Toden Arakawa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Toden Arakawa
Tramway de Tokyo
Rame moderne de la série 8800
Rame moderne de la série 8800

Année d’ouverture 1911-1926
Dernière modification 1974
Terminus Minowabashi - Waseda
Exploitant Réseau Toei
Conduite (système) Conduite manuelle
Matériel utilisé Tramway
Points d’arrêt 30
Longueur 12,2 km
Temps de parcours 48 min
Distance moyenne entre points d’arrêt 400 m
Communes desservies 4
Jours de fonctionnement LMaMeJVSD

Toden Arakawa est la ligne de tramway de Tokyo. Cette ligne de 12,2 km de longueur, exploitée par la compagnie publique de transport Réseau Toei, dessert une partie de cette ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tramways à Tokyo en 1905
Tramway (sur le pont) et train électrique (sur le viaduc) à Suidobashi

Tokyo disposa d'un important réseau de tramway, dont la première ligne fut mise en service entre Shinbashi et Nihonbashi le 25 juin 1882, avec une traction hippomobile, puis à traction électrique, technique qui fut présentée lors de la IIIe exposition industrielle de 1890 au parc d'Ueno. La première ligne de tramway électrique circula dans Tokyo intra-muros le 22 août 1903, entre Shinagawa et Shinbashi[1].

Trois sociétés, la société des tramways électriques de Tokyo, la société des tramways de la ville de Tokyo et la société des chemins de fer électriques de Tokyo construisirent les premières lignes. En 1906, les trois sociétés exploitaient un total de 919 tramways sur 143,3 km de voie ferrée dans la ville, transportant en moyenne 353 225 voyageurs par jour[1].

En septembre 1906, les compagnies fusionnèrent sous le nom de Chemin de fer de Tokyo, puis le gouvernement de la ville de Tokyo racheta le réseau en août 1911, qui devint le Tramway électrique municipal de Tokyo (ou Tokyo Shiden), puis, en 1943, le Tramway électrique de l'agglomération de Tokyo (Tokyo Toden), lorsque la ville a été fusionnée avec la préfecture de Tokyo pour former la préfecture métropolitaine de Tokyo[1].

Ce réseau, qui compta jusqu'à 41 lignes[2], fut le principal mode de transport en commun de la ville jusqu'à la mise en service du métro de Tokyo. En 1924, le réseau transporta plus de 496,27 millions de passagers sur 155,8 km de lignes. Ce fut le plus grand nombre d'usagers d'avant-guerre[1]. Lors de son expansion maximale, vers 1943, il transportait 1 939 000 voyageurs / jour[3],.

À partir des années 1960, la croissance du trafic automobile et le manque de sites propres provoqua le déclin du tramway de Tokyo et la suppression progressive de ses lignes[2], [3].

À l'occasion des Jeux olympiques d'été de 1964, le gouvernement décida une nouvelle politique de transports, entraînant la fermeture de plusieurs réseaux de tramways. L'assemblée métropolitaine décida en 1967 la fermeture progressive du réseau de tramway, et sa transformation en réseau de bus qui devait prendre effet avant le 12 novembre 1972.

Toutefois, les habitants des quartiers desservis par les lignes 27 (Minowabashi-Akabane) et 32 (Arakawa-Waseda) obtinrent leur maintien, car elles étaient pour une grande part implantées en site propre, alors qu'elles longeaient des rues déjà très encombrées où les bus n'auraient pu être performants[4].

En 1974, les deux lignes, dont certaines sections avaient été mises en service en 1913, furent réunies pour former la ligne actuelle, qui fut reprise par le Réseau Toei, la société publique de transport de Tokyo, qui lui a donné son nom actuel.

Trafic et longueur du réseau de métro de Tokyo[1]
Année Longueur du réseau (km) Passagers par an (millions)
1911 103,4 138,317
1920 143,8 400,636
1930 173,3 369,739
1940 178,8 507,527
1950 212,8 478,946
1960 213,7 597,409
1970 47,7 134,954
1980 12,2 27,475
1990 12,2 24,198
1999 12,2 21,172

Tracé[modifier | modifier le code]

La ligne décrit un arc de cercle de 12,2 km entre les terminus de Minowabashi et de Waseda Station, en suivant la rue Meiji entre la station d'Asuka-yama et celle d'Oji Eki-mae. Située principalement dans l'arrondissement de Arakawa, qui lui donne son nom, la ligne dessert également les arrondissements de Kita-ku, de Toshima et de Shinjuku, dans la ville de Tokyo.

Stations[modifier | modifier le code]

La station Oji-Ekimae
La station Machiya-Ekimae
La station Toden-Zōshigaya


      Stations Nom japonais Arrondissements desservis Correspondances
  o   Minowabashi 三ノ輪 橋 Arakawa Tokyo Métro Hibiya
  o   Arakawa-Itchū-mae 荒 川 一 中 前 Arakawa
  o   Arakawa-kuyakusho-mae 荒 川 区 役 所 前 Arakawa
  o   Arakawa-Nichome 荒 川 二 丁目 Arakawa
  o   Arakawa-Nanachōme 荒 川 七 丁目 Arakawa
  o   Machiya-Ekimae 町 屋 駅 前 Arakawa Gare de Machiya  : Keisei (Ligne principale)
Tokyo Métro Chiyoda
  o   Machiya-Nichome 町 屋 二 丁目 Arakawa
  o   Higashi-Ogu-sanchome 东 尾 久 三 丁目 Arakawa
  o   Kumanomae 熊 野 前 Arakawa Nippori-Toneri Liner
  o   Miyanomae 宮ノ前 Arakawa
  o   Odai 小 台 Arakawa
  o   Arakawa-Yuenchi-mae 荒 川 游 园地 前 Arakawa
  o   Arakawa-Shako-mae 荒 川 车库 前 Arakawa
  o   Kajiwara 梶 原 Kita
  o   Sakaechō 栄 町 Kita
  o   Oji-Ekimae 王子 駅 前 Kita Gare d'Ōji : JR East (Ligne Keihin-Tōhoku)
Tokyo Métro Namboku
  o   Asukayama 飞鸟 山 Kita
  o   Takinogawa-itchome 滝 野 川 一 丁目 Kita
  o   Nishigahara-Yonchōme 西ヶ原 四 丁目 Kita
  o   Shin-Kōshinzuka 新 庚申 冢 Toshima
  o   Kōshinzuka 庚申 冢 Toshima
  o   Sugamo-Shinden 巣 鸭 新 田 Toshima
  o   Ōtsuka-Ekimae 大 冢 駅 前 Toshima Gare Ōtsuka : JR East (Ligne Yamanote)
  o   Mukōhara 向原 Toshima
  o   Higashi-Ikebukuro-Yonchōme 东 池袋 四 丁目 Toshima Tokyo Métro Yurakucho
  o   Toden-Zōshigaya 都電 雑司ヶ谷 Toshima
  o   Kishinbojinmae 鬼子母 神 前 Toshima Tokyo Metro Fukutoshin
  o   Gakushūinshita 学习 院 下 Toshima
  o   Tokyo Métro Tozai 面 影 桥 Shinjuku
  o   Waseda 早 稲 田 Shinjuku Tokyo Métro Tozai (à 1 km environ)

Lieux desservis[modifier | modifier le code]

« Il n'existe plus qu'un seul tramway urbain à Tokyo, et il est recommandé de le prendre au moins une fois pour son aspect folklorique »[5].

La ligne a son terminus à l'Université Waseda et dessert de nombreux quartiers anciens préservés du grand tremblement de terre de Tokyo et des bombardements de la Seconde Guerre mondiale[6].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

La ligne à Takadobashi en 2008
L'entrée du dépôt de la ligne, à Arakawa

La ligne, essentiellement en site propre, et construite à l'écartement de 1,372 m. (4 pieds 6 pouces), à double voie, est électrifiée en 600 volts courant continu, avec alimentation par ligne aérienne.

Les stations sont à quai haut.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Exploitation[modifier | modifier le code]

Le trafic de la ligne est de 52 000 voyageurs par jour en 2009. Cette ligne étant concurrencée par la création de nouvelles lignes de métro (Tokyo Metro Fukutoshin et métro automatique Nippori-Toneri), son trafic baisse lentement : il était de 75 000 voyageurs en 1980[7].

La ligne fonctionne de 6 heure à 23 heure environ, avec une fréquence à l'heure de pointe d'un tramway toutes les cinq ou six minutes[8].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Bruit de la sonnette d'une rame série 7000
Rame 7013 au terminus de Waseda

Les rames de la ligne sont de plusieurs types :

  • Série 7000
  • Série 7500
  • Série 8500
  • La série 9000
  • Série 8800

Elles proviennent également de l'ancienne ligne de Sumida, supprimée en 1970[2].

En 2003, la ligne était exploitée par 40 rames[9].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e [PDF] (en) Makoto Aoki, « Railway Operators in Japan 4 : Central Tokyo », Japan Railway & Transport Review, no 30,‎ mars 2002, p. 42-53 (lire en ligne)
  2. a, b et c Otaku, « tramway_in_japan (reportage photo) »,‎ 2009 (consulté le 31 juillet 2010)
  3. a et b (en) « Toden Arakawa Line », Office du tourisme de Tokyo,‎ 2004 (consulté le 31 juillet 2010)
  4. Source : traduction de l'article de la wikipédia allemande
  5. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Le Petit futé Tokyo, Nouvelles éditions de l'université, coll. « City Guide Monde »,‎ 2009, 1e éd. (ISBN 978-2746925397, lire en ligne), p. 109
  6. « Rétro Tokyo », Petit Quotidien Nippon,‎ 19 janvier 2008 (consulté le 31 juillet 2010)
  7. François Enver, art. cit. en bibliographie
  8. Ushimizu, « Shitamachi, la ville basse de Tokyo », sur http://uchimizu.blogspot.com,‎ 2008 (consulté le 31 juillet 2010)
  9. MINAMI Soichiro, « Les tramways au Japon »,‎ 2004 (consulté le 31 juillet 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) L.W. Demery, R. Forty, R. DeGroote and J.W. Higgins, Electric Railways of Japan (Interurbans- Tramways-Metros) Vol.1: Tokyo and Northern Japan. Light Rail Transit Association, 1983.
  • François Enver, « Tokyo : Un tramway dans un jardin », Ville, rail & transports, no 501,‎ 28 juillet 2010, p. 46 (ISSN 2104-0028)

Lien externe[modifier | modifier le code]