Charles Ier d'Armagnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Charles Ier d'Armagnac
Titres de noblesse
Vicomte de Fézensaguet
Comte d'Armagnac et de Fezensac
-
Prédécesseur
Successeur
Comte de Rodez
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Père
Mère
Isabelle de Navarre (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Jean V d'Armagnac
Bonne d'Armagnac (d)
Éléonore d'Armagnac (d)
Marie d'Armagnac (en)
Isabelle d'Armagnac (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Catherine de Foix-Candale (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Armoiries Armagnac-Rodez.svg

Charles d'Armagnac, né en 1425, mort le à Castelnau-de-Montmiral, à l'âge de 72 ans, fut comte d'Armagnac et de Rodez de 1473 à 1497. Il est le fils de Jean IV, comte d'Armagnac et de Rodez, et d'Isabelle d’Évreux, et le frère cadet de Jean V d'Armagnac auquel il succède.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il n'eut pas d'enfant de sa femme, Catherine de Foix Candale († 1510), fille de Jean de Foix, comte de Benauges et de Kendall, vicomte de Castillon et de Meilles, Captal de Buch, (1410 - † 1485) et de Margaret de la Pole. Il l'avait épousée le .

Légende carte (1477)

Il eut par contre un enfant bâtard, Pierre, qui fut légitimé plus tard et qui fut seigneur de L'Isle-Jourdain (Gers). Comme ses prédécesseurs, il fut un féodal assez turbulent acceptant de plus en plus mal l'assujettissement au pouvoir royal qui se faisait de plus en plus sentir pour ceux de sa caste. Il se croyait intouchable par le fait même qu'il avait été adoubé chevalier en 1461 par le roi en personne. Mais le parlement de Toulouse avait fini par dresser un relevé éloquent de charges contre lui dont des levées de tailles plusieurs fois dans l'année et une tentative d'imposer sa propre loi sur la ville royale de Millau. Surtout, il avait repris par la force en 1470, avec une petite troupe, son château de Saint-Véran, alors sous séquestre royale. Il fut accusé d'y battre de la fausse monnaie et d'avoir installé dans le sous-sol du logis un atelier d'alchimiste. Après un siège de plusieurs semaines, il fut capturé avec un de ses fils bâtard, petit-Jean, et le chevalier qui commandait ses soudoyers, Guéraud de Marestan, et envoyé à la Bastille. Louis XI avait, à ce moment-là, décidé de se débarrasser définitivement des Armagnacs. Après la mort du frère de Charles Ier, Jean V à la bataille de Lectoure, il ordonna qu'on fasse avorter sa veuve qui était enceinte de sept mois[1]. Charles Ier reste emprisonné pendant plus de douze ans à la Bastille, d'où il ne sort qu'à la mort de Louis XI en 1483. Revenu dans son château de Lavardens, il en est chassé en 1496 par les troupes du roi Charles VIII et se réfugie à Castelnau-de-Montmiral, où il meurt l’année suivante.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]