Présidence de Nicolas Sarkozy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Présidence de Nicolas Sarkozy

Président de la République française

Description de cette image, également commentée ci-après
Type
Type Présidence de la République française
Résidence officielle Palais de l'Élysée, Paris
Élection
Système électoral Scrutin uninominal majoritaire à deux tours
Élection 2007
Début du mandat
Fin du mandat
Durée 4 ans, 11 mois et 29 jours
Présidence
Nom Nicolas Sarkozy
Date de naissance (63 ans)
Appartenance politique Union pour un mouvement populaire
Représentation
Législature XIIIe législature
345 / 577
Membres 577 députés

Gouvernements
Fillon I Fillon II
Fillon III
Divers
Site web www.elysee.fr
Voir aussi Politique en France

La présidence de Nicolas Sarkozy commence le lors de la cérémonie de passation des pouvoirs au palais de l'Élysée entre le président sortant Jacques Chirac et son successeur Nicolas Sarkozy. Le mandat se termine le , lors de la passation des pouvoirs avec François Hollande.

Nicolas Sarkozy est le 23e président de la République française et le 6e président de la Ve République. Durant sa présidence, la France connaît trois gouvernements successifs, tous placés sous l'autorité du Premier ministre François Fillon : les gouvernements Fillon I, II et III.

Sa présidence fut notamment marquée par une crise financière et économique mondiale, par l'intervention en Libye de 2011 et par une forte inflation législative. Parmi les principales lois votées, figurent la signature du traité de Lisbonne, le grenelle de l'environnement, la loi d'autonomie des universités et la réforme des retraites amenant toutes les deux à d'importantes manifestations.

Les gouvernements Fillon[modifier | modifier le code]

Premier gouvernement Fillon (mai 2007 à juin 2007)[modifier | modifier le code]

Le , Nicolas Sarkozy nomme François Fillon au poste de Premier ministre. Ce dernier forme le lendemain un gouvernement réduit à 15 ministres (huit hommes et sept femmes), auxquels s'ajoutent quatre secrétaires d'État et un haut-commissaire. Le gouvernement est formé de personnalités de droite, mais aussi de gauche, du centre droit et de la société civile. Le ministère de l'Économie et des Finances est scindé en deux, l'un chargé du budget de l'État, l'autre de la stratégie économique et du développement. Conformément au Pacte écologique signé par Nicolas Sarkozy durant la campagne présidentielle, Alain Juppé prend la tête d'un grand ministère alliant l'écologie, l'aménagement territorial et le transport. Le ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Codéveloppement, sujet à polémiques, est également créé.

À l'issue du second tour des élections législatives de juin 2007, l'UMP conserve la majorité absolue à l'Assemblée nationale, avec 313 élus sur 577. Conformément à la tradition, François Fillon remet sa démission au président de la République le , qui le reconduit dans sa fonction pour former un nouveau gouvernement, sans Alain Juppé, seul ministre battu dans sa circonscription.

Deuxième gouvernement Fillon (juin 2007 à novembre 2010)[modifier | modifier le code]

François Fillon à Bonn, en 2009.

En , la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), défendue par Valérie Pécresse, est définitivement adoptée par le Parlement. Cette réforme de l'enseignement supérieur donne plus d'autonomie aux universités françaises, afin qu'elles puissent « gérer leurs filières d'enseignement, recruter leurs élèves et leurs enseignants, les rémunérer comme elles l'entendent, utiliser leur patrimoine immobilier et signer des partenariats industriels ou scientifiques ». Critiquée par les syndicats d'enseignants-chercheurs et d'étudiants, elle est présentée par la droite comme l'un des succès du quinquennat de Nicolas Sarkozy puisque 90 % des universités ont opté pour la gestion autonome au . Un rapport d'information sénatorial[1] estime que la mise en œuvre de cette loi a « renforcé l'attractivité des postes administratifs des universités » et permis le recrutement de professeurs étrangers renommés, tel George Fitzgerald Smoot.

La loi en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (TEPA), qui prévoit entre autres la défiscalisation des heures supplémentaires, l'allègement des droits de succession, la déduction fiscale sur les intérêts d'emprunt immobilier, l'abaissement du bouclier fiscal, est votée en . Au premier mois de son entrée en vigueur, en octobre 2007, une enquête de l'Agence centrale des organismes de sécurité sociale (ACOSS) indique que 40 % des entreprises de plus de dix salariés ont déclaré une exonération relative à la loi TEPA et que 75 % des entreprises de plus de dix salariés ont l'intention d'utiliser cette mesure[2].

Durant les mois suivants, plusieurs lois sont votées pour limiter l'immigration clandestine (loi du 20 novembre 2007, controversée en raison de l'établissement d'un dispositif sur les tests génétiques – l'amendement « Mariani » – ainsi que de l'autorisation d'effectuer des statistiques ethniques, cette dernière disposition ayant été censurée par le Conseil constitutionnel).

En matière judiciaire, la loi sur la récidive d'août 2007, instaure des peines-plancher. Elle est complétée par la loi du 25 février 2008 relative à la rétention de sûreté qui est adoptée en procédure d'urgence (article 49-3) puis partiellement censurée par le Conseil constitutionnel).

Fin 2007, le service minimum dans les transports et les écoles est institué. Un service minimum d'accueil dans les établissements scolaires est imposé aux mairies, mais ce dispositif rencontre de nombreuses difficultés de mise en œuvre du fait de mauvaises volontés politique ou de réels problèmes d'organisation notamment dans les petites communes rurales[3] . À la fin de l'année 2007, est également votée la réforme des régimes spéciaux de retraite, visant à harmoniser les « principaux paramètres de ces régimes avec ceux de la fonction publique[4] ». Une franchise médicale sur les médicaments, les actes paramédicaux et les transports sanitaires entre en vigueur le [5]. En parallèle, Nicolas Sarkozy met en place le plan Alzheimer, doté de 1,6 milliard d'euros sur cinq ans[6].

Recevant le titre de chanoine honoraire de Saint-Jean-de-Latran le , Nicolas Sarkozy prononce un discours dans lequel il fait référence à l'encyclique Spe Salvi du pape Benoît XVI, rappelle les liens qui unissent la France et le Saint-Siège et appelle à une laïcité moins rigide, qu'il nomme « laïcité positive[7] ». Se définissant comme un catholique non-pratiquant, il est considéré comme le premier président de la Ve République à donner des signes publics de pratique religieuse : il a publié en 2004 un livre d'entretien avec un prêtre dominicain ; s'est affiché aux côtés de Monseigneur André Vingt-Trois ; s’est engagé, s’il est élu président de la République, à se retirer quelques jours dans un monastère ; est le premier président de la Ve République à se signer lors d'une cérémonie officielle — ce qu'il faisait déjà comme ministre d'Etat (2004-2007)[8],[9],[10],[11].

Après la défaite de la droite aux élections municipales et cantonales, Nicolas Sarkozy procède, le , à un remaniement ministériel, faisant entrer six nouveaux secrétaires d'État dans le gouvernement. Dans le même temps, il appelle à la création d'un « comité de liaison pour renforcer les liens à l'intérieur de la majorité et préparer les futures échéances politiques[12] » : le Comité de liaison de la majorité présidentielle voit officiellement le jour en juin de l'année suivante.

En , est lancée la première étape de la révision générale des politiques publiques (RGPP), qui a pour objectif la réforme de l'État, la baisse des dépenses publiques et l'amélioration des politiques publiques.

Nicolas Sarkozy aux côtés du général Georgelin, lors du défilé du .

La loi Chatel, qui doit favoriser la libre concurrence et la baisse des prix, et la loi de modernisation de l'économie (LME), qui crée notamment le statut d'auto-entrepreneur, sont adoptées en 2008. Au , l'INSEE comptabilise 320 019 demandes de création en auto-entrepreneur[13] et l'objectif d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires est atteint[14].

Conformément à ses engagements de campagne, Nicolas Sarkozy abaisse la TVA dans la restauration de 19,6 à 5,5 % pour favoriser l'emploi et relancer la consommation. En 2015, la Cour des comptes fait un bilan très mitigé de cette mesure, qu'elle considère comme « coûteuse pour les finances de l’État et inefficace économiquement »[15].

Une réforme de la Constitution est adoptée par le Congrès du Parlement le à deux voix de majorité[16]. Critiquée par une grande partie de l'opposition, elle limite notamment le nombre de mandats consécutifs du président de la République à deux, permet à celui-ci de pouvoir s'exprimer devant le Congrès, donne des pouvoirs supplémentaires au Parlement en matière législative et de contrôle, crée le poste de défenseur des droits.

Devant la crise financière mondiale qui commence en 2007 et menace l'économie française, il met en place, en , un plan de sauvetage des banques françaises, dans le but de « ne pas avoir à faire supporter aux Français le coût exorbitant qu’aurait une défaillance de tout le système bancaire ». Ce plan prévoit la garantie par l'État des prêts interbancaires à hauteur de 320 milliards d’euros et dans la limite de cinq ans, ainsi que la recapitalisation des banques en difficulté à hauteur de 40 milliards d’euros, Nicolas Sarkozy indiquant que « l’État ne laissera aucune banque faire faillite ». Dans un discours prononcé à Toulon, le , Nicolas Sarkozy déclare : « Au fond, c'est une certaine idée de la mondialisation qui s'achève avec la fin du capitalisme financier qui avait imposé sa logique à toute l'économie et avait contribué à la pervertir. L'idée de la toute-puissance du marché qui ne devait être contrarié par aucune règle, par aucune intervention politique, cette idée de la toute-puissance du marché était une idée folle. »[17] Décrit par le journaliste Franz-Olivier Giesbert comme un « opportuniste, assez étatiste, vaguement social et plutôt libéral », Nicolas Sarkozy ne pouvait selon lui « être pris de court par la crise financière, comme les idéologues à la Bush » et ne pouvait que retomber « sur un de ses pieds »[18].

Cette crise financière, la plus importante depuis 1929, entraîne un recul important de l'activité et une hausse considérable des endettements publics dans les pays industrialisés. Ainsi, en France, le chômage progresse de deux points entre fin 2007 et fin 2009. Pour relancer l'économie française, Nicolas Sarkozy annonce, en , un plan de relance d'un montant de 26 milliards d'euros, notamment pour assurer le financement des PME[19]. Après avoir atteint 10 % début 2010, le chômage baisse légèrement ou stagne sur les trois semestres suivants, la croissance s'améliorant en 2010. Le chômage repart ensuite à la hausse, et il y aura plus de 1 100 000 chômeurs en plus, toutes catégories confondues, sur l'ensemble du quinquennat[20].

À la suite des élections européennes de 2009, qui voient les listes de la majorité présidentielle (UMP-NC-LGM) arriver largement devant les autres listes, le gouvernement François Fillon II est remanié le  : huit membres du gouvernement quittent leurs fonctions, autant font leur entrée (l'« ouverture » est poursuivie, avec l'arrivée de Frédéric Mitterrand et Michel Mercier) et quatorze voient leurs attributions modifiées. Nicolas Sarkozy poursuit sa politique d'« ouverture » en nommant le divers gauche Michel Charasse membre du Conseil constitutionnel et le socialiste Didier Migaud à la présidence de la Cour des comptes en février 2010[21].

Début 2009, il annonce la création du Conseil de la création artistique, qu'il préside avec Christine Albanel, Marin Karmitz étant nommé délégué général. Cahiers du cinéma voit en cette organisation la manière d'infliger un camouflet au ministère de la Culture[22]. La même année, il annonce la création d'une « Maison de l’histoire de France ». Cette décision suscite le scepticisme chez plusieurs historiens, qui y voient une instrumentalisation de l'écriture de Histoire par le Politique[23]. Le montage administratif, le projet éditorial, les conséquences d'un tel projet sur les autres musées nationaux, font polémique[24]. Le projet est abandonné en 2012 par le gouvernement de gauche.

Le , la généralisation du revenu de solidarité active (RSA), qui remplace le RMI et l'API, est saluée par une partie de l'opposition[25].

À la suite de la tenue du Grenelle Environnement, ensemble de rencontres politiques, à l'automne 2007, la loi Grenelle I est définitivement adoptée le et promulguée le suivant. Il s'agit de mesures destinées à lutter contre le réchauffement climatique, pour la protection de la biodiversité et pour la réduction des pollutions. La loi Grenelle II, qui complète et applique la première, est votée en .

Nicolas Sarkozy prononçant un discours sur l'avenir des territoires ruraux, dans le Loir-et-Cher, le .

Un grand emprunt, préparé par la commission Juppé-Rocard, est lancé en 2010 sur les marchés financiers. Il doit permettre d'investir dans les secteurs de l'enseignement supérieur et de la formation, de la recherche, de industrie et des PME, du numérique et du développement durable. Sur les 35 milliards d'euros d'investissements, 22 milliards doivent être levés sur les marchés financiers et 13 milliards doivent provenir des aides remboursées à l'État par les banques à la suite du plan de sauvetage de 2008. Parmi les projets financés figure notamment la création du cluster technologique Paris-Saclay, au sud-ouest de la capitale, qui doit concentrer 350 000 emplois et 25 % de la recherche publique française en 2020[26].

Lors du sommet social du , alors que la dette publique de la France dépasse les 80 % du PIB, Nicolas Sarkozy annonce son intention de « redresser [les] finances publiques »[27]. Le suivant, à l'occasion du G20 de Toronto, il manifeste son opposition à un plan de rigueur sévère en France et en Allemagne, se prononçant pour des ajustements budgétaires « progressifs » à partir de 2011, avec « pas trop d'impôts », afin de ne pas stopper le début de reprise économique[28]. À la fin du mandat de Nicolas Sarkozy, la dette publique de la France aura finalement augmenté de 500 milliards d'euros[29].

Suivant une recommandation du Conseil constitutionnel, Nicolas Sarkozy annonce le le dépôt d'un projet de loi permettant aux anciens combattants africains de « bénéficier désormais des mêmes prestations de retraite que leurs frères d'armes français ». Cette mesure est saluée par les dirigeants de 13 anciennes colonies françaises en Afrique invités à l'Élysée[30].

Alors que le rapport de la Cour des comptes portant sur l'année 2008 jugeait « exorbitantes » certaines dépenses de l’Élysée, Nicolas Sarkozy propose plus de transparence[31]. Le , la Cour des comptes publie un rapport sur les comptes et la gestion des services de la présidence de la République , qui souligne « un sérieux effort », entre autres sur le coût des sondages[32],[33]. L'année suivante, en , la Cour des comptes constate que « la gestion des services de la présidence s'est améliorée de manière ininterrompue » de 2008 à 2010, tout en notant que d'autres économies sont encore possibles[34],[35].

Le président de la République présente, le , ses grands axes pour réorganiser la filière nucléaire française, qui avait manqué en décembre 2009 un important appel d'offres pour la construction de quatre réacteurs à Abou Dabi. S'inspirant des conclusions du rapport commandé à François Roussely, il annonce ainsi une coopération renforcée entre EDF et Areva. Dans le cadre de cet accord stratégique, l'éventualité d’une prise de participation d'EDF dans le capital d'Areva « sera examinée »[36].

Le , en déplacement à Grenoble, Nicolas Sarkozy annonce sa volonté de mettre en place un ensemble de mesures destinées à lutter contre la grande délinquance et les agressions contre les membres des forces de l'ordre. Ces mesures prévoient l'élargissement des possibilités de déchéance de la nationalité française aux personnes d'origine étrangère « qui porterait volontairement atteinte à la vie d'un policier, d'un gendarme, d'un militaire », l'acquisition de la nationalité par un mineur délinquant ne serait plus automatique au moment de sa majorité civile, l'extension des peines plancher « à toutes les formes de violences aggravées », ainsi qu'un débat au Parlement sur une peine de prison incompressible de trente ans pour les assassins de policiers ou de gendarmes[37]. Ce « discours de Grenoble » est suivi de nombreux éloignements de Roms en situation irrégulière, et lui attire de nombreuses critiques, dont celle de favoriser la montée du racisme en France[38]. Les mesures annoncées par Nicolas Sarkozy, sont traduites au niveau législatif en septembre 2010, par le dépôt de plusieurs amendements à la loi (Loppsi 2)[39].

Nicolas Sarkozy confie la gestion politique de la réforme des retraites, qui prévoit notamment le relèvement de l'âge légal de départ de 60 à 62 ans, au Premier ministre François Fillon, le ministre du Travail Éric Woerth étant considéré comme affaibli par l'affaire Woerth-Bettencourt[40]. Le , au lendemain d'une journée de mobilisation contre cette réforme, il annonce quelques aménagements, parmi lesquels la possibilité pour les personnes présentant un taux d'incapacité d'au moins 10 % (et non plus 20) de continuer à partir à la retraite dès 60 ans et l'aménagement des fins de carrière des salariés exposés à des facteurs de pénibilité[41].

Troisième gouvernement Fillon (novembre 2010 à mai 2012)[modifier | modifier le code]

À partir de décembre 2010, il collabore avec le prince Louis de Bourbon pour la réinhumation de la tête du roi Henri IV dans la nécropole royale de la Basilique Saint-Denis. Selon Jean-Pierre Babelon, Nicolas Sarkozy prévoit initialement une cérémonie pour mai 2012[42]. Cependant, la controverse autour de la relique et la campagne présidentielle repoussent la date de la célébration et le projet est ensuite abandonné par François Hollande[43].

Les élections cantonales de mars 2011 provoquent, dans 200 circonscriptions, des duels au second tour entre le FN et le PS, l'UMP étant éliminée au premier tour. Nicolas Sarkozy indique aux cadres de l'UMP une stratégie du « ni FN, ni PS », sans préciser explicitement l'abstention ou le vote blanc ou nul[44]. Un débat se crée alors dans la majorité présidentielle[45]. Une enquête TNS Sofres publiée après le second tour[46] indique que 49 % des sympathisants de droite des cantons concernés ont trouvé la consigne claire, avec une prise en compte effective dans 20 % des cas.

En août et , il demande au gouvernement de préparer deux plans d'économie, de successivement douze et sept milliards d'euros. Le premier prévoit, entre autres, l'instauration d'une taxe exceptionnelle sur les revenus fiscaux supérieurs à 500 000 euros par an, une modification de la taxation des plus-values immobilières, une hausse des prélèvements sociaux sur les revenus du capital[47], tandis que le second doit notamment permettre l'accélération du calendrier de transition vers l'âge de départ à la retraite à 62 ans, la mise en place d'un taux intermédiaire de TVA à 7 %, la désindexation partielle des prestations sociales, une réduction des dépenses de la Sécurité sociale et des ministères[48]. Certains observateurs, y compris dans son propre camp, considèrent qu'au début de sa présidence, les recettes de l'État ont baissé. Le rapport annuel 2010 de la Cour des comptes signale que « la perte potentielle pour l'État au titre de l'impôt sur les sociétés [s'élève] à 50 milliards fin 2009 ». Pour sa part, le rapporteur UMP de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, Gilles Carrez, la chiffre à 36 milliards[49],[50]. De son côté, le ministère de Budget indique que, pour 2011, les recettes sont en hausse, la part des dépenses publiques dans le PIB en baisse et que le déficit de l'État a été ramené de 7,1 % du PIB en 2010 à 5,2 %[51]. Selon le think tank de gauche Terra Nova, le quinquennat de Nicolas Sarkozy a été marqué par une augmentation sans précédent de la dette[52], indiquant que de 2007 à 2010, la dette des administrations publiques a connu une hausse de près de 50 %, passant de 1 100 milliards d’euros en 2007 à 1 700 milliards d'euros en 2011 et plus de 1 800 milliards d'euros en 2012. Selon la Cour des comptes, un tiers de l'accroissement de la dette est dû à la crise, le reste étant le fruit de choix politiques, notamment fiscaux avec la loi TEPA, votée en 2007[53]. Par ailleurs, de 2008 à 2011, en grande partie sous l'effet de la crise, le niveau de vie des 10 % les plus aisés de la population a progressé alors que celui des 30 % les plus pauvres a baissé, tandis que le nombre de pauvres est passé de 7,8 millions à 8,7 millions[54],[55],[56],[57].

Évolution de la popularité[modifier | modifier le code]

Manifestants contre Nicolas Sarkozy lors de la fête du Travail, le 1er mai 2007.

Au début de son quinquennat, Nicolas Sarkozy jouit d'une importante popularité, qui varie de 65 % à 70 % d'opinions positives[58]. À partir du second semestre 2007, son image s'effrite dans l'opinion en raison, selon plusieurs sondeurs, d'un style jugé trop « bling-bling »[59]. Dans le même temps, la cote de popularité de son Premier ministre, François Fillon, demeure à un niveau élevé, Nicolas Sarkozy gouvernant en « omniprésident » et prenant ainsi sur lui l'impopularité d'habitude réservée au chef du gouvernement. Cette situation atteint son paroxysme en mars 2010, lorsque Nicolas Sarkozy envisage de changer de Premier ministre ; après avoir envisagé de placer Jean-Louis Borloo à la tête du gouvernement, il renonce finalement à cette idée[60]. Au cours de l'année 2010, la courbe d'impopularité de Nicolas Sarkozy dépasse le seuil des 70 %[61]. À plusieurs reprises, le président revient à la politique intérieure et au « thème refuge » de l'insécurité afin de ressouder son électorat, d'après les commentateurs politiques[62].

Philip Gourevitch (en), journaliste pour le New York Times et observateur de la politique française, estime que « ce qui rebute les Français chez Nicolas Sarkozy, ce n'est pas tant sa politique que son style[63]. » Le « style » de Nicolas Sarkozy semble en effet être un élément important de sa baisse de popularité durant son quinquennat[64]. À titre d'exemple, les événements étant intervenus dans sa vie privée (le divorce avec son épouse Cécilia, son remariage avec Carla Bruni) ont pu embarrasser les personnes âgées, plus conservatrices et généralement soutien de la droite[64]. L'Encyclopædia Universalis note à ce propos que « le style présidentiel, se voulant résolument plus décontracté, moins guindé, voire un peu familier, a été discrètement corrigé après avoir franchi les limites du supportable aux yeux de l'opinion lors de certains voyages privés[65]. » Son interventionnisme en matière de politique étrangère, et notamment ses efforts pour sauver l'Union européenne de la crise, n'augmente pas durablement sa cote de confiance. L'impopularité du président apparaît progressivement comme s'étant cristallisée, en particulier à la suite des difficultés économiques de longue durée rencontrées à la suite de la crise financière[66].

Politique internationale[modifier | modifier le code]

En , le Time Magazine le classe au troisième rang des personnalités de l'année, juste derrière Barack Obama et Henry Paulson[67]. Il est également classé au troisième rang des personnalités les plus puissantes du monde pour l'année 2009 par le magazine Newsweek, après Barack Obama et Hu Jintao[68].

Interventionnisme[modifier | modifier le code]

Nicolas Sarkozy en compagnie de la chancelière allemande, Angela Merkel, le .

Les débuts de la politique internationale de Nicolas Sarkozy sont marqués par un interventionnisme prononcé.

Nicolas Sarkozy avait émis le souhait, durant sa campagne présidentielle, que la France prenne la défense des femmes, et notamment celle d'Íngrid Betancourt, otage des FARC en Colombie, et des infirmières bulgares prisonnières en Libye[réf. souhaitée]. Il finalise la libération des infirmières bulgares, sur laquelle la Commission européenne a travaillé plusieurs années, envoyant son épouse Cécilia les chercher. En possible contrepartie de cette libération, il signe, au lendemain de cette libération, une série de contrats avec Mouammar Kadhafi, qu'il reçoit par ailleurs au palais de l'Élysée en [69].

Au début du mois d', le président géorgien Mikheil Saakachvili lance une offensive militaire pour reprendre le contrôle de l'Ossétie du Sud, aux mains des séparatistes pro-russes. L'armée russe riposte, puis avance vers la capitale de la Géorgie, Tbilissi. Le , Nicolas Sarkozy se rend à Moscou pour faire cesser les combats, bien que le président américain George W. Bush le lui ait déconseillé. Il va ensuite à Tbilissi, où le président Saakachvili signe l'accord de paix formulé par Nicolas Sarkozy et Dmitri Medvedev, ce qui empêche selon les commentateurs l'annexion pure et simple de la Géorgie par la Russie. Dans Le Monde, Arnaud Leparmentier estime que le président français a fait preuve d'un « activisme inédit en Europe » et que la médiation aurait sans doute échoué « si les Français avaient travaillé dans les règles de l'art, convoquant d'abord une réunion de leurs ministres des Affaires étrangères, comme cela avait été initialement envisagé[70]. »

Défense[modifier | modifier le code]

Nicolas Sarkozy signant des traités de coopération dans les domaines de la défense et de la sécurité avec le Premier ministre anglais David Cameron, le .

Bien qu'il ait suggéré un retrait des troupes françaises présentes dans le cadre de la force internationale d'assistance et de sécurité sous l'égide de l'OTAN et mandaté par le Conseil de sécurité des Nations unies pendant la campagne électorale de 2005, Nicolas Sarkozy annonce en un renforcement des effectifs militaires français, précisant que « l'échec n'est pas une option »[71],[72].

Le , en visite à Kaboul, il déclare qu'« il faut savoir finir une guerre » et annonce le retrait d'un quart des effectifs français, soit un millier de soldats, d'ici fin 2012. Il confirme qu'en 2014, tous les soldats français seront partis d'Afghanistan[73].

En conformité avec le Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale de 2008, il réduit les effectifs de l'armée française et l'engagement militaire permanent en Afrique et ouvre avec l'Implantation militaire française aux Émirats arabes unis la première base militaire française à l'étranger depuis cinquante ans.

Annoncée fin 2008, la réintégration de la France dans le commandement intégré de l'OTAN devient effective en . Cette réintégration est critiquée par une partie de la classe politique française, qui dénonce un rapprochement avec les États-Unis et considère qu'il s'agit-là d'une trahison de l'héritage du général de Gaulle, tandis que la majorité présidentielle souligne les contreparties obtenues et estime que cette décision permet de mettre fin à une hypocrisie[74].

Politique africaine et méditerranéenne et moyen-orientale[modifier | modifier le code]

Dirigeants des pays du G8 à L'Aquila, le .

Quelques semaines après son élection, Nicolas Sarkozy effectue deux voyages en Afrique, l'un en Libye, l'autre en Afrique de l'Ouest. Il prononce notamment, en , un long discours[75] à l'Université Cheikh Anta Diop à Dakar. Dans ce discours, rédigé par Henri Guaino, le président français déclare notamment que la colonisation fut une faute tout en estimant que le problème principal de l'Afrique venait du fait que « l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire. […] Le problème de l'Afrique, c'est qu'elle vit trop le présent dans la nostalgie du paradis perdu de l'enfance[76]. » Ce discours suscite de nombreuses réactions en France et dans le monde[77],[78],[79]. Quelques mois après le discours de Dakar, il prononce un autre discours, à Constantine (Algérie), en , où il affirme que le « système colonial […] ne pouvait être vécu autrement que comme une entreprise d’asservissement et d’exploitation. »

Nicolas Sarkozy et le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, organisent la conférence de Paris, réunissant une vingtaine de pays[80], afin de relancer le processus sur le Darfour le . Bernard Kouchner lance l'idée d'un corridor humanitaire. À la suite de la réunion, la création d'une force hybride de 20 000 hommes devant être déployée au Darfour, force comportant des membres de l'Union africaine et de l'ONU, est annoncée[81]. Le , l'ONU approuve à l'unanimité l'envoi de troupes au Darfour[82].

Nicolas Sarkozy est réputé proche du Qatar[83], dont il utilise la médiation en 2007 lors de l'affaire des infirmières bulgares et qui aurait payé la rançon[84]. En 2008, il signe avec l'émirat arabe une convention fiscale qui fait de la France une destination accueillante pour les investissements qataris[84]. Elle exonère notamment la famille royale de tout impôt sur ses plus-values immobilières[83]. Selon l'universitaire Frédéric Pichon, c'est sur l'insistance du Qatar que Nicolas Sarkozy aurait invité Bachar el-Assad la même année au défilé du 14 juillet[84]. Toujours selon lui, lors de la première guerre civile libyenne, il fait fournir des armes au Qatar qui auraient ensuite été transmis aux groupes islamistes libyens[84].

L'Union pour la Méditerranée, qui compte 44 membres (dont les 27 membres de l'UE), est officiellement fondée le et est coprésidée par Nicolas Sarkozy. L'UPM est un projet d'union politique proposé aux pays riverains de la mer Méditerranée par le président français Nicolas Sarkozy qui fait le constat de l'échec du processus de Barcelone. Ce projet avait pour but de renforcer la coopération entre les pays des deux rives, dans les domaines de l'énergie, de l'environnement, de l'immigration, et d'amener Israël et les pays arabes à s'asseoir à la même table. Les promoteurs de l'UPM pensaient que la Turquie verrait ce projet comme une alternative à son adhésion à l'Union européenne. À la fin du mandat de Nicolas Sarkozy, il apparaît que l'UPM n'a pas atteint ses objectifs[85].

Selon Ajay Sookal, ancien avocat de la société d’armement française Thales, Nicolas Sarkozy aurait fait pression au moins à deux reprises sur le président sud-africain Jacob Zuma pour faire cesser l'enquête pour corruption concernant Thales[86].

Devant la crise politique qui suit l'élection présidentielle ivoirienne de 2010 (le président sortant Laurent Gbagbo et son adversaire Alassane Ouattara revendiquent tous deux la victoire), la France participe aux opérations de l'ONUCI visant à détruire les armes lourdes utilisées contre des civils par les partisans de Laurent Gbagbo. Celui-ci est arrêté le par les forces d'Alassane Ouattara, soutenues par l'ONUCI et la France.

En mars 2011, après avoir été critiqué pour sa lenteur à soutenir les révolutions tunisienne et égyptienne[87], Nicolas Sarkozy est au premier rang des chefs d'États demandant le départ du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, qui réprime violemment une révolte dans son pays. À la demande notamment de la France, la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies est adoptée, ce qui permet la création d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye, le gel des avoirs de Kadhafi, ainsi que « les mesures nécessaires » à la protection des civils. Nicolas Sarkozy annonce le le début d'une intervention militaire contre la Jamahiriya arabe libyenne, à laquelle la France participe. Les interventions de Nicolas Sarkozy, qui est par ailleurs le premier chef d'État à reconnaître le Conseil national de transition, sont saluées par une grande partie de la classe politique française[88]. Le , à la suite de la prise de Tripoli par les rebelles, il préside au palais de l'Élysée une conférence qui réunit les délégations de 63 pays et qui prévoit notamment la levée des avoirs libyens gelés[89]. Deux semaines plus tard, le , il se rend en Libye, en compagnie d'Alain Juppé, du Premier ministre anglais David Cameron et du philosophe Bernard-Henri Lévy[90] ; il dit, ce jour-là, sa « grande émotion » de venir dans une Libye « libérée », puis, devant une foule de plusieurs milliers de personnes réunies sur la place de la Liberté à Benghazi, il plaide pour une Libye unie et assure les Libyens du soutien de la France[91],[92].

À partir de 2011, le sud de la Libye devient une zone d'instabilité livrée aux trafiquants d'armes, également présents au Mali voisin[93] et aux groupes terroristes tels que AQMI[94]. Une deuxième guerre civile libyenne éclate en 2014 dans le nord de la Libye. En 2015, les anciens ministres Bernard Kouchner[95] et Michèle Alliot-Marie[96] se montrent critiques sur l'intervention en Libye et estiment que le départ des migrants de Libye était mieux contrôlé sous Kadhafi. Xavier Bertrand considère pour sa part que « la responsabilité de la communauté internationale est collective »[95]. Revenant en 2016 sur ces événements, Barack Obama explique l'attitude de Nicolas Sarkozy par sa volonté de se mettre en avant et critique son suivi des opérations[97],[98]. En 2016, la commission des affaires étrangères du Parlement britannique publie un rapport affirmant que l'intervention militaire « fut fondée sur des postulats erronés », que la menace d’un massacre de populations civiles a été « surévaluée » et que la coalition n'a pas « vérifié la menace réelle pour les civils » ; il estime également que les véritables motivations de Nicolas Sarkozy étaient de servir les intérêts français et d'« améliorer sa situation politique en France »[99].

Institutions internationales[modifier | modifier le code]

Nicolas Sarkozy tenant une conférence de presse lors du sommet du G8, le .

En 2007, Nicolas Sarkozy donne son accord à la candidature du socialiste Dominique Strauss-Kahn au poste de directeur général du Fonds monétaire international (FMI), puis le soutient personnellement durant sa campagne. L'appui à cette candidature est présenté comme une poursuite de la politique d'« ouverture ». Dominique Strauss-Kahn devient directeur général du FMI en .

À la suite de la démission de Dominique Strauss-Kahn, inculpé à New York pour agression sexuelle, Nicolas Sarkozy défend pour prendre la tête du FMI la candidature de Christine Lagarde, ministre française de l'Économie, notamment lors du sommet du G8 de Deauville[100]. La désignation de cette dernière est présentée comme un succès pour Nicolas Sarkozy, les médias considérant qu'il a, pour la deuxième fois, réussi à faire désigner le candidat de la France à la tête d'une des principales institutions mondiales[101].

En 2011, Nicolas Sarkozy préside le G20, qu'il a contribué à réunir pour la première fois, avec Gordon Brown, en [102].

Politique européenne[modifier | modifier le code]

Lors du sommet européen du 8 au présidé par l'Allemagne, Nicolas Sarkozy défend l'idée d'un « traité simplifié » entre les partenaires européens, reprenant en grande partie les articles du projet de constitution européenne, notamment la partie institutionnelle. Après de longues négociations, avec en particulier le président polonais Lech Kaczyński, ce projet est adopté le [103]. Le traité de Lisbonne est adopté par le Parlement français en et entre en application en .

De juillet à décembre 2008, la France assure la présidence du Conseil européen. Le Conseil européen des 15 et adopte le Pacte européen sur l'immigration et l'asile, proposé par Nicolas Sarkozy, et approuvé par le Conseil justice et affaires intérieures le . Ce texte prévoit « l'harmonisation des politiques d'asile et d'immigration » au sein de l'Union européenne et interdit les régularisations massives de sans-papiers.

Crises financière et économique[modifier | modifier le code]

Rencontre entre Nicolas Sarkozy et le président des États-Unis, Barack Obama, dans le bureau ovale, le .

En 2007, éclate une crise financière mondiale, conséquence d'un endettement privé excessif dû aux dérèglements du système financier américain. En , après la faillite de la banque Lehman Brothers, une réunion de l'Eurogroupe se tient au palais de l'Élysée. Les représentants de la zone euro et le Premier ministre britannique Gordon Brown mettent au point un plan qui mobilise près de 1 700 milliards d'euros sous forme de garanties et qui parvient à rassurer les marchés. L'action de Nicolas Sarkozy pendant cette période de crise est jugée déterminante. Martin Schulz, président du groupe socialiste au Parlement européen affirme qu'il a « bien agi et pris les mesures qui s'imposent »[104]. Pour Franz-Olivier Giesbert, il « a fait preuve, pendant cette période, d'un esprit de décision et d'une aptitude impressionnante à la négociation » et « a pris à cette occasion une dimension historique »[105].

Pour faire face à la crise de la dette publique grecque qui menace la stabilité financière de la zone euro, Nicolas Sarkozy contribue, en 2010, à la mise en place d'un plan d'aide UE-FMI à la Grèce de 110 milliards d'euros. Le président français plaide pour plus de gouvernance économique au niveau européen[106].

Lors de la réunion de l'Eurogroupe du , il participe à la négociation d'un second plan de sauvetage financier de la Grèce, de 158,6 milliards d'euros, dans le but d'alléger le poids du stock de dettes et de ses intérêts, en prévoyant notamment la contribution du secteur financier privé et le soutien à hauteur de 109 milliards d'euros de l'Union européenne et du FMI[107],[108]. Le , à la suite de la dégradation de la note des États-Unis par l'agence Standard & Poor's et de la baisse des bourses mondiales, il tient une réunion avec la chancelière allemande Angela Merkel, à l'issue de laquelle tous deux se prononcent pour « un véritable gouvernement de la zone euro », pour l'adoption par les 17 États membres de la zone euro, avant l'été 2012, de la « règle d'or » sur l'équilibre budgétaire et pour une taxe sur les transactions financières[109].

Le , Nicolas Sarkozy participe à Bruxelles à un sommet européen qui aboutit à un accord avec les banques créancières de la Grèce. Celles-ci devront effacer la moitié des dettes qu'elles détiennent en Grèce, ce qui permettra de réduire de 100 milliards d'euros (sur 350 milliards) la dette de ce pays. En échange, un accord est trouvé pour recapitaliser les banques qui en auraient besoin[110].

Cabinet[modifier | modifier le code]

Le secrétaire général de l'Élysée a été Claude Guéant, puis Xavier Musca. Le directeur de cabinet a été Emmanuelle Mignon, puis Christian Frémont.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La réforme universitaire : promesse rapidement tenue », Le Journal du dimanche, 20 juillet 2011.
  2. « Premiers résultats sur la mise en œuvre de la loi TEPA au mois d’octobre 2007 », communiqué sur le site de l'ACOSS, 20 décembre 2007.
  3. « sercie minimun d'accueil : bilan d'application », Sur le site www.prisme-asso.org du 11 octobre 2007.
  4. « La réforme des régimes spéciaux de retraite », Sur le site gouvernement.fr de mai 2011.
  5. « Franchises médicales : grand flou dans l'affectation des recettes », lemonde.fr, 13 juin 2008
  6. « 1,6 milliard d'euros pour le plan Alzheimer », Le Figaro, 1er février 2008.
  7. « Allocution de M. le Président de la République dans la salle de la signature du Palais de Latran » « Copie archivée » (version du 14 décembre 2009 sur l'Internet Archive) sur le site de l'Élysée, 20 décembre 2007
  8. Margaux Baralon, « François Fillon et le positionnement identitaire chrétien », sur Europe 1.fr, (consulté le 6 janvier 2017).
  9. Alex Lemarié, « Vidéos : les signes de croix de Sarkozy en public, pas la première foi(s)... », sur Le Post.fr, (consulté le 6 janvier 2017).
  10. À bon entendeur salut, Sarkozy est catholique et il prie, sur rue89.nouvelobs.com le 9 octobre 2010.
  11. « Un homme politique peut-il affirmer ses convictions religieuses ? », sur La Croix.com, (consulté le 10 janvier 2017).
  12. « Sarkozy pour un “comité de liaison” », Le Figaro, 9 avril 2008
  13. « Révision à la hausse du niveau d'activité enregistré par les auto-entrepreneurs qui se sont déclarés au cours du 1er semestre 2009 », edubourse.com, 26 janvier 2010.
  14. « La création d'entreprise a le vent en poupe en France »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), nouvelobs interactif, 21 janvier 2010.
  15. « la baisse de la TVA dans la restauration jugèe couteuse et peu efficace », Les Echos, 16 décembre 2015.
  16. « La réforme constitutionnelle est adoptée à deux voix près », La Croix, 21 juillet 2008.
  17. « Discours de M. le président de la République à Toulon »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), site de la présidence de la République, 25 septembre 2008.
  18. Franz-Olivier Giesbert, M. le Président : Scènes de la vie politique (2005-2011), Flammarion, 2011, p. 141.
  19. « 26 milliards d'euros de relance : priorité à l'investissement », Le Monde, 4 décembre 2008.
  20. Chômage : au bout de 3 ans de mandat, Hollande fait pire que Sarkozy, sur Le Figaro le 2 juillet 2015.
  21. « Charasse et Migaud cèdent aux sirènes de l'ouverture », La Tribune, .
  22. Les Cahiers du cinéma, « Les Hauts et le bas », Jean-Michel Frodon, mars 2009.
  23. QUEL MUSÉE D’HISTOIRE POUR LA FRANCE ? par Philippe Poirrier, sur policultures.fr
  24. Isabelle Backouche et Vincent Duclert, « L'histoire de France instrumentalisée ? », Atlantico, 8 mai 2011.
  25. « Opposition et majorité d’accord sur le RSA », Le Républicain lorrain.
  26. Vidéo sur YouTube.
  27. « Nicolas Sarkozy réfute tout plan de rigueur mais insiste sur la lutte contre le déficit », Les Échos, 11 mai 2010.
  28. « G20 : Sarkozy se place dans le camp d'Obama », Le Figaro, 26 juin 2010.
  29. « 500 milliards envolés en cinq ans... » sur lepoint.fr le 14 janvier 2012.
  30. « Retraite des anciens combattants africains: Sarkozy annonce l'“égalité parfaite” avec les Français » « Copie archivée » (version du 19 mai 2011 sur l'Internet Archive), Le Nouvel Observateur, 13 juillet 2010.
  31. « Dépenses de l'Élysée : le Canard Enchaîné révèle que les autres ministères continuent de payer en toute discrétion », http://www.politique.net/, 21 mai 2009.
  32. « L'Élysée assure poursuivre ses efforts d'économies » « Copie archivée » (version du 19 mai 2011 sur l'Internet Archive), Le Nouvel Observateur, 15 juillet 2010.
  33. « Budget de l'Élysée : les vertus de la transparence », Le Monde, 15 juillet 2010.
  34. [PDF] « Les comptes et la gestion des services de la Présidence de la République - exercice 2010 et bilan 2008-2010 », site de la Cour des comptes, juillet 2011.
  35. « Les dépenses hallucinantes de Sarkozy », impots-economie, 10 avril 2012.
  36. « EDF devient chef de file du nucléaire français », La Croix, 28 juillet 2010.
  37. « Sarkozy veut déchoir certains criminels de la nationalité », Le Figaro, 30 juillet 2010.
  38. Erich Inciyan, « La communauté internationale dénonce la France raciste de Sarkozy », Mediapart, 12 août 2010.
  39. « Le Sénat a adopté Loppsi 2 », Le Figaro, 10 septembre 2010.
  40. « Retraites: Fillon appelé à la rescousse », Le Figaro, 6 septembre 2010.
  41. « Retraites : Sarkozy avance sur la pénibilité », Le Figaro, 8 septembre 2010.
  42. http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2012/01/24/le-sort-de-la-tete-d-henri-iv-entre-les-mains-du-president,224461.php
  43. *Stéphane Gabet et Philippe Charlier, Henri IV, l'énigme du roi sans tête, La librairie Vuibert, février 2013, 155 pages, (ISBN 978-2-311-01367-2)
  44. Sarkozy confirme le "ni FN ni PS" au second tour des cantonales - Le Point, 21 mars 2011
  45. Polémique sur le FN : Sarkozy rappelle à l'ordre les ministres - Le Figaro, 23 mars 2011
  46. Cantonales 2011 : enquête auprès des habitants des cantons avec duels FN au 2d tour - TNS Sofres, 29 mars 2011
  47. « Fillon présente son plan de rigueur », Le Point, 24 août 2011.
  48. « Rigueur : Fillon expose le nouveau plan », Le Monde, 6 novembre 2011.
  49. « Impôt sur les sociétés : l'incertitude sur les recettes », Le Figaro, 26 juillet 2010.
  50. « 100 milliards de recettes perdues en 10 ans », lefigaro.fr,‎ (lire en ligne).
  51. « Le déficit public à 5,2 % du PIB en 2011 », budget.gouv.fr, 4 avril 2012.
  52. Matthieu Aron, « Existe-il une rigueur de gauche ? », France Inter (écouter en ligne)
  53. « "Un quinquennat à 500 milliards", les auteurs répondent aux questions des internautes », Le Point, 25 janvier 2012.
  54. « Les niveaux de vie en 2011 », sur insee.fr,
  55. « Niveau de vie : quand les inégalités se creusent encore », sur boursier.com,
  56. « En 2011, le niveau de vie médian s'élevait à 1.630 euros mensuels », sur latribune.fr,
  57. « La crise économique accroît les inégalités », insee.fr.
  58. Geoffroy Clavel, Nicolas Sarkozy, la fin d'un quinquennat d'impopularité, The Huffington Post, 14 mai 2012
  59. Nicolas Sarkozy, au-delà du bling-bling, vu par "The Guardian", Le Monde, 25 janvier 2012
  60. Nicolas Sarkozy, chronique d'un retour impossible ?, Thomas Guénolé (politologue), Edi8 - First Éditions, 2013, Chapitre 1: Nicolas Sarkozy veut revenir
  61. http://www.tns-sofres.com/dataviz?type=1&code_nom=sarkozy
  62. Nicolas Sarkozy , Damon Mayaffre, Presses de Sciences Po, 2013, chapitre "2010, le retour aux affaires domestiques"
  63. Philip Gourevitch (en), No exit: Nicolas Sarkozy - et la France - peuvent-ils trouver une issue à la crise européenne ? (Livre numérique - lire en ligne sur Google books)
  64. a et b Popularités présidentielles : plus dure sera la chute, Le Monde, 25 février 2008
  65. Bruno Dive, « Sarkozy Nicolas (1955-) », Encyclopædia Universalis lire en ligne, consulté le 28 juin 2014.
  66. Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, dit Nicolas Sarkozy, Larousse.fr
  67. « Obama “personnalité de l'année”… devant Sarkozy », Le Figaro, 17 décembre 2008
  68. (en) « The Story of Power », Newsweek, 20 décembre 2008
  69. Nouvel Obs - 25/02/2011 : Quand la Libye était à l'honneur en France
  70. Arnaud Leparmentier, « M. Sarkozy, l'UE et le guêpier georgien », Le Monde, 17 août 2008.
  71. « Sarkozy envisage l'envoi de renforts en Afghanistan », L'Express, 8 novembre 2007
  72. La guerre, c'est la paix, Le Canard enchaîné, no 4587, 24 septembre 2008
  73. « Sarkozy confirme le retrait de 1000 soldats d'Afghanistan », Le Figaro, 12 juillet 2011.
  74. « La France dans l'Otan : le PS s'oppose mollement, l'UMP approuve », La Tribune, 12 mars 2009.
  75. Texte de l'allocution sur elysee.fr
  76. ONU : Sarkozy accusé de légitimer intellectuellement le racisme, Rue89, 9 novembre 2007
  77. Philippe Bernard, « Le faux pas africain de Sarkozy », Le Monde, 24 août 2007
  78. Véronique Tadjo, « Sous nos yeux, l’Histoire se répète ! Nicolas Sarkozy, tel l’Européen conquérant, dit aux Africains ce qu’ils doivent penser » « Copie archivée » (version du 6 mai 2008 sur l'Internet Archive), Libération, 13 août 2007
  79. « Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy – Plusieurs écrivains africains se joignent à Raharimanana pour répondre au président français » « Copie archivée » (version du 21 octobre 2007 sur l'Internet Archive), Libération, 10 août 2007
  80. Sarkozy : le silence tue au Darfour « Copie archivée » (version du 27 juin 2007 sur l'Internet Archive) Sur le site lefigaro.fr
  81. Une petite lueur pour le Darfour, selon Kouchner « Copie archivée » (version du 27 juin 2007 sur l'Internet Archive) Sur le site lefigaro.fr
  82. « Kofi Annan rencontre Bachar al Assad à Damas »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Reuters sur le site lemonde.fr du 10 mars 2012
  83. a et b Sarkozy, le très cher ami du Qatar, liberation.fr, 6 février 2015
  84. a b c et d Frédéric Pichon, « La Ryalpolitique n'est pas une realpolitique », Conflits, no 8,‎ janvier-mars 2016, p. 24-25
  85. Tristan Quinault Maupoil, « À Tunis, Sarkozy tente de ressusciter l'Union pour la Méditerranée », lefigaro.fr, (consulté le 22 juillet 2015)
  86. « Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy impliqués dans un scandale de vente d’armes en Afrique du Sud », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)
  87. https://www.courrierinternational.com/article/2012/03/01/diplomatie-face-au-monde-arabe-la-farce-diplomatique
  88. « Libye, le coup d'éclat de Sarkozy ? », Le Journal du dimanche, 18 mars 2011.
  89. « Sarkozy appelle au “pardon” en Libye », Europe 1, 1er septembre 2011.
  90. « BHL, écrivain en première ligne », Madame Figaro, 21 novembre 2011.
  91. « Sarkozy acclamé à Benghazi », Le Journal du dimanche, 15 septembre 2011.
  92. « En Libye “libérée”, Sarkozy prend des accents gaulliens », 20 minutes, 15 septembre 2011.
  93. Libye : la foire aux armes Jeune Afrique, 20 avril 2011
  94. Samuel Laurent: «Le désert libyen est devenu un haut lieu de la contrebande et du terrorisme» RFI, Publié le 09-06-2013
  95. a et b Migrants : Kouchner et Le Foll attaquent également Sarkozy sur la LibyeLe Parisien, 24 avril 2015
  96. Michèle Alliot-Marie dresse un bilan sévère de l’intervention française en Libye Europe 1, le 15 mai 2015
  97. Libye : Obama critique Cameron et Sarkozy, lefigaro.fr, 11 mars 2016
  98. (en) The Obama Doctrine, theatlantic.com, 10 mars 2016
  99. « Royaume-Uni : un rapport parlementaire éreinte Sarkozy et Cameron pour l'intervention en Libye », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  100. « FMI : le lobbying de Nicolas Sarkozy pour Christine Lagarde », France Info, 26 mai 2011.
  101. « Double victoire pour Sarkozy », L'Alsace, 29 juin 2011.
  102. (en) The G-20 Summit: What’s It All About?, from the Brookings Institute
  103. Article du 20 Minutes faisant état du Traité
  104. « Nicolas Sarkozy raille les socialistes », Le Parisien, 22 octobre 2008.
  105. Franz-Olivier Giesbert, M. le Président : Scènes de la vie politique (2005-2011), Flammarion, 2011, p. 138.
  106. « Nicolas Sarkozy ressoude le couple franco-allemand », Le Figaro, 21 juillet 2011.
  107. « Un plan à triple détente pour calmer les marchés » « Copie archivée » (version du 23 juillet 2011 sur l'Internet Archive), Le Figaro, 21 juillet 2011.
  108. « Accord franco-allemand avant le sommet de la zone euro », Le Point, 21 juillet 2011.
  109. « Sarkozy et Merkel veulent un gouvernement pour l'Europe », Le Figaro, 16 août 2011.
  110. « Crise de la dette : accord à Bruxelles après 10 heures de négociations », Le Parisien, 26 octobre 2011.