Douchanbé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Douchanbé
(tg) Душанбе
(fa) دوشنبه
Blason de Douchanbé
Héraldique
Image illustrative de l'article Douchanbé
Administration
Pays Drapeau du Tadjikistan Tadjikistan
Maire Mahmadsaid Ubaydulloyev
Démographie
Population 764 300 hab. (2013)
Densité 6 134 hab./km2
Population de l'agglomération 1 029 000 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 38° 34′ 13″ N 68° 46′ 49″ E / 38.5701797, 68.7802505 ()38° 34′ 13″ Nord 68° 46′ 49″ Est / 38.5701797, 68.7802505 ()  
Altitude 706 m
Superficie 12 460 ha = 124,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tadjikistan

Voir sur la carte Tadjikistan administrative
City locator 11.svg
Douchanbé
Émeutes à Douchanbé en février 1990.

Douchanbé (en tadjik : Душанбе ; en russe : Душанбе, Douchanbe ; en persan : دوشنبه, orthographe désuète: Douchambé) est la capitale du Tadjikistan. Sa population était estimée à 764 300 habitants en 2013. Elle porta le nom de Stalinabad de 1929 à 1961.

Nom[modifier | modifier le code]

Son nom vient du mot persan signifiant « lundi » (dou « deux » + shanbeh « jour » ; littéralement « deuxième jour ») et fait référence au fait qu'un marché populaire y a lieu le lundi. La ville est baignée par le Varzob, important affluent du Kofarnikhon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des vestiges archéologiques datant du Ve siècle av. J.-C. ont été découverts sur place.

En 1920, le dernier émir de Boukhara s'est réfugié brièvement à Douchanbé après avoir été renversé lors de la Révolution russe. Il partit ensuite pour l'Afghanistan après que l'Armée rouge eut conquis l'endroit l'année suivante. La ville fut brièvement prise par Ismail Enver et ses combattants en 1922 et servit d'état-major à Ibrahim Bek, chef tadjik qui combattait les bolcheviks.

Avec la victoire de l'Armée rouge et l'avènement du chemin de fer en 1929, la ville devint la capitale de la République socialiste soviétique du Tadjikistan. En hommage à Staline, elle fut appelée Stalinabad jusqu'en 1961. Les Soviétiques transformèrent l'endroit en centre de production pour le coton et l'aluminium, et y déplacèrent des centaines de milliers de personnes venant de toute l'Union soviétique. Douchanbé était une cité paisible et relativement prospère sous le régime soviétique, siège d'une université et de l'Académie des sciences. De violentes manifestations eurent lieu en 1990, après les plans de relocalisation de dizaines de milliers de réfugiés arméniens, exacerbant un fort sentiment de nationalisme.

Peu de temps après l'indépendance du pays, la ville fut fortement touchée par la guerre civile au Tadjikistan (1992-1997).

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[1] :

Évolution démographique
1926* 1939* 1959* 1970* 1979*
5 600 83 000 224 242 373 885 493 528
1989* 2000* 2010* 2013 -
595 820 561 895 724 844 764 300 -


Transports[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par l'aéroport international de Douchanbé. La route qui relie Douchanbé à la frontière afghane est souvent désignée comme une « autoroute de la drogue ».

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le monument à Ismail Ier, émir samanide
  • La mosquée Haji Yakoub
  • Le musée ethnographique
  • Le monument à Ismail Ier

Enseignement[modifier | modifier le code]

Université agraire tadjike Chotemour

Douchanbé possède plus d'une centaine d'établissements d'enseignement secondaire, spécialisé, universitaire et supérieur. Elle abrite aussi l'académie des sciences du Tadjikistan et dix-sept instituts de recherche. Parmi ses établissements d'enseignement supérieur, l'on peut distinguer:

  • L'université nationale tadjike, la plus importante du pays
  • Le conservatoire national tadjik
  • L'institut d'art Тoursounzadé
  • L'institut tadjik de finance et d'économie
  • L'université technologique du Tadjikistan
  • L'université slave russo-tadjike
  • L'université technique Ossimi
  • L'université tadjike de médecine Abou Ali Ibn-Sina
  • L'université tadjike pédagogoque
  • L'université tadjike agraire Chotemour
  • L'université tadjike du commerce
  • L'institut islamique du Tadjikistan Imam Azama
  • L'institut tadjik des langues Oulougzod
  • L'institut tadjik de culture physique
  • L'académie des Affaires étrangères de la république du Tadjikistan
  • L'institut militaire de la république du Tadjikistan
  • L'institut militaire des garde-frontières de la république du Tadjikistan
  • La filiale de l'université de Moscou dans la ville de Douchanbé[2]
  • La filiale de l'université nationale de recherche technologique de Moscou

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Douchanbé est jumelée avec [3]:

Partenariats économiques[modifier | modifier le code]

La ville de Douchanbé a signé des accords de partenariat économique avec [4]:

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recensements de 1979, 1989, 2000, 2010 et estimation de 2013 sur le site citypopulation.de
  2. Site de l'université
  3. Города побратимы
  4. Города Партнеры

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :