Giroussens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Giroussens
Mairie de Giroussens.
Mairie de Giroussens.
Blason de Giroussens
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Castres
Canton Les Portes du Tarn
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Rabastinois - Tarn et Dadou - Vère Grésigne et Pays Salvagnacois
Maire
Mandat
Gilles Turlan
2014-2020
Code postal 81500
Code commune 81104
Démographie
Gentilé Giroussinais
Population
municipale
1 479 hab. (2014en augmentation de 10.37 % par rapport à 2009)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 45′ 47″ nord, 1° 46′ 37″ est
Altitude 175 m (min. : 95 m) (max. : 272 m)
Superficie 41,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Giroussens

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Giroussens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Giroussens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Giroussens
Liens
Site web Site officiel

Giroussens est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

La commune est réputée pour sa production de terre cuite peinte et vernissée au plomb.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur un promontoire au-dessus de la vallée de l'Agout entre Lavaur, Graulhet et Saint-Sulpice dans le département du Tarn. Giroussens se trouve à 40 km au nord-est de Toulouse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Giroussens
Coufouleux Loupiac Parisot
Saint-Lieux-lès-Lavaur Giroussens Saint-Gauzens
Saint-Jean-de-Rives Saint-Jean-de-Rives Ambres

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Agout et son affluent le Dadou.

Transport[modifier | modifier le code]

On accède à cette agglomération par la route départementale no 12 qui se raccorde sur l'autoroute A68 au niveau de l'échangeur no 7 (Rabastens). Des dessertes locales sont assurées par les RD 631 qui relie Graulhet à Saint-Sulpice, RD 38 vers Parisot et RD 48 vers Saint-Lieux-lès-Lavaur et Saint-Jean-de-Rives.

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le Pepil, la Veyrière, Saint-Anatole, les Galiniers, la Pelforte, Catalo, les Perrières, les Martels, Ganapi, Baylessac-bas, la Janille, les Prades.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, le village se situe à 1 km de son emplacement actuel. Une villa gallo-romaine se trouve au bord de l'Agout. Des restes de sculptures et de mosaïques y seront retrouvés en 1899. Elle est occupée au Ve siècle par les Wisigoths qui laissent une nécropole (actuellement aux Martels) dont le nom est déjà celui de Giroussens (mentionné sous les formes Girocens en 1156 et Girossencs XIIe siècle). Giroussens viendrait peut-être d'un nom de personne (wisigothique?) se rattachant à Ger-wulf (gari, lance ; wulf, loup), suivi du suffixe germanique -ingos de propriété.

Pendant le Moyen Âge, la population se déplace dans un castrum sur la falaise à 80 m de hauteur. Il est mentionné à partir de 1156. Plus haut nord, un château, le Pech Mascou, est construit sur les bords de l'Agout au XIIIe siècle. Le seigneur Amalric de Lautrec érige Giroussens en bastide. Dès lors une ville se développe et prospère à l'abri de remparts. L'église Saint-Salvy est reconstruite à la fin du XIVe siècle.

Entre 1330 et 1356, Gui de Comminges, seigneur de la basse terre d'Albigeois, réside à Giroussens. Il est le chef d'une bande de brigands et vit de vols et pillages de la région. En 1381, le comte de Foix-Béarn, Gaston Fébus va vaincre ces pillards dans la plaine d'Albi. À la mort du comte, Giroussens rentre dans le domaine de Charles VI. Puis la ville passe à Mathieu de Foix-Graillis par Charles VII en 1425. Sous Charles VIII, le domaine retourne à la couronne royale. Mais Louis XIV cède la seigneurie à François de Gélas, vicomte de Lautrec et marquis d'Ambres, en 1695. Elle restera dans sa descendance jusqu'à la Révolution.

La poterie de Giroussens[modifier | modifier le code]

Le village est connue pour sa production de terre cuite peinte et vernissée au plomb dès 1538. Au XVIe siècle, il existe une trentaine de potiers à Giroussens. En 1618, ils fondent une confrérie sous le patronage de sainte Rufine. Les potiers sont au nombre de 50 durant le XVIIe et XVIIIe siècle. Des plats de couleur violet, vert, jaune et bleu sont peints pour le roi Louis XIV. Sous la Régence, les commandes baissent du fait de la concurrence de la vaisselle d'étain et de faïence. Les potiers produisent alors de la vaisselle plus simple pour la Louisiane et le Québec. Mais, la guerre de Sept Ans et la conquête du Canada par les Anglais mettent fin au commerce. Au milieu du XVIIIe siècle, la poterie n'est plus au goût du jour remplacé par la porcelaine et l'argenterie. Les fours sont détruits et la production cesse au XIXe siècle. Le Musée du pays Rabastinois voisin conserve une collection de plus d'une centaine de plats, assiettes, bénitiers et réchauds en poterie vernissée originaires de Giroussens. En 1991, la poterie renaît grâce à l'association Arts et Poteries de Giroussens qui a su exploiter le livre paru en 1985 de Lucien Raffin-Bouniol Les Terres Vernissées De Giroussens.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Giroussens

Son blasonnement est : De sable au pairle d'or. (Armorial Général de France, Charles D'Hozier ; édit de 1696) 15e volume, Languedoc, 2e partie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté de communes Tarn et Agout et du Les Portes du Tarn (avant le redécoupage départemental de 2014, Giroussens faisait partie de l'ex-canton de Lavaur).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Casimir Belda UDF - MODEM  
mars 2008 2014 Jean-Louis Claustre DVG[1]  
mars 2014 en cours Gilles Turlan SE Conseiller départemental
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 479 habitants, en augmentation de 10,37 % par rapport à 2009 (Tarn : 2,72 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 506 1 530 1 707 1 705 1 831 1 946 1 911 1 997 1 981
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 995 1 942 1 875 1 811 1 750 1 708 1 698 1 620 1 511
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 370 1 357 1 319 1 097 1 111 1 065 1 048 1 004 1 014
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 031 1 054 1 066 1 058 1 051 1 040 1 328 1 450 1 479
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : Gaillac (AOC), côtes-du-tarn.

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Giroussens fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre du SICTOM de Lavaur[6].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Galerie photographique sur Giroussens [1]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Résultats des élections municipales », sur www.lemonde.fr/resultats-elections-municipales/giroussens,81500 (consulté le 15 juillet 2014)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. http://www.sictom-lavaur.fr/