Michel Gondry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michel Gondry

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Michel Gondry en 2012 au festival du cinéma américain de Deauville

Naissance 8 mai 1963 (51 ans)
Versailles, Yvelines, Île-de-France, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Réalisateur
Scénariste
Films notables Eternal Sunshine of the Spotless Mind
Soyez sympas, rembobinez
The Green Hornet
Site internet www.michelgondry.com

Michel Gondry est un réalisateur et scénariste français, né le 8 mai 1963 à Versailles (Yvelines). Plus secondairement, il est également musicien et auteur de quelques bandes dessinées[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Les vidéo-clips[modifier | modifier le code]

Son grand-père, Constant Martin, est l'inventeur du Clavioline, un des tout premiers synthétiseurs en 1947. Son père était électronicien et informaticien, passionné de jazz, pianiste et organiste amateur. Il travailla dans l'industrie des télécommunications, avant de collaborer avec Constant Martin. Son frère François, fut le bassiste du groupe Ludwig von 88 et le patron du Goéland. Michel Gondry a donc toujours baigné dans le monde de la musique. Enfant, il voulait être inventeur ou peintre. Après avoir fait un BTS Tapisserie au lycée de Sèvres, il poursuit sa formation à l'École Olivier-de-Serres (École des arts appliqués) à Paris.

Là-bas naîtra le groupe pop Oui Oui, dans lequel il prend le poste de batteur. Le groupe se sépare en 1992. Gondry réalise les clips de plusieurs singles : La Ville, Les Cailloux, Ma Maison. Il réalise le clip Les voyages immobiles pour Étienne Daho qui invite Oui Oui en première partie de ses concerts au Zenith de Paris. La même année, il travaille également avec Robert et Jean-François Coen.

En voyant le clip La Ville sur MTV, Björk a tout de suite voulu travailler avec Michel Gondry. C'est le début d'une fructueuse collaboration : Human Behaviour, Army Of me, Isobel, Hyperballad, Joga, Bachelorette, Declare Independence et Crystalline.

Les demandes affluent : les Rolling Stones (Like a Rolling Stone), IAM (le Mia), Jean-François Coen (La Tour de Pise) ou encore Kylie Minogue (Come into my world), assez rapidement le public commence à percevoir un « style Gondry » – il faut dire que la presse française commence à parler beaucoup de Gondry, elle aime les success story de Français à l'étranger. Ce style n'est pas une simple marque de fabrique comme chez Jean-Baptiste Mondino dont les clips, à quelques exceptions près, sont caractérisés par une belle image, de préférence en noir et blanc, et un ton sentimental. Le « style Gondry » pousse la logique du clip vidéo au maximum puisque d'une part l'auteur se donne le droit à l'expérimentation et, d'autre part, la musique est au centre de chaque film (et parfois, plus encore que la musique, la rythmique). Curieusement, les clips réalisés pour Björk ne sont pas les plus typiques de cette logique d'expérimentation, il est probable qu'ils procèdent vraiment du télescopage de deux univers musicaux, celui de Björk et celui de Gondry lui-même. Il est possible aussi que le personnage de Björk soit suffisamment fort ou fascinant pour imposer des clips qui le montrent…

Il y a souvent un peu d'épate chez Gondry, des effets qui étonnent les professionnels de l'image plus encore que le public : comment fait-il ça ? Il faut dire que Gondry évite d'appliquer les solutions « prêt-à-porter », il invente ses propres outils de travail. Et même lorsqu'il utilise des techniques pour lesquelles des outils logiciels ou matériels existent, il le fait de manière très personnelle, c'est par exemple le cas avec le morphage : alors que les publicitaires ou d'autres auteurs de clips se focalisaient sur la transformation d'une personne en une autre (un homme qui devient une femme, un animal qui en devient un autre…), Gondry utilise le morphage pour interpoler des trajets de caméra (le Mia) ou pour transformer des vidéos en objets abstraits (Like a Rolling Stone). Dans ce dernier clip, le morphage est également utilisé pour simuler des mouvements à partir de photographies fixes. Il semble que les effets d'images arrêtées (réalisé au moyen de centaines d'appareils photos synchronisés) tels qu'on en voit dans le film Matrix soient une invention de Michel Gondry pour une publicité de la marque Smirnoff, ce qui fait de Gondry un Méliès ou un Marey d'aujourd'hui. Cependant ce principe existe aussi dans l'œuvre de l'artiste français Emmanuel Carlier (Temps morts, présenté en 1995 à la Biennale de Lyon), par ailleurs réalisateur de nombreuses publicités.

Une des caractéristiques du travail de Michel Gondry est le refus des compromis : si un musicien ou sa maison de disques accepte un vidéoclip expérimental mais demandent à Gondry d'intercaler des gros plans sur le visage du chanteur, Gondry refuse, et cette intégrité ne s'est jamais démentie excepté dans le domaine de la publicité, si dur pour les créateurs qui ne maîtrisent jamais le montage final qui est fait de leurs images (par exemple, dans une pub pour les jeans Levi's, au demeurant très marquante visuellement, la bande-son est changée : tout l'effort de synchro entre image et son et tout le sens qui en découle disparaît). Dans le domaine publicitaire, on peut trouver un exemple de la « patte Gondry » avec ses publicités pour Air France, sur Asleep from day, une musique des Chemical Brothers, interprétée par Hope Sandoval.

Le cinéma[modifier | modifier le code]

Michel Gondry avait déjà réalisé deux courts-métrages dont La Lettre en 1998, qui est remarqué. En 2001, Michel Gondry sort le long-métrage Human nature, avec Patricia Arquette, Rhys Ifans et Tim Robbins, d'après un scénario de Charlie Kaufman qui avait déjà écrit Dans la peau de John Malkovich pour Spike Jonze (un autre clippeur très créatif). Le film est une fable philosophique sur les genres et la misérable condition humaine face à la sexualité.

En 2004, il réalise Eternal Sunshine of the Spotless Mind, avec Jim Carrey et Kate Winslet, toujours sur un scénario de Charlie Kaufman, et, cette fois, sur une idée de l'artiste Pierre Bismuth. Le film recevra l'Oscar du meilleur scénario et permettra à Gondry de confirmer son talent.

Pour La Science des rêves, sorti en août 2006, il revient du côté de la France puisque le film est à la fois tourné en français et en anglais avec des acteurs français dont Charlotte Gainsbourg, Alain Chabat, Miou-Miou et Emma de Caunes. Gael García Bernal est également de la partie, il y tient le rôle principal. Pour ce film, Michel Gondry a participé seul au scénario.

Il a réalisé le film Soyez sympas, rembobinez en 2007, sorti en salle en mars 2008, dont le titre original est Be kind Rewind avec Jack Black et Mos Def.
En 2008, sort également dans Tokyo!, le court-métrage Interior Design, dont il est le réalisateur, adaptation de Cecil and Jordan in New York de Gabrielle Bell (en). Cette dernière participera à l'écriture du court-métrage[2].

Michel Gondry en 2008.

En 2011, il s'essaie au blockbuster avec The Green Hornet, adaptation de la série télévisée des années 1960 Le Frelon vert. Seth Rogen, coscénariste du film, y tient le rôle principal, aux côtés de Jay Chou, Cameron Diaz et Christoph Waltz.

Un DVD anthologique permet de se faire une meilleure idée du travail de Michel Gondry (The Work of Director Michel Gondry, paru en 2003). Un second DVD, intitulé Michel Gondry 2: More Videos Before and After DVD 1 est paru en 2009.

En 2012, il présente The We and the I (Le nous et le je) à la quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes 2012[3]. Dans la même année, il réalise aussi une adaptation de L'Écume des jours de Boris Vian avec Omar Sy, Audrey Tautou et Romain Duris, sortie le 24 avril 2013.

Autres[modifier | modifier le code]

Art contemporain[modifier | modifier le code]

En novembre 2005, Michel Gondry et Pierre Bismuth inaugurent à la Cosmic Galerie (Paris) une installation vidéo intitulée The All Seeing Eye (l'œil qui voit tout). La caméra balaie une pièce, apparemment en boucle, mais des objets disparaissent régulièrement jusqu'à ce que l'endroit soit totalement vide. Le projecteur tourne sur son axe et effectue une course comparable à celle qu'effectue la caméra.

Publicité[modifier | modifier le code]

Michel Gondry est le réalisateur de nombreuses publicités qui portent plus (Air France) ou moins (Nespresso, Eurostar) la marque de leur auteur.

Animation[modifier | modifier le code]

Michel Gondry a été décorateur pour les séries télévisées Les Triplés (Télé Hachette) et Rahan (Y Films pour France Animation Montreuil).

Usine Des Films Amateurs[modifier | modifier le code]

Michel Gondry développe en 2011 l'idée d'une « usine » dans laquelle seront mis à disposition gratuitement tous le matériel nécessaire pour réaliser des courts métrages (caméras, costumes, éléments de décors...) dans le seul but de permettre aux gens d'exprimer leur créativité. Ce projet serait effectif en 2016 dans des locaux situés en Seine-Saint-Denis, à Aubervilliers[4]. Il est finalement annulé pour raisons budgétaires[5].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Projets[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Clips[modifier | modifier le code]

Publicités[modifier | modifier le code]

  • Nespresso - The Boutique en 2006, avec George Clooney.
  • Air France - Le passage (1999), Le Nuage (2002) ; tous deux sur la chanson Asleep from day des Chemical Brothers
  • Levi's - Mermaids (1996), Drugstore[12] (1996), Bellybutton (2001), Swap (2002)
  • Nike - The Long, Long Run (1999), Leo (2000)
  • Gap, Smirnoff, Coca Cola, Adidas, Polaroid, ...
  • Gillette, 2013

Télévision[modifier | modifier le code]

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

Albums du groupe Oui Oui[modifier | modifier le code]

  • Chacun tout le monde (1989)
  • Formidable (1992)

Publications[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Henry Keazor, Thorsten Wübbena, Video Thrills The Radio Star. Musikvideos: Geschichte, Themen, Analysen. Bielefeld 2005, p. 90ss., p. 288ss.
  • (de) Henry Keazor, « Emotional Landscapes: Die Musikvideos von Michel Gondry und Björk », in: Klanglandschaften, hrsg. von Manuel Gervink und Jörn Pieter Hiekel, Hofheim 2009, p. 45 - 63. ISBN 978-3-936000-59-7.
  • (en) Michel Gondry, You'll like this film because you're in it : The Be Kind Rewind Protocol, Picture Box, Brooklyn, 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]