Jean Becker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Becker.
Jean Becker
Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Becker en 2013.

Naissance (83 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Réalisateur
Films notables L’Été meurtrier,
Élisa,
Les Enfants du marais,
Effroyables Jardins,
Deux jours à tuer

Jean Becker est un réalisateur et scénariste français, né le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du cinéaste Jacques Becker, Jean Becker commence sa carrière en tant que stagiaire dans le film de son père, Touchez pas au grisbi en 1953, film qui contribue à relancer la carrière de Jean Gabin. Il reste assistant-réalisateur des films de Jacques Becker pour Montparnasse 19 (1958) et Le Trou (1959). Il est aussi assistant-réalisateur pour Julien Duvivier et Henri Verneuil.

Son père meurt juste après avoir fini Le Trou, et Jean Becker se lance dans l'aventure de la réalisation avec Un nommé La Rocca avec Jean-Paul Belmondo (1961), qu'il emploiera dans Échappement libre et Tendre Voyou. Ces films obtiendront des succès commerciaux.

Après avoir réalisé les épisodes de la série télévisée à succès Les Saintes chéries et Pas de caviar pour tante Olga, incursion inattendue dans le comique farfelu, il fait une pause de près de vingt ans avant de revenir derrière la caméra pour réaliser L'Été meurtrier, d'après le roman de Sébastien Japrisot, avec Isabelle Adjani et Alain Souchon (1983). Le film est un grand succès critique et commercial. Japrisot scénarisa ensuite Les Enfants du Marais et Un Crime au Paradis.

En 1986, Jean Becker obtient le César du meilleur film publicitaire pour Le Clemenceau, une publicité pour la Citroën Visa GTI tournée sur le porte-avions Clemenceau, sur une idée de Jacques Séguéla[1].

Depuis le succès public et critique d'Élisa avec Vanessa Paradis et Gérard Depardieu, Becker tourne régulièrement avec les mêmes acteurs, entre autres, Jacques Villeret, Suzanne Flon et André Dussollier pour les succès Les Enfants du marais (avec Michel Serrault), Un crime au Paradis (avec Josiane Balasko), remake du film La Poison de Sacha Guitry, et Effroyables jardins (avec Thierry Lhermitte et Benoît Magimel) d'après le livre éponyme de Michel Quint.

En 2005, il est président du jury au Festival du cinéma russe à Honfleur.

Il a fait tourner Daniel Auteuil et Jean-Pierre Darroussin dans Dialogue avec mon jardinier, sorti en 2007. Puis c'est au tour d'Albert Dupontel de tenir le rôle principal de Deux jours à tuer où il partage l’affiche avec Marie-Josée Croze et Pierre Vaneck.

En septembre 2009, il tourne La Tête en friche, dans sa patrie de Charente-Maritime, avec Gérard Depardieu et Gisèle Casadesus[2].

Le film suivant, Bienvenue parmi nous, est un échec et ne fut pas montré à la presse[3].

Puis en 2014, c'est la chronique hospitalière Bon Rétablissement !, qui est un succès mitigé même si le cinéaste atteint la première place au box-office hebdomadaire.

Son prochain film, dont le tournage commencera en 2017, sera Le Collier rouge, adaptation du roman homonyme de Jean-Christophe Rufin[4].

Thématiques[modifier | modifier le code]

Une constante dans ses films est de montrer une France non-parisienne, qu'elle soit des petites villes, rurale ou maritime. Une section définie par « les braves gens » et la « vieille France », habituellement méprisée au cinéma[5]. Cela lui est reproché par un pan de la critique, notamment le site Critikat[6],[7], qui y voit une nostalgie passéiste et fantasmée avec un clivage Paris/Province.

Vie privée et famille[modifier | modifier le code]

Jean Becker est le fils du réalisateur Jacques Becker dont il fut l'assistant-réalisateur. Il est le frère d'Étienne Becker et de Sophie Becker (épouse de Pierre Vaneck). Il est le grand-oncle d'Aurélie Vaneck et de Thibaud Vaneck. Son fils est Louis Becker, qui produit tous les films de son père depuis Effroyables Jardins.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Publicités[modifier | modifier le code]

Assistant réalisateur[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Sélections et nominations[modifier | modifier le code]

Résultats au box-office[modifier | modifier le code]

Jean Becker lors du salon du livre de Paris en mars 2012.
Film Année Box-office France[8]
Un nommé La Rocca 1961 1 193 387 entrées
Échappement libre 1964 2 007 088 entrées
Pas de caviar pour tante Olga 1965 650 730 entrées
Tendre Voyou 1966 1 970 023 entrées
L’Été meurtrier 1983 5 137 040 entrées
Élisa 1995 2 535 193 entrées
Les Enfants du marais 1999 2 136 345 entrées
Un crime au Paradis 2001 2 137 829 entrées
Effroyables Jardins 2003 1 035 142 entrées
Dialogue avec mon jardinier 2007 1 366 765 entrées
Deux jours à tuer 2008 1 088 611 entrées
La Tête en friche 2010 1 271 856 entrées
Bienvenue parmi nous 2012 185 050 entrées
Bon Rétablissement ! 2014 537 563 entrées
Total - 23 190 622 entrées

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Publicité : Citroën Visa GTI », sur Autocult,‎
  2. « Interview de Jean Becker en Charente Maritime sur le tournage de La tête en friche » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), , sur Culturebox
  3. « Bienvenue parmi nous - critique du dernier Jean Becker », sur A Voir A LIre
  4. « Jean Becker "Les honneurs, ça sent le sapin" », sur Charente Libre,‎
  5. Encyclopaedia Universalis, Dictionnaire du Cinéma français, (présentation en ligne)
  6. « La France qui ne s'est réveillée », sur Critikat,‎
  7. « L'Abandon des Pantins », sur Critikat,‎
  8. J-P.Box-Office.com -Fiche : Jean Becker en France
  9. « Le réalisateur de 'L'été meurtrier", Jean Becker, décoré de la Légion d'honneur »
  10. Légion d'honneur du Nouvel An. LaLibre.be en ligne consultée le 1er janvier 2015

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]