Hospices civils de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir HCL.
Hospices civils de Lyon
Image illustrative de l'article Hospices civils de Lyon
Image illustrative de l'article Hospices civils de Lyon
Carte d'implantation des établissements
Présentation
Coordonnées 45° 45′ 39″ nord, 4° 49′ 53″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Lyon (Région Rhône-Alpes)
Adresse 3 Quai des Célestins, 69002, Lyon (Siège)
Fondation 18 janvier 1802
Site web http://www.chu-lyon.fr
Organisation
Type Centre Hospitalier Universitaire
Affiliation Université Lyon 1
Services
Service d’urgences Oui
Nombre de lits 5 362
Direction Directrice Générale : Catherine Geindre
Président de la CME : Pr. Olivier Claris
Président du conseil de surveillance : Gérard Collomb
Collaborateurs 23 000
Spécialité(s) Médecine, Chirurgie, Gynéco-obstétrique, Neurologie, Cardiologie, Gériatrie, Pédiatrie
Géolocalisation sur la carte : France

Les hospices civils de Lyon (ou HCL), créés le , sont le 2e centre hospitalier universitaire de France. Ils comptent 13 établissements hospitaliers dans l'agglomération lyonnaise et un dans le var.

En 2014, le produit annuel d'exploitation des HCL est de 1.7 milliard d'euros[1] ; ils sont le premier employeur de Rhône-Alpes[réf. nécessaire] (23 000 professionnels dont plus de 5 000 professionnels médicaux) et le plus grand propriétaire de terrains du Grand Lyon avec 850 000 m2 de patrimoine[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Innovations médicales[modifier | modifier le code]

Néphrologie et transplantation rénale[modifier | modifier le code]

En 1965 à l'hôpital de l'Antiquaille, les Professeurs Jules Traeger et Jean Perrin réalisent la première greffe française d'un rein prélevé sur donneur décédé[3]. En 2013 à l'hôpital Édouard Herriot, le Dr Sébastien Crouzet, urologue, réalise la première ablation partielle d’un rein à travers le nombril[4]. Cette première mondiale sera suivie d'une deuxième, la même année, avec une néphrectomie robotique vaginale en ambulatoire réalisée au Centre hospitalier Lyon Sud par le Pr Philippe Paparel, chirurgien urologue et Pr François Golfier, chirurgien gynécologue[5].

Greffe de main et des avant-bras[modifier | modifier le code]

Entre 1998 et 2000 à l'hôpital Édouard Herriot, les Prs Dubernard et Owen réalisent la première greffe de main au monde (1998). En 2000 le Pr Dubernard, assisté de 18 chirurgiens et 50 soignants, réalise la première double greffe des mains et avant-bras après 17 heures d'intervention.

Déficit immunitaire et « enfants bulle »[modifier | modifier le code]

Afin de corriger le déficit immunitaire de ses patients, le Pr Touraine et son équipe réalisent entre 1974 et 1988, une série d'interventions : première greffe du thymus en France (1974), première greffe mondiale de cellules souches du foie fœtal sur nouveau-né (1976) puis in utero (1988).

L'organisation des HCL[modifier | modifier le code]

Les hospices civils de Lyon rassemblent des établissements de santé organisés en groupements ainsi que des services transversaux organisés en pôles. Les HCL possèdent également plusieurs instances décisionnelles ou consultatives comme le conseil de surveillance, présidé par le maire de Lyon, Gérard Collomb.

La mise en œuvre des pôles d'activité médicale au sein des HCL est réalisé en 2007[6].

Politique pharmaceutique[modifier | modifier le code]

Dans un contexte de contrainte budgétaire, les Hospices civils de Lyon ont décidé de mettre en place le système dit de « Kanban», ou système plein-vide pour la gestion des dispositifs médicaux stériles. Le déploiement a débuté en 2005 et se poursuit encore en 2016. « Cette réorganisation pharmaceutique d'ampleur a été menée par une équipe projet constituée de compétences en logistique et pharmacie. En lien avec les différentes directions d'établissement et fonctionnelles, elle était suivie en comité de pilotage »[7].

Hôpitaux[modifier | modifier le code]

Groupement Hospitalier Nord[modifier | modifier le code]

Groupement Hospitalier Sud[modifier | modifier le code]

Groupement Hospitalier Est[modifier | modifier le code]

Groupement Hospitalier Centre[modifier | modifier le code]

Hors groupement[modifier | modifier le code]

Le logo des Hospices civils de Lyon, qui symbolise un microscope, à l'entrée de l'hôpital Édouard Herriot

Directions et services support[modifier | modifier le code]

La direction et service se compose de la manière suivante[8]:

Pôle métier[modifier | modifier le code]

  • Direction du personnel et des affaires sociales
  • Direction centrale des soins
  • Direction des affaires médicales
  • Direction des affaires domaniales
  • Direction des affaires juridiques
  • Département prévention et sécurité générale
  • Documentation centrale
  • Missions relations internationales
  • Missions Veille et sécurité sanitaire
  • Mission culture, patrimoine et Musée des HCL

Pôle Efficience et performance[modifier | modifier le code]

Pole de la stratégie institutionnelle[modifier | modifier le code]

  • Direction de la recherche clinique et de l'innovation
  • Direction de l'organisation de la qualité et des relations aux usagers
  • Direction de la stratégie

Offre de soins[modifier | modifier le code]

Soins de courte durée[modifier | modifier le code]

En 2014, 68,2 % des patients pris en charge dans les établissements des HCL pour des soins de courte durée étaient des résidents du département du Rhône[9].

Soins de suites et de réadaptation[modifier | modifier le code]

Les HCL ont accueilli 5 765 patients en SSR pour un total de 45 226 séjour-semaine.

Soins de longue durée et EHPAD[modifier | modifier le code]

Les SLD et hébergements en EHPAD représentent 170 000 journée en 2014.

Urgences[modifier | modifier le code]

Au total, en 2014, les services d'urgence ont enregistrés plus de 264 000 passages sur l'ensemble des sites. L'Hôpital Édouard Herriot représente à lui seul un peu plus de 106 000 passages.

Activité Médico-technique[modifier | modifier le code]

Les HCL ont réalisé plus de 13 millions d'actes de laboratoires et un demi-million d'actes d'imageries en 2014. Fin 2015, le secteur de l'imagerie a fait l'objet d'un projet d'optimisation du parc d'équipement avec la signature d'un partenariat de douze ans avec l'entreprise Philips[10].

Le personnel des Hospices civils de Lyon[modifier | modifier le code]

Répartition du personnel[modifier | modifier le code]

En 2016, 23 000 professionnels travaillent aux hospices civils de Lyon[7]

En 2014 la classification de la masse salariale en équivalent temps plein pour le personnel non médical était la suivante[11]:

Filière professionnelle ETP
Personnel Administratifs 2 087.70
Personnels de soins 10 566.94
Personnels éducatifs 133.49
Personnel Médico techniques 1 273.65
Personnels Techniques 2 791.03

Liste des Directeurs Généraux[modifier | modifier le code]

C'est en 1947 que le Conseil d'Administration des Hospice Civils de Lyon étudie la création du poste de Directeur Général, fonction de coordination jusqu'alors remplie par le Secrétaire Général. Ce n'est qu'en 1950 que le Conseil d'Administration du 26 juillet élit le premier Directeur Général des HCL.

Louis Veyret (1951-1976)[12]

Maurice Rochaix (1976-1984)[13]

Christian Dutreil (1984-1991)

Claude Baptiste (1991-1999)

François Grateau (1999-2003)

Benoît Leclercq (2003-2006)

Paul Castel (2007-2011)[14]

Daniel Moinard (10 janvier 2011-1er novembre 2012)

Dominique Deroubaix (21 décembre 2012- 27 avril 2017)[15]

Catherine Geindre (en poste depuis le 2 mai 2017)[16]

Évolution de l'identité visuelle des HCL[modifier | modifier le code]

Le blason des HCL, encore visible aujourd'hui sur de nombreuses façades d'immeubles lyonnais est utilisé jusqu'en 1986, notamment pour illustrer le Journal des Hospices Civils de Lyon. Le blason se décrit ainsi: « écartelé : aux 4 de 1 de gueules, au lion d’argent cousu d’azur, chargé de trois fleurs de lys d’or (Lyon) ; au 2 d’azur, à la Vierge de pitié d’argent (Grand Hôtel-Dieu de Lyon) ; au 3 de sable, à la Charité d’or »[17].

Les Hospices Civils de Lyon possèdent un logo depuis 1986[18]. Ce dernier représente un microscope constitué des trois lettres HCL.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie générale[modifier | modifier le code]

Histoire des Hospices civils de Lyon[modifier | modifier le code]

  • Alain Bouchet (dir.), René Mornex et Danielle Gimenez, Les Hospices civils de Lyon : Histoire de leurs hôpitaux, Lyon, Éditions lyonnaises d'Art et d'Histoire, , 2e éd., 208 p. (ISBN 2-84147-131-4)
  • Olivier Faure, Genèse de l'hôpital moderne, les Hospices civils de Lyon de 1802 à 1845, Presses universitaires de Lyon, , 272 p.
  • René Mornex, Bernard Ducouret et Olivier Faure, L'Antiquaille de Lyon: Histoire d'un hôpital, Éditions Lieux Dits, , 174 p. (ISBN 2-914528-06-X)
  • Les hôpitaux dans la guerre, Paris, Éditions Le Cherche midi, , 245 p. (ISBN 978-2-7491-1239-8)
  • Colette Vaganey Tempere, Médecine de la Belle Époque à nos jours dans le lyonnais, Éditions Horvath, 1987, 173 pages (ISBN 2-7171-0484-4)
  • Fondation Marcel Mérieux, La médecine à Lyon : des origines à nos jours, Paris, Éditions Hervas, , 540 p. (ISBN 2-903118-31-0)

Ouvrages sur le patrimoine immobilier[modifier | modifier le code]

  • J. -E. Brizon, Les maisons des HCL ; historique, gestion et charges, Mâcon,
  • M. Chevalier, « L'urbanisation de la rive gauche à Lyon dans la deuxième moitié du XIXe siècle », Bulletin du centre d'histoire économique et sociale de la région lyonnaise, no 4,‎ , p. 5-37

Ouvrages sur la vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Activité et chiffres clés du CHU de Lyon, Données financières », sur www.chu-lyon.fr (consulté le 4 mars 2016)
  2. « Les 600 millions des Hospices », sur lepoint.fr,
  3. Annie Crouzet, Hôpitaux de Lyon, 15 siècles de médecines, Lyon, Le progrès, 2011 p. (ISBN 978-2-918756-05-7), p. L'homme meccano, pages 42-43
  4. « Cancer : un rein partiellement retiré par le nombril à l’aide d’un robot », sur http://www.reseau-chu.org/, (consulté le 9 mars 2016)
  5. « 1ère mondiale : l'ablation d’un rein par chirurgie robotique en ambulatoire », sur Reseau-chu.org, (consulté le 9 mars 2016)
  6. Vincent Kauffmann, « Pôles d'activité médicale et contractualisation aux Hospices Civils de Lyon : Bilan et perspectives. », Journal de gestion et d'économie médicales, vol. 26, no 6,‎ , p. 351-359 (DOI 10.3917/jgem.086.0351)
  7. a et b Philippe Goffinet et Michèle Ribero, « Déploiement du système plein-vide aux Hospices civils de Lyon : Regard du chef de projet issu de l'industrie », Techniques hospitalières,‎ , p. 755
  8. « Présentation des HCL, Organisation », sur www.chu-lyon.fr (consulté le 8 février 2016)
  9. « Présentation des HCL, Activité et chiffres clés du CHU de Lyon », sur www.chu-lyon.fr (consulté le 4 mars 2016)
  10. « Communiqués et dossiers de presse, Première en France : Les Hospices Civils de Lyon concluent un partenariat d'une durée de 12 ans avec Philips pour leur parc d'équipements en imagerie », sur www.chu-lyon.fr (consulté le 4 mars 2016)
  11. « Rapport d'activité des Hospices Civils de Lyon », sur http://www.chu-lyon.fr, (consulté le 8 mars 2016)
  12. Tonic no 100, deux siècles au service des malades, Lyon, Hospices Civils de Lyon, 160 p., p. Le personnel du corps de direction, p. 155-160
  13. « Maurice Rochaix s’est éteint », sur Leprogres.fr, (consulté le 9 mars 2016)
  14. « Paul Castel nommé directeur général des HCL », sur hospimedia.fr, (consulté le 9 mars 2016)
  15. « Décret du 21 décembre 2012 portant nomination du directeur général des hospices civils de Lyon - M. DEROUBAIX (Dominique) », sur https://www.legifrance.gouv.fr, (consulté le 18 mai 2017)
  16. « Décret du 27 avril 2017 portant cessation de fonctions de la directrice générale de l'Assistance publique-hôpitaux de Marseille et nomination de la directrice générale des hospices civils de Lyon - Mme GEINDRE (Catherine) », sur https://www.legifrance.gouv.fr, (consulté le 18 mai 2017)
  17. « Guichet du savoir », sur guichetdusavoir.org, (consulté le 18 mars 2016)
  18. « Tout beau, tout logo », Tonic, no 42,‎ , p. 4-5 (ISSN 0399-4724)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]