Eau de fleur d'oranger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’alimentation image illustrant la chimie
Cet article est une ébauche concernant l’alimentation et la chimie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L’eau de fleur d'oranger est un coproduit (eau de distillation ou hydrolat) issue de l'hydrodistillation des fleurs de l'oranger amer (bigaradier) pour la fabrication d'essence de néroli[1].

L’eau de fleur d’oranger doit contenir, selon le Codex alimentarius, un minimum de 0,3 g par litre de composé aromatique. Selon la profession, une eau jugée de bonne qualité en contient entre 0,5 et 0,6 g. Au-delà de 0,9 g, l’huile essentielle n'est plus miscible et commence à se séparer, il se forme alors à la surface de l'hydrolat ce que l’on appelle des « yeux ». Dans les pays où l’eau de fleur d’oranger est une tradition (Maroc, Algérie, Tunisie et Liban), ces « yeux » sont des signes d'une eau de qualité[1].

Elle possède une saveur très parfumée, sucrée, et un parfum suave caractéristique de fleur d'oranger. Son utilisation est très populaire en Afrique du Nord où elle sert à aromatiser entre autres pâtisseries (corne de gazelle) et boissons, elle est aussi utilisée pour parfumer la navette de Marseille.

Appréciée pour ses vertus apaisantes et adoucissantes[2], l'eau de fleur d'oranger est aussi utilisée dans l'industrie de la cosmétique et de la parfumerie (les eaux florales).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b G Ferrando (2006). La production des eaux florales. Congrès de Digne 2006. Date : 29/11/2006.
  2. Les eaux florales

Articles connexes[modifier | modifier le code]