Hardricourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hardricourt
Hardricourt
Mairie.
Blason de Hardricourt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Les Mureaux
Intercommunalité Grand Paris Seine et Oise
Maire
Mandat
Yann Scotte
2014-2020
Code postal 78250
Code commune 78299
Démographie
Gentilé Hardricourtois
Population
municipale
2 124 hab. (2015 en augmentation de 1,97 % par rapport à 2010)
Densité 648 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 32″ nord, 1° 53′ 40″ est
Altitude Min. 18 m
Max. 118 m
Superficie 3,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Hardricourt

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Hardricourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hardricourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hardricourt
Liens
Site web hardricourt.fr

Hardricourt est une commune française du département des Yvelines en région Île-de-France, située sur la rive droite de la Seine à 15 km à l'est de Mantes-la-Jolie et à 20 km à l'ouest de Poissy.

Ses habitants sont les Hardricourtois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation d'Hardricourt dans les Yvelines.

Situation[modifier | modifier le code]

Hardricourt est une commune bordée par la Seine d'une part, riveraine du parc naturel régional du Vexin français d'autre part. Située sur la rive droite du fleuve, dans le nord du département des Yvelines, au cœur de la seine aval en limite du Val-d'Oise, à 15 km environ à l'est de Mantes-la-Jolie, sous-préfecture, et à 32 km environ au nord-ouest de Versailles, préfecture du département.

La commune est limitrophe de Meulan-en-Yvelines à l'est, de Mézy-sur-Seine à l'ouest, de Gaillon-sur-Montcient au nord-est et de Seraincourt (Val-d'Oise) au nord-ouest. Au sud, elle est séparée des Mureaux par la Seine (toutefois l'île séparant la Seine en deux bras à cet endroit est rattachée à la commune de Meulan-en-Yvelines).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal longe la rive droite de la Seine sur environ 1 km, le long du bras de Mézy[1], qui sépare la rive nord de l'île Belle.

La commune est également irriguée par l'Aubette[2], petite rivière de 20 km de long, grossie de la Montcient[3], ruisseau de 11 km, prenant tous deux leur source dans le Vexin français.

La commune est concernée par les risques d'inondations liés aux crues de la Seine dans la frange sud du territoire, le long de la Seine, et dans la frange est, le long du cours de l'Aubette et de la Montcient. Dans le cadre du « plan de prévention des risques d’inondation (PPRI) de la vallée de la Seine et de l'Oise, les zones inondables ont été classées en zone verte, rouge clair ou bleue selon l'importance de l'exposition aux risques d'inondation. Les zones vertes, très exposées et peu urbanisées ou restées à l'état naturel voient leur urbanisation interdite pour préserver le champ d’expansion de crue de la Seine, dans les zones rouge clair également exposées mais déjà urbanisées, toute nouvelle urbanisation est interdite, mais l'entretien et le renouvellement des installations existantes sont autorisés. Les zones bleues moins exposées mais également urbanisées sont soumises à des restrictions d'urbanisation, de nouvelles constructions pouvant être autorisées sous conditions[4].

Territoire[modifier | modifier le code]

Occupation des sols en 2008.
Type d'occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 24,9 % 83,63
Espace urbain non construit 16,4 % 55,12
Espace rural 58,8 % 197,68
Source : Iaurif

Le territoire communal est resté majoritairement rural, à près de 60 %, tandis que l'espace urbain construit représente un peu un quart de la superficie totale. L'espace urbain non construit qui recouvre surtout des espaces verts publics ou privés représente 16,4 % du total, proportion relativement importante qui inclut, dans le nord-ouest de la commune, environ 23 ha occupés par le terrain de golf de Seraincourt[5].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Hardricourt est desservie par la ligne ferroviaire Paris-Saint-Lazare-Mantes-la-Jolie via Conflans-Sainte-Honorine (gare de Meulan - Hardricourt).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Hartdicurt en 1164, Hadricuria en 1249 [6] dériverait de Hardrich ou Halidrich et du latin cortem (domaine) : « domaine de Hardri »[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Mars 2014 en cours Yann Scotte DVD Conseiller départemental du canton des Mureaux
Juin 1995 mars 2014 André Cassagne[8] RPR puis UMP Conseiller général (1994-2008)

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune d'Hardricourt appartient au canton de Meulan-en-Yvelines et est rattachée à la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise. Elle est aussi incluse dans le territoire de l'opération d'intérêt national Seine-Aval[9].

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la septième circonscription des Yvelines (UMP), circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines,

Sur le plan judiciaire, Hardricourt fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que du tribunal de commerce sis à Versailles[10],[11].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2015, la commune comptait 2 124 habitants[Note 1], en augmentation de 1,97 % par rapport à 2010 (Yvelines : +1,32 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
266 270 247 220 243 226 218 240 211
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
236 225 252 239 232 234 255 290 434
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
560 658 683 678 855 922 1 049 1 231 1 327
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 402 1 431 1 636 1 568 1 989 1 918 1 935 2 090 2 059
2015 - - - - - - - -
2 124 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,6 %, 15 à 29 ans = 19,4 %, 30 à 44 ans = 21,7 %, 45 à 59 ans = 23,6 %, plus de 60 ans = 17,7 %) ;
  • 52,1 % de femmes (0 à 14 ans = 19,5 %, 15 à 29 ans = 17,6 %, 30 à 44 ans = 19 %, 45 à 59 ans = 22,8 %, plus de 60 ans = 21 %).
Pyramide des âges à Hardricourt en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,3 
6,0 
75 à 89 ans
6,8 
11,5 
60 à 74 ans
13,9 
23,6 
45 à 59 ans
22,8 
21,7 
30 à 44 ans
19,0 
19,4 
15 à 29 ans
17,6 
17,6 
0 à 14 ans
19,5 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[17]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture
  • Industrie (notamment chocolaterie Cacao Barry, filiale de Barry Callebaut, qui produisait annuellement 60 000 tonnes de chocolat) : l'entreprise Barry Callebaut est le 1er groupe mondial dans ce domaine[18],[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Église Saint-Germain-de-Paris.

Hardricourt ne compte qu’un seul monument historique sur son territoire.

  • Église Saint-Germain-de-Paris, rue de la Chesnaye (classée monument historique par liste de 1875[20]) : C'est un édifice de dimensions restreintes, qui s'organise autour d'un noyau de deux travées de style roman tardif du second quart du XIIe siècle, non visibles depuis l'extérieur. L'une est la base du clocher, l'autre la première travée du chœur. Elles possèdent deux parmi les voûtes d'ogives les plus anciennes du Vexin français, qui affichent déjà un tracé en tiers-point assez prononcé. Les deux chapelles latérales et l'abside au chevet en hémicycle ont perdu tout caractère depuis leur reconstruction à l'époque moderne. La nef unique est également de faible intérêt, mais possède néanmoins une belle charpente lambrissée, et quatre grandes arcades bouchées au nord, qui datent également du second quart du XIIe siècle, et constituent les derniers vestiges de l'ancien bas-côté nord. Leur valeur archéologique réside dans le fait qu'elles représentent l'une des premières occurrences de grandes arcades retombant sur des piliers monocylindriques isolés, qui deviendront caractéristiques de très nombreuses églises gothiques de la région. L'élément le plus remarquable de l'église est toutefois son clocher roman, qui est une construction élégante et soignée, coiffée d'une flèche de pierre élancée un peu plus tardif[21].

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Hardricourt

Les armes d'Hardricourt se blasonnent ainsi :

D'argent au chevron de sable, entouré de trois canettes du même, à la bordure de gueules chargée de huit fleurs de lys d'argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Lachiver, Vivre à Hardricourt il y a trois siècles : 1651-1800, Hardricourt, mairie d'Hardricourt, 2004

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche cours d'eau - Bras de Mézy (H30-4601) », Sandre (consulté le 11 mai 2011).
  2. « Fiche cours d'eau - L'Aubette (H3010600) », Sandre (consulté le 11 mai 2011).
  3. « Fiche cours d'eau - La Montcient (H3018000) », Sandre (consulté le 11 mai 2011).
  4. « Plan de Prévention des Risques d’Inondation de la vallée de la Seine et de l'Oise - Département des Yvelines -Notice de présentation », Préfecture des Yvelines, (consulté le 11 mai 2011).
  5. « Occupation du sol détaillée en 2008 - Hardricourt », Iaurif (consulté le 12 mai 2011).
  6. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  7. Pierre-Henri Billy - Origine des noms des villes et des villages de France - Page 142.[réf. incomplète]
  8. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ .
  9. « Les communes et les intercommunalités du territoire de l’OIN Seine Aval », Epamsa (consulté le 10 mai 2011).
  10. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 10 mai 2011).
  11. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 10 mai 2011).
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  16. « Évolution et structure de la population à Hardricourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 8 mai 2011).
  17. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 8 mai 2011).
  18. Le site de Barry Callebaut.
  19. « Cacao Barry ne connaît pas la crise », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  20. « Église Saint-Germain-de-Paris », notice no PA00087451, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. Eugène Lefèvre-Pontalis, « Notice archéologique sur l'église de Hardricourt », Commission des antiquités et des arts du département de Seine-et-Oise, Versailles, vol. 5,‎ , p. 103-107 (lire en ligne).