Bruno Bonnell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnell.
Bruno Bonnell
Naissance (56 ans)
Alger, Algérie
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession
Cofondateur d'Infogrames
ex-PDG de Atari
Cofondateur d'Infonie
Cofondateur de Game One TV
Fondateur de Robopolis
Président-fondateur d'Awabot
Partenaire du fond d'investissement Robolution Capital
Activité principale
Multi-entrepreneur spécialisé dans l’industrie du numérique
Distinctions
1995 : élu "Entrepreneur de l’année" par le Nouvel Économiste
1997 : Chevalier de l’Ordre National du Mérite
2015 : Colonel de réserve de l'Armée de l'Air

Bruno Bonnell est un entrepreneur français, cofondateur de la société Infogrames et ex-président des sociétés Infogrames puis Atari, né le à Alger. Il est depuis 2007 à la tête de Robopolis, société spécialisée dans la robotique personnelle. Spécialisé dans le domaine des technologies numériques, il a fondé deux sociétés spécialisées dans la robotique de service et un fonds d'investissement entièrement dédié à la robotique, Robolution Capital. Il est également Président du conseil d'administration d'EMLYON Business School. En 2015, il incarne le rôle du "patron" dans l’émission de téléréalité The Apprentice: qui décrochera le job ? diffusée sur M6.

Formations et débuts de carrière[modifier | modifier le code]

Né en 1958 à Alger[1], Bruno Bonnell y vit jusqu'à l'âge de huit ans lorsque sa famille d’origine catalane s'installe à Lyon. Il obtient son baccalauréat à l'âge de seize ans et entame des études de mathématiques supérieures quelque temps avant de poursuivre une formation d'ingénieur chimiste à CPE Lyon jusqu'en 1981. Il se tourne alors vers l'économie et devient titulaire d'une maîtrise d'économie appliquée à l'université Paris-Dauphine en 1982. Après son service militaire, il travaille dans une entreprise grenobloise Assistance Industrielle Dauphinoise[1] spécialisée dans les machines spéciales (irradiateurs et capteurs) pendant six mois. En 1983, il entre chez Thomson en tant qu'ingénieur d'affaires chargé du lancement et de la commercialisation dans l'Est, le Sud-Est et le Nord de la France du premier ordinateur du groupe, le TO7. Parallèlement il écrit en compagnie de son ami Christophe Sapet un livre Pratique de l’ordinateur familial[2] qui leur permet de constituer un capital de départ pour créer une société d'édition de logiciels.

Entreprenariat dans l’industrie du numérique[modifier | modifier le code]

De 1983 à 2000 : l’industrie vidéoludique[modifier | modifier le code]

Ainsi il crée avec Christophe Sapet la société Infogrames, première société d’édition de logiciels de loisirs, en juin 1983[3]. Thomas Schmider les rejoint en 1984. Infogrames sera cotée dès 1993[4] au second marché de la Bourse de Paris. Entre 1984 et 1999, la société rachète de nombreuses entreprises du secteur : CobraSoft[5], ERE Informatique, Philips Média Interactive, Accolade Inc, Gremlin Software, GT Interactive, devenant ainsi un des plus gros acteurs du secteur des jeux vidéo présent sur trois continents. En 2000 il rachète Hasbro Interactive[3] propriétaire de la marque Atari. Fin 2006, la cotation du titre Infogrames est suspendue quelques jours en raison d’une perte de valeur de 65% par rapport au début d’année[1]. Le , le conseil d'administration d'Infogrames décide du départ de Bruno Bonnell en tant que PDG[6]. Patrick Leleu le remplace à ce poste pendant huit mois, avant de céder sa place à l'américain David Gardner.

De 1995 à 1997 : Internet[modifier | modifier le code]

Avec la même équipe, il crée en 1995, le premier fournisseur d'accès Internet, Infonie[3], qui est la première introduction en bourse du nouveau marché.

De 2007 à nos jours : la robotique[modifier | modifier le code]

Depuis 2007, il est président-fondateur et administrateur de la société Robopolis[7], spécialisée dans la distribution de robotique de service et localisée à Villeurbanne. En 2011, il fonde AWAbot[8], entreprise spécialisée dans les robots de téléprésence. En 2013, il crée le premier fond d’investissement européen dédié à la robotique de service, Robolution Capital[9].

Relations avec les médias[modifier | modifier le code]

Bruno Bonnell est le créateur de la première chaîne de télévision consacrée aux jeux vidéo et aux arts numériques, Game One TV[3], lancée en 1998 en partenariat avec le groupe Canal +.

L’entrepreneur a également été choisi pour incarner « le patron » de l’émission «The Apprentice: qui décrochera le job ?»[10], produite par Endemol et diffusée à la rentrée 2015 sur M6. C'est notamment Donald Trump ou Alan Sugar qui tiennent ce rôle dans les versions américaine et britannique. 

Relations avec la politique[modifier | modifier le code]

En 2012, Nicole Bricq, ministre du Commerce Extérieur dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, l’a nommé en tant que fédérateur à l’export de la famille de produits « Mieux communiquer »[11]. Sa mission consiste alors à coordonner les opérations commerciales internationales englobant différentes sociétés françaises des filières du numérique, de l’image et des télécommunications. Il a été reconduit dans cette fonction par les ministres successifs Fleur Pellerin et Matthias  Fekl.

Un an plus tard, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, puis Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, le charge de l’élaboration et de la mise en place du plan « France Robot Initiative »[12], visant à définir la robotique comme un secteur de développement économique stratégique pour la France et faisant partie des 34 plans pour la Nouvelle France Industrielle

Autres mandats[modifier | modifier le code]

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie en français[modifier | modifier le code]

  • Pratique de l’ordinateur familial, Editions Radio, co-écrit avec Christophe Sapet, 1983
  • Viva la Robolution ! : Une nouvelle étape pour l’humanité, Paris, Éditions JC Lattes, coll. « Essais et documents »,‎ 2010, 297 p. (ISBN 9782709635370)
  • Blog Viva la Robolution !

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Hassen Haddouche, « Bruno Bonnell : le marchand de rêves », sur www.lyoncapitale.fr (consulté le 29 juillet 2015)
  2. « Bruno Bonnell : le patron qui ne se rend pas », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 27 juillet 2015)
  3. a, b, c, d, e et f « Bruno Bonnell : Tout savoir sur Bruno Bonnell, Co-fondateur d'Infogrames Entertainment et président-directeur-général de Robopolis », sur www.lsa-conso.fr (consulté le 29 juillet 2015)
  4. « La Financière Dassault entre au capital d'Infogrames Entertainment », sur lesechos.fr (consulté le 29 juillet 2015)
  5. « Infogrames (06-1983 - 05-2003) - Organisation - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 29 juillet 2015)
  6. « Bonnell quitte Infogrames » (consulté le 29 juillet 2015)
  7. Prisma Media, « Bruno Bonnell, Pdg de Robopolis : le retour gagnant de l’ami des robots », sur Capital.fr (consulté le 29 juillet 2015)
  8. « Les robots de téléprésence : stars d'Innorobo 2014 ? - H+ Magazine » (consulté le 29 juillet 2015)
  9. « Bruno Bonnell dégaine - enfin - son fonds robotique de service » (consulté le 29 juillet 2015)
  10. « Bruno Bonnell, figure de The Apprentice, télé-réalité de M6 » (consulté le 11 août 2015)
  11. « Filières porteuses à l’export : Bruno Bonnell fédère d’abord la famille « robotique » » (consulté le 11 août 2015)
  12. « La robotique, « un marché mondial très prometteur » », sur lemonde.fr,‎
  13. « M. Bruno BONNELL, Administrateur de APRIL sur DIRIGEANT.COM », sur dirigeant.societe.com (consulté le 29 juillet 2015)
  14. « Bruno Bonnell prend la présidence du Conseil d'Administration d'EM Lyon », sur lyon-entreprises.com,‎
  15. http://www.em-lyon.com/fr/emlyon-enseignement-entrepreneuriat/business-school/actualites-grande-ecole-management/Manuel/Bruno-Bonnell-elu-President-du-Conseil-d-Administration-d-EMLYON-Business-School
  16. « Bruno Bonnell, la tête dans les robots » (consulté le 29 juillet 2015)