Ordre du Soleil levant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ordre du Soleil levant
Ordre du Soleil levant
Décernée par Drapeau du Japon Japon
Type Ordre comportant six grades
Éligibilité Militaires et civils
Décerné pour Services rendus au Japon
Statut Toujours décernée
Chiffres
Date de création
Importance


Première classe


Deuxième classe

Troisième classe

Quatrième classe

Cinquième classe

Sixième classe
[1]
Septième classe

[1]
Huitième classe

L’ordre du Soleil levant (旭日章, Kyokujitsu shō?) est un ordre japonais établi en 1875 par l'empereur Meiji.

Cet ordre a été la première décoration créée par le gouvernement japonais. Il a été institué le par décret en Conseil d’État. Comportant à l'origine une classe unique, il a été réorganisé en neuf classes en 1888. Jusqu'à sa réforme en 2003, il était réservé aux hommes et constituait la plus haute distinction japonaise après l'ordre du Chrysanthème. Son équivalent féminin était l'ordre de la Couronne précieuse.

Décoration[modifier | modifier le code]

L'emblème est composé d'une étoile à 32 rayons émaillés de blanc au centre de laquelle se trouve un macaron de pâte de verre rouge. Il s'agit d'une évocation d'un soleil levant avec ses rayons de lumière, le nom du Japon se traduisant littéralement par « soleil levant ». La décoration est pendue à une bélière figurant le Kiri-mōn (桐紋), représentation figurée d'une inflorescence de paulownia impérial. Le nombre de fleurs sur la bélière dépend de la classe de la décoration. Le ruban est blanc liseré de rouge.

Port[modifier | modifier le code]

La première classe se porte en cordon avec une plaque sur le sein gauche. La deuxième classe se porte en sautoir avec la plaque. La troisième se porte en sautoir sans plaque. La quatrième classe se porte au sein gauche avec une rosette. La cinquième classe se porte à l'identique sans rosette. La décoration n'est plus qu'à moitié dorée. La sixième classe se porte à l'identique, la médaille étant seulement argentée. La septième classe ne comporte que la bélière. La huitième classe est une médaille de bronze non émaillée représentant le kiri-mōn. Ces deux dernières classes ont été supprimées en 2003.

Classe avec fleurs de Paulownia et réforme de 2003[modifier | modifier le code]

Lors de sa réorganisation en 1888, une classe exceptionnelle fut créée au sommet de la hiérarchie de l'ordre[2] : la première classe avec fleurs de Paulownia. Elle possédait une décoration et un cordon particuliers. La médaille comportait toujours un macaron de pâte de verre rouge, mais entouré de trente-deux rayons émaillés de rouge. Un second rang de rayons émaillés de blanc formait une croix à quatre branches entre lesquelles se trouvaient douze fleurs de paulownia impérial représentées de face. Une plaque identique était portée au sein gauche. La décoration était suspendue à un ruban rouge liseré de blanc par une bélière semblable à celle des autres classes.

Cette classe particulière a été séparée de l'ordre du Soleil levant en 2003 pour former un ordre distinct : celui des fleurs de Paulownia, qui se situe en ordre de préséance entre ceux du Chrysanthème et du Soleil levant. Dans le même temps, ce dernier, auparavant réservé aux hommes, a été ouvert aux femmes.

Rubans[modifier | modifier le code]

Ruban Classe Grade japonais Équivalence française
Première classe Grand cordon Grand croix
Deuxième classe Étoile d'or et d'argent Grand officier
Troisième classe Ruban d'or et collier d'argent Commandeur
Quatrième classe Ruban d'or et Rosette Officier
Cinquième classe Ruban d'or et d'argent Chevalier
Sixième classe Ruban d'argent
Septième classe (supprimé en 2003) Médaille des feuilles de Paulownia verte
Huitième classe (supprimé en 2003) Médaille des feuilles de Paulownia blanche

Titulaires[modifier | modifier le code]

1re classe spéciale : fleurs de Paulownia[modifier | modifier le code]

1re classe : grand cordon[modifier | modifier le code]

2e classe : grand officier[modifier | modifier le code]

3e classe : commandeur[modifier | modifier le code]

4e classe : officier[modifier | modifier le code]

5e classe : chevalier[modifier | modifier le code]

Classe inconnue[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Classe supprimée par la réforme de 2003
  2. (en) Cabinet du Japon, « Decorations and Medals in Japan » [« Médailles et décorations au Japon »], sur www8.cao.go.jp, (consulté le ).
  3. Ambassade du Japon.
  4. « Mohamed Nouri Jouini décoré du 2e plus haut grade de l’ordre japonais du Soleil Levant », sur businessnews.com.tn, (consulté le ).
  5. aurore Didier et gonzague quivron, « notice biographique de Jean-François Jarrige », paléorient, CNRS Éditions, vol. 41-1,‎ , p. 5-8 (lire en ligne, consulté le )
  6. « Remise des insignes de l’Ordre du Soleil Levant, Rayons d’Or en Sautoir à Monsieur Ambroise DUPONT, ancien sénateur du Calvados, ancien Vice-Président du groupe d’amitié France-Japon au Sénat, le 8 juillet 2015 | Ambassade du Japon en France », sur www.fr.emb-japan.go.jp (consulté le )
  7. (en) Trevor Williams, « Hank Aaron Receives Japanese Imperial Honor for Baseball Diplomacy », sur Global Atlanta, (consulté le )
  8. « Annonce des remises de décoration «Printemps 2018» », sur Ministry of Foreign Affairs of Japan (consulté le ).
  9. Jean-Marie Gavalda, « Le Japon accorde sa plus haute distinction au peintre Pierre Soulages », Midi libre,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. (ja) 中野文庫, « 勲一等旭日桐花大綬章受章者一覧 » [« Liste des récipiendaires de la première classe avec fleurs de Paulownia de l'ordre du Soleil levant »], sur Nakano library (中野文庫),‎ (consulté le ).
  11. (en) « War and Japan: The Non-Fiction Manga of Mizuki Shigeru » (consulté le )
  12. a et b Annonce des remises de décoration « Automne 2021 », Ambassade du Japon en France, 2021 (Consulté le 06/12/2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]