Lagrave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lagrave (homonymie).

Lagrave
Lagrave
Vue aérienne de Lagrave.
Blason de Lagrave
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Albi
Canton Les Deux Rives
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Gaillac Graulhet Agglo
Maire
Mandat
Max Moulis
2014-2020
Code postal 81150
Code commune 81131
Démographie
Gentilé Lagravois
Population
municipale
2 129 hab. (2015 en augmentation de 16,47 % par rapport à 2010)
Densité 225 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 53′ 55″ nord, 1° 59′ 35″ est
Altitude 155 m
Min. 135 m
Max. 205 m
Superficie 9,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Lagrave

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Lagrave

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lagrave

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lagrave
Liens
Site web Site officiel

Lagrave est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

Ses habitants sont nommés les Lagravois et les Lagravoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Terrain sablo-graveleux de la première terrasse du Tarn à Lagrave.

Situation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine d'Albi dans l'unité urbaine de Marssac-sur-Tarn elle située entre Albi et Gaillac au bord du Tarn, sur la rive gauche à sa confluence avec la Saudronne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lagrave
Rivières Labastide-de-Lévis Marssac-sur-Tarn
Brens Lagrave Florentin
Cadalen Cadalen Florentin

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est longée par le Tarn dans sa partie nord en lui servant de frontière naturelle avec les communes de Labastide-de-Lévis et de Rivières. Elle est aussi arrosée par la "Saudronne" et le "Riou Frech" affluents du Tarn qui confluent sur le territoire de la commune.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géologie du Tarn.

La superficie de la commune est de 946 hectares ; son altitude varie de 135 à 205 mètres[1].

La commune de Lagrave est établie sur un terrain sablo-graveleux de la première terrasse du Tarn.

Transports[modifier | modifier le code]

On accède à Lagrave par l'A68 (sortie no 10) et l'ancienne route nationale RN 88.

Article détaillé : routes du Tarn.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lagrave porte le nom de son terroir : des graves de sable et gravier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire : Les terrasses qui entourent la plaine du village ont connu une occupation humaine depuis les temps les plus reculés. Les lieux-dits Nareille, Las Peyrouses, les Ganelles, Les Gounelles sont connus pour leur station préhistorique.

Les Romains : au Ier siècle av. J.-C., Jules César fit la conquête du pays tarnais. L'occupation romaine dura cinq siècles au cours desquels Rome imposa son droit et sa langue. Cette présence à Lagrave est attestée par la découverte de médailles et de pièces de monnaies frappées sous les empereurs romains Claude, Titus, Trajan, Septime Sévère ou encore Auguste[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Lagrave

Son blasonnement est : D'azur à la croix d'argent, chargée d'une crosse de gueules, cantonnée au premier et au quatrième de deux fasces ondées d'argent, au deuxième et au troisième d'une grappe de raisin d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté de communes Tarn et Dadou et du canton des Deux Rives (avant le redécoupage départemental de 2014, Lagrave faisait partie de l'ex-canton de Gaillac).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1959 Léon Rivals    
1959 1965 Georges Brunet    
1965 1991 Charles Piol    
1991 2020 Max Moulis DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2015, la commune comptait 2 129 habitants[Note 1], en augmentation de 16,47 % par rapport à 2010 (Tarn : +2,97 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500506618646769804820802740
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
713710651670681701672622622
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
627614579571575596566535578
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
5616186308169401 2641 6611 7181 774
2013 2015 - - - - - - -
2 0072 129-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[7] 1975[7] 1982[7] 1990[7] 1999[7] 2006[8] 2009[9] 2013[10]
Rang de la commune dans le département 76 82 67 60 48 43 38 37
Nombre de communes du département 326 324 324 324 324 323 323 323

Économie[modifier | modifier le code]

Lagrave présente une activité viticole Gaillac (AOC) et de côtes-du-tarn. La commune comprend également une Zone d'activité, la Bouissounade.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lagrave fait partie de l'académie de Toulouse.

La commune possède un groupe scolaire[11] : maternelle et primaire.

Santé[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de la commune se trouve la Maison de retraite le Grand Champ.

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Zone de loisirs, comité des fêtes, discothèque, bibliothèque, archélogie, théatre, musique[11],

Sports[modifier | modifier le code]

Badminton, Basketball, Danse, Football, Tennis, Tir

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes Tarn et Dadou[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Lagrave.
  • Site archéologique de Sainte-Sigolène, site archéologique inscrit au titre des monuments historiques depuis 1994[13], situé dans le cimetière de Lagrave, qui atteste la présence d'un monastère de moniales au lieu-dit Troclar, fondé au VIIe siècle. Les vestiges archéologiques permettent de découvrir la crypte, peinte très certainement à l'époque romane (XIe siècle) où reposait le corps de la sainte fondatrice du monastère, Sigolène.
  • L'archéocrypte Sainte-Sigolène, située dans le centre culturel, présente le résultat des fouilles archéologiques et l'histoire de la commune de Lagrave. De nombreux objets retraçant la vie quotidienne du haut Moyen Âge, ils proviennent des fouilles du monastère du village de Troclar (VIIe-XIIe siècle), y sont exposés.

Au cœur du vignoble millénaire de Gaillac, le village de Lagrave garde une solide tradition viticole. Là, sur les terrasses de la rive gauche du Tarn, les sols de graves, d'où le nom du village, offrent une aire de prédilection pour la culture de la vigne.

La protection du patrimoine naturel est assurée par la présence d'une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) en bordure du Tarn, la Roselière de la Condomine[14]. La Roselière est un grand réservoir d'eau naturel de 35 ha présentant différents points d'intérêt pour la sauvegarde et la protection de certains espèces animales et végétales[15] :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. Ndiaye, Zitter, Pezous, Dupeux-Maire, « Lagrave, découverte », sur www.lagrave.fr (consulté le 16 janvier 2017)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  8. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  9. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  10. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  11. a et b Ndiaye, Zitter, Pezous, Dupeux-Maire, « Lagrave, vie pratique », sur www.lagrave.fr (consulté le 16 janvier 2017)
  12. « Les Déchets ménagers | environnement.ted.fr », sur environnement.ted.fr (consulté le 16 janvier 2017)
  13. « crypte », notice no PA00095673, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 20 avril 2014.
  14. « Syndicat Mixte de Rivière Tarn - Action Zones humides », sur syndicat-riviere-tarn.fr (consulté le 16 janvier 2017)
  15. http://zones-humides.tarn.fr/index.php?id=1897 (Fiche R2 n⁰081CG81 0005)