Berges du Rhône

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Berges du Rhône
Image illustrative de l'article Berges du Rhône
Pont Lafayette et quai Augagneur.
Situation
Coordonnées 45° 45′ 15″ nord, 4° 50′ 17″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Ville Lyon
Quartier(s) 1er, 2e, 3e, 4e, 6e et 7e arr.
Histoire
Protection  Inscrit MH (1979) (site historique)
Patrimoine mondial de l'UNESCO

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Berges du Rhône

Les berges du Rhône ou quais du Rhône sont un ensemble de voies bordant le Rhône à Lyon.

À son arrivée à Lyon, le Rhône s'étale sur sa rive gauche, forme un bras mort -le Vieux Rhône - enserrant une zone appelée L'île de la pape sur la commune de Rillieux-la-Pape et rejoint le canal de dérivation, le canal de Jonage. Il passe ensuite entre le parc de la Tête d'Or et les contreforts de la colline de La Croix-Rousse pour s'écouler entre l'ancienne zone marécageuse des Brotteaux et le centre de la Presqu'île pour rejoindre la Saône au confluent de La Mulatière en face de Gerland.

Histoire des berges et quais du Rhône[modifier | modifier le code]

Immeuble de style sur le quai.

Plusieurs digues sont érigées durant le XIXe siècle pour contrer les inondations successivement sur la rive gauche du Rhône, notamment celle de 1856[1],[2]. La digue du Grand Camp est construite en 1859[3].

Aménagement contemporain[modifier | modifier le code]

En 1984, en amont des quais du Rhône, près du parc de la Tête d'Or, la foire de Lyon déménage à Chassieu pour devenir l'Eurexpo. La place libérée est utilisée pour réaliser la Cité internationale de Lyon qui comprend le Musée d'art contemporain de Lyon, des cinémas, un auditorium, le palais des congrès et le siège mondial d’Interpol.

Aménagement proprement dit des "berges du Rhône"[modifier | modifier le code]

L'aménagement des berges du Rhône vise initialement à la création d'un espace de détente, piétonnier et cyclable sur les quais du Rhône par la suppression des places de stationnement. Il porte sur 10 hectares, sur un espace de 5 km de long, du parc de la Tête d'Or au parc de Gerland[4].

Un cahier des charges est constitué en 2001, sur la question du remplacement des places de parkings et de l'endiguement des inondations, par l’Agence d’Urbanisme de Lyon. Le coût du projet est alors estimé à 15,5 millions d’euros. En 2002, le Grand Lyon lance le marché pour la conception de l'aménagement des berges, 8 équipes sont retenues puis 4[4].

L'équipe retenue est choisie en 2003, la même année une phase de concertation commence et l'avant-projet est réalisé. Durant la phase concertation, l'opposition municipale critique surtout la suppression des places de stationnements sur les berges du Rhône et leur remplacement par des parkings souterrains payants. Au deuxième trimestre 2004, un projet d'aménagement des quais du Rhône est présenté dans sa version définitive. Le Grand Lyon vote un budget pour le projet de 38,5 millions d'€[4].

En 2005, les travaux d'aménagements commencent par la pose de duc-d'Albe[5], la même année les voitures quittent les berges du Rhône. Les travaux sont terminés durant le 3e et 4e trimestre 2007[4].

Aménagement postérieur[modifier | modifier le code]

Sur la rive droite a été récemment ouvert le parc Saint-Clair, qui s'étire le long de la rive du fleuve, de l'entrée de Saint-Clair jusqu'au pont Poincaré, et rejoint le quartier de Saint-Clair en dénivelé par rapport au fleuve.

Les travaux de la passerelle de la Cité Internationale de 220 m de long, ont commencé en mars 2012 pour être achevés en 2013[6]. Le projet d'implantation d'une passerelle qui relierait Caluire à la Cité internationale date de 1994.

La rive droite[modifier | modifier le code]

Sur la rive droite du Rhône, se succèdent les quais suivants :

La rive gauche[modifier | modifier le code]

Quai Claude Bernard.

Sur la rive gauche du Rhône, nous trouvons les quais suivants :

Les ponts sur le Rhône[modifier | modifier le code]

Les rives du Rhône[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Communauté urbaine de Lyon, Plan bleu : schéma d'aménagement des Berges de la Saône et du Rhône, Communauté Urbaine de Lyon, , 77 p.
  • Valérie Desgrandchamps, Les berges du Rhône à Lyon, S. Bachès, , 85 p. (ISBN 978-2-35752-017-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]