Jean-Louis Touraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Jean-Louis Tourenne.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Touraine (homonymie).

Jean-Louis Touraine
Illustration.
Jean-Louis Touraine en 2017.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(12 ans, 5 mois et 19 jours)
Élection 17 juin 2007
Réélection 17 juin 2012
18 juin 2017
Circonscription 3e du Rhône
Législature XIIIe, XIVe, XVe (Cinquième République)
Groupe politique SRC (2007-2016)
SER (2016-2017)
LREM (depuis 2017)
Prédécesseur Jean-Michel Dubernard
Premier adjoint au maire de Lyon

(12 ans, 9 mois et 10 jours)
Maire Gérard Collomb
Prédécesseur Christian Philip
Successeur Georges Képénékian
Maire du 8e arrondissement de Lyon

(5 ans, 8 mois et 21 jours)
Prédécesseur Henry Viannay
Successeur Christian Coulon
Conseiller général du Rhône

(3 ans, 3 mois et 16 jours)
Circonscription Canton de Lyon-XII
Prédécesseur Henry Viannay
Successeur Louis Pelaez
Biographie
Date de naissance (74 ans)
Lieu de naissance Lyon (3e) (Rhône)
Nationalité française
Parti politique PS (jusqu'en 2017)
LREM (depuis 2017)
Profession Professeur de médecine

Jean-Louis Touraine, né le dans le 3e arrondissement de Lyon (Rhône), est un professeur de médecine et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Touraine est professeur de médecine au département de transplantation et d'immunologie de l'université Claude-Bernard-Lyon-I et praticien hospitalier à temps partiel à l’hôpital Édouard-Herriot de Lyon[1]. Il est également président de l'association France Transplant depuis 1995 et du Centre d'Étude des Déficits Immunitaires et leurs relations avec le Cancer (CEDIC).

Il fut président du Conseil scientifique consultatif Rhône-Alpes de l’INSERM de 1986 à 1990 et président du Haut comité médical de la Sécurité sociale (ministère des Affaires sociales) de 1992 à 1996.

Il a écrit Hors de la bulle, un ouvrage sur le traitement des enfants nés avec une forte déficience immunitaire.

Franc-maçon[2], il est membre du Grand Orient de France[3].

Déficits immunitaires[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Touraine travaille majoritairement dans les années 1970, sur les déficits immunitaires. Durant cette période, il participe aux premières greffes de moelle osseuse et de thymus fœtal. Ses travaux s'intéressent notamment aux déficits immunitaires des nouveau-nés[4].

Recherches liées au sida[modifier | modifier le code]

Après avoir créé une souris avec un système immunitaire humain, le professeur Touraine a participé à développer sur ce cobaye une thérapie génique du sida[5]. Le directeur de recherche de l'hôpital Edouard-Herriot a tenté, sur suggestion de l'entreprise Mydetics[6], de déposer début 2003, aux États-Unis, un brevet pour un traitement associant une combinaison de deux gènes et un « vecteur » (des gènes dans les cellules). Cette démarche a été réalisée via une société immatriculée dans un paradis fiscal (Bermudes). En raison de mauvais résultats scientifiques et de l'absence de réponse aux questions posées par l'Office américain des brevets, le brevet n'a jamais été exploité[7].

Travaux sur le cancer[modifier | modifier le code]

À partir des années 2000 et notamment de la création de son association CEDIC, le professeur Touraine travaille sur les thématiques du cancer en plus de mener de front une carrière politique[8]. En 2004, cette association reçoit 120 000 actions de l'entreprise Mydetics[9].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Touraine a été membre du Parti socialiste.

Élu au conseil municipal de Lyon en 1989, il a été membre du conseil de la Communauté urbaine de Lyon de 1989 à 2014, et maire du 8e arrondissement de Lyon de 1995 à 2001. Vice-président de la Communauté urbaine de Lyon à partir de 1995. Il est, de 2001 à 2014, 1er adjoint au maire de Lyon, Gérard Collomb, chargé des déplacements, de la tranquillité publique et de la décentralisation, et vice-président du Grand Lyon, chargé des déplacements urbains et des grandes infrastructures routières (groupe socialiste) jusqu'en 2008. Il fut, en outre, élu au Conseil général du Rhône de 2004 à 2007.

Jean-Louis Touraine est élu député lors des élections législatives de 2007 dans la 3e circonscription du Rhône avec pour suppléante Sarah Peillon, contre le candidat sortant Jean-Michel Dubernard (UMP), député depuis 21 ans. Il est réélu en juin 2012 avec 59 % des suffrages.

Il a pris position publiquement pour une meilleure insertion sociale des greffés, à travers les accès à l'emploi et au crédit.

Jean-Louis Touraine est président du Cercle Condorcet de Lyon depuis 2006, succédant à Franck Sérusclat[10].

En septembre 2016, Jean-Louis Touraine apporte son soutien à Emmanuel Macron[11].

Il est membre de La République en marche !. En juin 2017, lors des élections législatives, il est réélu député au second tour avec 59,85 % des voix face à Pascal Le Brun (FI) qui obtient 40,15 % des voix[12].

Le 15 juillet 2013, Jean-Louis Touraine et Valérie Létard, sénatrice UDI, acceptent une mission de concertation en vue de la réforme du droit d'asile confiée par Manuel Valls, ministre de l'Intérieur. Les conclusions de la mission parlementaire doivent être rendues en novembre 2013 dans le contexte médiatique particulier de l'affaire Leonarda.

En septembre 2017, il dépose une proposition de loi portant sur la fin de vie dans la dignité[13]. Il défend la possibilité pour les personnes en impasse thérapeutique de bénéficier si elles le souhaitent d'une « assistance médicalisée active à mourir »[14]. Le 28 février 2018, à son initiative, 156 députés appellent dans Le Monde à légiférer en ce sens pour « donner aux malades en fin de vie la libre disposition de leur corps »[15]. Il est par ailleurs président du groupe d'études sur la fin de vie à l'Assemblée Nationale[16].

À l'été 2018, il est désigné rapporteur de la mission d'information sur la révision de la loi relative à la bioéthique[17], présidée par le député LR Xavier Breton. Jean-Louis Touraine remet son rapport en janvier 2019 : il y préconise notamment l'ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires[18], et considère qu'« il n'y a pas de droit de l'enfant à avoir un père, à quelque moment que ce soit »[19]. Nommé rapporteur sur les articles 1 et 2 du projet de loi relatif à la bioéthique[20], il défend plusieurs amendements contre l'avis du gouvernement, en particulier sur la PMA post mortem[21] et l'accès des personnes transgenres à la PMA[22].

Mandats[modifier | modifier le code]

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

  • 17 juin 2007 - 16 juin 2012 : Député de la 3e circonscription du Rhône.
  • 20 juin 2012 - 20 juin 2017 : Député de la 3e circonscription du Rhône (réélu).
  • Depuis le 21 juin 2017 : Député de la 3e circonscription du Rhône (réélu).

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Déclaration d'intérêt de Jean-Louis Touraine à la HATPV »
  2. Catherine Lagrange, « De solides réseaux », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2017)
  3. Jérôme Dupuis, « Les fiefs francs-maçons », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2017)
  4. « Présentation de Jean-Louis Touraine sur son site de campagne pour l'élection législative 2012 »
  5. Jean-Louis Touraine, Kamel Sanhadji et Rachel Sembeil, « Gene therapy for human immunodeficiency virus infection in the humanized SCID mouse model », The Israel Medical Association Journal: IMAJ, vol. 5, no 12,‎ , p. 863-867 (ISSN 1565-1088, PMID 14689754, lire en ligne)
  6. « Bermudes, l'efer du député »
  7. « Jean-Louis Touraine et Kamel Sanhadji : leur projet avorté aux Bermudes », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  8. « Liste des publications de Jean-Louis Touraine »
  9. Page 20 du rapport 2004 de Mymetics déposé à la Securities and Exchange Commission des États-Unis d'Amérique (lire en ligne)
  10. http://www.laligue69.org/
  11. Daniel Pajonk, « L'apéro En marche ! fait salle comble - France 3 Rhône-Alpes », France 3 Rhône-Alpes,‎ (lire en ligne, consulté le 7 décembre 2016)
  12. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le 19 mai 2018).
  13. « N° 185 - Proposition de loi de M. Jean-Louis Touraine portant sur la fin de vie dans la dignité », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 10 juillet 2019)
  14. « Une proposition de loi pour une « assistance médicalisée active à mourir » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 10 juillet 2019)
  15. « Euthanasie : « Il convient de donner aux malades en fin de vie la libre disposition de leur corps » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 10 juillet 2019)
  16. « Groupe d'études : fin de vie - 15ème législature - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 10 juillet 2019)
  17. « Un pro et un anti-PMA pour diriger la mission parlementaire sur la bioéthique », sur Le Figaro, (consulté le 10 juillet 2019)
  18. « "Bioéthique : un rapport parlementaire audacieux, favorable à l'ouverture de la PMA" », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 10 juillet 2019)
  19. Commission spéciale bioéthique, 11 septembre 2019
  20. Lucie Alexandre et Loup Besmond de Senneville, « Bioéthique, les six rapporteurs désignés par l'Assemblée Nationale », sur la-croix.com, (consulté le 9 décembre 2019)
  21. Le Point magazine, « La PMA post-mortem rejetée de justesse par les députés », sur Le Point, (consulté le 24 septembre 2019)
  22. « PMA pour les hommes transgenres : le débat reste ouvert », sur Libération.fr, (consulté le 24 septembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :