Mascate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Mascate et Oman.
Mascate
مسقط
Blason de Mascate
Héraldique
La vieille ville de Mascate
La vieille ville de Mascate
Administration
Pays Drapeau d'Oman Oman
Région Mascate
Gouvernorat Gouvernorat de Mascate
Démographie
Population 25 891 hab.[1] (2010)
Population de l'agglomération 1 090 797 hab. (2008[2])
Densité 727 hab./km2
Géographie
Coordonnées 23° 36′ 50″ N 58° 35′ 27″ E / 23.614, 58.590823° 36′ 50″ Nord 58° 35′ 27″ Est / 23.614, 58.5908  
Superficie de l'agglomération 150 000 ha = 1 500 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oman (administrative)

Voir la carte administrative d'Oman
City locator 14.svg
Mascate

Géolocalisation sur la carte : Oman (relief)

Voir la carte topographique d'Oman
City locator 14.svg
Mascate
Liens
Site web http://www.omanet.om/english/regions/muscat1.asp?cat=reg

Mascate (en arabe مسقط Masqaṭ), ou Muscat, est la capitale du sultanat d'Oman. Le très ancien petit port a grandi. La petite ville (la vieille ville de Mascate ne contient que 25 000 d'habitants) est à l'origine de la plus grande agglomération du pays, avec une population dans l'aire métropolitaine de 1 090 797 habitants en 2008. Le chiffre dépasse ainsi de plus de 250 000 habitants la population recensée en 2010 dans le seul gouvernorat de Mascate[3] qui s'étend lui sur une superficie de 3 500 km2). Mascate s'étend donc désormais largement hors des limites de son gouvernorat (ou préfecture).

Histoire[modifier | modifier le code]

Mascate, située sur la côte du golfe d'Oman, est l'une des plus anciennes villes du Moyen-Orient. Des tombes de pêcheurs, remontant au VIe millénaire av. J.-C. ont été retrouvées près du site. De vieilles poteries suggèrent des contacts anciens avec la Civilisation de la vallée de l'Indus et la cité d'Harappa.

La ville portuaire est connue en Occident depuis le Ier siècle par le biais des cartes de Ptolémée, qui l'appelle Cryptus Portus (le port caché) et par Pline l'Ancien qui l'appelle Amithoscuta.

Elle est ensuite prise par la dynastie sassanide, durant le IIIe siècle, sous le règne de Shapur Ier. Elle passe ensuite sous influence de la dynastie des Banu Azd, puis sous celle d'un autre empire du Moyen-Orient, de la dynastie des Abbassides, jusqu'au XIe siècle. Son influence grandit sur la mer, avec de nombreux liens commerciaux avec le sous-continent indien, ce qui l'éloigne des Omanais de l'intérieur.

En juin 1507, Mascate est attaquée et prise par le Portugais Afonso de Albuquerque, après un combat contre les Perses, et la perte de la plupart des habitants à la suite de massacres et des pillages. La ville reste sous domination portugaise pendant un grand siècle, sauf pendant le bombardement en 1546 et la double capture de la ville en 1552 puis en 1581-1588 par les Ottomans. En 1650, une révolte locale chasse les Portugais, et lui redonne l'indépendance.

En 1749, commence le règne de la dynastie des Abu Sa'id, au pouvoir jusqu'à aujourd'hui : conquête du comptoir de Zanzibar au XIXe siècle, renommée du sultanat d'Oman pour sa production d'épices et son implication dans le commerce d'esclaves. Elle gagne ainsi le statut de puissance maritime régionale... qu'elle perd définitivement à la fin du XIXe siècle, ainsi que l'ensemble de ses possessions africaines.

La corniche de Muttrah.


Madagascar et Mascate[modifier | modifier le code]

Tsi Levalou (ou Tsy Levalou) est un des derniers héritiers du roi sakalava (antakarana) de Boina à Madagascar. Vers 1820, sous l'influence de ses conseillers Antalaotra, il se convertit à l'Islam. Entre 1822 et 1824 (prise de Majunga), il est vaincu par Ramanetaka, commandant des troupes de Radama Ier, le roi d'Émyrne (merina) soutenu par les Britanniques. En fuite, puis placé en résidence surveillée à Marovoay, il continue cependant à fomenter des insurrections contre le roi merina et se rend à Zanzibar pour réclamer en vain l'aide de l'Imam de Mascate.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Muscat ou Mascate est située dans le nord d'Oman, à 24°00'N 57°00'E, légèrement au nord du tropique du Cancer.

La ville est bordée à l'ouest par les plaines de la région appelée Al Batinah, et à l'est par la région orientale, Ash Sharqiyah. Le sud, région de Dakhiliyah, se compose de plaines intérieures. Enfin, le golfe d'Oman est à la périphérie nord et ouest de la ville. L'eau est profonde tout le long de la côte de Mascate, et forme deux ports naturels, Muttrah et Mascate. La partie occidentale des monts Al Hajar traverse la partie nord de la ville.

Les roches volcaniques sont visibles, composées de serpentine et de diorite, de Darsait à Yiti. Les roches plutoniques constituent les collines et les montagnes de Mascate, et s'étendent sur environ 48 km, de Ras Darsait à Jissah. Ces roches ignées se composent de serpentine, de roches vertes et de basalte, typique des roches du sud-est de la péninsule arabique. Au sud de Mascate, les strates des roches volcaniques cassées et déformées, s'élèvent jusqu'à 1 800 m, en Dakhiliyah, dont le Jebel Akhdar, la plus haute chaîne montagneuse. Les collines de Mascate sont généralement dépourvues de végétation, mais riches en fer.

La végétation halophile sebkha désertique est prédominante à Muscat. La réserve naturelle de Qurum (en) présente des plantes telles que le macrostachyum Arthrocnemum et Halopeplis perfoliata (it). Les récifs coralliens sont courants à Mascate. Des récifs Acropora existent dans les baies abritées des villes satellites de Jussah et Khairan. En outre, à Khairan, des récifs de petites porites récifs ont fusionné pour former une chaussée plate, visible à marée basse.

Crabes et écrevisses à épines se rencontrent dans les eaux de la zone de Mascate, tout comme sardines et bonites. Les glassfish sont communs dans les estuaires d'eau douce, dont la réserve naturelle de Qurum.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Fred Scholz, Muscat, Sultanat Oman : geographische Skizze einer einmaligen arabischen Stadt, Das Arabische Buch, Berlin, 1990, 2 vol., 456 p. + cartes (ISBN 3-923446-58-6)
  • (en) John E. Peterson Historical Muscat : an illustrated guide and gazetteer, Brill, Boston, 2007, 151 p. + pl. (ISBN 90-04-15266-0)
  • (fr) Xavier Beguin Billecocq, Un consul de France à Mascate en 1905, Paris, 1991, 139 p. (ISBN 2-9505663-2-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :