Affaire Benalla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benalla.

L'affaire Benalla est une affaire judiciaire et politico-médiatique française. Alexandre Benalla, chargé de mission, coordinateur de différents services lors des déplacements officiels et privés du président de la République, Emmanuel Macron, est accusé d'avoir violenté un couple de personnes et usurpé la fonction de policier lors d'une des manifestations du à Paris. La scène, filmée par plusieurs témoins et diffusée sur les réseaux sociaux, n'est médiatisée que le , lorsque le quotidien Le Monde publie un article identifiant Alexandre Benalla. L'Élysée indique que celui-ci a été mis à pied pendant quinze jours en mai, avec rétrogradation et sans que des poursuites judiciaires soient déclenchées. Il lui est également reproché, par des vidéos dévoilées au mois de juillet, d'avoir participé le même jour à une autre interpellation au Jardin des plantes.

Le , au lendemain des révélations du Monde, le parquet ouvre une enquête préliminaire pour « violences par personne chargée d'une mission de service public », « usurpation de fonctions » et « usurpation de signes réservés à l'autorité publique ». Alexandre Benalla est peu après placé en garde à vue et mis en examen, notamment pour « violences en réunion », « immixtion dans l’exercice d’une fonction publique en accomplissant des actes réservés à l’autorité publique » et « recel de détournement d’images issues d’un système de vidéo protection ». Une procédure de licenciement est également engagée par l’Élysée contre lui. Trois officiers de police, soupçonnés d'avoir transmis illégalement des images de vidéosurveillance à Alexandre Benalla, sont dans le même temps suspendus, puis mis en examen.

Le doute des partis d'opposition et de certains médias sur la réalité des sanctions et la communication controversée de l’exécutif amplifient la polémique, qui atteint un niveau international. Les partis d'opposition, rejoints par une partie des médias, reprochent au cabinet présidentiel de ne pas avoir signalé les faits au procureur de la République de Paris, s'étonnent de ce qu'ils considèrent comme des privilèges accordés sans justification apparente à Alexandre Benalla et évoquent une police parallèle. Ce dernier possédant un badge d'accès de très haut niveau à l'Assemblée nationale, une possible violation du principe de séparation des pouvoirs est évoquée par des parlementaires de l'opposition. Cette affaire met également en lumière des dysfonctionnements au niveau de l'Élysée, ce que reconnaît Emmanuel Macron lors d'une réunion organisée le au palais de l'Élysée.

Certains estiment que cette affaire fait l'objet d'une dramatisation médiatique excessive et ne peut être qualifiée d'affaire d'État. Néanmoins, les commissions des Lois du Sénat et de l'Assemblée nationale obtiennent les prérogatives d'une commission d'enquête parlementaire sur cette affaire et procèdent notamment à des auditions publiques de plusieurs responsables, notamment le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, le préfet de police de Paris Michel Delpuech, le directeur de l'ordre public et de la circulation de la préfecture de police (PP), Alain Gibelin. La commission du Sénat auditionne également des cadres de la présidence de la République, comme le directeur du cabinet présidentiel, Patrick Strzoda, et le secrétaire général de l'Élysée, Alexis Kohler, ainsi que des responsables syndicaux, ou encore le chef du GSPR, Lionel Lavergne. Cette affaire conduit à la suspension des débats – devenus particulièrement houleux – sur le projet de loi de révision constitutionnelle.

Sommaire

Contexte[modifier | modifier le code]

Lors des manifestations parisiennes du , un groupe d'environ 1 200 personnes provoque d'importantes dégradations et cherche à en découdre avec les forces de l'ordre. Ces évènements ont conduit à l'arrestation de 283 personnes[1]. À la suite de ces manifestations, les syndicats policiers ont dénoncé la passivité de leur hiérarchie face aux Black Blocs[2].

Déroulement des faits[modifier | modifier le code]

La place de la Contrescarpe à Paris, lieu des faits allégués.

Alexandre Benalla, chargé de mission à l'Élysée et à ce titre coordinateur des déplacements officiels et privés du président de la République, reçoit, d'après Le Monde[3], un SMS, le , du contrôleur général Laurent Simonin, chef-adjoint de l'état-major de la Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) de la préfecture de police indiquant : « Le premier mai verra se dérouler une manifestation importante avec un black bloc en tête de cortège [...] Je te propose de participer sur le terrain au service avec une des unités d’intervention en tant qu’observateur [...] Tu m’avais indiqué être intéressé [...] Il faudrait juste que tu préviennes Yann Drouet de ta venue pour que le préfet de police soit au courant ». Selon le rapport de l'IGPN, Alexandre Benalla avait « évoqué son souhait d'assister à un service d'ordre à l'occasion d'un évènement de voie publique de grande ampleur, à Paris auprès de M. Gibelin, directeur de l’ordre public et de la circulation, et M. Simonin chef d’état-major adjoint »[4]. D'après ces échanges de textos, Laurent Simonin organise ensuite le prêt d'équipements de protection pour Alexandre Benalla, notamment le casque, ainsi que sa mise en contact avec son accompagnateur, le major de police Philippe Mizerski[3],[5]. Selon l'IGPN, le chargé de mission de l'Élysée aurait dit disposer des autorisations nécessaires de la préfecture à Laurent Simonin, qui l'aurait cru. Celui-ci n'aurait pas vérifié auprès de sa hiérarchie, ni n'aurait prévenu cette dernière de la venue d'Alexandre Benalla le 1er mai[6],[7].

Sur la place de la Contrescarpe[modifier | modifier le code]

Le , vers 18 h, dans le 5e arrondissement de Paris, des policiers d'une compagnie républicaine de sécurité se retirent de la place de la Contrescarpe, accompagnés d'Alexandre Benalla et Vincent Crase (gendarme réserviste chargé de sécurité à LREM), encadrés par le major Philippe Mizerski, attaché à la Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) de la Préfecture de police de Paris. Alexandre Benalla est équipé d’un casque à visière des forces de l'ordre, et dans un premier temps d'un brassard de police. Selon l'IGPN[4], « sont rassemblées sur la place entre 60 et 80 personnes pour un « apéro post manifestation », et parmi lesquelles sont identifiés certains des membres du black bloc qui avaient commis des dégradations sur le boulevard de l’Hôpital plus tôt dans l’après midi ». Le rassemblement est organisé notamment par le site Paris-luttes et le Comité d'action interlycéen et les collectifs interfacs[8],[9], et est relayé par le syndicat étudiant UNEF et par La France insoumise[10]. Des incidents faisant intervenir les forces de l'ordre sont signalés sur la place à partir de 12 h 40[11]. Vincent Crase, en jeans, porte des lunettes noires relevées sur le crâne. Peu avant 20 heures[8], un jeune couple, un homme et une femme, selon leur avocat « des passants qui venaient prendre un verre et assister à une manifestation et voulaient voir à quoi ressemblait une charge de CRS », s'en prennent aux forces de l'ordre[12],[13] : l'homme leur lance une carafe d’eau, puis dans le récit de leur avocat, la femme leur lance un objet dont elle dira ne pas se rappeler ce qu'il était[14], puis elle leur adresse un bras d'honneur[14]. Alexandre Benalla livre au Monde une version sensiblement différente : « La fille essaie de saisir une table, elle n’y arrive pas, elle jette une chaise. Son copain se met au milieu de la place, il jette une bouteille, qui arrive sur la tête d’un CRS. Elle reprend des bouteilles, ça arrive sur l’épaule d’un CRS, elle fait des bras d’honneur… On les voit sur la vidéo, elle est hystérique et lui aussi »[15].

Vincent Crase désigne le couple à Alexandre Benalla[12]. Avec l'aide des CRS, celui-ci attrape la femme, et l'entraîne en la maintenant par le cou dans une rue et la contraint, en pratiquant un balayage, et aidé par Philippe Mizerski, à s'asseoir sur le trottoir[16]. Pour l'IGPN : « Alexandre Benalla, se détache alors, poussant énergiquement une jeune femme. Il la tient ainsi qu’y procèdent [sic] traditionnellement les policiers interpellateurs sans lui porter de coups[4]. » Pendant ce temps, Vincent Crase, assisté des CRS, maîtrise l'homme qui est ensuite frappé par des CRS, trainé au sol, puis immobilisé aux pieds de Vincent Crase. Revenu sur la place, cette fois sans brassard de police, Alexandre Benalla le relève, et s'en prend à lui avec force par des gestes violents différemment interprétés : « coups de poing », « de pied » ou « coups d'immobilisation » selon les médias ou témoins[12],[17],[18],[19],[20],[21],[22],[23]. Selon Alexandre Benalla lors d'une interview sur TF1 le 28 juillet, « si on est très honnête, si on regarde la vidéo, il y a des gestes qui sont vigoureux, mais il n'y a aucun coup qui est porté par moi sur le manifestant », ce dont doutent plusieurs observateurs[24],[25],[26],[27].

Dans son rapport d'enquête, l'IGPN indique voir « un jeune homme tiré par les CRS, qui l’empoignent par les pieds et les bras et le maintiennent au sol. L’homme identifié comme étant Alexandre Benalla accourt et empoigne très vivement l’individu qui tente de résister. Alexandre Benalla cherche à le tirer sur le côté en adoptant un geste d’étranglement arrière. Il l’agrippe par son blouson et porte la paume ouverte de sa main sur sa tête afin de le maîtriser, l’homme se maintenant au sol »[4].

Pendant toute cette séquence, le major Philippe Mizerski est resté passif[28],[29]. D'après le rapport de l'IGPN il n'a pas osé intervenir car il « ne concevait de faire la moindre observation à celui qui était, à ses yeux, un personnage de première importance ». Pour la même raison, il s'était « gardé de faire la moindre remarque » à Alexandre Benalla concernant son brassard de police[6],[7],[30].

Un peu plus tard, une unité de CRS procède à l'interpellation du couple, apparemment à la demande d'Alexandre Benalla, menant l'homme à subir des coups par plusieurs CRS[31],[32],[33]. Le couple est finalement remis à la Brigade d'information de la voie publique (BIVP) et dirigé vers le poste de police de la rue de l'Évangile.

Des affrontements violents entre manifestants et policiers se poursuivent dans le 5e arrondissement de Paris jusqu'à environ 23 heures, avec la présence de Black blocs[8].

Au Jardin des plantes[modifier | modifier le code]

Les faits reprochés à Alexandre Benalla et Vincent Crase au Jardin des plantes de Paris le , aux environs de 16 h, ne sont évoqués qu'à partir du 27 juillet 2018.

Tandis qu'un groupe de manifestants enclenche le mouvement de quitter le défilé principal par une allée du jardin, trois personnes apparaissent devant eux, de face. Parmi eux, se trouve Vincent Crase, qui arrête leur progression et leur indique une direction avec sa main. Alexandre Benalla et Philippe Mizerski se tiennent derrière lui. Une jeune femme du groupe est prise à partie et crie soudainement. Deux manifestants affirment le 28 juillet que des violences ont été commises à ce moment et annoncent alors qu'ils portent plainte[34],[35]. Cette scène serait en rapport avec une seconde, qui se déroule quelques instants plus tard, filmée par une tierce personne. Plusieurs CRS en formation avancent en ligne sur une grande allée ensablée : dans leurs rangs, se trouvent deux hommes identifiés comme Alexandre Benalla et Vincent Crase. Ces deux hommes tiennent par les bras une troisième personne, qu'ils encadrent et restreignent dans ses mouvements[36]. Une autre photo publiée le montre la même scène où Vincent Crase, accompagné de Philippe Mizerski et Alexandre Benalla, agrippe un manifestant qui crie[37]. Selon l'auteur de la photo, tandis que des casseurs jettent des projectiles par-dessus les grilles du jardin, un policier désigne un jeune homme aux gants rouges et lance « il nous a caillassés, lui ! ». Il est alors saisi par Vincent Crase et Alexandre Benalla. Le photographe affirme que c'est ce dernier qui fait une clé de bras au manifestant pour le maîtriser[38].

Plusieurs vidéos[modifier | modifier le code]

Avant la révélation médiatique de l'affaire[modifier | modifier le code]

Un militant de La France insoumise (FI), Taha Bouhafs, assiste à la scène, la filme et diffuse le jour même cette vidéo sur les réseaux sociaux[18],[39],[40]. Elle est alors visionnée quelques dizaines de milliers de fois. Taha Bouhafs publie le des photos d'Alexandre Benalla dans d'autres manifestations en émettant l'hypothèse qu'il s'agit d'un policier[41]. On voit sur la vidéo des CRS qui maintiennent au sol un jeune homme. Vincent Crase est à côté d'eux. Alexandre Benalla arrive alors dans le champ de la vidéo, il relève le jeune homme et le frappe « à plusieurs reprises »[4],[42],[43],[44],[45],[46],[47],[48],[49]. Son pied heurte le ventre du manifestant (ou le thorax, selon certains médias[50]) sans qu'il soit possible, selon Europe 1, de déterminer si cela est volontaire[42],[51],[52] (sur ces images ni brassard[51] ni talkie-walkie ne sont visibles). C'est cette vidéo dont les services de l'État ont eu connaissance les et . Cette vidéo est alors peu relayée par les médias. Elle est toutefois transmise par voie anonyme le 3 mai, à 2 h 13, sur une plateforme de signalement de l'IGPN. Elle est visionnée par trois agents du service d'inspection, lesquels ne jugent cependant pas nécessaire d'y donner suite[11]. Selon Éric Morvan, directeur général de la Police nationale, cette vidéo est prise sous un angle ne permettant pas de mettre en évidence des violences avérées. Pour la directrice de l'IGPN, Marie-France Monéger-Guyimarc'h, la vidéo ne fait pas apparaître de violences illégitimes (bien qu'il soit noté des gestes « mal maîtrisés ») partant de l'hypothèse que les actes étaient effectués par un représentant des forces de l'ordre (ce que n'était pas Alexandre Benalla)[11].

Après la révélation de l'affaire[modifier | modifier le code]

Une seconde vidéo est filmée par Nicolas Lescaut et postée le . Il est lui aussi un militant de la France insoumise[53]. Ce film n'est connu des médias et des autorités que le et présente la même scène où les deux personnes sont frappées, sous un autre angle de vue[54].

Une troisième vidéo montre qu'il s'agit, là encore, des deux mêmes individus des rangs des forces de l'ordre qui font reculer, puis qui forcent à s'asseoir par terre cette femme, en fait compagne du jeune homme agressé dans les premières images; cette nouvelle vidéo a été diffusée le [55],[56].

Une quatrième vidéo montre Alexandre Benalla en prise avec le jeune homme sous un autre angle. Selon France Info, on y voit Alexandre Benalla « lui asséner un violent coup de pied sur le thorax »[21].

Une cinquième vidéo publiée le par Mediapart complète la troisième vidéo. Dans celle-ci, il est possible de reconnaître Alexandre Benalla. Il semble demander à une unité de CRS l'interpellation de l'homme, chose qui sera effective quelques instants plus tard et qui conduira ce dernier à subir des coups de leur part[31].

Le , Libération publie une sixième vidéo, montrant les évènements antérieurs à l'interpellation, où l'on peut apercevoir le couple en question procédant aux jets de deux objets et à un bras d'honneur en direction des CRS, contexte utilisé par Alexandre Benalla pour justifier son intervention[12],[57]. On y aperçoit aussi Philippe Mizerski, en retrait et détaché de son rôle d'encadrement d'Alexandre Benalla et de Vincent Crase[58].

Libération publie une autre vidéo, le , montrant Alexandre Benalla et Vincent Crase accompagnés de Philippe Mizerski au niveau du Jardin des plantes, situé dans le 5e arrondissement de Paris. Elle date de l'après-midi donc plusieurs heures avant les incidents filmés de la place de la Contrescarpe. Cette vidéo montre un groupe de manifestants qui tente de quitter le défilé principal par une allée du jardin. Vincent Crase, filmé de face, indique au groupe une direction par sa main. Une jeune femme est ensuite entendue, criant fort, et les images deviennent floues. D'après ses déclarations, la vidéo aurait été supprimée par un fonctionnaire mais la jeune femme aurait pu la récupérer sur la carte mémoire à l'aide d'un logiciel dédié[34],[35]. Deux manifestants, qui ont porté plainte, affirment que des violences ont été commises[59],[60], et le journal Libération estime que cet évènement démontre qu'Alexandre Benalla et Vincent Crase se sont comportés comme des policiers avant la scène de la place de la Contrescarpe[34]. Selon l'avocat d'Alexandre Benalla, celui-ci « ne fait strictement rien à cet endroit et sur personne »[61].

Le 30 juillet, France Info et Mediapart publient conjointement une vidéo faite, elle aussi, au Jardin des plantes durant l'après-midi[62] Plusieurs CRS se trouvent en formation et longent en ligne une grande allée ensablée, sous les yeux de plusieurs dizaines de témoins, pour la plupart des manifestants qui ont quitté le cortège. Deux hommes, l'un massif avec une capuche blanche rabattue sur la tête, l'autre plus chétif, tiennent à bout de bras une troisième personne qu'ils encadrent et limitent dans sa locomotion. Ces deux hommes« ressemblent fortement à Alexandre Benalla et Vincent Crase » d'après leurs vêtements, carrures et positionnement avec les CRS. En effet, des photos prises à la Contrescarpe sont présentées à la suite de la vidéo et permettent de les reconnaître[36].

Vidéosurveillance[modifier | modifier le code]

Lors de son entretien du 26 juillet 2018 au Monde, Alexandre Benalla explique qu'après le début de l'affaire, le 18 juillet, une personne lui a remis un CD contenant des images de vidéosurveillance montrant les évènements du 1er mai, estimant que ces images pouvaient « l'aider pour se défendre ». Alexandre Benalla affirme avoir remis ce CD à un « conseiller communication » de l'Élysée[63]. D'après une enquête de BFM TV, il s'agit d'Ismaël Emelien, conseiller politique d'Emmanuel Macron[64]. Selon la version de l'Élysée, le chef du cabinet présidentiel Patrick Strzoda a alors des doutes sur l'origine de l'enregistrement et le fait parvenir à la préfecture. Il est alors établi qu'il est illégal qu'Alexandre Benalla soit entré en possession de ces images. Toujours selon la version de l'Élysée, ce dernier fait alors l'objet d'une procédure de licenciement par Patrick Strzoda. De plus, un signalement est effectué auprès de la justice[65].

Dans la nuit du 18 au 19 juillet, des captures d'écran de la vidéo surveillance (donc des images dont la détention ou le partage sont illégaux) ont été diffusées par des comptes Twitter soutiens d'Emmanuel Macron, notamment celles où on voit les manifestants qui seront molestés par Alexandre Benalla jeter des projectiles en direction des CRS[65].

Début de l'affaire[modifier | modifier le code]

Cette dénonciation de ce qui s'apparente à des violences policières ne trouve aucun écho dans la presse jusqu'au , où l’affaire médiatique éclate lorsque Ariane Chemin en une du Monde révèle que l'homme à la visière, jusque-là non identifié, et qui a brutalisé le couple, est Alexandre Benalla, chargé de mission au sein du cabinet du chef de l’État. On apprend également qu'il est accompagné par Vincent Crase, salarié de LREM[66], gendarme réserviste (chef d'escadron) et collaborateur occasionnel de l'Élysée, équipés comme s'ils étaient des policiers en civil. Tous deux sont encadrés par un troisième homme, identifié comme étant Philippe Mizerski, membre de l'état-major de la Direction de l'ordre public et de la circulation[67] et chargé de l'encadrement des deux hommes, couverts et entourés par les CRS[2].

Alexandre Benalla[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Alexandre Benalla naît le à Évreux[68]. Il passe son enfance dans la ZUP de la Madeleine, quartier périphérique dit « sensible »[69]. Sa famille est originaire du Maroc[69]. Il développe très jeune un goût pour la sécurité. Il sollicite et obtient en 2006, à l'âge de 14 ans, lorsqu'il est en troisième, un stage d'observation de trois jours auprès du Service de protection des hautes personnalités[70],[71]. Il effectue ses études secondaires au lycée Augustin-Fresnel à Bernay (Eure), où il est interne. Il joue au rugby dans l’équipe UNSS de Fresnel[72]. En 2009, il s'inscrit en licence de droit à l'université de Rouen-Normandie et valide celle-ci en 2013. Cette même année, il s'inscrit dans un master en administration, spécialité « sécurité publique » à l'école de droit de Clermont-Ferrand, mais ne valide que le master 1[73].

En 2010, il effectue une formation de gendarme de réserve citoyenne à Melun, sous l’autorité du commandant de peloton Sébastien Lecornu, devenu par la suite secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire dans le gouvernement Édouard Philippe[74],[75].

Formé à la sécurité politique par Éric Plumer, responsable national du service d'ordre du Parti socialiste[76] (qui le décrit comme étant « calme », « posé » et « très sérieux »[77]), il est, à partir de 2010, membre du Mouvement des jeunes socialistes, puis il travaille à partir de 2011 pour le service d'ordre du parti, même s'il y exerce des responsabilités plus subalternes que celles que pourraient, selon certains journalistes, laisser entendre plus tard son CV[70]. Des responsables socialistes contactés par L'Obs affirment qu'Alexandre Benalla n'a en réalité pas été affecté à la sécurité de Martine Aubry lors de la primaire citoyenne de 2011. Au contraire, selon Le Dauphiné libéré ou encore Le Vif/L'Express, sa présence auprès d'elle à cette époque est attestée par des photos[78],[75]. Les mêmes responsables affirment qu'il n'a pas non plus été affecté à la sécurité du candidat François Hollande lors de l’élection présidentielle de 2012, mais qu'il a bien été chauffeur d'Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif. Ce dernier affirme l'avoir licencié après qu'il a provoqué un accident de voiture en sa présence et voulu prendre la fuite[20]. Le magazine people Closer donne cependant une autre explication au licenciement[79],[80].

L'Institut national des hautes études de la Sécurité et de la Justice est situé dans l'enceinte de l'École militaire, à Paris.

De 2013 à 2015, Alexandre Benalla est en relation avec l'avocat Karim Achoui, sans devenir son « garde du corps »[81]. Il sollicite en 2013, en 2016 et en 2017, au moment de la présidentielle, un permis de port d'armes auprès du ministère de l'Intérieur, qui à chaque fois le lui refuse[82],[83], car « il ne remplissait pas les conditions requises : l’exposition à des risques exceptionnels d’atteinte à sa vie »[84]. Le refus du ministère au printemps 2017 serait motivé, selon Libération, par les témoignages recueillis auprès du Service de la protection, où les policiers le décrivent comme un « Rambo »[83],[85], qui est d'ailleurs son surnom au siège de campagne d'En marche[77],[86]. Il obtient finalement le permis de port d'armes de la préfecture de police le , une fois en poste à l'Élysée, suite à une demande du directeur de cabinet Patrick Strzoda[87].

En mars 2015, Alexandre Benalla participe à une formation de l'Institut national des hautes études de la Sécurité et de la Justice lors d'une session régionale « jeunes » Île-de-France[88]. En juillet 2016, il devient « conseiller chargé des jeunes et de la banlieue » auprès de Jean-Marc Mormeck, le délégué interministériel pour l'égalité des chances des Français d'outre-mer[89]. Il est titulaire dans ce cadre d'un passeport de service, délivré le 29 août 2016[90].

Campagne d'Emmanuel Macron[modifier | modifier le code]

Alexandre Benalla se rapproche de plus en plus visiblement d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle de celui-ci. Selon Le Canard enchaîné, il menace le 16 novembre 2016 le gérant d'une salle louée par En marche en lui faisant croire qu'il est armé, alors que l'homme lui refusait l'entrée du bâtiment au titre qu'il n'a aucun poste officiel au sein du mouvement[91].

Le , trois semaines après l'annonce de la candidature d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle de 2017, il est engagé comme responsable sécurité d'En marche afin d'officialiser sa situation[91] et se charge notamment de protéger le candidat lors des meetings et autres déplacements de campagne[92],[93]. Pendant cette campagne, il s'entoure d'un groupe de militaires, surnommé la « bande d'Alexandre » et comprenant Christian Guédon, Pierre-Yves Baratier et Vincent Crase. D'après Le Monde, ce groupe forme une « équipe soudée qui ne quitte jamais le sillage » du candidat[94].

Chargé de mission à l'Élysée[modifier | modifier le code]

Après la victoire de ce dernier, il intègre l'Élysée en qualité de chargé de mission dans le cabinet présidentiel dirigé par le préfet Patrick Strzoda, devient l'un des dix adjoints du chef de cabinet François-Xavier Lauch, où il joue un rôle de coordination entre les différents services chargés de la sécurité du président[95]. Selon Le Monde, Alexandre Benalla traite « d’égal à égal » avec les hommes du GSPR (policiers et gendarmes)[94]. Selon l'Élysée, Alexandre Benalla s'occupait de faire l'interface entre le cabinet présidentiel et différents services de sécurité. Ce poste n'avait jamais existé auparavant, et Le Parisien qualifie Benalla de « chargé de mission pas tout à fait comme les autres, omniprésent lors des déplacements du président, y compris lors des visites privées »[95]. Selon 20 Minutes, Alexandre Benalla est « toujours placé au plus près du Président, parfois plus proche encore que les fonctionnaires chargés de sa sécurité ». Jean-Pierre Diot, ancien garde du corps de Nicolas Sarkozy, estime que le positionnement d'Alexandre Benalla visible sur des photos proche du président est celui « d’un membre du GSPR chargé d’évacuer le président en cas de crise »[96]. D'après le porte parole du gouvernement, Alexandre Benalla « est présent physiquement mais c'est la police et la gendarmerie qui assurent depuis le premier jour de la présence d'Emmanuel Macron à l'Élysée sa sécurité » ; selon lui, Alexandre Benalla « participe au dispositif mais il n'en assure pas la responsabilité » [97]. Le directeur de cabinet Patrick Strzoda affirme, lors de son audition sous serment à la commission des Lois du Sénat, qu'une autre chargée de mission, adjointe au chef de cabinet, était elle aussi chargée des déplacements de la présidence[11]. C'est également ce que déclare sous serment le colonel Lionel Lavergne à cette même commission[11].

D'après Le Point, en juin 2017 Alexandre Benalla constitue au sein du GSPR un groupe chargé de protéger les sorties privées du président, lorsqu'il va au restaurant par exemple. Selon l'hebdomadaire, cette équipe « parallèle », dirigée par Alexandre Benalla, est composée de 10 policiers et quatre gendarmes[98]. D'après Le Parisien, l'information est « confirmée par un syndicat de police qui raconte avoir été directement contacté par Benalla à propos de la création de ce petit détachement »[95]. Lors de son audition sous serment devant la commission d'enquête parlementaire, le colonel Lionel Lavergne, chef du GSPR, donne une version qui contredit en tout point cette affirmation. Il insiste sur le fait que « M. Benalla n'a joué aucun rôle dans le recrutement et la composition du GSPR ». Il déclare également qu'« il n’y a pas d'officine ou de police parallèle à l'Élysée »[99] ; selon lui, Alexandre Benalla n'avait « aucune autorité sur les services de sécurité », « n'occupait aucune fonction de protection du président de la République », « ne dirigeait pas le GSPR et ne se substituait pas non plus au préfet »[99], et son oreillette, visible lorsqu'il est proche du président, ne lui permet pas d'accéder aux fréquences du GSPR[100]. Son rôle, selon le colonel, était celui de « chef d'orchestre, sous l'autorité du chef de cabinet » pour l'organisation des déplacements présidentiels, et il précise que le chargé de mission était « quelqu'un de contrôlé, il était dévoué, disponible, réactif, opérationnel dans son métier d’organisation. Nous entretenions d'excellentes relations sur le plan humain »[100]. Lors de son audition sous serment, le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, affirme également qu'il n'existe pas de police parallèle, et qu'Alexandre Benalla « n'a jamais été en charge de la protection du président de la République »[101].

Selon Europe 1 et l'AFP, les déclarations du commissaire Maxence Creusat lors de sa garde à vue, mis en examen dans l'affaire Benalla avec deux autres policiers, offrent une version différente de celle du secrétaire général de l'Élysée. Dans le cadre de sa défense devant les policiers, le commissaire affirme notamment : « Pour nous, Monsieur Benalla [représentait] Emmanuel Macron pour tous les sujets de sécurité » et il donne des exemples précis où le président de la République faisait part de ses volontés en matière de sécurité en appelant directement Alexandre Benalla au téléphone alors que ce dernier était avec les chefs de la DOPC et du GSPR sur un service d'ordre[102],[103]. Lors de son audition sous serment devant le Sénat, Yves Lefebvre, secrétaire général du syndicat de la Police nationale Unité SGP Police-Force Ouvrière, déclare tenir de sources sûres qu'il « semblerait manifestement qu’au sein du groupe de sécurité de la police de la République (GSPR), nous avions un groupe de personnels hors police et hors gendarmerie, (…) qui étaient des civils, des privés », et il ajoute : « ces gens-là n'ont aucune habilitation, ce ne sont ni plus ni moins que des vigiles qui étaient employés manifestement par Monsieur Benalla, dans le cadre de la protection de la présidence de la République »[104],[105],[106].

Le chef du GSPR Lionel Lavergne évoque lors de son audition un projet de réorganisation de la sécurité du président de la République. Il indique que ce projet porte sur le rapprochement du GSPR, chargé de la sécurité à l'extérieur du palais de l'Élysée, et le commandement, chargé de l'intérieur, mais il précise que « cette réorganisation, pilotée par le général Eric Bio-Farina et dont je suis le copilote, n'a absolument pas pour but de créer une officine privée de garde prétorienne. Le but n'est pas de faire une fusion mais de créer une synergie entre les services. Elle s'inscrit dans une transformation plus globale des services de la présidence afin d'avoir une plus grande lisibilité et une plus grande sincérité sur le plan budgétaire. ». Il confirme également qu'Alexandre Benalla a participé à des groupes de travail sur cette réorganisation[100]. D'après Le Monde, cette réorganisation de la sécurité du président aurait mis le GSPR sous autorité unique de l'Élysée, alors que jusqu'à présent le GSPR, même s'il bénéficiait d'une relative autonomie, était rattaché à la police nationale. Pour Frédéric Le Louette, président de GendXXI, association professionnelle de défense des intérêts des gendarmes, cette réorganisation n'est pas anodine, car elle « signifie que la protection du président pourrait se faire en dehors du tout contrôle. L’Élysée aurait la possibilité de confier à des gens sans aucune formation sérieuse, comme Alexandre Benalla, la direction des opérations, sans que personne puisse intervenir »[107]. L'Humanité affirme que l'existence de ce projet de réorganisation explique « les allusions, dès les premières révélations de l’affaire Benalla, à une forme de « police parallèle », en préparation ou en cours (au vu du comportement de l’homme sur les vidéos), qui serait au-dessus des forces de police »[105]. Lionel Lavergne affirme sous serment lors de son audition que ce projet de réorganisation et de mise en commun de certaines ressources est au contraire perçu très favorablement par la Cour des comptes[11] et permettra une plus grande transparence des dépenses de l'Élysée en matière de sécurité.

Alexandre Benalla est initié franc-maçon au sein de la Grande Loge nationale française en janvier 2017. Ayant peu fréquenté sa loge (« Les Chevaliers de l'Espérance »), il en est suspendu à titre conservatoire le 24 juillet 2018[108].

Grade militaire réserviste[modifier | modifier le code]

En 2017, il est radié à sa demande de la réserve opérationnelle, où il n’aurait plus eu de mission depuis 2015. C'est également en 2017 qu'il est intégré dans la réserve citoyenne avec le grade de lieutenant-colonel[109], comme spécialiste expert afin d'apporter un éclairage sur la fonction protection[110]. C'est donc sur proposition du directeur général de la Gendarmerie nationale, Richard Lizurey[109], qu'il est nommé en 2017 lieutenant-colonel de la réserve citoyenne[69],[111],[112]. Richard Lizeray indique rencontrer Alexandre Benalla lors d'un déplacement en avion dans le cadre de leurs fonctions respectives et, compte tenu de l'expérience du chargé de mission, songe à l'intégrer dans la réserve en tant qu'expert. Le général Lizeray précise n'avoir à aucun moment été en contact avec l'Élysée pour ce recrutement. Il souhaite alors faire participer Alexandre Benalla à des réflexions sur les améliorations à apporter dans la Gendarmerie aux questions de protection des personnes, le grade provisoire de lieutenant-colonel étant justifié par le fait qu'Alexandre Benalla aura alors pour interlocuteurs des hauts gradés[11]. Selon une note interne de la Gendarmerie, son grade de lieutenant-colonel n'est que temporaire puisqu'il est lié à une mission définie et ne confère aucune prérogative de commandement, bien qu'il ne s'agisse pas d'un titre honorifique[110]. Selon Richard Lizeray, pour des raisons d'emploi du temps, Alexandre Benalla n'a pas eu de mission en tant que réserviste depuis son intégration en 2017[11].

Moyens et habilitations à l'Élysée[modifier | modifier le code]

L'Express indique que « la relation d'Alexandre Benalla avec Emmanuel Macron a longtemps étonné à l'Élysée et ailleurs » et note des témoignages de « grande proximité » entre eux[113].

La présidence de la République affirme que son salaire mensuel est de 7 113 euros bruts[114],[115]. Selon Alexandre Benalla, ce montant est identique à celui des autres chargés de mission de l'Élysée. Ces affirmations contredisent les informations données par la presse, qui évoquait un salaire de 10 000 euros[116].

Alexandre Benalla dispose d'une voiture de service[117] avec pare-soleil « police », phares spécifiques et autorisations spéciales[71],[114],[118]. Selon Patrick Strzoda lors de son audition sous serment, cette voiture, ainsi que d'autres voitures de service de la chefferie de cabinet du président, a été équipée par les garages de l'Élysée. Cet usage est justifié, selon la hiérarchie d'Alexandre Benalla, par le fait que son véhicule fait parfois partie du convoi présidentiel.

Selon plusieurs médias, il s'installe le au palais de l'Alma, une dépendance du palais de l'Élysée sise quai Branly[119],[120], où, selon L’Express, des travaux d'un montant de 180 000 euros auraient été prévus afin de réunir deux appartements en un, pour une surface totale de 200 m2[121]. L'Élysée dément cependant formellement ces affirmations concernant les travaux[122]. Selon Alexandre Benalla, la demande d'appartement a été formulée début 2018 en raison d'impératifs de disponibilité et de proximité (il indique travailler de 6 h à 23 h)[123]. Le directeur de cabinet de l'Élysée, Patrick Strzoda, déclare que l'attribution du logement a été validée avant les événements de mai[11].

Alexandre Benalla est titulaire d'une habilitation de sécurité de niveau Secret-Défense[note 1],[124]. Selon l'Élysée, une trentaine de collaborateurs de la présidence possèdent cette habilitation et elle était indispensable à Alexandre Benalla dans le cadre de sa mission[11].

À la demande du directeur de cabinet du président de la République, Alexandre Benalla possédait aussi, jusqu'à son limogeage, un badge d'accès à l'Assemblée nationale de niveau maximum (catégorie H)[note 2],[71],[125]. Alexandre Benalla justifiera plus tard la demande de ce badge car « [il] aime aller à la salle de sport de l'Assemblée »[126]. L'Assemblée nationale signale qu'un badge d'un si haut niveau n'était pas nécessaire pour y accéder[49]. Lors de son audition à la commission des lois du Sénat, le directeur de cabinet de l'Élysée, Patrick Strzoda, déclare qu'il lui a été remonté que dans les faits Alexandre Benalla n'a jamais accédé à l'hémicycle, et affirme que l'attribution de ce badge, validé par le président de l'Assemblée nationale, est une pratique « extrêmement courante dans les cabinets ministériels et ceux du président de la République »[11], ce que dément Canard Enchaîné[71]. Il affirme enfin que cela ne constitue en rien un avantage et se justifie par la possibilité d'être au contact direct des élus pour l'organisation de déplacements de la présidence de la République[11].

Le 2 août, reprenant les informations du Monde du 24 juillet[127], Valeurs actuelles indique qu'Alexandre Benalla « s’est vu attribuer le 24 mai 2018 un passeport diplomatique »[128],[129]. Europe 1, Valeurs actuelles et RTL se demandent pourquoi ce « précieux sésame », d'ordinaire délivré aux diplomates français et qui leur confère l'immunité diplomatique[130], a été accordé à Alexandre Benalla juste après sa mise à pied de 15 jours en mai 2018, alors que celui-ci voyait ses prérogatives limitées à des fonctions de logistiques auprès du président[129],[128],[131].

Port d'arme[modifier | modifier le code]

Alexandre Benalla pratique (avant l'affaire) le tir sportif et peut à ce titre légalement posséder des armes[11]. Il n'a pas, jusqu'à son accession à son poste à l'Élysée, d'autorisation de port d'arme (sur l'espace public), mais devient détenteur de ce permis de port d'arme dans ses fonctions de chargé de mission et donc l'est au moment de l'affaire. Mis en examen, il est contraint de remettre les armes en sa possession aux autorités judiciaires en juillet 2018[132]. Il remet un fusil à pompe[133] et trois pistolets (Glock 17, Glock 19 et Glock 26[134], outre l'arme de poing mise à sa disposition par l’Élysée[133]. Interrogé au sujet d'un éventuel port effectif d'arme par Alexandre Benalla dans ses fonctions, le colonel Lionel Lavergne, chef du GSPR, lors de son audition à la commission des lois du Sénat, répond : « je vous le dis les yeux dans les yeux et je suis sous serment. Je n'ai jamais vu M. Benalla avec une arme dans les déplacements officiels ou privés de la présidence de la République. Et je n’ai eu aucun retour en ce sens de la part des autres membres du GSPR »[135].

Le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, déclare lors de son audition à l’Assemblée nationale qu'il « assume » avoir pris la décision de délivrer une autorisation de port d'arme à Alexandre Benalla après que l’Élysée lui en a fait la demande[136]. Il précise ne pas avoir subi de « pression » et affirme qu'il a accordé le permis dans le cadre d'un régime juridique qui concerne « les agents exposés à des risques dans le cadre de leur fonction »[137]. Selon Le Point, cette autorisation de port d'arme « ne repose sur aucune base légale satisfaisante », car l'agent doit appartenir à certains services ou catégories de service[138].

Le directeur de cabinet Patrick Strzoda déclare, lors des auditions, avoir transmis la demande de port d'arme en précisant : « si cette autorisation peut être accordée dans le strict respect des textes, j'y suis favorable »[139], ce que le préfet de police Michel Delpuech confirme lors de son audition[11],[140]. Au sujet du fait que l'agent doit appartenir à certains services ou catégories de service, Michel Delpuech maintient avoir donné l'autorisation dans le respect d'un cadre juridique car la demande se base selon lui sur un texte de loi qui concerne « les fonctionnaires et agents des administrations publiques exposés par leurs fonctions à des risques d'agression »[11]. Il reconnaît que « les textes réglementaires disent qu'il y a un arrêté ministériel qui définit les services ou catégories de services désignant ou accueillant les fonctionnaires et agents » et que « la situation était particulière puisque l'Élysée ne figure pas dans ces catégories de services »[141],[138],[140], mais « compte tenu du fait que la demande [lui] était faite en précisant bien que c'était pour ses fonctions à l'Élysée », il « assume » avoir donné l'autorisation[11],[140].

Controverse sur la « descente des Bleus des Champs-Élysées »[modifier | modifier le code]

Le Canard enchaîné s'intéresse, dans son édition du , au rôle d'Alexandre Benalla, notamment dans l'organisation du retour de l'équipe de France de football suite à la coupe du monde 2018. D'après l'hebdomadaire satirique, Alexandre Benalla aurait imposé au bus des Bleus une descente rapide des Champs-Élysées, afin que le président Macron puisse « faire l'ouverture du 20 heures avec les Bleus en direct de l'Élysée ». Selon l'hebdomadaire, c'est Alexandre Benalla qui demande aux CRS de faire évacuer des supporters place de la Concorde, dans la mesure où il n'était pas prévu que le convoi des Bleus y passe, contrairement à ce que certains médias avaient indiqué. L'évacuation menée par des CRS aurait été effectuée « à coups de matraque »[142],[143],[144]. Alexandre Benalla dément quant à lui catégoriquement avoir donné l'ordre d'accélérer le rythme du bus[3]. D'autres sources indiquent que la cause de la descente « express » viendrait du souhait de la Fédération française de football de quitter l'Élysée impérativement au plus tard à 20 h[145].

Réactions[modifier | modifier le code]

Réactions de l’exécutif[modifier | modifier le code]

Alexandre Benalla est domicilié au palais de l'Alma à compter du , soit une semaine et demie avant d’être placé en garde à vue.

Le , semblant contredire les explications données par le porte-parole de l'Élysée, Bruno Roger-Petit, la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, déclare qu'Alexandre Benalla était à cette manifestation sans autorisation[146]. Dans l'après-midi, cette affirmation est contredite par le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb : Alexandre Benalla aurait été autorisé par la préfecture de police de Paris à assister à la manifestation en tant qu’observateur[147].

Le directeur de cabinet du président de la République, Patrick Strzoda, supérieur hiérarchique d'Alexandre Benalla à l’Élysée, affirme qu'il a été prévenu des faits le . Après avoir vu les vidéos des violences, il a eu un entretien avec Alexandre Benalla. Ce dernier a reconnu être l'homme mis en cause. Patrick Strzoda déclare avoir prévenu Alexis Kohler, lequel a prévenu le président de la République, alors en déplacement en Australie, qui aurait, selon lui, réclamé des sanctions. Alexandre Benalla a été mis à pied pendant 15 jours[148],[149],[150]. Selon France Inter, le ministre de l'Intérieur a été mis au courant de cette situation dès le 2 mai, et n'en a pas informé le parquet[151].

Le , Bruno Roger-Petit affirme que la sanction prise contre Alexandre Benalla après les faits du 1er mai est « la plus grave jamais prise contre un chargé de mission travaillant à l'Élysée ». Il ajoute que pendant ses quinze jours de mise à pied son salaire a été suspendu, et que depuis mai 2018 Alexandre Benalla est démis de ses fonctions en matière d'organisation de la sécurité des déplacements du président[152]. Plusieurs médias voient une contradiction avec le fait que plusieurs photos prouvent que celui-ci accompagnait toujours Emmanuel Macron et son épouse les 13 et , soit quatre jours avant l’éclatement de l’affaire[153]. Alexandre Benalla affirme qu'il n'y a pas de contradiction dans la mesure où la rétrogradation concerne les déplacements publics ou officiels du président, et que le déplacement du 14 juillet était un déplacement privé[154],[155]. Certains médias soutiennent également qu'Alexandre Benalla a quitté le 9 juillet son appartement d’Issy-les-Moulineaux pour aller vivre au palais de l'Alma, en sus des autres éléments de rémunération qui lui étaient déjà accordés[114],[119],[120]. L'Élysée dément qu'il occupe déjà cet appartement[156], tandis qu'Alexandre Benalla écrit dans un document administratif y être domicilié depuis le 9 juillet[157]. Le Point indique également qu'Alexandre Benalla devait assurer la sécurité présidentielle lors des vacances d’été 2018 du couple Macron au fort de Brégançon[98]. De plus, lors de son audition devant le Sénat le 25 juillet 2018, Patrick Strzoda, directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, indique que le salaire d'Alexandre Benalla a été versé intégralement au mois de mai et les mois suivants. L'Élysée réagit immédiatement après l'audition de Patrick Strzoda, expliquant qu'il aurait été contraire à la loi de faire autrement dans le cadre d'une simple suspension, à ne pas confondre avec l'« exclusion temporaire »[158],[159]. L'Élysée affirme de plus que, « au moment de la sanction », il a été décidé que « cette suspension de traitement se ferait par le non-paiement d'un nombre équivalent de jours de congés. Le résultat est rigoureusement le même et respecte la loi »[160].

Le 19 juillet, alors qu'il se déplace en Dordogne, Emmanuel Macron ne répond pas aux sollicitations des journalistes. Il déclare simplement que « la République est inaltérable ». L'entourage du président assure que les déclarations du chef du cabinet présidentiel, Patrick Strzoda, et du porte-parole de l'Élysée, Bruno Roger-Petit, suffisent[93],[161].

Le 22 juillet a lieu une réunion à l'Élysée, où Emmanuel Macron réunit plusieurs de ses collaborateurs et quatre ministres concernés par l'affaire Benalla. Le président constate que l'affaire a mis à jour des « dysfonctionnements » dans l'équipe élyséenne, et il invite le secrétaire général de l’Élysée à une réorganisation[162],[163],[164],[165],[166].

Le 24 juillet, Emmanuel Macron sort de son silence. Venu sans prévenir la presse à une réunion des députés LaREM, il déclare être le seul responsable de cette affaire[167], il affirme qu'il a confirmé la sanction proposée contre Alexandre Benalla[168]. Un peu plus tôt dans la journée, Patrick Strzoda, directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, affirme devant les députés avoir pris seul la décision de sanctionner Alexandre Benalla et n'en avoir « jamais parlé avec le chef de l'État, qui était à 10 000 km, qui est rentré le 6 mai » (il dit à cette commission des lois de l'Assemblée nationale être passé par Alexis Kohler)[169],[170].

Dans son discours du 24 juillet, Emmanuel Macron fustige « La République des fusibles », déclarant qu'il ne se protégera derrière personne : « On ne sacrifie pas des têtes de fonctionnaires, de ministres ou de collaborateurs sur l'autel des émotions populaires »[171]. Et il déclare : « Le responsable, c'est moi, qu'ils viennent me chercher », ce qui provoque un grand nombre de réactions[172], indignées ou ironiques[173], dans la presse[174], dans l'opposition[175],[176],[177], et sur les réseaux sociaux[178],[179],[180]. Des spécialistes de la communication politique analysent l'impact du discours de Macron[172],[181],[182]. Beaucoup d'observateurs notent que juridiquement, on ne peut pas « venir chercher » Emmanuel Macron, celui-ci étant protégé par l'immunité que lui confère la Constitution[181],[183],[184]. L'Obs interroge des spécialistes de la Constitution pour juger si celle-ci permet de faire venir le président devant le parlement, ce qui n'est pas certain en raison du principe de séparation des pouvoirs[185].

Le même jour, le Premier ministre Édouard Philippe présente l'affaire face aux députés comme étant une « dérive individuelle » ne relevant pas d'une « affaire d'État » et assure que « rien n'a été masqué, rien n'a été omis »[186].

Réactions de l'opposition[modifier | modifier le code]

Plusieurs responsables d'opposition, de tous les bords politiques depuis la droite nationale jusqu'à la gauche radicale, réagissent et s'interrogent sur l'absence de signalement à la justice, requis dans le cas d'un « crime ou d'un délit »[note 3], et sur les sanctions prises par l'exécutif, qu'ils jugent légères[2],[93]. L’Élysée affirme ne pas avoir fait appel au parquet, ne voyant ni crime, ni délit, dans les faits incriminés et connus le 2 mai. Ce point juridique est commenté par les juristes et les journalistes : les violences exercées pourraient ne pas être suffisantes pour constituer un délit, et par ailleurs, aucune sanction pour non-dénonciation n'est prévue[187],[188]. Plusieurs responsables politiques demandent également au ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, de s'expliquer[189], ou encore de démissionner immédiatement[réf. à confirmer][119]. Jean-Luc Mélenchon (FI) estime que l'affaire Benalla est « du niveau du Watergate »[190]. L’opposition, de droite et de gauche, dénonce « une affaire d’État », tandis que la majorité juge, comme l'affirme le Premier ministre, Édouard Philippe, qu'« une dérive individuelle de la part de ce chargé de mission ne fait pas une affaire d’État »[191].

Des personnalités politiques s’étonnent également des privilèges accordés à Alexandre Benalla sans justification apparente[121], notamment ce dernier possédait un badge d'accès à l'Assemblée nationale de très haut niveau, ce qui a été vu comme une violation du principe de séparation des pouvoirs par certains parlementaires de l'opposition[192],[193]. D’autres évoquent un « embryon de police parallèle »[194].

Certains journalistes estiment que cette affaire représente une opportunité pour l'opposition de prendre une revanche après la défaite aux élections présidentielles de 2017, de bloquer les réformes voulues par le président de la République et de contrecarrer la bonne image donnée par la récente victoire de l'équipe de France lors de la Coupe du monde de football, entre autres[195],[196],[197].

Le président des Républicains (LR), Laurent Wauquiez, dans un entretien au Figaro, dénonce « le sentiment de favoritisme aveugle et d'impunité presque infantile » à l'Élysée[198].

Cet avis n'est cependant pas unanime dans l'opposition : ainsi, l'ancien député Emmanuel Hamelin (Agir) estime qu'on a « monté en épingle une situation qui, si elle est évidemment critiquable, n'en est pas moins insignifiante »[199]. L'ex-directeur de cabinet du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, Pierre Steinmetz, estime quant à lui que « l'affaire Benalla n'est pas une affaire d'État »[200].

Réactions de la majorité[modifier | modifier le code]

Au lendemain du début de l'affaire Benalla, le 19 juillet 2018, des députés LREM ne se satisfont pas de la première sanction infligée au mois de mai à Alexandre Benalla et jugent que ce dernier doit quitter l'entourage du président de la République Emmanuel Macron[201],[202]. Alors que les députés de l'opposition contrarient l'examen du projet de loi constitutionnelle à l'Assemblée nationale, la majorité dénonce un « sabotage »[203],[204],[205]. Dans un premier temps LREM est opposé à la création d'une commission d'enquête réclamée par l'opposition, puis accepte 19 juillet au soir[205],[206],[207]. D'après Le Monde, à Paris la « majorité subit la crise de plein fouet » et ne comprend pas pourquoi le chef de l'état ne s'est pas débarrassé d'Alexandre Benalla après le 1er mai 2018. Mais les députés LREM ont reçu consigne de ne pas faire de commentaires[208]. Seuls deux députés LREM feront des déclarations publiques pour s'exprimer à ce sujet[209],[210],[211]. Le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, stipule que le problème doit être réglé par l’Élysée[208].

Le 20 juillet 2018, le premier questeur de l'Assemblée nationale Florian Bachelier (LREM) estime que « chacun sait que c’est un fait divers ; on le politise »[212].

Le , Richard Ferrand, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale donne des consignes aux députés, membres de son groupe, en leur listant des arguments à communiquer à la presse, au cours d'éventuelles interviews qu'ils seraient amenés à donner, indiquant entre autres que la majorité est favorable à la mise en place d'une commission d'enquête, que l'Inspection générale de la Police nationale et la justice ont été saisies, et que « les oppositions sont dans une alliance complice […] pour troubler et interrompre les débats », document qui a été rendu public par le quotidien Le Figaro[203].

LREM accuse l'opposition d'instrumentaliser cette affaire pour bloquer la réforme constitutionnelle[213].

Dans un entretien au Monde du 28 juillet 2018, le président du MoDem et ministre dans le premier gouvernement Philippe, François Bayrou, considère qu'il ne s'agit pas d'une affaire d'État et affirme qu'il y a une « disproportion surprenante entre les faits tels qu’ils apparaissent au fil des auditions et le maelström médiatique et politique que nous vivons »[214].

Rôle de la presse[modifier | modifier le code]

Alors que les images de l'interpellation circulaient depuis deux mois et demi sans susciter d'intérêt particulier dans un contexte de nombreuses interventions policières dans des manifestations (SNCF, 1er mai, Notre-Dame-Des-Landes…), que le principal protagoniste est totalement inconnu du grand public et même des médias, Le Monde, qui a révélé l'affaire, fait de nombreuses unes sur le sujet et la présente comme une « affaire d'État »[208] du fait de sa proximité avec le président, et de la façon dont elle a été gérée, plus que son fond[191]. D'autres journaux ont par la suite repris et étendu ces informations et l'identification des acteurs des évènements du 1er mai en publiant de nouvelles vidéos[12],[31],[53],[55]. Certains commentateurs ont estimé que ces révélations étaient motivées par une volonté de revanche[195],[215] dans un contexte où les journalistes sont méprisés par l'Élysée et une « montée en épingle dangereuse »[199].

Antagonismes[modifier | modifier le code]

Au-delà de l'aspect politique de l'affaire mettant en cause le président de la République et des aspects juridiques liés à d'éventuelles fautes que les enquêtes pourraient établir, Alexandre Benalla lui-même semble avoir cristallisé de fortes inimitiés au sein de la police, tant par son comportement que par le projet de récupérer la protection rapprochée du président[121]. Lors de son audition devant le Sénat, le secrétaire général de l'unité de police FO, Yves Lefebvre, dénonce un entourage de « barbouzes »[106].

Selon Le Canard enchaîné, Emmanuel Macron a affirmé que « ce sont des fonctionnaires de la PP [préfecture de police] qui ont voulu [les] faire tomber » et que « les guérilleros de la PP qui ont pris l'Élysée en otage sont identifiés ». Il aurait accusé ces derniers d'agir dans un esprit de vengeance politique, et de trouver en outre une occasion de contrer le projet en cours de réorganisation de la sécurité à l'Élysée[216]. Celle-ci était jusqu'à présent assurée par le Groupe de Sécurité de la présidence de la République (GSPR) dépendant de la Police nationale, donc du ministère de l'Intérieur. Le projet de réorganisation devait conduire à la création de la Direction de la sécurité de la présidence de la République (DSPR). Selon le Journal du dimanche, ce remaniement, dont Alexandre Benalla était l'un des architectes, n'a pas plu à des fonctionnaires du ministère de l'Intérieur, et il pourrait être à l'origine, deux mois après les évènements, du fait qu'Alexandre Benalla a été identifié sur les vidéos circulant depuis le [217].

Analyses de l'affaire et de son traitement médiatique[modifier | modifier le code]

Qualification d'« affaire d’État »[modifier | modifier le code]

Philippe Raynaud, professeur des universités en science politique, estime que l’État ne peut être accusé d'avoir eu l'intention de commettre un acte délictueux, Alexandre Benalla n'ayant pas été mandaté pour intervenir place de la Contrescarpe. Il en conclut que l'affaire ne peut être qualifiée d'affaire d'État. Selon lui, « à gauche comme à droite, les partis n'avaient pas digéré l'élection présidentielle », « d'où la sainte-alliance de Jean-Luc Mélenchon avec Marine Le Pen, d'Olivier Faure avec Eric Ciotti pour atteindre le président ». Il note que « les Français ne tolèrent plus la société de cour et les privilèges de l’exécutif »[218].

L'historien Jean Garrigues, soutien d'Emmanuel Macron dès le premier tour de l'élection présidentielle, considère que « la dramatisation médiatique a été excessive » et qu'« il s'agit avant tout d'un contournement individuel de la norme ». Il juge que « le quinquennat Macron révèle une tension permanente entre deux aspirations contradictoires de la société française : l'une qui est une aspiration à une présidence d'autorité, de cohérence et de surplomb, dans l'héritage du général de Gaulle, de Valéry Giscard d'Estaing et de François Mitterrand ; et l'autre, qui est une espérance vers davantage de transparence démocratique, davantage de contre-pouvoirs, moins de caractère monarchique associé à la présidence ». Pour lui, « ce qui se passe là, en ce moment, avec une commission des Lois qui, provisoirement, s'octroie les pouvoirs d'une commission d'enquête, va dans le bon sens »[219].

Concernant la comparaison faite par le président du groupe La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, ainsi que par la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, avec le scandale du Watergate, le professeur agrégé d'histoire et spécialiste des États-Unis Corentin Sellin indique que « les ressemblances sont très limitées ». Selon lui, « avec l'affaire Benalla, nous n'avons pas affaire à des activités illégales cautionnées et admises par le président lui-même »[220].

Selon l'historien Arthur Goldhammer, « la presse en fait une montagne, là où il n'y a qu'une souris. C'est un malheur pour le jeune homme qui a été battu par Alexandre Benalla, mais la bavure ne constitue pas une affaire d'État »[221]. Pour l'historien François Audigier, « les agissements d'Alexandre Benalla rappellent toute l'ambiguïté et les risques à croiser la protection officielle et militante du président », « mais ce garde du corps militant peut aussi, précisément parce que son lien au chef de l'État ne se limite pas à un seul engagement professionnel et tient aussi à l'affectif et au politique, dépasser certaines limites et basculer dans l'hybris. Un risque d'autant plus grave qu'il aura bénéficié longtemps de passe-droits en raison de son double statut ambigu et de la volonté de certains de plaire au chef de l'État en fermant les yeux sur les dérives de ses proches »[221].

Le politologue Olivier Rouquan estime quant à lui que « c'est la notion de dissimulation qui crée l'affaire d'État », les faits ayant été révélés par voie de presse. L'historien Jean Garrigues partage cette analyse, les faits étant selon lui « d’un point de vue historique » d’une « gravité relative » ; il parle d’un « deuxième étage de la fusée », c'est-à-dire « comment l’affaire a été couverte, et la manière dont personne n’a prévenu le procureur ». Selon Olivier Rouquan, « à ce jour, ce qui fait l'affaire d'État, c’est la gestion de l'affaire plus que son fond ». Pour lui, l'ampleur prise par les faits se justifie comme « un retour de bâton lié à une déception populaire »[222]. Pour le spécialiste de sociologie électorale Pascal Perrineau, « l'affaire Benalla peut être considérée comme un symptôme d'une certaine superbe et d'un isolement de l'entourage du pouvoir présidentiel qui n'est pas cependant une nouveauté sous la Ve République »[223].

Communication d'Emmanuel Macron[modifier | modifier le code]

Emmanuel Macron déclare que la presse a rapporté des « fadaises » au sujet de « soi-disant » salaires et avantages d'Alexandre Benalla. Emmanuel Macron dément par exemple avec ironie qu'Alexandre Benalla possédait les codes nucléaires ou touchait 10 000 euros de salaire. D'après Le Monde, le président met « sur un pied d’égalité, des contenus parodiques, des informations contestées par l’Élysée, des faits avérés et des rumeurs de caniveau ». L'historien de la presse Alexis Lévrier estime qu'Emmanuel Macron a « un peu tout mélangé pour faire une sorte d’amalgame » et qu'« en s’en prenant à la presse, il fait comme si c’était elle qui fabriquait une polémique »[224]. Selon Le Huffington Post, après que le président a fustigé la presse qui selon lui « ne cherche plus la vérité », les journalistes ont rétorqué par le biais de Twitter que l'affaire Benalla serait restée secrète sans l'enquête du Monde[225]. Le sociologue des médias Jean-Marie Charon s'inquiète qu'« au plus haut niveau de l’État en France, on dénigre ou dénie aux médias leur fonction de contre-pouvoir […], ça participe d’un mouvement plus large avec les États-Unis, où ce phénomène s’est développé, pour ne pas parler de la Turquie, de la Hongrie ou de la Pologne »[224].

L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin affirme : « Cette affaire a affaibli le président de la République qui, jusqu'ici, avait montré de la force et de l'adresse. Il avait même fait un parcours quasi sans faute. Or, l'exécutif a été lent et faible dans la gestion de cette crise […] L’affaire Benalla est plus un accident qu'une rupture »[226].

Communication d'Alexandre Benalla[modifier | modifier le code]

Selon des experts en communication, les différentes interviews d'Alexandre Benalla, dont celle au journal télévisé de TF1 le 27 juillet 2018, font partie d'un plan de communication probablement géré par des professionnels proches de l'Élysée[86],[227],[228],[229],[230]. Selon l'universitaire Arnaud Benedetti, il est « très clair » qu'Alexandre Benalla a été « coaché » avant l'intervention sur TF1[227],[231]. Pendant ce journal télévisé, Alexandre Benalla donne une image très différente de celle qu'il a eu lors des évènements du 1er mai, et veut, selon différents experts en communication, casser une image de « petite frappe », de « mauvais garçon », de « Rambo »[86],[227],[228]. Si le port d'une « délicate monture de lunettes », son visage « rasé de près », sa « diction appliquée », la couleur bleue — « symbole de vérité » — de son costume participent à cette nouvelle image[227],[228], les experts en communication interrogés par France 24 saluent la performance d'Alexandre Benalla « tout en maîtrise ». L'expert Stéphane Attal estime qu'Alexandre Benalla a une « grande maîtrise corporelle » : « Il était exactement comme il faut être, figé mais pas statufié, habillé comme un homme politique. Il est complètement imprégné des postures à adopter [...] »[86]. D'après Arnaud Benedetti, Alexandre Benalla met en place une autre vision des évènements, celle où il a certes « trahi » Emmanuel Macron[231], l'exposant à une « tempête médiatique et politique »[227], mais pour une bonne cause : la défense de l'ordre public[231] face à des manifestants qu'Alexandre Benalla « redéfinit » en « casseurs » et « délinquants »[86]. La sémiologue Cécile Alduy estime qu'Alexandre Benalla adopte une « stratégie classique » de « réparation d’image », en imposant une « histoire vertueuse ». Pour elle, la communication adoptée par Alexandre Benalla met en place « une autre interprétation des événements, qui eux sont irréfutables, car filmés »[86].

D'après Alexis Lacroix, directeur délégué de la rédaction de L’Express, Alexandre Benalla minimise « la gravité des faits qui lui sont reprochés », et les déconnecte « de la personnalité du chef de l'État »[227]. Selon lui, la communication d'Alexandre Benalla s’inscrit dans une stratégie qui consiste à dire : « il y avait l’embryon d’une affaire d’État, mais nous ne sommes évidemment pas dans le cas du Watergate, et toute tentative d’impeachment du président à travers cette affaire est vouée à faire chou blanc ». Pour Arnaud Benedetti, le « plan média » d'Alexandre Benalla « est fondamentalement trop professionnel pour être dicté par une logique exclusivement judiciaire. Il porte aussi une défense politique »[231]. Le spécialiste en communication Philippe Moreau Chevrolet estime que l'opération de communication vise aussi à défendre le président de la République Emmanuel Macron et que la stratégie adoptée est une stratégie d' « affirmation de puissance », une « communication à la Trump : on assume et on attaque », un type de communication « très nouveau » en France[86]. Arnaud Benedetti estime que « n'importe quel spécialiste de la com' de crise » aurait plutôt incité à « s'excuser, reconnaître ses erreurs »[231].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Administratives[modifier | modifier le code]

Alexandre Benalla subit une exclusion temporaire de fonctions d'une durée de quinze jours entre le 4 et le [148] et se voit démis de ses fonctions de responsable de la sécurité des déplacements du président de la République[232]. Selon le porte-parole de l'Élysée, Bruno Roger-Petit, cette sanction est un « dernier avertissement avant licenciement » et serait « la plus grave sanction [prise] contre un chargé de mission travaillant à l'Élysée »[232]. Les sanctions de l’Élysée sont mises en doute par les médias : Alexandre Benalla a obtenu son salaire intégral en mai, une retenue n'étant pas légalement possible selon son directeur Patrick Strzoda, ajoutant que « ses quinze jours de suspension feront l’objet d’une retenue sur les droits à congés qu’il avait en reliquat au titre de l’année 2017 ». La rétrogradation est également contestée : Alexandre Benalla ne devait plus s'occuper que des déplacements privés du président et de l'organisation d'événements à l’intérieur de l'Élysée[233],[234]. Certains médias objectent qu'il a été vu sur quatre évènements majeurs en juillet en compagnie du président, à Giverny, lors de la panthéonisation de Simone Veil, lors des cérémonies du 14-Juillet et pour le retour à Paris de l’équipe de France de football victorieuse. Selon le secrétaire général Alexis Kohler, le déplacement à Giverny était d'ordre privé, et sur des grands événements comme la panthéonisation de Simone Veil et le retour de l'équipe de France, tous les personnels de l'Élysée sont « sur le pont » pour participer à l'organisation. Alexandre Benalla a de plus obtenu un appartement de fonction de 80 mètres carrés[117],[235],[236]. La chaîne d'information continue LCI parle d'un fiasco dans la communication de l’Élysée qui rappelle l'affaire Fillon[237].

Pendant son audition devant l'Assemblée, Patrick Strzoda, chef du cabinet présidentiel, affirme que la rétrogradation d'Alexandre Benalla consistait en une modification de ses missions. Il a notamment été déchargé de la participation à l'organisation des déplacements officiels du président[234]. Selon LCI, Alexandre Benalla a alors été officiellement chargé uniquement de l'organisation des évènements à l'intérieur de l'Élysée ainsi que des déplacements privés du couple présidentiel[233].

Le , le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, annonce avoir saisi l'Inspection générale de la Police nationale, pour l'ouverture d'une enquête administrative[2],[238]. En effet, les faits se sont a priori déroulés en présence et avec l'assentiment tacite des services de police présents, ce qui pose la question de la responsabilité des policiers ayant introduit Alexandre Benalla sur place[2]. Le , l'Élysée annonce avoir enclenché une procédure de licenciement à l'encontre d'Alexandre Benalla en raison de « faits nouveaux » portés à sa connaissance[239]. Son permis de port d'arme est également abrogé[240].

Un contrôleur général (numéro 3 de la Direction de l'ordre public et de la circulation), un commissaire et un commandant de police sont suspendus le par la préfecture de police de Paris, car soupçonnés d'avoir transmis à Alexandre Benalla des informations le concernant et ayant motivé la procédure de licenciement. Ces informations seraient des images de vidéosurveillance transmises à Alexandre Benalla dans l'objectif de préparer sa défense[240],[241].

Le 23 juillet, la Commission nationale de l'informatique et des libertés diligente un contrôle sur pièce concernant l'utilisation de ces images[242].

Le 27 juillet, l'IGPN publie son rapport relatif à l'accueil des observateurs extérieurs des activités de police qui décrit la pratique actuelle d’accueil des observateurs, revient sur les conditions de la présence d'Alexandre Benalla et Vincent Crase lors de la manifestation du 1er mai et donne des préconisations pour encadrer formellement l’accueil des observateurs[243]. Le service souligne que les activités d'observations n'étaient « guidée que par quelques principes non écrits, de bon sens » et qu'il n'existait pas de convention spécifique à la profession ni de note nationale[243]. Il insiste cependant sur le fait que les observateurs ont « pour consigne de ne pas participer activement aux opérations »[243].

Judiciaires[modifier | modifier le code]

Le , le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire pour « violences par personne chargée d'une mission de service public », « usurpation de fonctions » et « usurpation de signes réservés à l'autorité publique »[39]. Celle-ci est prise en charge par la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP)[2], qui dépend de la direction régionale de la police judiciaire de Paris.

Le , Alexandre Benalla et Vincent Crase sont placés en garde à vue[244]. En raison d'une ouverture de porte très sophistiquée[245],[246], le domicile d'Alexandre Benalla à Issy-les-Moulineaux n'est perquisitionné que le lendemain[247]. L'une des parties civiles dans l'affaire, la CGT Police, demandera par la suite à la justice d'enquêter sur la disparition dans ce domicile d'un coffre-fort contenant des armes appartenant à Alexandre Benalla[248]. D'après BFM TV, ce dernier affirme avoir demandé à un « ami » d'emporter plusieurs biens qu'il craignait voir volés, en particulier son coffre-fort contenant ses armes. Alexandre Benalla remet à la justice trois armes[249]. Mais alors que les autorités ne retrouvent pas ce coffre-fort, le parquet refuse finalement d'élargir le champ d'investigation de l'enquête à une dissimulation de preuves et à enquêter sur l'individu non identifié ayant vidé une partie de l'appartement d'Alexandre Benalla avant la perquisition[250].

Michel Delpuech déclare sous serment devant la commission d'enquête parlementaire de l'Assemblée nationale ne pas connaître personnellement Alexandre Benalla. Certains médias y voient une contradiction avec le fait que la perquisition conduit à la découverte d'une lettre manuscrite de janvier 2018 de Michel Delpuech à destination de Benalla : cette lettre comprend des formules comme « cher ami »[251]. Michel Delpuech évoque un « geste de courtoisie ». Les policiers décident de ne pas verser cet élément au dossier, ce qui suscite des interrogations[252],[253].

Le , les gardes à vue sont prolongées[254] jusqu'au soir. Alexandre Benalla et Vincent Crase sont déférés au parquet en vue de l'ouverture d'une information judiciaire[254]. Les enquêteurs trouvent trois pistolets Glock lors d'un déplacement dans les locaux de La République en marche[255],[256]. Le Monde affirme que ces armes ne sont pas déclarées ; cette affirmation est démentie par une « source judiciaire », qui indique au magazine L'Obs que les trois pistolets Glock ont été déclarés en préfecture et que les agents de sécurité LREM pouvaient les utiliser dans les locaux du parti[255]. Le 30 juillet, Alexandre Benalla remet au juge d'instruction trois pistolets Glock personnels[257] .

Les trois policiers suspendus par la préfecture sont placés en garde à vue pour « détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection » et « violation du secret professionnel ». Rattachés à la préfecture de police de Paris, il s'agit de Laurent Simonin, contrôleur général, de Jean-Yves Hunault, commandant, et de Maxence Creusat, commissaire. L'avocat du commissaire affirme que son client souhaite s'exprimer sur la proximité entre Alexandre Benalla et « la plus haute hiérarchie policière »[258].

Dans la soirée du 21 juillet, les cinq personnes (Alexandre Benalla, Vincent Crase et les trois policiers) dont les gardes à vue ont été levées sont mises en examen et placées sous contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions du parquet. Alexandre Benalla est mis en examen pour « violences en réunion n’ayant pas entraîné d’incapacité temporaire de travail », « immixtion dans l’exercice d’une fonction publique en accomplissant des actes réservés à l’autorité publique », « port et complicité de port prohibé et sans droit d’insignes réglementés par l’autorité publique », « recel de violation du secret professionnel » et « recel de détournement d’images issues d’un système de vidéo protection »[259]. Vincent Crase est également mis en examen pour « port prohibé d’arme de catégorie B »[243].

Le 25 juillet, une perquisition a lieu dans le bureau d'Alexandre Benalla au palais de l'Élysée, un évènement extrêmement rare[260].

Après une révélation de Mediapart du 26 juillet sur la publication d'images de vidéosurveillance par des comptes Twitter, un supplétif contre X pour « recel de violation du secret professionnel » et « recel de détournement d’images issues d’un système de vidéo protection » est engagé[65].

Le 30 juillet, après un dépôt de plainte, une nouvelle enquête concernant Alexandre Benalla est ouverte concernant des accusations de violences commises aux Jardin des plantes, quelques heures avant celles de la place de la Contrescarpe. L'enquête est ouverte pour « violences volontaires en réunion par personne dépositaire de l'autorité publique », « atteinte arbitraire à la liberté individuelle », « usurpation de signes réservés à l'autorité publique », « immixtion dans l'exercice d'une fonction publique », « dégradation volontaire d'un bien » (la vidéo) et « introduction frauduleuse dans un système de traitement de données personnelles »[261].

Défense d'Alexandre Benalla[modifier | modifier le code]

Selon ses avocats Laurent-Franck Liénard et Audrey Gadot, Alexandre Benalla, qui « n'avait pas vocation à intervenir personnellement sur ces opérations », aurait effectué une « action vigoureuse mais menée sans violence » en précisant que cela « n'a causé aucune blessure »[262]. Il aurait « pris l'initiative de prêter main forte au dispositif en aidant à la maîtrise de ces personnes » dans le cadre de l'article 73 du Code de procédure pénale[note 4] voyant « l'apparent dépassement des capacités opérationnelles des policiers sur place »[262].

Ils affirment également qu'il « a immédiatement rendu compte de son intervention personnelle, qui lui a été vivement reprochée »[262].

Dans un entretien publié dans Le Monde du 26 juillet 2018, Alexandre Benalla, estime qu'il est victime d'un règlement de compte : « Au bout d’un an, il y a des inimitiés qui se créent. Il y a des gens qui ne supportent pas que vous ne fassiez pas partie du club, que vous ne soyez pas énarque, sous-préfet… Je pense que si j’avais eu un tel statut et qu’il s’était passé ce qui s’est passé le 1er mai, les choses auraient été différentes. » Il déclare aussi qu'après les faits du 1er mai, il y a eu « en premier une volonté d'atteindre le président de la République, c'est sûr et certain. Et je suis le maillon faible, je le reconnais. Et en même temps, il y a énormément de gens qui se frottent les mains en se disant "Ca y est, on s'est débarrassé de lui, il ne va plus nous emmerder, c'est fini" »[3],[263],[264],[265].

Dans un entretien au JDD, il estime que l'affaire est due à une vengeance de la « haute hiérarchie policière », et considère que son rôle au sein d'un « comité de pilotage » chargé d'une réorganisation des différents services de protection d'Emmanuel Macron a déclenché les inimitiés[266].

Le 29 juillet 2018, en réponse à la vidéo fournie par Libération concernant des faits survenus au Jardin des plantes[34], il affirme au Journal du dimanche : « J'étais derrière les policiers en tant qu'observateur. On peut le voir distinctement, je n'ai ni casque, ni brassard, ni radio. Aucune intervention de ma part à ce moment-là[266],[267]. » Plusieurs journaux estiment que cette défense d'Alexandre Benalla est fragilisée par une nouvelle vidéo publiée le 30 juillet par Mediapart[36],[268],[269],[270],[271],[272],[273],[274].

Les manifestants place de la Contrescarpe[modifier | modifier le code]

Trente-et-une personnes sont arrêtées place de la Contrescarpe le , parmi lesquelles le couple molesté par Alexandre Benalla et des CRS[275]. Les premières informations connues fin juillet reposent alors sur les propos du préfet de police de Paris Michel Delpuech, qui affirme lors de son audition que les deux trentenaires amenés au poste de police « n'avaient pas de papiers sur eux » et que le couple « déclare de fausses identités »[10]. Le 23 juillet, l'avocat du couple, Sahand Saber, indique que ses clients se sont constitués parties civiles et « veulent être reconnus comme victimes de violences policières »[276],[277]. Selon le magazine people Closer[réf. insuffisante], la Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) avait alors signalé le jeune homme « comme fauteur de trouble durant la manifestation. Il était considéré comme un membre du "Black Bloc" dont il portait l'accoutrement. Il aurait fait usage de violences puis aurait ensuite revêtu une tenue civile passe-partout »[278].

Le 25 juillet, dans une lettre adressée à Frédéric Dupuch, directeur de la Direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP), le procureur de la République François Molins s'enquiert de l'absence d'enquête visant le couple soupçonné d'avoir lancé des projectiles sur les forces de l'ordre. Dans sa réponse datée du 26 juillet, Frédéric Dupuch « déplore » que le jeune couple n'ait pas été déféré[279]. L'homme a jeté deux bouteilles de bière vides sur les CRS et la femme un cendrier[279]. Pour Le Figaro, leur comportement est « proche de celui des manifestants violents »[15]. Le 26 juillet, le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire en raison des violences présumées commises par le couple[275]. Il s'agit selon la presse d'un cuisinier grec de 29 ans vivant à Paris depuis quatre ans et d'une jeune femme graphiste de 30 ans[280].

Le 7 août 2018, le journal Le Monde apporte un déroulé différent des événements, basé sur des courriers envoyés par deux services de police au procureur de la République de Paris, François Molins. Selon ces courriers, les deux interpellés n'ont pas caché leur identité aux policiers, contrairement à ce qu'a affirmé le préfet de police, Michel Delpuech, devant la commission d'enquête parlementaire[281],[282],[283]. Les fiches de police concernant le couple sont rédigées le 1er mai, dès 20 h 05, place de la Contrescarpe[281]. La fiche concernant le jeune homme a été rédigée par le commissaire Maxence Creusat (l'un des trois policiers mis en examen) et évoque un « jet de projectiles (deux bouteilles de bière) », mais indique que le CRS visé « ne dépose pas plainte ». Le jeune homme, né en Grèce, n'a pas de papiers mais décline son identité exacte, date de naissance, nom et prénom, reportés à la main par le commissaire Maxence Creusat, avec deux erreurs d'orthographe. Les erreurs sont corrigées le soir même, mais, selon BFM TV, ont pu faire penser que le jeune homme n'avait pas donné son identité réelle[281],[282],[283],[284]. La fiche de la jeune femme, qui présente ses papiers, est rédigée par le major Philippe Mizerski (le commissaire en civil chargé d'accompagner Alexandre Benalla)[281]. Selon Ouest France, les informations du Monde invalident le message du chef d'état-major à la Préfecture de police Laurent Simonin, lequel écrit dans un texto envoyé le 2 mai à Alexandre Benalla que le jeune homme avait « donné un nom bidon... celui d'un basketteur de Salonique »[285].

Les deux jeunes gens sont ensuite conduits aux locaux de police surnommés « l'Évangile » proches de la gare du Nord, mais celui-ci étant débordé ce soir-là, la « priorité [a] été donnée aux individus suspectés d’avoir participé aux actions les plus violentes, porteurs d’armes, de vêtements noirs, foulards, accessoires de dissimulation, c’est-à-dire les potentiels membres des black blocs ». Selon Frédéric Dupuch, directeur de la direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP), « les violences de la place de la Contrescarpe ne revêtaient pas la même intensité. De surcroît, [les deux jeunes gens] n'avaient aucun antécédent au TAJ », le fichier de traitement d'antécédents judiciaires de la police et de la gendarmerie[281]. Le couple est donc relâché sans poursuites, comme vingt et une autres personnes. La sûreté territoriale de Paris confirme le débordement de ses services : la priorité a été donnée à la mise en garde à vue des militants susceptibles d'appartenir à la « mouvance black bloc ». En ce qui concerne les interpellés ne faisant « pas état d'infractions de violences volontaires graves ou répétées » à l'encontre de la police « ou d'atteintes particulières ou dangereuses », ils ont été relâchés[281].

Analysant ces informations, Le Parisien estime qu'elles semblent indiquer « en creux » que le couple ne faisait pas partie des Black blocs[286]. Pour France Inter, les deux membres du couple, « inconnus de la police et de la justice », « n'ont pas vraiment le profil de membres des Blacks blocs »[287]. BFM TV, qui confirme l'enquête du Monde, estime que le couple n'a pas commis de « violences graves », ce qui pourrait selon le média fragiliser la défense d'Alexandre Benalla, qui avait présenté les deux interpellés comme « des casseurs, qui ont commis des actes délictueux »[284].

Syndicales[modifier | modifier le code]

Le syndicat de police Alliance, majoritaire chez les gardiens de la paix et classé à droite, dénonce des « sanctions à deux vitesses », affirmant que « les policiers eux ne bénéficient jamais d'une quelconque clémence » et déplore que « l'image de la police soit ternie par le comportement d'un individu extérieur aux forces de sécurité »[288].

Le syndicat Vigi, minoritaire et proche de la CGT, s'associe à la procédure du Parquet en déposant une plainte pour usurpation de fonction et de signes[289]. Après l'audition du ministre de l'intérieur, Gérard Collomb, où celui-ci a chargé la préfecture de police et l’Élysée[290], le syndicat Vigi demande sa démission[291].

Parlementaires[modifier | modifier le code]

Cette affaire a également des répercussions sur les activités parlementaires, puisque les discussions en cours sur le projet de loi de révision constitutionnelle ne peuvent se poursuivre. Le 20 juillet, l'ensemble des présidents des groupes d'opposition de l'Assemblée nationale réclament, à l'aide de rappels au règlement, que le Premier ministre, Édouard Philippe, vienne s'expliquer sur l'affaire devant la représentation nationale, le gouvernement étant responsable devant le Parlement en vertu de l’article 49 de la Constitution[292],[293],[294]. Le Premier ministre, à la demande du président de la République, ne modifie pas son agenda, et dénonce une « obstruction parlementaire » de la part de l'opposition[295]. Les présidents de groupe Christian Jacob (LR) et Valérie Rabault (NG), demandent de plus une déclaration du Gouvernement au titre de l'article 50-1 de la Constitution, celui-ci étant libre de répondre à cette demande ou non[296]. Le 22 juillet, l'examen de la réforme constitutionnelle est suspendu jusqu'à nouvel ordre[297],[298].

Motions de censure[modifier | modifier le code]

Le 24 juillet, le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, annonce que son groupe va déposer une motion de censure contre le gouvernement car celui-ci a, selon lui, « failli sur l’organisation de la protection du président de la République » et qu'il « n’est pas acceptable que le gouvernement se défausse depuis cinq jours »[299]. Cette motion est déposée le 26 juillet[300],[301]. La France insoumise, la Gauche démocrate et républicaine et le Parti socialiste déposent une seconde motion de censure commune[302]. Les deux motions de censure discutées le 31 juillet 2018, sont rejetées recueillant respectivement 143 et 74 votes[303].

Enquêtes parlementaires[modifier | modifier le code]

Commission des Lois de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

L'Assemblée nationale met en place, le , une commission qualifiée abusivement de commission d'enquête parlementaire, afin d'en savoir plus sur « les évènements survenus à l’occasion de la manifestation parisienne du  »[304]. En effet, une commission d'enquête parlementaire ne peut être créée que pendant la session ordinaire du Parlement. Le besoin pour celui-ci d'exercer sa fonction de contrôle se traduit par l'usage (suggéré par le député Boris Vallaud) de l'ordonnance du 17 novembre 1958 qui permet d'investir la commission des Lois des pouvoirs équivalents à une commission d’enquête (droit de citation directe de toute personne, auditions sous serment, contrôles sur pièces et sur place des rapporteurs, etc.)[305]. Après avoir défendu un huis clos général, excepté pour le ministre de l’Intérieur, les députés de la majorité ont finalement accepté la publicité des auditions, qui commenceront dès le 23 juillet[306], sous la présidence de Yaël Braun-Pivet (LREM).

Le 23 juillet, Gérard Collomb est auditionné par la commission parlementaire. Le ministre de l’Intérieur se défend de tout manquement personnel. Selon lui, signaler à la justice les agissements de Benalla ne relevait pas de ses attributions : « Je considère que c’est à ceux qui sont en responsabilité dans leurs administrations, au plus près du terrain, de recueillir les éléments permettant de justifier la transmission d’un signalement au titre de l’article 40 du Code de procédure pénale ». D'après lui, sa mission consistait uniquement à s'assurer que la préfecture de police et le cabinet du président de la République avaient bien été mis au courant de la situation, ce qu'il dit avoir fait le 2 mai. Il estime qu'ensuite, « il leur appartenait donc d’agir », que « c’est la règle pour tous les manquements »[290],[307],[308],[309].

Le même jour, Michel Delpuech, préfet de police de Paris, est à son tour auditionné : il dément que les manquements d'Alexandre Benalla auraient dû être sanctionnés au niveau de la préfecture de police, car, d'après lui, ils devaient être traités par l'autorité hiérarchique dont il dépendait, c'est-à-dire l'Élysée, ce qui a d'ailleurs effectivement bien eu lieu[310],[311],[312],[313]. Le soir même, un article du Monde souligne les contradictions du ministre et du préfet sur la manière dont l’information a circulé entre les différentes autorités[314]. Selon la professeure de droit Élisabeth Fortis, « l'article 40 ne dit pas de faire remonter l'information à son supérieur »[313].

De même, l'audition dans la soirée du directeur de l’ordre public et de la circulation, le directeur des services actifs[315] Alain Gibelin, contredit la version de l'Élysée, ce dernier affirmant que la suspension d'Alexandre Benalla n'était pas effective sur la période avancée. Il explique également qu'Alexandre Benalla « ne bénéficiait d’aucune autorisation de la préfecture de police » et précise que c’est le chef d’état-major de la direction de l’ordre public et de la circulation, Laurent Simonin, depuis mis en examen dans cette affaire, qui a donné sans prévenir sa hiérarchie[316] cette autorisation à Alexandre Benalla et lui a remis son casque[317]. Contacté par Le Figaro après l'audition d'Alain Gibelin, l'Élysée maintient sa version initiale et apporte un « démenti formel » aux déclarations du directeur de l'ordre public au sujet de la participation d'Alexandre Benalla à des réunions durant sa période de suspension[318].

Le 24 juillet, Alain Gibelin confirme finalement le démenti de l'Élysée en indiquant dans une lettre à destination de la présidente de la commission des Lois qu'il s'est trompé sur les dates[319].

Patrick Strzoda, directeur de cabinet d'Emmanuel Macron et supérieur hiérarchique d'Alexandre Benalla, est auditionné le 24 juillet par les députés de la commission. Il déclare ne pas avoir prévenu la justice des agissements de Benalla car il ne possédait pas « assez d'éléments » pour le faire : notamment l'interpellation effectuée par Alexandre Benalla n'a pas été suivie d'une plainte ou d'une ITT[320], et les informations que Patrick Strzoda avait reçues des spécialistes de l'IGPN ayant analysé les vidéos n'allaient pas « dans le sens d'un article 40 »[321]. Concernant les fonctions d'Alexandre Benalla au sein de son cabinet, il précise que celui-ci faisait partie des adjoints au chef de cabinet, placé sous la responsabilité à la fois du chef du cabinet et du chef adjoint du cabinet, ces deux derniers étant déclarés au journal officiel, et les adjoints ne l'étant pas[169].

Le colonel Lionel Lavergne (chef du GSPR) est auditionné le 26 juillet 2018 ; il décrit positivement les relations professionnelles entre Alexandre Benalla et ses collaborateurs[322].

Les groupes Les Républicains — et le co-rapporteur de la commission Guillaume Larrivé[323] —, La France insoumise, le PS, le Parti communiste, le Rassemblement national quittent la commission d'enquête le , dénonçant un « sabotage pratiqué sciemment » par le groupe La République en marche. Le co-rapporteur pense que la commission « n'est devenu hélas qu'une parodie »[324]. En effet, contrairement à l'opposition, la majorité estime qu'il n'est pas nécessaire de procéder à l'audition de « toute la chaîne hiérarchique » de l'Élysée et du ministère de l'Intérieur[324]. Yaël Braun-Pivet, députée LREM, présidente de la Commission des lois affirme que « l'opposition voulait une tribune médiatique »[325],[326].

Le , après moins de deux semaines de travail et une dizaine d'auditions, la commission achève officiellement ses travaux, lesquels ne donneront lieu à aucune publication de rapport ni de conclusions. Seul un compte rendu des auditions sera publié[327].

Commission des Lois du Sénat[modifier | modifier le code]

À l'instar de l'Assemblée nationale, le Sénat annonce le vouloir se constituer en commission d'enquête parlementaire le [328]. La commission, dont les rapporteurs sont Muriel Jourda et Jean-Pierre Sueur, est chargée « de mettre au jour les dysfonctionnements institutionnels et administratifs qui créent une confusion entre les missions constitutionnelles du Président de la République et celles du Gouvernement, seul responsable devant le Parlement » selon son président Philippe Bas[329]. Le , le ministre de l'Intérieur est auditionné[330]. Le , le Sénat auditionne le directeur général de la gendarmerie Richard Lizurey[331], celui de la police nationale Éric Morvan, la directrice de l'IGPN Marie-France Moneger[332], le directeur de cabinet de la présidence de la République Patrick Strzoda[159], le chef du service de la protection Frédéric Aureal[333] et le Défenseur des droits Jacques Toubon[334].

Le , le secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler est auditionné[335],[336]. Alexis Kohler reste fidèle à la ligne de défense de l'Élysée, estimant la sanction envers Alexandre Benalla « proportionnée » au « regard des éléments connus le  »[337],[338]. Notamment, il déclare que celui-ci n'a pas « provoqué de blessures »[339]. Il insiste sur le fait que la sanction à l'encontre d'Alexandre Benalla a été « rapide », ce qui fait réagir les sénateurs. Le président de la commission d’enquête, Philippe Bas, note que le salaire d'Alexandre Benalla a été versé intégralement pendant sa mise à pied et déclare : « La sanction a peut-être été très rapide, mais son exécution est très lente. » Esther Benbassa, sénatrice écologiste de Paris, note que la sanction a été suivie d'une « récompense », puisque le chargé de mission a déclaré occuper le logement quai Branly à partir du [337].

Pendant l'audition d'Alexis Kohler, l'une des principales préoccupations des sénateurs est l'écart entre les missions officielles d'Alexandre Benalla et la pratique sur le terrain qui leur semble dépasser le cadre de ces missions. Plusieurs fois, Alexis Kohler assure que le chargé de mission n'était pas en charge de la sécurité, mais qu'il avait une mission de coordination, la sécurité du président étant toujours sous la responsabilité du commandement militaire et du GSPR[337]. Alexis Kohler affirme ainsi qu'il n'existait pas de « police parallèle à l'Élysée » et qu'Alexandre Benalla ne s'occupait que des déplacements du président et devait assurer « l'interaction entre la chefferie de cabinet et les personnes en charge de la sécurité »[340]. Les sénateurs se demandent pourquoi Benalla avait besoin d'une arme, s'il ne s'occupait que de coordination[337]. D'après le Huffington Post, il a été difficile pour le secrétaire général de justifier ce port d'arme[341]. D'après Les Échos, le secrétaire général a insisté sur le fait qu'Alexandre Benalla « n'a jamais été en charge de la protection du président ». Il a été mis en difficulté lorsqu'il a été interrogé sur l'autorisation de port d'arme délivrée par la préfecture de police à Alexandre Benalla car cette autorisation indique que ce dernier était chargé d'une « mission de police dans le cadre de son action de coordination de la sécurité de la présidence de la République avec les forces militaires et le GSPR »[342]. Selon Ouest France, « au grand regret des sénateurs », Alexis Kohler n'a pas éclairci la « contradiction manifeste » entre les déclarations du cabinet de l'Élysée concernant le rôle officiel d'Alexandre Benalla et son « rôle plus officieux qu’il semblait réellement jouer »[337].

Les sénateurs demandent aussi au secrétaire général de s'exprimer sur l'interview d'Alexandre Benalla donnée au Monde, où il évoquait des « frictions » entre lui et les policiers chargés de la sécurité du président, ce qui, selon Ouest France, confirmait les déclarations de plusieurs syndicats de police. Alexis Kohler répond qu'il n'en savait rien, et qu'il n'avait que de bons échos du travail du chargé de mission. Les sénateurs estiment que le secrétaire général a esquivé le fond des questions, et que les zones d'ombre subsistent[337].

Lors de son audition le 26 juillet, le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, estime que « le fait d'accueillir une personnalité à la préfecture de police », n'est pas « en soi un problème », et que c'est le comportement de l'observateur qui a été une faute. Le préfet ajoute que la qualité d'observateur d'Alexandre Benalla a été mise en place « à un niveau non pertinent car le directeur n'était pas informé. […] c'est possible parce qu'il y a eu une initiative entre copains. […] C'est ce que j'ai dénoncé : des dérives individuelles sur fond de copinage malsain »[338],[343],[344].

Alain Gibelin, directeur de l’ordre public et de la circulation à la préfecture de police de Paris, est auditionné le . Il affirme qu'il a déjeuné avec Alexandre Benalla le , et a alors expliqué précisément que, pour devenir observateur de police, le chargé de mission devrait obtenir l'autorisation de la préfecture. Alain Gibelin assure qu'Alexandre Benalla ne lui a pas fait parvenir cette autorisation, que la date du 1er mai n'a jamais été convenue entre eux, et qu'il n'a eu connaissance de la participation de Benalla que le lendemain du . Alexandre Benalla affirme pour sa part au Monde qu'Alain Gibelin a menti, et il déclare : « à la fin de ce déjeuner, [Alain Gibelin] m'a demandé si je venais toujours le 1er mai et si j'avais reçu l'équipement que je devais recevoir ». D'après Alain Gibelin, « à aucun moment monsieur Benalla n'a émis l'idée que ça soit le 1er mai spécifiquement », et en aucun cas il n'aurait « autorisé à équiper Alexandre Benalla d’un brassard de police et d’un poste de radio »[338],[345],[346],[347].

Plusieurs syndicats de policiers sont auditionnés le . Yves Lefebvre, secrétaire général d’Unité SGP-police Force ouvrière, indique qu’Alexandre Benalla allait « jusqu’à l’insulte à l’encontre des gradés et des gardiens de la paix du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) »[348]. Le secrétaire général du Syndicat des commissaires de la Police nationale (SCPN), qui qualifie Benalla de « conseiller du président de la République », déclare : « Il venait très souvent sur les services d’ordre, pour des debriefings. Les cadres de la préfecture de police le connaissaient comme une autorité ». Le président du Syndicat indépendant des commissaires de police (SICP) affirme que « la confusion des rôles, des missions, l’ambiguïté des fonctions de M. Benalla, nous posent de graves problèmes, notamment sur la lisibilité des instructions qu’il pouvait donner à nos collègues »[349],[350].

Institutionnelles[modifier | modifier le code]

Le 22 juillet, Emmanuel Macron reconnaît des « dysfonctionnements » et charge son secrétaire général Alexis Kohler de préparer une réforme du fonctionnement de l'Élysée[351]. La sécurité du président qui semble avoir été un détonateur fera partie de ce chantier[121]. Les modalités de contrôle de l'exécutif par l'Assemblée feront également partie du débat[352]. Les limites de la séparation des « pouvoirs à la française » sont évoquées[353],[354].

Le 27 juillet, suivant les recommandations du rapport de l'IGPN, le ministre Gérard Collomb annonce une réforme obligeant les observateurs au sein des forces de police à porter un signe distinctif et signer une convention accompagnée d'une charte[355].

Le , le bureau de l'Assemblée nationale vote, à l’unanimité moins une voix, des règles d'attributions des badges plus restrictives[356]. L'attribution sera « désormais réservée exclusivement aux directeurs de cabinet et aux conseillers parlementaires/politiques ». Cependant, un directeur de cabinet reste libre de « demander que son badge soit attribué à un collaborateur de son choix et pour la durée des fonctions de celui-ci »[356]. Les badges seront visés par le président de l’Assemblée nationale alors que cette tâche relevait traditionnellement du secrétaire général[356].

Réorganisation des services de l'Élysée[modifier | modifier le code]

Selon les services de la présidence, « la nécessité de revoir l'organisation interne a été identifiée bien avant l'affaire »[357]. Sont évoqués des « fonctionnement archaïque » datant des présidences précédentes. La création d'un poste de directeur général des services (DGS), comme il en existe dans les collectivités locales, est prévue pour fin 2018. L'objectif est de centraliser la gestion des recrutements, des logements de fonction, des mouvements et des missions attribuées aux salariés. Un état-major commun au GSPR et au commandement militaire, avec centralisation de la logistique, est également prévu[357].

Opinion publique[modifier | modifier le code]

Cette affaire est généralement considérée, au moment où elle intervient, comme la crise politique la plus importante du quinquennat d'Emmanuel Macron[358],[359].

Un sondage Elabe réalisé les 23 et 24 juillet indique que 80 % des Français – dont 71 % des électeurs d'Emmanuel Macron – se déclarent « choqués » par cette affaire et que 73 % d'entre eux estiment que celle-ci aura un impact négatif sur l'image du chef de l'État[360]. D’après une étude OpinionWay réalisée le 25 juillet, 59 % des Français pensent que l'affaire Benalla est une affaire d’État et 72 % considèrent que l'affaire Benalla est « grave », dont 46 % « très grave »[361],[362].

Selon une enquête Ipsos des 20 et 21 juillet, la popularité du président baisse de quatre points de pourcentage, atteignant son plus bas niveau depuis septembre 2017[363]. Il en est de même pour l’Ifop, qui mesure une baisse d'un point et place Emmanuel Macron à son plus bas niveau depuis son élection[364]. À l’inverse, un sondage Harris Interactive (24-26 juillet) et le baromètre Harris Interactive (28 juillet) indiquent une progression de respectivement quatre et deux points[365],[366].

Sur le désintérêt supposé de l’opinion publique pour l’affaire, France Info met en avant les trois millions de tweets intervenus sur le sujet en une semaine, le tiers des tweets interpellant directement le président de la République. La station de radio indique que ce nombre est supérieur, sur la même période de temps, au nombre de tweets intervenus sur l'affaire Fillon (500 000), sur #MeToo, #BalanceTonPorc et #JeSuisCharlie. Sur Facebook et Google, les interactions et les recherches rattrapent et même parfois dépassent celles sur la Coupe du monde de football de 2018. Des records d'audience sont également relevés sur les chaînes d'information[362].

Le 30 juillet, l'Ifop publie une enquête selon laquelle 48 % des sondés considèrent que « les médias en font trop » dans cette affaire, tandis que 33 % pensent qu'ils en font « suffisamment » et 19 % « pas assez »[367] ; concernant l'attitude de l'opposition, 41 % des sondés estiment qu'elle en fait « trop », 31 % « suffisamment » et 28 % « pas assez »[367]. Le 2 août, un sondage YouGov indique que 37 % des Français considèrent qu'il s’agit d’une affaire d'État, 28 % d'un fait divers et 24 % d'une crise politique ; dans cette étude, une majorité de sondés considèrent que l'affaire Benalla est « la pire crise depuis l'élection d'Emmanuel Macron » et souhaitent qu’Emmanuel Macron s'explique devant les commissions d’enquête parlementaire[368].

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

Au niveau national[modifier | modifier le code]

Bien que la vidéo des faits soit publiée dès le soir du 1er mai sur des réseaux sociaux, notamment par plusieurs personnes présentes place de la Contrescarpe, pour dénoncer les violences policières[369], le fait n'est que peu ou pas relaté par la presse jusqu'au 18 juillet. C'est à cette date que le quotidien Le Monde en fait état pour la première fois[370], indiquant que l'auteur des violences n'est pas un policier, mais un collaborateur de la présidence de la République, ce qui donne aux faits une connotation politique. Très rapidement, d'autres médias de la presse radiophonique et télévisuelle reprennent l'information.

Au niveau international[modifier | modifier le code]

La vidéo montrant un chargé de mission de la présidence s'en prenant à un jeune homme, en marge des manifestations du 1er mai, est largement relayée par la presse étrangère, notamment européenne et anglo-saxonne, telle que The New York Times, et The Washington Post pour les États-Unis, ou The Guardian pour le Royaume-Uni, qui indiquent tous qu'il s'agit d'une grave crise car, selon le journal britannique, « elle remet en question [l]a promesse [d’Emmanuel Macron] de mener une république “exemplaire” »[371].

Le quotidien belge Le Soir évoque, quant à lui, le délai de deux mois entre la publication de la vidéo et l'identification de l'individu incriminé, pour que cette affaire « prenne de l'ampleur », en posant une question qui semble sous-entendre que « la France s'est habituée à la violence de la part des forces de l'ordre »[372].

Le 2 août 2018, le magazine américain The New Yorker considère que « le sujet de l'affaire Benalla n'est pas Alexandre Benalla », mais « le Président français et la façon impétueuse et sûre de lui avec laquelle il a traversé avec fracas sa première année de mandat »[373].

Fausses informations[modifier | modifier le code]

Certaines intox (ou fake news) ont accompagné cette affaire.

Des rumeurs sur des prélèvements d'ADN par Alexandre Benalla ou des bandes vidéosurveillance effacées, relayées par le militant d’extrême droite Boris Le Lay, ont été démenties[374].

De nombreux tweets liés à l’extrême droite affirment qu'Alexandre Benalla s'appelle en réalité Lahcène Benahlia, ce qui est démenti par Thomas Toutain, ancien responsable des Jeunes socialistes de l’Eure qui connaît Alexandre Benalla depuis 2010. L'information est également démentie par une source proche de l'Élysée et de manière implicite par Éric Dionis, le secrétaire de direction de son ancien lycée à Bernay qui l’appelle Alexandre[375],[376].

La reprise de l'affaire par des sites parodiant l'actualité a également induit en erreur le député Les Républicains de la 7e circonscription des Alpes-Maritimes, Éric Pauget, qui a partagé[377] le 23 juillet 2018 sur Twitter l'article humoristique du site Nordpresse, indiquant qu'Alexandre Benalla était en possession des codes de tir nucléaire français[378], en demandant un « audit complet du fonctionnement de l'Élysée sous contrôle parlementaire ».

Informations démenties par l'exécutif[modifier | modifier le code]

Le salaire d'Alexandre Benalla est annoncé par Le Parisien autour de 10 000 [379]. Par la suite, Le Journal du dimanche annonce le salaire à 7 113  bruts[380], puis le porte-parole du gouvernement indique 5 000  nets[381]. Alexandre Benalla déclare toucher 6 000  net mensuels[3].

L'Express annonce qu'Alexandre Benalla va bénéficier d'un appartement quai Branly de 300 m2[382] avant de redescendre à 200 m2[121], tandis que le porte-parole du gouvernement parle de 80 m2 et d'une décision de travaux antérieure de plusieurs mois à la décision d'affectation de l'appartement à Alexandre Benalla[381].

Valeurs Actuelles annonce qu'Alexandre Benalla souhaitait devenir sous-préfet au tour extérieur et que la présidence de la République l'en a découragé[383]. Sa demande aurait suscité plusieurs oppositions au point où, âgé alors de 26 ans, il doit renoncer à présenter sa candidature d'autant plus que la limite d'âge inférieure à 35 ans n'a pas été supprimée pour les candidats non fonctionnaires[383],[384]. Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb indique quant à lui en commission à l'Assemblée nationale ne pas être au courant d'une telle demande[384],[385].

Le 24 juillet, les services de l'Élysée fournissent une note pour démentir certaines informations qui circulent dans les médias, concernant le salaire, le logement, les responsabilités et les habilitations d'Alexandre Benalla en indiquant que cette affaire ne peut être considérée comme une affaire d'État, puisqu'il s'agit de dérives individuelles[386].

Le même jour, en audition devant les députés, le directeur de cabinet Patrick Strzoda dément « formellement » de « très nombreuses rumeurs » : la rémunération d'Alexandre Benalla de 10 000  mensuels, l'installation prévue dans un duplex de 200 à 300 m2, une demande du chargé de mission ou une intervention en vue d'une nomination comme sous-préfet et une future nomination pour superviser tous les services de sécurité de l'Élysée[320],[387],[388],[389]. Il refuse toutefois de révéler le montant du salaire d'Alexandre Benalla, arguant que l'information relève du fonctionnement de l'Élysée et qu'il contreviendrait au principe de la séparation des pouvoirs en le communiquant.

Sur Internet[modifier | modifier le code]

L'affaire Benalla gagne vite en popularité sur Internet, où elle est aussi appelée « Benallagate »[390],[391], et notamment sur les différents réseaux sociaux. Plus d'un million et demi de tweets sont ainsi échangés en moins d'une semaine sur Twitter, dépassant les chiffres des mouvements BalanceTonPorc (ou MeToo, dénonciations des agressions et du harcèlement sexuel) et Je suis Charlie (à la suite de l'attentat contre Charlie Hebdo)[392]. Durant le week-end suivant les révélations du quotidien, l'article « Affaire Benalla » était le plus consulté de la Wikipédia en français, qui a par la suite fait « l'objet d'une intense activité »[393].

Les relations entre Alexandre Benalla et Emmanuel Macron font l'objet de plusieurs détournements[394], dont certains en lien avec la Coupe du monde de football 2018, remportée par l'équipe de France[395]. Le journal Sud Ouest évoque également une « chasse aux photos » d'Alexandre Benalla avec le président de la République[396].

En réponse aux propos d'Emmanuel Macron « s’ils veulent un responsable, il est devant vous, qu’ils viennent le chercher », une centaine de manifestants se sont réunis le place de la Contrescarpe après l’appel « allons chercher Macron » lancé sur Facebook[397].

Étude Disinfo Lab[modifier | modifier le code]

Le 3 août 2018, l'ONG belge Disinfolab publie les résultats partiels d'une étude menée du 19 juillet au 3 août où elle évoque un gonflement artificiel du volume de messages concernant l'affaire Benalla sur Twitter[398],[399]. Selon cette ONG bruxelloise[400], qui se présente comme une association de lutte contre la désinformation financée exclusivement par Twitter[401], au , un total de quatre millions de tweets ont été publiés par 250 000 personnes[402]. Les analystes de l'ONG affirment que 2 600 comptes, soit 1 % des comptes actifs sur l'affaire Benalla, ont produit 1,7 million de tweets sur Twitter, soit 44 % des messages écrits sur cette polémique. Parmi ces comptes, l'association estime qu'une partie des comptes sont à la fois pro-Mélenchon, pro-Rassemblement national ou « russophiles » (pour l'association, il s'agit de l'écosystème qui relayait les médias Russia Today et Sputnik en février et mars 2017). Une partie des comptes appartiennent à des personnes, mais la très grande majorité sont des comptes « à pseudonymes » (noms génériques comme Pierre François, Louis Dupont), avec une plus faible proportion de relai de fausses nouvelles. L'association relève trois comptes tweetant 24 heures sur 24 et automatisés[403],[404].

Cette étude alimente le soupçon d'un « gonflage numérique » ou d'« astroturfing » de l'affaire, et certains élus demandent à la commission d'enquête du Sénat d'enquêter sur une « manipulation d'ampleur, largement relayée par l’extrême droite et certains comptes liés en majeure partie à la « communauté russophile », à LR et à LFI, destinée à déstabiliser l’exécutif »[405],[406]. Le secrétaire d'État au Numérique, Mounir Mahjoubi, estime qu'il y a « clairement eu une volonté opportuniste d'utiliser une actualité chaude pour accélérer sa diffusion et favoriser une polarisation de l’opinion » en réponse à l'étude. Toutefois, Alexandre Alaphilippe, chercheur au sein de cette ONG, souligne que les comptes pro-Macron sont aussi très actifs sur cette affaire[404].

Arrêt sur images et Les décodeurs du Monde critiquent les résultats de l'étude d’EU Disinfo Lab et notent qu'elle est peu fiable[401],[407]. L'enquête des Décodeurs semble montrer notamment que même si certains comptes ont une « activité frénétique » de retweets, il s'agit bien d'êtres humains et non de bots[407],[408]. Dans une étude publiée le 7 août 2018[409] et reprise par Le Monde, Damien Liccia, spécialiste en analyse de l'opinion, remet en cause les affirmations portant sur une manipulation orchestrée par la Russie ; selon cette étude, l'affaire Benalla ne peut s'expliquer ni par une ingérence étrangère, ni par des bots ayant contribué à gonfler artificiellement la discussion. Animateur du site les-crises.fr, Olivier Berruyer accuse EU Disinfo Lab d'appartenir à une nébuleuse anti-russe[410] qui serait proche de l'Atlantic Council et de l'Open Society de Georges Soros. Il affirme que l'analyse amalgame les tweets et les retweets, notamment de journaux français, et il l'accuse avec d'autres utilisateurs de Twitter de publier des informations personnelles sur les auteurs des tweets[411]. Sur le site Checknews.fr, Cédric Mathiot note toutefois que ces informations sont publiées par les utilisateurs eux-mêmes, contrairement à leur affiliation politique supposée, attribuée par l'étude à partir d'un algorithme sur graphe[412]. L'un des responsables de Disinfo Lab, Alexandre Alaphilippe, dit s'être assuré de la base légale de l'étude et répond que « tout ce qui est publié sur Twitter, dès lors qu'on a accepté les conditions d'utilisation, constitue des données publiques, qui peuvent être réutilisées à des fins d'analyse » [400]. L'association précise également que les utilisateurs de Twitter sont prévenus de l’utilisation qui peut être faite des données publiées[412].

Le 8 août, Disinfolab publie les conclusions de son étude, qui révèle selon France Info que « rien ne permet d'affirmer qu'une ingérence russe organisée a cherché à amplifier l'affaire Benalla sur Twitter »[399],[398]. Le responsable principal de l'étude, Nicolas Vanderbiest, déclare que le sens de son travail a été détourné, le mot « russophile » étant devenu synonyme « d’attaque du gouvernement russe » et le mot « gonflage numérique » étant devenu « bot »[413].

De nombreux internautes ont saisi la CNIL à la suite de leur fichage présumé dans un fichier constitué sans leur autorisation par EU Disinfo Lab pour cette étude[414],[415].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon RTL, il était normal qu'Alexandre Benalla bénéficie de cette habilitation, qui lui permettait par exemple de suivre le président dans des lieux sensibles [1]. Pour le Canard enchaîné, cette prérogative est normalement réservée au chef de cabinet du Président (numéro 5 100, juillet 2018).
  2. Cette catégorie H permet un accès à l'hémicycle de l'Assemblée nationale, il s'agit du niveau d'autorisation le plus élevé, supérieur à celui des simples collaborateurs ; même les directeurs de cabinet des ministres y ont rarement accès.
  3. L'article 40 du Code de procédure pénale indique que « Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs ».
  4. L'article 73 du Code de procédure pénale indique que « Dans les cas de crime flagrant ou de délit flagrant puni d'une peine d'emprisonnement, toute personne a qualité pour en appréhender l'auteur et le conduire devant l'officier de police judiciaire le plus proche ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Défilés du 1er-Mai : des black blocs font dérailler la manifestation à Paris », France 24,‎ (lire en ligne).
  2. a, b, c, d, e et f Karl Laske et Michaël Hajdenberg, « Les zones grises du faux policier de l'Elysée », Mediapart,‎ (lire en ligne).
  3. a, b, c, d et e Gérard Davet, François Krug et Fabrice Lhomme, « Entretien exclusif : Alexandre Benalla livre ses vérités », Le Monde,‎ (résumé)
  4. a, b, c, d et e « PARIS : L’enquête de l’Inspection Générale de la Police Nationale sur les conditions d’accueil d’ALEXANDRE BENALLA », sur presseagence.fr.
  5. « Un échange de SMS montre comment M. Benalla a été invité à la manifestation du 1er-Mai », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  6. a et b BFMTV, « Affaire Benalla : l'IGPN rend ses conclusions », sur BFMTV (consulté le 28 juillet 2018)
  7. a et b « Affaire Benalla : ce qu'il faut retenir du rapport de l'IGPN », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  8. a, b et c Cécile Bouanchaud, « Affaire Benalla : le déroulement des faits, le 1er mai, place de la Contrescarpe », sur lemonde.fr, .
  9. « Apéro au Quartier latin après la manifestation », sur paris-luttes.info, .
  10. a et b « Affaire Benalla : le procureur de Paris demande des explications à la police », sur lemonde.fr, .
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p Alexandre Poussart, « Affaire Benalla : les auditions de la commission d’enquête du Sénat en intégralité », sur publicsenat.fr, .
  12. a, b, c, d et e « Vidéo : comment Alexandre Benalla et Vincent Crase, au cœur du dispositif policier, lancent les deux interpellations », sur Liberation.fr, .
  13. « Une réaction sanguine, irréfléchie » selon leur propre avocat, le .
  14. a et b Emeline Cazi, « Affaire Benalla : les plaignants, « des badauds qui venaient assister à une manifestation » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  15. a et b http://www.lefigaro.fr/politique/2018/07/26/01002-20180726ARTFIG00231-pourquoi-le-couple-frappe-par-benalla-n-a-t-il-pas-ete-poursuivi-molins-interroge-la-police.php
  16. « Affaire Benalla : de nouvelles images montrent l'agression d'une femme », sur parismatch.com, consulté le .
  17. Daniel Schneidermann, « Vu de Barjac. Un emballement Benalla ? Alors, vive l'emballement ! », sur arretsurimages.net,
  18. a et b Vidéo de Taha Bouhafs posté le sur Twitter
  19. Ariane Chemin, « Le Monde identifie, sur une vidéo, un collaborateur de Macron frappant un manifestant, le 1er mai, à Paris : Equipé d’un casque à visière des forces de l’ordre, Alexandre Benalla, chargé de la sécurité du chef de l’État, s’en est pris à un homme à terre, place de la Contrescarpe », Le Monde),‎ (lire en ligne).
  20. a et b « Viré par Montebourg, signalé pour agressions… Qui est Alexandre Benalla, le collaborateur d'Emmanuel Macron accusé de violences ? », sur 20minutes.fr, .
  21. a et b « Affaire Benalla : de nouvelles révélations », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  22. «  Il le traîne violemment par le cou, le frappe derrière la tête puis lui assène plusieurs coups de pied au sol. », VIDEO. Violences du 1er-Mai: Un collaborateur d’Emmanuel Macron filmé en train de frapper un manifestant, 20 minutes, 18/7/2018
  23. « "L'homme se fait étrangler par Alexandre Benalla, il lui assène plusieurs coups de poing dans le dos, dans la tête par derrière (...) L'homme était inoffensif, par terre et suppliait d'arrêter" » selon un témoin, militant LFI qui a filmé la scène, Affaire Benalla : qui sont les auteurs de la vidéo montrant un collaborateur d'Emmanuel Macron frappant un manifestant le 1er-Mai ?, Europe 1, 19/7/2018
  24. Aurore Coulaud, « Interview d'Alexandre Benalla au «Monde» : sa version et ses incohérences », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  25. « Alexandre Benalla à la Contrescarpe: "C'est exactement le même geste que j’ai fait à Emmanuel Macron quand il a pris un œuf" », sur HuffingtonPost.fr,
  26. « Benalla persiste sur TF1 : «aucun coup porté» le 1er mai », sur FIGARO, (consulté le 29 juillet 2018)
  27. « Vidéo. Alexandre Benalla sur TF1 : "J’ai eu une réaction de citoyen" », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne)
  28. « Affaire Benalla: le 3e homme s'appelle Philippe Mizerski », FranceSoir,‎ (lire en ligne)
  29. « Affaire Benalla : Philippe Mizerski, "troisième homme" et policier chargé d'accompagner Alexandre Benalla », LCI,‎ (lire en ligne)
  30. Le JDD, « Laurent Simonin, le policier au centre de l'affaire Benalla », lejdd.fr,‎ (lire en ligne)
  31. a, b et c « Affaire Benalla: une nouvelle vidéo accablante », LeSoir.be, (consulté le 22 juillet 2018).
  32. « Benalla place de la Contrescarpe: une nouvelle vidéo accablante », Mediapart, (consulté le 24 juillet 2018).
  33. « Nouvelle vidéo: Benalla a fait interpeller sa victime », Mediapart, (consulté le 24 juillet 2018).
  34. a, b, c et d Willy Le Devin et Ismaël Halissat, « 1er Mai : Benalla et Crase impliqués dans une autre interpellation », Libération,‎ (lire en ligne).
  35. a et b « Alexandre Benalla et Vincent Crase identifiés sur une autre vidéo d'interpellation le 1er-Mai », europe1.fr, (consulté le 29 juillet 2018).
  36. a, b et c « DOCUMENT FRANCEINFO. Violences le 1er-Mai : une nouvelle vidéo fragilise la défense d'Alexandre Benalla », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  37. « 1er mai : nouvelle photo compromettante pour Benalla et Crase », valeursactuelles.com, (consulté le 1er août 2018).
  38. Timothée Vilars, « 1er-Mai au Jardin des Plantes : "Il se tord de douleur, Benalla lui fait une clé de bras" », sur nouvelobs.com, .
  39. a et b « Affaire Alexandre Benalla : l'agresseur identifié à partir de la vidéo d'un militant isérois », sur france3-regions.francetvinfo.fr, .
  40. « "On a affaire à un homme violent !" Le jeune qui a filmé Benalla témoigne », Sud Radio),‎ (lire en ligne).
  41. « Taha Bouhafs », sur Twitter, (consulté le 23 juillet 2018).
  42. a et b « Affaire Benalla : ce que montrent les différentes vidéos de la place de la Contrescarpe », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  43. « Un collaborateur de l'Élysée, filmé en train de frapper un manifestant le à Paris, mis à pied avant d'être réintégré », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  44. « Un haut conseiller de Macron, Alexandre Benalla, tabasse un manifestant », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  45. « Un collaborateur de Macron identifié en train de frapper un manifestant le 1er mai à Paris », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  46. « Un collaborateur de Macron filmé en train de frapper un manifestant le 1er mai », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne)
  47. « Un collaborateur d’Emmanuel Macron filmé en train de frapper un manifestant le 1er mai », sur Le Parisien,
  48. « Une vidéo montre un collaborateur de Macron frapper un manifestant du 1er-Mai à Paris », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  49. a et b « Affaire Benalla : les questions et contradictions soulevées par l'interview de l'ancien garde du corps de Macron », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  50. « Affaire Benalla : les deux victimes molestées se constituent parties civiles », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  51. a et b « Collaborateur de Macron: ouverture d'une enquête », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  52. « Un collaborateur de Macron suspendu 15 jours pour des violences sur un manifestant le 1er mai », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  53. a et b « Affaire Benalla : « C'était un défouloir », rapporte l'auteur d'une vidéo des violences », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  54. « Nicolas Lescaut on Twitter », sur Twitter (consulté le 23 juillet 2018).
  55. a et b « Affaire Benalla : une nouvelle vidéo montre la scène de violence sous un autre angle », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  56. « Affaire Benalla: qui est le 3e homme aux côtés de Benalla et Crase ? », FranceSoir,‎ (lire en ligne).
  57. Le JDD, « Ce qu'a dit Alexandre Benalla en garde à vue », lejdd.fr,‎ (lire en ligne).
  58. Pauline Moullot, « Affaire Benalla : que s'est-il passé avant l'interpellation des deux jeunes ? », Libération,‎ (lire en ligne).
  59. « Affaire Benalla: une nouvelle vidéo révélée », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  60. BFMTV, « Affaire Benalla: les avocats des deux nouveaux plaignants s’expriment sur BFMTV », BFMTV (consulté le 30 juillet 2018)
  61. Jeanne Bulant, « Une autre interpellation de Benalla le 1er mai? "On ne voit rien sur cette vidéo" rétorque son avocat », sur BFM TV, .
  62. Pascale Pascariello, « 1er mai: deux nouvelles vidéos montrent l'implication de Benalla et Crase dans une autre interpellation », sur mediapart.fr, .
  63. « Affaire Benalla : l'enquête sur la vidéosurveillance étendue », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  64. BFMTV, « Affaire Benalla: le conseiller Ismaël Emelien a visionné les vidéos obtenues illégalement », sur BFMTV (consulté le 30 juillet 2018)
  65. a, b et c « INFO LCI - Affaire Benalla : enquête après la diffusion des images de vidéo-surveillance de la place de la Contrescarpe sur Twitter », LCI,‎ (lire en ligne)
  66. Marie-Alix Dagry, « Affaire-benalla : Vincent Crase, le deuxième -de-Macron mis en cause », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  67. Maxime Vaudano et Adrien Sénécat, « Affaire Benalla : les six failles des réponses de Gérard Collomb », sur Le Monde, .
  68. « Ce que l'on sait de l'affaire Benalla », sur Public Sénat, .
  69. a, b et c Jean-Marc Ducos et J.M. , « Affaire Benalla : "Il rêvait d’être indispensable aux stars" », La Parisien,‎ (lire en ligne).
  70. a et b « Benalla a fait son stage de troisième au Service de protection des hautes personnalités (sans rire) », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  71. a, b, c et d « La panoplie d'un enfant gâté », Le Canard Enchaîné, no 5100,‎
  72. Benoit Négrier, « Alexandre Benalla a été lycéen à Bernay », sur Actu, (consulté le 23 juillet 2018).
  73. Jean-Paul Gondeau, « Quand Alexandre Benalla était étudiant à Clermont-Ferrand », sur La Montagne, (consulté le 23 juillet 2018).
  74. Alain Auffray, « Quand le gendarme Benalla officiait sous les ordres de Lecornu », sur Libération,
  75. a et b https://www.ledauphine.com/france-monde/2018/07/19/violences-du-1er-mai-qui-est-alexandre-benalla
  76. « Eric Plumer, l'homme qui a formé Alexandre Benalla à la sécurité politique : "Ce n'est pas quelqu'un de sanguin, d'incontrôlable" », sur lci.fr, .
  77. a et b Le Point, magazine, « Alexandre Benalla, un garçon posé qui devient parfois "Rambo" », Le Point,‎ (lire en ligne).
  78. https://www.levif.be/actualite/international/qui-est-vraiment-alexandre-benalla-l-homme-par-qui-le-scandale-arrive/article-normal-870467.html
  79. Closermag.fr, « INFO CLOSER. Le jour où Alexandre Benalla a rattrapé Arnaud Montebourg, à vélo sur le périph », Closermag.fr,‎ (lire en ligne)
  80. « Pourquoi Arnaud Montebourg avait licencié Alexandre Benalla au bout d'une semaine », sur vanityfair.fr, .
  81. « Affaire Benalla. L’avocat Karim Achoui : "Nous avons été très proches pendant deux ans" », sur M6 Info, .
  82. « Alexandre Benalla s'était vu refuser le port d'armes en 2013 », lefigaro.fr,‎ (lire en ligne).
  83. a et b Laure Bretton, « Affaire Benalla : pendant la présidentielle, le ministère de l'Intérieur avait refusé un port d'armes à ce «Rambo» », liberation.fr,‎ (lire en ligne).
  84. « Sept questions au coeur de l'affaire Benalla », sur Le Parisien, .
  85. « Port d'arme, voiture équipée… Alexandre Benalla, un « chargé de mission » aux allures de vrai policier », LCI,‎ (lire en ligne).
  86. a, b, c, d, e, f et g « Affaire Benalla : "Une communication à la Trump : on assume et on attaque" - France 24 », France 24,‎ (lire en ligne)
  87. « Audition de Gérard Collomb dans l'affaire Benalla : "J'ignorais la fonction de M. Benalla" », La Dépêche,‎ (lire en ligne).
  88. « Ce que l'on sait d'Alexandre Benalla, de la sécurité du PS jusqu'au bus des Bleus », sur L'Express, .
  89. David   Ponchelet et Cécile Baquey, « Quel rôle a joué Alexandre Benalla auprès de Jean-Marc Mormeck à la délégation interministérielle ? [Enquête] », France Télévisions,‎ (lire en ligne).
  90. David Ponchelet et Cécile Baquey, « Quel rôle a joué Alexandre Benalla auprès de Jean-Marc Mormeck à la délégation interministérielle ? [Enquête] », sur Francetvinfo.fr, .
  91. a et b « Une promotion vraiment frappante », Le Canard Enchaîné, no 5100,‎ .
  92. Valentine Pasquesoone, « Pourquoi l'affaire Alexandre Benalla est explosive pour Emmanuel Macron et le gouvernement : Les révélations du "Monde", mercredi, sur les violences commises par Alexandre Benalla lors d'une manifestation, le , ont plongé Emmanuel Macron et l'exécutif dans une tourmente inédite depuis le début du quinquennat », France Télévisions,‎ (lire en ligne).
  93. a, b et c « France : l’affaire Benalla, cogneur de l’Élysée, tourne à la catastrophe au sommet », sur TV5 Monde, .
  94. a et b Ariane Chemin et François Krug, « Affaire Benalla : quand la "bande d’Alexandre" suit Macron à l’Elysée », Le Monde,‎ (résumé).
  95. a, b et c « Le rôle ambigu de Alexandre Benalla, le Monsieur Sécurité de Macron », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  96. « Affaire Benalla: «Quand vous dites que vous venez de la présidence, tout le monde se tait, y compris les gendarmes» », sur www.20minutes.fr (consulté le 16 août 2018)
  97. « Griveaux: Benalla «pas en charge de la sécurité» de Macron », sur FIGARO, (consulté le 6 août 2018)
  98. a et b Aziz Zemouri, « Affaire Benalla : Alexandre Benalla devait diriger la sécurité présidentielle à Brégançon cet été », Le Point,‎ (lire en ligne)
  99. a et b « VIDEO. Affaire Benalla: «Dévoué», «disponible»...Le chef de la sécurité du Président loue les qualités d'Alexandre Benalla », sur www.20minutes.fr (consulté le 5 août 2018)
  100. a, b et c « Selon le chef du GSPR, M. Benalla « n’occupait aucune fonction de protection du président » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  101. « Alexis Kohler : «Il n'existe pas de police parallèle à l'Elysée» », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  102. « Affaire Benalla : les PV d'audition des policiers contredisent la version de l'Élysée », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  103. « Affaire Benalla : des auditions de policiers contredisent la version de l'Elysée », Orange Actualités,‎ (lire en ligne)
  104. « Affaire Benalla : au Sénat, les syndicats policiers dénoncent « la confusion des rôles » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  105. a et b « Service d’ordre. Des barbouzes à Benalla, l’histoire des flics du palais », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  106. a et b Maud Larivière, « Yves Lefebvre, secrétaire général de l’unité police FO, affirme qu’il y avait des privés dans le service de sécurité de la présidence », sur Public Sénat, .
  107. « La sécurité du président devait passer sous autorité unique de l’Elysée », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  108. Stéphane Kovacs, « Franc-maçon, Benalla est suspendu à titre conservatoire de sa loge », Le Figaro.fr,‎ (lire en ligne)
  109. a et b Pauline Moullot, « Comment Benalla a-t-il obtenu son grade de lieutenant-colonel ? », sur Libération, .
  110. a et b Jean-Marc Ducos, « Affaire Benalla-Crase : la note interne de la gendarmerie pour calmer ses troupes », sur Le Parisien, .
  111. « Alexandre Benalla, un réserviste opérationnel passé de brigadier à lieutenant-colonel : explications », L'ESSOR de la Gendarmerie Nationale,‎ (lire en ligne).
  112. « La liste hallucinante des privilèges accordés à Alexandre Benalla », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).
  113. Laurent Léger, « Quand Benalla skiait avec Macron », L'Express,‎ (lire en ligne).
  114. a, b et c David Revault d’Allonnes, « Emmanuel Macron et Alexandre Benalla se sont parlé au téléphone après le début de l'affaire », lejdd.fr,‎ (lire en ligne).
  115. https://www.lci.fr/politique/affaire-video-alexandre-benalla-comment-l-elysee-repond-a-la-polemique-des-violences-du-1er-mai-2093898.html
  116. http://www.liberation.fr/france/2018/07/25/affaire-benalla-cinq-questions-pour-le-responsable_1668893
  117. a et b « Ce que l'on ne sait pas encore (et ce que l'on sait déjà) de l'affaire Benalla », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  118. Alexandre Decroix et Alison Tassin, « Affaire Benalla : comment l’Elysée répond à la polémique », LCI,‎ (lire en ligne).
  119. a, b et c François Krug et Ariane Chemin, « Alexandre Benalla est logé quai Branly, dans une dépendance de l’Elysée », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  120. a et b « Alexandre Benalla. Appartement, voiture, salaire… la liste de ses privilèges », sur Ouest-France, .
  121. a, b, c, d et e Laurent Léger et Benoist Fechner, « Benalla, du pouvoir et des privilèges », L'Express,‎ (lire en ligne).
  122. Astrid de Villaines, « La stratégie de l’Elysée se fracasse sur la réalité de l’affaire Benalla », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  123. Interview intégrale d'Alexandre Benalla au journal de 20 heures de TF1
  124. « Alexandre Benalla était habilité « secret défense » », Le Point.fr,‎ (lire en ligne).
  125. « Assemblée : LR s'indigne d'un badge qui permettait à Benalla d'accéder à l'hémicycle », Le Point,‎ (lire en ligne).
  126. « Affaire Benalla: il avait un badge de l'Assemblée nationale "pour la salle de sport" », France Soir,‎ (lire en ligne).
  127. Ariane Chemin et François Krug, « Alexandre Benalla, les mystères d’une ascension », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne)
  128. a et b Raphaël Stainville, « [Info VA] Alexandre Benalla et les mystères de son passeport diplomatique », Valeurs Actuelles,‎ (lire en ligne)
  129. a et b Gaël Vaillant, « Alexandre Benalla se serait vu délivrer un passeport diplomatique juste après sa mise à pied », sur lejdd.fr, (consulté le 5 août 2018).
  130. « Appartement de fonction, habilitation "secret-défense"... à quoi avait accès Benalla ? », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  131. « Benalla aurait obtenu un passeport diplomatique avant sa mise à pied », RTL.fr,‎ (lire en ligne)
  132. « L'arsenal impressionnant de Benalla: des armes de poing et un fusil à pompe », sur France Soir, .
  133. a et b « Benalla main lourde », Le Canard Enchaîné, no 5101,‎ .
  134. « Pistolets Glock, fusil à pompe : l’impressionnant arsenal de Benalla », sur Valeurs Actuelles, .
  135. https://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2018/07/31/selon-le-chef-du-gspr-m-benalla-n-occupait-aucune-fonction-de-protection-du-president_5337708_3224.html
  136. « Port d'arme accordé à Benalla : Collomb "pas avisé", le préfet de police assume », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  137. « Affaire Benalla : ce qu'il faut retenir de l'audition du préfet de police de Paris à l'Assemblée nationale », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  138. a et b Marc Leplongeon, « INFO LE POINT. Pourquoi Benalla détenait illégalement un port d'arme », Le Point,‎ (lire en ligne)
  139. https://www.lci.fr/politique/affaire-benalla-patrick-strzoda-avantages-sanctions-port-d-arme-ce-qu-a-dit-le-directeur-de-cabinet-de-macron-a-la-commission-d-enquete-parlementaire-2094118.html
  140. a, b et c http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20180723/lois.html
  141. « Affaire Benalla : audition de Michel Delpuech, Préfet de police de Paris (25/07/2018) », sur Dailymotion, à 34 minutes et 15 secondes,
  142. lefigaro.fr, « Benalla serait aussi responsable de la descente express des Bleus sur les Champs-Élysées », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  143. « Champs-Elysées, descente ratée : Benalla aurait "imposé une cadence d’enfer" au bus des Bleus », sur Eurosport, (consulté le 25 juillet 2018).
  144. « L'influence de Benalla dans le retour raté des Bleus à Paris », Le Progrès,‎ (lire en ligne).
  145. « Quel rôle a exactement joué Alexandre Benalla lors du défilé du bus des Bleus sur les Champs-Élysées ? », sur LCI,
  146. « Affaire Benalla : « La personne qui a commis ces faits était sur cette manifestation sans autorisation », estime Belloubet », sur 20minutes.fr, .
  147. « Affaire Benalla: Collomb annonce saisir l'Inspection générale de la police (IGPN) », sur Le Figaro, .
  148. a et b Félix Roudaut, « Un collaborateur de Macron suspendu après avoir frappé un manifestant », sur RTL, .
  149. « Benalla : que s’est-il passé entre le 1er-Mai et la révélation de l’affaire ? », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  150. « Le point sur l’affaire Benalla, quarante-huit heures après les premières révélations », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  151. « Affaire Benalla : le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, savait dès le lendemain des faits », France Info,‎ (lire en ligne).
  152. Anne-Charlotte Dusseaulx, « Alexandre Benalla présent aux côtés de Macron, les images qui infirment la version de l'Elysée », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne).
  153. « Alexandre Benalla toujours en garde à vue, nouvelles tensions à l'Assemblée nationale », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  154. « Affaire Benalla: "Il n'y a aucun coup porté" », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  155. « Alexandre Benalla persiste et signe : «Je n'ai jamais tapé» », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  156. « Alexandre Benalla devait-il habiter dans un logement de fonction quai Branly ? », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  157. « L'Elysée dément le financement de travaux pour agrandir le logement d'Alexandre Benalla », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  158. « Mis à pied en mai, Benalla a touché son salaire intégral », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  159. a et b « l'audition de Patrick Strzoda: les temps forts », Public Senat,‎ (lire en ligne).
  160. BFMTV, « Mis à pied en mai, Benalla a touché intégralement son salaire », sur BFMTV (consulté le 26 juillet 2018).
  161. « Affaire Benalla : «La République est inaltérable», martèle Macron », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  162. « Affaire Benalla : Macron reconnaît «des dysfonctionnements» », Libération.fr,‎ 23 juilllet 2018 (lire en ligne)
  163. « Affaire Benalla : Emmanuel Macron reconnaît des faits « inacceptables » et des « dysfonctionnements » à l'Elysée », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  164. « Affaire Benalla : cinq mises en examen, des faits « inacceptables », selon Emmanuel Macron », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  165. Arthur Berdah, « Affaire Benalla : Macron reconnaît «des dysfonctionnements à l'Élysée» », sur Le Figaro,
  166. « Affaire Benalla : Emmanuel Macron reconnaît des faits "inacceptables" », sur L'Obs,
  167. Astrid de Villaines et Manon Rescan, « Macron sort de son silence et dit être « le seul responsable » de l’affaire Benalla », sur Le Monde, (consulté le 24 juillet 2018).
  168. Le Point, magazine, « Affaire Benalla : "le responsable c'est moi" assure Emmanuel Macron », Le Point,‎ (lire en ligne).
  169. a et b « Strzoda précise ce que signifiait la fonction de Benalla indiquée sur sa carte de visite », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  170. « Affaire Benalla : le groupe PS à l'Assemblée demande à son tour l'audition de Macron », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  171. « Macron sort du silence sur l'affaire Benalla : «Le responsable, c'est moi et moi seul» », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  172. a et b «Qu’ils viennent me chercher» : quand Macron communique «à la Sarkozy ou à la Trump», sur Le Parisien,
  173. « Le "qu'ils viennent me chercher" de Macron indigne (ou amuse) politiques et internautes », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  174. « "Qu'ils viennent me chercher" : le bras d'honneur de Macron dans l'affaire Benalla », Marianne,‎ (lire en ligne)
  175. « Affaire Benalla - "Qu’ils viennent me chercher" : la phrase d’Emmanuel Macron fait bondir l’opposition », LCI,‎ (lire en ligne)
  176. « "Qu'ils viennent me chercher" : ces propos d'Emmanuel Macron "ne sont pas dignes d'un président de la République" », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  177. « “Qu'ils viennent me chercher” : la provocation de Macron ne passe pas », Valeurs actuelles,‎ (lire en ligne)
  178. « Affaire Benalla : "Qu'ils viennent me chercher"... La phrase de Macron qui enflamme l'opposition et les réseaux sociaux », LaProvence.com,‎ (lire en ligne)
  179. « "Qu'ils viennent me chercher" : les internautes raillent Macron sur Twitter », RTL.fr,‎ (lire en ligne)
  180. « Affaire Benalla : quand les internautes s'organisent pour "aller chercher Macron" », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  181. a et b « Affaire Benalla : "qu'ils viennent me chercher", une expression "maladroite" », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  182. « Affaire Benalla: "Le responsable, c'est moi, qu'ils viennent me chercher", stratégiquement bien joué de Macron? », RTBF Info,‎ (lire en ligne)
  183. « "Qu'ils viennent me chercher": la "provoc" de Macron », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  184. « Affaire Benalla: «Le seul responsable, c'est moi, qu'ils viennent me chercher», lance Emmanuel Macron à ses troupes », sur 20 minutes,
  185. « La commission d’enquête sur Benalla peut-elle "venir chercher" Macron ? », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  186. Jérémy MAROT, « Macron revendique sa responsabilité dans l'affaire Benalla », sur La Presse, .
  187. Iris Peron, « Affaire Benalla: que risque le collaborateur de Macron? », sur Lexpress.fr,  : « "Les violences n'ont pas l'air d'être suffisamment graves pour atteindre un stade délictuel", explique […] Me Eolas ».
  188. « Rôle de l'Elysée, présence sur les lieux, comportement des policiers… Ces questions que pose l'affaire Benalla », LCI,‎ (lire en ligne).
  189. « En direct : Affaire Benalla: Une démission de Gérard Collomb dans la balance pour Faure (PS) », sur Libération, (consulté le 20 juillet 2018).
  190. Alexis Feertchak, « Pour Jean-Luc Mélenchon, l'affaire Benalla est «du niveau du Watergate» », sur Le Figaro, .
  191. a et b Charlotte Chabas, « Affaire Benalla : « C’est la notion de dissimulation qui crée l’affaire d’Etat » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  192. « Alexandre Benalla avait un badge d’accès à l’Assemblée nationale », sur Le Parisien,
  193. Manon Rescan, « Affaire Benalla : l’examen de la révision constitutionnelle suspendu jusqu’à nouvel ordre », sur Le Monde,
  194. Frédéric Ploquin, « Affaire Benalla : Emmanuel Macron et le mini-SAC », Marianne,‎ (lire en ligne).
  195. a et b Jean-Francis Pecresse, « L'affaire Benalla, un scandale d'été, pas un scandale d'État - Les Echos », sur Les Échos, (consulté le 24 juillet 2018).
  196. « L’affaire Alexandre Benalla est-elle devenue une affaire d’État ? », sur Ouest France.
  197. « L’affaire Benalla, une affaire d'État qui tombe à point nommé pour l'opposition », Challenges,‎ (lire en ligne).
  198. Erwan Bruckert et Olivier Pérou, « Affaire Benalla : mais où est donc passé Laurent Wauquiez ? », Le Point.fr,‎ (lire en ligne)
  199. a et b Emmanuel Hamelin (Ancien député UMP), « BLOG - Pourquoi l'affaire Benalla n'est pas une affaire d'état », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  200. Pierre Steinmetz, « Pierre Steinmetz : «L'affaire Benalla n'est pas une affaire d'État» », sur Le Figaro, .
  201. « Même des députés LREM disent que Benalla ne peut plus être à l'Elysée », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  202. « Violences du 1er mai: une députée LREM appelle à la démission d'Alexandre Benalla », Challenges,‎ (lire en ligne)
  203. a et b « L'affaire Benalla paralyse les débats à l'Assemblée nationale », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  204. « L'affaire Benalla accapare l'Assemblée, LREM crie à l'obstruction », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  205. a et b Le Point, magazine, « Affaire Benalla: LREM dit non aux demandes de commission d'enquête relancées à l'Assemblée », Le Point,‎ (lire en ligne)
  206. « Affaire Benalla : ouverture d'une commission d'enquête », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  207. « Affaire Benalla : l'Elysée dans la tourmente, l'Assemblée nationale met en place une commission d'enquête », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  208. a, b et c « Pourquoi l’affaire Benalla devient une affaire d’État », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  209. « Affaire Benalla : il reste deux députés LREM courageux… et Macron les menace », Marianne,‎ (lire en ligne)
  210. « Sonia Krimi, députée LREM, se dit "abasourdie" par l'affaire Benalla », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  211. « Affaire Benalla : «C'est le pire du monde d'avant», selon un député LaREM », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  212. Affaire Benalla. Pour le député breton LREM F. Bachelier, « On politise un fait divers » Ouest-France, le 20/07/2017
  213. « Affaire Benalla : Le Gendre (LREM) demande si les "oppositions veulent bloquer les institutions" ».
  214. Matthieu Goar, « Affaire Benalla : « Il y a eu une instrumentalisation politique », estime François Bayrou », Le Monde,‎ (résumé)
  215. Eric Le Boucher, « L'affaire Benalla ou la revanche des immobilistes », Slate,‎ (lire en ligne).
  216. Le Canard enchaîné du , p. 2.
  217. « Alexandre Benalla était chargé de mettre sur pied un nouveau système de sécurité autour de Macron », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  218. Nicolas Truong, « Philippe Raynaud : « L’affaire Benalla n’est pas une affaire d’Etat » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  219. Aliocha Wald Lasowski, « Affaire Benalla: "On est loin des grands scandales d'Etat" », L'Express,‎ (lire en ligne)
  220. Juliette Campion, « L'affaire Benalla est-elle vraiment "du niveau du Watergate" ? On a demandé à un historien », sur France Télévisions, .
  221. a et b Aude Lorriaux, « Avant Benalla, les scandales de la cellule antiterroriste et du Sac », sur slate.fr, .
  222. Charlotte Chabas, « Affaire Benalla : « C’est la notion de dissimulation qui crée l’affaire d’Etat » », sur Le Monde.
  223. Pierre-Alain Furbury, « Pascal Perrineau : « L'affaire Benalla est le symptôme d'un dérèglement du pouvoir jupitérien » ».
  224. a et b « Affaire Benalla. Des « bêtises » dans les médias, vraiment ? ».
  225. « "Benalla n'a jamais détenu les codes nucléaires": Macron ironise sur l'article de Nordpresse qui a piégé un député », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  226. https://abonnes.lemonde.fr/politique/article/2018/08/13/jean-pierre-raffarin-l-affaire-benalla-est-plus-un-accident-qu-une-rupture_5341875_823448.html
  227. a, b, c, d, e et f BFMTV, « Mea culpa de Benalla: un exercice de communication calibré », sur BFMTV (consulté le 3 août 2018)
  228. a, b et c « Benalla au 20H de TF1 : le décryptage d'une opération de communication », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  229. « Affaire Benalla: Contradictions, accusations, zones d'ombre... Les points clés de l'interview d'Alexandre Benalla », sur www.20minutes.fr (consulté le 3 août 2018)
  230. « Mimi Marchand: "J'étais là par pur hasard" », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  231. a, b, c, d et e « Benalla au 20H de TF1 : le décryptage d'une opération de communication », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  232. a et b Alexandre Boudet, « L'Élysée sur Benalla: sa mise à pied était un "dernier avertissement avant licenciement" », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  233. a et b « Affaire Benalla : les zones d'ombre qui perdurent », LCI,‎ (lire en ligne)
  234. a et b « Patrick Strzoda réaffirme la suspension et la rétrogradation d'Alexandre Benalla suite aux incidents du 1er-Mai », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  235. « Les principales zones d’ombre de l’affaire Benalla », Libération, 26 juillet 2018.
  236. « L’Élysée a-t-elle menti sur la sanction infligée à Alexandre Benalla ? », BFM TV, 21 juillet 2018.
  237. « Affaire Benalla : La façon de communiquer de l'Elysée rappelle beaucoup l’affaire Fillon », LCI,‎ (lire en ligne)
  238. « Agression d’un homme par Alexandre Benalla. Gérard Collomb saisit l'IGPN », sur Ouest-France.
  239. Alexandre Benalla en garde à vue, l'Élysée engage une procédure de licenciement, Ouest France
  240. a et b Jérémie Pham-Lê et Jean-Michel Décugis, « Alexandre Benalla et Vincent Crase en garde à vue, trois policiers suspendus », sur Leparisien.fr, .
  241. « Affaire Benalla : trois responsables policiers ont été suspendus », sur Le Monde, .
  242. Damien Leloup, « Affaire Benalla : pourquoi la question des images de vidéosurveillance est centrale », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  243. a, b, c et d Ministère de l'Intérieur, « Publication du rapport de l'IGPN relatif à l'accueil des observateurs extérieurs des activités de police », sur www.interieur.gouv.fr (consulté le 30 juillet 2018)
  244. « Après Benalla, un salarié de LREM à son tour placé en garde à vue », sur Libération, .
  245. « perquisition chez ex collaborateur Macron », sur 20minutes.fr, (consulté le 2 août 2018)
  246. « les coulisses d'une perquisition », sur leparisien.fr, (consulté le 2 août 2018)
  247. « perquisition mystérieuse disparition », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 2 août 2018)
  248. https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/affaire-benalla-le-mystere-du-coffre-fort-1092826.html
  249. https://www.20minutes.fr/societe/2316583-20180802-affaire-benalla-passe-lors-perquisition-chez-ex-collaborateur-macron
  250. https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Affaire-Benalla-pas-d-enquete-sur-la-disparition-de-ses-armes-avant-la-perquisition-1567298
  251. https://www.20minutes.fr/politique/2318723-20180808-affaire-benalla-cher-ami-chaleureux-message-prefet-police-paris-alexandre-benalla
  252. https://www.bfmtv.com/police-justice/quand-le-prefet-de-police-de-paris-remerciait-son-cher-ami-benalla-1502093.html
  253. https://www.lesinrocks.com/2018/08/08/actualite/quand-le-prefet-de-police-de-paris-donnait-du-cher-ami-alexandre-benalla-111112266/
  254. a et b « Gardes à vue prolongées pour Alexandre Benalla et Vincent Crase », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  255. a et b « Déguisement, armes... Ce que révèle l'enquête judiciaire sur l'affaire Benalla », sur nouvelobs.com, .
  256. « Affaire Benalla : Vincent Crase était armé lors de la manifestation du 1er mai », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  257. « arsenal impressionant », sur lepoint.fr, (consulté le 2 août 2018)
  258. AFP, « Affaire Benalla : le point sur l'enquête judiciaire », Le Point.fr,‎ (lire en ligne).
  259. « Affaire Benalla : cinq mises en examen, des faits « inacceptables », selon Emmanuel Macron », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  260. « Affaire Benalla : perquisition à l'Élysée », Franceinfo,‎ (lire en ligne).
  261. « Affaire Benalla : une nouvelle enquête ouverte sur d'autres violences le 1er mai - France 24 », France 24,‎ (lire en ligne)
  262. a, b et c « Les avocats d'Alexandre Benalla défendent une "initiative personnelle" pour "prêter main forte" aux policiers », sur Francetvinfo.fr, .
  263. « Affaire Benalla: L’ex-collaborateur d’Emmanuel Macron se livre longuement dans une interview », sur www.20minutes.fr (consulté le 26 juillet 2018).
  264. « Dans une interview au Monde, Alexandre Benalla livre ses vérités sur l'affaire », Challenges,‎ (lire en ligne).
  265. « Alexandre Benalla s'exprime enfin : "J'ai commis une faute" », Le Dauphiné,‎ (lire en ligne).
  266. a et b « Benalla : "dans la haute hiérarchie policière, des gens ont sauté sur l'occasion pour m'écarter" », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  267. Paris Match, « Interrogations sur le rôle d'Alexandre Benalla dans une interpellation », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  268. « Affaire Benalla : nouvelle enquête ouverte après des violences au jardin des Plantes », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  269. Pascale Pascariello, « 1er mai: deux nouvelles vidéos montrent l'implication de Benalla et Crase dans une autre interpellation », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  270. « VIDÉO - De nouvelles images mettent à mal la défense d'Alexandre Benalla », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  271. « VIDEO. Affaire Benalla: Nouvelle vidéo et enquête ouverte sur des interpellations au Jardin des Plantes », sur www.20minutes.fr (consulté le 2 août 2018)
  272. « Violences au jardin des Plantes : une enquête ouverte, Benalla contredit par une vidéo », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  273. « Incidents au Jardin des Plantes le 1er mai : une nouvelle vidéo contredit la version de Benalla », LCI,‎ (lire en ligne)
  274. « Benalla, Crase et Mizerski filmés au Jardin des plantes participant à une interpellation (vidéo) », FranceSoir,‎ (lire en ligne)
  275. a et b « Affaire Benalla : le couple de la vidéo fait désormais l'objet d'une enquête préliminaire », sur atlantico.fr, .
  276. « Benalla: les 2 manifestants frappés et un syndicat de policiers veulent être parties civiles », sur Figaro, .
  277. « Affaire Benalla : les deux victimes molestées se constituent parties civiles », sur Figaro, .
  278. « INFO CLOSER. 1er mai : la victime d'Alexandre Benalla n'avait pas souhaité porter plainte », sur Closer, .
  279. a et b https://www.ledauphine.com/france-monde/2018/08/07/affaire-benalla-les-victimes-ont-dit-la-verite-le-prefet-delpuech-doublement-gene
  280. « Affaire Benalla : le procureur de Paris demande des explications à la police », sur lemonde.fr, .
  281. a, b, c, d, e et f « Affaire Benalla : le couple de la Contrescarpe n’a pas menti à la police », sur lemonde.fr, .
  282. a et b « Les deux jeunes frappés par Benalla n'ont pas caché leur identité, contrairement aux déclarations du préfet », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  283. a et b « Affaire Benalla : le couple de la Contrescarpe n'a pas menti selon «Le Monde» », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  284. a et b https://www.bfmtv.com/police-justice/la-lettre-de-la-police-qui-fragilise-la-defense-de-benalla-1502049.html
  285. « Affaire Benalla. Le couple de la place Contrescarpe qui avait été agressé n'a pas dissimulé son identité », sur Ouest France,
  286. « Affaire Benalla : le couple de la Contrescarpe avait bien donné son identité », sur Le Parisien,
  287. « Affaire Benalla : le couple de la Contrescarpe n'a pas menti », France Inter,‎ (lire en ligne)
  288. Affaire Benalla : le syndicat Alliance dénonce des "sanctions à deux vitesses" Europe1, le 19 juillet 2018
  289. « Affaire Benalla : un syndicat de police porte plainte », sur Le Parisien, .
  290. a et b « Audition de Collomb à l'Assemblée nationale : ce qu'il faut retenir », Libération,‎ (lire en ligne).
  291. BFMTV, « Affaire Benalla: les policiers ne décolèrent pas après l'audition de Gérard Collomb », sur BFMTV (consulté le 25 juillet 2018).
  292. « Benalla: tous les responsables d'opposition demandent le Premier ministre à l'Assemblée », sur AFP via LePoint, (consulté le 21 juillet 2018).
  293. « En direct : Affaire Benalla : Édouard Philippe en appelle à la "responsabilité" face à "l'obstruction parlementaire" », sur europe1.fr (consulté le 21 juillet 2018).
  294. « En direct : Affaire Benalla : réclamé à l'Assemblée, Philippe "continue son agenda" sur le Tour de France », sur europe1.fr (consulté le 21 juillet 2018).
  295. Eric Mandonnet, « Affaire Benalla: Macron, l'art de l'esquive », sur Lexpress.fr, .
  296. « Affaire Benalla : paralysie inédite de l'Assemblée nationale », sur France 24, .
  297. « Affaire Benalla : l’examen de la révision constitutionnelle suspendu jusqu’à nouvel ordre », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  298. Avec AFP, « Déjà compliquée, la révision constitutionnelle en suspens après l’affaire Benalla », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  299. « Affaire Benalla : les députés Les Républicains vont déposer une motion de censure contre le gouvernement », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  300. « Les députés Les Républicains ont déposé jeudi soir une motion de censure », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  301. « Affaire Benalla : la motion de censure LR débattue mardi, peut-être avec une motion de gauche », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  302. Rachid Laïreche, « Les gauches déposent bien leur motion de censure », Libération,‎ (lire en ligne)
  303. « vote des motions de censure », sur lemonde.fr, (consulté le 31 juillet 2018)
  304. « Affaire Benalla : l'Assemblée met en place une commission d'enquête », sur Le Monde, .
  305. Brice Lacourieux, « Affaire Benalla : le travail de la commission des Lois », sur L'Express, (consulté le 22 juillet 2018).
  306. « Affaire Benalla : Gérard Collomb auditionné publiquement lundi à 10 heures à l’Assemblée », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  307. « Affaire Benalla : les cinq éléments-clés de l’audition de Collomb à l’Assemblée », Le Monde, (consulté le 23 juillet 2018).
  308. Michaël Bloch, « Affaire Benalla : ce qu'il faut retenir de l'audition de Gérard Collomb devant l'Assemblée », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne).
  309. « VIDEO. Affaire Benalla : que faut-il retenir de l’audition de Gérard Collomb à l'Assemblée nationale ? », sur France Info, .
  310. Etienne Jaco, « Affaire Benalla : ce qu'il faut retenir de l'audition de Michel Delpuech à l'Assemblée », Le Figaro, (consulté le 23 juillet 2018).
  311. « Affaire Benalla : ce qu’il faut retenir de l’audition du préfet de police Michel Delpuech à l’Assemblée », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  312. « Affaire Benalla. Ce qu’il faut retenir de l’audition du préfet de police, Michel Delpuech », sur Ouest France, .
  313. a et b « Affaire Benalla : Gérard Collomb, Michel Delpuech et Patrick Strzoda auraient-ils dû prévenir la justice ? », LCI,‎ (lire en ligne).
  314. Jérémie Baruch, Maxime Vaudano et Adrien Sénécat, « Affaire Benalla : les contradictions du ministre et du préfet sur la remontée des informations », Le Monde, (consulté le 23 juillet 2018).
  315. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?dateTexte=&categorieLien=id&cidTexte=JORFTEXT000024404424&fastPos=3&fastReqId=1067477787&oldAction=rechExpTexteJorf
  316. « Alain Gibelin, une réponse du tac au couac », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  317. « Affaire Benalla : l'audition d'Alain Gibelin fragilise la version de l'Élysée », Le Monde, (consulté le 23 juillet 2018).
  318. Arthur Berdah, « Info Le figaro - L'Élysée et Gibelin se contredisent sur la suspension de Benalla », Le Figaro, (consulté le 23 juillet 2018).
  319. Arthur Berdah et Christophe Cornevin, « Suspension de Benalla : Alain Gibelin revient sur ses déclarations dans une lettre », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  320. a et b « Affaire Benalla : ce qu'il faut retenir de l'audition de Patrick Strzoda, directeur de cabinet d'Emmanuel Macron », Franceinfo,‎ (lire en ligne).
  321. « Affaire Benalla : le directeur de cabinet Patrick Strzoda assume la première sanction », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  322. « AN Commission d'enquête. », sur 26/07/2018, .
  323. Charles Sapin, « Guillaume Larrivé : « L'Élysée veut étouffer une affaire d'État » », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, résumé).
  324. a et b « Affaire Benalla : la commission d'enquête de l'Assemblée nationale vole en éclats - France 24 », France 24,‎ (lire en ligne)
  325. « Commission d'enquête sur l'affaire Benalla : Insoumis et Républicains claquent la porte », sur Orange Actualités, (consulté le 26 juillet 2018).
  326. Le JDD, « Affaire Benalla : l'ensemble de l'opposition suspend sa participation à la commission d'enquête de l'Assemblée », lejdd.fr,‎ (lire en ligne).
  327. « Fin en queue de poisson pour la commission d'enquête de l'Assemblée », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  328. « "Affaire Benalla" : la commission des Lois du Sénat débutera ses travaux dès le 24 juillet », sur Sénat, .
  329. « "Affaire Benalla" : la commission des lois obtient les pouvoirs d'une commission d'enquête et organise une série d'auditions publiques », sur www.senat.fr (consulté le 26 juillet 2018).
  330. « Affaire Benalla : les temps forts de l'audition de Gérard Collomb », Public Senat,‎ (lire en ligne).
  331. « Le chef de la gendarmerie « assume » le grade octroyé à Alexandre Benalla », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  332. « Benalla : « L’usage de la force est la prérogative de la police » », Public Senat,‎ (lire en ligne).
  333. « Le port d'arme accordé à Benalla ne faisait pas consensus », Reuters,‎ (lire en ligne).
  334. « Affaire Benalla : sept auditions prévues ce mercredi », Public Senat,‎ (lire en ligne).
  335. « Programme des auditions de la commission des lois », sur www.senat.fr, (consulté le 26 juillet 2018).
  336. « sénat - commission des lois - audition A.Kohler », sur sénat.fr, (consulté le 26 juillet 2018).
  337. a, b, c, d, e et f « Affaire Benalla. Ce qu'il faut retenir de l'audition d'Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Élysée », sur Ouest France, .
  338. a, b et c « Affaire Benalla : ce qu’il faut retenir des trois auditions du jour », sur Le Parisien, .
  339. « Audition d'Alexis Kohler par le Sénat : l'essentiel de son intervention », Atlantico.fr,‎ (lire en ligne).
  340. « Affaire Benalla : ce qu'il faut retenir de l'audition d'Alexis Kohler par le Sénat », FIGARO,‎ (lire en ligne).
  341. « Le secrétaire général de l’Élysée peine à justifier le port d'arme accordé à Benalla », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  342. « Affaire Benalla : les auditions au Parlement mettent en difficulté l'Elysée - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 15 août 2018)
  343. « Affaire Benalla : LR et LFI quittent la commission d'enquête de l'Assemblée », Libération.fr,‎ (lire en ligne).
  344. « Sénat affaire Beanalla audtion Michel Delpuech préfet de police », sur publicsenat.fr, (consulté le 30 juillet 2018)
  345. « « Il ment » : la lourde charge d'Alexandre Benalla contre Alain Gibelin », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  346. « Affaire Benalla. Alain Gibelin reconnaît son « erreur » et défend « son honneur » dans sa deuxième audition », sur Ouest France,
  347. « Alain Gibelin persiste, signe et contredit Alexandre Benalla », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  348. « Audition syndicats de policiers », sur publicsenat.fr, (consulté le 26 juillet 2018).
  349. « Affaire Benalla : au Sénat, les syndicats policiers dénoncent « la confusion des rôles » », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  350. « Affaire Benalla : Macron fustige "la République des fusibles, la République de la haine" », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  351. « Affaire Benalla : Emmanuel Macron reconnaît des faits "inacceptables" et des "dysfonctionnements" à l'Elysée », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  352. « Affaire Benalla : le gouvernement doit faire des propositions fortes pour repenser l'équilibre des pouvoirs », le nouveau magazine littéraire,‎ (lire en ligne).
  353. Paul Cassia (professeur des universités à Paris-I), « « L’affaire Benalla appelle un vaste changement institutionnel » », Le Monde,‎ (résumé).
  354. « Nous devons tirer les conséquences institutionnelles de l’affaire Benalla. », UDI,‎ (lire en ligne).
  355. « Affaire Benalla : Collomb réforme les conditions d'accueil des observateurs dans la police - France 24 », France 24,‎ (lire en ligne)
  356. a, b et c « Affaire Benalla : l’Assemblée nationale durcit ses règles d’octroi de badges », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  357. a et b Myriam Encaoua et Aurélie Lebelle, « Ce qui va changer à l’Elysée après l’affaire Benalla », sur leparisien.fr, .
  358. Dominique Tenza, « Affaire Benalla : la première crise politique du quinquennat », sur rtl.fr,
  359. « Alexandre Benalla le 1er-Mai: "C'est la plus importante bavure politique du quinquennat de Macron", estime Christophe Barbier » [vidéo], sur bfmtv.com,
  360. BFMTV, « 8 Français sur 10 choqués par l'affaire Benalla, l'image de Macron entachée », sur BFM TV,
  361. « SONDAGE LCI - Affaire Benalla : une affaire d'Etat pour une majorité de Français, 70% jugent Macron incapable de les rassembler », LCI,‎ (lire en ligne)
  362. a et b Affaire Benalla : "Les gens, est-ce qu'ils parlent de ça ?" On a répondu à la question que se pose Emmanuel Macron, Franceinfo, 28/7/2018
  363. « La popularité de Macron au plus bas en pleine affaire Benalla | Europe », La Presse,‎ (lire en ligne).
  364. Vivien Vergnaud, « Après l'affaire Benalla, Macron bat son record d'impopularité », lejdd.fr, (consulté le 29 juillet 2018).
  365. Avec Reuteurs, « Affaire Benalla : Macron remonte dans l'opinion (sondage) », Le Figaro.fr,‎ (lire en ligne)
  366. La popularité d’Emmanuel Macron peu affectée par l’affaire Benalla Ouest France, 28 août 2018
  367. a et b « Les Français et l’affaire Benalla - Ifop pour Atlantico.fr », sur ifop.com, (consulté le 30 juillet 2018)
  368. « Affaire Benalla 61 % des français veulent que Macron s'explique ».
  369. « L'auteur de l'une des vidéos de Benalla frappant un manifestant raconte la violence de la scène », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  370. Hugo Wintrebert, « Affaire Benalla : l’exécutif à la peine », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  371. « L'affaire Benalla vue par la presse étrangère », Libération,‎ (lire en ligne).
  372. « Les médias étrangers s'emparent de l'affaire Benalla », Le Figaro.fr,‎ (lire en ligne).
  373. (en-US) « Will the Benalla Affair Sink Emmanuel Macron? », The New Yorker,‎ (lire en ligne)
  374. Alexis Orsini, « Collecte d’ADN, vidéo effacée… On fait le point sur les intox autour de l’affaire Benalla », sur 20 minutes, (consulté le 23 juillet 18).
  375. Emma Donada, « Alexandre Benalla a-t-il vraiment changé de nom ? », sur Libération, (consulté le 23 juillet 2018).
  376. Alexis Orsini, « « Lahcene Benahlia », véritable nom d’Alexandre Benalla ? Itinéraire d’une intox prisée de l’extrême droite », sur 20 minutes, (consulté le 23 juillet 2018).
  377. « "Benalla avait les codes nucléaires" : ce député LR s'est fait piéger en beauté par Nordpresse », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  378. « Le General de Villiers: "Benalla avait les codes nucleaires" », Nordpresse - Toute l'actualité,‎ (lire en ligne).
  379. « Logement, salaire, voiture de fonction : le confortable traitement d’Alexandre Benalla », sur Le parisien, (consulté le 24 juillet 2018).
  380. « Emmanuel Macron et Alexandre Benalla se sont parlé au téléphone après le début de l'affaire », Le JDD,‎ (lire en ligne).
  381. a et b « Affaire Benalla : le gouvernement veut mettre fin aux « fantasmes » construits par l'opposition », France 24,‎ (lire en ligne).
  382. « 180 000 euros de travaux pour le duplex de Benalla ? Ces politiques et personnalités s'indignent », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  383. a et b « [Exclusif] Benalla voulait postuler pour être sous-préfet », Valeurs actuelles,‎ (lire en ligne).
  384. a et b « L'Elysée a-t-il encouragé Benalla à candidater à un poste de sous-préfet ? », Libération,‎ (lire en ligne).
  385. Alain Espinasse, « ouverture du tour extérieurs de sous-prefets - année 2018 », sur fonction-publique.gouv.fr,
  386. Julien Martin, « "Pure fake news" : comment l'Elysée tente de dégonfler l'affaire Benalla », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  387. « Salaire, voiture, logement : Patrick Strzoda relativise les avantages de Benalla », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  388. « Affaire Benalla : l'exécutif fait front », Le Point,‎ 2018-07-24 -17:19 (lire en ligne).
  389. « Affaire Benalla: Sanction, autorisation, logement… Les cinq choses à retenir de l'audition de Patrick Strzoda », sur 20minutes (consulté le 24 juillet 2018).
  390. Pierrot Dupuy, « Benallagate : le gouvernement suspend jusqu'à nouvel ordre l'examen de la révision constitutionnelle », sur Zinfos974, (consulté le 23 juillet 2018).
  391. (es) François Ralle Andreoli, « 'Benallagate': Macron contra las cuerdas », sur Público (consulté le 23 juillet 2018).
  392. « VIDEO. Affaire Benalla: Quel est l'intérêt des Français pour le sujet? », sur 20minutes, (consulté le 4 août 2018)
  393. Thibauld Mathieu et Shanel Petit, « L'affaire Benalla tournée en dérision sur les réseaux sociaux », sur Europe 1, .
  394. « Affaire Benalla: Détournement d'images et tweets ironiques ont envahi les réseaux sociaux », sur www.20minutes.fr (consulté le 4 août 2018)
  395. « Quand les réseaux sociaux s'emparent de l'affaire Benalla », sur L'Indépendant, (consulté le 23 juillet 2018).
  396. « Affaire Benalla : quand les réseaux sociaux s’amusent », sur Sud Ouest, (consulté le 23 juillet 2018).
  397. « Affaire Benalla. Une centaine de manifestants dénonce « l’insolence de Macron » », sur Ouest-france.fr,
  398. a et b « Affaire Benalla : aucune preuve d'ingérence russe sur Twitter, selon une étude », sur francetvinfo.fr,
  399. a et b « Le vrai du faux. Non, l'affaire Benalla n'a pas été gonflée artificiellement par des bots russes sur Twitter », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  400. a et b https://www.nouvelobs.com/les-internets/20180809.OBS0727/etude-sur-les-tweets-dans-l-affaire-benalla-disinfolab-se-defend-de-tout-fichage-politique.html
  401. a et b « L'affaire Benalla gonflée sur Twitter par "la communauté russophile" ? », sur arretsurimages.net,
  402. « La moitié des tweets sur l'affaire Benalla ont été publiés par une minorité de militants », sur L'Obs (consulté le 4 août 2018)
  403. https://spark.adobe.com/page/Sa85zpU5Chi1a/
  404. a et b « Une minorité de comptes a inondé Twitter pendant l’affaire Benalla », Libération,‎ (lire en ligne)
  405. BFMTV, « Twitter: l’affaire Benalla, amplifiée par un « gonflage numérique » », sur BFMTV (consulté le 3 août 2018)
  406. « Affaire Benalla: l’activisme de la «russosphère» sur Twitter intrigue », L'Opinion,‎ (lire en ligne)
  407. a et b Léa Sanchez et Samuel Laurent, « L'impossible quête des « bots russes » de l'affaire Benalla », sur Les décodeurs, (consulté le 8 août 2018).
  408. « Affaire Benalla : cinq questions sur l'étude de l'ONG DisinfoLab, accusée de fichage politique », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  409. Damien Liccia, « Affaire Benalla : une controverse sous influence ? », (consulté le 8 août 2018)
  410. « Tweets militants et "russophiles", une étude contestée du cas Benalla », euronews,‎ (lire en ligne)
  411. Cédric Mathiot, « Les fichiers EU Disinfolab donnent-ils les infos sensibles gay, lesbienne, juif, queer? », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  412. a et b Cédric Mathiot, « Les fichiers EU Disinfolab donnent-ils les infos sensibles gay, lesbienne, juif, queer? », Checknews.fr,‎ (lire en ligne).
  413. « Affaire Benalla : l'auteur de l'étude controversée d'EU Disinfo Lab présente ses excuses et se défend », LCI,‎ (lire en ligne)
  414. « Affaire Benalla : des internautes saisissent la CNIL et accusent une ONG de "fichage" », sur europe1.fr,
  415. « Affaire Benalla, CNIL et Russie : Disinfo Lab a-t-il le droit de ficher les utilisateurs de Twitter ? », sur numerama.com,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :