Aliwa tizalfawen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aliwa tizalfawen
Lieu d’origine Algérie
Place dans le service Entrée
Température de service Chaude
Ingrédients Blé vert grillé, oignon, ail, huile végétale, aynăsnis
Accompagnement Beurre de chèvre fondu

L'aliwa ou aliwa tizalfawen[1] est un potage traditionnel algérien[2]. C'est une spécialité culinaire touarègue.

Origine[modifier | modifier le code]

L’aliwa tizalfawen est une spécialité culinaire touarègue, originaire des oasis du Hoggar (Ahaggar) et du Tassili, régions comprises par les deux wilayas actuelles de Tamanrasset et d'Illizi.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de ce potage est composé de deux mots en berbère touarègue. Aliwa (pluriel aliwân), signifie « bouillie » (de farine)[3]. Tizalfawen est dérivé du verbe ezlef[4] qui signifie : « flamber », « brûler », « griller » ; c'est un adjectif qui décrit les gerbes de blé ou d'orge grillés.

En conclusion, le nom du plat, aliwa tizalfawen, peut être traduit par « bouillie de blé grillé ».

Description[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une entrée à base de blé vert ou d'orge grillé (d'où le qualificatif de tizalfawen) sur du bois d'acacia ou des feuilles de roseau. Les autres ingrédients entrant dans la composition de ce plat sont l'eau, l’oignon, l’ail, l’huile végétale, le sel, le poivre et le beurre de chèvre.

Pendant la cuisson, la camomille sauvage (Matricaria pubescens ou chamomilla pubescens), une plante endémique appelée aynăsnis[2]en langue tamahaq[5] est ajoutée pour parfumer la préparation. Le potage est servi chaud.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vincent Battesti, Jardins au désert. Évolution des pratiques et savoirs oasiens, Jérid tunisien, Paris, IRD Editions, , 435 p. (ISBN 2-7099-1564-2, lire en ligne), p. 96.
  2. a et b http://cuisine.arte.tv/fr/recipe/610.
  3. Mohand Akli Haddadou, Dictionnaire des racines berbères communes, Alger, Haut Commissariat à l'Amazighité, 2006, 2007, 311 p. (ISBN 978-9961-789-98-8), p. 117.
  4. Mohand Akli Haddadou, Dictionnaire des racines berbères communes, p. 234.
  5. « Matricaria pubescens/Asteraceae/Nom tamahaq : aynasnis », sur sahara-nature.com (consulté le 16 décembre 2016).