Littorina littorea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Littorina littorea, le bigorneau, est un mollusque marin à coquille spiralée, à qui son apparence vaut le surnom d'escargot de mer.

Il fait partie des littorines.

Dénominations[modifier | modifier le code]

Le bigorneau porte également d'autres noms comme le bourgot, la littorine commune ou le vignot ; en anglais il se nomme Periwinkle.

Description[modifier | modifier le code]

Le bigorneau a le corps mou et une coquille en spirale, conique et pointue. Il rampe sur son pied en broutant des bouts d'algues, en particulier d'algues vertes comme des ulves, dont la laitue de mer (Ulva lactuca). Le bigorneau est un gastéropode rugueux au toucher dont la couleur est variable. À 5 ans il peut mesurer 27 mm.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Cette espèce est gonochorique (mâle et femelle séparés). La maturité sexuelle est atteinte après environ 2 ans (taille de 12 à 14 mm). En période de reproduction (toute l'année mais principalement au printemps) les individus tendent à migrer vers le haut de l'estran pour former des rassemblements parfois denses (jusqu'à plusieurs centaines d'individus par m²)[1]. Après accouplement et fécondation interne, la femelle libère dans l'eau des groupes de 1 à 5 œufs protégés dans une capsules gélatineuses d'environ 1 mm. Ces capsules flottent et se dispersent durant environ une semaine puis après un stade planctonique (4 à 6 semaines) la larve se métamorphose et l'animal devient benthique (0,5 mm à ce stade)[1].

Croissance[modifier | modifier le code]

Le bigorneau mesure environ 5 mm à un mois, de 13 à 16 mm à un an et demi et 22 mm en moyenne à deux ans et demi et 27 mm à cinq ans. Une femelles adultes de plus de 24 mm pondra jusqu’à dix fois plus d’œufs qu’une jeune femelle mature de 12 à 14 mm[1].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Forme fossile
  • Des restes de repas attestent de leur utilisation dès le Magdalénien inférieur cantabrique (15 000 ans Avant le Présent) dans la grotte d'Altamira en Espagne.
  • Les bigorneaux sont consommés cuits, souvent à l'apéritif. Ils sont retirés de leur coquille à l'aide d'une épingle. Les cuire dans une eau salée et éventuellement abondamment poivrée. Le bigorneau, avec le buccin, est sans doute la source la plus importante de magnésium parmi les aliments courants (400 mg/100 g).

Le bigorneau français[modifier | modifier le code]

Le bigorneau commun est petit, très noir quand il est mouillé, et porte un opercule adhérant fermement à son corps.

Le bigorneau portugais[modifier | modifier le code]

Coquille de bigorneau.

Il est deux fois plus gros que le bigorneau français, souvent gris ardoise et non pas noir et l'opercule n'est pas totalement collé (disposé en biais).

Aux Îles-de-la-Madeleine (Québec)[modifier | modifier le code]

Ne soyez pas surpris si on parle de bigorneaux pour désigner les buccins... et de borgaux ou borlicocos pour les bigorneaux. Ils sont 5 fois plus petits que les buccins. Il en est vendu sous le nom de caricoles à Bruxelles.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c fiche Littorina littorea, DORIS,consultée 2015-11-11

Références externes[modifier | modifier le code]