Désiré Barodet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Désiré Barodet
Désiré Barodet.jpg

Portrait photographique par Carjat.

Fonctions
Sénateur de la Troisième République (d)
-
Député
Seine
à partir du
Maire
Lyon
-
Biographie
Naissance

SermesseVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
(à 82 ans)
VincellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Claude-Désiré BarodetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Ancien cimetière de la Croix-Rousse - nov 2016 (10).JPG

Buste de Désiré Barodet sur sa tombe.

Claude-Désiré Barodet est un homme politique français, né le à Sermesse et mort le à Vincelles. Il personnifia l'anticléricalisme[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait satirique par Georges Lafosse, 1873.

Fils d’instituteur, Barodet effectue ses études au petit séminaire d’Autun, puis à l’École normale de Mâcon en et est nommé à Frébuans dans le Jura. Rapidement, il crée les premières cartes de géographie en relief, les premiers « cartons mobiles » pour l’acquisition de l’orthographe. Il est temporairement précepteur, gérant d’une usine chimique à Vernaison, agent d’assurances.

En , il est favorable aux idées nouvelles portées par la Révolution de février. Néanmoins, l’année suivante, il est convoqué par le ministre Falloux pour propagande républicaine, et révoqué. Il devient alors instituteur libre à Cuisery. Après le coup d'État du 2 décembre 1851, il rejoint Lyon où il milite aux côtés des républicains. Il y devient commerçant et rejoint la franc-maçonnerie. Il fréquente également un club républicain, le cercle de la Ruche où il rencontre Jacques-Louis Hénon.

Le , il fait partie du comité de Salut public lyonnais et est élu conseiller municipal de Lyon, puis nommé adjoint au maire par Hénon. À ce poste, il participe à la répression de la Commune de Lyon menée par Bakounine en , puis des mouvements communalistes qui naissent en soutien à la Commune de Paris. Il est à la tête de la délégation envoyée à Paris pour rencontrer Thiers et tenter de concilier la Commune de Paris et le gouvernement versaillais.

Le , à la mort de Hénon, il est élu maire de Lyon. Néanmoins son mandat est de courte durée. Le gouvernement d’Ordre moral supprime l’élection du maire par le conseil municipal et renvoie Barodet en , en même temps que la mairie centrale de Lyon est supprimée.

Le renvoi de Barodet scandalise les républicains et la législative partielle consécutive à la mort de François Clément Sauvage, à laquelle il est candidat prend la tournure d’un enjeu national. Il mène campagne contre le candidat du gouvernement, Charles de Rémusat, et devient, le , député de la Seine, où il est réélu six fois. Sa première élection a été très suivie car Adolphe Thiers avait engagé dans ce scrutin une forte valeur symbolique, l’amenant à démissionner ensuite au cours de la soirée du samedi, ce qui entraîne une forte activité à la Bourse de Paris, durant la journée de dimanche, sur le trottoir devant le palais Brongniart[2].

Ses discours enflamment l’Assemblée. En , il est l’auteur de la première proposition de loi sur l’instruction primaire gratuite, obligatoire et laïque, reprise par Jules Ferry en . En , il propose le principe de la publication des programmes et engagements électoraux des députés afin que chaque citoyen puisse vérifier si les engagements sont tenus ; cet ouvrage nommé « le Barodet » est toujours d’actualité à l’Assemblée Nationale. En 1896, il quitte la Chambre des députés pour le Sénat, où il reste jusqu’en .

Hommages[modifier | modifier le code]

Inhumation[modifier | modifier le code]

Ses obsèques se déroulent à Vincelles puis son inhumation a lieu au cimetière de la Croix-Rousse, à Lyon en présence d’Édouard Herriot. En 1908, à Paris, une partie de la rue d’Enfer prend son nom. En 1910, à Lyon, un monument est érigé sur sa tombe. En 1931, 2 plaques sont déposées dans le Jura, l’une à Frébuans à l’école (son 1er poste d’instituteur) rue Désiré-Barodet, l’autre à Vincelles à l’entrée de la mairie.

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]