Forêt domaniale de Grésigne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Forêt domaniale de Grésigne
Image illustrative de l’article Forêt domaniale de Grésigne
Le « sentier de la baronne » dans la forêt de Grésigne
Localisation
Position Castelnau-de-Montmiral
Coordonnées 44° 01′ 56″ nord, 1° 45′ 16″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Tarn
Géographie
Superficie 3 600 ha
Compléments
Statut Forêt domaniale
Essences Chêne

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Forêt domaniale de Grésigne

Géolocalisation sur la carte : Tarn

(Voir situation sur carte : Tarn)
Forêt domaniale de Grésigne

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Forêt domaniale de Grésigne

La forêt de Grésigne, entre les vallées de l'Aveyron, de la Vère et du Cérou, est ceinturée au nord par les plateaux calcaires et au sud-est par le causse de Cordes. Elle est longée par le sentier de grande randonnée GR 46.

La prépondérances des chênes (60 % du peuplement en chêne rouvre, 15 % en chêne pédonculé) fait de la Grésigne la plus vaste chênaie rouvre du midi de la France[1]. Après avoir appartenu au territoire de Puycelsi, elle dépend de la commune de Castelnau-de-Montmiral depuis le 21 février 1814.

Histoire[modifier | modifier le code]

Malgré l'absence d'habitat permanent, cette forêt primaire est utilisée depuis longtemps (oppida protohistoriques, le mieux conservé étant l'oppidum Saint-Clément[2]) ; elle a été exploitée par les seigneurs et les communautés paysannes.

Colbert en tire les mâts de chêne pour la marine royale[3]; les gentilshommes verriers utilisent le grès (qui donne son nom à la forêt) pour souffler un verre célèbre, de couleur vert-bleu, en consommant de grandes quantités de bois pour alimenter leurs fours; les charbonniers en tirent le charbon de bois avant qu'il soit remplacé par le charbon de terre du Carmausin; les riverains s'en servent comme combustible ou comme bois d’œuvre...

Mais une exploitation longtemps anarchique contraint l'Etat à entreprendre des Réformations et à remettre régulièrement en cause les privilèges et us et coutumes des riverains. La première est effectuée par Jean Bardon en 1542 mais ce dernier étant juriste et non forestier, ses décisions malgré leur sévérité seront peu suivies d'effet. Ce n'est pas le cas de la Réformation menée par l'expert forestier Louis de Froidour de Sérizy, envoyé par Colbert en 1666 dans cette forêt, la plus grande de la Maîtrise de Toulouse. Constatant le pillage, ses conclusions sont sans appel : exploitation anarchique, abus des gentilshommes verriers, exactions des ateliers de merrains clandestins, défrichements par les troupeaux etc. Selon Froidour, la forêt n’apporte aucun profit au roi compte tenu d'un enclavement qui rend impossible son utilisation pour la marine de Colbert, mais profite au contraire aux populations locales qui en usent et en abusent.

Le désenclavement de la forêt est envisagé à partir de 1748 grâce à la canalisation de la Vère qui aurait permis au bois de rejoindre la rivière Aveyron puis le Tarn jusqu'à Moissac. Après des querelles quant au tracé, à l'approvisionnement en eau et au coût de ce canal, Louis XV en autorise néanmoins le creusement en 1752 mais le projet est abandonné en 1772. La deuxième moitié du XVIIIe siècle voit une déforestation intensive de la région qui inquiète les habitants[4] et l'administration départementale. Ainsi le Préfet Lamarque écrit en 1789 : « Le prix du bois augmente chaque jour, et l'on s'aperçoit « qu'il devient rare (../..) Des genêts, des bourdaines remplacent les antiques chênes de la forêt de Grésigne, concédée à M. de Maillebois, et qu'il a fait défricher par des Saxons »[5]

Devenue forêt domaniale de l'Etat républicain après de nombreuses vicissitudes sous l'Empire et la Restauration, la forêt de Grésigne, désormais gérée par l'Office National des Forêts, est toujours exploitée pour son bois mais elle a su trouvé un équilibre avec d'autres utilisations (chasse au tir, chasse à courre, randonnées, promenades, le célèbre Trail de Grésigne...). En prolongement de sa vocation forestière, un Conservatoire d'espèces fruitières et vignes anciennes à été créé en 1985 par le Département du Tarn entre le pech de Puycelsi et l'entrée de la forêt. Ce Verger et la forêt sont parcourus par un Sentier du Patrimoine.

Pendant l'occupation allemande de la Seconde Guerre mondiale, la forêt de Grésigne abritait le Maquis de la Grésigne, un maquis[6] international appartenant au groupe Vendôme, sous le commandement de Karl Matiszyk et qui était constitué de résistants essentiellement polonais et espagnols.

Faune[modifier | modifier le code]

La faiblesse de l'occupation humaine permet depuis à la forêt de Grésigne d'abriter une faune riche en cervidés (cerfs, chevreuils), sangliers, petits mammifères carnassiers (fouines, martres, genettes, chats sauvages), ainsi que plus d'une centaine d'espèces d'oiseaux nicheurs (aigle botté, palombe, faucon crécerelle, chouette effraie, chouette hulotte, hibou grand-duc, bergeronnette des ruisseaux, fauvette à tête noire, mésange nonnette…). Elle est la troisième forêt de France en nombre de coléoptères (2 380 espèces de coléoptères inventoriées)2 et autres invertébrés remarquables. Beaucoup de ces espèces sont liées aux arbres sénescents, parfois aux zones humides.

Contes et légendes[modifier | modifier le code]

La romancière et conteuse Gudule qui habitait le Tarn a raconté plusieurs légendes traditionnelles se rapportant à la forêt de Grésigne dans différents recueils. Ces contes ont pour personnages récurrents la petite reine de Montmiral et un farfadet du nom de Reno.

  • Le Farfadet gourmand in Contes et légendes des elfes et des lutins / Gudule. Paris : Nathan, DL septembre 2006, p. 105-114. (Contes et légendes ; 60). (ISBN 2-09-251323-0). Réimpr. nouv. couv. 04/2012, (ISBN 978-2-09-254008-4)
  • Comment Reno le farfadet rencontra, délivra et aima un cochon in Contes et légendes des elfes et des lutins / Gudule. Paris : Nathan, DL septembre 2006, p. 117-127. (Contes et légendes ; 60). (ISBN 2-09-251323-0). Réimpr. nouv. couv. 04/2012, (ISBN 978-2-09-254008-4)
  • Le Mariage de Reno in Contes et légendes des elfes et des lutins / Gudule. Paris : Nathan, DL septembre 2006, p. 129-134. (Contes et légendes ; 60). (ISBN 2-09-251323-0). Réimpr. nouv. couv. 04/2012, (ISBN 978-2-09-254008-4)
  • L'Ermite de l’Audoulou in Princesse Zoumouroud : 11 contes de sagesse / Gudule. [Paris] : le Livre de poche jeunesse, DL septembre 2008, p. 51-60. (Le livre de poche. Jeunesse. Conte : primaire ; 1360). (ISBN 978-2-01-322638-7)
  • La Petite reine qui sauva les arbres in Le Croqueur de lune : 21 contes à lire les soirs d’hiver / Gudule. Namur (Belgique) : Mijade, février 2011, p. 115-124. (Zone J). (ISBN 978-2-87423-062-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Alet de la Dépêche, « La forêt de Grésigne », sur tarn.lpo.fr (consulté le 14 octobre 2010)
  2. Calameo, « Le sentier de la Baronne », sur calameo.com (consulté le 14 octobre 2010)
  3. «: Étude historique du traitement de la forêt domaniale de la Grésigne dans le Tarn, depuis le XVIIe siècle jusqu'à nos jours », P. CHABROL. (Archives administratives de la 35e conservation des Eaux et Forêts, 1957) en ligne.
  4. P. Deffontaines, « La Grésigne - annales de géographie - », sur persee.fr (consulté le 14 octobre 2010)
  5. Becquerel (Antoine César, M.), Mémoire sur les forêts et leur influence climatérique (exemplaire numérisé par Google) ; 1865
  6. J.-A. L, « Devoir de mémoire et Droits de l'Homme. », sur ladepeche.fr (consulté le 14 octobre 2010)
  • 7 Claude BOUYSSIERES, Grésigne, Histoire d'une Forêt Convoitée, 294 pages, édition juillet 1999.
  • 8 Revue du Tarn no 181 ( Printemps 2001) : Grésigne, pages 1 à 29, Claude Bouyssières.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chasses en forêt domaniale de Grésigne : poèmes / Roger Fontès. Gaillac : M. Fontès, 1993, 12 f.-[8] p. de pl.
  • Promenons-nous dans les forêts du Tarn : Grésigne et Sivens : des promenades faciles en famille / Office national des forêts. Paris : Office national des forêts, 2001, 80 p. (Promenons-nous en forêt ; 17). (ISBN 2-84207-224-3)
  • Grésigne, histoire d'une forêt convoitée. De la forêt féodale à la forêt domaniale actuelle, un passé commun aux petits pays grésignols : Claude Bouyssières, édition revue et augmentée sur le site https://gresigne.monsite-orange.fr/index.html