Chakchouka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chakchouka
Image illustrative de l'article Chakchouka
Chakchouka

Place dans le service Plat principal
Température de service Chaud

La chakchouka (شكشوكة en arabe tunisien) ou tchektchouka en Algérie (arabe dialectal et berbère), également appelé tastira chez les Juifs de Sousse, est un plat préparé au Maghreb et en Turquie.

Il s'agit d'un plat de poivrons ou de piments verts ou rouges, quelquefois agrémentés d'oignons et de tomates. On considère parfois que le plat est d'origine tunisienne[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom du plat pourrait provenir de la langue punique : en effet shakshek se retrouve en arabe tunisien, berbère et hébreu et veut dire « mélanger »[2].

Composition et variantes[modifier | modifier le code]

La chakchouka peut devenir la base d'autres plats avec des courgettes, des pommes de terre, des citrouilles ou de la viande séchée (kadid).

Cette recette peut s'agrémenter de pommes de terres coupées en fines tranches et frites à l'huile, d'olives noires ou de fèves cuites à la vapeur.

En Algérie et en Tunisie, la variante la plus courante est une préparation avec oignons et tomates sur laquelle on ajoute à la fin des œufs brouillés ou cuits en surface. En Tunisie encore, elle s'accompagne parfois de merguez, avec ou sans œufs. Elle peut aussi être préparée avec de l'ail à la place des oignons.

La chakchouka est aussi populaire dans la cuisine israélienne où elle a été introduite par les Juifs tunisiens[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Claudia Roden, The New Book of Middle Eastern Food - Revised Edition, New York, Knopf, (ISBN 0-375-40506-2, lire en ligne), p. 168
  2. a et b (en) Janna Gur, The Book of New Israeli Food: A Culinary Journey, New York, Schocken, (ISBN 0-8052-1224-8), p. 80–82

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]