Zlabia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Zlabia
Image illustrative de l’article Zlabia
Zlabia algérienne.

Autre(s) nom(s) Zelabia, jalebi, jilapi, zulbia
Place dans le service Dessert
Température de service Froide
Ingrédients Miel, sucre, farine, cardamome

La zlabia, ou zelabia, parfois sous la forme jalebi, est une confiserie de la cuisine orientale traditionnelle.

Intermédiaire entre un gâteau et une confiserie, elle est préparée au Maghreb principalement (en Algérie[1], Tunisie et Libye, ainsi que dans la région de l'Oriental au Maroc[2]), principalement lors du mois de ramadan. Elle est aussi préparée dans les pays du Moyen-Orient, comme en Iran, l'Irak, la Jordanie, la Syrie, Palestine, le Liban et l'Égypte. On la retrouve dans des pays de l'Est africain, comme Zanzibar, les Comores ou Mayotte. Cette pâtisserie frite est appelée jalebi, jilapi ou zulbia dans le sous-continent indien, comme en Inde, au Bangladesh, au Népal, au Pakistan, en Afghanistan et au Sri Lanka.

Selon les recettes, elle contient du sucre, de la farine, du miel et de la cardamome. Elle est parfois colorée en rouge. Sa forme est généralement hélicoïdale. La surface, plongée dans le sucre ou le miel, est légèrement craquante. La zlabia de l'Est algérien est à base de semoule.

Au Maroc, une pâtisserie consommée de la même façon mais différente dans la préparation, la texture et le goût, appelée chebbakia est très prisée aussi pendant le mois de Ramadan[3].

En Algérie, on retrouve une variante spécifique à la ville de Boufarik, de forme longue, en bâtonnets, et légèrement épaisse, de couleur jaune-marron.

On retrouve les mkhareg à Ksar el Boukhari, sous le nom de mkhirgate (المخيرقات), avec un pic spectaculaire de consommation, comme partout en Algérie, durant le mois du ramadan.

Galerie[modifier | modifier le code]

Étal de zlabia en Algérie
Étal de zlabia en Algérie.
Vidéo montrant la préparation des jalebi à Bangalore, en Inde.
Jalebi afghanes
Jalebi afghanes.
Le jaleebi est un aliment ancien et traditionnel au Pakistan. Les gens l'apprécient à l’occasion des fêtes religieuses et des mariages.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cuisine algérienne, par Guillaume Mourton, collectif, Patrick André et Hervé Chaumeton.
  2. https://www.lereporter.ma/dossier/us-et-coutumes-a-chaque-region-ses-traditions/ Us et coutumes : Àà chaque région ses traditions, par Le Reporter.ma, 2019.
  3. Mohamed Oubahli, « Le banquet d’Ibn ‘Ali Masfiwi, lexique, notes et commentaires. Approche historique et anthropologique », Horizons Maghrébins - Le droit à la mémoire, no 59,‎ , p. 114-145 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]