Dacca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dacca
Monument du square BangaBandhu
Monument du square BangaBandhu
Administration
Pays Drapeau du Bangladesh Bangladesh
District Dacca
Maire Sadeque Hossain Khoka
Indicatif téléphonique +53
Démographie
Population 7 000 940 hab. (2008)
Densité 45 508 hab./km2
Géographie
Coordonnées 23° 42′ 00″ N 90° 22′ 30″ E / 23.7, 90.375 ()23° 42′ 00″ Nord 90° 22′ 30″ Est / 23.7, 90.375 ()  
Altitude 60 m
Superficie 15 384 ha = 153,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bangladesh

Voir sur la carte Bangladesh administrative
City locator 14.svg
Dacca
Liens
Site web http://www.dhakacity.org/

Dacca[1] ou Dhaka (en bengali : ঢাকা, API : [ɖʱaka]) est la capitale, la plus grande ville et le centre politique, culturel et économique du Bangladesh. Située sur la rive gauche de la rivière Buriganga, Dacca est une mégapole et l'une des plus grandes villes du sous-continent indien, avec une population d'environ 15 millions d'habitants en 2010, ce qui en fait la 9e plus grande agglomération au monde.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée au cours du Xe siècle, Dacca prend son essor lorsqu'elle sert de capitale aux nâwabs du Bengale de 1608 à 1704, où elle est connue sous le nom de Jahangir Nagar, puis décline lorsque la capitale est transférée à Murshidabad. La ville passe sous administration britannique en 1765, est constituée en municipalité en 1864, mais ne retrouve de l'importance que lorsqu'elle devient la capitale du Bengale oriental et de l'Assam lors de la Partition du Bengale (1905-1912).

En 1956, elle est le chef-lieu du Pakistan oriental, puis lorsque cette partie orientale du Pakistan fait sécession (1971) Dhaka devient capitale du nouvel état, le Bangladesh. Elle subit de nombreux dégats durant la guerre civile. La ville abandonne sa graphie romanisée de Dacca et prend sa nouvelle orthographe de « Dhaka » en 1982.

En février 2009, une importante Mutinerie des gardes-frontières la secoue, faisant 74 morts.

Géographie et climat[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Kawran Bazar
Shahid Sriti Stombho à Sohrawardy Uddan.

La ville est située au centre du pays sur le Buriganga, un canal de la Dhaleswari, au cœur de la plus grande région de culture de jute du monde. C'est le centre industriel, administratif et commercial du Bangladesh, où l'on fait le commerce du jute, du riz, des oléagineux, du sucre et du thé. Les températures évoluent en été entre 21 et 37 °C, en hiver entre 10 et 32 °C.

La zone où se trouve la ville est densément peuplée et sujette aux inondations causées par la mousson.

Climat[modifier | modifier le code]

Dhaka a un climat tropical caractérisé par une période de moussons. Il y a trois saisons distinctes :

  • l'hiver (de novembre à février) sec avec des températures allant de 10 à 20 °C ;
  • la pré-saison des moussons (de mars à mai) avec de faibles précipitations et des températures pouvant atteindre plus de 40 °C ;
  • la mousson (de juin à octobre) avec de fortes précipitations et des températures autour de 30 °C. La majorité des précipitations, soit 80 % de la moyenne annuelle de 2 540 mm, se concentre durant la période des moussons. Le taux d'humidité moyen est de 80 %.

Quartiers[modifier | modifier le code]

  • Agargaon
  • Badda
  • Baridhara
  • Demra
  • Dhanmondi
  • Gulshan
  • Hazaribag
  • Kafrul
  • Kamrangirchar
  • Kotwali
  • Lalbag
  • Mohakhali
  • Mohammadpur
  • Moripur
  • Mirpur
  • Pallabi
  • Savar
  • Shyampur
  • Sutrapur
  • Tejgaon
  • Uttara.

Démographie[modifier | modifier le code]

Le premier recensement de la population fait état de 69 212 habitants en 1872. La population a crû régulièrement jusqu'à la partition des Indes. La partition de 1947 a créé une forte émigration de population musulmane venant de l'Inde, ce qui s'est traduit en 1951 par une augmentation de la population de la ville jusqu'à 336 000 habitants. La croissance démographique de la ville a explosé à partir de l'indépendance du pays en 1971.

La population présente dans la subdivision administrative Dhaka City Corporation est d'environ 7 millions d'habitants, mais la population de l'aire métropolitaine est en 2010 de 14,6 millions habitations. La population de l'agglomération croît de 4,2 % par an, ce qui est l'une des croissances urbaines les plus fortes d'Asie et du monde. Dhaka est aussi l'une des villes avec la plus forte densité de population au monde.

Si 30 % de sa population vit dans des bidonvilles, le taux d'alphabétisation est passé de 2001 à 2010 de 62,3 % à 72,7 %, ce qui largement supérieur à la moyenne nationale qui est de 56,5 %.

Évolution de la population
Année Habitants
1801 200 000
1840 51 636
1872 69 212
1881 79 076
1911 125 700
1941 239 000
1951 336 000
Année Habitants
1961 556 000
1974 1 680 000
1981 3 440 000
1991 6 150 000
2004* 10 403 957
2008 13 240 743
2011 13 500 000
(*) Estimation

Source : [1]

Économie[modifier | modifier le code]

Dacca

Dhaka est une des régions du Bangladesh les plus prospères du point de vue économique. Elle produit de nombreux biens allant des produits traditionnels comme le textile, l'argent, l'or à l'électronique. L'activité industrielle la plus importante est la production textile qui représente 80 % des recettes d'exportation totales.

Plusieurs institutions se trouvent dans la capitale. La banque centrale du Bangladesh est située dans la ville.

Culture[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Dacca est connue pour ses 700 mosquées. La ville compte de nombreux monuments, dont le temple Dakeshwari (« de la déesse cachée », dont la ville tire probablement son nom), le palais Bara Katra, Hoseni Dalan, le fort Lal Bagh et le parlement Jatiyo Sangshad Bhaban (le bâtiment de l'Assemblée nationale conçu par l'architecte américain Louis Kahn, pour lequel il a reçu un prix, est un emblème de l'architecture contemporaine de la ville).

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville compte aussi plusieurs établissements d'enseignements supérieurs dont l'université de Dacca (1921), l'université de technologie et d'ingénierie du Bangladesh - BUET (1876) et l'université de Jahangirnagar (1970). La langue nationale, parlée par une très grande partie de la population, est le bengali, l'anglais n'étant parlé que par la classe de la population la plus aisée, vu la très grande pauvreté du pays. L'urdu est encore parlé par ceux qui connurent le temps où le Pakistan était un pays en deux parties séparées par l'Inde, avant 1972.

Religion[modifier | modifier le code]

Environ 87% des habitants sont musulmans, la majorité d'entre eux étant sunnites. Les hindous représentent environ 12% de la population tandis que les bouddistes et les chrétiens sont approximativement 0,5% pour chacune des communautés.

Archevêché[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

La ville a accueilli les Jeux d'Asie du Sud à trois reprises : en 1985, en 1993, puis en 2010.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Arrêté français du 4 novembre 1993 relatif à la terminologie des noms d'États et de capitales#Liste annexée ABCDE, sub verbo Bangladesh donne la forme Dacca pour la capitale, la forme Dhaka étant indiquée à titre de variante.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Elisa T. Bertuzzo, Fragmented Dhaka: analysing everyday life with Henri Lefebvre's Theory of production of space, F. Steiner Verl., Stuttgart, 2009, 226 p. (ISBN 978-3-515-09404-7)
  • (en) A. Z. M. Iftikhar-ul-Awwal (dir.), Photographic album of old Dhaka, [Bangladesh National Museum, Dhaka, 2003, 132 p. (ISBN 978-984-585006-3)
  • (en) Hafiza Khatun, Dhakaiyas on the move, Academic Press and Publishers, Dhaka, 2003, 160 p. (ISBN 978-984-080180-0)
  • (en) Jane A. Pryer, Poverty and vulnerability in Dhaka slums: the urban livelihood study, Ashgate, Burlington, VT, 2003, 203 p. (ISBN 978-0-7546-1864-5)
  • (en) Golam Rabbani, Dhaka, from Mughal outpost to metropolis, University Press Ltd., Dhaka, 1997, 207 p. (ISBN 984-051374-5)
  • (fr) Joël Le Quément, La pauvreté durable ? : au Bangladesh, à Dhaka et dans le monde, L'Harmattan, Paris, 2010 (nouvelle éd.), 215 p. (ISBN 978-2-296-12421-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :