Islamabad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Islamabad
Image illustrative de l'article Islamabad
Administration
Pays Drapeau du Pakistan Pakistan
Maire Imtiaz Inayat Elahi
Démographie
Population 673 766 hab. (est. 2009)
Densité 744 hab./km2
Géographie
Coordonnées 33° 43′ N 73° 04′ E / 33.717, 73.067 ()33° 43′ Nord 73° 04′ Est / 33.717, 73.067 ()  
Superficie 90 600 ha = 906 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pakistan

Voir sur la carte Pakistan administrative
City locator 14.svg
Islamabad
Liens
Site web http://www.islamabad.gov.pk/

Islamabad (« la ville de l'Islam » en ourdou : اسلام آباد, Islāmābād) est la capitale du Pakistan. Elle est située au nord du pays, où elle jouxte la ville de Rawalpindi. Créée pour devenir la capitale du pays en 1967, Islamabad est devenue un important centre politique, économique et culturel du Pakistan. En 2009, sa population était estimée à 673 766 habitants[1], ce qui en fait la dixième plus grande ville pakistanaise en termes d'habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après l'indépendance du Pakistan en 1947, Karachi devint la capitale du pays. Néanmoins, il fut décidé par la suite de créer une nouvelle capitale, qui soit plus aisément accessible de toutes les parties du pays et qui permette de rééquilibrer un Pakistan alors centré sur la ville de Karachi située à l'extrême Sud du pays. Une Commission fut formée en 1958 à cette fin. Son rôle était de déterminer le lieu de cette nouvelle capitale, en prenant en compte diverses considérations (possibilités de défense, beauté du site, climat…). En 1959, le site d'Islamabad, au nord-est de Rawalpindi fut choisi pour remplacer Karachi comme capitale du pays.

Un groupe d'urbanistes (Doxiadis Associates), chargé de la création de la nouvelle ville, élabora un plan basé sur une grille qui intégrait également Rawalpindi ; sur le long terme, il était prévu qu'Islamabad finisse par ceinturer et intégrer Rawalpindi[2] géographiquement mais également administrativement. Si les deux villes se jouxtent et se développent bien de concert actuellement (l'administration locale les appelle les « cités jumelles »[3]), en revanche, l'assimilation administrative n'a jamais eu lieu et Rawalpindi continue à être intégré à la province du Pendjab et non au Territoire fédéral d'Islamabad. Par ailleurs, le plan initial n'a jamais été appliqué à Rawalpindi[4].

La construction commença en 1961. En 1967, Islamabad devint capitale officielle. Les travaux furent achevés dans le courant des années 1970.

Depuis sa création, la ville a connu une croissance très rapide, avec par exemple une croissance annuelle de 5,76 % entre 1981 et 1998 (la population a alors crû de 204 364 habitants à 529 180 habitants[5]).

Les années récentes ont été marquées par des événements liés à l'islamisme : assaut de la Mosquée rouge de 2007, attentats à l'ambassade danoise en juin 2008 et à l'hôtel Mariott en septembre 2008.

Le centre culturel de l'amitié sino-pakistanaise, offert par la Chine, a été inauguré en grande pompe fin 2010, dans la banlieue d'Islamabad. Le gouvernement n'investissant pas dans la culture, le bâtiment n'est qu'une coquille vide, gérée par l'armée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Territoire fédéral d'Islamabad.

Islamabad est situé au nord du plateau du Pothohar, au pied des collines de Margalla dans le Territoire fédéral d'Islamabad (en rouge sur la carte ci-contre).

La ville s'élève à environ 507 mètres. Islamabad et l'ancienne cité de Rawalpindi se situent côte à côte.

La ville est située au nord du Pendjab (les autre villes de la province comme Lahore et Faisalabad se situent à environ 300 km respectivement au sud-est et au sud), à la limite de la Province de la Frontière du Nord-Ouest qui se situeau nord et à l'ouest de la ville (Peshawar est à environ 150 km à l'ouest). Islamabad se situe également à environ 50 km à l'ouest de la frontière avec le Cachemire pakistanais.

Le climat d'Islamabad est caractérisé par le phénomène de la mousson, caractérisée par de fortes précipitations, qui advient de juillet à septembre. Les hivers sont doux et durent d'octobre à mars. Les mois les plus chauds sont mai juin et juillet avec des températures maximales moyennes qui peuvent atteindre 38 °C.

Relevé météorologique d'Islamabad
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 2 6 10 15 21 25 25 24 21 15 9 3
Température maximale moyenne (°C) 16 19 24 31 37 40 36 34 34 32 28 20
Précipitations (mm) 64 64 81 42 23 55 233 258 85 21 12 23
Humidité relative (%) 44 46 37 26 19 23 45 54 44 29 26 39
Source : BBC Weather
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
16
2
64
 
 
 
19
6
64
 
 
 
24
10
81
 
 
 
31
15
42
 
 
 
37
21
23
 
 
 
40
25
55
 
 
 
36
25
233
 
 
 
34
24
258
 
 
 
34
21
85
 
 
 
32
15
21
 
 
 
28
9
12
 
 
 
20
3
23
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon les estimations, la population actuelle d'Islamabad "seule" (c'est-à-dire sans Rawalpindi) est estimée entre 673 766 habitants[1] et plus d'un million d'habitants[6]. La population continue à croître rapidement et pourrait atteindre 7 millions d'habitants d'ici 25 ans pour les deux villes[3].

La langue maternelle de la population d'Islamabad est majoritairement le panjâbî (65 %), suivi de l'ourdou (14 %) et du pachtoune (10,51 %)[7]. La population est majoritairement musulmane (94 %)[8]. Du fait du rôle politique proéminent d'Islamabad, elle abrite beaucoup de diplomates et de population étrangère.

Urbanisme et édifices remarquables[modifier | modifier le code]

La ville d'Islamabad est unique au Pakistan : elle est beaucoup moins dense, abrite beaucoup plus d'espaces verts et est beaucoup plus aérée que les autres villes du pays. Ses routes sont larges et son plan en damier est en cohérence avec le plan initial de la ville. Elle a un aspect moderne.

La ville est organisée en huit types de blocs bien distincts, caractérisés chacun par une activité prédominante (administration, commerce, industries légères, quartiers résidentiels, diplomatiques ou dédiés à l'éducation, zones rurales et vertes).

Zones d'Islamabad

Le territoire d'Islamabad est divisé en cinq zones :
La zone I abrite la plus grande partie de la ville aujourd'hui. Elle se divise en secteurs selon une grille en damier, chaque secteur mesurant 2 km sur 2 km. Chaque secteur est lui-même divisé en quatre sous-secteurs qui entourent un centre commercial. Les secteurs sont numérotés de A à I et de 1 à 17, et les sous-secteurs de 1 à 4 (par exemple G7-1). Tous les secteurs ne sont pas développés.
La zone II abrite la périphérie ouest de la ville et est principalement destinée à abriter des quartiers résidentiels.
La zone III abrite les collines de Margalla (le lac Rawal se situe dans cette zone).
Les zones IV et V abritent le parc d'Islamabad ainsi que des zones rurales.

Islamabad compte des édifices remarquables comme le Parlement, dessiné par Louis Kahn, la maison du Pakistan, résidence du président et la mosquée Shah Faisal qui est l'une des plus grandes mosquées du monde.

La ville compte un grand nombre d'universités et d'écoles, dont l'université Quaid-i-Azam (en) (1965) qui est l'une des meilleures du pays.

Économie[modifier | modifier le code]

Un certain nombre d'entreprises ont leur siège à Islamabad. C'est notamment le cas des entreprises d'État : Pakistan Television Corporation, Pakistan Telecommunication Company Ltd, Zarai Taraqiati Bank Limited. Les grands opérateurs téléphoniques du Pakistan y ont également leur siège social ou local pour les entreprises internationales (Mobilink, Telenor, Ufone...).

Islamabad compte une bourse l'Islamabad Stock Exchange, qui est la troisième du pays après celle de Karachi et de Lahore[9].

Politique[modifier | modifier le code]

Créé pour rassembler les musulmans du sous-continent indien, le Pakistan devait bien donner un nom sacré à une ville emblématique, ce fut chose faite en la baptisant Islamabad : « la ville de l'Islam ».

Les islamistes sont actifs jusqu'au centre de la capitale. Ainsi depuis le début de l'année 2007, des tensions très vives se sont cristallisées autour de la Mosquée rouge (ou mosquée Lal)[10].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]