Châteaubriant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Châteaubriant
Châteaubriant
Les toits du centre-ville vus depuis le château.
Blason de Châteaubriant
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
(sous-préfecture)
Arrondissement Châteaubriant-Ancenis
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Châteaubriant-Derval
(siège)
Maire
Mandat
Alain Hunault (UDI)
2020-2026
Code postal 44110
Code commune 44036
Démographie
Gentilé Castelbriantais
Population
municipale
12 031 hab. (2019 en augmentation de 1,39 % par rapport à 2013)
Densité 358 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 04″ nord, 1° 22′ 30″ ouest
Altitude Min. 48 m
Max. 107 m
Superficie 33,62 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Châteaubriant
(ville isolée)
Aire d'attraction Châteaubriant
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Châteaubriant
(bureau centralisateur)
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châteaubriant
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châteaubriant
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Châteaubriant
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Châteaubriant
Liens
Site web mairie-chateaubriant.fr

Châteaubriant ([ʃa.to.bʁi.jɑ̃] Écouter[Note 1]) est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire. Sous-préfecture, elle est le chef-lieu de l'arrondissement de Châteaubriant-Ancenis, et le siège de la Communauté de communes Châteaubriant-Derval.

Elle fait partie de la Bretagne historique et du pays de la Mée.

Entourée d'un paysage à dominante rurale, elle s'est développée autour de son château qui fut le théâtre de combats liés à l'affrontement entre la Bretagne et la France. Son économie s'est longtemps articulée autour de l'agriculture et du commerce de bétail, son rôle commercial étant symbolisé par la quasi-millénaire foire de Béré. L'industrie métallurgique s'est développée au XIXe siècle, suivie à la fin du siècle suivant par la plasturgie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Châteaubriant dans le département de la Loire-Atlantique

Châteaubriant est situé au nord du département de la Loire-Atlantique à 55 km au sud de Rennes, 70 km au nord-est de Nantes, 50 km au nord d'Ancenis et 73 km au nord-ouest d'Angers[1].

Châteaubriant est située au cœur géographique de la communauté de communes Châteaubriant-Derval regroupant 26 communes.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

L'étang de la Torche, alimenté par la Chère et situé au pied du château.

La ville de Châteaubriant s’est développée dans le fond marécageux de la vallée de la Chère (altitude variant de 59 m à 47 m), encadré par des plateaux : au nord, le plateau de Béré, et au sud le coteau de Saint-Michel-des-Monts et les hauteurs des Briotais. Deux ruisseaux importants, le Rollard et le Choisel, rejoignent la Chère à Châteaubriant, leurs vallées morcèlent le territoire communal. Ainsi, celui-ci présente-t-il des terroirs très contrastés, à la fois dans ses reliefs, ses sols et ses expositions : des marécages et des fonds de vallées inondables, des versants aux sols relativement bien drainés, et des lanières de plateaux. Le peuplement initial, au moins à l’époque celtique ancienne, s’est implanté en haut du versant de Béré, bien exposé au sud[2].

Géologie[modifier | modifier le code]

Les sous-sols de la commune font partie de la Bretagne centrale ou domaine centre-armoricain. Ils sont sédimentaires et très anciens (schistes, grès...) : il s'agit de dépôts ayant eu lieu après la mise en place de la chaine cadomienne, durant une période géologique calme[3][réf. obsolète]. Une grande faille allant d'Angers à Quimper passe au sud de la ville et de la Chère (cisaillement sud-armoricain). Elle correspond à la mise en place de la chaine hercynienne. Les dépôts ont été transformés, pliés par des déformations tectoniques liées à l'apparition de cette chaine. La ville est ainsi située sur le résultat de ces transformations : un anticlinal (couche la plus ancienne du Briovérien, fin de l'aire Protérozoïque) entouré de deux synclinaux laissant apparaitre des couches plus récentes (Ordovicien, Silurien). Ces couches se situent au nord de la commune, sur l'axe de la RD 36 entre Rougé et Noyal-sur-Brutz, et au sud-ouest, autour de Saint-Vincent-des-Landes. Des sédiments plus récents, du Pliocène, ont été déposés par la rivière sur le territoire communal ainsi que plus à l'est[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[5]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[6].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[7]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[5]

  • Moyenne annuelle de température : 11,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 717 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[9] complétée par des études régionales[10] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Soudan », sur la commune de Soudan, mise en service en 1994[11] et qui se trouve à 6 km à vol d'oiseau[12],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 12,1 °C et la hauteur de précipitations de 821,7 mm pour la période 1981-2010[13].

Sur la station météorologique historique la plus proche, « Rennes-Saint-Jacques », sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande, dans le département d'Ille-et-Vilaine, mise en service en 1945 et à 46 km[14], la température moyenne annuelle évolue de 11,7 °C pour la période 1971-2000[15], à 12,1 °C pour 1981-2010[16], puis à 12,4 °C pour 1991-2020[17].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le paysage est à dominante rurale propice à la culture fourragère (herbe), céréalière (blé, orge, colza, pois) sur la grande partie nord de la commune grâce à une bonne qualité des sols. La plupart de ces exploitations agricoles sont spécialisés dans l'élevage bovin et la production laitière.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La ville de Châteaubriant est desservie par plusieurs routes départementales[18] :

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La desserte interne de Châteaubriant est assurée par le C'bus, un service de transport exploitées avec des minibus électriques, créé le en remplacement de l'ancien service Castelbus[19]. Initialement géré par la région Pays de la Loire, le C'bus est transféré à la Communauté de communes Châteaubriant-Derval le [20].

Châteaubriant est reliée aux autres villes de la région par plusieurs lignes du réseau régional Aléop.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Vue de la Gare SNCF de Châteaubriant

La gare de Châteaubriant est située sur la ligne de Nantes-Orléans à Châteaubriant construite par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO) en décembre 1877 et la ligne de Châteaubriant à Rennes inaugurée en 1881.

Si cette dernière liaison a toujours été quotidiennement desservie par plusieurs TER, la ligne vers Nantes a été fermée au trafic (voyageur et fret) en 1980, avant d'être de nouveau exploitée sous la forme d'un tram-train depuis le [21].

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Châteaubriant ne possède pas d'aéroport. Les plus proches sont ceux de Rennes - Saint-Jacques (à environ soixante kilomètres) et de Nantes Atlantique (à environ soixante-quinze kilomètres) qui proposent des vols réguliers intérieurs et internationaux. Est sans doute discutable l'affirmation selon laquelle aurait pu être grandement améliorée la desserte aérienne de la ville par un aéroport du Grand Ouest à Notre-Dame-des-Landes (donc aussi dans l'arrondissement de Châteaubriant-Ancenis), dont le projet est abandonné début 2018. Il aurait été réalisé à environ cinquante-cinq kilomètres de Châteaubriant : certes plus proche que Nantes Atlantique, mais à distance quasiment équivalente de Rennes Saint-Jacques, que l'on envisage aujourd'hui de développer en compensation de l'abandon de NDDL[22].

La commune dispose également de l'aérodrome de Châteaubriant - Pouancé[23].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Châteaubriant est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[24],[25],[26].

Elle appartient à l'unité urbaine de Châteaubriant, une unité urbaine monocommunale[27] de 11 974 habitants en 2017, constituant une ville isolée[28],[29].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Châteaubriant, dont elle est la commune-centre[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 20 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[30],[31].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (75,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (34,3 %), terres arables (26,7 %), zones urbanisées (14,7 %), zones agricoles hétérogènes (9,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (8,9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (3,2 %), forêts (1,6 %), eaux continentales[Note 7] (0,7 %)[32].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[33].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Tram-train reliant Châteaubriant à Nantes
La rue Aristide-Briand, principale rue du centre-ville.

L’implantation des hommes est très ancienne. À l’époque gauloise, le village de Béré constitue le noyau du peuplement. Un atelier monétaire de la fin du IIIe siècle atteste de la continuité de ce peuplement à l’époque gallo-romaine. Aux époques mérovingienne et carolingienne, Béré connaît un fort développement autour d’un sanctuaire progressivement constitué de trois églises : Saint-Sauveur, Saint-Pierre et Saint-Jean Baptiste. Autour de 600, un nouvel atelier monétaire frappe une monnaie portant la mention de Baiorate, première mention connue de Béré[34].

Après la mise en place de la seigneurie de Brient en 1050, deux bourgs se développent parallèlement : Béré et le bourg castral près de la résidence du seigneur, Castro Brienti. Le site de Béré a deux positions défensives sur des hauteurs. De même, le château de Brient est situé sur un éperon rocheux dominant les vallées de la Chère, du Rollard et du Choisel. Le marais aux pieds de l'édifice sera un souci permanent pour les habitants du bourg[B 1].

Châteaubriant se développe autour de l'axe qui va du château à Béré, et qui va devenir la Grande rue. Au centre la cohue (halle seigneuriale) et sur une hauteur la chapelle Notre-Dame (1180). Au XIIe siècle on construit l'enceinte du château. Les remparts de la ville close apparaissent entre la fin du XIIe siècle et le milieu du XVe siècle[B 2]. Ils sont pourvus de quatre portes : porte de Couéré vers Béré et Rennes, porte Saint-Michel-des-Monts vers Angers[B 2], porte de la Torche vers Soudan et Paris, porte Saint-Nicolas vers Nantes. La ville close avec ses faubourgs à chacune des quatre portes et le bourg de Béré forment la ville jusqu'au XIXe siècle[B 3].

En 1851 la construction de la halle-mairie entraîne la percée d'une ouverture de la muraille, deux nouvelles voies donnant des axes de développement au nord : la rue de Fercé et l'avenue du Gaz (devenue rue Jean-Jaurès). Les halles du centre sont détruites en 1865[B 3]. 1867 voit la création d'un grand boulevard sur la route de Saint-Aubin (devenu boulevard de la République). En 1877 le maire Michel Grimault lance un plan d'alignement réalisé par le géomètre Pinson, mis en application entre 1879 et le lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. La même année a lieu l'inauguration de la gare, un quartier se développe autour. Dans les années 1880 le boulevard Saint-Luc (devenu rue Alsace-Lorraine) voit le jour[B 4]. En 1881-1882 la grande tranchée bouleverse le centre de la ville close, poursuivie jusqu'en 1885 vers le sud, donnant un nouvel itinéraire vers Angers et la création d'un nouveau quartier sud entre 1885 et 1914. En 1900 s'ouvre le marché couvert[B 3].

C'est en 1907 que l'usine Huard est fondée aux Vauzelles. Autour d'elle un quartier se forme, suivi de celui de la Grenouillère. Au cours des années 1920, dans le quartier de la Trinité, apparaît le premier lotissement aux Cohardières. La cité de Carfort est, elle, bâtie entre 1927 et 1937[B 4].

À partir des années 1950, comme dans la plupart des villes françaises, une forte croissance se fait sentir à Châteaubriant[B 4]. Cette extension est majoritairement constituée de lotissements (bâtiments collectifs et maisons particulières) et de zones industrielles. Le fort accroissement démographique au détriment des campagnes environnantes conditionne la nouvelle forme de la ville. Ces opérations débutent en 1952-1953, et connaissent une amplification sous la conduite du maire Xavier Hunault entre 1959 et 1980. Un plan de développement est établi entre 1959 et 1962, base du plan d'urbanisme de 1969. Les quartiers servent de base au développement : quartiers de Béré, Renac, Saint-Michel-des-Monts, Ville aux Roses, Vitré, etc. La Mairie acquiert la zone abattoir foirail en 1960, la zone industrielle de la route de Saint-Nazaire en 1966[B 5].

Logement[modifier | modifier le code]

Châteaubriant comptait 5 181 logements en 1999. Les constructions neuves sont peu présentes puisqu'en 1999, seulement 7,3 % des résidences principales étaient postérieures à 1990. À contrario, les constructions antérieures à 1949 représentaient 29,2 % du parc. La plupart des habitations ont été construites entre 1949 et 1974 (39,6 %). Ces habitations se répartissent sur plusieurs quartiers résidentiels tels que le Domaine du lac, la Hulotte, le secteur de Deil ou celui de la route de St Aubin-des-Châteaux. La commune a fait construire plusieurs lotissements comme la Ville-aux-Roses ou Renac.

92,9 % des logements sont des résidences principales, réparties à 66,3 % en maisons individuelles et à 33,7 % en appartements (respectivement 73,3 % et 26,7 % dans la région). 55,7 % des habitants sont propriétaires de leur logement, contre 42,1 % qui ne sont que locataires (respectivement 61,1 % et 36,3 % dans la région)[35],[36].

À noter qu’avec 949 logements HLM soit 18,3 % du parc en 1999 (13,9 % dans la région), la ville ne respecte pas les dispositions de l’article 55 de la loi solidarité et renouvellement urbain (SRU) de décembre 2000 fixant à 20 % le taux minimum de logements sociaux pour les communes les plus importantes. La ville dispose d'un parc de logements sociaux (immeubles et pavillons locatifs), gérés par le service logement du CCAS (Centre Communal d'Action Sociale).

La plupart des habitations possèdent 4 pièces (58,8 %), ou 3 pièces (23,3 %), puis 2 pièces (13,3 %). Les petits logements restent peu nombreux (studios : 4,6 %). La ville possède par conséquent des logements de taille importante du fait de l'espace immobilier non restreint, permettant de grandes constructions, et du fait de la demande faible en petits logements[37],[38]. Enfin il faut préciser que ces logements sont bien dotés puisque 93,9 % ont le chauffage central et 57,6 % possèdent un garage, box ou parking (respectivement 86,8 % et 67,6 % pour la région). En outre le nombre de logements vacants était peu important en 1999 avec 5,7 % du parc contre seulement 5 % dans la région.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Châteaubriant[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Castellum Brienti au XIe siècle, Castro Brientii en 1265, Chateaubrient en 1348, Chasteaubrient en 1353, Chateaubriand en 1379, Castrum Briencii en 1453, Chasteaubriand en 1576, Chasteaubriant en 1664[39].

La commune tient son nom de Brient, le seigneur qui a fondé le château au XIe siècle. Une telle origine est assez courante en Bretagne, comme en France et dans toute l'Europe, pour d'autres villes apparues à la même époque qui portent aussi le nom de leur premier seigneur, comme Château-Gontier, Châteauroux (« le château de Raoul »), ou encore Laval, qui s'est primitivement appelée Laval-Guyon (« la vallée de Guy »). Au Moyen Âge, dans des textes surtout écrits en latin, le nom Brient est au génitif Brientii ou Brieni, et le nom Castrum Brieni ou Castrum Brientii apparaît dès 1050. L'écriture avec le t l'emporte alors : elle est étymologique, Brient étant le breton brient qui signifie "(homme) élevé, noble". En 1266, la première mention en français laisse apparaître le nom du baron Geffrey de Cheteau Brient. La graphie Chasteau Brient est la plus utilisée à l'époque. Au XVe siècle le « e » de Brient se mue en « a », la terminaison en « t » ou « d » dépend des auteurs[O 1]. Au XVIIe siècle le « s » cède progressivement la place à l'accent circonflexe, transformation achevée au siècle suivant, alors que le « d » de fin l'emporte. La tendance s'inverse au XIXe siècle, le « t » s'impose en fin de mot et remplace le « d » ; au cours du même siècle, l'accent circonflexe a tendance à disparaître[O 2].

En latin moderne, le nom de la ville est traduit en Castrobriandum, mais les appellations médiévales Briandi Castrum ou Brientii Castrum restent acceptées[40]. Le nom en langue bretonne est Kastell-Brient et la ville possède aussi un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Châtiaoberiant en écriture ABCD, Chastèu-Beriant en ELG, Châtôb·rient ou Châteb·rient en MOGA. La prononciation gallèse la plus commune est [ ʃɑ.to.bjɑ̃] mais [ ʃɑ.tə.bjɑ̃] a également été relevé[41],[42],[43].

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Montagne-sur-Chère[44].

Ses habitants sont appelés les Castelbriantais[45].

Béré[modifier | modifier le code]

Au début du XIe siècle, Béré est désigné sous diverses formes : Beriacum, Beriacus, Bairiacum, Bairiacus avec les déclinaisons grammaticales Beriacensi, Beriacensis, Bairiensis. L'hypothèse la plus couramment admise donne pour origine à ce nom Berius, soit le nom d'un vieux-celtique, auquel se serait adjoint le suffixe -acum. À partir de 1150 apparaît la forme Bereio, Berei. En 1252, lorsque la paroisse Saint-Pierre est rattachée à la paroisse Saint-Jean, la nouvelle paroisse est baptisée Sancti Johannis baptiste de Bereio, Saint-Jean-Baptiste-de-Béré, nom conservé jusqu'à la révolution[O 3].

En gallo, le quartier s'appelle Berë (écriture MOGA), prononcé [bə.rə][43].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

La région autour de Châteaubriant recèle des traces d'occupation ancienne. Malgré l'action de l'abbé Cotteux, surnommé le « grand destructeur de menhirs », qui a bâti le calvaire de Louisfert en puisant sa matière première dans plusieurs de ces monolithes, il reste des menhirs aux alentours de Châteaubriant[U 1]. On en trouve à Rougé, dans le village de la Houssais, sur la route de Sion-les-Mines à Treffieux, à Lusanger et Saint-Aubin-des-Châteaux[U 2].

Des haches de l'âge de la pierre polie ont également été découvertes, notamment sur le territoire de Châteaubriant, à la Borderie, au nord de l'ancien champ de course de Béré[U 2]. Béré (actuel quartier de Châteaubriant) serait un village d'origine gauloise, situé sur un sous-sol riche en fer, dont l'exploitation a laissé des traces très anciennes[F 1]. Les coteaux de Béré auraient donc hébergé des gaulois, dont on ignore l'origine : la région se trouve en limite de peuplement des Andécaves, des Redones, des Vénètes et des Namnètes[U 3].

Le nom de Béré serait issu d'un mot celte signifiant « hauteur », latinisé en Bairacus, devenu Bereus puis Béré[U 4]. Des vestiges de constructions romaines ont été découvertes en 1876 au champ de foire. Les voies romaines liant Condeium (Candé) et Condevicnum[Note 8] à Condate[Note 9] se croisaient à ce niveau[U 5]. Enfin, un atelier monétaire gallo-romain était très probablement actif à la fin de la fin du IIIe siècle[46],[47].

Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au VIe siècle la région subit l'invasion bretonne, puis est intégré au royaume breton. La Bretagne féodale est divisée en « tierns », tenus par de petits seigneurs. Il n'y a pas de trace écrite concernant ceux de la région de Béré[U 6].

Au début du Moyen Âge, ce village connaît un développement important. Un sanctuaire double y est consacré à saint Pierre et saint Jean-Baptiste. Un atelier monétaire y est construit. Béré est le centre d'activités agro-pastorales, métallurgiques et commerciales[B 6].

Bas Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Après l'an mil, sur des biens donnés probablement par Gautier II, évêque de Nantes, la famille de Brient s'installe sur le double sanctuaire. Il s'agit d'une action politique, l'évêque s'attirant l'appui de nobles dans sa lutte contre les comtes de Nantes et d'Anjou, opposés au comte de Rennes[B 6].

Le donjon médiéval

L'histoire de Châteaubriant commence au début du XIe siècle quand Brient (allié du comte de Rennes) édifie une forteresse[O 4] sur une motte au confluent de la Chère et du Rollard, celle-ci faisait partie des Marches de Bretagne avec Vitré, Fougères, Ancenis, Clisson, Machecoul, frontière chargée de défendre la Bretagne face au royaume de France. Il fonda plus tard le prieuré Saint-Sauveur à Béré[48] pour les moines de Marmoutier[49], qui fut d'ailleurs le premier noyau de la cité, étendue vers le sud-est par la création de la paroisse Saint-Jean-Baptiste au XIe siècle et du couvent Saint-Michel au XIIIe siècle. La paroisse Saint-Pierre est plus ancienne puisqu'elle remonte au Xe siècle. La ville de Châteaubriant s'est développée par la suite au XIIe siècle sur le flanc ouest du château[50].

Le 3 mars 1222, Béré est le théâtre d'une bataille qui opposa le duc de Bretagne Pierre Ier, aidé entre autres des sires de Vitré, de Fougères, de Dinan, de Combourg, de Châteaugiron, de Châteaubriant, etc. à des barons insurgés, conduits par Amaury de Craon, sénéchal d'Anjou[51]

Le château étant une place stratégique, la ville est soumise aux combats et aux invasions. Le siège le plus important est sûrement celui commandé par le roi de France Louis IX en 1235[U 7]. L'insécurité conduira les seigneurs à faire élever des remparts, construits du XIIIe siècle au XVe siècle[O 5].

Le plan de Châteaubriant en 1832. Jusqu'à cette époque, l'aspect de la ville n'avait guère évoluée depuis l'époque médiévale.

Entre le XIIIe siècle et le XVe siècle, la ville médiévale est protégée par un mur de défense entouré de douves alimentées au nord par la Chère et au sud par le Rollard dont le cours principal traverse la cité dans sa moitié orientale. Les murs étaient percés de cinq portes : la « porte Saint-Jean » au nord-ouest, la « porte de la Torche » au nord-est, la « porte de la Poterne » au sud, la « porte Neuve » et la « porte Saint-Michel » au sud-est. Deux axes principaux se croisaient : la rue de Couéré et la Grande Rue[B 2].

Plusieurs faubourgs entouraient Châteaubriant. Au nord-ouest, celui de Couéré la reliait à Béré qui formait le noyau primitif de la ville. Au sud-ouest, se trouvait celui de la Barre, tandis que le sud-est était occupé par celui de Saint-Michel. Enfin, au nord-est, se trouvait le faubourg de la Torche[50].

La ville médiévale était parcourue par la rue de Couéré et la Grand-Rue, entourée de plusieurs faubourgs. Le cœur de la ville était marqué par une halle en bois[50], détruite en 1865. La famille Briant, qui fonda Châteaubriant puis l'éleva au rang de baronnie, s'éteint au XIVe siècle. Elle est aussitôt remplacée par la famille de Dinan, à laquelle succéda la famille de Laval[F 1].

Les Français commandés par Louis II de la Trémoille assiègent Châteaubriant à partir du . Le Château de Châteaubriant est alors démantelé[48] et Jean de Laval est gardé en otage. C'est le début d'une campagne militaire qui verra successivement tomber différentes places fortes bretonnes comme Ancenis, Clisson, Redon ou encore Guingamp, et qui finira par la défaite de Saint-Aubin-du-Cormier (pour plus de détails voir l'article Siège de Châteaubriant).

Renaissance[modifier | modifier le code]

Le XVIe siècle est marqué par les actions de Jean de Laval, gouverneur de Bretagne de 1531 à 1542, qui fit construire les ailes Renaissance du château pour sa femme Françoise de Foix[52]. Jean de Laval lègue sa baronnie à Anne de Montmorency.

Les barons de la Renaissance accueillirent successivement François Ier, Henri II et Charles IX.

La fin du siècle est marquée par la prise de la ville par la Ligue de 1590 à 1597, dirigée par le duc de Mercœur. Au XVIIe siècle la Maison de Condé obtient Châteaubriant, mais n'y réside pas[48]. À la même époque, en 1680, est construit l'hôpital.

En 1789, Châteaubriant compte huit Confréries, les plus anciennes du Rosaire et de sainte Catherine datent du XVe siècle, la plus récente de saint Blaise est érigée en 1680[53].

Révolution[modifier | modifier le code]

Carte Cassini de Châteaubriant au XVIIIe siècle.

Durant la Révolution, Châteaubriant devient en 1790, chef-lieu de district, et est le théâtre, surtout à partir de 1793, de violents affrontements entre Républicains et Royalistes[54]. En 1800 la ville est instituée sous-préfecture.

C'est à cette époque que Joseph Léopold Sigisbert Hugo rencontre Sophie Trébuchet, nantaise exilée, depuis la Terreur, dans la ville chez sa tante Françoise Trébuchet. Ils eurent un fils : Victor Hugo[48]. La maison de Sophie Trébuchet, existe encore, située à proximité de la Maison de l'Ange qui abritait l'Office de tourisme.

De 1815 à l'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Affiche publicitaire Huard créée en 1911 par Leonetto Cappiello.
Affiche publicitaire Huard créée en 1911 par Leonetto Cappiello.

Au cours du XIXe siècle, Châteaubriant se modernise avec la démolition des moulins et du mur d'enceinte (quelques tronçons du rempart au nord et au sud de la ville, sont conservés au niveau de la porte Neuve, de la tour du Four à Ban à l'angle sud-ouest et de la tour de Couéré à l'angle nord-ouest)[50], des boulevards sont percés (tel l'actuelle rue Aristide-Briand entre 1845 et 1871), l'hôtel-de-ville élevé, l'hôpital et l'église Saint-Nicolas (devenue siège de la paroisse) sont reconstruits. Dans le château, alors inoccupé, sont installés la sous-préfecture et le tribunal.

Les faubourgs, qui s'étendent de plus en plus, reçoivent les premières usines, il s'agit d'une fonderie (datant de 1856), localisée rue Armand-Franco, et d'une fabrique de matériel agricole, la société Huard fondée en 1863, située rue des Vauzelles[50]. Le fer est extrait dans les mines proches de Rougé, Teillay ou Sion.

De 1877 à 1887 sont inaugurées trois lignes de chemin de fer, elles relient Châteaubriant à Nantes, Sablé-sur-Sarthe, Redon, Rennes et Ancenis. La ville est alimentée en gaz dès 1876 et en eau courante en 1928.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 22 octobre 1941, 27 otages (internés sous la IIIe République durant la drôle de guerre ou par la police de Vichy à l'automne 1940) du camp de Choisel sont fusillés par les Allemands , en représailles de l'exécution du Feldkommandant de Nantes le , le lieutenant-colonel allemand Karl Hotz. Le plus jeune des 27 otages, Guy Môquet, avait 17 ans. Le lieu de l'exécution, connu depuis sous le nom de « Carrière des Fusillés » ou « La Sablière », est l'un des principaux lieux de mémoire de l'occupation nazie dans la région, auquel une sculpture monumentale de Antoine Rohal rend hommage. En 1944, la ville est bombardée par les Alliés ; l'opération visait les fonderies, mais toucha également une partie du château et du centre-ville[55].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La reconstruction d'après-guerre permit la création dans les années 1960 d'une zone industrielle le long de la route nationale 775 (l'actuelle RD771) allant vers Saint-Nazaire, grâce à laquelle l'agglomération continua son expansion vers le sud[50].

Le 11 novembre 1984, Frédéric Boulay, un militant raciste, armé d'un fusil de chasse tue deux ouvriers turcs et en blesse cinq autres.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Hôtel de Ville

La commune de Châteaubriant dépend de la région des Pays de la Loire, et fait partie de la sixième circonscription de la Loire-Atlantique, département dont elle est une des trois sous-préfectures ; elle est également chef-lieu du canton de Châteaubriantet membre de la Communauté de communes Châteaubriant-Derval.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le décompte des votes du 1er tour de l'élection présidentielle 2007 a révélé à Châteaubriant un taux d'abstention de 16,32 %[56], très légèrement supérieur au taux national[57]. Les électeurs castelbriantais ont principalement voté pour N. Sarkozy 31,24 %, S. Royal 26,97 %, F. Bayrou 19,60 %, J.-M. Le Pen 6,98 % et O. Besancenot 4,93 %[56]. M. Sarkozy obtient le même score qu'au niveau national, Mme Royal 1 % de plus[57]. Cette tendance se confirme au second tour, car pour une abstention équivalente à celle du pays entier, Châteaubriant vote majoritairement pour M. Sarkozy (51,08 %), devant Mme Royal (48,92 %)[56], avec un écart inférieur à celui de l'ensemble du pays (respectivement 53,06 % et 46,94 %)[57].

Le député de Châteaubriant est M. Michel Hunault (majorité présidentielle) qui, lors des élections législatives de 2007, arrive nettement en tête des votes castelbriantais devant son opposant M. Pascal Bioret (PS) avec 52,33 % contre 32,13 % au premier tour et 56,54 % contre 43,46 % au second tour. L'abstention a été respectivement de 35 % et 36,81 %. Au premier tour, aucun autre candidat ne dépasse les 5 %[58].

Investi par le PS pour les Élections législatives de 2012 dans la 6e circonscription de la Loire-Atlantique Yves Daniel bat Michel Hunault, député sortant, avec 52,68 % des voix. Il est membre de la Commission des Affaires Étrangères.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal compte 33 élus. Le maire, M. Alain Hunault, est entouré de 9 adjoints. Parmi les autres conseillers municipaux, 17 font partie de la majorité et 6 de l'opposition[59].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1959 Paul Huard DVD  
1959 1989 Xavier Hunault DVD conseiller général (1964-1988), député (1962-1993)
1989 2001 Martine Buron PS conseillère générale (1988-1994), députée européenne (1988-1994)
2001 En cours Alain Hunault[Note 10] UMPLR notaire, président de la communauté de communes}

Fiscalité[modifier | modifier le code]

Taux et produits des impôts locaux à Châteaubriant en 2009[60],[61]
Taxe Taux appliqué (part communale) Recettes dégagées en 2009 et en €
Taxe d'habitation (TH) 14,86 % 1 589 000
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 18,20 % 2 187 000
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 38,87 % 72 000
Taxe professionnelle (TP) 0,00 % 0

Budget[modifier | modifier le code]

Évolution de l'endettement (en milliers d’€)[61]

Évolution des dépenses d’équipement (en milliers d’€)[61] :

Sécurité, instances judiciaire et administrative[modifier | modifier le code]

La gendarmerie de Châteaubriant est basée dans la caserne Pierre Marionneau et comprend une compagnie, une brigade territoriale, une brigade de recherche, et un peloton de surveillance et d'intervention. Une des brigades de la compagnie est basée dans la commune, il s'agit de la compagnie Châteaubriant-Rougé[62].

La police municipale dispose en 2010 d'un effectif de 13 agents en tenue et de 5 vacataires chargés de la sécurité et de la circulation aux entrées des écoles[63].

La commune dépend de la cour d'appel de Rennes, du tribunal de grande instance et d'instance ainsi que du tribunal de commerce et du conseil de prud'hommes de Nantes. Une maison de justice et du droit est implantée à Châteaubriant[64].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Châteaubriant est le siège de la communauté de communes du Castelbriantais, qui regroupe 19 communes. Le conseil communautaire compte 47 élus, dont 8 désignés par le conseil municipal de Châteaubriant[65]. En 2010, le président du conseil communautaire est le maire de Châteaubriant, M. Hunault[66].

Le , les communautés de communes du Castelbriantais et du secteur de Derval fusionnent pour constituer une intercommunalité unique sous le nom de « communauté de communes Châteaubriant-Derval », dont Châteaubriant devient le siège.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Châteaubriant est jumelée avec plusieurs villes[67] :

En outre, des échanges ont eu lieu avec Tigzirt (Algérie)[71].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[72],[Note 11]

En 2019, la commune comptait 12 031 habitants[Note 12], en augmentation de 1,39 % par rapport à 2013 (Loire-Atlantique : +7,58 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 3243 0492 7683 2743 7093 6343 7323 8674 064
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 2874 6364 8345 1115 2285 5646 1776 5237 001
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7 2347 1697 4797 6927 9898 1128 2719 2769 284
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
10 85211 98613 23114 02312 78312 06512 39012 00711 854
2019 - - - - - - - -
12 031--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[73].)
Histogramme de l'évolution démographique

Selon le classement établi par l'Insee, Châteaubriant est une ville isolée qui est le centre d'une aire urbaine, d'une zone d'emploi et d'un bassin de vie[74]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « intermédiaire » : 87 % des habitants résidaient dans des zones « intermédiaires », 11 % dans des zones « peu denses »et 2 % dans des zones « très peu denses »[75].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 34,3 % la même année, alors qu'il est de 23,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 5 664 hommes pour 6 347 femmes, soit un taux de 52,84 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,42 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[76]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
2,4 
10,5 
75-89 ans
14,4 
19,1 
60-74 ans
21,1 
19,3 
45-59 ans
19,0 
14,9 
30-44 ans
13,6 
18,2 
15-29 ans
14,2 
17,4 
0-14 ans
15,2 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2018 en pourcentage[77]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,7 
5,8 
75-89 ans
8,6 
14,7 
60-74 ans
16 
19,6 
45-59 ans
18,9 
20,1 
30-44 ans
19,2 
19,2 
15-29 ans
17,5 
20 
0-14 ans
18 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Châteaubriant dépend de l'académie de Nantes. En 2008, la ville recensait 5 000 élèves[78]. La commune compte six écoles maternelles et élémentaires[78], trois collèges (un privé[79], deux publics[80]), deux lycées généraux et professionnels (un public, le Lycée polyvalent Guy Moquet - Étienne Lenoir[81], et un privé, le lycée Saint Joseph Nazareth[82]), ainsi qu'une Maison familiale rurale, un institut de formation en soins infirmiers, un centre Greta, un centre d'aide par le travail, un institut médico-éducatif[78].

Santé[modifier | modifier le code]

Châteaubriant est un pôle de santé important au nord du département. Sa zone médicale est estimée à 80 000 personnes. Le pôle santé de Choisel, qui concentre les services du Centre hospitalier et de la clinique Sainte-Marie emploie 800 personnes[83].

En 2003, la Clinique Sainte-Marie est rattachée à l'hôpital de Châteaubriant pour former le Pôle Santé de Choisel.

Environnement et recyclage[modifier | modifier le code]

La mairie de Châteaubriant mène plusieurs actions visant à respecter les exigences environnementales. Des panneaux photovoltaïques sont installés sur les bâtis existants, il est procédé à des diagnostics énergétiques, les nouvelles constructions répondent aux normes de Haute qualité environnementale. La promotion des déplacements doux est faite via la réalisation d'un « plan vélo ». Les nouveaux lotissements répondent à de nouvelles normes environnementales sur la récupération des eaux pluviales, les espaces verts, la dimension des voies publiques. Le mobilier urbain est choisi en fonction de sa composition en matériaux recyclés. La gestion des espaces verts est adaptée, notamment concernant l'utilisation les méthodes douces de désherbage ou la création de zones de prairies fleuries. En termes d'économie d'énergie, un projet de chaudière-bois est lancé en 2010, tandis qu'un chauffe-eau solaire a permis une diminution de 50 % des dépenses de gaz du camping municipal en 2009. Des mesures sont prises également sur la consommation d'eau, la consommation électrique de l'éclairage[84].

Châteaubriant est associée au projet de construction d'une usine de méthanisation de Valdis. Le site retenu est celui de Grand Lande à Issé. Cette usine, qui permettrait la création de 23 emplois, produirait des fertilisants naturels et de l'énergie non consommatrice d’énergies fossiles exclusivement à partir de déchets organiques. La production électrique de l'unité correspondrait à la consommation annuelle de Châteaubriant. La production de chaleur, destinée à l'industrie, équivaudrait à 1 600 tonnes de pétrole par an. Les fertilisants produits correspondraient à 220 000 unités d'azote pour 2 200 hectares de culture. Les actionnaires du projet sont : le groupe SARIA (51 %), Terrena (34 %), Castel Viande (9 %), Verdesis (5 %) et SAS Agrosynergie Partenaires (1 %)[85]. Les travaux débutent en décembre 2010, la mise en route devrait avoir lieu au cours du second semestre 2011[86]

Manifestations culturelles et festives[modifier | modifier le code]

Théâtre de Verre

Les arts du spectacle bénéficient à Châteaubriant du « Théâtre de Verre »[87], d'un cinéma de quatre salles[88], d'une micro-folie[89] et d'un conservatoire intercommunal de musique, de danse et d'art dramatique[90].

La ville est animée par la Foire de Béré, en septembre, mais également par la Fête de la musique, les rando-rollers, le trophée « éclat sportif » en novembre, les illuminations de Noël[91]. Le Festival Anne de Bretagne, itinérant dans une ville différente de la Loire-Atlantique chaque année, s'est déroulé à Châteaubriant en 1998 et en 2004.

Châteaubriant possède également un cercle celtique pour apprendre à danser les danses traditionnelles, ainsi qu'un bagad.

La ville a également un Conservatoire à rayonnement communal dirigé par Frédéric Oster.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un centre aquatique et d'une piscine olympique, d'un hippodrome, d'un bowling, un skate-park et d'un vélodrome[92]. Le centre municipal des sports dispose de quatre salles accueillant la pratique du handball, du badminton, du tennis de table, de la gymnastique, du tir à l'arc, du Tai Chi Chuan et du Qi Gong. Le gymnase Guy Môquet héberge les adeptes de basket-ball et roller-hockey. Les Castelbriantais peuvent pratiquer la boxe, la musculation, l'escrime au Centre Bretagne, le tennis et le squash à la halle de tennis Maurice Deniaud, les arts martiaux à la salle de judo et karaté, la pétanque dans le boulodrome couvert, le football et le rugby dans les cinq stades de la ville. Les adeptes d'équitation ont accès à un parcours de saut d'obstacles au parc de Choisel[93]. De Plus Chateaubriant dispose maintenant d'une salle de fitness L'Orange bleue ainsi qu'un centre de soccer, football en salle sur herbe synthétique.

De nombreux clubs sportifs existent, dont les Voltigeurs de Châteaubriant, club de football créé en 1907, le club de rugby Sport athlétique castelbriantais créé en 1912 et Les Grizzlis, club de roller-hockey fondé en 2002.

L'Amicale Laïque Châteaubriant, créée en 1938, est la plus grosse association de la Ville. Elle regroupe 6 sections sportives (football, basket-ball, handball, badminton, gymnastique rythmique, randonnée). Plusieurs sections sont en sommeil depuis plusieurs années (athlétisme, volley-ball, théâtre, cinéma).

Médias[modifier | modifier le code]

En plus des journaux quotidiens régionaux (Ouest-France et Presse-Océan), il existe deux hebdomadaires : L'Éclaireur[94] et La Mée[95], tandis que la mairie édite les bulletins Châteaubriant-Magazine et Mairie-Infos.

Un site d'informations du Pays de Châteaubriant, Châteaubriant Actualités[96], depuis 2005.

Il existe deux radios locales, Radio Château, qui est situé sur le site d'Hochepie, à Soudan (6 km) est accessible sur Radio Château 99.7 FM et Zénith FM 87.7, basée à une vingtaine de kilomètres.

Depuis le 13 septembre 2008, une web télé de pays a été mise en place : Pulceo[97]. À la suite de l'arrêt de CLA9, chaîne de télévision câblée municipale, la ville de Châteaubriant propose ses vidéos sur son propre site[98].

Cultes[modifier | modifier le code]

La commune compte des lieux de cultes consacrés à la pratique de la religion catholique. Le territoire de la ville fait intégralement partie de la paroisse Sainte Croix en Châteaubriant, qui dépend du diocèse de Nantes (province ecclésiastique de Rennes). Le culte est pratiqué dans les églises Saint-Nicolas et Saint-Jean-de-Béré[99].

Il y a également à Châteaubriant une mosquée, située dans le quartier de la Ville-aux-Roses.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 15 705 , ce qui plaçait Châteaubriant au 23578e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[100].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2007, 7 498 Castelbriantais avaient entre 15 et 64 ans. Les actifs ayant un emploi représentaient 60 % de la population, les retraités en représentaient 9,1 %, tandis que 11,8 % des Castelbriantais étaient considérés comme autres inactifs. La population estudiantine représentait 9,1 % des Castelbriantais[101].

La même année l'Insee recense 750 chômeurs, ce qui donne un taux de chômage de 10 % pour la commune[101] contre 9,3 % pour le département[102].

Répartition des emplois par domaines d'activité en 2007

  Agriculture Industrie Construction Commerce Services
Châteaubriant 0,8 % 22,8 % 6,0 % 37,8 % 32,5 %
Moyenne nationale 3,48 % 15,40 % 6,45 % 13,32 % 61,40 %
Sources des données : Insee[103]

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2007

  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres, professions
intellectuelles
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Châteaubriant 0,8 % 4,9 % 9,1 % 23,1 % 29,8 % 32,4 %
Moyenne Nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %
Sources des données : Insee[103]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Châteaubriant possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de Nantes et de Saint-Nazaire. La ville concentre de nombreux services, commerces, etc. Ce sont au total 1 105 établissements qui y sont actifs dont 76 dans l'industrie, 96 dans la construction, 236 dans le commerce et 697 dans les services. L'industrie est dominée par l'agroalimentaire (son foirail le deuxième marché bovin national, l'entreprise Castel-viande y est implantée), la métallurgie (charrue Kuhn-Huard, ABRFI (fermée en mai 2014) du groupe AORF, Pebecco, etc.) et la plasturgie (Tetrapak, Team Plastique, Promoplast, etc.)[104].

La foire de Béré[modifier | modifier le code]

La foire, créée en 1050, est l'une des plus vieilles foires de France et encore aujourd'hui un grand événement pour la région. Elle réunit, durant quatre jours, le 2e week-end de septembre, des exposants de matériel agricole, d'ameublement, d'aménagement de loisirs, d'automobiles, etc. La foire est toujours accompagnée d'une fête foraine et accueille chaque année près de 45 000 visiteurs payants, auxquels il convient de joindre les exposants, les enfants de moins de 14 ans et les invités, ce qui permet d'établir à 55 000 le nombre de visiteurs. La fête foraine connaît une fréquentation de près de 100 000 personnes. Depuis 2006, la foire commerciale est intégrée au club des 36 foires labellisées « Foires de France » en respectant le référentiel de la Fédération des Foires, Salons et Congrès de France[105].

Pour 2012, le bassin de population potentiellement concernée représente 180 000 habitants issus de la Loire-Atlantique, d'Ille-et-Vilaine, de la Mayenne et de Maine-et-Loire. Le site s'étend sur 32 hectares dont 10 pour la foire, la surface de stationnement des véhicules (12 000 places gratuites) représente 22 hectares. Cinq restaurants proposent 2 000 places. La foire commerciale proprement dite est assurée par 430 exposants répartis sur 9 hectares, tandis qu'un espace marché regroupe 120 commerces non sédentaires sur 5 000 m2. L'espace élevage accueille plus de 300 bovins et 150 ovins[105].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château de Châteaubriant intégrait le système de défense des Marche de Bretagne au Moyen Âge. La construction de la forteresse d'origine date du XIe siècle. Son évolution en château-fort se déroule jusqu'au XVIe siècle. Il est habité par les seigneurs de Châteaubriant. Par la suite, on verra apparaitre des ajouts et modifications de style Renaissance. Au cours du XVIIe siècle, le château passe sous le contrôle de la famille des Bourbon-Condé jusqu'à la Révolution française.

Acquis par le conseil général de la Loire-Atlantique en 1853, les bâtiments du château abritent ensuite la sous-préfecture (jusqu'en 2012), le Trésor public et le tribunal d'instance (jusqu'en 2009). Le château fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 11 juillet 1921[106].

La vieille ville est riche de maisons, de manoirs et d'hôtels anciens, dont certains furent construits au XVe siècle. Certains édifices, comme la maison de l'Ange[107], la maison du Sabot-Rouge[108] ou encore l'hôtel de la Houssaye[109] sont inscrits aux monuments historiques. Le centre-ville conserve quelques vestiges des remparts, dont la plus grande partie fut détruite au XIXe siècle. La Porte-Neuve, reconstruite au XVIe siècle est la seule encore debout, mais des portions de murailles et plusieurs tours sont bien conservées[F 2].

La halle, construite en 1900, à quelques mètres de l'emplacement de la vieille halle en bois, accueille régulièrement des expositions sous son ossature métallique. L'hôtel de ville a été construit vers 1850. L'édifice devait au départ uniquement servir de halle, afin de remplacer celle en bois. Finalement, une prison, puis une remise de pompiers furent installées et enfin des bureaux pour la mairie. Le rez-de-chaussée fut réaménagé en bureaux lui aussi après qu'une autre halle fut construite en 1900[110].

La carrière des Fusillés est une ancienne carrière, aménagée en mémorial, évoquant la mémoire des 27 otages fusillés en ce lieu le en représailles contre l’exécution, deux jours auparavant, du lieutenant-colonel Holtz par trois jeunes résistants, à Nantes[F 3].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean de Béré, dont les origines remontent au Xe siècle, a été construite puis remaniée du XIe siècle au XIIe siècle et des ajouts furent faits du XVe siècle au XVIIe siècle. La flèche du clocher est emportée par la grande tempête de 1705 et l'édifice est abandonné pendant la Révolution. Les messes ne sont célébrées à nouveau qu'en 1839 et le clocher n'est réparé qu'en 1889 . L'église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [111].

L'église paroissiale Saint-Nicolas, au Moyen Âge chapelle Notre-Dame, reconstruite en 1558 sous le nom de chapelle Saint-Nicolas, elle est devenue le siège de la paroisse en 1801. Le monument actuel, de style néo-gothique, a été construit de 1875 à 1894 sur le modèle de l'église Saint-Nicolas de Nantes[F 4].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Légendes[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreuses légendes traditionnelles. La plus connue est sans doute celle de la « Bête de Béré » : une bête étrange roderait la nuit dans le quartier, parfois décrite comme un loup, un porc ou encore un gros chat. Cette bête protégerait une jeune fille qui serait enfermée depuis des siècles sous le prieuré[112].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

D'après le dictionnaire de l'Académie des gastronomes, le châteaubriant, pièce de bœuf prise dans le filet, aurait été inventé par Montmirail, cuisinier de François-René de Chateaubriand, à partir d'une recette inventée dans la ville. Tradition bretonne oblige, la galette de blé noir est le plat traditionnel favori, tandis que la pâtisserie et la chocolaterie évoquent l'histoire de la ville au travers des noms des productions locales : Françoise de Foix, gourmandise de Brient, pavé Saint Nicolas, Jean de Laval, Duc d'Aumale[113], etc.

La Françoise de Foix est un praliné fourré de raisins au rhum et enrobé de chocolat. Cette spécialité fut élaborée dans l'entre-deux-guerres par Constant Lerochais, un maître-pâtissier de la ville. Ces chocolats se reconnaissent à leur emballage rouge[114]. Jusqu'au XIXe siècle, Châteaubriant fut réputée pour ses confitures sèches d'angélique, élaborées par les bonnes sœurs de la ville[115].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Armes de Châteaubriant

Parti : au premier d'azur aux trois fleurs de lys d'or et au bâton péri en bande de gueules ; au second d'hermine plain ; sur le tout, un écusson de gueules semé de fleurs de lys d'or.
Le premier parti représente les armes de Bourbon-Condé (d'azur aux trois fleurs de lys d'or et au bâton péri en bande de gueules), le second parti représente les armes de Bretagne (l'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne). Délibération municipale en 1890.


Armes des seigneurs de Châteaubriant

L'écusson de gueules semé de fleurs de lys d'or représente les armes originelles des seigneurs de Châteaubriant (et de la ville), concédées par le roi de France Louis IX (Saint Louis). À l'origine, Les Châteaubriant portaient soit de gueules semé de pommes de pin d'or, soit papelonné d'or : Blason Maison de Châteaubriant (ancien).svg. Après la bataille de Mansourah (1250), le seigneur Chotard de Châteaubriant sauva Saint Louis d'un dard et répandit son sang sur les armes du monarque. Pour le remercier, le roi de France l'autorisa à transformer les pommes de pin d'or des armes de Chotard de Châteaubriant en fleurs de lys, et le blason de la ville devint ainsi de gueules semé de fleurs de lys d'or.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Christian Bouvet, Châteaubriant : Histoire millénaire des noms de lieux et des rues, Soudan, Histoire et patrimoine du pays de Châteaubriant, , 240 p. (ISBN 978-2-9519223-9-6 et 2-9519223-9-6). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Christian Bouvet, Châteaubriant histoires, Soudan, Histoire et patrimoine du pays de Châteaubriant, , 191 p. (ISBN 2-9519223-0-2). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marcel Buffé, Châteaubriant, une cité dans l'histoire : De la préhistoire à nos jours, Nantes, Éditions Cid, , 679 p. (ISBN 2-904633-03-0). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Luc Flohic (dir.), Éric Brochard et Véronique Daboust, Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, vol. 1, Charenton-le-pont, Flohic éditions, , 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X), Canton de Châteaubriant. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Arthur Le Moyne de la Borderie, Histoire de Bretagne, vol. 3, Paris, Joseph Floch, (1re éd. 1899) (BNF 41658583). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Charles Goudé et Amédée Guillotin de Corson, Histoire de Châteaubriant, baronnie, ville & paroisse, Rennes, Oberthur et fils, , 533 p. (BNF 34687369, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation en français de France standard actuel retranscrite phonémiquement selon la norme API.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[8].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. Nantes
  9. Rennes
  10. Réélu en 2008, 2014 et 2020.
  11. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  12. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bouvet 2002, p. 17.
  2. Bouvet 2002, p. 18.
  3. Bouvet 2002, p. 16.
  4. Bouvet 2002, p. 20.
  5. Bouvet 2008, p. 75.
  1. Bouvet 2008, p. 7.
  2. a b et c Bouvet 2008, p. 8.
  3. a b et c Bouvet 2008, p. 9.
  4. a b et c Bouvet 2008, p. 10.
  5. Bouvet 2008, p. 11.
  6. a et b Bouvet 2008, p. 6.
  1. Buffé 1983, p. 15.
  2. a et b Buffé 1983, p. 16.
  3. Buffé 1983, p. 17.
  4. Buffé 1983, p. 24.
  5. Buffé 1983, p. 25.
  6. Buffé 1983, p. 31.
  7. Buffé 1983, p. 99.
  • Autres références
  1. « Châteaubriant », sur lion1906.com, Lionel Delvarre (consulté le ).
  2. Christian Bouvet, « Les productions agricoles à Châteaubriant au XVIe siècle (1500-1560) », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, vol. 83,‎ , p. 205-206 (avec carte).
  3. L'histoire géologique de la Bretagne, Emmanuèle Savelli, consulté le .
  4. Carte géologique de la France
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  7. « Définition d’une normale climatologique », sur meteofrance.fr (consulté le )
  8. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  9. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  10. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Pays de la Loire », sur pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  11. « Station Météo-France Soudan - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Orthodromie entre Châteaubriant et Soudan », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station Météo-France Soudan - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  14. « Orthodromie entre Châteaubriant et Saint-Jacques-de-la-Lande », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1971-2000 », sur infoclimat.fr (consulté le )
  16. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1981-2010 », sur infoclimat.fr (consulté le )
  17. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1991-2020 », sur infoclimat.fr (consulté le )
  18. « Voies routières, métro, tramway, bus, covoiturage », Pays de Châteaubriant (consulté le ).
  19. « Nouveau à Châteaubriant : deux mini-bus électriques pour circuler en centre-ville », sur actu.fr, (consulté le ).
  20. « Convention relatives aux modalites du transfert des services non urbains de transports réguliers », sur paysdelaloire.fr (consulté le ).
  21. Article sur www.france3.fr du .
  22. « Aéroport du Grand Ouest - Notre Dame des Landes » (consulté le ).
  23. « Aérodrome de Châteaubriant - Pouancé (LFTQ) », sur guide des aérodromes, aéroports et aéro-clubs en France (consulté le ).
  24. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Commune urbaine - définition », sur Insee (consulté le ).
  26. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Unité urbaine 2020 de Châteaubriant », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  28. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  29. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  30. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  31. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  32. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le )
  33. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  34. Christian Bouvet, Châteaubriant au Moyen Âge. Des origines à la fin du XVe siècle, 2016, p. 12-17.
  35. Insee - Logements à Châteaubriant : les occupants
  36. Insee - Logements en Pays de Loire : les occupants
  37. Insee - Logements à Châteaubriant : le parc
  38. Insee - Logements en Pays de Loire : le parc
  39. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  40. François-Joseph-Michel Noël, Dictionnaire français-latin, refait sur un plan entièrement neuf, Le Normant, .
  41. Régis Auffray, Le Petit Matao, dictionnaire gallo-français, français-gallo, Rue des Scribes, .
  42. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le ).
  43. a et b « ChubEndret — Motier d non d'endret », Chubri (consulté le ).
  44. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  46. Gildas Salaün, « Un atelier monétaire dans la région de Châteaubriant à la fin du IIIe siècle », Annales de la Société Bretonne de Numismatique et d'Histoire,‎ , p. 12-13 (ISSN 1250-5781).
  47. « Patrimoine : Un atelier de frappe monétaire vers 270-275 - Journal La Mée Châteaubriant », sur www.journal-la-mee.fr (consulté le ).
  48. a b c et d « Histoire de Châteaubriant », sur site de la mairie de Châteaubriant (consulté le ).
  49. Le Diocèse de Nantes, Yves Durand, Editions Beauchesne, 1 janvier 1985 - 310 pages
  50. a b c d e et f « Ville à Châteaubriant », notice no IA44000058, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. Le Moyne de la Borderie 1972, p. 306.
  52. histoire châteaubriant
  53. Le Diocèse de Nantes, Yves Durand, Éditions Beauchesne, 1 janvier 1985 - 310 pages.
  54. Châteaubriant : Histoire, Patrimoine, Noblesse (commune chef-lieu de canton).
  55. « Livre - Les bombardements de Châteaubriant », sur site d'information sur Châteaubriant, (consulté le ).
  56. a b et c « Résultats de l'élection présidentielle - Châteaubriant », sur site officiel du ministère de l'Intérieur de la République Française (consulté le ).
  57. a b et c « Résultats de l'élection présidentielle - France entière », sur site officiel du ministère de l'Intérieur de la République Française (consulté le ).
  58. « Résultats des élections législatives du dimanche 17 juin 2007 - Châteaubriant », sur site officiel du ministère de l'Intérieur de la République Française (consulté le ).
  59. « Élus », sur site de la mairie de Châteaubriant (consulté le ).
  60. Ministère des finances, « Taxes locales à Châteaubriant », sur taxe.com (consulté le ).
  61. a b et c Ministère des finances, « Comptes communaux de Châteaubriant », sur finances.gouv.fr (consulté le ).
  62. « Gendarmerie de Châteaubriant », sur site officiel du pays de Châteaubriant (consulté le ).
  63. « Police municipale », sur site de la mairie de Châteaubriant (consulté le ).
  64. « Cour d'appel de Rennes », sur site du ministère de la Justice (consulté le ).
  65. « Statuts de la Communauté de communes du Castelbriantais », sur site de la Communauté de communes du Castelbriantais, (consulté le ).
  66. « Les élus », sur site de la Communauté de communes du Castelbriantais (consulté le ).
  67. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur France Diplomatie (consulté le ).
  68. « Jumelage Radevormwald », Mairie de Châteaubriant (consulté le ).
  69. « Jumelage Athlone », Mairie de Châteaubriant (consulté le ).
  70. « Jumelage Brabova », Mairie de Châteaubriant (consulté le ).
  71. « Coopération et partenariat », site du ministère de l'Intérieur de la République algérienne (consulté le ).
  72. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  73. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  74. « Commune de Châteaubriant (44036) », Insee (consulté le ).
  75. « La grille communale de densité », Insee (consulté le ), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  76. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Châteaubriant (44036) », (consulté le ).
  77. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Loire-Atlantique (44) », (consulté le ).
  78. a b et c « Enfance et scolarité », sur site de la mairie de Châteaubriant, (consulté le ).
  79. « Les collèges privés de la Loire-Atlantique », sur site de l'académie de Nantes (consulté le ).
  80. « Les collèges publics de la Loire-Atlantique », sur site de l'académie de Nantes (consulté le ).
  81. « Les lycées publics de la Loire-Atlantique », sur site de l'académie de Nantes (consulté le ).
  82. « Les lycées privés de la Loire-Atlantique », sur site de l'académie de Nantes (consulté le ).
  83. « Des équipements sociaux et de santé », sur site de la mairie de Châteaubriant (consulté le ).
  84. « Châteaubriant s'inscrit dans le développement durable », sur site de la mairie de Châteaubriant (consulté le ).
  85. « Les déchets organiques du Pays de Châteaubriant cogénérés », sur bioenergie-promotion.fr (consulté le ).
  86. « Le Pays de Châteaubriant et la commune d’Issé ouvrent la voie à la bioénergie en Loire-Atlantique », sur terrena.fr (consulté le ).
  87. « Théâtre de verre », sur mairie-chateaubriant.fr (consulté le ).
  88. « Cinéma », sur site de la mairie de Châteaubriant (consulté le ).
  89. « Micro-Folie Châteaubriant », sur mairie-chateaubriant.fr (consulté le )
  90. « Conservatoire », sur mairie-chateaubriant.fr (consulté le ).
  91. « Animations », sur site de la mairie de Châteaubriant (consulté le ).
  92. « Sport/Loisir », sur site de la mairie de Châteaubriant (consulté le ).
  93. « Équipement sportif et de loisir », sur site de la mairie de Châteaubriant (consulté le ).
  94. « Actualités », sur l'Éclaireur.fr (consulté le ).
  95. « Journal La Mée Châteaubriant » (consulté le ).
  96. « Châteaubriant Actualités », sur Châteaubriant Actualités.
  97. « Web TV Pulceo.com à Châteaubriant », société Pulceo SARL (consulté le ).
  98. « Web TV », mairie de Châteaubriant (consulté le ).
  99. « Les paroisses », sur site du diocèse de Nantes (consulté le ).
  100. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur Insee (consulté le ).
  101. a et b Insee, « Chiffres clés - Population active », sur statistiques-locales.insee.fr, (consulté le ).
  102. « Chiffres clés - Emploi - Population active », sur statistiques-locales.insee.fr, (consulté le ).
  103. a et b Données démographiques d'après l'Insee
  104. « Châteaubriant », sur site de la Communauté de communes du Castelbriantais (consulté le ).
  105. a et b « Quelques chiffres », sur site de la Foire de Béré (consulté le ).
  106. Notice no PA00108582, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  107. Notice no PA00108585, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  108. Notice no PA00108586, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  109. Notice no PA00108584, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  110. « Halle », notice no IA44000042, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  111. Notice no PA00108583, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  112. « Récits fantastiques », sur site d'informations sur Châteaubriant (consulté le ).
  113. « Gastronomie », sur site de l'Office de tourisme de Châteaubriant (consulté le ).
  114. « Gastronomie de Châteaubriant », Pays de Châteaubriant (consulté le ).
  115. Annie Perrier-Robert, Dictionnaire de la gourmandise, Robert laffont, , 1638 p. (ISBN 978-2-221-13403-0, lire en ligne).