Portail:Département du Rhône

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le fleuve Rhône coule sous un pont Lyon, préfecture du département
Le Rhône au centre-est de la France

Portail du Rhône

Une section de Wikipédia consacrée au Rhône.
1 008 articles sont actuellement liés au portail.

Icône Chiffres clés


Statistiques :

Subdivisions :

Icône Présentation


Le Rhône est un département français situé dans le sillon Rhône-Saône à proximité du confluent de ces deux cours d'eau. Sa ville principale est Villefranche-sur-Saône, depuis le 1er janvier 2015 et la création de la métropole de Lyon, mais son chef-lieu reste toutefois situé à Lyon.

Il fait partie de la région Auvergne-Rhône-Alpes et porte le numéro 69 pour la Poste, et le code 69D pour l'INSEE. Ce département doit son nom au fleuve qui longe son territoire, le Rhône.

Icône Géographie[modifier]   

Régions : Beaujolais - Monts du lyonnais - Est lyonnais - Région de Condrieu

Sommets : Mont Saint-Rigaud

Massifs : Monts du Lyonnais - Monts d'Or - Monts du Beaujolais

Cols : Col du Pin-Bouchain - Col des Sauvages

Fleuve : Rhône

Lacs : Lac des Sapins

Cours d'eau : Ardières - Azergues - Boussuivre - Brévenne - Charveyron - Coise - Garon - Grosne - Marverand - Morgon - Nizerand - Rhins - Saône - Soanan - Sornin - Toranche - Turdine - Vauxonne - Yzeron

Icône Histoire et patrimoine[modifier]   

Le département accueille plus de soixante châteaux dont le château de Montmelas et le château de Chamelet du XIIe siècle, le châteaux de Jarnioux du XIIIe siècle ou encore le château de la Chaize du XVIIe siècle, le plus grand du département, selon les plans de Jules Hardouin-Mansart, qui comporte un jardin élaboré par Le Nôtre. On compte de nombreux châteaux du XIXe siècle construits ou rénovés par la bourgeoisie lyonnaise, comme ceux de Liergues ou le château de la Flachère sur des plans de Viollet-le-Duc.
Le département comptait, avant la création de la métropole de Lyon, 539 immeubles protégés au titre des Monuments Historiques.

Icône Politique et administration[modifier]   

Icône Villes et villages[modifier]   

Au et selon les chiffres de population de l'INSEE au moins ceux de la métropole de Lyon, le département compte 3 villes de plus de 10 000 habitants, toutes situées en dehors de l'aire urbaine de Lyon. Ainsi se classent par ordre décroissant de population (en habitants) :

Parmi les villages, on peut citer :

Icône Culture et traditions[modifier]   

Icône Personnages célèbres[modifier]   

Icône Lumière sur...[modifier]   

La primatiale vue depuis Fourvière.

La primatiale Saint-Jean-Baptiste-et-Saint-Étienne (dite aussi, plus simplement, cathédrale Saint-Jean) est le siège épiscopal de l'archidiocèse de Lyon. Elle a rang de cathédrale et de primatiale : l'archevêque de Lyon a le titre de Primat des Gaules ; le titulaire depuis 2002 est Mgr Philippe Barbarin.

Elle est située dans le cinquième arrondissement de Lyon, au cœur du quartier médiéval et Renaissance du Vieux Lyon, dont elle est un des éléments marquants. Au Moyen Âge, elle faisait partie d'un complexe d'églises et d'autres bâtiments ecclésiaux, le groupe cathédral, qui comprenait entre autres les églises Saint-Étienne et Sainte-Croix, détruites à la Révolution, ainsi que l'actuelle manécanterie.

Originellement, l'église a été consacrée sous le patronage de saint Étienne, tandis que son baptistère était consacré sous celui de saint Jean-Baptiste, mais, comme cela est fréquent, le vocable du baptistère s'est ensuite appliqué dans la désignation courante. La première cathédrale dont l'existence est attestée, et que les sources de l'époque se contentent d'appeler maxima ecclesia, c'est-à-dire la « grande église », a été bâtie par Patient. La seconde, plus grande et datée du IXe siècle, est l'œuvre de Leidrade.

L'édifice actuel est un projet de longue haleine, porté dans sa conception par trois archevêques successifs au moment où l'architecture occidentale bascule du roman au gothique : Guichard de Pontigny envisage et entame la construction d'une église romane, Jean Belles-mains entame la transformation de l'édifice en un ouvrage gothique dont les ressorts techniques ne sont pas encore pleinement maîtrisés, enfin Renaud de Forez transforme le projet, grâce à l'évolution des savoir-faire, pour donner à la cathédrale son aspect actuel. La construction s'étale sur trois siècles, de 1175 à 1480. Le site contraint, entre colline et rivière, ainsi que les luttes politiques entre les différentes puissances régentant Lyon au Moyen Âge central, ont empêché la cathédrale de disposer d'un terrain aussi vaste et aussi favorable que ses concepteurs l'auraient souhaité. Par ailleurs, l'absence du savoir-faire particulier des bâtisseurs de cathédrale du Bassin parisien est une des causes de la relative modestie des dimensions et de l'ornementation de Saint-Jean.

Fortement endommagée par les guerres de religion en 1562, puis par la Révolution française et le siège de Lyon en 1793, la primatiale est restaurée au XIXe siècle. Les premiers travaux sont assez modestes et fortement empreints de classicisme ; mais cette politique change vigoureusement avec l'arrivée d'un nouvel architecte, Tony Desjardins, qui donne un élan inédit à la restauration. De son point de vue, non seulement les travaux doivent rendre à l'église son aspect médiéval, mais cet aspect est à sublimer pour faire de Saint-Jean une « cathédrale idéale » reflétant l'esprit gothique du XIIIe siècle...