Marché aux poissons de Tsukiji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marché aux poissons de Tsukiji
Image illustrative de l'article Marché aux poissons de Tsukiji
Le marché aux poissons de Tsukiji, à Tokyo, vu de Shiodome
Situation
Coordonnées 35° 39′ 41″ N 139° 46′ 11″ E / 35.661389, 139.76972235° 39′ 41″ Nord 139° 46′ 11″ Est / 35.661389, 139.769722  
Pays Drapeau du Japon Japon
Ville Tokyo
Quartier(s) Chūō

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Marché aux poissons de Tsukiji

Géolocalisation sur la carte : Tokyo

(Voir situation sur carte : Tokyo)
Marché aux poissons de Tsukiji


Le marché aux poissons de Tsukiji (築地市場, Tsukiji ichiba/Tsukiji shijō?) est le principal marché aux poissons de la métropole de Tokyo et le plus grand marché de gros du monde pour les poissons et fruits de mer[1]. Il se trouve dans le quartier de Tsukiji, arrondissement de Chūō, à Tokyo. Communément appelé marché aux poissons, on y trouve également des fruits et légumes.

Une journée au marché[modifier | modifier le code]

Découpage d'un thon au marché de Tsukiji
Fin de la criée pour le thon
Marché aux thons (2002)

Le marché s’ouvre dès h 30[2]. Les acheteurs commencent par repérer les meilleurs poissons. Chaque poisson porte un numéro afin de faciliter les transactions. On en trouve plus de 450 espèces[réf. nécessaire] en provenance du monde entier. Parmi elles, le thon rouge est l'espèce la plus convoitée[réf. nécessaire], mais également la plus menacée d’extinction[réf. nécessaire] à cause d’une pêche excessive. Il arrive que des pièces de très grande qualité atteignent les 10 000 euros[réf. nécessaire].

Des dizaines de milliers de personnes et voitures motorisées déambulent dans ce dédale. Les visites des touristes sont soumises à des restrictions d'horaires et de zones[3].

Transactions[modifier | modifier le code]

Le volume annuel à Tsukiji a chuté à 570 000 tonnes en 2006, contre environ 800 000 tonnes vingt ans plus tôt[4]. Tsukiji est concurrencé par les grands supermarchés et les discounts, qui achètent directement aux pêcheurs sans passer par Tsukiji[4]. En 2013, le chiffre d'affaires quotidien était d'environ 18 millions de dollars, pour 2 900 tonnes de poissons, coquillage et fruits de mer vendus[2].

Le Japon consomme annuellement environ 500 000 tonnes de thon de qualité sashimi, dont environ 17 000 tonnes de thon rouge[5]. Ce type de thon peut atteindre des prix très élevés au marché aux poissons de Tsukiji, lorsqu'il répond à de hauts critères de qualité, notamment lors de la première enchère de l'année, spécialement renommée et élevée, ayant généralement lieu le 5 janvier :

  • en 2001, un thon rouge de 214 kg atteint le prix de 20,2 millions de yens
  • en 2009, un thon de 232 kg est vendu à 16,28 millions de yens
  • le 5 janvier 2011, un thon rouge de 342 kg atteint le prix de 32,49 millions de yens[6],
  • le 5 janvier 2012, un thon rouge de 269 kg atteint le prix de 56,49 millions de yens[7]. Au vu du prix, le morceau d’ōtoro (大トロ?, thon gras de couleur rose avec un taux de graisse proche ou supérieur de 25 %) pourrait atteindre les 5 000 yens, soit cinquante euros, mais il devrait être vendu au prix normal de 418 yens, soit quatre euros[7].
  • le 5 janvier 2013, un thon rouge de 222 kg est vendu au prix record de 155,4 millions de yens, soit 1,38 million d'euros[8].
  • le 5 janvier 2014, un thon rouge de 230 kg est vendu au prix de 7,4 millions de yens, soit 51 000 euros, une première criée en forte baisse à cause d'une offre plus importante de thons rouges et à l'absence d'enchérisseurs après le record établi l'année précédente[9].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La municipalité de Tokyo a annoncé que des gardes empêcheront les touristes d'assister aux ventes aux enchères de poissons entre le 15 décembre 2008 et le 17 janvier 2009 « car ils photographient au flash et touchent les thons pendant le déroulement des enchères ». La fermeture a finalement été réitérée a plusieurs reprises, et le 10 mai 2010, la zone des ventes aux enchères a été limitée à un quota de visiteurs fixé à 140.

Depuis le tremblement de terre du 11 mars 2011, la zone des ventes aux enchères est totalement fermée aux touristes, et la zone de vente des intermédiaires n'ouvre aux touristes qu'à partir de 9 h[réf. nécessaire].

Il reste possible de se rendre le matin dans le reste du marché et dans les restaurants de sushis et les petites poissonneries de la rue Uogashi Yokochō (魚がし横丁?) comme le font certains salarymen avant de commencer leur journée de travail[10].

Projet de déménagement[modifier | modifier le code]

Le gouverneur de Tokyo, Shintarō Ishihara, souhaite dès 2007 que le marché aux poissons soit déplacé d'ici 2012 dans un nouveau lieu à quelques kilomètres au sud, au bord de la baie de Tokyo. Mais de nombreux professionnels du marché s'opposent à ce projet et du site proposé qui présente les traces de produits toxiques du fait de la proximité d'une industrie gazière[4].

Le 20 octobre 2010, Ishihara rejette la proposition de la majorité détenue depuis septembre par le PDJ à l'Assemblée métropolitaine de reconstruire le marché sur son site actuel, l'estimant plus longue que son propre projet de le déplacer à Toyosu dans l'arrondissement voisin de Kōtō. De plus, il considère l'emplacement de Tsukiji comme trop sensible aux tremblements de terre et pas assez salubre. Il annonce dans le même temps que le gouvernement métropolitain va engager 128 milliards de yens pour acheter les terrains nécessaires à ce déménagement, estimant que les débats à l'Assemblée de Tokyo menés depuis un an ont duré trop longtemps et n'ont mené à rien de concret. La majorité démocrate a toutefois immédiatement rappelé son opposition à ce projet, et a menacé de bloquer le vote du budget pour l'année fiscale 2011 et tout projet de délibération présenté par Ishihara et son administration sur le sujet. De plus, les opposants au déplacement à Toyosu font valoir que le terrain choisi par le gouvernement métropolitain était autrefois occupé par une centrale à gaz et que des cancérogènes et autres toxines ont été détectés à des taux supérieurs à la normale. Ishihara répond que son gouvernement utilisera « la sagesse des plus grands universitaires de notre nation » pour sécuriser le site[11],[12].

Face à l'opposition rencontrée par son projet de reconstruction sur site, le PDJ décide finalement d’apporter son soutien au projet de la mairie de Tokyo, et le 29 mars 2012 l’installation du nouveau marché aux poissons à Toyosu est votée, et prévue pour 2014. Cependant, au 1er janvier 2014, l'emménagement est prévu pour mars 2016, pour un coût de construction de 3,8 milliards de dollars (2,75 milliards d'euros)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]