Fiche S

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En France, une fiche S est une fiche signalétique du fichier des personnes recherchées. La lettre S est l'abréviation de « sûreté de l'État ». Les fiches S sont émises à 70 %[1] par la direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI)[2].

La fiche S est subdivisée en divers niveaux matérialisés par des numéros, qui vont de « S1 » à « S16 ». Ces niveaux correspondent aux actions à entreprendre pour le membre des forces de l’ordre qui contrôle cette personne.

En 2015, 850 combattants djihadistes revenant d’Irak ou de Syrie, dont 140 ayant résidé ou résidant encore en France sont fichés S14[3] sur plus de 20 000 fiches.

Historique[modifier | modifier le code]

Le fichage en France n'est pas nouveau. En 1942, à la demande du secrétaire général de la police du régime de Vichy René Bousquet, le Chef du gouvernement français Pierre Laval abroge les circulaires concernant le Carnet B (instrument principal de surveillance des « suspects », français ou étrangers, créé sous la Troisième République) et annonce la création d'une nouvelle liste nommée « Liste S » puis « Fichier S » (S pour « Sûreté de l’État »), l'ancêtre de la fiche S actuelle[4], qui est une des nombreuses catégories d’un fichier créé en 1969, le fichier des personnes recherchées (FPR)[5]. Le FPR compte une vingtaine de catégories comme :

  • « E » (police générale des étrangers) ;
  • « IT » (interdiction du territoire) ;
  • « R » (opposition à résidence en France) ;
  • « TE » (opposition à l’entrée en France) ;
  • « AL » (aliénés) ;
  • « M » (mineurs fugueurs) ;
  • « V » (évadés) ;
  • « S » (sûreté de l’État) ;
  • « J » et « PJ » (recherches de police judiciaire) ;
  • « T » (débiteurs envers le Trésor)…

La fiche « S » n’entraîne aucune action automatique de coercition à l’encontre d’une personne. Le fichier S est lui-même divisé en plusieurs sous-catégories comme la fiche S14 où figurent les djihadistes revenant d’Irak ou de Syrie[5]. D'autres faits de violence peuvent aussi faire l'objet d'un fichage. La durée de conservation d’une fiche S est de 2 ans, ensuite elle peut être renouvelée ou détruite si la personne fichée se fait oublier. Selon le quotidien Le Monde, près de 20 000 personnes sont fichées S dont près de 12 000 pour un lien avec l'islamisme radical[5].

Exploitation[modifier | modifier le code]

Utilisé pour « procéder à la surveillance de ceux sur lesquels ne repose aucune incrimination pénale, mais qui peuvent, par leur activité, représenter à un moment ou à un autre un risque de trouble à l'ordre public ou une atteinte à la sûreté de l’État », le fichier « S » est principalement alimenté par la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI)[6]. Les fiches sont classées en différents types matérialisés par des chiffres allant de « S1 » à « S16 ». Leur niveau ne correspond pas au classement de la « dangerosité » d’une personne, mais plutôt aux actions à entreprendre pour le membre des forces de l’ordre qui contrôle cette personne[6]. Le fichier « S » mélange les personnes condamnées, suspectes et innocentes[6]. Cette hétérogénéité soulève un débat sur l'utilisation des fiches : peut-on licencier de l'emploi public, soumettre à un suivi judiciaire (pointage plusieurs fois par jour au commissariat), voire emprisonner administrativement (c'est-à-dire préventivement) les personnes fichées mais seulement soupçonnées ou surveillées ?

Plusieurs responsables politiques[Qui ?] sont favorables à ces mesures, alors que d'autres craignent au contraire que les citoyens ne signalent plus leurs enfants et leurs proches.

L'ancien Premier ministre français Manuel Valls a affirmé le que 20 000 personnes faisaient l'objet d'une fiche S en France, dont 10 500 pour leur appartenance ou leurs liens supposés avec la mouvance islamiste (djihadistes, salafistesetc.)[7]. Au , 29 973 personnes feraient l'objet d'une fiche S[8].

Les autres personnes fichées S peuvent être des personnes liées à des mouvements terroristes (Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), la ligue liée à des mouvements tamouls, la branche militaire du Hezbollah[9]) comme des écologistes zadistes (comme des activistes contre le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes), des hooligans (supporteurs de football violents), des membres des Black blocs, membres d’ultra droite ou d'ultra gaucheetc. ou toute personne en lien avec elles de façon non fortuite.

En , le procureur de la République de Paris, François Molins, juge l'idée lancée par certaines personnalités politiques de placer en rétention les individus fichés « S » par les services de renseignement non envisageable : « Il ne peut y avoir de détention préventive en dehors d'une procédure pénale. C'est le socle de l'État de Droit. On ne peut pas détenir quelqu'un avant qu'il ait commis une infraction »[10]. De même Marc Trévidic, ancien juge antiterroriste, juge ce sujet « aberrant » : « Ficher S ça ne veut rien dire, on ne peut pas incarcérer des individus sans preuves, juste avec un nom sur une liste. Qui va décider du degré de radicalisation ? Je ne veux pas vivre dans un pays où on en mettra en prison quelqu'un parce que les services de renseignement auront mis son nom sur une liste »[11],[12].

En , le maire d'Évreux, Guy Lefrand, veut obtenir la liste des fichés S dans sa ville. Il en fait la demande au préfet de l'Eure[13]. En , Bernard Cazeneuve le refuse. Il déclare que les fichés S « sont surveillés et non judiciarisés, ce qui indique que leur dangerosité n'est pas avérée [...] la communication d'une fiche S est impossible pour des raisons juridiques [...] Cette confidentialité est aussi la condition de l'aboutissement des enquêtes »[14]. Il renouvelle une demande en ce sens en mars 2018 en réclamant la création d'un fichage « T »[réf. nécessaire].

D'après La Dépêche du Midi, il faut 20 fonctionnaires pour surveiller 24h/24 un fiché S jugé dangereux[15]. Sur les 20 000 personnes fichées, il en existe 4 000 comme étant sur le « haut du spectre ». Ils sont inscrits dans le fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT).

Le , après l'attaque du 12 mai 2018 à Paris par un fiché S, le Sénat crée un groupe de travail visant à « examiner les critères d'inscription au fichier des personnes recherchées, les moyens des services de renseignements, l'organisation de leurs fichiers et le lien entre fiche «S» et décision administrative ou judiciaire »[16].

Conséquences professionnelles d'une fiche S[modifier | modifier le code]

Dans l'éducation nationale[modifier | modifier le code]

Depuis , la liste des « fichés S » dans l'éducation est fournie au rectorat en vue d'une exclusion définitive. « Les informations nous sont automatiquement transmises par le ministère de l'Intérieur et notre réponse est simple : suspension immédiate et procédure disciplinaire engagée (…) en vue d'une exclusion définitive » selon Najat Vallaud-Belkacem. En , une dizaine de cas sont en cours de traitement[17].

Des lycéens ayant participé à l'occupation de leur lycée, le 22 mai 2018, pour protester contre le dispositif Parcoursup, seraient fichés pour atteinte à la sûreté de l’État[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Pillet, RAPPORT D’INFORMATION FAIT au nom de la commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d’administration générale (1) par le groupe de travail sur l’amélioration de l’efficacité des fiches S (2), Paris, Sénat, , 67 p. (lire en ligne)
  2. Geoffroy Clavel, « Fiches S des Renseignements : qui est dedans et pourquoi ils ne sont pas tous arrêtés », sur Le HuffPost, Le Huffington Post, (consulté le 30 juin 2020).
  3. « Police : comment fonctionne le fichier S », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le 30 juin 2020).
  4. Antoine Lefébure, Conversations secrètes pendant l'occupation, Tallandier, , p. 87.
  5. a b et c Samuel Laurent, « Terrorisme : qu’est-ce que la « fiche S » ? », sur Le Monde,
  6. a b et c « Qu'est-ce qu'une fiche "S"? », franceinter.fr, (consulté le 13 septembre 2016)
  7. « Valls : « 20 000 personnes font l'objet d'une fiche S en France » », sur Le Figaro.fr, (consulté le 10 décembre 2015) : « Le premier ministre Manuel Valls a affirmé ce mardi soir que 20 000 personnes faisaient l'objet d'une fiche dite "S" de renseignement en France dont 10 500 pour leur "appartenance ou leur lien avec la mouvance islamique". »
  8. « Rapport d'information sur l'amélioration de l'efficacité des fiches S - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 1er avril 2020)
  9. Jérémie Baruch et Pierre Breteau, « Qu’est-ce qu’une « fiche S » ? », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  10. « Emprisonner les fichés "S" : François Molins recadre sévèrement les candidats de droite », lesechos.fr, (consulté le 2 septembre 2016)
  11. Les sombres prédictions de l'ex-juge antiterroriste Marc Trévidic pour la France, L'Express, 15 septembre 2016.
  12. Léa Salamé Marc Trévidic : "Les femmes et les jeunes envoyés par Daesh sont là pour occuper le terrain", France inter, 15 septembre 2016.
  13. https://www.ouest-france.fr/normandie/evreux-le-maire-veut-connaitre-les-fiches-s-de-sa-ville-4458882
  14. franceinfo avec AFP, « Bernard Cazeneuve refuse de transmettre aux maires les noms des fichés S de leurs communes », sur Francetvinfo.fr, Franceinfo, (consulté le 30 juin 2020).
  15. Frédéric Abéla, « Près de 20 000 personnes radicalisées en France : le casse-tête des fichés S », sur ladepeche.fr, (consulté le 10 mai 2018)
  16. ats, « Le Sénat crée un groupe de travail sur les fiches «S» », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le 30 juin 2020).
  17. Le Figaro et AFP, AP, Reuters Agences, « Une dizaine d'enseignants fichés S suspendus de l'Éducation nationale », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  18. « Occupation du lycée Arago : les élèves fichés pour atteinte à la sûreté de l'État - Leurs avocats dénoncent un usage illégal des « fiches S » », sur lundimatin,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]