Séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Séisme de 2011 de
la côte Pacifique du Tōhoku
東北地方太平洋沖地震
Image illustrative de l'article Séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku
Carte des intensités du séisme par préfectures
Vue aérienne des dégâts du tsunami à Sendai (en haut) et carte des intensités du séisme par préfectures (en bas).

Date 11 mars 2011 à h 46 min 23 s UTC (14 h 46 min 23 s heure locale)
Magnitude 9,0 Mw
Épicentre 38° 19′ 19″ N 142° 22′ 08″ E / 38.322, 142.369 ()38° 19′ 19″ Nord 142° 22′ 08″ Est / 38.322, 142.369 ()  
Profondeur 32 km
Hauteur maximale du tsunami 38 m
Régions affectées Tōhoku, Drapeau du Japon Japon
Victimes Bilan de 15 776 morts[1], 4 225 disparus[1], 5 929 blessés, et 139 000 réfugiés[1]

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Séisme de 2011 dela côte Pacifique du Tōhoku東北地方太平洋沖地震

Le séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku au Japon est un tremblement de terre d'une magnitude 9,0, survenu au large des côtes nord-est de l'île de Honshū le 11 mars 2011[2]. Son épicentre se situe à 130 km à l'est de Sendai, chef-lieu de la préfecture de Miyagi, dans la région du Tōhoku, ville située à environ 300 km au nord-est de Tokyo. Il a engendré un tsunami dont les vagues ont atteint une hauteur estimée à plus de 30 m par endroits[3]. Celles-ci ont parcouru jusqu'à 10 km à l'intérieur des terres[4], ravageant près de 600 km de côtes[4] et détruisant partiellement ou totalement de nombreuses villes et zones portuaires.

Ce séisme de magnitude 9 n'est cependant responsable que de peu de victimes et dégâts grâce à la qualité des constructions parasismiques japonaises. L'ampleur de cette catastrophe résulte essentiellement du tsunami qui s'ensuivit et qui est à l'origine de plus de 90 % des 18 079 morts et disparus[5], des destructions et des blessés. Ce tsunami a également entraîné l'accident nucléaire de Fukushima placé au niveau 7, le plus élevé sur l'échelle internationale des événements nucléaires (INES) des accidents nucléaires et radiologiques.

La reconstruction va prendre plusieurs années et son coût estimé en fait déjà le séisme le plus onéreux de l'Histoire après celui de Kōbe en 1995. Les pertes économiques estimées sont de l'ordre de 210 milliards de dollars.

Séismes[modifier | modifier le code]

Contexte géodynamique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie du Japon#Tectonique.
Les plaques tectoniques et l'archipel du Japon.

L'archipel du Japon se trouve dans une zone sismique et volcanique très active. Il est en effet situé sur la ceinture de feu du Pacifique, à la jonction de trois plaques tectoniques (les plaques pacifique, eurasienne et des Philippines)[n 1]. Placé également au-dessus de zones de subduction, l'archipel japonais subit ainsi de nombreux séismes associés quelquefois à des tsunamis. « 90 % de l'énergie sismique libérée à la surface de la Terre ce dernier siècle se concentre dans les zones de subduction, à l'interface des plaques en convergence » explique Serge Lallemand chercheur au laboratoire Géosciences de Montpellier[6].

Les archives historiques mentionnent seize séismes-tsunamis depuis 1611 situés au nord de l'île principale[7]. Un de ces séismes les plus meurtriers ayant affecté cette région a eu lieu le 15 juin 1896 au large des côtes du Sanriku. Sa magnitude a été estimée à 8,5. Il déclencha un tsunami avec un déferlement d'une hauteur maximale de 38 mètres, et tua 22 066 personnes[8]. Un autre eut lieu le 2 mars 1933, légèrement plus au nord, faisant environ 3 000 victimes causées par le tsunami à la suite du séisme avec un déferlement estimé à 28,5 m à Ofunato[7].

Ce séisme est né le long de la fosse océanique du Japon à la limite de deux plaques lithosphériques convergentes :

  • la plaque pacifique (plaque lithosphérique océanique), qui se déplace vers le nord-ouest d'environ 9 centimètres par an et qui est en subduction sous la seconde plaque[9] ;
  • la plaque eurasienne (plaque lithosphérique continentale), qui se déplace vers le sud-est à une vitesse de 0,95 centimètre par an.

Séisme principal[modifier | modifier le code]

Explications[modifier | modifier le code]

Si la secousse principale a eu lieu le 11 mars, c'est dès le 9 mars que la terre a tremblé dans la région avec une première secousse de magnitude 7,2 à environ 40 km de distance de la secousse principale, suivie le même jour par trois secousses de magnitude supérieure à 6,0[10]. Les chercheurs du CNRS-INSU qualifient le séisme de magnitude 7,2 comme un séisme « a posteriori précurseur » de celui du 11 mars.

Ce séisme est dû au glissement brutal — estimé à 10 m de hauteur — d'une très grande faille inverse de 400 à 500 km de long et 30 km d’épaisseur située à quelque 120 km des côtes japonaises[11],[12]. La très forte magnitude de ce séisme s'expliquerait par le jeu des pressions et tensions qui se sont accumulées pendant environ un siècle depuis le dernier séisme dans cette région[11].

Tant le regard humain que les instruments n'ayant d'accès direct aux couches géologiques (ou strates), les explications sismiques ne peuvent être qu'interprétatives. Le choc principal selon l'USGS (W-phase, USGS) viendrait d'un séisme né sur un plan à faible pendage (14°W) orienté N13°E, subparallèle à la direction moyenne N16 de la fosse du Japon, à une profondeur de 24 km. La magnitude déterminée est de Mw 9,0 (Mo=3,9×1022N.m)[9]. Harvard Seismology conclut à des caractéristiques mécaniques semblables avec un pendage de 9°, une direction N21°E à une profondeur de 20 km[9]. Le Deutsche GeoForschungsZentrum (GFZ) émet une hypothèse différente — jugée problématique par certains[9] — avec un pendage de 9° vers l’est (plan N17°E) (Mw 8,9 ; Mo=2,4x10e22 N.m).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Carte de localisation des épicentres du séisme principal et des répliques

La secousse principale d’une magnitude de 9,0 s’est produite à 14 h 46 min 23 s locales (h 46 min 23 s UTC) au large des côtes nord-est du Japon à 32 kilomètres de profondeur[13], faisant violemment tanguer les immeubles de Tokyo[14],[15]. Le séisme a été ressenti jusqu'à Pékin[16]. Il a duré environ deux à trois minutes avec une propagation unilatérale estimée à 2,7 km/s. Ce séisme est considéré comme « dévastateur » et il en survient un tous les 20 ans. D'après l'échelle de magnitude du moment, il fait partie des cinq séismes meurtriers les plus puissants depuis 1900 avec celui du Kamtchatka (magnitude de 9,0) en 1952, celui du Valdivia (de magnitude 9,5) en 1960, celui de l'Alaska (de magnitude 9,2) en 1964 et celui de Sumatra (de magnitude 9,1) en 2004[17].

Fortes répliques tardives[modifier | modifier le code]

Le séisme principal a été suivi le même jour de nombreuses répliques dont 56 de magnitude supérieure à 6 en date du 13 avril 2011[18]; l’une d’elles de magnitude 6,4, s’est produite à 15 h 6 locales (h 6 UTC)[16] et une de magnitude 7,1 environ quarante minutes plus tard[19]. Les autorités japonaises craignaient dans les répliques à venir la haute probabilité de voir l’une d’elles atteindre une magnitude supérieure à 7[20], ce qui s'est effectivement produit le 7 avril. Sans compter une multitude de séismes de magnitude inférieure à 6,0 survenus les jours suivants, un séisme fort de magnitude 6,1 a été ressenti le 15 mars 2011 vers 14 h 30 (heure française), au sud-ouest de la capitale nippone. Selon l'Agence de météorologie japonaise, l'épicentre était situé à Shizuoka, à 120 km environ au sud-ouest de la capitale et à proximité du mont Fuji, zone où les secousses ont été les plus fortement ressenties. Plus tôt dans la journée, une des nombreuses secousses avait atteint également la magnitude de 6. Le mercredi 16 mars, une nouvelle réplique de magnitude de 6,0 a été enregistrée à h 52 (GMT), à une centaine de kilomètres de Tokyo, puis le 17 mars à h 13 (GMT), le 19 mars à h 56 (GMT), toutes deux de magnitude 6,1, de nouveau le 22 mars la région subit dans la même journée deux séismes de magnitude 6,6, un de 6,4 et deux de 6,1 faisant deux blessés dans la centrale de Fukushima. Les répliques se poursuivent le 24 (6,1), le 25 (6,4) et le 27 mars (6,1). Cependant, aucune alerte au tsunami n'a été déclenchée pour ces répliques[21]. Le 7 avril, une réplique plus importante de 7,1 déclenche une brève alerte au tsunami qui est levée deux heures plus tard[22]. Le 11 avril, une réplique de magnitude 6,6 (initialement évaluée à 7,1) est suivie d'une augmentation du niveau d'alerte autour de Fukushima[23].

Conséquences géophysiques[modifier | modifier le code]

Une grande partie des dégâts matériels est due au tsunami. Vue du Japon, par le satellite MODIS, le 26 février (en bas) et le 13 mars (en haut) après le passage du tsunami. (Image en fausse-couleur où l'eau apparaît en noir et la ville de Sendai apparaît en brun. Des incendies sont encore visibles près de Sendai.)

À la suite du séisme, l'île principale du Japon - Honshū - s'est déplacée de quelque 2,4 mètres vers l'Est, au lieu des 83 millimètres en moyenne annuels[24]. Ce mouvement entraînant un changement dans la répartition des masses de la Terre autour de son axe d'inertie principal[25], la vitesse de rotation de la Terre autour de son axe en est légèrement accélérée[n 2] : les jours sont plus courts de 1,8 µs[26]. De gigantesques tourbillons se sont formés au large des côtes[27] et plusieurs volcans se sont manifestés par des explosions comme le mont Shinmoe[28] ou le Sakurajima[29]. Les zones côtières se sont assez fortement enfoncées, leur altitude diminuant de 20 à 84 cm[30].

Quelques jours après, des géophysiciens de l'université de Californie à Santa Cruz (États-Unis), constatent, grâce aux relevés de données GPS, que les ondes sismiques ont accéléré le mouvement du courant glaciaire Whillans Ice Stream situé en Antarctique. Ce phénomène n'est pas unique puisqu'il avait été observé lors du tremblement de terre du Chili en 2010 et permet entre autres d'expliquer l'avancée des glaciers[31]. Bien qu'à chaque séisme, les vibrations du sol créent des infrasons qui vont interagir avec notre ionosphère composée d'ions et d'électrons, les mesures relevées montrent que cette fois-ci, ce séisme associé à son tsunami — qui crée également des infrasons —, a fortement ébranlé cette partie de notre atmosphère[32].

De tels séismes déclenchent presque à chaque fois un tsunami d'importance. Celui-ci a déferlé sur les côtes pacifiques du Japon et d'au moins une vingtaine de pays, incluant l'intégralité de la côte du Pacifique de l'Amérique, soit de l'Alaska au Chili provoquant l'alerte au tsunami et les évacuations des populations habitant sur les zones côtières.

Tsunami[modifier | modifier le code]

Le séisme principal a engendré un tsunami avec des vagues jusqu'à 15 mètres de hauteur selon les observations par Port and Airport Research Institute (en)[n 3], et avec des pics jusqu'à 39 mètres enregistrés à Miyako[33]. Au cours des heures qui suivent le séisme, une alerte tsunami de niveau maximal[15] est donnée par l’Agence météorologique japonaise à la Russie (les îles Kouriles mais pas l’île de Sakhaline), aux Philippines et aux îles Mariannes[16]. Le Centre d'alerte des tsunamis dans le Pacifique a également placé en alerte tsunami l’île de Guam, Hawaï, les Philippines, l’Est de l’Indonésie, les îles Marshall, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Nauru, la Micronésie et Taïwan[15].

Le 5 décembre 2011, la NASA annonce que le tsunami était en fait composé de plusieurs vagues — au moins deux — ayant fusionné en haute mer, ce qui a multiplié sa force[34].

Japon[modifier | modifier le code]

Dégâts occasionnés par le tsunami à Ofunato (Japon)

Le tsunami a atteint la côte pacifique du Japon au bout de 10 minutes (temps calculé pour la partie nord-est la plus proche). La télévision de Kyodo a rapporté qu'un tsunami avec une vague de 4 mètres de haut avait frappé la préfecture d'Iwate au Japon. Une autre de 10 mètres de haut a été observée[16] à Sendai dans la préfecture de Miyagi. Une vague d'une hauteur de 4,2 mètres a déferlé sur le port de Kamaishi, dans la préfecture d’Iwate. Un rempart de protection de 11 m de hauteur avait été érigé sur le littoral de la ville de Taro (en) (préfecture d'Iwate), cité en exemple et notamment visité par des représentants des autorités indonésiennes après le séisme de Sumatra en décembre 2004. Ce mur a été submergé par une vague qui lui était d'une hauteur supérieure d'au moins 5 m[35]. Au total, 54 des 174 villes côtières et collectivités locales de la côte est ont été touchées par le tsunami[36], et 101 lieux désignés comme zones de refuges ont été détruits[37].
Le séisme a débuté à 30 km sous le plancher océanique, au large du Japon, puis s'est propagé via une faille séparant les plaques jusqu'à la fosse du Japon, au fond de la mer, libérant l'énergie de 8 000 bombes de Hiroshima.

Le système d'alerte japonais repose sur des tsunamètres, mais aussi sur des sismomètres. Combinés à un système informatique, ceux-ci prévoient l'ampleur d'un tsunami à partir de la magnitude et de l'emplacement du séisme. En mars 2011, ce système n'a pas fonctionné à la perfection. Publiées alors que le sol tremblait encore, les premières estimations indiquaient un séisme de magnitude 7,9. Or les analyses ultérieures ont révélé une magnitude 9,0 - douze fois plus forte. Le tsunami prévu était de 3 m ou un peu plus, alors que les vagues ont atteint 15,5 m à Minamisanriku, et sans doute plus encore ailleurs[38].

Pacifique[modifier | modifier le code]

Délais et temps de propagation du tsunami d'après la NOAA

L'alerte au tsunami a été lancée dans une grande partie du Pacifique[39] jusqu'aux côtes chiliennes ainsi qu'à la Terre de Feu[40]. À h 28 du matin (locales), le National Weather Service américain évoque une alerte au tsunami jusqu'à 19 h (locales) sur tout Hawaï[41].

Les côtes de nombreux autres pays sont ainsi touchées quelques heures plus tard : la Nouvelle-Zélande, l'Australie, la Russie, Guam, les Philippines, l'Indonésie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Nauru, Hawaï, les îles Mariannes du Nord et Taïwan entre autres[42]. Peu après le séisme, le Pacific Tsunami Warning Center (PTWC) rapporte des alertes aux tsunamis au large du Pacifique, incluant un tsunami sur Hawaï à 19 h 56 (5:56 GMT). Les pays au sud du Pacifique, incluant les îles Tonga, les Samoa américaines et la Nouvelle-Zélande, des vagues ont été perçues plus hautes que la normale, mais n'entraînent aucun dégât majeur[43]. Parmi ces pays, les côtes Pacifique du Mexique et de l'Amérique du Sud, des vagues ont également été perçues et entraînent quelques dégâts[44]. Le Pérou rapporte une vague de 1,50 m et plus de 300 maisons détruites dans les villes de Pueblo Nuevo de Colan et de Pisco[44]. La Russie évacue 11 000 résidents des zones côtières des Îles Kouriles peu après le séisme[45].

Au large des territoires français d'outre-mer, la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française et Wallis-et-Futuna évacuent leurs résidents près des littoraux[46],[47] et signalent des vagues de 50 cm à 1 mètre de hauteur[46]. Le tsunami a ensuite frappé plus fortement les îles Marquises, situées à 1 500 km au nord-est de Papeete. Trois vagues de deux mètres ont déferlé sur l'île de Nuku Hiva[46]. La ministre de l'Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet déclare « Il n'y a pas d'inquiétude à ce stade pour les populations des territoires d'outre-mer français après l'accident nucléaire provoqué par le séisme et le tsunami au Japon ». En Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie, l'alerte au tsunami est levée quelques heures après avoir été déclenchée[48].

Carte prédictive de la hauteur de la vague dans l'océan Pacifique, du 11 mars 2011. NOAA
Animation de la propagation du tsunami (NOAA)
Autres lieux affectés par le tsunami au large du Pacifique.
Nation Évacuation Alerte au tsunami Hauteur des vagues Mort(s) recensé(s) Source(s)
Taïwan Oui Oui 10 cm 0 [49]
Californie (États-Unis) Oui Oui 135 cm[réf. nécessaire] 1
Nouvelle-Zélande Non Oui 70 cm 0 [50],[51]
Île de Guam, États-Unis Oui Oui 74 cm 1 [52],[53]
Îles Mariannes du Nord Oui Oui 111 cm 0 [54]
Hawaï Oui Oui 90 cm 0 [55],[56]
Philippines Oui Oui 90 cm 0 [57]
Moluques (Indonésie) Oui Oui 10 cm 0 [57]
Côtes de la Mer d'Okhotsk (Russie) Oui Oui 330 cm 0 [58]
Îles Kouriles (Russie) Oui Oui 330 cm 0 [58]
Îles Midway (États-Unis) Oui Oui 150 cm 0 [59]
Île de Maui, Hawaï (États-Unis) Oui Oui 210 cm 0 [60],[59]
Côte Pacifique, Mexique Oui Oui 70 cm 0 [61]
Île de Shemya, Alaska (États-Unis) Oui Oui 150 cm 0 [59]
Îles Aléoutiennes, Alaska (États-Unis) Oui Oui 150 cm 0 [59]
Côtes du Chili dont l'île de Pâques Oui Oui 83 cm 0 [40]
Colombie-Britannique, Canada Oui Oui 50 cm 0 [62]
Nouvelle-Calédonie, France Oui Oui 30 cm 0 [63]
Tahiti, Polynésie française Oui Oui 40 cm 0 [63]
Îles Marquises, Polynésie française Oui Oui 300 cm 0 [63]

Conséquences humaines[modifier | modifier le code]

Victimes[modifier | modifier le code]

Pertes humaines[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de véhicules des secouristes de la Japanese Ground Self-Defense Force intervenant à Sukuiso le 18 mars 2011

Les chiffres qui suivent ne sont en réalité pas à comparer avec un autre séisme tel que le séisme de 1995 de Kōbe qui avait fait 6 434 morts car, aussi spectaculaire et important qu'était ce séisme du 11 mars de magnitude 9, en réalité il ne fit que très peu de victimes et dégâts grâce à la qualité des constructions japonaises construites suivant les règles du génie parasismique ; c'est bien le tsunami qui s'ensuivit qui est à l'origine à plus de 90 % des pertes humaines.

Au soir du samedi 12 mars, le nombre de victimes et de personnes portées disparues était évalué à plus de 1 800 selon un bilan officiel, mais le gouvernement nippon annonçait cependant être sans nouvelles de plus de 10 000 habitants[64] sur les 17 000 que compte la ville portuaire de Minamisanriku[65]. Le 21 mars, le nombre de victimes dénombrées s'élève alors à 8 649 morts, 12 877 disparus et 2 603 blessés[66].

Les victimes se concentrent dans les trois préfectures de Miyagi, d'Iwate, et de Fukushima. Au 2 avril, la préfecture de Miyagi dénombre ainsi 7 192 morts et 6 333 disparus, celle d'Iwate 3 484 morts et 4 546 disparus, et celle de Fukushima 1 092 morts et 4 657 disparus[67]. La mortalité est due pour 92,5 % à des noyades consécutives au passage du tsunami, le taux allant de 95,7 % pour la préfecture de Miyagi à 87,3 % pour celle d'Iwate à 87 % pour celle de Fukushima, et 65 % des victimes étaient âgées de 60 ans alors que les moins de 30 ans ne comptent que pour 12 % du total des victimes[68].

Cimetière temporaire à Ishinomaki.

Les derniers rescapés sont secourus le 20 mars dans la ville d'Ishinomaki[69]. Face au nombre de victimes et aux pénuries, les collectivités doivent suspendre la crémation des corps appliquée traditionnellement au Japon, et recourir à des enterrements temporaires, les cérémonies devant se dérouler plus tard[70].

Des décès sont aussi relevés dans les zones touchées après les évènements en raison des stress psychologiques et physiques de la vie quotidienne durant cette période (décès de personnes de l'entourage ou de la famille, destructions des habitations...) , des fatigues occasionnées, du dysfonctionnement des structures de santé (hôpitaux, ...) et l'apparition de maladies comme des grippes ou des gastro-entérites dans les camps d'accueil de réfugiés posent des problèmes sanitaires[71],[72], ainsi que les températures négatives qui touchent la région à partir du 22 mars[70]. 282 décès sont ainsi constatés lors du mois suivant le séisme, dont 214 dans la seule préfecture de Miyagi[73], y compris 123 décès dans la seule ville d'Ishinomaki[74].

Le ministère des Affaires étrangères japonais a comptabilisé parmi les victimes, 19 étrangers décédés (Chinois, Canadiens, Nord-Coréens, Philippins, Taïwanais et Américains), et plusieurs douzaines disparus (principalement des Chinois et des Sud-coréens)[75].

Au 11 mai 2011, le bilan du séisme et du tsunami est de 14 981 morts et environ 9 850 disparus selon la police japonaise[76],[77]. Au 11 juin 2011, trois mois après la catastrophe, on dénombre 23 500 morts et disparus, sans plus d'espoir de retrouver des disparus survivants[78]. Plus de 90 000 personnes sont toujours sans domicile, réfugiées dans des centres d'accueil[78]. Le 11 août, 5 mois après la catastrophe, le bilan était de 15 689 morts et 4 744 disparus, d'après l'Asahi Shimbun[79].

Sur la préfecture de Fukushima, le bilan officiel et provisoire de la gestion post-accidentelle de cette catastrophe, tenu par l'Agence à la Reconstruction Japonaise, s'élève à 1 656 morts en février 2014 (1 415 morts en juin 2013, 1 263 morts en août 2012), surtout liées aux évacuations et à la relative fragilité des évacués, soit plus que les 1 607 morts dus au séisme et au tsunami, et plus de 150 000 déplacés, indifféremment pour le séisme, le tsunami ou pour l'accident nucléaire[80],[81],[82],[83],[84]. Jusqu'à août 2012, 90% des victimes étaient âgées de plus de 70 ans, la principale cause de décès était l'épuisement moral et physique des personnes fragiles à la vie en centre et au camps d'évacuation, ensuite viennent l'évacuation d'hôpitaux et de foyers de personnes âgées. En tout, 638 morts, dont 433 dans la seule préfecture de Fukushima, ont été déplorés pendant le premier mois du fait de la triple catastrophe de mars 2011, jusqu'à un millier de personnes sous les trois premiers mois. Entre autres, l'aggravation des maladies et le dysfonctionnement hospitalier seraient responsables de 283 victimes. D'autres causes sont énoncées comme l'échec de premiers secours dues au trafic ou à la destruction d'hôpitaux, les suicides, à cause de la perte de tous leurs biens et/ou de leur activité, toujours selon les chiffres de l'Agence à la Reconstruction Japonaise[80],[85],[86].

Populations déplacées[modifier | modifier le code]

La destruction d'habitations oblige les populations à chercher refuges dans des centres mis à leur disposition, et quelque 550 000 personnes sont ainsi évacuées[87]. Une semaine après le séisme, 387 000 personnes étaient accueillies dans quelques 2 200 structures d'accueil[88].

Enfants dans un camp de refuge dans la préfecture d'Aomori

Les dégâts du séisme et du tsunami ont créé un premier mouvement de départ en dehors des zones touchées. Les préfectures de la région du Kantō ouvrent à partir de la journée du 17 mars plusieurs abris à destination des populations du Tōhoku[89], suivies le lendemain par un groupe de sept préfectures de la région du Kansai[90]. Le même jour, le gouverneur de la préfecture de Miyagi appelle les habitants de sa préfecture à rejoindre d'autres régions en raison des problèmes d'hébergement[91].

Les conséquences potentielles de l'accident nucléaire de Fukushima créent elles aussi des déplacements de population. Dans un périmètre de 20 kilomètres autour de la centrale de Fukushima Daiichi, 110 000 habitants sont évacués par les autorités, ainsi que 30 000 autres personnes situés à 10 kilomètres autour de la centrale nucléaire de Fukushima Daini[92]. La zone d'évacuation autour de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi devient une zone interdite à la population au 22 avril en raison des contaminations radioactives[93]. Le gouvernement conseille par ailleurs aux habitants résidant dans une zone compris entre 20 et 30 km autour de la centrale de Fukushima Daiichi de l'évacuer, et lève ce conseil le 30 septembre[94].

Des déplacements sont aussi notés des zones exposées du Tōhoku et du Kantō vers la région du Kansai, alors que le gouvernement étudie sans la rendre officielle à l'époque la possibilité d'évacuer jusqu'à 30 millions de personnes résidant dans ces zones en cas d'aggravation de la situation[95]. Plusieurs firmes redéploient leurs effectifs vers cette région[96] ainsi que des ambassades[97]. Les premiers mouvements de retour d'entreprises vers le Kantō sont relevé à partir du 21 mars[98], et au 20 avril la plupart des ambassades ont rouverte à Tokyo[99].

Évacuation de ressortissants américains après le séisme.

Le rapatriement de ressortissants étrangers est aussi organisé par des pays étrangers en raison des risques nucléaires[100]. La Chine est le premier pays à offrir des moyens pour quitter le pays à ses ressortissants en fournissant des transports pour quelque 3 000 Chinois, suivi par l'Allemagne, le Royaume-Uni et la France[101]. Entre le 11 et le 22 mars, quelque 190 000 étrangers quittent le pays en passant par l'aéroport de Narita, contre 20 000 en temps normal[102]. Au niveau national, quelque 531 000 étrangers quittent le pays entre le 12 mars et le 8 avril, dont 244 000 la première semaine[n 4]. Parmi eux, 57 % soit 302 000 disposaient de permis de ré-entré sur le territoire, dont quelque 185 000 chinois, 107 000 sud-coréens, et 39 000 américains[103]. Des compagnies américaines et européennes organisent le transfert de leurs activités vers Osaka et d'autres villes du sud du pays[104], ainsi que vers d'autres métropoles de la région comme Hong Kong, et la question de leurs déplacements permanents se pose[105]. D'après une étude du gouvernement métropolitain, 25 % des étrangers habitant Tokyo ont temporairement quitté le pays après le séisme[106].

Sociétales[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Dans l'enseignement primaire et secondaire, le séisme oblige les établissements des préfectures touchées à annuler dans un premier temps les cérémonies de remise des diplômes qui se tiennent à la même époque de l'année, mais ceux-ci sont réorganisés peu à peu dans les semaines suivantes, y compris dans des centres d'évacuations[107]. La rentrée des classes qui se déroule en avril est aussi perturbée dans les quatre préfectures les plus touchées, et 155 établissements ne peuvent assurer de cours dans leurs locaux, ceux-ci étant détruits ou servant de refuges, touchant ainsi 27 600 élèves. Près de 670 000 manuels scolaires sont aussi détruits, et le ministère de l'éducation japonais procède à des distributions de nouveaux exemplaires pour les remplacer[108].

Étudiants de l'Université du Tōhoku lors d'une collecte de fonds à Tokyo

L'enseignement supérieur est touché à plusieurs niveaux. La période des examens d'entrée à l'université est perturbée par la catastrophe. Plusieurs établissements ont initialement programmé ces épreuves pour les 12 et 13 mars, et doivent les repousser de quelques heures pour permettre aux étudiants d'accéder aux salles d'examens, ou organisent des épreuves plus tard pour les étudiants venant des zones les plus fortement touchées[109],[110]. Le recrutement des nouveaux diplômés qui a lieu à la même période est lui aussi perturbé, à un moment où le nombre d'étudiants trouvant un emploi au terme de leurs études est historiquement au plus bas, et plusieurs grandes compagnies repoussent leur procédure de recrutement jusqu'à avril, ou juillet dans les zones les plus touchées[111]. L'accueil des étudiants étrangers est aussi perturbé[n 5], l'Université du Tōhoku à Sendai voit ainsi 90 % de ses 1 500 étudiants étrangers quitter la région, et à Tokyo, l'Université Waseda doit repousser d'un mois leurs rentrées[112]. Les dégâts causés par le séismes s'élèvent par ailleurs à quelque 90 milliards de yens, dont 35,2 milliards pour la seule université du tōhoku à Sendai[114].

Industrie du spectacle[modifier | modifier le code]

Affiche signalant l'annulation de match de baseball dans la région d'Osaka

Le déroulement d'épreuves sportives est aussi touché. Les matchs de gala de baseball professionnel prévus les 12 et 13 mars sont annulés[115],[116], une première depuis le séisme de 2008 à Iwate[115], et la Pacific League, l'une des deux ligues professionnelles de baseball japonais, repousse le début de sa saison du 18 au 25 mars[117]. Les matchs de première et deuxième division du championnat du Japon de football prévus le week-end des 12 et 13 mars sont eux aussi annulés[118], et les matchs de la Ligue des champions de l'AFC dans lesquels des équipes japonaises sont engagées sont repoussés[119]. La Basketball Japan League comme la Japan Basketball League annulent leurs matchs du weekend, et cette dernière annonce qu'elle met fin à la saison en cours[120]. Les Championnats du monde de patinage artistique 2011, prévus pour se dérouler du 21 au 27 mars au Yoyogi National Gymnasium de Tokyo, sont eux aussi annulés[121].

L'industrie des médias est aussi touchée. Les évènements entourant les sorties de films le vendredi sont annulées dans l'ensemble du pays le jour du séisme. Des films dont les thèmes sont jugés trop sensibles au vu des évènements voient leur sortie repoussée ou sont retirés des salles[n 6],[122], et des sorties de jeux vidéo sont elles aussi repoussées ou annulées pour des raisons similaires[123].

Effets sur les infrastructures[modifier | modifier le code]

Centrales nucléaires[modifier | modifier le code]

Carte des centrales nucléaires au Japon, avec mise en avant des accidents liés au séisme du 11 mars 2011

Quatre centrales nucléaires abritant quatorze réacteurs, les plus proches de l'épicentre, ont été particulièrement exposées à l'onde du tremblement de terre et à la violence du tsunami. Il s'agit des centrales de Fukushima Daiichi, de Fukushima Daini, d'Onagawa et de Tokai.

La perte des systèmes de refroidissement des réacteurs no 1 et 2 des six réacteurs à eau bouillante de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, les plus anciens, situés dans la centrale numéro un de Fukushima a été constatée. Ces réacteurs ont été mis en état d'alerte nucléaire[124]. Un taux de radioactivité 1 000 fois supérieur à la normale a été détecté dans la salle de contrôle de la centrale no 1 de Fukushima[125]. Le gouverneur de la préfecture de Fukushima a décidé l'évacuation de six mille personnes, d'abord dans un rayon de 3 km autour de la centrale, puis étendu à 20 km en raison d'un possible lâcher de vapeur radioactive pour diminuer la pression dans l'enceinte de la centrale. Une explosion s'est ensuite produite, entraînant l'effondrement du bâtiment entourant le réacteur numéro 1. Un incendie s'est également déclaré dans la centrale nucléaire d'Onagawa, et a été maîtrisé sans qu'aucune fuite radioactive ne soit détectée dans l'immédiat[126].

Onze réacteurs situés en zone touchée se sont automatiquement arrêtés, selon le ministère de l'Industrie[126], dans quatre centrales (cinq selon le Premier ministre Naoto Kan qui a pris la direction d'une cellule de crise) où ils se sont « arrêtés en toute sécurité », et automatiquement selon l'AIEA qui est en contact avec l'agence japonaise Nuclear and Industrial Safety Agency (NISA)[126].

Le 13 mars, une explosion du bâtiment externe du réacteur 1 a lieu à la centrale Fukushima I, suivie d'une autre (voire double) le 14 mars au matin, au niveau du toit du réacteur 3, puis d'une autre le 15 mars cette fois-ci sur la structure externe du réacteur 2. Le but est de faire diminuer la pression, mais l'inconvénient de ces déflagrations provoquées est le rejet d'éléments radioactifs dans l'atmosphère et un risque de fragilisation des enceintes. L'Agence de sûreté nucléaire japonaise tente de rassurer, soucieuse d'éviter une panique. Le 15 mars, TEPCO décide d'évacuer tous ses employés, ne laissant que quelques pompiers sur place pour tenter de refroidir quatre réacteurs gravement endommagés.

Des opérations de refroidissement des réacteurs via canons à eau, couplées au rétablissement de électricité se mettent alors en place. Le 28 mars, TEPCO fait appel aux groupes industriels publics français spécialisés dans le nucléaire Areva et EDF, ainsi qu'aux experts du CEA, afin qu'ils apportent leur aide à tenter de circonscrire la catastrophe en cours sur 4 des 6 réacteurs du complexe[127]. L'arrêt à froid est officiel atteint le 16 décembre[128].

Le démantèlement de la centrale est étudié avec la remise le 21 octobre d'un rapport prévoyant des opérations s'étalant sur 40 ans[129].

Autres structures énergétiques[modifier | modifier le code]

Incendie de la raffinerie de la Cosmo Oil à Ichihara dans la préfecture de Chiba

D'autres sources d'énergie du Japon ont été touchées, et le 13 mars, environs 2,6 millions de foyers sont sans électricité[130]. Ce chiffre est ramené à 168 586 au 2 avril[131].

Des incendies dans des raffineries se déclarent après le séisme, comme celle de Cosmo Oil à Ichihara[132], ou dans une autre raffinerie à Chiba[133] qui produit quelque 220 000 barils par jour[134], toutes deux dans la région de Tokyo. Une explosion dans la raffinerie de Shiogama dans la région de Sendai est aussi signalée[135], laquelle produit quelque 145 000 barils par jour[134]. D'autres raffineries sont plus légèrement endommagées et doivent suspendre leurs activités. La réouverture de celle de la JX Nippon Oil & Energy Corp de Yokohama, l'une des plus grandes du pays, intervient le 21 mars[136]. La production journalière de pétrole revient à 3,4 millions de barils fin mars, ce qui reste inférieur à la demande intérieure[137]. La production d'éthylène nationale connait une baisse de 25 %[138].

Les énergies hydroélectriques sont aussi touchées. le 11 mars, le Barrage Fujinuma, préfecture de Fukushima se rompt et des maisons sont emportées[139],[140]. Le lendemain, 252 barrages sont inspectés, et des craquelures peu profondes sont découvertes sur six d'entre eux, sans que ni leurs capacités de production ni leurs sécurités ne soient affectées[141].

La mise hors service des centrales nucléaires fait peser sur le réseau électrique japonais un risque de blackout, la demande étant de 41 millions de kW là où l'exploitant, The Tokyo Electric Power Company, ne peut plus fournir que 32 millions de kW. Des coupures de courant affectant tour à tour neuf préfectures[n 7] sont approuvées par le Premier ministre Naoto Kan le 13 mars[142], et touchent 47 millions de personnes, soit 37 % de la population japonaise[143]. L'acheminement d'électricité depuis l'ouest du pays est par ailleurs limité, cette zone étant gérée par la Kansai Electric Power Company qui produit de l'énergie à 50 hertz, contre 60 hertz pour celle produite par The Tokyo Electric Power Company, et les deux transformateurs situés dans les préfectures de Shizuoka et de Nagano ne peuvent traiter que 1 000 mégawatts par jour[144]. Des restrictions sont aussi mises en place du 1er juillet 2011 au 9 septembre 2011 de manière à économiser environs 15 % d'électricité[145]. Dans le même temps les centrales nucléaires de l'archipel sont mises à l'arrêt progressivement, et début décembre 2011 85 % du parc nucléaire est à l'arrêt ; ce type d'énergie qui représente avant le séisme 30 % de la production d'électricité ne représente alors plus que quelques pour-cents[146].

Ports[modifier | modifier le code]

Le port de Sendai après le passage du tsunami

Aucun port industriel majeur du pays n'est touché gravement par les conséquences du séisme, contrairement au séisme de 1995 de Kōbe où l'épicentre avait touché le premier port du pays, et ni les capacités d'importations ni celles d'exportations ne sont significativement impactées[147]. Par ailleurs le Japon dispose de protections contre les tsunamis ou les typhons sur près de 40 % de ses 35 405 km de côtes sous forme de brises lames, d'épis ou de digues[148].

Dans la région autour de l'épicentre, après un délai de 10 minutes suivant la première secousse, le port de Sendaï est touché par des vagues de 10 mètres[149], et ceux de Rikuzentakata et de Minamisanriku sont complètement submergés[150]. Dans la baie de Kamaishi, le brise-lame inauguré en 2009 et alors le plus important au monde est détruit. La digue de Miyako longue de 2,5 km est quant à elle détruite sur plusieurs points[151]. La remise en service des 15 ports nationaux situés dans la zone touchée s'étale jusqu'au 23 mars, date à laquelle le ministère chargé des transports annonce la réouverture partielle du port d'Ishinomaki[152].

Plus loin, le port de Hakodate dans l'île de Hokkaidō est submergé par des vagues de 2 mètres[153]. Les effets du séisme incluent quelques fumées visibles d'un bâtiment au port de Tokyo avec certaines parties du port inondées.

Les ports situés au sud de la capitale sont tous remis en fonction le lundi 14 mars, date à laquelle les ports situés au nord continuent à être inspectés. Les dégâts dans les ports de Hachinohe, de Sendai, d'Ishinomaki et d'Onahama, spécialisés dans le transport de conteneurs, imposent des durées de reconstruction de plusieurs mois, alors que ceux des ports de Kashima, neuvième port pour conteneurs du Japon, et de Hitachinaka se comptent en semaines[154]. Le port de Sendai rouvre partiellement le 16 avril[155]. Concernant les ports de pêche, 319 sont touchés par les effets du séismes et du tsunami. Un an plus tard, au 18 avril 2012, 311 ont repris leurs activités[156].

Transports[modifier | modifier le code]

Ligne Senseki détruite au niveau d'Higashimatsushima

Les axes routiers sont touchés, et 1 232 lieux où les dégâts sont importants sont relevés[91]. Plusieurs sections de l'autoroute du Tōhoku qui dessert le nord du Japon sont endommagées[157], mais elle est ouverte dès la semaine suivante pour les véhicules de secours[91], et dès le 24 mars pour le service régulier[152].

Les Shinkansen au départ et à l'arrivée de Tokyo sont suspendus le jour même, mais aucun déraillement n'est signalé. La ligne Shinkansen Tōkaidō reprend son service plus tard dans la journée du 11, et retrouve un niveau de trafic normal le jour suivant, alors que les lignes du Jōetsu et de Nagano ne sont remises en fonction que le 12 ; dans la région du Tōhoku la ligne du Tōhoku qui relie la capitale à Sendai et Morioka reste fermée en raison des dégâts[158] ; le tronçon reliant Tokyo à Sendai est rouvert après des travaux le 25 avril, et le 29 avril celui reliant Sendai à Ichinoseki est le dernier tronçon de cette ligne à être rouvert[159]. La ligne Akita qui relie Akita à Morioka est rouverte le 18 mars[91]. Les travaux de remise en état se poursuivent jusqu'au retour complet à un service normal le 23 septembre 2011[160].

Plusieurs autres lignes, dont la totalité de celles de la East Japan Railway Company, sont aussi suspendues[161]. 23 gares sont détruites par le tsunami dans la région de Tōhoku, et sept lignes sont touchées sur 680 lieux, totalisant quelque 22 kilomètres de lignes endommagées[162]. Dans la région de Tokyo, la suspension des transports ferroviaires bloque quelque 100 000 personnes dans la capitale le jour du séisme et des hébergements sont mis en place par la municipalité[163], avant que la plupart des trains ne soient partiellement remis en fonction le 12 mars[164], mais touchés par les limitations de courant mises en place à partir du 14 mars[143].

Aéroport de Sendai après le passage du tsunami

Les services des aéroports de Narita et de Haneda dans la région deTokyo sont suspendus après le séisme, les vols étant déroutés vers des aéroports du sud du pays, et dix avions sont déroutés vers la base militaire proche de Yokota Air Base[165]. Plusieurs compagnies étrangères reportent ou annulent leurs vols vers la capitale le jour du séisme[166]. Le lundi 14, la totalité des aéroports avait rouvert, à l'exception de celui de Sendai pour lequel le bureau de l'aviation civile japonaise prévoyait une réouverture pour le 15 ou 16 mars[154] pour les vols humanitaires[91], et qui rouvre à partir du 13 avril pour les vols commerciaux[167] avant de retrouver un service complet au 25 septembre[168]. En raison des problèmes nucléaires, plusieurs compagnies aériennes suspendent leur desserte de la capitale à partir du 15 mars[169].

Télécommunications[modifier | modifier le code]

Le réseau Internet japonais connaît une chute de 27 % du nombre de requêtes au moment du séisme, mais le taux revient à la normale au bout d'une heure. De la vingtaine de câbles sous-marins qui relient le Japon au reste du monde, seul un petit nombre est rompu ou endommagé[170]. Plusieurs entreprises se tournent vers le télétravail pour éviter à leurs employés de se déplacer, et une entreprise comme NTT DoCoMo enregistre à Tokyo un gain de 150 entreprises se tournant vers ce type de service dans le mois suivant le séisme[171].

Le réseau mobile est le plus touché, et 13 000 émetteurs des trois principaux opérateurs, NTT DoCoMo, Softbank et KDDI sont hors service au soir du 12 mars, soit en raison des dommages causés par le séisme ou le tsunami, soit par le manque d'électricité[172]. On estime alors à quelque 6 000 le nombre de stations de base mises hors service dans le nord du pays. Les opérateurs mettent en service des téléphones satellitaires pour couvrir les zones les plus touchées, et ouvrent gratuitement leurs points d'accès Wi-Fi. Une restriction des communications est par ailleurs mise en place par ceux-ci[170]. La remise en service se fait progressivement, mais au 2 avril, 1,100 émetteurs ne sont pas remis en service[172].

Les lignes téléphoniques sont aussi touchées, et environs 1 88 million d'entre elles sont au sol au 13 mars. Ce chiffre est ramené à 95 000 au 2 avril. 65 000 poteaux téléphoniques et 6 300 km de lignes sont cependant détruites par les effets conjugués du séisme et de tsunami[172].

Conséquences économiques[modifier | modifier le code]

Selon une estimation de l'ONU, le séisme a causé en 2011 des pertes économiques de l'ordre de 210 milliards de dollars, soit près de 57,4 % des pertes enregistrées cette année là à la suite d'un désastre[173].

Effets sur la finance[modifier | modifier le code]

Plusieurs conséquences sont visibles dès après le séisme. Le Nikkei 225 de la bourse de Tokyo accélère sa chute de la journée, alors qu'il ne reste qu'un quart d'heure de cotation avant la clôture lorsque le phénomène est ressenti, et clôture la journée du vendredi 11 mars en baisse de 1,7 %, à 10 254,43 points[174]. La journée du lundi 14 voit la bourse de Tokyo clôturer en baisse de 6,18 %[175], celle du 15 en baisse de presque 10 %, avant de clôturer en hausse de 5,68 % le 16 mars[176]. Par ailleurs, la valeur du yen sur les marchés recule dans un premier temps, passant d'un dollar pour 82,75 yens en fin de matinée, à un dollar pour 83,30 yens dans les minutes qui suivent le séisme[174], avant de reprendre de la valeur face à l'euro et au dollar américain à la suite de rapatriements de fonds[177]. Les jours suivants voient une hausse de la valeur du yen face au dollar, soutenue par des spéculations sur des rapatriements de fonds au Japon, et qui amènent celui-ci à la valeur de 76,25 yens pour 1 dollar, un taux jamais atteint depuis la fin de l'occupation[178], et qui entraîne le 18 mars une intervention concertée des pays du G7 pour faire baisser celui-ci[179].

Le jour même, la banque du Japon affirme qu'elle agirait dans les semaines suivantes de manière à assurer un fonctionnement satisfaisant du marché[180] et injecte dès le 13 mars 2011 55 milliards de yens à 13 établissements financiers du Nord-Est pour faire face aux demandes de retrait d'argent liquide[181], puis 15 000 milliards de yens[n 8] sur les marchés dans la journée du lundi 14 mars[175], puis 5 000 milliards de yens dans la journée du 15 mars[182]. Ces interventions continuent pour atteindre un total de 28 000 milliards de yens le 17 mars[178] et de 37 000 milliards de yens le 18 mars, soit l'équivalent à cette date de 8,55 % du PIB du Japon en 2010[179]. Elle consent par ailleurs le 7 avril des prêts d'un an jusqu'à hauteur de 1 000 milliards de yens aux entreprises les plus touchées[183].

Dans les jours suivant la catastrophe, les premières estimations chiffrent les dégâts en dizaines de milliards d'euros[184], mais les entreprises du secteurs ne disposent pas de modèles précis pour chiffrer les conséquences économiques de ce type d'événement[185]. Les réassureurs sont touchés par les conséquences économiques du séisme[186], et les entreprises européennes du secteur estiment leurs pertes potentielles de un à deux milliards d'euros[187]. Le 21 mars, la Banque sur l'économie de l'Asie de l'Est et du Pacifique estime que la catastrophe devrait coûter entre 122 et 235 milliards de dollars (86 à 165 milliards d'euros), soit entre 2,5 et 4 % du PIB du Japon[188].

D'après l'OCDE au 5 avril, « la perte en termes de capital physique s’établirait entre 3,3 et 5,2 % du PIB, et la croissance au Japon devrait perdre de 0,2 à 0,6 points de pourcentage (il ne s’agit pas de taux annuels) au cours du premier semestre et entre 0,5 et 1,4 points au deuxième »[189]. Le journal Nikkei évoque le même jour un PIB contracté de 0,6 % en rythme annualisé au premier trimestre 2011 par rapport au précédent, puis de 2,6 % au deuxième[190].

Impacts sur l'industrie[modifier | modifier le code]

Voir aussi les articles détaillés sur les conséquences sur l'industrie automobile, sur l'industrie agro-alimentaire, et sur le tourisme
Usine de papier à Ishinomaki après le passage du tsunami.

Les régions touchées, le Tōhoku et le Kantō, comptent pour respectivement 8 et 40 % du produit intérieur brut du Japon, alors troisième économie mondiale[191], et les trois préfectures les plus touchées, Iwate, Miyagi et Fukushima, représentent elles 4 % du PIB, soit l'équivalent de la préfecture de Hyogo où a eu lieu le séisme de 1995[192]. Selon Tōkyō Shōkō Research (東京商工リサーチ?), parmi les sociétés cotées en bourse, au 16 mars 71 % d'entre elles ont été touchées par le séisme : 29,5 % ont dû à un moment cesser toute activité, et 30,1 % ont subi des dommages partiels[193] ; au niveau des petites et moyennes entreprises, des enquêtes de chambres du commerce régionales effectuées pendant la deuxième moitié du mois de mars font ressortir que 78,7 % d'entre elles ont été impactée directement ou indirectement dans la Nagoya, 75,6 % dans la préfecture d'Osaka, 75 % dans celle de Hyōgo, 72 % dans celle de Kyoto, 61,1 % dans celle de Takamatsu, et 61,1 % d'entre elles dans la préfecture de Sapporo[194]. Finalement, la production industrielle en mars 2011 a baissé de 15,3 % par rapport à celle de février, un record[195]. Dans le détail, elle a baissé de près d'un tiers dans les zones touchées, et néanmoins de 13,5 % dans les autres, les Japonais ayant dans le même temps réduit leurs dépenses[195].

Plusieurs entreprises ayant des usines dans la région du Tōhoku doivent y suspendre leurs productions, notamment des constructeurs automobiles comme Toyota, Nissan ou Honda[196]. Le secteur qui représente 13 % de la production mondiale dont la moitié est destinée aux exportations, et qui fonctionne sur le modèle du toyotisme, est exposé aux ruptures de stock induites par le séisme. Les pertes journalières pour ces constructeurs dues à ces ruptures de production sont estimées à 2 milliards de yens pour Nissan et Honda, et à 6 milliards de yens pour Toyota[197]. Au 31 mars, la production de près de 600 000 véhicules dans le monde a été perdue par les conséquences du séisme[198]. Ces problèmes d'approvisionnements se transmettent à des constructeurs concurrents situés dans d'autres continents, et des firmes comme PSA Peugeot Citroën ou General Motors annoncent à partir du 21 mars des baisses dans leurs productions[199], ou comme Ford qui ferme une usine en Belgique pour 5 jours à partir du 4 avril[200]. La relance de chaines de productions au Japon commence à partir du 28 mars avec l'annonce de Toyota de reprise de production de trois modèles de véhicules[201]. Fin mars, les trois constructeurs annoncent la relance de la totalité de leurs usines pour des dates allant du 11 au 18 avril, et à 50 % de leurs capacités[202], et les projections tablent sur une relance des chaines de production à 60 % entre juillet et septembre, et à 100 % entre octobre et décembre[203]. La reprise est cependant perturbée par les inondations qui touchent la Thaïlande lors de l'été 2011 qui touchent des fournisseurs, et un niveau de production égale à celui observé avant le séisme n'est observé que fin-2011[204].

Les fabricants d'électronique sont aussi concernés, comme Toshiba ou Sony[205] en raison de dégâts dans les infrastructures ou de ruptures d'approvisionnement. Le Japon représente près de 60 % de la production mondiale de wafer, et les principaux fabricants comme SEH ou Sumco annoncent alors que plusieurs de leurs usines sont endommagées[206]. Les entreprises du domaine de la photographie numérique, secteur dans lequel le pays compte pour 49 % de la production mondiale, annoncent elles aussi des dégâts dans leurs usines ainsi que des problèmes de stock[207]. D'autres productions comme celles d'écrans plasma, de panneaux photovoltaïques, de mémoires flash ou de batteries qui sont faites en grande partie au Japon ou qui dépendent de pièces qui y sont fabriqués doivent faire face à des problèmes de pénuries[208].

Épave dans le port de Sendai.

L’industrie agroalimentaire, qui représente 1 % des exportations du pays[209], est touchée à plusieurs niveaux. Les destructions dues au tsunami ont touché dans la préfecture d'Iwate les élevages de coquilles Saint-Jacques, d'huitres ou d'oursins, mais aussi les infrastructures portuaires dédiées à la pêche côtière[210]. Les contaminations radioactives touchent l'agriculture, et plusieurs pays suspendent leurs importations de végétaux japonais[211], et la pêche est aussi touchée, plusieurs animaux marins sont concernés par des cas de contaminations[210]. Les outils de transformations comme des brasseries sont par ailleurs touchées, et une centaine d'entre elles doivent suspendre leurs activités[212].

Dans le tourisme, en près d'un mois, 560 000 personnes ont annulé leur réservation d'hôtel, et le nombre de voyageurs étrangers baisse de plus de 700 000 par rapport à 2010 sur cette période[213]. Selon JTB Corporation (en), le nombre de voyageurs pendant la Golden Week doit baisser de près de 28 % par rapport à 2010[214]. Les nombre de visiteurs étrangers revient à un niveau antérieur au séisme à partir d'avril 2012[215].

Impacts environnementaux[modifier | modifier le code]

Le Pin des miracles, le seul pin de Takata-matsubara (en) ayant survécu au tsunami est menacé par la salinité des sols[216].

Le tremblement de terre a dégradé les systèmes d'assainissement et d'épuration de l'eau (autonomes, urbains et industriels) d'une partie du pays, et une quantité de déchets et débris de toute nature est dispersée dans l'océan Pacifique. Les sols sont aussi pollués par des déchets chimiques ou des toxines[217]. En raison des 25 millions de tonnes de débris en mer, une zone de 110 km au large des côtes est rendu impropre à la navigation le mois suivant le séisme selon les garde-côtes japonais[218]. Ces déchets marins dérivent par la suite vers l'est dans le courant de Kuroshio à une vitesse de 8 à 17 km/h pour atteindre selon les premières estimations l'archipel d'Hawaï au printemps 2012, ou atteindre plus tard la zone de convergence de l'est de l'océan Pacifique[219] et s'agréger dans le gyre du Pacifique Nord[220], mais la vitesse de ces premiers débris est par la suite revue à la hausse[221]. Ainsi le chalutier fantôme Ryō Un Maru, parti à la dérive après que ses amarres se furent rompues à cause du tsunami, a atteint la côte canadienne en mars 2012[222].

Les terres arables, pour la plupart des rizières, sont encombrées dans les zones côtières de boues et d'eau salé qui rendent impropres aux cultures quelque 23 600 hectares[223]. Le traitement des débris laissés dans les terres après le passage du tsunami pose aussi problème[224], et les premières estimations évaluent à 26,7 millions de tonnes le volume de débris à traiter[225].

Les rejets dans l'atmosphère de matières radioactive du réacteur N°2 de la centrale de Fukushima Daiichi représentent entre 370 000 et 630 000 térabecquerels[226]. Une fuite de 520 tonnes du 1er au 6 avril relâche entre 5 000 térabecquerels[226] et 15 000 térabecquerels[227] en pleine mer. Les particules radioactives émises à la suite des accidents nucléaires de Fukushima sont détectées dans l'atmosphère à partir du 15 mars près de la centrale, ce qui conduit à une fermeture de l'espace aérien dans un périmètre de 30 km autour de celle-ci[228]. Le lendemain, le nuage est détecté dans la capitale, mais ce pic au maximum de 0,5 microsieverts par heure ne durera qu'une seule journée. Bien que ce niveau soit négligeable en termes de radioprotection (en France, la limite justifiant une zone surveillée radiologique est de 2,5 µSv/h), la CRIIRAD annonce à la suite d'une série de mesures que « le niveau de radioactivité de l'air a très fortement augmenté sur Tokyo le (mardi) 15 mars », suscitant l'inquiétude[229]. Le nuage prend les jours suivants la direction de l'est vers l'océan Pacifique, se diluant en cours de route, et arrive sur les côtes de Californie le 18 mars[230], et l'Europe continentale le 23 mars[231], suscitant un grand émoi médiatique.

Modélisation de dispersion des radionucléides émis dans l'air au 18 mars[232]

Les effets des accidents nucléaires de Fukushima sont aussi mesurables au niveau de la biocénose. Dans la préfecture de Fukushima, des taux en iode-131 cinq à dix fois supérieurs aux normes sont relevés dans du lait le 20 mars, de l'ordre de 1 510 becquerels par kilogramme contre les 300 becquerels autorisés par la loi japonaise. Le même jour, l'élément est aussi relevé dans des épinards produits dans la préfecture d'Ibaraki avec des taux de l'ordre de 8 420 becquerels à 15 020 becquerels par kilogramme là où la loi japonaise autorise des taux de 2 000 becquerels[233]. Des contaminations sont aussi relevées dans des Ammodytidae pêchées dans la préfecture d'Ibaraki le 5 avril, dans lesquelles le taux de césium relevé est de 526 becquerels par kilogramme, contre une limite de 500 prévue dans la loi japonaise[234]. Dans la région de Tokyo sont relevées le 20 mars des traces de radioactivités dans des épinards produits à 110 km au nord de la capitale, ainsi que dans l'eau distribuée dans la région du Kantō[233]. De premières interdictions de vente de produits frais sont émises à partir du 21 mars, et touchent les productions des quatre préfectures de Fukushima, Ibaraki, Gunma et de Tochigi[235]. La zone touchée compte pour 20 % de la production nationale de riz, et les ports traitent le quart des poissons et fruits de mer consommés au Japon[236].

Réactions[modifier | modifier le code]

Réponses ou suites scientifiques et techniques[modifier | modifier le code]

Document en format pdf de données de l'USGS enregistrées à la suite du séisme

Des chercheurs se sont mobilisés dans le monde entier pour évaluer le risque de répliques graves ou de nouveau tsunami associé, ainsi que pour répondre aux questions des médias, ou d'agences techniques concernées, d'autant qu'un tremblement de terre de cette intensité était attendu dans cette région avant 2040, mais plus au sud (ou avec une moindre intensité). Ils cherchent donc aussi, en dépit de la situation tragique des zones sinistrées et malgré la situation de crise, à collecter des données d'intérêt scientifique sur le séisme. Au Japon, mais aussi dans le monde entier. Ainsi, le Directeur scientifique du projet américain Risques multiples (Multi-Hazards project, USGS), ou Andreas Reitbroc (professeur de sismologie à l'Université de Liverpool, estiment que ce tremblement de terre ayant eu lieu dans le pays disposant des « meilleures informations sismiques au monde », devrait permettre — pour la première fois — un recueil de données permettant une modélisation plus fine du risque sismique, et peut-être dans les moindres détails. « [Le séisme au Japon] nous donne, pour la première fois, la possibilité de modéliser dans le détail ce qui s'est passé lors de la rupture d'un tremblement de terre[237]. » Dans le domaine des normes et constructions antisismiques, Tom Heaton, ingénieur sismologue estime aussi que « la tragédie pourra fournir des informations sans précédent sur la façon dont les bâtiments ont résisté à de longues séries de secousses sismiques — et donc sur la façon de mieux construire. » James Cave (professeur agrégé de sciences terrestres et planétaires à l'université Harvard) confirme que les données issues de ce tremblement de terre devraient fournir de nouveaux détails pour le quake-proofing (résistance aux séismes) des grandes zones urbaines à l'avenir[238].

Les sismologues attendent toujours un grand tremblement de terre encore plus important, dit « The Big One » (nom donné à un séisme comparable attendu sur la côte ouest des États-Unis). Certains l'attendaient sur le littoral oriental, mais plus au sud, comme près de l'épicentre du tremblement de terre de Kanto de 1923 dans la Fosse de Sagami, au sud-ouest de Tokyo[239],[240].

Depuis 1976, à la suite des travaux de Katsuhiko Ishibashi, un grand tremblement de terre est attendu dans la Fosse Suruga. Le gouvernement suit les mouvements tectoniques des plaques de la région, en préparation d'un évènement dit tremblement de terre de Tokai, qui pourrait être « The Big One » redouté[241] (par le passé, des vagues de tsunami sont supposées avoir plusieurs fois dépassé 30 m de hauteur au Japon).

Politique intérieure japonaise[modifier | modifier le code]

Le séisme intervient à un moment où le Premier ministre Naoto Kan connaît plusieurs difficultés politiques qui mettent en cause la survie de son gouvernement. Une affaire de financement politique illégal, une opposition au sein de son propre parti le Parti démocrate du Japon, ainsi que des oppositions au parlement pour le vote des lois du Budget de l'État japonais pour l'exercice fiscal débutant le 1er avril ont érodé la popularité du chef du gouvernement[242]. Des élections locales doivent aussi se tenir dans les semaines suivantes, comme à Tokyo où le gouverneur Shintarō Ishihara est en course pour un quatrième mandat[243]. Les réponses à apporter à ce type de situation de crise ont par ailleurs été retravaillées depuis le séisme de 1995 de Kōbe[244].

Le Premier ministre Naoto Kan en visite à Ishinomaki le 10 avril

Le Premier ministre Naoto Kan mobilise dès le 11 mars une partie des navires des Forces japonaises d'autodéfense, et une cellule de crise est mise en place[n 9]. Le gouverneur de la préfecture de Miyagi demande le même jour que les forces terrestres des Forces japonaises d'autodéfense soient aussi mobilisées[245]. En raison de problèmes de communication entre le gouvernement et The Tokyo Electric Power Company qui gère la centrale de Fukushima[246], le Premier ministre annonce la mise en place d'un quartier général commun le 15 mars[247]. Yoshito Sengoku, ancien secrétaire général du Cabinet, est rappelé au gouvernement le 17 mars pour venir renforcer l'équipe s'occupant des conséquences du séisme[248]. Le secrétaire général du Cabinet Yukio Edano apparaît régulièrement dans les médias ou via Twitter[249] pour communiquer sur la situation, le Premier ministre n'intervenant pas publiquement pendant la semaine du 18 au 25 mars[250], et à la faveur de sa gestion des événements, Yukio Edano commence à acquérir au fil des conférences de presse, un profil de potentiel futur premier-ministrable selon plusieurs observateurs[249].

Concernant l'opposition, Sadakazu Tanigaki, dirigeant du principal parti d'opposition PLD, annonce le 13 mars que son parti et celui au pouvoir étaient en discussion pour mettre en place des taxes suffisantes pour assurer ce financement[251]. Cependant, il rejette le 19 mars les demandes du premier ministre de rentrer au gouvernement, tout comme le font le même jour d'autres partis d'opposition[252]. L'idée de coalition réunissant partis d'opposition et de majorité est rediscutée au début du mois d'avril[253], mais le leader de l'opposition Sadakazu Tanigaki demande comme prérequis la démission du premier ministre[254].

Au niveau local, les élections qui devaient se tenir au mois d'avril sont repoussées de deux à six mois dans les régions les plus durement touchée[255],[91],[n 10]. Dans la préfecture de Tokyo, le gouverneur Shintarō Ishihara, met en place le 16 mars une équipe spéciale pour suivre gérer les conséquences locales des accidents nucléaires de Fukushima[257] alors que la municipalité ne dispose pas de plan préétablis pour faire face aux conséquences de possibles retombées radioactives[258]. Il doit par ailleurs s'excuser publiquement pour avoir déclaré que le tsunami était une « punition divine contre les Japonais qui s'étaient rendus coupables d'égoïsme »[243], et débloque une aide de 10 milliards de yens en faveur de la région du Tōhoku[257]. Dans la préfecture de Miyagi, le gouverneur Yoshihiro Murai appel le 18 mars les habitants de la préfecture à rejoindre d'autres région en raison des problèmes d'hébergement[91].

L'empereur Akihito intervient tout d'abord sous la forme d'un communiqué de presse le 12 mars[259], puis à la télévision japonaise le 16 mars, chose qui n'était pas arrivée lors du séisme de 1995 de Kōbe, pour un « message aux sinistrés »[260]. Les propriétés que la maison impériale possède dans la région touché sont par ailleurs ouvertes aux réfugiés, et les aliments qui y sont produits distribués[261]. Le couple impérial visite par ailleurs plusieurs lieux touchés par le désastre dans les semaines qui suivent[262].

Médias[modifier | modifier le code]

Manchettes des journaux japonais le lendemain du séisme.

La chaîne de télévision nationale Japan Broadcasting Corporation (NHK) suspend ses programmes dès 14:48 pour couvrir sans interruption les évènements et diffuse les premières images du séisme au reste du pays comme à l'international via NHK World. La chaîne, qui doit statutairement fournir une couverture les désastres pouvant se dérouler dans l'archipel, dispose alors de 46 stations locales, de 14 hélicoptères en état de veille permanente, ainsi que 460 caméras contrôlées à distance dans des endroits sensibles comme des ports[263]. De nombreuses autres chaînes télévisées japonaises diffusent également les informations sans interruption. Ustream Asia diffuse les images de NHK, Tokyo Broadcasting System, Fuji TV, TV Asahi, TV Kanagawa et CNN sur Internet depuis le 12 mars 2011[264]. La plupart de ces chaînes commerciales recommencent à diffuser leurs programmes normaux à partir du 14 mars[265].

Les journaux japonais du lendemain du séisme appellent les politiques du pays à coordonner leurs efforts pour faire face aux conséquences du séisme[266], avant de critiquer dès le 13 mars le gouvernement de Naoto Kan pour sa vitesse de réaction et sur sa communication autour des accidents nucléaires de Fukushima[267], les premières critiques venant des journaux conservateurs hostiles au gouvernement[242].

Les médias étrangers relaient dans un premier temps les images fournis par les médias locaux. Une photo de Tadashi Okubo, journaliste du Yomiuri Shimbun, prise dans la ville de Ishinomaki après le passage du tsunami, est ainsi largement reprise par la presse étrangère[268]. Ils notent aussi l'absence de cadavres parmi les images diffusées par les Japonais[269],[270]. Ils sont par ailleurs critiqués au Japon[271] et dans plusieurs pays pour leurs traitements jugés biaisés en faveur de la capitale et au détriment de la région du Tōhoku[272] ou des autres régions non touchées du Japon[273], ou aux tonalités sensationnalistes[274],[275]. Des problèmes de traduction touchent aussi la collecte et la diffusion d'information à l'étranger[276],[n 11], et contrairement au séisme de Kōbe, le ministère des affaires étrangères japonais n'est intégré à la cellule de crise mise en place par le gouvernement et aucun porte-parole de langue maternelle anglaise n'est intégré au dispositif[277]. Le premier ministre signe par ailleurs le 16 avril un article en anglais dans l'International Herald Tribune, The Washington Post et The New York Times pour exprimer son « regret » quant aux accidents nucléaires de Fukushima[278], et deux japonais liés aux évènements, Katsunobu Sakurai et Takeshi Sanno, sont retenus le Time dans sa liste des 100 personnalités les plus influentes du monde cette année là[279]. L'accès à Internet est par ailleurs filtré par certains pays, la Chine empêchant les recherches relatives aux « fuites nucléaires » d'être affichées, et les États-Unis empêchant à ses soldats présents sur place l'accès à des sites comme YouTube ou Google Video[280].

Personnalités et intellectuels[modifier | modifier le code]

Plusieurs auteurs japonais s'expriment sur les évènements dans les jours suivant le séisme. Le prix Nobel de littérature Kenzaburō Ōe déclare ainsi que « l'histoire du Japon est entrée dans une nouvelle phase, et une fois de plus nous sommes sous le regard des victimes du nucléaire »[281], et enjoint le gouvernement à abandonner définitivement l'énergie nucléaire[282]. Ryū Murakami quant à lui, voit dans la réaction des Japonais un message d'espoir[283], et le mangaka Motarō Mase y voit une source d'inspiration pour les artistes japonais et étrangers[284]. À ces voix s'ajoute celle d'Haruki Murakami en juin, qui y voit la seconde frappe nucléaire infligée au Japon après celle d'Hiroshima[285].

Des cinéastes prennent aussi position. Le réalisateur Yōji Yamada annonce en avril repousser le tournage de son remake de Voyage à Tokyo afin d'y inclure les conséquences sociales des évènements[286]. Les Studio Ghibli annoncent fin juin vouloir produire leurs films sans avoir recours à de l'énergie nucléaire[287].

Des personnalités étrangères s'expriment aussi sur le sujet. Les anciens chefs d'État Václav Havel et Richard von Weizsäcker, ainsi que le prix Nobel de la paix Desmond Tutu, lancent un appel à la solidarité[288].

Opérations humanitaires[modifier | modifier le code]

Opérations japonaises[modifier | modifier le code]

Le gouvernement organise aussitôt des opérations de secours dans la région. Les forces de police et la garde côtière du Japon opèrent immédiatement en vue de secourir les rescapés. Le Premier ministre Naoto Kan mobilise dès le 11 mars une partie des navires des Forces japonaises d'autodéfense[245], et le 13 mars, il porte la mobilisation à 40 % des troupes des Forces japonaises d'autodéfense[289], et le 15 mars, le gouvernement décide de confier la gestion de la collecte et de distribution des biens d'urgence aux Forces japonaises d'autodéfense[290]. 10 000 réservistes sont appelés en renfort le 17 mars[87]. Le secrétaire général du Cabinet, Yukio Edano, annonce le 13 mars que le gouvernement allait dégager 200 milliards de yens de fonds de secours du budget fiscal de 2010[251].

Un réseau d'aides mutuelles regroupant 1 571 collectivités locales, soit 90 % des métropoles, arrondissement, villes, et villages du pays, et basé sur un réseau liant les préfectures entre elles depuis 1996, envoi dès le 12 mars des aides matérielles et humaines dans les zones touchées. La ville de Sendai reçoit ainsi un premier groupe 51 fonctionnaires de la ville de Kōbe dès le 14 mars, et la préfecture de Miyagi un total de 400 fonctionnaires. La préfecture d'Iwate reçoit elle par ce biais une assistance technique de 180 fonctionnaires des préfectures d'Osaka, de Shizuoka, de Fukui, et de Wakayama[291].

Une campagne de recherche des corps est lancée le 1er avril pour laquelle sont déployés 17 000 soldats japonais et 7 000 américains[292], et à cette date les efforts sont redéployés des activités humanitaires aux activités de traitement des décombres[293].

Équipement médical détruit à Onagawa, dans la préfecture de Miyagi

Les ONG nationales participent elles aussi aux opérations humanitaires en collectant des fonds et en envoyant des personnels. La Croix-Rouge japonaise récolte ainsi au 30 mars près de 59,4 milliards de yens[294], et un total de 282,9 milliards de yens à la fin aout[295], contre les 16 milliards de yens récoltés lors du Séisme de 1995 de Kōbe[294], mais l'aide est retardé en raison du grand nombre d'acteurs concernés[295]. La Central Community Chest of Japan lève au 25 mars quelque neuf milliards de yens[294]. Au total, 15 000 personnels médicaux venant des autres régions du Japon sont ainsi déployés, dont un millier dès le jour suivant le séisme[296], alors que 70 % des hôpitaux des trois préfectures les plus touchée ont un fonctionnement perturbé et que 20 % n'ont pas repris leurs activités un mois plus tard[297].

La mafia japonaise organise elle-aussi des opérations dans les zones touchées en agissant masquée. Elle fournit ainsi des vivres et du matériel aux sinistrés, mais aussi des abris dans la région de Tokyo. Le chiffre de 70 camions transportant des vivres d'une valeur de 500 000 dollars est avancé au 25 mars[298]. Les organisations mafieuses, qui contrôlent 3 % à 4 % de l'industrie du bâtiment du pays, y voient une opportunité pour se positionner en vue des marchés économiques liés aux travaux de reconstruction des régions sinistrées[299].

Opérations étrangères[modifier | modifier le code]

Assistances étrangères[modifier | modifier le code]

Des Russes déposent des fleurs devant l'ambassade du Japon à Moscou, Russie

Le Japon a reçu un bon nombre de messages de condoléances et d'offres d'assistance dans les rangs internationaux. D'après le ministère des Affaires étrangères, le pays a reçu au 19 mars des offres d'assistance de 128 pays, et de 33 organisations non gouvernementale[300]. Plusieurs villes étrangères jumelées avec des villes japonaises touchées réagissent. Des villes jumelées avec Sendai comme Riverside[301] en Californie, Dallas[302] au Texas, ou Rennes[303] en France, apportent leur soutien à la ville.

Le Japon demande dans les premiers jours suivant le séisme de l'aide des équipes venant d'Australie, de Nouvelle-Zélande, de Corée du Sud, du Royaume-Uni et des États-Unis[304]. Au 27 mars, le ministère des affaires étrangères du Japon annonce avoir accueilli des équipes de sauvetage de 20 pays[n 12] ainsi que l'UNDAC, et des experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). À la même date, le pays a reçu de l'aide matérielle de 26 pays, région, et/ou organisations internationales[305]. Les pays membre de l'Union européenne coordonnent leurs efforts au sein du Monitoring and Information Centre de la direction générale de l'aide humanitaire, et les 18 pays participants fournissent quelque 122 000 couvertures, 45 000 jerrycans d'eau, 7 900 matelas, ainsi que des sacs de couchage, des pompes, et des générateurs. Un premier chargement de 72 tonnes d'équipement arrive au Japon le 25 mars[306]. Le pays fait aussi appel à des médecins étrangers, et une première équipe médicale arrive le 27 mars, constituée de 53 personnes, dont 14 docteurs et 7 infirmiers[307].

Des problèmes d'acheminement et de distribution de cette aide étrangère apparaissent. Les médecins étrangers, non titulaires de diplômes japonais, ne sont pas autorisés à effectuer des actes médicaux avant que les restrictions ne soient allégée le 14 mars[307]. De l'aide expédiée par Singapour le 11 mars n'est distribuée que le 19 mars pour des raisons administratives ; l'aide de l'Union européenne prête le 11 mars n'est autorisée à être expédiée que le 15 mars et n'arrive sur zone que le 26 mars ; l'aide médicale envoyée par l'Ukraine pour combattre les effets des radiations est refusée par l'administration, les médicaments n'étant pas certifiés au Japon[308].

Des équipes étrangères sont aussi appelées pour faire face à l'accident nucléaire de Fukushima, et des spécialistes français et américains sont envoyés sur site à partir du 1er avril[309], ainsi que du matériel en provenance de ces deux pays ainsi que de Chine, de Corée du Sud, et d'Allemagne[310]. L'entreprise française AREVA est par ailleurs chargé le 19 avril par l'exploitant du site TEPCO du nettoyage des eaux contaminées dans la centrale de Fukushima Daiichi[311].

Des pays avec lesquels le Japon connait des tensions diplomatiques persistantes lui portent aussi assistance. La Chine, avec qui le Japon a des contentieux récents au sujet des îles Senkaku[312], tout comme la Russie, avec qui le pays a des contentieux au sujet des îles Kouriles, lui portent assistance sous la forme d'aide stratégique en fioul lourd, essence et gaz naturel. La Corée du Nord, comme son dirigeant Kim Jong-il, font par ailleurs un don financier au pays[313].

Opération Tomodachi[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Opération Tomodachi.
Des Japonais aident à décharger des vivres d'un hélicoptère pendant l'opération Tomodachi

Les États-Unis disposent au Japon de plusieurs bases militaires depuis la fin de l'occupation en 1952, et depuis des négociations en 2005-2006, les exercices communs avec les Forces japonaises d'autodéfense ont augmenté, et des moyens ont été mutualisés. Le département de la défense américain lance l'opération Tomodachi peu après le séisme, et le porte-avions de l'US Navy USS Ronald Reagan ainsi que la flotte du IIIe force expéditionnaire des marines sont utilisés. L'aide américaine est ainsi décidée plus rapidement que lors du séisme de Kōbe, des raisons politiques ayant retardées et diminuées à l'époque celle-ci[87].

Le commandement est assuré par les forces japonaises, l'US Navy fournit 19 vaisseaux, 140 aéronefs, et 18 282 personnes, ainsi que plusieurs de ses aéroports[314]. L'opération est la plus importante jamais effectuée entre les forces américaines et nippones, et 900 membres des FAD ainsi que 250 véhicules sont acheminés dans les zones touchées par l'armée américaine[87]. Au 28 mars, quelque 100 000 litres d'eau, 80 tonnes de nourriture, ainsi que 40 tonnes de vêtements et de couvertures ont été distribués[308].

Reconstruction[modifier | modifier le code]

Financement de la reconstruction[modifier | modifier le code]

Un plan de relance équivalent à 1 % à 2 % du produit intérieur brut (PIB) du pays est envisagé dès les premiers jours suivant le séisme, contre 0,6 % pour celui de Kōbe de 1995[315]. La Banque mondiale estime que la durée de reconstruction devrait s'étaler sur cinq ans et coûter entre 123 et 235 milliards de dollars (USD) soit 2,5 à 4 % du produit intérieur brut[316]. Dans le même temps, le pays est l'État le plus endetté des pays développés avec une dette estimée à 204 % de son PIB. Celle-ci gérée pour moitié par les organismes d'état de la Japan Post Bank et du Government Pension Investment Fund, et détenue pour 95,4 % par des épargnants japonais[317], et selon l'agence de notation Moody's, « le Japon est bien armé pour faire face aux conséquences économiques » : la banque du Japon est capable de soutenir l'économie, via des injections massives de fonds, mais aussi de l'épargne ; de plus, les dépenses liées à la reconstruction devraient compenser l'arrêt de la production et la baisse de la demande[318].

Le gouvernement japonais annonce le 26 mars qu'il allait couvrir la plupart des dépenses de la reconstruction qui devaient échoir aux collectivités locales. Il qualifie le séisme et ses effets de « désastre à grande échelle », ce qui selon la loi japonaise impose à l'État de couvrir 90 % des coûts de la reconstruction des ports et des routes. Il annonce par ailleurs la couverture à 80 % de la reconstruction des hôpitaux publics et des réseaux de distribution d'eau, mesure qui n'est pas prévue par la loi sur les désastres. Il annonce par ailleurs que les obligations émises par les collectivités locales pour couvrir le coût des reconstructions seraient couvertes par le gouvernement à 95 % sous forme de redistribution d'impôts[319]. Un prêt de 17,4 milliards d’euros est aussi débloqué par le gouvernement et trois banques privées japonaise pour aider la compagnie d’électricité TEPCO à reconstruire ses centrales touchées par le séisme ainsi que les coûts pour la fermeture de sa centrale de Fukushima-Daiichi[320].

La modalité de la levée des financements par l'État pose problème. L'émission d'emprunts d'État par le Japon et le rachat de ceux-ci par la banque du Japon, solution déjà employée dans les années 1930 pour sortir le Japon de la crise économique, est rejetée par le gouverneur de celle-ci Shirakawa Masaaki. L'opération, autorisée sous certaines conditions par la diète, doit selon le gouverneur saper la confiance des marchés pour le yen et provoquer à terme une hausse de l'inflation[321]. La levée d'impôts supplémentaires est rejetée par plusieurs parlementaires de la majorité comme de l'opposition car elle va entraîner selon eux, et alors que le pays est dans une phase de déflation, une baisse de la consommation à un moment où les entreprises ont besoin d'une relance de celle-ci[322]. Les suspensions de mesures couteuses promises par le gouvernement comme des allègements fiscaux pour les entreprises, la gratuité des autoroutes[323], ou la prolongations de mesures d'allocations familiales[324]sont aussi étudiées.

La loi de financement de 2011 de 92 410 milliards de yens est voté par le parlement le 29 mars, dont près de 40 000 milliards de yens fournis par des emprunts d'État, et malgré une obstruction de la Chambre des conseillers. Sur cette somme, une enveloppe de 1 160 milliards de yens est prévue pour financer la reconstruction, et le gouvernement de Naoto Kan travaille alors sur un premier financement complémentaire de 2 000 milliards de yens[325]. C'est finalement un complément de 4 000 milliards de yens qui est voté par le parlement le 2 mai, et est financé par des coupes dans des programmes existants[326]. Le 25 juillet, le parlement approuve une deuxième allocation supplémentaire de 2 000 milliards de yens, avant une possible troisième rallonge de 10 000 milliards de yens[327].

Étapes de la reconstruction[modifier | modifier le code]

Malgré sa capacité à reconstruire — le Japon se positionne comme le troisième marché mondial de la construction — la durée de reconstruction d'au moins cinq ans est confirmée par plusieurs experts comme le professeur David Alexander, de l'université de Florence, ou bien le chef de programme Abhas Jha, de la Banque mondiale. Un autre expert japonais, Hirokazu Anai, analyste chez JP Morgan Securities, prévoit environ 90 jours pour la réouverture du réseau routier afin de pouvoir distribuer les ressources (alimentation, combustible...) destinées à de nouvelles habitations qui auront été construites temporairement avant la reconstruction définitive de logements permanents. Toujours d'après lui, les nouvelles protections anti-tsunamis ainsi que le choix et la mise en place des mesures de sécurité allaient prendre le plus de temps[328].

Habitations temporaires à Shichigahama.

La construction d'habitations temporaires commence dès le 28 mars dans la ville d'Ishinomaki, avec la mise en chantier de 137 maisons et la demande de construction auprès de sa préfecture de 10 000 autres[74]. Dans la préfecture d'Iwate, l'administration locale prévoit la construction de 18 000 habitations temporaires et les chantiers doivent s'étaler jusqu'en septembre ; dans celle de Miyagi, l'administration prévoit 30 000 constructions réparties dans 13 villes et villages, dont 4 385 dès le premier mois[329]. Au total, le gouvernement vise alors la construction de 30 000 hébergements temporaire pour la mi-mai, et de 30 000 de plus pour la mi-août[330]. Ces constructions sont suffisantes pour que les préfecture d'Iwate et de Fukushima ferment leurs abris temporaires au 1er septembre[331], et en novembre les constructions temporaires sont toutes achevées[332].

Dans la région du Tōhoku, la destruction d'emploi est estimée à terme à 81 500 dans les trois préfectures les plus touchées[333], et dès le mois de septembre le nombre de chômeurs quadruple dans les trois préfectures les plus touchées[334]. Le gouvernement met en place le 28 mars un conseil dont le but est de favoriser l'emploi dans cette région. Des mesures comme la préférence pour des entreprises locales lors des chantiers de reconstruction sont alors avancées[335], de même que la suspension des taxes pour les entreprises de la région demandée par la Fédération des organisations économiques japonaises[336].

Le redéploiement de certaines activités est aussi étudié. Certaines entreprises étudient alors à cette occasion le transfert de leur siège dans la région d'Osaka[337]. Le maire de cette ville intervient par ailleurs au niveau du gouvernement pour essayer d'obtenir que certaines de ses administrations y soient relocalisées afin de limiter les risques en cas de séisme majeur à Tokyo[338].

La construction de 14 nouveaux réacteurs nucléaires décidée par le gouvernement japonais en juin 2010 est réévaluée[339], et le premier ministre annonce en marge du sommet du G8 fin mai que le pays allait se fixer un but de 20 % d'énergies renouvelables pour les années 2020, contre 10 % au moment de l'annonce[340]. Le 9 septembre, le gouvernement annonce qu'environs 220 milliards de yens allaient être alloués à la dépollution des zones contaminées dans la région de Fukushima[341].

Un panel est mis en place par le gouvernement le 11 avril dans le but de discuter des modalités de la reconstruction sur des sujets comme la revitalisation des communautés locales ou la question du traitement des débris, et qui incluent les gouverneurs des trois préfectures les plus touchées, ainsi que l'architecte Tadao Andō, des universitaires comme le président de l'université Keiō Atsushi Seike ou le professeur de l'université de Tokyo Takashi Mikuriya[342]. Cependant, des questions liées au périmètre de ses travaux gênent ses débuts[343]. Les premières propositions sont transmises au premier ministre le 11 juin[344].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La plaque d'Okhotsk, associée à la plaque eurasienne, est parfois considérée comme indépendante ; elle était auparavant assimilée à la plaque nord-américaine.
  2. Cet axe lui-même subit un léger déplacement progressif, appelé oscillation de Chandler
  3. Les observations ont été réalisées au port Onagawa où les enquêteurs ont découvert une épave d'un navire perchée sur un bâtiment de trois étages
  4. Le chiffre inclut les migrations touristiques ; la semaine précédant le séisme, le nombre des étrangers quittant le pays était de 140 000[103]
  5. Le pays accueille annuellement 140 000 étudiants étrangers[112] et a mis en place les années précédentes des politiques pour porter ce chiffre à 300 000 en 2020[113].
  6. Au-delà de Clint Eastwood qui traite du séisme du 26 décembre 2004 dans l'océan Indien est ainsi retiré de l'affiche et Aftershock de Feng Xiaogang qui traite du séisme de 1976 à Tangshan voit sa sortie repoussée.
  7. Tokyo, Gunma, Tochigi, Ibaraki, Saitama, Chiba, Kanagawa, Yamanashi et la partie est de Shizuoka
  8. 15 000 milliards de yens équivalent à 131 milliards d'euros au jour de l'opération
  9. Lors du séisme de Kōbe en 1995, pour des questions de respect de la constitution japonaise, les forces armées n'avaient pas été déployées dans les premiers jours suivant le séisme, provoquant alors des critiques dans l'opinion publique.
  10. les élection ont lieu en septembre pour la préfecture d'Iwate, le 13 nombre pour la préfecture de Miyagi, et le 20 novembre pour la préfecture de Fukushima[256].
  11. Une déclaration de Yukio Edano précisant que du personnel travaillant dans la centrale nucléaire de Fukushima allait être placé en « lieu sûr » est ainsi reprise par des médias (CNN, The Associated Press ou Al Jazeera) comme l'abandon de la centrale.
  12. Australie, Chine, France, Allemagne, Inde, Israël, Italie, Mexique, Mongolie, Nouvelle-Zélande, Corée du Sud, Russie, Afrique du Sud, Suisse, Taïwan, Turquie, Royaume-Uni, États-Unis

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Bilan d'après la police japonaise
  2. « Carte de l'épicentre de M 9 tremblement de terre à Près de la côte de l'est de Honshu, Japon », Έpicentres des tremblements de terre mondiaux (consulté le 2014-04-18)
  3. (ja) 東大地震研 津波調査結果, Outreach and Public Relations Office
  4. a et b Philippe Pons, « Le nouveau visage d'Honshu, entre un nord dévasté et un sud épargné », Le Monde, 29 mars 2011, p. 6
  5. Le Japon révise le bilan du tsunami.
  6. « Du nouveau au sujet des zones sismogènes à l'origine des grands séismes de subduction » publié sur le site du CNRS-INSU
  7. a et b « Sismicité historique » publié sur le site du CNRS/INSU. Consulté le 15 février 2011
  8. « Site du Japan Science and Technology Agency » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-12
  9. a, b, c et d J. van der Woerd, 14 mars 2011 « Séisme du Japon (Honshu) du 11 mars 2011 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-12
  10. (en) Richard A. Lovett, « « Japan Earthquake Not the “Big One”? » », National Geographic News,‎ 14 March 2011 (lire en ligne)
  11. a et b « 100 ans de pression libérés » publié dans 20 Minutes. Consulté le 12 février 2011
  12. « Japon: le plus fort séisme connu de l’archipel » publié dans Science et Avenir. Consulté le 13 février 2011
  13. « Magnitude 8.9 - NEAR THE EAST COAST OF HONSHU, JAPAN »
  14. (en) Fiche descriptive sur le site de l'USGS
  15. a, b et c « Le Japon frappé par un tsunami géant », Le Soir, 11 mars 2011.
  16. a, b, c et d « Les côtes japonaises frappées par un tsunami », Le Monde, 11 mars 2011
  17. Bénédicte Lutaud, « Les séismes les plus puissants depuis un siècle », Le Figaro, 11 mars 2011.
  18. http://www.japanquakemap.com/ - carte interactive réalisée par Paul Nicholls
  19. L’Agence japonaise de météorologie recense plus de 500 répliques dont plus d’une trentaine dépasse une magnitude de 6 de la JMA
  20. Japan Expects More Magnitude 7 Aftershocks sur Eurasia Review
  21. (en) Liste des séismes de magnitude > à 5,0 sur le site de l'USGS
  22. (fr) Philippe Pons, « Un nouveau séisme ravive le cauchemar du 11 mars au Japon », Le Monde, 8 avril 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 8 avril 2011
  23. (fr) [1], Le Télégramme, consulté le 11 avril 2011
  24. (en) « Yahoo News Australie », sur Yahoo (consulté le 14 mars 2011)
  25. « L'axe de la terre se déplace » (consulté le 14 mars 2011)
  26. (en) Une explication plus complète sur LiveScience ; voir aussi oscillation de Chandler.
  27. Huge whirlpools form off the coast of Japan as devastating tsunami disrupts currents Sur le DailyMail Online
  28. (en) « Volcano in Southern Japan erupts, adds to country's woes », sur DigitalJournal (consulté le 12 mars 2011)
  29. (en) « Japanese inspired and angered in aftermath of earthquake », sur dépêche Reuters Africa (consulté le 11 mars 2011)
  30. (en) Geographic survey points to drop of 20-84 cm in 3 tsunami-hit prefectures, AP sur Breitbart, le 14 avril 2011
  31. (en) « « Japan quake shifts Antarctic glacier » » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-12, Newscientist, 15 mars 2011.
  32. « Observations des laboratoires français » publié par le CNRS-INSU
  33. (en) « Iwate saw wave test 39 meters », The Japan Times, 4 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 3 avril 2011
  34. (en) Alan Buis, Steve Cole, « NASA Finds Japan Tsunami Waves Merged, Doubling Power », NASA, le 5 décembre 2011
  35. (fr) Jérôme Fenoglio, Hisashi Murayama, « A Otsuchi et Taro, villages martyrs au nord de Sendai », Le Monde, 23 mars 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 24 mars 2011
  36. (en) Rajib Shaw Kyodo, « How the world can assist Japan », The Japan Times, 30 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 29 mars 2011
  37. (en) « Tsunami hit more than 100 designated evacuation sites », The Japan Times, 14 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 14 mars 2011
  38. National Geographic France N° de février 2012 p.59
  39. « Japon : un violent séisme provoque un tsunami majeur »,‎ 11 mars 2011 (consulté le 11 mars 2011).
  40. a et b (es) Servicio hydrografico y Oceanografico. Consulté le 11 février 2011
  41. (en) « Hawaii Tsunami Warning », sur National Weather Service,‎ 11 mars 2011 (consulté le 11 mars 2011).
  42. (en) « TSUNAMI BULLETIN NUMBER 003 », sur Pacific Tsunami Warning Center/NOAA/NWS,‎ 11 mars 2011 (consulté le 11 mars 2011)
  43. (en) « South Pacific islands hit by tsunami swells », Honolulu Star-Advertiser,‎ 11 mars 2011 (lire en ligne)
  44. a et b (en) « Dégâts mineurs en Amérique du Sud », sur channelnewsasia.com (consulté le 13 mars 2011)
  45. (en) Google CP, « Tsunami from Japanese quake prompts evacuation of 11 000 residents on Russia's Pacific islands »,‎ 11 mars 2011 (consulté le 13 mars 2011)
  46. a, b et c « Comme un nuage : Pas l’ombre d’un doute sur la France ? » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Développement durable. Consulté le 14 mars 2011
  47. « Evacuation du littoral en Nouvelle-Calédonie », sur Nouvelle Calédonie (consulté le 14 mars 2011)
  48. « Alerte au tsunami levée en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie », sur France-Info,‎ 11 mars 2011 (consulté le 14 mars 2011)
  49. (en) « Tsunami passes over Taiwan, Indonesia braces for impact », sur thejournal.ie,‎ 11 mars 2011 (consulté le 11 mars 2011)
  50. (en) « Tsunami Warning for New Zealand » (consulté le 11 mars 2011)
  51. (en) « Sify news report » (consulté le 11 mars 2011)
  52. (en) « Guam gov. » (consulté le 11 mars 2011)
  53. (en) « Guam » (consulté le 11 mars 2011)
  54. (en) « Washington Post » (consulté le 11 mars 2011)
  55. (en) « Les tsunamis frappent Hawaï » (consulté le 11 mars 2011)
  56. (en) « Tsunami aux US » (consulté le 11 mars 2011)
  57. a et b « Alerte au tsunami au Japon, Russie, Philippines, îles Mariannes », sur Le Journal de Québec,‎ 11 mars 2011 (consulté le 11 mars 2011)
  58. a et b (en) « The Moscow News » (consulté le 11 mars 2011)
  59. a, b, c et d (en) www.msnbc.msn.com. Consulté le 11 mars 2011.
  60. (en) « Tsunami waaves hit oregon cast », sur Suntimes (consulté le 11 mars 2011)
  61. (en) Associated Press, « Mexico detects first, moderate tsunami sea rise », sur The Washington Post,‎ 11 mars 2011 (consulté le 11 mars 2011)
  62. « Les premières vagues ont touché les États-Unis », sur 11 mars 2011 (consulté le 11 mars 2011)
  63. a, b et c « Tsunami : fin de l'alerte en Nouvelle-Calédonie, levée partielle en Polynésie », sur 11 mars 2011,‎ 11 mars 2011
  64. [vidéo] Japon : le bilan du séisme reste très incertain – tsrinfo.ch, 13.03.2011, à 10:32 – mise à jour : 13.03.2011, à 21:58 – page consultée le 14.03.2011, à 09:57.
  65. « Japon : plus de 1 800 morts et disparus, un accident nucléaire majeur », site lemonde.fr, mis à jour le 12/03/2011 à 19h10, consulté le 12/03/2010
  66. (en) « Damage Situation and Police Countermeasures associated with 2011 Tohoku district - off the Pacific Ocean Earthquake - March 20, 2011 at 9:00pm », sur www.npa.go.jp (National Police Agency of Japan) (consulté le 20 mars 2011)
  67. (en) « Joint search turns up 20 bodies », The Japan Times, 3 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 3 avril 2011
  68. (en) « Over 90% of March 11 quake victims died from drowning »', Mainichi Shimbun, 20 avril 2011, consulté sur mainichi.jp le 20 avril 2011
  69. (en) « Pair found in rubble in Ishinomaki », The Japan Times, 21 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 21 mars 2011
  70. a et b (en) « Identified tsunami dead buried, Cremations will follow exhumations later when fuel is available », The Japan Times, 23 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 23 mars 2011
  71. (en) « Victims' health growing concern », The Yomiuri Shimbun, 18 mars 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 20 mars 2011
  72. The health effects of Fukushima, World Nuclear News, 28 August 2012.
  73. (en) « 282 deaths linked to aftermath / Unsanitary conditions, cold temperatures blamed for postdisaster toll », The Yomiuri Shimbun, 12 avril 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 12 avril 2011
  74. a et b (en) Alex Martin, Mizuho Aoki, « Tsunami-ravaged Ishinomaki slowly sets off on long road to recovery », The Japan Times, 1er avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 1er avril 2011
  75. (fr) Lily Eclimont, « 19 étrangers sont morts lors du tsunami », Aujourd'hui le Japon, 5 avril 2011, consulté sur japon.aujourdhuilemonde.com le 12 avril 2011
  76. RIA Novosti : Japon: 14.300 morts (nouveau bilan) - Moscou, 25 avril 2011
  77. France 2 : dernier bilan de 10.804 morts et 16.244 disparus - publié le 29/03/2011
  78. a et b Le Japon marque les trois mois depuis la catastrophe dans le nord-est (Orange/AFP - 11/06/2011 à 13:28)
  79. 4 744 personnes toujours portées disparues, courrier international, le 11 août 2011, consulté le 11 août 2011.
  80. a et b (en) United Press International, « Most Fukushima quake deaths were elderly », sur upi.com,‎ 22 août 2012 (consulté le 26 juin 2013)
  81. Le Point, magazine, « Fukushima : une élue pro-nucléaire réécrit l'histoire », sur Le Point.fr,‎ 19 juin 2013 (consulté le 24 juin 2013)
  82. Le Figaro.fr avec AFP, « Fukushima: une élue déclenche la colère », sur Le Figaro,‎ 19 juin 2013 (consulté le 24 juin 2013)
  83. « Une député japonaise déclenche la colère à propos de Fukushima », sur 7s7 (consulté le 24 juin 2013)
  84. (en) Beverly Parungao, « Post-Tsunami Deaths Outnumber Disaster Toll in One Japan Area », AFP sur The Jakarta Globe, le 20 février 2014
  85. [PDF](en) Genn Saji, Effect of Low Level Radiation Study Group ML, « Implication of the LNT Hypothesis for Evacuees from the Fukushima NPP Disaster », sur www.groenerekenkamer.nl,‎ 30 août 2012 (consulté le 27 juin 2013)
  86. (ja) Reconstruction Agency of Japan, « 東日本大震災における震災関連死に関する報告 », sur reconstruction.go.jp,‎ 22 août 2012 (consulté le 26 juin 2013)
  87. a, b, c et d (fr) Edouard Pflimlin, « Comment l'armée japonaise fait face au séisme », Le Monde, 23 mars 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 27 mars 2011
  88. (en) « Construction of prefab housing gets under way », The Japan Times, 19 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 20 mars 2011
  89. (en) « Prefectures open shelters for tsunami survivors », The Japan Times, 19 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 19 mars 2011
  90. (en) « Doors thrown open to displaced thousands », The Yomiuri Shimbun, 22 mars 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 21 mars 2011
  91. a, b, c, d, e, f et g (en) « Gradual restoration of infrastructure continues at disaster areas », The Japan Times, 18 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 18 mars 2011
  92. (fr) Catherine Chatignoux, « Sept jours après, un bilan humain et économique déjà très lourd », Les Échos, 18 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 19 mars 2011
  93. (fr) « Le Japon crée une zone interdite autour de la centrale de Fukushima », Le Monde, 21 avril 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 21 avril 2011
  94. (en) « Evacuation advisory for Fukushima 20-30 km zone lifted », The Japan Times, 1er octobre, consulté sur japantimes.co.jp le 2 octobre 2011
  95. (en) « Tokyo faced evacuation scenario: Kan », The Japan Times, 19 septembre 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 2 octobre 2011
  96. (en) Eric Johnston, « Tokyo firms eye moving to Osaka », The Japan Times, 19 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 19 mars 2011
  97. (en) « Osaka hotel occupancy rate surges as people flood in from Tokyo », The Japan Times, 19 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 19 mars 2011
  98. (en) Eric Johnston, « Jittery Tokyo residents trickle back, Many leaving safety of Kansai with trepidation », The Japan Times, 23 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 22 mars 2011
  99. « Foreign missions returning », The Japan Times, 21 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 21 avril 2011
  100. (fr) « Les étrangers fuient Tokyo », La Tribune, 17 mars 2011, consulté sur www.latribune.fr le 19 mars 2011
  101. (en) John M. Glionna, Don Lee, « Tokyo sees steady exodus amid nuclear crisis », Los Angeles Times, 19 mars 2011, consulté sur www.latimes.com le 21 mars 2011
  102. (en) « Foreign arrivals plunge at Narita », The Japan Times, 25 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 25 mars 2011
  103. a et b (en) « 244,000 foreigners leave Japan in week after quake », Mainichi Shimbun, 16 avril 2011, consulté sur mainichi.jp le 16 avril 2011
  104. (fr) Yann Rousseau, « Dans la crise, les entreprises occidentales se réorganisent », Les Échos, 21 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 21 mars 2011
  105. (en)[vidéo]Cathy Yang, « Japan's reluctant exiles », Reuters, 8 avril 2011, consulté sur www.reuters.com le 8 avril 2011
  106. (en) 25 percent of foreigners living in Tokyo left Japan temporarily after March 11 quake, Mainichi Shinbun, le 1er mai 2012
  107. (en)' « Graduations held at evacuation centers », The Yomiuri Shimbun, 23 mars 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 22 mars 2011
  108. (en) « Quake-hit schools can't resume class », The Yomiuri Shimbun, 8 avril 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 8 avril 2011
  109. (ja) « 東北沖大地震:国公立大2次後期、追試など対応 », Mainichi Shimbun, édition du soir, 12 mars 2011, consulté sur mainichi.jp le 12 mars 2011.
  110. (ja) « 東大が13日の2次試験開始を2時間繰り下げ », MSN産経ニュース., 12 mars 2011, consulté sur msn.jp.com le 12 mars 2011.
  111. (en) « Firms postpone grad recruitment activities », The Japan Times, 19 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 18 mars 2011.
  112. a et b (en) « Crisis keeps foreign students away from classes », The Japan Times, 13 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 13 mars 2011
  113. (en) Launching the Project for Establishing Core Universities for Internationalization (Global 30), MEXT, consulté sur www.mext.go.jp le 13 avril 2011
  114. (en) « Universities suffered ¥90 billion in damage », The Japan Times, 8 mai 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 8 mai 2011
  115. a et b (ja) « プロ野球12日、OP戦6試合全戦中止 », サンケイスポーツ, 12 mars 2011, consulté sur hochi.yomiuri.co.jp le 14 mars 2011.
  116. (ja) « プロ野球オープン戦、13日も中止に », サンケイスポーツ, 12 mars 2011, consulté sur www.sanspo.com le 14 mars 2011.
  117. (en) « Pa League to delay start of season », The Japan Times, 16 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 16 mars 2011.
  118. « J初、全19試合中止 移動中の選手足止め », サンケイスポーツ, 21 mars 2011, consulté sur www.sanspo.com le 14 mars 2011.
  119. (en) Sean Carroll, « THE BACK POST / Getting a kick of reality », The Daily Yomiuri, 16 mars 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 15 mars 2011.
  120. (en) Ed Odeven, « Season hangs in the balance », The Japan Times, 16 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 16 mars 2011.
  121. « Patinage : annulation des Mondiaux prévus à Tokyo », Le Point, 14 mars 2011, consulté sur www.lepoint.fr le 14 mars 2011.
  122. (en) Mark Schilling, « Japan's film industry faces quake fallout », The Japan Times, 18 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 18 mars 2011.
  123. « La sortie de plusieurs jeux vidéo annulée », Le Monde, 15 mars 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 18 mars 2011.
  124. (en) « Rapport de l'autorité de sûreté nucléaire japonaise (NISA) 12-03-2011 : 9h30 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-12
  125. (fr) « Séisme au Japon : inquiétude autour des centrales nucléaires », Le Monde, 11 mars 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 11 mars 2011
  126. a, b et c Earthquake and Tsunami Update, AIEA.
  127. (fr) « Situation toujours précaire pour les réacteurs de Fukushima », Le Monde, 28 mars 2011, Le monde.fr, consulté sur www.lemonde.fr le 28 mars 2011
  128. (fr) « La centrale de Fukushima enfin stabilisée », Ouest-France, 16 décembre 2011, consulté sur www.ouest-france.fr le 21 décembre 2011
  129. (fr) « Démanteler la centrale de Fukushima doit prendre 40 ans », Le Monde, 21 décembre 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 21 décembre 2011
  130. (en) Gordon Rayner, « Japan earthquake: race to prevent a humanitarian disaster », The Telegraph, 13 mars 2011, consulté sur www.telegraph.co.uk le 28 mars 2011
  131. (en) « Factbox: Japan's disaster in figures », Reuters, 3 avril 2011, consulté sur www.reuters.com le 3 avril 2011
  132. (fr) « Un séisme de 8,9 au Japon », sur CAP Acadie,‎ 11 mars 2011 (consulté le 14 mars 2011)
  133. (fr) « Emportés comme des bouchons de liège », sur Le Télégramme (consulté le 14 mars 2011)
  134. a et b (en) Clarence Fernandez, « Japan's shipping, energy sectors begin march back from quake », Reuters, 14 mars 2011, consulté sur www.webcitation.org le 21 mars 2011
  135. (fr) « EN DIRECT: Le Japon frappé par un violent séisme et un tsunami », sur AFP (consulté le 14 mars 2011)
  136. (en) « JX oil refinery in Yokohama resumes output », The Japan Times, 22 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 21 mars 2011
  137. (en) « Factbox: Japan quake impact on energy, commodities and ports », Reuters, 1er avril 2011, consulté sur www.reuters.com le 3 avril 2011
  138. (en) « 25% of national ethylene production disrupted by earthquake », The Japan Times, 19 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 18 mars 2011
  139. (fr) « Séisme au Japon menace d'accident nucléaire » (consulté le 14 mars 2011)
  140. http://www.waterpowermagazine.com/story.asp?sc=2059132
  141. (en) A quick report on Japanese Dams after the Earthquake, Chinese National Committee on Large Dams, 12 mars 2011, consulté sur www.chincold.org.cn le 15 mars 2011
  142. (en) Masami Ito, Kazuaki Nagata, « Rolling blackouts set for nine prefectures », The Japan Times, 14 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 14 mars 2011
  143. a et b (en) « Planned outages bring rail chaos », The Yomiuri Shimbun, 14 mars 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 14 mars 2011
  144. (en) Jun Hongo, « One certainty in the crisis: Power will be at a premium », The Japan Times, 16 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 25 mars 2011
  145. « Summer electricity restrictions lifted », The Japan Times, 10 septembre 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 10 septembre 2011
  146. Vincent Touraine, « Presque plus d'électricité nucléaire au Japon », Ouest-France, 9 décembre 2011, consulté sur www.ouest-france.fr le 21 décembre 2011
  147. (fr) Massimo Prandi, « Klaus Baader, codirecteur de la recherche économique de la Société Générale : « Un impact sur le Japon plus fort que le séisme de Kobe » », Les Échos, 17 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 17 mars 2011
  148. (en) Norimitsu Onishi, « Seawalls Offered Little Protection Against Tsunami’s Crushing Waves », The Japan Times, 13 mars 2011, consulté sur www.nytimes.com le 25 mars 2011
  149. (fr) « Le port de Sendai frappé par une vague de 10 mètres », Le Monde, 11 mars 2011, consulté sur wwwo.lemonde.fr le 12 mars 2011
  150. (fr) « Séisme au Japon : 10.000 personnes disparues à Minamisanriku », Le Nouvel Observateur, 12 mars 2011, consulté sur nouvelobs.com le 12 mars 2011.
  151. (en) Yasushi Kaneko, « Tsunami tore through defenses / World's deepest breakwater couldn't withstand momentum of 250 jumbo jets », The Yomiuri Shimbun, 22 mars 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 21 mars 2011
  152. a et b « Quake-hit expressways reopen », The Yomiuri Shimbun, 25 mars 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 25 mars 2011
  153. « Hakodate, port fantôme », Dernières Nouvelles d'Alsace, 12 mars 2011, consulté sur dna.fr le 12 mars 2011.
  154. a et b « Séisme au Japon : les transports fonctionnent au ralenti », Le Monde, 14 mars 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 14 mars 2011.
  155. (en) « Sendai port reopens for business : Boatload of Toyotas bound for Nagoya signals major Tohoku harbor shrugging off disaster », The Japan Times, 16 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 17 avril 2011
  156. (en)« Most disaster-hit fish ports back up », The Japan Times, 26 mai 2012, consulté sur www.japantimes.co.jp le 1er juin 2012
  157. (en) « Fears of massive death toll as ten-metre tall tsunami races across Pacific after sixth largest earthquake in history hits Japan », Daily Mail, 11 mars 2011, consulté sur www.dailymail.co.uk le 12 mars 2011
  158. (ja) « 東北新幹線、早期復旧は困難 栃木以北の状況把握難航 » » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-12, Asahi Shimbun, 13 mars 2011, consulté sur www.asahi.com le 14 mars 2011
  159. (en) « Bullet train services between Tokyo and Sendai resumed, but power outages cause halts », The Mainichi Shimbun, 25 avril 2011, consulté sur mdn.mainichi.jp le 25 avril 2011
  160. (en) « Tohoku Shinkansen Line back to normal », The Japan Times, 24 septembre 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 24 septembre 2011
  161. (ja) JR東日本:列車運行情報, East Japan Railway Company, 11 mars 2011, consulté sur Traininfo.jreast.co.jp le 12 mars 2011.
  162. (en) « Tsunami washed away 23 JR stations », The Yomiuri Shimbun, 2 avril 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 2 avril 2011
  163. (en) « Commuters take shelter in Tokyo », The Yomiuri Shimbun, 13 mars 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 14 mars 2011.
  164. (en) « When Tokyo's clockwork trains stopped ticking », The Japan Times, 13 mars 2011, p. 3
  165. « USS Reagan on way », The Japan Times, 13 mars 2011, p. 2
  166. (fr) « Quelles sont les conséquences du tsunami japonais pour les voyageurs ? », La Tribune, 11 mars 2010, consulté sur www.latribune.fr le 12 mars 2011
  167. (en) Yoree Koh, « Sendai Airport Back in Business April 13 », The Wall Street Journal, 8 avril 2011, consulté sur blogs.wsj.com le 8 avril 2011
  168. (en) « Sendai Airport back in business », The Japan Times, 26 septembre 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 26 septembre 2011
  169. (fr) « Air France renforce sa desserte de Tokyo, Lufthansa l'interrompt », La Tribune, 15 mars 2011, consulté sur www.latribune.fr le 15 mars 2011
  170. a et b Solveig Godeluck, « Les infrastructures télécoms et Internet tiennent le choc », Les Échos, 15 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 15 mars 2011
  171. (en) « Telecommuting attracts interest amid blackouts », The Yomiuri Shimbun, 5 avril 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 8 avril 2011
  172. a, b et c (en) Takashi Shimomiya, Shoichi Shirahaze, « Telecoms networks back / 90% of cell phone base stations, land lines restored in disaster-hit areas », Yomiuri Shimbun, 5 avril 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 8 avril 2011
  173. (en)« Tohoku turned 2011 into record year for losses », The Japan Times, 20 janvier 2012, consulté sur www.japantimes.co.jp le 21 janvier 2012
  174. a et b Olivia Derreumaux « La Bourse de Tokyo fléchit après le tremblement de terre », Le Figaro, 11 mars 2010, consulté sur www.lefigaro.fr le 11 mars 2010
  175. a et b Claude Fouquet, « La Banque du Japon prend des mesures exceptionnelles », Les Échos, 14 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 14 mars 2011
  176. (fr) « La Bourse de Tokyo gagne 5,68 % », Les Échos, 16 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 16 mars 2011
  177. « L'euro et le yen en hausse après le séisme au Japon », Le Point, 11 mars 2011, consulté sur www.lepoint.fr le 13 mars 2011
  178. a et b (fr) Muryel Jacque, « Le yen reste proche de niveaux inédits depuis 1945 », Les Echos, 17 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 18 mars 2011
  179. a et b (fr) Mathilde Golla, « La Banque du Japon a déjà injecté 333 milliards d'euros », Le Figaro, 18 mars 2011, consulté sur www.lefigaro.fr le 18 mars 2011
  180. (en) Megumi Fujikawa, Takashi Nakamichi, « Japan Looks at How to Fund Reconstruction », The Wall Street Journal, 11 mars 2011, consulté sur online.wsj.com le 12 mars 2011
  181. (fr) « Séisme et tsunami : la Banque du Japon débloque des fonds pour le Nord-Est du pays », Ouest-France, 13 mars 2011, consulté sur www.ouest-france.fr le 13 mars 2011
  182. (fr) « Le yen s'envole face au dollar », La Tribune, 16 mars 2011, consulté sur www.latribune.fr le 16 mars 2011
  183. (en) « BOJ to loan ¥1 trillion to hard-hit firms », The Japan TImes, 8 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 8 avril 2011
  184. Guillaume Guichard, « Séisme : le coût se chiffrera en dizaines de milliards », Le Figaro, 11 mars 2011, consulté sur www.lefigaro.fr le 12 mars 2010
  185. (en) Ben Berkowitz, Myles Neligan, « Special Report: Japan quake reveals cracks in insurance system », Reuters, 5 avril 2011, consulté sur www.reuters.com le 8 avril 2011
  186. « Les réassureurs vacillent en Bourse », La Tribune, 11 mars 2011, consulté sur www.latribune.fr le 12 mars 2011
  187. Caroline Lechantre, « Le séisme coûterait de 1 à 2 milliards de dollars aux réassureurs européens », Les Échos, 11 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 12 mars 2011
  188. Martin Abbugao, « Coût élevé du séisme et du tsunami au Japon, mais la croissance devrait rebondir », AFP sur Google News, le 21 mars 2011
  189. Les perspectives de croissance économique se renforcent alors que la reprise devient autonome, OCDE, le 5 avril 2011
  190. Le Japon menacé de récession après le séisme, selon des économistes, AFP, le 5 avril 2011
  191. (fr) « Séisme: impact économique "considérable" », Le Figaro, 13 mars 2011, consulté sur www.lefigaro.fr le 13 mars 2011
  192. (en) Shinya Ajima, « Blackouts ravaging faltering economy », The Japan Times, 18 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 18 mars 2011
  193. (fr) « « 71 % des entreprises japonaises cotées en bourse déclarent subir des dommages suite au séisme et au tsunami du 11 mars » » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-12, La Lettre Mensuelle, Chambre de Commerce et de l'Industrie Française au Japon, consulté sur www.lalettremensuelle.fr le 25 mars 2011
  194. (en) « Small firms outside crises zone hurt », The Japan Times, 12 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 12 avril 2011
  195. a et b Patrice Novotny, « Japon: le séisme ébranle production industrielle et consommation », AFP sur Google News, le 28 avril 2011
  196. (fr) « Activité suspendue dans des usines Toyota, Nissan et Honda », sur La Tribune,‎ 12 mars 2011 (consulté le 12 mars 2011)
  197. (fr) Ingrid Francois, « La production automobile japonaise à l'arrêt », Les Echos, 16 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 18 mars 2011
  198. (fr) Alain-Gabriel Verdevoye, « 600.000 voitures perdues dans le monde à cause de Fukushima », La Tribune, 1er avril 2011, consulté sur www.latribune.fr le 2 avril 2011
  199. (fr) Denis Fainsilber, « Fukushima : effets en chaîne chez les constructeurs », Les Echos, 22 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 22 mars 2011
  200. (en) « Ford to idle Belgian plant for 5 days », The Mainichi Shimbun, 27 mars 2011, consulté sur mainichi.jp le 27 mars 2011
  201. (fr) « La Bourse de Tokyo ouvre en nette hausse de 1,38 % », Les Échos, 25 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 25 mars 2011
  202. (en) Masatsugu Horie, « Toyota to Resume Output at All Japan Plants After Disruptions From Quake », Bloomberg, 8 avril 2011, consulté sur www.bloomberg.com le 10 avril 2011
  203. (en) « October to see full car output », The Japan Times, 16 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 17 avril 2011
  204. (en)« Automakers saw April output soar in year following March 11 calamity », The Japan Times, 29 mai 2012, consulté sur www.japantimes.co.jp le 1er juin 2012
  205. (fr) Solveig Godeluck, « L'automobile et l'électronique parmi les secteurs les plus affectés », Les Échos, 14 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 14 mars 2011
  206. (fr) Romain Gueugneau, « L'industrie électronique mondiale est affectée par la catastrophe », Les Échos, 16 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 18 mars 2011
  207. (fr) Maxime Amiot, « Les appareils photo sont particulièrement impactés », Les Échos, 21 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 22 mars 2011
  208. (fr) Maxime Amiot, « L'industrie électronique s'inquiète d'une pénurie de certains composants », Les Échos, 21 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 22 mars 2011
  209. (en) Shinichi Saoshiro, Risa Maedan, « Japan urges calm over food export fears », Reuters, 30 mars 2011, consulté sur www.reuters.com le 30 mars 2011
  210. a et b (en) Jon Herskovitz, Paul Eckert, Tsunami and radiation may sink Japanese fishermen, Reuters, 26 mars 2011, consulté sur www.reuters.com le 30 mars 2011
  211. (en) Sylvia Westall, Fredrik Dahl« Singapore got cabbages from Japan with radiation », Reuters, 30 mars 2011, consulté sur www.reuters.com le 30 mars 2011
  212. (en) Melinda Joe, « Tohoku brewers: 'Drink without restraint!' », The Japan Times, 8 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 8 avril 2011
  213. (fr)« Annulations en masse des réservations d'hôtel au Japon », Aujourd'hui le Japon, le 13 avril 2011
  214. (en) Golden Week holiday travelers to fall 27% due to quake, AP sur Beitbart, le 18 avril 2011
  215. (en)« 780,800 foreigners visited in April », The Japan Times, 26 mai 2012, consulté sur www.japantimes.co.jp le 1er juin 2012
  216. (en)Danielle Demetriou, « Sole surviving pine tree and symbol of Japan's post-tsunami hope is dying », The Telegraph, 5 décembre 2011, consulté sur www.telegraph.co.uk le 11 mars 2012
  217. (en) Eric Bellman, « Japan's Farmers Confront Toxins From the Tsunami », The Wall Street Journal, 6 avril 2011, consulté sur online.wsj.com le 17 avril 2011
  218. (en) Chris Cooper, « Floating Houses Pose Bigger Test for Ships Than Japan Radiation », Bloomberg, 5 avril 2011, consulté sur www.bloomberg.com le 14 avril 2011
  219. Philippe Simon, « Les déchets du tsunami dérivent dans le Pacifique », Ouest-France, 21 juin 2011, consulté sur www.ouest-france.fr le 21 juin 2011
  220. Frédéric Mouchon, « Une mer de déchets au cœur du Pacifique », sur Le Parisien,‎ 20 juin 2011
  221. (fr) « Les débris du tsunami du 11 mars approchent d'Hawaii », Le Monde, 26 octobre 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 26 octobre 2011
  222. (fr) « Un chalutier japonais emporté lors du tsunami a été repéré au large du Canada », Le Dauphiné libéré,‎ 25 mars 2012 (lire en ligne)
  223. (en) Alex Martin, « Farmers struggle amid tsunami aftermath », The Japan Times, 8 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 8 avril 2011
  224. (en) Tim Sullivan, « Tsunami survivors face monstrous cleanup task », The Japan Times, 26 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 27 mars 2011
  225. (en) « Tsunami Left 16 Years’ Worth of Waste — Academic », The Wall Street Journal, 1er avril 2011, consulté sur blogs.wsj.com le 1er avril 2011
  226. a et b (en) « Leaks into sea 20,000 times over safe limit », The Japan Times, 22 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 22 avril 2011
  227. (fr) « Fukushima : trois fois plus de rejets radioactifs en mer qu'estimé », Le Monde, 9 septembre 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 9 septembre 2011
  228. (fr) Bruno Trevidic, « Les compagnies aériennes mises en garde contre un nuage radioactif dans le Nord du Japon », Les Échos, 16 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 21 mars 2011.
  229. (fr) « Mesures de radioactivité inquiétantes à Tokyo », Les Échos, 17 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 21 mars 2011.
  230. (en) David E. Sanger, Matthew L. Wald, Hiroko Tabuchi, « U.S. Calls Radiation ‘Extremely High;’ Sees Japan Nuclear Crisis Worsening », The New York Times, 17 mars 2011, consulté sur www.nytimes.com le 20 mars 2011
  231. (fr) « L'impact sanitaire de Fukushima inquiète au-delà du Japon », La Tribune, 23 mars 2011, consulté sur www.latribune.fr le 23 mars 2011
  232. modélisation au 18 mars, de la trainée de contamination de l'air, par le Central Institute for Meteorology and Geodynamics
  233. a et b (en) Juro Osawa, « Elevated Radioactivity Found in Japanese Milk, Spinach », The Wall Street Journal, 19 mars 2011, consulté sur online.wsj.com le 20 mars 2011.
  234. (en) « Radiation in fish caught off Ibaraki hits local fishing industry », The Mainichi Shimbun, 6 avril 2011, consulté sur mdn.mainichi.jp le 8 avril 2011
  235. (en) Kanako Takahara, « First food ban issued in nuke crisis, 'Kakina,' spinach, milk slightly hot », The Japan Times, 22 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 21 mars 2011.
  236. (fr) Yann Rousseau, « Le Japon s'inquiète désormais pour son agriculture », Les Échos, 21 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 21 mars 2011.
  237. (en) « Quake shifted Japan by over two meters », Deutsche Welle, 14 mars 2011.
  238. Eryn Brown, « Japan earthquake shifted Earth on its axis, Los Angeles Times, 12 mars 2011.
  239. Richard Lovett, « Japan Earthquake Not the “Big One”? », National Geographic News, 14 mars 2011.
  240. Jopel Achenbach, « Japan: The 'Big One' hit, but not where they thought it would », The Washington Post, 11 mars 2011.
  241. Devin Powell, « Japan Quake Epicenter Was in Unexpected Location », Wired News, 17 mars 2011.
  242. a et b (fr) Yann Rousseau, « Le Premier ministre joue sa survie dans l'organisation des secours », Les Echos, 14 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 15 mars 2011
  243. a et b (en) « Ishihara sorry for quake gaffe », The Japan Times, 16 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 16 mars 2011
  244. (en) Eric Johnston, « Lessons learned in Kobe aid relief effort », The Japan Times, 15 mars 2011, consulté japantimes.co.jp le 15 mars 2011
  245. a et b (fr) « Le Japon dépêche ses forces d'autodéfense vers la zone du séisme », Romandie news, 11 mars 2011, consulté sur www.romandie.com le 13 mars 2011
  246. Yann Rousseau, « Japon : quand Naoto Kan fend l'armure », Les Échos, 15 mars 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 15 mars 2011
  247. (en) « Govt, TEPCO to set up headquarters », The Yomiuri Shimbun, 15 mars 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 14 mars 2011
  248. (en) « Sengoku to beef up relief efforts », The Japan Times, 18 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 18 mars 2011
  249. a et b (en) « Chorus Leader, Twitter Sensation, Prime Minister? », The Wall Street Journal, 21 mars 2011, consulté sur blogs.wsj.com le 21 mars 2011
  250. (en) Masami Ito, « Kan breaks silence, vows to help locals rebuild lives », The Japan Times, 26 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 27 mars 2011
  251. a et b (en) « Contingency funds to help cover quake, tsunami relief measures », The Japan Times, 14 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 14 mars 2011
  252. (en) « LDP resists 'grand coalition' / Party willing to help with disaster efforts--but not within Cabinet », The Yomiuri Shimbun, 21 mars 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 21 mars 2011
  253. (en) « Grand coalition plan divides DPJ », The Japan Times, 2 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 2 avril 2011
  254. (en) Linda Sieg, Mayumi Negishi, « Calls grow for Japan PM to quit in wake of quake », Reuters, 14 mars 2011, consulté sur www.reuters.com le 14 mars 2011
  255. (en) « Rice stockpile stands ready: Kano », The Japan Times, 17 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 17 mars 2011
  256. (en) « Elections in disaster-hit areas », The Japan Times, 17 novembre 2011, consulté sur www.japantimes.co.jp le 21 décembre 2011
  257. a et b (en) Takahiro Fukuda, « Ishihara ups ante in quake response », The Japan Times, 16 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 16 mars 2011
  258. (en) Takahiro Fukuda, « Capital has no iodine prep plans », The Japan Times, 17 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 17 mars 2011
  259. (ja) 平成23年東北地方太平洋沖地震による災害についてのお見舞い, Imperial Household Agency, 12 mars 2011, consulté sur www.kunaicho.go.jp le 16 mars 2011
  260. (fr) Émilie Cailleau, « L'intervention de l'empereur souligne la gravité des événements », Le Monde, 16 mars 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 16 mars 2011
  261. (en) Yoree Koh, « Japan Imperial Household Offers Crisis Help », The Wall Street Journal, 28 mars 2011, consulté sur blogs.wsj.com le 28 mars 2011
  262. (en) « Imperial Couple to visit evacuees », The Japan Times, 8 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 8 avril 2011
  263. (en)Edan Corkill, « Planning pays off as NHK takes its quake news global », The Japan Times, 20 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 22 mars 2011.
  264. (ja) « Ustream Asia、民放TV各局の東北地方太平洋沖地震報道番組を同時配信 -INTERNET Watch (nouveautés en direct) » (consulté le 13 mars 2011)
  265. (en) « Earthquake news dominates the channels; CM of the week: Advertising Council Japan », The Japan Times, 20 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 22 mars 2011.
  266. Philippe Mesmer, « La presse japonaise appelle à l'unité nationale après le séisme », L'Express, 12 mars 2011, consulté sur www.lexpress.fr le 13 mars 2011.
  267. « Nucléaire : le gouvernement japonais critiqué pour la lenteur de sa réaction », Le Monde, 13 mars 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 13 mars 2011.
  268. (fr) Laurent Abadjian, « La Japonaise qui a fait le tour du monde », Télérama, 21 mars 2011, consulté sur www.telerama.fr le 22 mars 2011.
  269. (fr) Charlotte Pudlowski, « Japon : pourquoi est-ce que les images de cadavres sont aussi rares ? », 20 minutes, 15 mars 2011, consulté sur www.20minutes.fr le 16 mars 2011
  270. (fr) Frédérique Roussel, « Sur les photos, “une absence de cadavres” », Libération, 15 mars 2011, consulté sur www.liberation.fr le 16 mars 2011.
  271. (en)« Be objective, not sensationalist, foreign media told », The Japan Times, 8 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 8 avril 2011
  272. (fr) Philippe Pelletier, « Japon : le regard tordu des Occidentaux », Cyberpresse, 13 mars 2011, consulté sur www.cyberpresse.ca le 16 mars 2011.
  273. (fr) « Fukushima : arrêtez le cinoche “Armageddon”, fermez-la ! », Rue89, 18 mars 2011, consulté sur www.rue89.com le 20 mars 2011.
  274. (en) Eric Johnston, « Foreign media take flak for fanning fears: Sensationalist reports spark debate on timid domestic press », The Japan Times, 21 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 20 mars 2011.
  275. (en) Tim Goodman, « Analysis: TV Cable Coverage of Japan Crisis Is Lacking », The Hollywood Reporter, 15 mars 2011, consulté sur www.hollywoodreporter.com le 20 mars 2011.
  276. (en) Keith Bradsher, William J. Broad, Mark McDonald, « Dearth of Candor From Japan’s Leadership », The New York Times, 16 mars 2011, consulté sur www.nytimes.com le 18 mars 2011.
  277. (en)Kumi Sato, Michael J. Alfant, « With the world looking in, Japan needs to speak out », The Japan Times, 9 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 9 avril 2011
  278. (en)« Kan expresses deep 'regret' over nuclear crisis in article run by English newspapers », Japan Today, 17 avril 2011, consulté sur www.japantoday.com le 19 avril 2011
  279. (ja)« 南三陸町の医師と南相馬市長、タイム誌「世界の100人」に », Reuters, 22 avril 2011, consulté sur jp.reuters.com le 22 avril 2011
  280. (fr) Olivier Robillar, « Japon : les États-Unis bloquent, la Chine censure », Clubic, 16 mars 2011, consulté sur www.clubic.com le 16 mars 2011.
  281. (en) Kenneth Maxwell, « Kenzaburo Oe: Japan ‘Burned by the Nuclear Fire’ », The Wall Street Journal, 18 mars 2011, consulté sur blogs.wsj.com le 28 mars 2011.
  282. (en) « Nobel laureate Oe urges nation to end reliance on nuclear power », The Japan Times, 8 septembre 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 7 septembre 2011
  283. (en) Ryu Murakami, « Amid Shortages, a Surplus of Hope », The New York Times, 17 mars 2011, consulté sur www.nytimes.com le 28 mars 2011.
  284. (fr) « Pour le mangaka Motorô Mase, le drame japonais va influencer tous les artistes », Le Point, 18 mars 2011, consulté sur www.lepoint.fr le 28 mars 2011.
  285. (en) Kenneth Maxwell, « Murakami Slams Japan’s Nuclear Choice », The Wall Street Journal, 10 juin 2011, consulté sur blogs.wsj.com le 21 juin 2011
  286. (en) Andrew Joyce, « ‘Tokyo Story’ Remake Paused, Will Reflect March 11 Impact », The Wall Street Journal, 15 avril 2011, consulté sur blogs.wsj.com le 15 mars 2011
  287. (en) Juro Osawa, « After Murakami, Miyazaki’s Ghibli Rejects Nuclear…Sort Of », The Wall Street Journal, 20 juin 2011, consulté sur blogs.wsj.com le 21 juin 2011
  288. (en) « A time to demonstrate solidarity with Japan », The Japan Times, 23 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 28 mars 2011.
  289. (fr) « Le Japon déploie ses soldats, le monde envoie des secours », Libération, 13 mars 2011, consulté sur www.liberation.fr le 13 mars 2011
  290. (en) « Gov't pours effort into delivering supplies to quake-ravaged areas », The Mainichi Shinbum, 17 mars 2011, consulté sur mainichi.jp le 17 mars 2011
  291. (en) « Local govts lend helping hand / Officials pour into disaster-stricken areas with supplies, advice », The Yomiuri Shimbun, 28 mars 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 28 mars 2011
  292. (fr) « Japon : soldats japonais et américains à la recherche de corps », Le Monde, 1er avril 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 1er avril 2011
  293. (en) Chester Dawson, « U.S. Forces Scale Back Relief Work », The Wall Street Journal, 1er avril 2011, consulté sur online.wsj.com le 1er avril 2011
  294. a, b et c (en) « Donations to Japanese Red Cross Society for quake victims top 59.4 billion yen », Mainichi Shimbun, 31 mars 2011, consulté sur mainichi.jp le 1er avril 2011
  295. a et b « Massive debate slowed quake aid: Red Cross », The Japan Times, 10 septembre 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 10 septembre 2011
  296. (en) « Medical support quickly provided », Yomiuri Shimbun, 17 avril 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 17 avril 2011
  297. (en) « 70% of Tohoku hospitals affected / 1 month on, survey finds nearly 20 percent still not back to normal », Yomiuri Shimbun, 15 avril 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 17 avril 2011
  298. (en) Terril Yue Jones, « From society's shadows, yakuza among first with relief supplies », Reuters, 25 mars 2011, consulté sur uk.news.yahoo.com le 28 mars 2011
  299. (fr) « La reconstruction après le séisme, un enjeu pour la mafia japonaise », Le Monde, 25 mars 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 28 mars 2011
  300. (en) Chizu Nomiyama, « Factbox: Japan disaster in figures », Reuters, 21 mars 2011, consulté sur www.webcitation.org le 27 mars 2011
  301. Alicia Robinson, « JAPAN QUAKE: Riverside officials plan aid for Sendai », The Press-Enterprise, 11 mars 2011, consulté sur blogs.pe.com le 11 mars 2011
  302. Sarah Blaskovich, « Mayor sends condolences to Sendai, Japan, a Friendship City of Dallas », Pegasus News, 11 mars 2011, consulté sur www.pegasusnews.com le 11 mars 2011
  303. « Rennes prête à aider la ville de Sendaï », Le Figaro, 11 mars 2011, consulté sur www.lefigaro.fr le 11 mars 2011
  304. (en) Stephanie Nebehay, « Le Japon demande l'aide internationale », sur Reuters,‎ 11 mars 2011 (consulté le 13 mars 2011)
  305. (en) Current situation and the Government of Japan's response, Ministère des affaires étrangères du Japon, 28 mars 2011, consulté sur www.mofa.go.jp le 28 mars 2011
  306. (en) Kristalina Georgieva, « The European Union Responds to Japan's request for coordinated support », Commission Européenne, consulté sur ec.europa.eu le 28 mars 2011
  307. a et b (en) Masami Ito, « First foreign doctors arrive to help victims », The Japan Times, 28 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 27 mars 2011
  308. a et b (en) Tetsu Okazaki, Junichi Fukazawa, Hideaki Hayashi, Ryoichi Teraguchi, « Delays plague distribution of overseas aid », The Yomiuri Shimbun, 29 mars 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 28 mars 2011
  309. (en) Shinichi Saoshiro, Yoko Nishikawa, « France and U.S. to help Japan in nuclear crisis », Reuters, 29 mars 2011, consulté sur www.reuters.com le 30 mars 2011
  310. (en) « Many countries helping Japan tame N-plant », The Yomiuri Shimbun, 31 mars 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 31 mars 2011
  311. (fr) Yann Rousseau, « Areva va nettoyer l'eau de Fukushima », Les Échos, 19 avril 2011, consulté sur www.lesechos.fr le 21 avril 2011
  312. (en) Frank Ching, « Japan-China relations warming up in crisis », The Japan Times, 1er avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 1er avril 2011
  313. (fr) Michel Temman, « Hauts secours pour le Japon », Libération, 28 mars 2011, consulté sur www.liberation.fr le 1er avril 2011
  314. (en) « Disaster aid puts new face on U.S. military », The Japan Times, 28 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 27 mars 2011
  315. (fr) Claire Gatinois, « La Bourse de Tokyo résiste au choc du séisme », Le Monde, 14 mars 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 14 mars 2011.
  316. (en) « Updated details on nation's unprecedented natural, nuclear disasters », The Japan Times, 23 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 22 mars 2011.
  317. (en) Alan Wheatley, « Special report: Why Japan will avert a fiscal meltdown », Reuters, 17 mars 2011, consulté sur le 30 mars 2011
  318. (fr) « Le Japon bien armé pour absorber le choc économique du séisme », Agence France Presse, 14 mars 2011, consulté sur Google News le 28 mars 2011
  319. (en) « Massive reconstruction aid to cover local govt costs », The Yomiuri Shimbun, 28 mars 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 28 mars 2011
  320. (fr) Morgane Remy, « Tepco reçoit des aides financières pour reconstruire », Usine-Nouvelle, 23 mars 2011, consulté sur www.usinenouvelle.com le 28 mars 2011
  321. (en) Toru Fujioka, Takashi Hirokawa, « Assassinated Depression-Era Japan Finance Chief Invoked in Rebuild Debate », Bloomberg, 25 mars 2011, consulté sur www.bloomberg.com le 28 mars 2011
  322. (en) « In wake of disaster, tax hike issue revisited », The Japan Times, 29 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 28 mars 2011
  323. (en) « Special quake budget planned for next month », The Japan Times, 30 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 30 mars
  324. (en) « Child-rearing benefits face ax / Handouts to be abolished to free up funds for quake reconstruction », The Yomiuri Shimbin, 14 avril 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 14 avril 2011
  325. (en) « Funding reconstruction », The Japan Times, 2 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 2 avril 2011
  326. (en) Tetsushi Kajimoto, « Japan passes quake relief budget, more spending to follow », Reuters, 2 mai 2011, consulté sur www.reuters.com le 8 mai 2011
  327. Le Japon adopte un budget pour la reconstruction post-séisme, LeMonde.fr, le 25 juillet 2011
  328. « La reconstruction pourrait durer cinq ans au Japon » publié dans L'Express le 16 mars 2011
  329. (en) « Evacuees begin moving into provisional housing », The Yomiuri Shimbun, 10 avril 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 10 avril 2011
  330. (en) Kanako Takahara, « Disaster toll still incalculable », The Japan Times, 12 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 12 avril 2011
  331. « Iwate shuts down last evacuation shelters. Prefecture is first among the hardest-hit areas », The Japan Times, 1er septembre 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 10 septembre 2011
  332. (en) « Miyagi completes work on temporary housing », The Japan Times, 7 novembre 2011, consulté sur www.japantimes.co.jp le 21 décembre 2011
  333. (en) « Tohoku coastal-area job losses look to top 81,500 », The Japan Times, 9 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 9 avril 2011
  334. (en) Jobless claims quadruple in disaster zone, The Japan Times, 8 novembre 2011, consulté sur www.japantimes.co.jp le 21 décembre 2011
  335. (en) « Disaster-area firms '1st in line' for contracts », Yomiuri Shimbun, 3 avril 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 9 avril 2011
  336. (en) « Deregulate disaster-hit zones, says Keidanren », The Japan Times, 9 avril 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 9 avril 2011
  337. (en) Aki Ito, Kathleen Chu, « Osaka's allure increases », The Japan Times, 31 mars 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 1er avril 2011
  338. (en) « Osaka mayor to Tokyo: It's time to spread risk », The Japan Times, 14 juin 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 21 juin 2011
  339. (en) « Kan eyes thorough review of gov't plan to build more nuclear plants », Mainichi Shimbun, 1er avril 2011, consulté sur mainichi.jp le 1er avril 2011
  340. (en) « Kan sets 20% target for renewable energy. Nuclear plant crisis impetus for 'drastic' policy change », The Japan Times, 27 mai 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 21 juin 2011
  341. « Decon plan may cost ¥220 billion », The Japan Times, 10 septembre 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 10 septembre 2011
  342. (en) « Recovery panel to include govs, architect », The Yomiuri Shimbun, 10 avril 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 10 avril 2011
  343. (en) Kenji Yoshimura, Jiro Ikeguchi, « Stormy start for rebuilding panel / Dispute over mandate, authority does not bode well for new council », The Yomiuri Shimbun, 16 avril 2011, consulté sur www.yomiuri.co.jp le 11 avril 2011
  344. (en) « Draft for reconstruction », The Japan Times, 20 juin 2011, consulté sur japantimes.co.jp le 21 juin 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]