Oulan-Bator

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ulan Bator (homonymie).
Oulan-Bator
Ulaanbaatar, Улаанбаатар
Blason de Oulan-Bator
Héraldique
Drapeau de Oulan-Bator
Drapeau
Image illustrative de l'article Oulan-Bator
Administration
Pays Drapeau de la Mongolie Mongolie
Maire Erdeniin Bat-Üül (Эрдэнийн Бат-Үүл)[1]
Code postal 210 xxx
Démographie
Population 1 151 500 hab. (2010[2])
Densité 245 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 55′ 00″ N 106° 55′ 00″ E / 47.916667, 106.91666747° 55′ 00″ Nord 106° 55′ 00″ Est / 47.916667, 106.916667  
Altitude 1 350 m
Superficie 470 440 ha = 4 704,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mongolie

Voir sur la carte Mongolie administrative
City locator 11.svg
Oulan-Bator
Liens
Site web http://www.ulaanbaatar.mn/
Ulaanbaatar

Oulan-Bator[3] (en mongol : Улаанбаатар, [Ulaɣan Baɣatar]) est la capitale de la Mongolie. Elle en est à la fois le centre politique, économique, industriel, scientifique et culturel. Administrativement, elle a le statut, unique dans le pays, de municipalité, comparable à celui de province.

La ville, qui s'étire d'est en ouest au fond de la vallée de la rivière Tuul, sur une vingtaine de kilomètres, rassemble presque un million d'habitants, soit plus du tiers de la population du pays. La vie à Oulan-Bator est bouleversée par l'afflux de nomades venus de la steppe. En 2011, l'exode rural a poussé vers UB (le surnom que donnent les Mongols à leur capitale) plus de 500 000 personnes. Oulan-Bator est classée seconde ville la plus polluée au monde par l'OMS[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de la création d'Oulan-Bator, est intimement liée à la vie politique de la Mongolie au XVIIe siècle. L'État mandchou, qui prospérait au milieu du XVIIe siècle à l'est de la Mongolie et occupa le sud de la Mongolie en 1636, menaçait d'envahir Khalkha et l'ouest de la Mongolie. Dans le but de continuer une politique centralisée en Mongolie, Gombodorji (1594 - 1655), le Khan des Tüsheet, l'un des trois Khans Khalkha, nomma son fils Zanabazar à la tête de la religion bouddhiste en Mongolie. Zanabazar fut nommé Jebtsundamba Khutuktu (nom d'une lignée de réincarnations bouddhistes, dont le 8e et dernier sera proclamé roi de Mongolie entre 1911 et 1924 ; il s'agit de la réincarnation du moine Jonangpa Taranatha) par le chuulgan (assemblée) des rois khalkha et des noyods (seigneurs) tenue à Tsagaan Nuur en 1639.

En 1639, Zanabazar, fonda dans l'actuelle province d'Övörhangay un monastère nomade appelé Da-Khüriye, où da signifie « grand » en chinois et khüriye (khüree en mongol moderne) désignait autrefois le campement organisé en cercle autour de la yourte d'un chef. Ce bâtiment fut détruit au début du XVIIIe siècle par les Dzoungars (ou Jüüngar, des Mongols de Dzoungarie). Il fut reconstruit et changea seize fois de place entre 1719 et 1778, année durant laquelle il se fixa près de la rivière Tuul, au nord du Bogd Uul, la « Montagne sacrée ». Résidence permanente des Jebtsundamba Khutuktu, il devint le noyau d'une cité que les Occidentaux connurent sous le nom d'Ourga. C'est une déformation, par l'intermédiaire du russe, du mongol örgöö (Өргөө), « résidence d'un prince, palais ». Ce terme n'a rien à voir avec l’urga, perche-lasso utilisée par les éleveurs pour attraper leurs animaux. La ville est aussi connue à partir de 1706 sous le nom de Ikh Khüree (Их Хүрээ, Ix Xüree) « Grand Camp ».

Durant les deux siècles qui suivirent, la Mongolie fut sous domination mandchoue. Située sur la route du thé entre la Chine et la Russie, Ourga devint au XIXe siècle un important centre administratif et commercial, avec une population d'environ 50 000 habitants. Une centaine de temples (süm) et de monastères (khiid) y furent construits. Il n'en reste maintenant que quelques-uns. On peut citer le monastère de Gandan, datant de 1840, qui est resté en service jusqu'à aujourd'hui et qui est le siège d'une importante université bouddhique. Entre 1893 et 1903, le 8e Jebtsundamba Khutuktu, qui portait le titre de Bogdo gegen, se fit construire un palais au sud de la cité, pour y séjourner durant l'hiver. Il est aujourd'hui devenu un musée. Le palais d'été du Bogdo gegen a été totalement détruit. Pour son frère cadet, le Choijin lama, un monastère fut construit entre 1903 et 1906. Aujourd'hui, c'est également un musée.

Oulan-Bator vu par le satellite Spot

La Mongolie proclama son autonomie en 1911 et la ville devint la capitale d'un régime bouddhiste dont le Bogdo gegen était le monarque avec le titre de Bogdo Khan. Elle fut appelée Niislel Khüree (Нийслэл Хүрээ), où niislel signifie « capitale ». Les premiers essais de modernisation de la Mongolie y furent organisés. Le Bouriate Djamtsarano tenta d'y ouvrir une première école laïque en 1913 mais se heurta à l'opposition du clergé bouddhique.

Ourga resta la capitale de la Mongolie après la mort du Bogdo Khan le 26 novembre 1924, mais, en tant que capitale de la nouvelle République populaire mongole, elle fut rebaptisée Ulaanbaatar (« Héros rouge » en mongol) en l'honneur du héros national et dirigeant communiste Damdin Sükhbaatar (« Héros à la Hache »). Une statue de ce dernier est visible sur la place centrale de la ville. La théocratie fut abolie, la Mongolie devint une république populaire et il fut interdit de rechercher la réincarnation du Bogdo Gegen. La 9e réincarnation du Bogdo Gegen fut cependant découverte au Tibet à Lhassa. Au moment de l'invasion chinoise du Tibet, le 9e Bogdo Gegen s'exila en Inde. Il vit actuellement à Dharamsala où il notamment été nommé chef de l'école Jonangpa par le 14e dalaï-lama.

Au début du XIXe siècle, près de 60 % des habitants vivaient dans des yourtes blanches entourées de palissades. Ces quartiers étaient privés des commodités les plus élémentaires, dont l'eau courante et des sanitaires. Comme dans d'autres bidonvilles, le taux de criminalité y était élevé, alimenté par l'alcoolisme, la misère et le désespoir. À partir des années 1930, les Russes entreprirent une urbanisation à la manière soviétique. Les habitants furent transférés dans des immeubles, mais beaucoup conservèrent leurs yourtes et leurs animaux (on dénombrait plus de 3 500 chevaux). Ils préféraient retourner dans leurs anciennes demeures durant l'hiver. C'est à cette époque que la quasi-totalité des édifices religieux ont été rasés. L'exode rural a contribué à maintenir l'existence de quartiers de yourtes, mais les habitants remplacent de plus en plus leur tentes par des cabanes en bois. L'enrichissement d'une petite partie de la population, grâce à l'économie de marché, entraîne la construction de maisons individuelles en dur.

Le 14e dalaï-lama, vénéré par la population mongole, visita cinq fois Oulan-Bator. Lors de sa première visite en septembre 1991, 700 000 personnes avaient convergé vers la ville pour l'accueillir. La dernière visite du dalaï-lama en Mongolie remonte à août 2006. La venue du lauréat du Prix Nobel de la paix 1989 couronne une année de célébration pour la Mongolie, qui a fêté, en juillet 2006, les 800 ans de la création par Gengis Khan de l’État mongol. Dans les traces de ses prédécesseurs, le 14e dalaï-lama a donné une conférence dans la capitale mongole devant 10 000 personnes, au cours de laquelle il a notamment déclaré que « l’héritage bouddhiste du Tibet a aidé son peuple au cours des hauts et des bas de son histoire ».

Organisation administrative[modifier | modifier le code]

Oulan-Bator est divisé en neuf districts (Düüregs, Дүүрэг en mongol) : Baganuur, Bagakhangai, Bayangol, Bayanzürkh, Chingeltei, Khan Uul, Nalaikh, Songino Khairkhan, et Sükhbaatar. Chaque district est divisé en Khoroo.

La capitale est régie par un conseil municipal de 40 membres, élus tous les quatre ans. Ce conseil désigne le maire qui est actuellement Erdeniin Bat-Üül. Oulan-Bator est administrée séparément comme un district fédéral, distincte de l'Aïmag de Töv, qui l'entoure.

Économie[modifier | modifier le code]

Au cours des dernières années, la croissance économique de la ville était de 5 à 8 %. Depuis 1995, le produit intérieur brut ainsi que le revenu par habitant est en constante croissance, l'inflation est contrôlée et l'importance du secteur privé a considérablement augmenté, principalement au sein du secteur informel.

Depuis peu, la ville profite des revenus de l'exploitation des mines de charbon, d'or et de cuivre, situées quelque 550 km plus au sud.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2010, la population d'Oulan-Bator, en forte croissance, était estimée à 1.151.500 habitants en 2010. Cela représente environ 34 % de la population totale du pays. Elle était de 659 200 habitants en 1998 et de 846 500 habitants en 2002. Le nombre de salariés enregistrés était respectivement de 209 800 et de 254 200 durant ces mêmes années. L'espérance de vie était de 64,62 ans en 1999 et de 64,95 ans en 2002, soit environ une année de plus que la moyenne nationale.

Climat[modifier | modifier le code]

Oulan-Bator est la capitale la plus froide du monde, elle bénéficie d'un climat continental froid et sec (de type Dwc selon la classification de Koppen). L'hiver est froid et long tandis que l'été est bref et frais. La quasi-totalité des précipitations a lieu en été.

Relevé météorologique d'Oulan-Bator-altitude: 1306 m (période 1961-1990)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −26,5 −24,1 −15,4 −5,8 2,7 8,3 11,2 9,3 2,2 −6 −16,2 −23,8 −7
Température moyenne (°C) −24,6 −20,6 −9,8 0,3 8,9 14,6 16,6 14,7 7,3 −1,1 −13,2 −21,9 −2,4
Température maximale moyenne (°C) −15,6 −11,4 −2 8,3 16,8 21,6 22,7 21,5 15,6 6,8 −4,4 −13,7 5,5
Précipitations (mm) 1,1 1,7 2,7 8,3 13,4 41,7 57,6 51,6 26,2 6,4 3,2 2,5 216,4
Nombre de jours avec précipitations 0,3 0,5 0,7 2,2 3,4 9,9 11 13,6 4,5 2,1 1,2 1,5 50,9
Source : Le climat à Oulan-Bator (en °C et mm, moyennes mensuelles) Hong-Kong Observatory


Transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Oulan-Bator est relié par la route à toutes les principales villes de Mongolie.

Les « routes » sont en fait un réseau de pistes, souvent mauvaises, qui permettent de relier entre elles les villes principales. Un projet de construction d'une route traversant le pays de part en part existe, c'est la « Route du Millénaire », mais ce programme se déroule avec une extrême lenteur. Il n'y a pas de vraies autoroutes en Mongolie.

Chemin de fer[modifier | modifier le code]

La gare d'Oulan-Bator est desservie par la branche mongole du Transsibérien : le Transmongolien.

Trolleybus[modifier | modifier le code]

Depuis 1987, il y a un Trolleybus à Oulan-Bator.

Aéroport et transport aérien[modifier | modifier le code]

Oulan-Bator est desservi par l'aéroport international Gengis Khan. Un nouvel aéroport devrait être opérationnel en 2015[5].

Sports[modifier | modifier le code]

La ville compte plusieurs clubs de football, dont le Selenge Press, qui évolue dans le championnat de Mongolie de football.

Oulan-Bator a également accueilli les championnats internationaux d'ultimate frisbee les 25 et 26 juin 2012. L'altitude et les conditions météorologiques sont en effet propices a la pratique de ce sport.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]