Louis Pradel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pradel.
Louis Pradel
Fonctions
Maire de Lyon
Prédécesseur Édouard Herriot
Successeur Francisque Collomb
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Lyon (France)
Date de décès (à 69 ans)
Lieu de décès Lyon (France)
Nationalité française
Profession Expert en assurances automobiles
Liste des maires de Lyon

Louis Pradel, né le à Lyon[1] et mort le à Lyon, est un homme politique français, maire de Lyon de 1957 à 1976.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien membre du réseau de résistance Le Coq enchaîné, expert en assurances automobiles, Louis Pradel succède à Édouard Herriot, dont il était l'adjoint aux sports et aux beaux-arts, le à la mairie de Lyon. Alors qu'Herriot était un centriste de gauche, membre du Parti radical-socialiste, Louis Pradel était un non-inscrit, proche du centre droit, choisi à titre transitoire par un conseil municipal divisé.

Son élection comme maire de Lyon est confirmée par les électeurs lors des municipales de 1959. Les élections suivantes, en 1965, s'annoncent nettement plus difficiles. Le pouvoir gaulliste a changé le mode de scrutin et instauré un vote par listes bloquées dans chaque arrondissement de la ville. L'UNR/UDT qui a remporté une forte majorité des suffrages lyonnais lors des élections législatives précédentes (1962) compte bien en profiter pour marginaliser Louis Pradel et porter à la mairie centrale son leader, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Maurice Herzog.

Pour faire front, Louis Pradel crée son propre parti, le P.R.A.D.E.L. : « pour la réalisation active des espérances lyonnaises », et investit, sous cette étiquette, une liste dans chacun des arrondissements. Il parvient ainsi à créer autour de son nom une dynamique électorale municipale, apolitique et… lyonnaise[2], qui lui fait remporter, dès le premier tour, la totalité des arrondissements.

Dès lors, la majorité municipale de Louis Pradel ne sera plus contestée que par une Gauche nettement minoritaire. Évitant soigneusement toute prise de position tranchée sur les questions de politique nationale, Louis Pradel s'engagera publiquement à refuser tout mandat parlementaire ou ministériel, et il s'y tiendra. Cette conduite fut appréciée, comparée à celle d'Édouard Herriot, qui s'était trop longtemps occupé de sa ville « chaque lundi ». Son positionnement personnel le confirme au centre-droit, avec une coloration légèrement anti-gaulliste, qu'atteste sa majorité municipale qui va des indépendants-paysans aux figures notables de la franc-maçonnerie et du radicalisme, en passant par le soutien discret apporté au retour en politique, en 1973, de l'ex-OAS Jacques Soustelle, et qui, encore en exil, retrouve à Lyon un siège de député.

Omniprésent dans sa ville, sur les chantiers, dans la rue, dans les écoles, apparaissant lui-même dans toutes les manifestations et événements de la vie locale, « Loulou Pradel » - que les Lyonnais appelèrent plus tard « Zizi »[3] - jouira longtemps d'une popularité locale exceptionnelle que le principal quotidien local, Le Progrès de Lyon, entretiendra complaisamment.

Attaché à sa ville, proche de ses services techniques, très tenace, Louis Pradel a consacré l'essentiel de ses trois mandats à moderniser la ville, dont de nombreux travaux d'urbanisme avait été suspendus en 1938, à tirer parti de sa démilitarisation, et à y faciliter la circulation automobile (fasciné par New York, il fait construire en 1971 une autoroute au cœur de l'agglomération, des tronçons de l'A6 et de l'A7[4]), politique qu'il infléchira les dernières années. Son goût pour les grands travaux lui ont valu le surnom de Zizi béton.

Atteint d'un cancer, il meurt en novembre 1976, quelques mois avant la mise en service du métro. Son successeur est Francisque Collomb.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

L'inaction finale d'Édouard Herriot avait laissé une situation financière positive, que Louis Pradel sut exploiter auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations, ce qui lui permit de nombreuses réalisations :

Culture[modifier | modifier le code]

Au-delà du maintien de la gratuité des musées et des parcs, son action est influencée par Robert Proton de la Chapelle :

  • en 1969, transformation de la Société des Grands Concerts de Lyon, fondée en 1905, en Orchestre philharmonique Rhône-Alpes, préfigurant l'actuel orchestre national de Lyon;
  • à la demande instante d'Amable Audin, Conservateur des collections gallo-romaines de la ville de Lyon, collections éparses et croissantes, construction d'un musée lyonnais de la civilisation gallo-romaine : le musée gallo-romain de Fourvière, ouvert en 1975, et dont Amable Audin sera le premier conservateur.

Toutefois, si son action eut des aspects culturels favorables à Fourvière (site gallo-romain) ou à la Part-Dieu (bibliothèque, auditorium), ses priorités hygiénistes l'amenèrent à envisager la destruction des quartiers Renaissance. Une opposition résolue, menée par Régis Neyret, devait mener à la sauvegarde de ces quartiers par André Malraux, et ultérieurement à leur classement au patrimoine de l'humanité.

Communauté urbaine de Lyon[modifier | modifier le code]

Sa création par la loi 66-1069 du 31 décembre 1966 intervient peu après la catastrophe de Feyzin, qui a montré tragiquement que l'agglomération lyonnaise ne devait plus être administrée par 3 départements différents. Le 1er janvier 1968, 12 communes de banlieue relevant de l'Ain et 23 communes de banlieue relevant de l'Isère sont rattachées au département du Rhône. La communauté urbaine de Lyon voit alors le jour le 1er janvier 1969. Regroupant un million d'habitants, cette intercommunalité est chargée de mutualiser les moyens et de rationaliser le développement de 55 communes de l'agglomération lyonnaise. Présidée par Louis Pradel en tant que maire de Lyon, cette Communauté affronte diverses difficultés :

  • se trouver des locaux et un acronyme (ce sera COURLY pour COmmunauté URbaine de LYon);
  • assurer le raccordement aux réseaux urbains des communes récemment rattachées au département du Rhône ;
  • apaiser les petites communes, et amorcer les transferts de responsabilité ;
  • financer la Communauté, longtemps une charge pour Lyon, les ressources promises par l'État tardant à se concrétiser.

Hommages[modifier | modifier le code]

Le nom de Louis Pradel a été donné :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. État civil du 3e arrondissement : Acte n° 1883 du 7 décembre 1906. Naissance De PRADEL Louis Lucien, de Pradel Antoine Marie, Cafetier, 102 Cours Lafayette, 26 ans et de Labouré Michelle Matilde Mélanie 24 ans.
  2. Guignol, hebdomadaire satirique de petit format (Lyon, 1914-1972), célèbre pour son dessin-éditorial de première page dans lequel Guignol et Gnafron commentent l'actualité, titre alors « le Zozo (Herzog) a autant de chance de rentrer à l'Hôtel de Ville que le Zizi (Pradel) de conquérir l'Annapurna »
  3. Bibliothèque municipale de Lyon, Le guichet du savoir, Louis Pradel, 2 janvier 2009.
  4. Étienne Jacob, « Pour limiter trafic et pollution, Lyon sacrifie une autoroute », Le Figaro, samedi 31 décembre 2016 / lundi 1er janvier 2017, page 7.
  5. contenant 1 000 000 de roses
  6. Louis Pradel avait été frappé par une visite de Los Angeles
  7. qualifiée de connerie du siècle par Michel Noir, maire de Lyon de 1989 à 1995.
  8. depuis 1943, les transports collectifs à Lyon sont définis par un organisme public, associant la Ville et le département du Rhône, plus tard la Communauté Urbaine, propriétaire du réseau et du matériel, actuellement le Sytral, et affermés à un opérateur, les TCL.
  9. Louis Pradel restait impressionné par la pénurie d'essence de 1956 (affaire de Suez)
  10. Après avoir demandé force révisions à la baisse, l'État accorda une subvention inférieure à la TVA perçue.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Pradel, maire de Lyon : voyage au cœur du pouvoir municipal, Laurent Sauzay. - Lyon : Éd. lyonnaises d'art et d'histoire, 1998. - (ISBN 2-84147-074-1)
  • Lyon radicale. Un siècle de maires radicaux, 1872-1976, François Bilange, Marcel Ruby, Louis Muron, Jean Butin, Laurent Sauzay, - Lyon : Éd. lyonnaises d'art et d'histoire, 2001.
  • 7 maires de Lyon depuis 1900, Histoire et anecdotes, Philippe Valode et Francis Guyot - Lyon : Éd. lyonnaises d'art et d'histoire, 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]