Préfecture de Yamanashi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Préfecture de Yamanashi
山梨県 Yamanashi-ken
Carte du Japon avec la Préfecture de Yamanashi mise en évidence
Carte du Japon avec la Préfecture de Yamanashi mise en évidence
Drapeau de Préfecture de Yamanashi
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Capitale Kōfu
Région Chūbu
Île Honshū
Districts ruraux 8
Municipalités 41
Gouverneur Shōmei Yokouchi
ISO 3166-2 JP-19
Démographie
Population 889 808 hab. (1er octobre 2001)
Densité 199 hab./km2
Rang 41e
Géographie
Superficie 446 567 ha = 4 465,67 km2
Rang 32e
Pourcentage d'eau 1,3 %
Symboles préfectoraux
Fleur Fleur de cerisier du Japon (Prunus incisa)
Arbre Érable palmé (Acer palmatum)
Oiseau Bouscarle chanteuse (Cettia diphone)
Liens
Site web www.pref.yamanashi.jp

Yamanashi (山梨県, Yamanashi-ken?) est une préfecture du Japon située au centre du Chūbu.

Histoire[modifier | modifier le code]

De la Préhistoire au XIVe siècle[modifier | modifier le code]

Le peuplement de la région de Yamanashi remonte à 30 000 ans environ. La chasse et la pêche précédèrent une phase de rassemblement qu'exige la culture du riz; vint ensuite la création de villages qui formèrent la région. Les tumulus de Maruyama et Choshizuka furent élevés à partir de la fin du IVe siècle. De ces sépultures, on peut imaginer que la colline Sone dans Nakamichi-cho a joué un rôle primordial.

Au VIIIe siècle Yamanashi s'appelait Kai no kuni, la province de Kai, et comprenait, outre Yamanashi, les arrondissements de Yatsuhiro, Koma et Tsuru ; les activités étaient centrées autour des villes actuelles de Kasugai, Ichinomiya et Misaka. À partir du XIIe siècle, les nobles de la cour commencèrent à ruer dans les brancards de l'ancien régime et, peu à peu, devinrent des militaires dont le pouvoir alla croissant. Vers 1131, Kiyomitsu, fils de Yoshikiyo Minamoto, fonda le clan Kai (Kaigenji).

Du XVe siècle au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Les générations de Takeda, Ogasawara et Nanbu, tous membres du clan Kai furent très prospères. Takeda, au XVIe siècle, devint daimyo - nous sommes dans la période des États combattants - et bâtit le domaine de Tsuzuji et le château de Yogai à Kofu. C'est à partir de là que Takeda tenta de contrôler et d'unifier le Japon. À sa mort, en 1582, Kai no kuni passa sous la coupe d'Oda, de Toyotomi puis de Tokugawa au début de la période Edo. Sous la houlette du bakufu d'Edo (gouvernement militaire), le clan Kofu (qui était basé à Kuninaka) s'unit au clan Yamura (basé à Gunnai) mais en 1724 la région tomba directement dans les mains du bakufu d'Edo. Avec le développement de la route de Koshu (Koshu Kaido) et du transport sur la rivière Fuji, les marchandises, les matières premières et les produits culturels envahirent la région.

Au milieu du XIXe siècle, les contradictions du gouvernement militaire et du système clanique provoquèrent une érosion de l'autorité centrale à laquelle toutes les régions de l'Archipel opposèrent une vive résistance. Au même moment, le pays était contraint de s'ouvrir, sous la pression des États-Unis et de l'Europe, et de s'engager sur la voie de la modernisation.

Du XIXe siècle au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Après l'entrée du gouvernement de Meiji dans le château de Kofu (1868), la région gouvernée par le kaifu devint le département de Kai et, le 20 novembre 1872, prit le nom de département de Yamanashi. (Le 20 novembre est désormais le Jour des Citoyens.) Au début de la période Meiji (1868-1911), et en raison de la politique de développement industrielle mise en place par Fujimura, les filatures et les exploitations vinicoles commencèrent leur développement. À la fin de la période Meiji, la ligne de chemin de fer Chūō fut inaugurée, ce qui aida à la croissance industrielle de la région et à son développement culturel. Dans les villages, les agriculteurs ne possédaient que des exploitations de petite surface et de 1910 à la fin des années 1920, on nota de nombreux conflits chez les fermiers. En 1926, la ligne de chemin de fer Minobu commença son activité, mettant ainsi un point final au transport fluvial sur la rivière Fuji.

En 1945, dans le cadre d'une réforme de la propriété foncière, les fermes individuelles purent prendre un nouvel essor. Parallèlement, se développèrent les cultures fruitières. La période qui suivit fut celle d'une forte croissance de l'industrie et du commerce. En 1982, l'autoroute Chūō fut ouverte au public, ce qui donna naissance aux activités du secteur tertiaire que l'on rencontre encore actuellement.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le département de Yamanashi se trouve à peu près au centre de Honshu, l'île principale du Japon. Il est bordé des préfectures de Tokyo, Kanagawa, Saitama, Shizuoka et Nagano. Yamanashi possède une superficie de 4 464,6 km2, et est entouré de hautes montagnes qui se dressent entre 2 000 et 3 000 mètres. Le département est recouvert de forêts sur 78 % de sa superficie, dont trois parcs nationaux et un parc quasi national, comme le célèbre parc national de Fuji-Hakone-Izu.

La ville de Kōfu, capitale de la préfecture de Yamanashi, occupe une position importante du point de vue géographique, puisqu'elle relie les zones industrielles de l'océan Pacifique aux côtes de la Mer du Japon. De par sa position géographique à l’intérieur des terres, la préfecture de Yamanashi n’a pas de littoral.

Villes[modifier | modifier le code]

Liste des villes (, shi?) de la préfecture de Yamanashi.

Districts[modifier | modifier le code]

Shadow picture of Yamanashi prefecture.png

Liste des 5 districts (, gun?) de la préfecture de Yamanashi, ainsi que de leurs 8 bourgs (, cho/machi?) et 6 villages (, son/mura?) [en italique].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le climat et la situation du département de Yamanashi conviennent particulièrement bien à la production de fruits : raisins de table, pêches, prunes, cerises, kakis, pommes et abricots japonais-en plus grande quantité ici que partout ailleurs au Japon- valant à Yamanashi sa réputation de « Royaume des fruits ».

Yamanashi est célèbre pour sa production vinicole. En effet la centaine d’établissements vinicoles qui existent à Yamanashi produisent près de la moitié de tout le vin produit au Japon.

Industrie[modifier | modifier le code]

Au cours des dernières années, des sociétés de mécatronique se sont installées dans le département de Yamanashi et y ont développé leurs activités qui représentent aujourd'hui l'un des moteurs de l'économie du département.

Joaillerie[modifier | modifier le code]

Avec Idar-Oberstein, en Allemagne, la ville de Kōfu est également l'un des plus grands centres du monde pour la taille des pierres précieuses et pour la fabrication des bijoux. La taille et le polissage des pierres précieuses ont été perfectionnés à partir des techniques ramenées à Yamanashi par un prêtre shintoïste qui avait appris à tailler des boules de cristal à Kyoto. La maîtrise technique de Kōfu lui assure un marché mondial pour ses produits, comme le cristal, les agates, le jade et les opales, et elle lui a valu le privilège de posséder le seul musée de la joaillerie du Japon.

Démographie[modifier | modifier le code]

Repartitionpopulation.png Pyramideage2.PNG

Culture[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

La préfecture de Yamanashi est jumelée avec le département de Saône-et-Loire, ainsi que le département de Cote d'Or (la ville de Beaune est jumelée avec la ville de Katsunuma) en Bourgogne[1], mais aussi avec les États de l'Iowa aux États-Unis et de Minas Gerais au Brésil, et avec les provinces du Sichuan en Chine et de Chung Cheong Buk-Do en Corée du Sud[2].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Nishizawa Valley

Yamanashi est une destination touristique populaire. Le Mont Fuji, la région des Fujigoko, la ville de Kōfu, la proximité d'établissements vinicoles, le charmant temple Erin-ji, et le célèbre temple Kuon-ji sont quelques-uns des endroits principaux à visiter. Elle abrite le parc d'attractions Fuji-Q Highland avec ses nouvelles montagnes russes Eejanaika. On y trouve également la mystérieuse forêt d'Aokigahara.

L'écotourisme est particulièrement en vogue dans la région. La topographie naturelle de la région (le Mont Fuji et ses Cinq Lacs, les Alpes du Sud, le parc national de Chichibu Tamakai et la région des montagnes de Yatsugatake) fait de Yamanashi le paradis des randonneurs.

Étant donné l'activité volcanique, des sources chaudes naturelles, onsen, s'y trouvent en abondance. La plus grande source thermale de la région, située à Isawa, se trouve à une heure et demie de Tokyo.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]