Katmandou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour l'ancienne cité-État, voir Kantipur.
Katmandou
Katmandou
Katmandou
Administration
Pays Drapeau du Népal Népal
Région Centre
Zone Bagmati
District Katmandou
Démographie
Population 822 930 hab. (2006)
Densité 16 241 hab./km2
Géographie
Coordonnées 27° 42′ 12″ N 85° 19′ 05″ E / 27.703287, 85.31810727° 42′ 12″ Nord 85° 19′ 05″ Est / 27.703287, 85.318107  
Altitude 1 355 m
Superficie 5 067 ha = 50,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Népal

Voir sur la carte Népal administrative
City locator 13.svg
Katmandou

Katmandou[1] (népalais : काठमाडौं, काठमान्डु, nepalbhasha : येंदेय्‌), très rarement orthographiée Kathmandou, Kathmandu ou Katmandu, parfois appelée Kantipur du nom de l'ancienne cité-État[2], ou encore Yen - notamment par les Newars - est la capitale politique et religieuse du Népal dont elle est également la plus grande ville ainsi que le chef-lieu du district du même nom. Les premiers habitants de Katmandou étaient des Newars et parlaient le nepâlbhâsa qui est une langue très répandue parmi les différentes communautés ethniques résidant à Katmandou.

La ville s'élève à 1 350 mètres d'altitude au confluent de deux rivières : la Bagmati et la Bishnumati. Elle est entourée d'une couronne de montagnes de taille moyenne (3000 mètres au maximum) dans les contreforts de l'Himalaya ; ce qui explique qu'on parle de la vallée de Katmandou (administrativement connue sous le nom de zone de la Bagmati, « Bagmati anchal ») qui comprend aussi Patan et Bhaktapur et est peuplée d'environ 1,5 million d'habitants. Katmandou ne possède pas de réseau souterrain de canalisations et dispose d'une alimentation en eau insuffisante. Aujourd'hui, du fait du contexte politique, l'environnement n'est pas la priorité des Népalais ; ce qui en fait une des villes les plus polluées d'Asie.

La ville eut, en Europe, une période de grande célébrité. Dans les années 1960, elle était la destination favorite des hippies qui faisaient la route de Katmandou.

Selon les chroniques locales, la ville de Katmandou aurait été fondée au Xe siècle par le roi Gunakamadeva.

La structure actuelle de la ville remonte au XVIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une pièce d'une roupie népalaise représentant un temple

La vallée de Katmandou a peut-être été habitée dès l'an 900 après notre ère mais les plus vieux objets trouvés à ce jour dans la vallée datent d'une centaine d'année avant Jésus-Christ. La plus ancienne inscription connue est datée de 185 ap. J.-C. Le plus vieux bâtiment au creux de cette vallée daté avec certitude remonte à presque mille ans. On dit qu'au VIe siècle av. J.-C., le Bouddha et ses disciples auraient passé du temps dans la région actuelle de Patan, bien qu'il n'y ait aucune preuve de cela. Quatre stûpas autour de la ville de Patan auraient été érigés par Charumati, fille d'Ashoka le Grand, roi Maurya, au IIIe siècle av. J.-C., d'après l'ancienne histoire présente dans la vallée. Comme pour les légendes sur la venue du Bouddha, il n'y a aucune preuve affirmant la visite d'Ashoka mais les quatre stupas de Patan datent probablement de ce siècle.

Les Kirats sont les premiers souverains connus de la vallée de Katmandou. Les vestiges de leur palais seraient à Patan près de Hiranyavarna Mahavihara (appelé « Patukodon »). La dynastie Licchavi dont les plus anciennes inscriptions datent d'avant l'an 464 succéda aux Kirats ; elle avait des liens étroits avec la dynastie indienne Gupta.

Depuis le XIIe siècle, la dynastie Malla régnait sur Kantipur. Au XVIIe siècle, Prithvi Narayan Shah conquit la vallée, installa la dynastie Shah et unifia le Royaume du Népal. Aujourd'hui, à Katmandou, la plupart de l'ancienne architecture date de l'ère Malla.

La ville de Katmandou est nommée ainsi d'après un édifice situé à Durbar Square appelé Kaasthamandap d'après le sanskrit, Kaasth (काष्ठ), « bois » et Mandap (मंडप/मण्डप), « refuge abrité ». Cet unique temple connu aussi sous le nom de Maru Satal, fut construit en 1596 par le roi Laxmi Narsingh Malla. L'édifice entier ne contient ni clou en fer, ni aucun support. Il est entièrement construit en bois. La légende veut que le bois utilisé pour sa construction ne provienne que d'un seul arbre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La vallée de Katmandou est composée de trois villes principales, Katmandou elle-même, Patan et Bhaktapur. Patan et Katmandou se hissent l'une sur l'autre, uniquement séparées par la rivière Bagmati, tandis que Bhaktapur s'élève plus près des contreforts à l'est.

Katmandou elle-même est le lieu de résidence de la plupart des bureaux gouvernementaux, des ambassades, des maisons de corporation et de l'ancien palais royal de Narayanhiti, Ce dernier est un large bâtiment à l'est de Thamel le sanctuaire touristique du pays et à la tête de Durbar Marg, une rue remplie de magasins très différents.

Thamel est constitué de deux rues parallèles juste à l'ouest du palais. C'est l'emplacement de différentes résidences appartenant à différentes célébrités.

La plupart des rues de Katmandou ont des noms en langue népalaise (le nepâlbhâshâ), affirmant son appartenance à la riche culture newarie et à l'héritage qui en est resté.

La « vieille ville » est remarquable pour ses nombreux temples et pour ses palais bouddhistes et hindous dont la plupart remontent au XVIIe siècle. Beaucoup de ces monuments ont été endommagés par les séismes et par la pollution.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • La vallée de Katmandou abrite sept sites appartenant au patrimoine mondial de l'UNESCO : le centre-ville des trois anciennes capitales royales : Katmandou Hanuman Dhoka, Patan et Bhaktapur ; les deux plus importants stûpas bouddhistes : Swayambhunath et Boudhanath et deux fameux tombeaux hindous : le temple de Pashupatinath et Changu Narayan. Depuis 2003, le site est considéré comme « en danger » par l'UNESCO, à cause de l'inquiétude de la perte continue d'authenticité et de la valeur universelle exceptionnelle de la propriété culturelle.
  • La tour Bhimsen à Sundhara
  • Les stupas d'Ashoka, aux quatre points cardinaux de Patan
  • Rani Pokhari, un point d'eau au nord de Ratna park
  • L'université Tri-Chandra et sa tour

Depuis les années 1960, Katmandou est populaire auprès des touristes occidentaux. A l'époque, elle était l'étape ultime de la « route de Katmandou ». Beaucoup de hippies s'installaient alors à Freak Street ou dans le quartier environnant (Jochhen Tole). Depuis les années 2000, c'est surtout le trekk et la culture népalaise qui attirent le plus les touristes.

Transports[modifier | modifier le code]

Le Tribhuvan International Airport est situé à environ 6 km du centre-ville et propose des vols intérieurs et internationaux.

Trois routes partent de Katmandou ; L'autoroute Tribhuvan (vers le Sud) et la route Prithvi (vers l'Ouest) sortent toutes deux par l'ouest de la vallée. La bifurcation de Naubise (20 km de Katmandou) les sépare. La route 'Araniko' part vers le Nord. Un quatrième, l'autoroute BP est en construction et se dirigera vers l'Est.

Administration[modifier | modifier le code]

La ville est divisée en 35 quartiers répartis sur 5 secteurs géographiques :

  • Secteur Central : quartiers 1, 5, 11, 31, 32 et 33.
  • Secteur est : quartiers 6, 7, 8, 9, 10, 34 et 35.
  • Secteur nord : quartiers 2, 3, 4, 16 et 29.
  • Cœur de la ville : quartiers 17, 18, 19, 24, 25, 26, 27, 28, 30, 12, 20, 21, 22 et 23. C'est le secteur le plus densément peuplé. Il regroupe l'essentiel des monuments historiques et culturels de la ville.
  • Secteur ouest : quartiers 13, 14 et 15.

Pollution aérienne[modifier | modifier le code]

La métropole urbaine de Katmandou souffre d'une dangereuse croissance du niveau de pollution de l'air. L'Himalaya, au nord, et Mhabharat, au sud, forment une barrière autour de la vallée de Katmandou qui empêche la dispersion de l'air pollué hors de la vallée. Ceci aboutit à des pics de pollution saisonniers qui approchent des niveau dangereux des zones industrielles des autres nations.

De manière simple, la situation géographique de Katmandou influence les concentrations de pollution aérienne particulièrement durant les mois d'hiver pendant lesquels les circulations d'air de montagne et de vallée affectent le mouvement de la pollution aérienne. Pendant l'hiver, la pollution aérienne est emportée hors de la vallée de Katmandou pendant le jour pour ensuite retourner dans la vallée la nuit à cause des brises de montagne. Cela a pour effet un niveau très élevé de particules polluantes suspendues pendant la nuit.

À présent, à Katmandou, le niveau de PM 10 (particules qui mesurent dix micromètres et peuvent entrer facilement dans le corps humain par inhalation) est en moyenne de 148 microgrammes par mètre cube voire de 198 mg. dans le quartier d'affaires de Katmandou. C'est bien plus haut que la norme de tolérance internationale qui est autour de 72 microgrammes par mètre cube.

Katmandou a vu son niveau de PM 10 tripler durant la dernière décennie. Pendant les mois d'hiver, le niveau de pollution est désormais comparable à certaines des villes les plus polluées du monde.

La pollution de Katmandou est similaire à celle de Séoul au début des années 1980 lors de l'industrialisation rapide de la Corée du sud. Mais contrairement à Séoul, le Népal n'a jamais eu de véritable 'industrialisation et souffre même d'une extrême pauvreté à laquelle se sont ajoutées des troubles sociaux.

A Katmandou, les sources majeures de pollution aérienne sont les émissions de véhicules et les effluves des nombreux fours à brique illégaux dispersés à travers la vallée.

Inspirations artistiques[modifier | modifier le code]

  • Kathmandu est le titre de plusieurs chansons : une de Cat Stevens sur son album Mona Bone Jakon (1970), une de Bob Seger sur son album Beautiful Loser (1975) et une de Krematorij sur leur album Three Springs (2000). Fito Páez a aussi composé une chanson sur Katmandou intitulée Tráfico por Katmandú (« Trafic à Katmandou » en français).
  • Katmandou 1969 est un double CD édité en 2009 par la firme Frémeaux & Associés (Grand prix de l’Académie Charles Cros). Il s'agit de l'enregistrement d'un voyage musical effectué par le journaliste François Jouffa lors de la fête Indrajatra de la petite Déesse vivante en septembre 1969. Ce coffret inclut des témoignages sonores et parlés d'époque comme celui du jeune consul de France confronté au problème des drogues consommées par les beatniks et hippies. Ces musiques, déjà sorties sur un 33 tours Vogue en 1970, avaient influencé Jimmy Page et Robert Plant, guitariste et chanteur de Led Zeppelin, quand ils composèrent Kasmir, morceau qui lança la mode de la world music pop.

Villes jumelées avec Katmandou[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Terme recommandé par la Commission générale de terminologie et de néologie, et publié au Journal officiel de la République française le 24 septembre 2008. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000019509867&dateTexte=
  2. 'Kantipur' est le nom utilisé de préférence dans la littérature népalaise plus classique ou religieuse

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :