Pompoko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Pompoko

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film

平成狸合戦ぽんぽこ
(Heisei tanuki gassen Ponpoko)
Film d'animation japonais
Réalisateur
Producteur
Studio d’animation Studio Ghibli
Compositeur
Licence Drapeau du Japon Tōhō
Durée 119 min
Sortie

Pompoko (平成狸合戦ぽんぽこ, Heisei tanuki gassen ponpoko?) est un film d'animation japonais d'Isao Takahata, réalisé par le Studio Ghibli.

Il sort au Japon le 16 juillet 1994[1] et est projeté au Festival d'Annecy l'année suivante, où il reçoit le prix de la critique. Il sort au cinéma en France, le 19 octobre 2005.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960, le Japon connaît une forte croissance et les logements font défaut. De vastes programmes de construction sont lancés, destinés à transformer les campagnes en villes nouvelles, en particulier la haute vallée de la Tama, à l'ouest de Tokyo.

Dans les bois à la périphérie de Tokyo vivent les tanuki. Ce sont à la fois des animaux réels et des animaux mythiques assimilés aux kitsune.

La destruction quotidienne de leur espace vital inquiète les tanuki. Ils décident de s'unir et d'enrayer la progression nuisible des travaux en se transformant en divers objets pour garder leur campagne dans laquelle ils vivent…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Thèmes abordés[modifier | modifier le code]

Pompoko aborde les thèmes de prédilection des Studios Ghibli : le film nous dévoile un Japon en pleine expansion, qui pour résoudre ses problèmes démographiques n'hésite pas à sacrifier d'anciennes valeurs. Le respect de la nature et des divinités ne sont plus de mise dans cet univers où la ville dévore la campagne et où les manifestations divines des tanuki sont désormais assimilées à de banales parades organisées par des parcs d'attractions. Est-ce à dire que l'homme japonais se détache de ce qui fait ses racines, de ses rizières, de ses forêts et montagnes ? On peut se poser la question. Quand le combat des tanuki est perdu, leur dernier geste consiste à se représenter leur environnement d'antan... Qui, ça nous surprend, émeut les habitants de la ville-nouvelle.

Le respect des divinités japonaises traditionnelles est, à son tour, remise en cause : alors que les tanuki retrouvent les pouvoirs qui faisaient autrefois leur réputations (à savoir le transformisme), les hommes ne sont plus guère surpris par de tels attributs divins. La crainte des humains s'est transformée en amusement, voire en indifférences. Plus que les dieux, les hommes ont un pouvoir de destruction massifs et la domination de la nature leur revient désormais.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]