Montgaillard (Tarn)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montgaillard.

Montgaillard
Montgaillard (Tarn)
Blason de Montgaillard
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Arrondissement d'Albi
Canton Vignobles et Bastides
Intercommunalité Gaillac Graulhet Agglo
Maire
Mandat
Jean-Claude Bourgeade
2014-2020
Code postal 81630
Code commune 81178
Démographie
Gentilé Montgaillardais
Population
municipale
400 hab. (2015 en augmentation de 12,36 % par rapport à 2010)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 54′ 37″ nord, 1° 35′ 47″ est
Altitude 148 m
Min. 127 m
Max. 235 m
Superficie 14,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Montgaillard

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Montgaillard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montgaillard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montgaillard

Montgaillard est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située entre Gaillac et Montauban. Elle est limitrophe du département de Tarn-et-Garonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Montgaillard[1]
Verlhac-Tescou
(Tarn-et-Garonne)
Saint-Urcisse La Sauzière-Saint-Jean
Beauvais-sur-Tescou Montgaillard Salvagnac
Tauriac Grazac

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve sur un terroir fertile et très vallonné traversé, dans le bas du village, par le ruisseau du Tescou.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par la route départementale D 999 qui relie Gaillac à Montauban.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1832 les communes de La Rouquette et La Vilette sont rattachées à Montgaillard.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montgaillard Blason De sinople au chevron rompu d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté de communes Vère-Grésigne - Pays Salvagnacois et du canton de Vignobles et Bastides (avant le redécoupage départemental de 2014, Montgaillard faisait partie de l'ex-canton de Salvagnac). Montgaillard faisait aussi partie de la communauté de communes du Pays Salvagnacois jusqu'en 2014.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean-Claude Bourgeade    
mars 2008   Jean-Claude Bourgeade[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2015, la commune comptait 400 habitants[Note 1], en augmentation de 12,36 % par rapport à 2010 (Tarn : +2,97 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
737215231260285684657700692
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
722733733700682643641595566
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
517520454420388362320306319
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
311294264262249304311312398
2015 - - - - - - - -
400--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture céréalière, produits fermiers et maraîchers. Élevage porcin et bovin.

Viticulture : Côtes-du-tarn.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Montgaillard fait partie de l'académie de Toulouse.

Santé[modifier | modifier le code]

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Groupe de majorettes, Les Émeraudes du Pays salvagnacois[7].

Sports[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château d'origine médiévale, entouré d'un parc, sur la motte féodale dominant le village. La tour ronde est du XIIe siècle et correspond au premier corps de bâtiments sur deux niveaux . La tour carrée date du XIVe siècle. Le château a encore connu des extensions et des aménagements du XVIe au XVIIIe siècles.

Longtemps délaissé, sa restauration a commencé dans la deuxième partie du XXe siècle.

Une église du XIXe siècle, dans un style néogothique, avec une imposante chapelle dédiée aux morts de la guerre de 1914-1918 se situait juste à côté, probablement à l'emplacement d'un édifice plus ancien. Elle fut démolie, dans les années 1970, pour reconstruire l'église actuelle d'une architecture contemporaine et dont les fondations reposent sur un ancien cimetière redécouvert à cette occasion.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre de Martigny évêque de Castres, mort à La Vilette (anciennes communes).
  • Martine Biard, auteur française contemporaine [8] dont Montgaillard fut le décor inspirant de poèmes de jeunesse que l'on retrouve en particulier dans " L'Autre visée du monde " [9]et l'univers de romans où, sous le nom de Marcillac [10], elle évoque le château des souvenirs d'enfance, les promenades dans la campagne et au bord du Tescou, des visites au lieu-dit "Le Pech", des déjeuners sur l'herbe le long de la Bonnette mais aussi certains habitants de la commune qui devinrent des personnages du Bestiaire charnel[11] puis de Clarté d'enfance [12].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Site de l'association des maires du Tarn consulté le 21 mai 2009 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. https://www.ladepeche.fr/article/2016/07/07/2380182-a-la-rencontre-des-emeraudes.html
  8. « Notice d'autorité/Martine Biard »
  9. Martine Biard, L'Autre visée du monde. Anthologie poétique 1977-2007, Paris, Éditions Edilivre -Aparis, , 155 p. (ISBN 978-2-8121-2412-9)
  10. Allusion au vin renommé des coteaux de Marcillac apprécié à la table de ses grand-parents maternels qui reposent au cimetière de Montgaillard.
  11. Martine Biard, Le bestiaire charnel, Paris, Éditions Edilivre -Aparis, , 85 p. (ISBN 978-2-8121-1614-8), P.41-43 ou p.45-48.
  12. Martine Biard, Clarté d'enfance, Saint-Denis (93), Éditions Edilivre-Aparis, , 79 p. (ISBN 978-2-8121-2266-8), P.25-29; p.45-53; p.63-66.