne)
  45. Fabrice Valery, « 7 mois avec sursis pour la militante vegan qui s'était réjouie de la mort du boucher de Trèbes », sur francetvinfo.fr
  46. (de) Tagesspiegel, article du 23 mars 2018
  47. (en) « Le Canada condamne fermement l’attentat terroriste perpétré aujourd’hui à Trèbes, en France. Nous sommes solidaires de la population française et offrons nos condoléances aux amis et aux familles des victimes. Déclaration complète : », sur Twitter, Office of the Prime Minister of Canada (consulté le 23 mars 2018)
  48. 20 minutes, article du 23 mars 2018
  49. « Attentat en France: Trump dénonce une «attaque horrible» », TVA Nouvelles,‎ (lire en ligne)
  50. « Netanyahu condamne l'attentat terroriste perpétré en France : "Le monde civilisé doit s'unir et agir ensemble pour vaincre le terrorisme" - Le Monde Juif », Le Monde Juif,‎ (lire en ligne)
  51. (it) Site officiel du Quirinale
  52. (en) « PM: My thoughts are with the victims of the cowardly attacks in Trèbes and Carcassonne. We stand in solidarity with our friends and allies in France, just as they always stand with us. », sur Twitter, Office of the Prime Minister of the UK (consulté le 23 mars 2018)
  53. « No: 86, 23 mars 2018, Communiqué de presse concernant les attentats terroristes perpétrés à Carcassone et Trèbes le 23 mars 2018 », sur mfa.gov.tr, (consulté le 25 mars 2018)
  54. Les Échos, article du 23 mars 2018
  55. Avec date d'effet au 24 mars 2018 « JORF n°0073 du 28 mars 2018 »
  56. « Le gendarme Arnaud Beltrame promu au grade de colonel à titre posthume », sur RTL.fr (consulté le 27 mars 2018)
  57. Christian Amalvi, « Hommage national : une cérémonie qui a évolué depuis les attentats de 2015 », sur franceculture.fr, .
  58. Arnaud Beltrame : l’hommage de la Nation à «un héros de droite et de gauche», Le Parisien, 28/3/2018
  59. « L'acte de bravoure d'Arnaud Beltrame a dépassé les frontières françaises », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  60. « Vu d’Autriche. Respect pour le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame », Courrier international,‎ (lire en ligne)
  61. « Attentat de l’Aude. L’héroïsme du gendarme Beltrame salué par la presse internationale », Courrier international,‎ (lire en ligne)
  62. Trèbes - Arnaud Beltrame : « un geste de dévouement extraordinaire », sur lepoint.fr, 25 mars 2018.
  63. « Le pape salue « le geste généreux et héroïque » du lieutenant-colonel Beltrame », Famille chrétienne, 25 mars 2018.
  64. Christian Aniort, « L'automobiliste visé d'une balle dans la tête par le terroriste à Carcassonne est sorti du coma », sur ladepeche.fr, (consulté le 5 août 2018)
  65. Agence France-Presse, « Attentat de Trèbes : "j'aimerais qu'il oublie", confie le père d'un blessé sorti de l'hôpital », sur orange.fr, (consulté le 5 août 2018)
  66. B C, « Attentats dans l'Aude: Deux lieux en hommage aux victimes verront le jour l'an prochain à Trèbes », 20 minutes,‎ (lire en ligne)
  67. a b et c « Attaques dans l'Aude : le tireur a acquis la nationalité française en 2004, et non en 2015 », sur francetvinfo.fr, (consulté le 24 mars 2018).
  68. « Non, Radouane Lakdim n'a pas été naturalisé français après avoir été fiché S », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  69. « Est-il vrai que Radouane Lkdim a été naturalisé alors qu'il était déjà fiché S par les renseignements français », liberation.checknews.fr, (consulté le 26 mars 2018)
  70. Thomas Liabot, « Prise d'otages à Trèbes : le récit des faits de François Molins », JDD,‎ (lire en ligne)
  71. « INFO M6 - "assaut ! assaut !", les derniers mots d’Arnaud Beltrame », m6info.yahoo.com, (consulté le 29 mars 2018)
  72. « Polémique sur l'enterrement de Radouane Lakdim: «Je n'ai aucun pouvoir», dit le maire de Carcassonne », ladepeche.fr, (consulté le 3 avril 2018)
  73. Le Figaro, Redouane Lakdim était fiché S
  74. Louis de Raguenel, « [Exclusif] Qui sont les proches de Radouane Lakdim, le terroriste de Trèbes », Valeurs actuelles,‎ (lire en ligne)
  75. « Attaques dans l'Aude : la compagne de Radouane Lakdim était aussi fichée S », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  76. « Attaques terroristes dans l'Aude : une proche de l'assaillant a été placée en garde à vue », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  77. a b et c BFMTV, « La compagne de Radouane Lakdim a crié « Allahou akbar » au moment de son interpellation », sur BFMTV (consulté le 29 mars 2018)
  78. RMC, « Trèbes: la compagne de Redouane Lakdim fichée S depuis un an », RMC (consulté le 29 mars 2018)
  79. a et b « Attentats dans l'Aude : les propos glaçants de la compagne de Radouane Lakdim », lci.fr, (consulté le 26 mars 2018)
  80. Le Figaro, L'inquiétant profil de la compagne de Radouane Lakdim, article du 28 mars 2018
  81. Valeurs Actuelles, Qui sont les proches de Radouane Lakdim ?, article du 29 mars 2018
  82. a et b Claire Raynaud, « Une lettre-testament retrouvée au domicile du terroriste Radouane Lakdim », ladepeche.fr, (consulté le 25 mars 2018)
  83. Le Figaro, article du 28 mars 2018
  84. Dans le quartier de Radouane Lakdim, les habitants entre choc et mutisme, Europe 1, 27/3/2018
  85. Reuters, « Attentats à Trèbes et Carcassonne : trois suspects mis en examen et écroués », sur lemonde.fr, (consulté le 20 octobre 2018)

Articles connexes[modifier | modifier le code]